les avantages du narguilé

actuellement je focalise sur ce materiel qui me semble offrir de grands services j'ai selectionne le Générateur d'Air Jack :
son cout est de 1400 euros aussi je me demande si mon emballement est bien utile et coherent

si je pouvais avoir des exemples vecus d'utilisation d'un narguilé je serai peut etre rassuré sur son utilité?

à vous lire

CM

L'équipage
01 avr. 2009
01 avr. 2009
0

un lien intéressant ....
www.lenarguile.fr[...]/

Fallait pas lancer ce fil un 1er avril ...

amitiés

01 avr. 2009
0

Les Pros
En plongée professionnelle on plonge en majorité
au narguilé.
Les risques de surpression pulmonaire étant majeurs dans les 10 premiers mètres tout appareil
de plongée à l'air comprimé ne doit ètre utilisé que par des personnes entrainées aux risques de ce type de plongée (ne jamais bloquer la respiration à la remontée).

01 avr. 2009
0

narguile
a mon avis petit matos de plongee d'occase detendeur stab plus une 6l moins de 500euros et plus sympa a utilise et plus facile a range tu gonfle toutes les 2 interventions pour 4 euros.

01 avr. 2009
0

pour info
puces marines du coin bouteille 6l + detendeur plus masque c'est pour l'anecdote 100€ reepreuve de la bouteille 52€ (a faire tous les 2 ans) et me voilà pret pour les interventions sous le bateau.
prudence tout de meme il faut une formation meme sommaire afin d'eviter de graves consequence si utilisation sans précautions( le club de plogée du coin se fera un plaisir de te faire un baptème et de t'enseigner pour quelques euros les rudiments de sécurité indispensables.
à bientot sous l'eau

01 avr. 2009
0

dans tous les port ou a peu près
pour quelques euro tu peux charger un bloc a jour de ses epreuves. de plus il s'agit d'un bloc destiné à des intervention en géneral près de la surface la conso d'air est relativement faible en fait il est bon de mettre un mano sur le détendeur ce qui permet la verif.

06 avr. 2009
0

Petit compresseur de bricolage = DANGER
Bonjour

les petits compresseurs vendus en grande surface ne sont pas du tout adaptés a un usage en narguilé , car leur piston est lubrifié avec l'huile qui se trouve en contact avec l'air comprimé : gros problèmes en perspective pour vos poumons si vous respirez cet air pollué , pouvant aller jusqu'a la mort dans les cas graves .

Amicalement - Joël

25 août 2009
0

narguilé
Bonjour Kermit,avez-vous expérimenté ce narguilé construit à partir d'un gonfleur de pneu??à quelle profondeur??est-il équipé d'un clapet anti retour???Merci de bien vouloir me transmettre toute information utile?bonne journée

01 avr. 2009
0

d'accord mais
vous la remplissez comment votre 6L? un compresseur 200 bar c'est pas donné. Par contre un petit compresseur 12V pour gonfler les pneus + un détendeur c'est moins cher.

06 avr. 2009
0

non
pas le mien.

01 avr. 2009
0

re
sinon moins cher
//

02 avr. 2009
0

commence
par apprendre à plonger avec bouteilles.
C'est plus sur.
En plus tu sauras mieux quel materiel te convient.
Niveau 1 version francaise ou open diver version americaine

03 avr. 2009
0

Oui. C'est la bonne démarche !
Mais au fait, pourquoi acheter ce matériel si on n'en connait pas l'usage.

En général on a un besoin et on recherche la solution ...

Bof ! J'ai peut-être rien compris

03 avr. 2009
0

jack n'est pas un appareil de plongée, donc
tu peux oublier les clubs de plongée, et tout ce qui concerne les bouteilles et autres joyeusetés du monde du silence

la profondeur maxi d'utilisation pratique est de l'ordre de 4 m donc pas de risque de caisson hyperbar et de paliers de décompression

pour travailler sur la coque c'est parfait
pour décrocher l'ancre par 10 m de fond, c'est guère possible

l'utilisation de jack est celle d'un tuba, donc pas d'apprentissage préalable

par contre, il faut prévoir une très bonne batterie

nb j'ai un jack depuis plus de 15 ans

amicalement

03 avr. 2009
0

Désolé ...
Désolé JP mais c'est une grosse bétise que tu caches derrière ta (vraie) vérité: "la profondeur maxi d'utilisation pratique est de l'ordre de 4 m donc pas de risque de caisson hyperbar et de paliers de décompression "

Si tu as pratiquement raison pour la staturation en azote (et les paliers qui vont avec), il FAUT savoir que beaucoup de tissus de notre corps (dont le surfactant, le tissu qui permet les échanges gaz &lt-&gt corps dans les poumons) n'ont une résistance que de 0.3 bars. Dit autrement, une surpression pulmonaire dûe à une remontée 4m -&gt 0m sans laisser l'air sortir des poumons peut avoir des conséquences non négligeables sur l'appareil respiratoire.

Aucune immersion avec un appareil qui permet de respirer sous l'eau ne doit être traitée à la légère à mon avis. On est très vite à trois mêtres de profondeur.

DGeo (jadis moniteur de plongée)

03 avr. 2009
0

Tu donnes toi-même la réponse :)
JP, tu donnes toi-même la réponse : "j'ai encore quelques souvenirs de la fac de médecine de LYON que j'ai fréquenté un certain temps".

Statistiquement, il y a beaucoup plus de désireux de respirer sous l'eau que de gens qui ont fait une fac de médecine :) Si tu es conscient de ce que tu fais, la plupart n'au aucune idée des risques encourus.

C'est donc vrai pour toi (et pour plein d'autres autodidactes en plongée), n'empêche que je pense que le conseil de sécurité passe plutôt par "en plongée, si tu ne sais pas, ne fais pas".

Pour le blocage de l'expiration, il suffit d'une bonne panique. Ma cops a fait une surpression en piscine, j'étais à dix mètres d'elle, en train d'encadrer un autre groupe, ben je peux te dire qu'elle semblait motivée pour remonter. Surpression en surface ...

Bref, je ne voulais pas dire que tu-toi-jp est un insconscient, plein de gens plongent depuis longtemps sans jamais avoir mis les pieds dans un centre de formation, c'est juste que je crois que le conseil "générique", c'est "formez-vous!"

DGeo

25 août 2009
0

Au début du XIX eme siècle, la faculté de Médecine
était persuadée que le corps humain ne résisterait pas à une vitesse supérieure à 35 Km/h et donc que les débuts du chemin de fer allait décimer les populations....
:jelaferme: :heu: :jelaferme:

03 avr. 2009
0

mais pouquoi partir du principe que l'utilisateur va obligatoirement
remonter sans respirer et sans compenser par expiration partielle

je sais bien qu'une remontée sans expirer est dangereuse, mais tout le monde n'est pas forcément d'une imbécilité parfaite parce qu'il ne fréquente pas les clubs de plongée

j'utilise très souvent des objets hyper dangereux, les allumettes, et j'ai jamais fait de stage dans un club de fumeur de pipe pour autant et pour les tissus humains, j'ai encore quelques souvenirs de la fac de médecine de LYON que j'ai fréquenté un certain temps, il y a bien longtemps

cordialement

03 avr. 2009
0

pour en savoir +
www.confort-plaisance.com[...]urs.php

sauf que mes fils, utilisateurs de l'engin ( je ne sais pas nager donc je ne vais jamais dans ou sous l'eau) ont toujours émis des doutes sur la capacité d'aller réellement en dessous de 4 à 5 m de manière continue et confortable sans "piper" de l'air

il faut aussi dire que la construction est très rustique et que le prix n'est absolument pas justifié sur la qualité visible

en plus c'est très bruyant, comme un gros compresseur d'atelier

sur le mien: un connecteur électrique a fondu et le manchon de liaison entre le moteur et la pompe s'est cassé

autrement dit, cher pour ce que c'est et pas bien construit ni fiable mécaniquement( en tout cas pour le mien) mais très pratique à l'usage dans ses limites utiles

amicalement

03 avr. 2009
0

compresseur
pour gonfler les annexe=84 e + vieux detendeur et le tuyau d'arossage du bord et en avant le monde du silence...pour celui qui est dans l'eau car dehord c'est assez bruyant,sinon sa marche bien pour l'entretien de la carenne

03 avr. 2009
0

pout JP=&gt NON NON NON
ATTENTION: NE PAS CONFONDRE les deux risques de la plongée à l'air comprimé:

LE PLUS GRAVE et IMMEDIAT: lA SURPRESSION PULMONAIRE. Les alvéoles pulmonaires éclatent à 170mbar (5m en piscine à remontée glotte fermée.
C'est l'accident le plus grave qui concerne les néophytes avec risque immédiat de mort en surface

Le plus connu et qui concerne les plongeurs confirmés l'accident de décompression par dégazage des gaz dissous dans le sang à la remontée.

Une formation à l'utilisation de l'air comprimé en plongée est INDISPENSABLE.
Ne pas acheter de matériel potentiellement mortel
sans avoir suivi cette formation.

EN RESPIRANT DE L'AIR COMPRIME NE JAMAIS REMONTER GLOTTE FERMER!!!!!!

JPP médecin hyperbariste

03 avr. 2009
0

170 mbar, c'est environ 1.74 m de colonne d'eau
et 5 m de colonne d'eau c'est environ 500 mbars

je suis très ignorant en la matière et je serais bien intéressé d'en savoir plus sur le risque de mortalité à plonger à 1.75 m de profondeur (?)

cordialement

03 avr. 2009
0

Narguilé et bouteilles
Bonjour,
Si on part longtemps et loin, l'utilité d'un système permettant de plonger sous le bateau est certain. De touts les types d'interventions que j'ai du faire, j'en retiens deux car elles sont courantes : des bouts pris dans le safran ou l'hélice et des ancres coincées au fond.
Bien qu'ayant fait beaucoup de plongée en bouteille, j'ai préféré le narguilé pour le bateau. C'est beaucoup moins cher et encombrant qu'un compresseur de gonflage, il n'y pas besoin de bouteilles, encombrantes elles-aussi, chères et dont la maintenance est lourde si on ne veut pas prendre de risque.
Pour le plongeur, narguilé ou bouteille, c'est la même chose avec l'encombrement de la bouteille en moins et le tuyau d'air qui va au bateau en plus.
Le tuyau d'air livré au départ avec le mien fait 17 mètres de long, ce qui est insuffisant pour une capacité d'intervention l'ancre. Il faut au moins 30 mètres pour être tranquille. Attention, cela ne veut pas dire qu'on peut descendre à 30 mètres (il faut que le ratio pression/débit du compresseur le permette) Cela permet surtout d'avoir un rayon d'action plus grand autour du bateau. Il existe des raccords en "Y" qui permettent de faire plonger plusieurs personnes sur un seul compresseur(là encore, il faut que les performances du compresseur soit suffisantes)
Enfin, j'attire l'attention des éventuels acquéreurs que la plongée en narguilé ou en bouteille, c'est la même chose. Les problèmes physiologiques qui se posent sont rigoureusement identiques. Les accidents potentiels sont les mêmes à ce détail prés c'est, qu'en bouteille, la quantité d'air restant se gère, alors qu'en narguilé, l'arrêt intempestif du compresseur se subit.
Cordialement.

03 avr. 2009
0

Pour JPP
C'est effectivement le plus gros risque. Pour avoir déposé des bouteilles à une vingtaine de mètres de fond avec remonté en apnée, je suis même convaincu qu'un plongeur confirmé peut se faire piéger s'il ne se méfie pas. L'expiration continue sur une remontée de ce type m'avait impressionné, surtout dans les derniers mètres.

03 avr. 2009
0

question
bonjour a tous

est il possible de plonger avec la bouteille sur le bateau et une longueur de 10 mètres de basse pression et jusqu'a quelle profondeur?.
merci jc

03 avr. 2009
0

merci à so51-orion
cordialement jc

03 avr. 2009
0

Bouteille sur le bateau
En principe, le détendeur de la bouteille maintient une différence de pression constante entre la pression de l'eau environnante et la pression de l'air dans le tuyau qui va au deuxième étage. Cette différence de pression est de l'ordre de 8 à 10 bars. Si on laisse la bouteille sur le bateau, Cette pression n'est plus differentielle mais absolue. On se trouve, en gros, dans la configuration d'un narguilé. Cela fonctionnera sans problème jusqu'a 10 mètres. Mais attention au diamètre intérieur du tuyau : s'il est trop fin, les pertes de charge sur une longueur de 10 mètres vont limiter le débit et la respiration pourrait être rendue difficile voir impossible (il suffit d'essayer de respirer à travers une paille pour comprendre) Je doute que le diamètre des tuyaux utilisés pour les bouteilles conviennent.
Cordialement.

03 avr. 2009
0

pour info
les premier risques de lésions des alvéoles pulmonaires interviennent à une pression de 0.3 bar soit 3m environ, à 10 m 2 bar si remonté sans expiration le risque de surpression est important. d'ou l'intéret d'une formation basique pour une utilisation simple sur un bateau ilsuffit d'avoir conscience des risques et de ne pas en rajouter.
je suis plongeur depuis de nombreuses années et j'ai eu l'occasion de fréquenter pas mal de clubs ou l'initiation est simple et peu chère, au bout du compte ça permet de découvrir une nouvelle activité en rapport et utile à notre passion commune. quant au matériel la bouteille laisse une autonomie importante et une liberté de mouvement le système JACK sera plus interessant pour des interventions sous la coque.
Pensez à toujours vous lester pour descendre et toujours mettre les palmes avant le lest. pour le reste prenez quelques cours vous allez vous régaler.
a bientot sous l'eau

03 avr. 2009
0

la solution
est effectivement une expiration régulière lors de la remontée, cela fait partie de la formation de base, comme la prévention du placage de masque,le vidage de masque, la maneuvre d'équilibrage des tympans, la vitesse de remontée... etc, je pense qu'il existe un réflexe d'expiration la nature est bien faite, mais j'insiste sur une formation meme sommaire pour la prise de conscience du risque.Pour la plongée la formation n'est pas obligatoire et c'est très bien comme ça prudence est le maitre mot.
Bonne journée, peut etre nous verrons nous au salon de Port Camargue?
A bientot

03 avr. 2009
0

je comprends bien les risques d'une membrane fragile soumise à une pression différentielle
mais, et c'est juste une question posée, en général, la nature a prévu de nombreux réflexes destinés à protéger automatiquement dans certaines situations pouvant être dangereuses, voire létales

pour éviter la surpression, il suffit d'expirer un peu pour compenser, ce qui n'est pas vraiment une technique compliquée

existe t'il un réflexe d'expiration en cas de surpression? ( sauf, bien sur pour celui qui de manière suicidaire force ledit réflexe)

amicalement

03 avr. 2009
0

pas plus vite que .....
expirer en remontant avec des bouteilles n'empêche pas d'inspirer régulièrement mais ne pas remonter plus vite que les petites bulles, ce qui n'est pas évident au début, surtout quand le neoprene de la combinaison se detend lui aussi et tire vers le haut, il faut donc purger le gilet gonflable progressivement pendant la remontée, ceci pour dire qu'il faut une formation et une pratique regulière.
Enfin, même juste sous le bateau, un principe de sécurité en plongée c'est : jamais seul !
Si quelqu'un surveille le plongeur depuis le bateau, qu'il sache quoi faire s'il doit intervenir. Là je vois mal mon épouse faire autre chose qu'appeler à l'aide.

03 avr. 2009
0

Surpression pulmonaire-suite
Il n'y a aucun réflexe protégeant de la surpression pulmonaire qui est un phénomène
brutal. Au contraire à l'état conscient la
situation est dramatiquement amplifiée par la panique face à une douleur intra thoracique brutale avec forte réponse automatique du corps. Le plongeur cherche à remonter encore plus vite. L'oppression ressentie amène par voie
réflexe à bloquer la respiration (cf regarder ce qui se passe lors d'un simple point de côté), et à déclencher éventuellement un spasme de la glotte. En cas d'inconscience, il y a en effet au contraire relachement de la glotte ce qui explique que le sauveteur puisse remonter le sujet sans trop de préoccuper de ce phémonène
l'air s'échappant naturellement.
Les 170mbar évoqués correspondent à des mesures
expérimentales in situ (facile à provoquer:
à 4,5m inspirer fortement et bloquer (surtout ne pas essayer de le vérifier)).
Il y a malheureusement de nombreux exemples
de ce phénomène. Mon fils a connu un début de surpression lors d'un simple entrainement avec
détendeur en débit continu (sur erreur de compréhension du moniteur qui croyait bien faire).
Un mort dans mon club d'un néophyte parti à l'étranger. Il n'avait pas maitrisé une simple
otalgie: remontée en panique=mort en surface
Le Traitement ne peut ètre qu'immédiat et fortement médicalisé.
L'accident de décompression n'a strictement rien avoir avec la surpression, mais on peut faire les deux si on panique.

04 avr. 2009
0

JPP tu as parfaitement exprimé la situation
Et contrairement aux idées reçues, l'espace proche , 5m , est des plus dangereux, dans la mesure ou le gradient de pression y est le plus important. ( loi de boyle mariotte Pression X Volume = constante )

Expirer, en cas de remontée panique consciente, est un Anti Reflexe. La surpression pulmonaire est l'accident de plongée qui détient le morbide record du plus haut taux de mortalité.... Et c'est plutôt une mort lente et douloureuse

Donc quelque soit le système de respiration à pression, alimentant un plongeur, un petit peu de ba a ba ne fait pas de mal...

Ok je sais la mer est le dernier espace de liberté et patincouffin etc etc etc

Sauf -5m ou - 10m, pour quelqu'un qui peut légitiment paniquer pour de multiples raisons, ça fait "loin" pour lui, et il ne pense qu'à filer comme une balle vers la surface en bloquant sa respiration... Le retenir pour que cette remontée se fasse en douceur et en expirant, n'est pas une sinécure et les 30 à 60 secondes que dure cette assistance c'est très très très long.

Faites gaffe si vous trempez, même dans peu d'eau.. surtout dans peu d'eau...

En plongée ( toute chose égale par ailleurs )le danger c'est la surface, comme la côte en bateau..

03 avr. 2009
0

fusil de chasse sous marine
contrairement aux bouteille, la présence à bord d'un narguilée permet elle la détention d'une arbaléte de chasse sous marine?

03 avr. 2009
0

Il existe des narguilés pas chers..
de type NARDI.

Au Vieux Plongeur ce compresseur 230 volt 10 bars est vendu 629 €. Le même chez Topgun (!!!!) en Angleterre est vendu 428€ TTC (389 Livres).

Il comporte toutes les sécurités (filtres, sans huile,etc) et il est peu encombrant.
Au Vieux Plongeur il existe le même modèle avec moteur 2 temps mais il est assez cher à 1100 € et assez encombrant.

Pensez vous qu'en cas d'urgence en mer cela soit si compliqué que cela de démarrer son groupe et de brancher son compresseur?
Il y a aussi des convertisseur 12V-230V mais ce sont des gouffre énergétique si l'on doit rester à décrocher quelque chose sous l'hélice.

Mon utilisation serait seulement pour décrocher un bout ou autre dans l'hélice en mer...

L'été dernier j'ai fait un montage avec gonfleur électrique à soufflet pour annexe (le modèle rouge) de chez AD qui marche sur 12 volt avec tuyaux plus détendeur. Le principe est bien:
le moteur ne se met en marche que lorsque que l'on respire (donc conso 12 volt faible), mais la pression maximale est (de mémoire) dans les 700PSI et sincérement à 1 metre sous l'eau en nettoyant l'hélice c'est tres faible comme débit il ne faut pas s'enerver!
J'ai eu du mal a respirer (je ne suis pas pro de la question)
Merci de vos réponses!
Philou

04 avr. 2009
0

principe de base
"des que tu met la tete sous l'eau tu est en danger de mort"
Comme le fait de grimper en hauteur pour un risque de chute;des bebes meurent chaque année de chutes de quelques dizaines de cm ou bien se noyent des les quelques cm d'eau de leur bain.
Le fait de grandir en age permet d'utiliser des hochets plus compliqués mais utiliser un hochet complexe sans fomation c'est s'exposer à de gros risques.Un bebe n'a pas le reflexe de se mettre sur le dos quand il se noye dans son bain.
JP tu devrais apprendre à nager;c'est utile et agreable.

06 avr. 2009
0

ne t'enerve pas
je dis juste que tu passe à coté de quelque chose de sympa,ludique,marrant...
Ceci dit utiliser un materiel de plongée ( narguilé ) sans formation ce n'est pas sereux.
quand tu sauras nager essaye le plonée bouteilles....

03 avr. 2009
0

Oublié adresse compresseur GB si vous étes intéressé:
www.topgun.co.uk[...]id/2042

Philou

05 avr. 2009
0

bien sur, mais je pilote aussi des avions et je ne sais pas voler
pour préciser mon propos qui n'a pas été compris de tous

je ne dis pas qu'il ne faut pas apprendre avec des gens compétent pour faire de la plongée, je dis simplement que pour gratter sa coque ou vérifier son hélice, tout se passe dans la zone de 0 à 1 m ( 2 au grand maxi sur nos bateaux) et qu'il est un peu irraisonnable d'imposer un stage en club de plongée pour ce faire, alors que les spécialistes du site parlent toujours des 5 à 10 m

mais qui a un bateau avec 5 ou 10 m de tirant d'eau sur le site?

c'est comme demander un brevet de parachutiste pour sauter d'une chaise de 50 cm de hauteur, un doctorat de médecine pour mettre un sparadrap sur une écorchure, un BEP de peinture pour passer un antifouling et un diplôme de chimiste pour mélanger une vinaigrette

j'ai bien précisé que pour aller chercher une ancre au fond, c'était pas possible ou recommandé

en clair, pour faire de la plongée, passez par un club ou un professeur

pour gratter votre hélice ou déboucher un passe coque, vous pouvez continuer comme avant

amicalement

04 avr. 2009
0

Bonjour je ne ploge pas et je n'aime pas l'eau
je connais juste un peu l'air comprimé, et je suis surpris du prix prohibitif des compresseurs pour narguilé .

Pourquoi utiler un compresseur à piston qui monte jusqu'à 10 bar? ce type de matériel débite au maxi 6M3h pour 736w (1 cv )
Un simple compresseur à membrane pour une pression maxi de 3 bar devrait débiter près de 5 fois plus ou pour le même débit en absorber au moins 3 fois mois d'énergie ..... donc 250w en 220v potentiellement utilisable sur un bateau pour des plongées réduites.

le prix d'un tel matériel n'excéde en général pas 150 euros auquel il faudrait ajouter un régulateur de pression et pour les puristes un filtre à air respirable (attention dans ce cas à la la perte de charge ).Voir en plus un transfo
suffisamment pour supporter la crête de démarrage

Votre avis de plongeur m'interesse
ps. un lien avec des infos incomplétes sur la pression d'un petit groupe qui me semble pourrait convenir .
www.manutan.fr[...]84.html

Merci d'avance

05 avr. 2009
0

jack = compresseur à double membrane très basique
et basse pression

amicalement

04 avr. 2009
0

Mon humble avis
Dans la réalisation d’un narguilé, parmi les problèmes qui se posent, il y a la qualité de l’air, la pression et le débit.
En ce qui concerne la qualité de l’air, un compresseur à membrane devrait convenir mais cela reste à vérifier. Ce n’est pas le cas de tous les compresseurs à piston, en particulier les compresseurs pour pistolet à peinture ou gonflage des pneus (vaporisation d’huile dans l’air qu’on respire) A ce propos, concernant le filtre, à mon humble avis ce n’est pas une option mais un impératif, au moins à l’aspiration.
En ce qui concerne le ratio débit/pression, il faut commencer par s’assurer que le débit indiqué est mesuré à la pression de service et pas à vide. Trois kilo à 30 m³/h avec un compresseur à membrane de 230 watts, je n’y crois pas vraiment. (j’ai un gros doute sur la supériorité écrasante du rendement énergétique de la membrane sur le couple piston-soupapes et la performance du narguilé est directement fonction de sa puissance) Le mien, qui n’est qu’un est un petit narguilé d’intervention, fait quand-même1500 watts.
Concernant la pression, il faut aussi savoir qu’avec trois kilo, il faut un tuyau d’air de diamètre assez important (ou alors très court) car les pertes de charge sur les tuyaux ne sont pas négligeables. Pour 8 bars, le diamètre du tuyau fourni fait 15 mm.
Enfin, il reste à vérifier le comportement d’un respirateur (détendeur deuxième étage) alimenté à 2 ou 3 bars.

Pour ne pas être totalement négatif, je pense que cela pourrait marcher à condition de se limiter à des interventions sur la coque (1 à 2 mètres) et d’accepter un inconfort respiratoire éventuel.
Ayant moi-même essayé de contourner l’achat de ce matériel assez onéreux, j’ai fini par me résoudre à la dépense, et je me suis dit pour me consoler que si c’était faisable, ce serait sûrement commercialisé.
Amicalement.

04 avr. 2009
0

Air comprimé-fin
Nos poumons représentent une surface
de 130m2 pour une épaisseur alvéolaire inférieure
à 10µ et l'échange unitaire alvéole globule
rouge se fait en 1/10 de seconde.Ce système
est d'une extrème fragilité avec réponse inflammatoire immédiate en cas d'agression
accompagnée d'un bronchospasme (cf asthme)
gravissime en plongée à l'air comprimé.
Notre système de filtrage interne (cils et mucus
ne peut arrèter les microparticules et aérosols.
Le compresseur doit donc ètre suivi d'un système de filtrage efficace particulièrement pour ceux à piston,arrètant toute trace d'huile.La prise
d'air doit ètre éloignée de toute source de C02.
Le système doit pouvoir répondre immédiatement à une forte augmentation du débit. En effet on passe en moyenne de 0,5l d'air au repos à 1,5l à l'effort par inspiration tout en augmentant des fréquences respiratoire et cardiaque.
Tout l'art de la plongée consiste par entrainement à savoir minimiser cette surconsommation.
Lors d'une inspection de la coque faite au calme la consommation reste modeste.
Par contre dès que l'on veut faire une action mécanique on majore nettement d'abord pour l'action elle mème mais aussi parceque la pesanteur est annulée et que l'on doit controler à chaque instant ses points d'appui tout en maintenant son niveau d'enfoncement.
Pour faire un effort en effet on gonfle ses poumons (ce qui fait remonter si pas tenu) et on bloque sa respiration (cf risque de surpression si on remonte) pour transformer son tronc en caisson rigide pour transmettre les efforts aux points d'appui. Mème avec entrainement on fatigue très vite et on vide très vite une 15l (imaginez ce que représente le travail d'un plongeur pro!).
Tout matériel inadapté peut aboutir à provoquer au minimum un essoufflement.

04 avr. 2009
0

en comparaison avec le syteme de jack
le materiel de production est identique et la puissance installée édalement . restant à rajouter ensuite le narguilé et le bloc buccal.
seule différence bi cylindre.

La théorie medicale .....pourquoi pas.

Je voulais simplement faire constater qu'à moind
re frais on pouvais se faire un systeme de dépannage pour faible gradiant de profondeur .

Je dois vous dire également que lors de ma carrière professionnelle j'ai équipé pas mal d'industries , (agro) du process de test aéronautique ,petrochimie,médical, dentaire etc.... quelques installations de plongée et scaphandres.

On est parfois surpris du manque de sérieux et de qualitatif dans les endroits où l'on penserait le trouver.

Je tenais simplement en prenant un exemple pris au hasard dans la minute sur le premier fournisseur venu, répondre au 1er intervenant sur une solution économique .

Ps combien de fois ne vois t'on pas certains groupes de plongée aspirer non pas d'air pur mais des gaz d'échappement ou vicié . Que pensez vous qu'il puisse en sortir même en utilisant des filtre submicroniques avec purificateurs charbon actif .??????? :-p :-p

04 avr. 2009
0

Apnée ?
Puisqu'il y a deux-trois spécialistes sur le fil, j'aimerais bien savoir quel est le risque en apnée.

J'ai un collègue expérimenté mort en apnée, je ne sais pas comment.

Il m'est arrivé une fois d'aller décrocher l'ancre en apnée à 5 mètres dans un port, c'est vrai qu'on est pressé de remonter dès que possible, sans trop se préoccuper de précautions en remontant.

Donc quels risques en apnée jusqu'à 5 - 10 mètres ?

04 avr. 2009
0

Syncope ...

Le manque d’oxygène conduit à une syncope qui peut être brutale si la chute de tension partielle d’oxygène est rapide. La pression partielle en oxygène, c’est la pression totale du gaz qu’on respire multipliée par le taux d’oxygène dans le mélange. A la surface, c’est la pression atmosphérique multipliée par le pourcentage en oxygène dans l’air, soit à peu prés 200 grammes/cm². Si cette pression est trop forte, c’est mortel : c’est pourquoi les nageurs de combat qui plongent avec des systèmes fermés à oxygène pur sont limités à quelques mètres de fond. Si c’est trop pauvre, c’est la syncope par hypoxie.
Que se passe-t-il quand on plonge en apnée ? Plus on descend, plus la pression totale augmente donc plus la pression partielle en oxygène augmente. A 10 mètres cette dernière est dans un premier temps de l’ordre de 400 g/cm² A 20 mètres la totale est à 3 kg/cm² et la partielle à 600 grammes. Mais on consomme de l’oxygène en fonction du temps et des efforts qu’on fait. Donc le pourcentage d’oxygène de l’air au départ de 20% qui est dans les poumons diminue au fil du temps. Plus on reste longtemps, plus il diminue. Si on a consommé par exemple les 2/3 de l’oxygène de départ et qu’on est à 20 mètres, la pression partielle restante dans les poumon est de 200 g/cm² Pas de problème tant qu’on ne remonte pas. Mais quand on remonte, la pression totale diminue. A 10 mètres, la pression partielle ne sera alors que de 140 g /cm² A 5 mètres, seulement 100 g/cm². Ajoutez à cela qu’en remontant, on a besoin de plus d’oxygène parce qu’on palme et on se trouve dans les conditions de syncope par hypoxie.
Un facteur qui augmente grandement le risque est l’hyper-ventilation avant l’apnée (respiration forcée). En effet le besoin impératif de respirer qui nous invite à remonter ne vient pas du manque d’oxygène mais de l’augmentation du taux de gaz carbonique dans le sang. Une hyper-ventilation n’augmente pratiquement pas le taux d’oxygène dans le sang, mais fait chuter le taux de gaz carbonique. En conséquence, le plongeur retardera d’autant la sensation d’étouffement qui le poussera à remonter et restera donc plus longtemps sous l’eau. Ce faisant, il accroît le risque d’une syncope à la remontée.
En espérant avoir été compréhensible et cordialement.

04 avr. 2009
0

en apnée
le risque c'est la syncope, et quand on se reveille, on est encore dans l'eau et c'est pas bon parce qu'on aspire par reflexe. Mais ça arrive pas souvent, et plutôt vers 5 m quand on remonte de plus profond.

04 avr. 2009
0

si j'ai compris
l'ancien fil de morgan sur le sujet, il avait expliqué quand remontant même de -5m si on n'expire pas de l'air un peu de temps en temps et qu'au départ on avait pris une trop grande goulée d'air, il y aurait surpression dans les poumons allant bloquer la glote, et arrivé en surface impossible de faire revenir cette glote en place puisqu'on veut toujours expirer l'air des poumon plustot que d'en aspirer

ai je bien compris ??

04 avr. 2009
0

Risques de l'apnée
En apnée on ne respire pas de l'air comprimé
mais de l'air au niveau de la mer (1013mbars).
Un apnéiste non formé à l'air comprimé garde
instinctivement ses réflexes d'apnéiste. Aussi
tout apnéiste qui vient respirer sur le détendeur
de secours du plongeur doit ètre immédiatement bloqué par celui-çi et c'est le plongeur à l'air
comprimé qui remonte l'apnéiste en le forçant à
respirer sur l'embout. Hors de cette situation
la surpression n'est pas le problème de l'apnée.
En apnée profonde par contre, par compression
viscérale, notre anatomie ne nous permettant
pas les performance des animaux marins on peut déclencher un oedème pulmonaire.
Les apnéistes professionnels (chasseurs de perles) peuvent faire des accidents de décompression lors de plongées profondes trop nombreuses en une seule journée.
En apnée pure le risque majeur est la syncope
sous l'eau suivie de noyade, par les mécanismes
suivants: La raison qui nous donne d'abord la nécessité impérative de respirer est la montée du CO2 dissout dans les tissus.Ensuite viendrait
la baisse de L'O2 avec perte de connaissance très proche.
Une hyperventilation n'augmente pas la réserve d'O2 qu'on ne peut dépasser qu'en augmentant le nombre de globules rouges (cf usage de l'hématopoietine) ou en augmentant la pression (en caisson on peut faire vivre un animal SANS globule rouge). Par contre elle fait baisser
sensiblement le CO2 dissout (réserve alcaline
ce qui va retarder le signal d'alerte principal.
L'apnéiste plonge et se sent bien car en descendant la pO2 est maintenue artificiellement
relativement haute. La remontée du CO2 est décallée vers le bas par l'hyperventilation initiale. En remontant la pO2 baisse avec perte de connaissance immédiate SOUS l'eau.
Comme la pCO2 continue de monter il y a cette fois déclenchement du réflexe impératif de respiration et donc cette fois noyade et mort par asphyxie. Le corps repart vers le fond en coulant à pic, car comprimé par l'eau il perd son peu de flotabilité.
A ce mécanisme de base gazeux s'ajoute éventuellement un phénomène vagal. Pressé de remonté le plongeur à tendance à mette le cou en hyperextension ce qui peut provoquer une stimulation des glomus carotidiens (cette compression syncopale est utilisée dans certaines activités bien connues pour mettre HS en silence un adversaire et en médecine avec grande prudence) le tout se situant vers
7m (rendez vous des 7m du Dr Ciarli).
Donc pas d'hyperventilation mortelle (la règle
du 1/3 temps de Ciarli est bonne mais de garantit pas tout: On hyperventile à terre jusqu'à des sensations vertigineuses (passage en alcalose)en chronometrant. L'hyperventilation acceptable sera le 1/3 de ce temps.

04 avr. 2009
0

so51 et JPP
Parfaitement clair et pédagogique :pouce:

J'en conclu qu'en apnée sans hyperventilation , sur un temps et une profondeur dont on a l'habitude (1 minute max et 5-6 mètres) on ne risque rien tant qu'on est en bonne santé :reflechi:

Donc pour décrocher une ancre, plutôt remonter N fois que tenter de doubler le temps de travail au fond.

A ce propos (d'ancre prise au fond) je rappelle un truc souvent rapporté : attacher au diamant de l'ancre 2-3 mètres de polypro avec une boucle de 20cm au bout. Le polypro flottant se met en position verticale et on a ça de moins à descendre, et on peut même encore gagner 2 mètre en y allant avec une gaffe pour crocher la boucle.

04 avr. 2009
0

donc
d'aprés ces deux superbes explications, le risque de syncope à 5 m doit etre tres faible (nul ?) et à 10 m guère plus grand ?.

04 avr. 2009
0

pas tout à fait ...
à 5 mètres la pression partielle d'oxygène est déjà 50% plus grande, donc pourrait permettre de prolonger le séjour au fond ....

Mon propos était le suivant : si on tient sans problème 1 minutes en apnée en surface, on peut rester ce même temps en profondeur sans risque, et surtout ne pas tenter de profiter de la pression partielle plus grande pour rester plus longtemps :oups:

04 avr. 2009
0

Et bien, après avoir lu tout ça...
...je ne suis pas près de retoucher à de l'eau.
Trop dangereux.

Donc :
Pastis pur ou vin rouge.

Merci dufour de nous avoir ouvert les yeux et d'avoir permis à des vrais pécialistes de nous informer.
:pouce:

04 avr. 2009
0

à chaque fois que je lis les fils sur la plongée ou les narguilés
je suis terrifie ...

je suis un apneiste qui descendait à 25 metres couramment et 45 / 60 secondes à 15 metres, mer rouge et maldives, j'ai fait aussi une 20 aine de plongées en bouteille surtout club med et ca m' a toujours agacé de remonter avec une bouteille à moitié vide car un blaireau etait deja en reserve

toutes mes apnees profondes et bouteilles ont ete faites en T shirt, et pour l'apnée sans plomb

j'ai vu recemment le grand bleu et je suis totallement contre ces apnees artificielles avec des poids

un de mes plaisirs de l'été est de nettoyer la carene en apnee, c'est aussi un bon exercice mais ces narguilés ne me donnent pas confiance

05 avr. 2009
0

Avis perso d'ex-plongeuse sous-marine.
Tous les conseils et avertissements déjà donnés sont pertinents et justes selon les plongées effectuées en air comprimé (narguilé ou bouteilles) ou en apnée.

N'empèche, selon l'utilisation + ou - occasionnelle.

  • Si c'est pour aller gratter la coque de quelques algues tranquillement au mouillage, je trouverais dommage d'être reliée à un tuyau et son compresseur sur le pont, cela m'empêcherait de tourner autour et sous le bateau librement. J'y vais alors en apnée (et je suis une grosse nulle, maudites clops !) et m'y reprends à plusieurs fois pour aller gratouiller bien dessous, guère besoin d'être capable de tenir une apnée jusqu'à 20m de profondeur ! Et pis, j'en profite pour m'éloigner de temps en temps de la coque, histoire de voir les fonds sans cette laisse qu'est ce damné tuyau et son compresseur qui fait du potin pendant la sieste des co-équpiers.

  • Si c'est pour le débarrasser fissa d'un truc pris dans l'hélice ou autre appendice, un apnéiste entraîné et armé d'un couteau très bien affûté, saura y faire. S'il faut cisailler des paquets de saloperie, faudra quand même qu'il reprenne son souffle, replongera pour vérifier que tout soit clair, etc... et pendant ce temps-là, t'es pas manoeuvrant, mais pas grave si pas de roche à proxi. En ce cas de dépanage, amha, il est plus rapide de capeler une bouteille et faire ce boulot immergé posément d'une traite, que de mettre en route un narguilé (qui nécessite un apport d'énergie, et selon la loi de Murphy, fera à ce moment-là).

  • Pour reglonfler une bouteille (les "loisirs" de 10/12 l.), tu trouveras tjs un club de plongée et leur compresseur (parfois quasiment gratuitement, surtout si tu t'es donné la peine de prendre un cours chez eux). De plus, tu ne la videras pas en une heure de gratouillage à 2m, cela te permet des tas d'intervention à si peu de profondeur. Un narguilé à bord me semble plus encombrant et énergivore qu'une bouteille et un détendeur.

Mais en tout état de cause, il est très très très recommandé de suivre un cours (même succint, tel qu'un baptême amélioré) pour comprendre en pratique ces notions de bases décrites par les autres intervenants. Les accidents de plongée en air comprimé sont bien expliqués, et en apnée effectivement, c'en est d'autres aussi.
Et puis... le jour où tu découvriras qu'il est agréable de passer une plombe tranquille à regarder une crevette vivre en symbiose avec son anémone, que tu découvriras qu'un peu plus bas ou un peu loin, il y a de la vie, alors tu regretteras d'être retenu par ton narguilé.

25 août 2009
0

Et avec un simple tuyau ?
Un plaisancier m'a montré sa réalisation : un tuba relié à un simple tuyau dont l'extrémité libre est attachée aux filières, à l'air libre, pendant qu'il plonge. Il dit que ça marche très bien mais seulement pour les petites interventions sur l'hélice ou autre.
J'ai essayé et j'ai suffoqué au bout de quelques minutes. Je pense que c'est parce qu'on inspire dans le tuyau l'air plein de C02 qu'on vient d'y expirer juste avant.

Et si on plonge avec un tel tuyau dans la bouche, des lunettes laissant le nez libre, qu'on inspire par la bouche et expire par le nez. Qu'en pensez-vous ?

25 août 2009
0

faut oublier non le tuyau
ça ne marche pas et c'est dangereux... il est impossible d'aspirer suffisamment d'air à plus de ~50cm notamment parce que les poumons sont comprimés par la pression de l'eau...

25 août 2009
0

Oui, c'est le "résidu de combustion"
qui, si l'on ne respire pas profondément (surtout à l'expiration !), reste dans les espaces morts et on "ravale" ce CO2. Le tuba comme notre pharynx, trachée, etc.. sont ces espaces morts, puisque que ce n'est qu'au niveau des alvéoles pulmonaires que l'échange essentiel se fait. Une respiration saccadée ou courte est mauvaise.
Lorsqu'on choisi un tuba, il doit être de large diamètre, pas trop long (40/45cm max) et dont les coudes ont un angle ouvert.

Autre blèm avec les tuyaux longs (non reliés à un compresseur), genre tuyau d'arrosage en guise de tuba... comme Frank le décris. Et comme Méca le dit, oublie !
On va descendre légèrement plus bas, de 1 à 2 m pour aller gratter sous la coque... mais on est sensé inspirer et expirer l'air venant de la surface. Notre capacité d'inspiration/expiration devient impossible, car nos poumons commencent à être légèrement compressés par la pression hydrostatique (Loi de Mariotte, si je me souviens bien)
En résumé, oui, c'est bien d'expirer par le nez sous l'eau (puisque tu n'auras pas la "puissance" à expulser vers la surface) mais surtout qu'il te seras impossible d'inspirer à travers cette longueur de tuyau.

27 avr. 2019
0

Narguilé fait maison ; petit film qui prouve que cela fonctionne et un lien vers un PDF de celui qui a proposé ce narguilé à moins de 200 euros

23 nov. 2019
0

tres intéressant, je n'ai pas trouver ce compresseur sur internet ?
y a t il un filtre particulier a installer ?
quel détendeur acheter ? ( le choix est vaste)
j'ai également un 1er niv de plongée
Merci LECELTE

24 nov. 2019
0

bonjour ,il semble etre sur Mano mano, bon vent.

27 avr. 2019
0

Est-ce que quelqu'un connait le narguilé avec bouteille EAZY DIVE?
Qu'en pensez vous? Cà semble intéressant de pouvoir l'utiliser en autonome ou avec le tuyau de 17 mètres.

www.eazydive.com[...]

23 nov. 2019
0

Bonsoir,
Je cède mon narguilé Nardi comme neuf

www.vieuxplongeur.com[...]00.html

Bonne soirée à tous !

24 nov. 2019
0

exige le 220V ou un générateur de 3,200 kW au moins...

24 nov. 2019
0

Oui, c'est un 220 volts qui marche sur mon onduleur 2 kW Mastervolt.
Merci de me contacter en mail privé sur le site.

23 nov. 2019
0

Bonjour, je suis intéressé. J'ai mes premiers niveaux de plongée. Je pratique le nettoyage occasionnellement de ma coque avec une bouteille de plongée. Trop de contraintes. J'aimerais quand même connaître le prix, bien que j'ai peu de budget en ce moment. Mais je ne veux pas abuser. ..

23 nov. 2019
0

Moi également, cordialement LECELTE

24 nov. 2019
0

Du coup plus du tout intéressé, j'avais mal compris.... je passe mon tour...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

Après la pluie...

  • 4.5 (104)

Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

mars 2021