Le radar - encore utile?

Je prévois rentrer au Québec, d'où je viens. En suis parti il y a qqchose comme 15 ans. C'était (pour moi) avant les traceurs de carte les AIS. Et comme les jours de brouillard sont fréquents dans le golfe, nous avions un radar. Que nous utilisions peu, mais était indispensable dans la purée.

Désuet, et parce que nous sommes sur la Méditerranée, avec traceur à la barre, AIS, et applications mobiles, nous l'avons enlevé il y a plusieurs années et jamais ressenti le besoin.

En prévision du retour, j'ai eu le réflexe de m'en procurer un. Ils sont maintenant intégrés au MFD, ce qui est pas mal. Sauf que l'achat/installation reviennent plutôt cher, que je n'ai pas envie de jouer à l'acrobate en grimpant en tête de mat (nous avons des marches de mat) ou de rajouter un point de montage sur l'arche (ombre sur les panneaux solaires)... Et mis à part la détection ces icebergs dans l'Atlantique Nord, je ne lui vois plus guère d'utilité.

Les radars, c'est comme les sextants?

L'équipage
25 août 2019
25 août 2019
1

Pas tout à fait...le radar ne te permettra pas de faire ta méridienne!! :-D :-D
OK....je :acheval:

25 août 2019
12

Tous les bateaux ne sont pas équipés de l'AIS, avec un radar tu voit tous les bateaux mais aussi les bouées et autres objets flottants.
Dans la purée de pois, le radar est un plus.

25 août 2019
1

Hello,
N'ayant pratiquement jamais utilisé le vieux Furuno que j'avais à bord, je n'étais pas chaud quant à l'idée d'en avoir un sur le futur boat...mais bon, quelques projets de navs autres que sous les Tropiques, ainsi que quelques bons retours sur la facilité d'utilisation et la consommation des nouveaux modèles m'ont convaincu d'en installer un.
A suivre donc... :scie:

25 août 2019
2

c'est évident que le radar est encore utie

25 août 2019
3

J'ai remonté le Saint Laurent, entre Terre-Neuve et le Labrador, plusieurs jours de purée de pois, bien content d'avoir un radar!

25 août 2019
4

De plusieurs informations reçues, celle du radar est vraie. Il montre ce qu'il voit contrairement aux divers positionneurs qui montrent ce qu'ils croient.

25 août 2019
2

Le radar est le seul instrument capable de prévenir de tous les obstacles, donc très utile en cas de mauvaise visibilité.

27 août 2019
1

Le jour où on en a besoin, on est bien content d'en avoir un à bord ...
Par exemple, ce qui m'est arrivé, 5 heures dans le brouillard en remontant d'Ajaccio le long de la côte, 4 heures à la voile en direction de Saint Raphael, tout cela en plein été ;-)
Et ne parlons pas des mouillages à prendre ou à quitter la nuit ...
Au large, ca réconforte ;-)

25 août 201925 août 2019
0

En 3 ans de navigation à raison de +6 mois par an, en Méd et Ionnienne,
je n'ai jamais allumé le radar par besoin, uniquement pour vérifier qu'il fonctionnait.

Au large, tous les navires ont un AIS.
Sauf peut-être quelques vieux voiliers mené par des vieux ronchons qui répètent en boucle qu'ils ne voient pas l'utilité d'un AIS, préférant rester les yeux collés sur l'écran de leur vieux radar ? Rares, et en voie de disparition...

En côtier, les yeux et l'AIS -sur la tablette avec la carte- suffisent amplement.
Je ne ressens pas besoin d'avoir un écran qui bouffe des ampères.

J'ai un radar, je ne vais pas le démonter... mais à choisir aujourd'hui, je m'équiperais plutôt d'un détecteur de radars (pour détecter les militaires et vieux ronchons...)

=> mais il est vrai je n'ai pas l'intention d'aller naviguer dans les brumes du grand Nord : je tiens trop à conserver mon équipière à bord... :mdr:

25 août 2019
3

Tu as bien de la chance je navigue en Méditerranée depuis plus de 30 ans et je compte plus le nombre de fois où ça m’as sauvé la mise: brume de chaleur au large d’Ajaccio j’ai évité un bateau à moteur inconscient répondait pas à la VHF sans ais. Idem sur un retour de Sicile j’ai croisé un drôle de paroissien de nuit mauvaise visibilité tous feux éteints qui marchait à huit noeuds, il devait dormir. Sous voile je me suis dérouté sans le radar il y aurait un accident grave. Sinon je compte pas en Grèce ou en Sardaigne ou au large de la Tunisie le nombre de pêcheurs non équipés d’Ais et que l’on est bien content d’éviter grâce à cet engin. Les radars actuels permettent de voir même les bouées de casiers. J’ai aussi navigué dans le détroit de Magellan le radar est obligatoire à moins d’être irresponsable les cartes étant parfois approximatives et pour les gros il y en a deux qui fonctionnent en permanence.

25 août 2019
4

Il est toujours étonnant de constater que quelqu'un qui a lui même expérimenté l'efficacité d'un radar, se demande s'il est utile. Un parachute ne sert effectivement à rien tant que l'on n'a pas de raison de l'utiliser !

25 août 2019
4

Et bien moi, en tant que vieux ronchon sur un voilier récent, je conserve mon radar (Raymarine, bien plus facile que Furuno)
Je n'ai pas d'AIS, mais je m'en passe car le radar ne laisse rien passer. En traversé de nuit, Baléares ou Corse, je le trouve indispensable.
Par mer calme, il arrive même a détecter des bouées de casiers.

25 août 2019
2

Moi aussi, vieux ronchon, j'ai installé un radar, et je m'en sers. En Bretagne tous les bateaux ne sont pas équipés d'ais, et même certains équipés, le coupent pour ne pas être détectés... ;-) Néanmoins, je vais sans doute investir. J'aime bien recouper les informations.

25 août 2019
1

Détecter les bateaux sans AIS (il y en a, même au large), et ceux avec AIS pour vérifier les distances et longueurs, comme par exemple les convois de remorquage, naviguer dans la brume (la corne de brume d'un cargo, c'est flippant quand on ne voit pas d'où ça vient), mesurer toutes sortes de distances (à la côte, aux voisins de mouillage, aux marques de balisage), repérer bouées et balises à réflecteur, suivre et éviter les grains au large... Bref, je m'en sers tout le temps.

25 août 2019
2

Nous sommes plusieurs potes à naviguer dans tout l'Atlantique au départ de la Bretagne Nord (une dizaine au club), une seule à l'AIS et encore, c'est pour que son mec qui ne navigue pas sache où elle est !
Alors lire que "tout le monde au large à l'AIS...", les bras m'en tombent.
Quand on ne voit rien, seul le radar est une sécurité, le reste ce n'est que gadget basé sur suppositions ou espoirs que...

25 août 201925 août 2019
2

@Rigil : "Alors lire que "tout le monde au large à l'AIS...", les bras m'en tombent. "

tu as du louper la suite : il y a en effet quelques exceptions (typiquement les militaires et vieux voiliers que leurs propriétaires âgés ne souhaitent maintenir à jour dans l'équipement... )
Rares et j'en suis persuadé en voie de disparition.
Tu ne fais que confirmer ce que j'ai constaté...

25 août 2019
1

Hello,

Mon humble avis.

Je navigue sans radar, avec un transpondeur AIS en med et je ne vois pas l'utilité d'un radar ... POUR MON PROGRAMME qui ne comporte que des traversées courtes (2 ou 3 jours) parfois en solo et très, très rarement dans la brume.

Par contre, pour des navigations plus longue et sous d'autres latitudes, je pense que le radar peut être très utile vu que comme répété plus haut, il est le seul instrument à pouvoir tout voir ou presque.

Il me semble que si tu te pose la question c'est que ça peut te servir pour ton programme de nav.
De plus si j'ai bien compris, tu as déjà fais l'acquisition de l’appareil? Donc pas d'hésitation à mon avis. Installe le!

25 août 2019
3

on n'a pas l'AIS et on s'en passe, mais on a un radar dont on ne peut pas se passer, pour détecter les autres bien sûr mais aussi les grains la nuit., Je n'ai rien contre l'AIS mais il faudrait aussi en équiper les rochers et les grains nocturnes.
Le gros problème avec l'AIS, c'est que les gens qui en ont croient que tout le monde en a, donc ils ne se méfient pas et sont tout surpris de voir un bateau sortir de la brume à côté, heureusement lui a un radar le plus souvent mais j'en connais qui n'ont ni radar ni AIS mais ils ont une corne de brume. Pourtant ils ne se réveillent pas tous morts après une nuit de nav dans le brouillard.
On a encore ce choix là ! Cette liberté là ! Pourvu que notre ennemi (l'état ) ne s'en aperçoive pas !

25 août 201925 août 2019
3

On peut mentionner aussi la position de l'OMI, qui est très claire: l'AIS est un moyen considéré très secondaire pour prendre des decisions en ce qui cncerne l'anticollision, bien après le visuel et le radar. De plus, il n'y a aucune règle du Ripam concernant l'utilisation de l'AIS à ces fins.
Personnellement, pour un programme de navigation où il peut être même occasionnellement utile, le radar vient tout de suite après gps et sondeur, loin avant le reste; en un certain nombre de cas vécus je suis convaincu qu'il ait contribué significativement à ne pas avoir des accidents graves vois perdre le bateau (en approche côtier plus que anticollision).
.
ps penser d'aller en Amérique du nord,jo n'hésiterais pas une seconde à l'installer.

25 août 2019
6

par un jour de brume il suffit dans un premier temps d'observer les échos AIS sur l'écran puis de mettre en route le radar ..c'est édifiant .

Finalement l'AIS devient dangereux car certains sont persuader que tout le monde émet et ne se préoccupe plus que de ce qu'ils voient sur leur écran

25 août 2019
3

Tout le monde sais que l'AIS ne voit pas tous les bateaux, et encore moins les obstacles naturels, c'est évident c'est expliqué partout et c'est inhérent à cette technologie. Il faut vraiment le faire exprès pour ignorer ça!

Les utilisateurs d'AIS savent bien qu'il ne dispense pas d'une veille attentive et si ils l'ignorent et ne s'en servent pas correctement, ça n'est pas la faute de l'AIS et il y a fort à parier que ces utilisateurs seraient dangereux dans d'autres domaines car ils ignoreraient alors bien d'autres aspects de la navigation moins évidents que le fonctionnement de l'AIS ...

Donc non, l'AIS n'est pas dangereux, ce sont les mauvais utilisateurs qui le sont ... :heu:

27 août 2019
1

Bah... Je n'ai jamais vu que les anti AIS primaires affirmer que "certains sont persuader que tout le monde émet et ne se préoccupe plus que de ce qu'ils voient sur leur écran" ...
Ce qui est amusant, c'est qu'ils répètent en boucle que les utilisateurs d'AIS ont l'oeil vissé sur leur écran", tandis qu'on lit ici que le radar doit toujours être utilisé ne serait ce que pour "voir" les cailloux ou même encore mesurer la distance d'avec les voisins de mouillage :lavache:

Ce que j'ai constaté : en 3 jours de traversée dont 2 nuits, nous avons croisé une vingtaine de "gros" professionnels, tous avaient leur AIS sauf les 3 militaires.
Nous avons croisé aussi 5 voiliers, 1 seul n'avait pas l'AIS.
Nous n'avons croisé aucun caillou au milieu, ni de voisin au mouillage. Mais n'ayant pas mis le radar en route, sans doute les avons nous ratés ?

27 août 2019
2

par definition au large l'espace entre bateaux est plus large que sur le rivage .

Cet été on est sortie de l'Ile d'Yeu par grand soleil , puis la brume nous est tombé dessus bien épaisse ..le AIS était en route quelque échos sur l'ecran , j'ai mi le radar en route ..

avec le radar on a pu localisé ou était le bruit du moteur derriere nous , c'était un pro qui allait relevé ses cassiers et qui a fait pas mal d'allé et venu devant nous … et surtout on a detecté 4 ou 5 petits bateaux ,des "pecheurs du dimanche " evidement sans AIS ..ç'est ceux là qui sont dangereux pas le cargo de 200m

27 août 2019
0

Et pourtant, le constat de nos trois derniers mois de navigation sont dans le sens du radar en plus de l'AIS. Sur 63 voiliers croisés, 25 avaient un transpondeur. Et en moyenne un pêcheur sur 4 n'en n'avait pas. Seulement 3 jours en tout de mauvaise visibilité mais 2 changements de route grâce au radar, bateaux sans transpondeurs.
Donc oui, l'ais est très bien à la condition que tout le monde en ait et l'allume. Mais tant que ce n'est pas le cas, le radar de proximité reste plus fiable. Nous ne l'allumons qu'en cas de visibilité réduite, le reste du temps, AIS plus visu suffisent.

25 août 2019
0

Dans le monde avion, le transpondeur est l'équivalent de l'AIS, sauf qu'il est interrogé par une antenne radar secondaire située au dessus de celle de l'antenne radar primaire du vrai radar, et tournant avec elle. On peut ou doit mettre en activité le transpondeur avant le décollage, selon son intérêt pour sa sécurité et celle des autres ou par obligation selon les zônes et trajets de navigation. Un anti transpondeur m'a un jour expliqué son opposition à ce procédé parce qu'il permettait d'être suivi et identifié, donc espionné. Et il n'était pas pêcheur!

25 août 2019
0

Actuellement G7 à Biarritz : une frégate et un BASM devant la côte, AIS coupé et feux éteints la nuit...

25 août 2019
0

Y'a pas qu'eux !

25 août 2019
1

Sur deux transats j'ai pu suivre de gros orages,anticiper, changer de cap et éviter de me faire secouer. Le radar est utile. l'AIS est pratique, facile d'utilisation mais reste complémentaire et non pas principal. Amha.

27 août 2019
0

OK pour la brume et les orages... je n'ai pas eu l'occasion de vérifier l'intérêt du radar dans ces cas.

Mais de là à avoir le radar constamment allumé avec l'oeil en permanence vissé sur l'écran comme certains le décrivent ici, même au mouillage :tesur:

25 août 2019
1

débat très interressant

Vos avis :

Le radar sur les voiliers de plaisance a t il fait des progrés en 20 ans ?:surtout pour sa facilité d'utilisation?
2 quel prix pour un engin correcte sur un 40 pieds ?
Enfin le montage doit être impérativement sur cardan (gite du voilier)??

27 août 2019
0

Certes oui, le radar broadband , sans risque pour la santé s’il et à hauteur d’homme (sur vedette) et peut détecter les casiers, et autres objets si la mer est plate. Je m’en sers régulièrement dans les mouillages pour mesurer la distance des autres bateaux. Il est monté sur le mat d’artimon à +_ 4 m

27 août 201927 août 2019
0

ça fait quand même cher le télémètre.... :heu:

mais bon, au moins ça donne une utilité à cet équipement... :mdr:

26 août 2019
2

Le montage sur cardan est idéal mais si on s'en passe, il ne faut pas monter l'antenne trop haut. Ce qu'on perdra en distance de vision sera compensé par un écran beaucoup moins volage et donc utilisable.

26 août 2019
0

Il faut aussi savoir ce qu'on veut détecter: porte container à 16NM ou plus ou ofni à proximité? Monté haut un radar voit plus loin mais la zône aveugle de proximité augmente et réciproquement.

28 août 201928 août 2019
0

Suis d'accord sur le principe que depuis l'AIS le radar en echelle longue portée ne sert plus à grand chose. Un peu plus reservé pour ta remarque sur la zone aveugle: le mien est dans le mat à 6m et j'ai fait des essais au mouillage et voyais parfaitement toutes les bouées.
Concernant le cardan , il coute presque le prix d'un radar!!!!
ou alors bricole de ce style:

(allez directement à 4.30mn)
pour repondre à la question posée: bien sur encore utile!
kenavo
jak

26 août 2019
0

Idéalement au niveau de la 1ere barre de flèches.
Sur mon précédent bateau, l'antenne était trop haute, à mi chemin en les 2 barres de flèches (Bavaria 37)
Je n'au jamais eu de cardan

27 août 201927 août 2019
1

Le radar n'est pas constamment allumé, on peut programmer des temps de veille. Et on ne reste pas l'oeil vissé dessus, on peut programmer aussi une alarme sur une zone déterminée. Et maintenant, les écrans cristaux liquides ne consomment plus..

27 août 2019
12

On prend les deux .radar ais transpondeur et basta

27 août 201927 août 2019
1

Je viens de démonter le mien : très vieux et très lourd. J'ai l'impression que le bateau est un peu mieux dans le clapot, mais il y a certainement une grande part de subjectivité la-dedans. A confirmer sur les régates d'automne.

Je ne doute pas que le radar soit un équipement utile et les modernes sont sans doute bien plus ergonomiques que celui que j'avais. Mais, le mien était vraiment trop compliqué pour moi. L'hiver suffisait pour que je désapprenne le peu que j'avais compris durant l'été. Je ne navigue tout simplement pas assez pour acquérir la moindre expérience sur ce genre d'équipement. En plus, il était à la table à carte, sans visu depuis l'extérieur, dont pratiquement inutile pour la plupart des navigations. Il y avait peut-être le moyen de programmer des alarmes. C'était sans doute expliqué quelque part dans la notice en 80 pages fournie.

Avec l'AIS, j'ai des petits bateaux qui s'affichent sur la tablette, la où je suis, dans le cockpit. Je clique dessus et j'ai, leur nom, leur vitesse et leur cap... C'est ultra simple d'utilisation. J'adore.

Certes, les pêche promenade n'y sont pas. Je ne sais pas quelles fulgurances poussent ces embarcations à mettre régulièrement des coups de bourrin pour venir dériver 1/2 mille devant mon étrave au lieu de rester où ils sont (5 mn à peine avant croisement à 6 knts). Une communication télépathique avec les maquereaux peut-être (je suis la, je suis la, vient me pêcher stp) ? Est-ce qu'un radar serait d'une quelconque aide dans ce cas ? Je n'en sais rien, mais je ne crois pas.

Bonnes navs.

27 août 2019
3

Radar +AIS bien sûr.
Lors de mon récent retour de Corse, je me suis usé les yeux à scruter la mer pour trouver le voilier que j’étais en train de dépasser.
Le radar l’avait accroché à 6 NM et je l’ai aperçu enfin à moins d’un NM. Il avait des feux très faibles quasi invisibles.
Grâce au radar, j’avais pu anticiper la situation et altérer légèrement ma course. Sans le radar, pas sûr que j’aurais vu son feu de poupe...
Donc pour moi, il n’y a pas débat. La nuit, radar.
Sans parler des pêcheurs tous feux éteints qui posent des filets dérivants au large de la Corse...
L’AIS offre le confort d’être vu par les cargos et ferries, qui bien souvent, lorsque le CPA est limite prennent 1 ou 2 degrés afin d’augmenter le CPA, et ce à plus de 10 NM de vous. Un petit appel sur le 16 pour remercier et souhaiter bonne nuit.
Ciao
Polo

27 août 2019
0

La Sécurité en général est fondamentalement basée sur la redondance des informations
(La notice complète d'un Radar est accompagnée d'habitude d'une feuille plastifiée aide mémoire que l'on laisse juste à côté de l'écran pour pouvoir se remettre au besoin en mémoire les fonctions des quelques commandes utile).
Les petits bateaux de pêche sont très bien vus au radar, ce qui permet d'éviter les nombreux abordages possibles (Il est toujours très surprenant de partir en navigant au radar dans la brume en pensant que ce type de temps doit dissuader les bateaux non équipés de radar de sortir et de se retrouver à peine sorti du port, en face d'une nuée de ces petits bateaux, déjà en train de pêcher, en se demandant d'ailleurs comment ils ont pu arriver la avec ce manque de visibilité.

27 août 201916 juin 2020
2

J'ai l'impression que comme assez souvent on confond coût et utilité.
Ou plutôt on met au rancard l'utilité pour des raisons de coût.
Mais quel est le coût de la sécurité au regard du risque ?

Partant du principe assez peu contestable que l'AIS ne voit pas tout loin s'en faut, la decision est affaire de conditions dans lesquelles on s'engage.
Mais parler du radar comme étant devenu inutile serait tout de même assez surprenant.
Dire qu'on fait l'impasse sur cet équipement, soit, c'est le choix propre à chacun selon ses intentions, son programme, la fait d'être en équipage ou pas, notamment.
Dans ma boucle Atlantique solo, j'étais bien content d'avoir mon radar à bien des reprises, inutile de détailler plus je pense.

Pour ce qui est de la consommation, avec un "watchmode" de scrutations intermittentes sur un rayon de détection et alarme, associé à ce qu'il faut en matière d'énergie (... Faut savoir ce qu'on veut quand on projette d'aller là ou on veut aller.) n'est pas du tout un problème.

Solo ou pas, c'est incontestablement un élément de sécurité ... Pour moi et les choix que j'ai fait dans mes navigations.

Photo jointe, trace radar d'un petit monstre colérique, un joli grain que j'étais bien content de voir passer à côté, en pleine nuit.

27 août 2019
0

Et le mer veille ?

27 août 2019
2

Cela rajoute de l'efficacité à la veille "passive": se rendre compte de la presence des autres.Surtout en haute mer, à la côte il risque de sonner tout le temps.
Un autre instrument similaire mais qui est aussi "actif" (se faire aussi voir par les autres) est l'amplificateur de retour radar (echomax, seame, etc): il previent (buzzer) à bord quand il est touché par un rayon radar (bande X ou les deux X et S), donc même fonction que le MerVeille, mais il renvoie sur le radar émetteur une écho très amplifiée. Pour la haute mer en solitaire c'est ce que j'ai choisi (en plus de plein d'autres bêtises dont entre autre le transpondeur ais), c'est cher mais après usage j'en suis très convaincu.

Exemple parmi d'autres: navire croisé en haute mer: aucune trace AIS, bien visibie à 12M sur le radar, bien détecté par l'amplificateur de retour (petit boîtier noir, buzzer sur OFF)

27 août 2019
0

bonne question!
pendant plusieurs années, on trouvait dans les instructions/homologation vendeurs en France "seulement pour bateaux de course et à 50M minimum des côtes".
A l'époque j'avais posé la question à l'ANFR sur l'existence d'une norme spécifique mais je n'avais pas reçu de reponse (en plus de celle automatique).
Depuis un deux trois ans, ces produits (en particulier le Echomax X ou XS) sont en vente chez plusieurs distributeurs français, sans aucune annotation reglementaire particulière, je ne sais pas si cema veut dire quelque chose.
J'ai essayé de trouver ce type de produit dans la liste de ceux indiqués dans la partie "e-administration" du site Anfr, quand on veut faire "Ajout de matériel" dans la licence, mais il n'y apparaît pas.
Voilà ce que j'ai constaté à ce jour. Il est possible que ces appareils ne soient pas (encore) autorisés, donc utilisation illégale, je ne sais pas; en côtier je ne l'utilise pas (sauf brouillard), sans licence à priori toute émission radio est illégale même au large (sauf bandes spéciales genre talkiwalkie et compagnie)
.
Je crois que les soucis technico/reglementaires soient nés avec les tout premiers appareils, qui amplifiaient les uns les autres leurs propres reponses amplifiées (du moins ce qu'on disait), depuis un moment ce genre de problème n'existe plus, j'ai navigué de conserve avec d'autres avec le même appareil sans problème particulier ni pour nous ni poiur les autres simples receveurs.
.
Si quelqu'un avait des renseignements plus à jour ce seraît avec beaucoup d'intérêt.

27 août 2019
0

@ roberto : l'ampli de retour radar est-il autorisé en France?

27 août 2019
3

Pour résumer, la seule aide à la navigation vraiment indispensable, c'est la carte Michelin.

Hervé

27 août 2019
0

Tout peut arriver. Autrefois mon prof de navigation Astro, style Tournesol, m'avait raconté avoir embarqué comme simple passager, sur le bateau d'un ami a priori de confiance, et parti en soirée d'Italie vers le sud constaté que son skipper, alors un peu désemparé, avait oublié d'embarquer toutes les cartes marines. Une carte Michelin, fortuitement à bord, couvrant la zône de navigation apporta un peu d'aide.

27 août 2019
0

Avec une "carte michelin" ou similaire, un pilote genre sailing directions et un canevas de Mercator on peut tout à fait envisager un atterrissage d'urgence (on le fait parfois en exercice): on trace des grosse zones noires "NO GO" et on passe où on peut en sécurité, ce n'est pas le plus court mais à la fin on peut arriver chez un magasin de cartes nautiques :-)

27 août 2019
0

CataHorus, faut pas rire avec Michelin!
J'ai déjà raconté ici qu'une de mes premières navigations entre Arcachon et St Jean de Luz (précisément le mouillage de Fort Socoa), dans les années 60, j'avais sur ma petite planche en bois sur mes genoux, une carte de petite échelle (routier) et la carte Michelin de cette côte des Landes. Cette carte m'avait été très utile pour repérer les villages, surtout la nuit. C'était avec le crayon, la gomme et le compas tout mon attirail. C'est après que j'ai eu le Navitech. La vitesse était calculée grâce aux chronométrage des boules de papier jetées à l'étrave.
A l'innocent les mains vides.
Et je suis toujours en vie! Merci Bibendum.

27 août 2019
3

Je plussoie sur l'utilité des cartes Michelin (AMHA les meilleures du Monde!), qui permettent de se faire une idée de l'environnement pour les endroits où on accoste, importance des villes, voies de communication, type de paysages.

27 août 2019
0

Comme je voyage beaucoup, je peux affirmer que les cartes Michelin sont les meilleures au monde.

27 août 2019
0

Voir (RADAR), c'est utile; être vu (AIS), indispensable AMHA.

28 août 2019
0

Et avoir son radar en marche permet également d'?tre vu par ceux qui ont un radar.

Hervé

28 août 201916 juin 2020
0

bonjour Hervé,
malheureusement non, tout au plus il peut y avoir des marques d'interférence comme celles-ci, qui ne disent pas grand chose

28 août 2019
0

Ça, je me demande comment ça marche ? Je "capte" (je ne sais pas comment dire) des gros cargos ou autres, je ne vois pas de différence avec l'écho d'un voilier. Sans doute une fonction que je n'ai pas.

28 août 2019
0

On capte un echo dont l'intensité dépend de la surface et de la matière de la cible. Un bateau en plastique sera moins facilement détecté qu un cargo et plus tard. Le radar ne dit pas ce que c'est bien sur. C'est juste une cible.
Pour CataHorus, il est faux de croire qu un radar allume permet d'etre détecté. En aucun cas. Ca peu juste faire des interférences sur l'écran comme le montre roberto rien de plus

28 août 2019
0

Légende urbaine donc. C'est bien ce que je pensais.

28 août 2019
1

Pas tout à fait. Le radar - allumé - permet d'être détecté pas les bateaux équipés de mer-veille.

03 sept. 2019
0

Mer veille . Ca date un peu, non ?

04 sept. 2019
0

Oui mais alors si on a un mer veille (en marche), on ne peut pas avoir un radar en fonction ...

28 août 2019
0

légende urbaine? en ville , pas vu de bateaux avec radar, mais bien des détecteurs de vitesses.

03 sept. 2019
1

Bonjour
Personnellement dans ma transatlantique et surtout dans la traversée du Gascogne quand je prenais mon quart j’allumais systématiquement le radar et l’eteignai ensuite (35 milles nautiques çà fait une distance suffisante pour couvrir mon quart)pour économiser les batteries... mais quand tu as des bateaux de pêche à la toque qui n’allument pas leurs ais pour planquer leur coin de pêche (surtout les espagnols)il vaut peut être mieux avoir un radar et je ne parle pas de certains ofnis (même si ,je le concède ,on ne peux pas tous les voir!)

03 sept. 2019
0

Si on a pas d'AIS, pourquoi pas si on a des Ah à revendre.
En navigation dans la brume, vu la faible portée (quelques milles) sur les petites cibles non émetteur en AIS, il faut mieux ne pas quitter l'écran et espérer que ce qui arrive ne va pas trop vite......

03 sept. 2019
1

Vécu: quand de nuit, on repère au Radar qu'un bateau (au final de grande pêche) revient systématiquement pendant une 1/2 heure en route de collision on se méfie sérieusement et on prépare une tactique d'évitement (cette nuit la, en urgence, affalement des voiles et moteurs à fond, pour échapper à l'étrave du crétin) et quand au milieu de nulle part à 100nm des côtes on tombe sur une nuée de pêcheurs (espagnols) sans AIS, on est content de sa surveillance radar.
Naturellement dans la brume on va lentement et on est très vigilent.

03 sept. 2019
0

Bonsoir, sans déconner on peut voir les containers avec un radar?
Et deuxième question: De nuit pour moi en med ca doit etre moins d'une rencontre sur 10 sans l'AIS et je veille constamment alors bof j'ai pas encore ressenti le besoin du radar. Mais on est en Europe, et donc peut etre pas les plus mal équipés. Y-a-il des coins sur terre ou l'AIS est si peu répendu que le radar regagne en utilité voir ne redevienne carrément une necessité? Merci pour le partage.

03 sept. 2019
2

Par mer calme au radar on voit les goelands qui se reposent sur l'eau.

Ici deux video, image radar d'une zone pleine de casiers (on en voit quelques uns sur la deuxieme pietre video, pas assez de definition mais c etait plein)
sybrancaleone.blogspot.com[...]ar.html

Quant a':
"Y-a-il des coins sur terre ou l'AIS est si peu répendu que le radar regagne en utilité voir ne redevienne carrément une necessité"

il y en a plein plein plein.
Le probleme de la veille radar (en solo) est que c est tres chronovore: si on voit une echo suspecte, on la suit et cela prend du temps, puis meme si elle n est pas dangereuse, on ne peut pas reenclencher l'alarme jusqu a quand elle n est pas sortie de la zone de garde (sauf avoir un Marpa bien sur), donc cela prend encore du temps. Un navire rattrapant en biais, sans aucun danger, peut mettre des dizaines de minutes avant de disparaitre de l ecran, donc quand on est supermarin on attend la seconde qu il sorte pour remettre l alarme, quand on n est pas supermarin parfois on s endort sans remettre l alarme. Bon la realite montre que super/pas super tout le monde fait des betises, en tout cas c est sur il y a une augmentation du risque.

Un autre probleme de la veille radar: la vitesse des cibles en zones a trafic. Exemple en remontant du sud vers le DST de Gibraltar, beaucoup de navires dans le rail officiel, on "plotte" les cibles au radar echelle 6 ou 12M, on compare avec l AIS, on cherche le "trou" pour passer, tout a coup une grosse fleche AIS d un navire hors champ radar mais tres rapide, qui s averera croiser avant la plupart des autres, plus proches. En ce cas, aller faire le plot radar CPA d'un navire rapide sur echelle radar 16-24milles, du moins sur les radar plaisance est presque impossible obtenir quelque chose de significatif pour etablir sa route.
Entretemps bien sur des echos fortes au radar mais sans aucune signature AIS, sauf arriver a 500m et etre eclaires avec les pecheurs qui hurlent "al sur capitan, al sur capitan" sauf qu on veut remonter vers le nord :-D

Tout ca pour dire que ces expressions a la mode "le truc A c'est has been", ou "il n y a que le truc B qui est utile", au moins pour moi n ont aucun sens, il y a des moment ou on remercie d avoir un appareil, d autres ou on se maudit de ne pas avoir un appareil different; le mieux est de les connaitre et decider selon sa navigation et profil de risque.

04 sept. 2019
0

C est une source d information parmi d autres, avec importance differente selon ce qu on fait ou on en fait.
Amha il y a quand meme une certaine asymmetrie stress/avantages: il vaut mieux savoir qu il y a quelque chose et trouver peut etre un goeland, que ne rien savoir de ce qu il y a autour et trouver un chalutier devant l etrave.

04 sept. 2019
0

Merci Roberto pour tes explications. A te lire on a l'impression qu'un radar donne souvent de faux positifs. Ca a l'air unnpeu stressant votre truc.

04 sept. 2019
2

"Le probleme de la veille radar (en solo) est que c est tres chronovore"
Ca veut dire que pendant ce temps-là tu ne veilles QUE le radar ?

04 sept. 2019
0

Quand on utilise un radar, a priori c'est qu'il n'y a rien à voir à l'œil nu.

04 sept. 2019
0

non non, au fait on parle/se refere en contemporain a plusieurs aspects differents de la navigation avec radar.
Par brouillard, je dirais c est 90% veille/pilotage radar, sauf regarder devant de temps en temps en cas de croisements avec des petits bateaux; de nuit par visi normale, perso j'utilise la veille radar seulement dans des cas specifiques, exemple les bateaux de peche dans la zone cotiere (disons jusqu au sabot continental) en zones genre Afrique ou Am du sud tu dois avoir vu cela, ou ils n ont souvent aucun feu de nav, sans meme pas parler de l ais, la des que l alarme radar sonne on doit le garder eteint jusqu a quand le bateau sorte de la zone de controle de l ecran, ce qui peut prendre pas mal de temps pendant lequel on ne peut pas accumuler de sommeil meme en l absence de danger, juste parce que l echo est dans la zone de garde de l ecran.
Ailleurs/conditions differentes, utilisation differente, de mon cote le radar c est plus rare.
bv r

04 sept. 2019
0

Perso, je suis pour la redondance des équipements et des infos.
Ca m’est arrivé de veille seul en quart de nuit d’avoir une alarme radar. Je la visualise bien, je vais dehors et cherche une lumière dans la nuit noire. Rien.
Je vérifie l’AIS, rien.

D’après le radar, ça semblait être un cargo qui était perpendiculaire en avant de ma route loin sur mon tribord.

Deux options, se rapprocher et attendre un peu ou changer ma route de 20 à 30 degrés sur tribord pour passer derrière.

C’est ce que j’ai fait et bien m’en a pris. C’était bien un cargo, je n’ai vu ses feux qu’à moins de deux milles.

Hervé

04 sept. 2019
1

radar or not radar, je n'ai pas d'avis catégorique, j'ai seulement remarqué que dans certains bassins de navigation il est utile, voir indispensable et dans d'autres il n'est pas très utile, voire inutile.

(j'ai navigué sur des bateaux sans jamais allumé le radar et sur d'autres en regrettant qu'il n'y en ai pas un.)
comme ce fil peut aider certains à savoir si ils s'équipent d'un radar ou non il serait peut-être bien de leur suggérer dans quel bassin de nav il est inutile, superflu, utile, indispensable.
par exemple :
Terre Neuve / indispensable
Bretagne / Utile
Languedoc / superflu
Corse / inutile
bien sur tout le monde ne va pas être d'accord, en fait il faudrait faire un sondage sans commentaires possibles :-p

04 sept. 2019
0

En Corse il y aussi de la brume bien épaisse même en plein d’août. Et là ça ne rigole plus du tout vu le trafic .! J’ai évité une vedette sur une route de rencontre rien à la VHF et sur l’ais. Chacun gère son avenir comme il veut. Pour une fraction dérisoire du prix et de l’entretien d’un voilier hauturier se mettre en danger soi et les siens faut être très radin et inconscient. Idem la nuit sur une traversée Corse continent pour l’avoir pratiqué quelques dizaines de foi en solo.

04 sept. 2019
0

Faudrait poser la question au skipper du Figaro3...

04 sept. 2019
1

Elle était à la dérive ou bien à sa place sur une carte, cette bouée de chenal éteinte?

04 sept. 201904 sept. 2019
04 sept. 2019
0

Elle n était pas éteinte
elle n à jamais été allumée

04 sept. 2019
0

Eteinte? Jamais allumée? Bon ok passons...
Elle etait à la dérive ou bien à sa place indiquée sur les cartes, cette bouée "non lumineusement active" ?

04 sept. 201904 sept. 2019
0

D après ce que j ai compris elle était à sa place

04 sept. 2019
3

Étonnant qu'on ressorte encore ce pseudo-débat entre radar et AIS.
Le radar montre (plus ou moins bien) tout ce qui est dans un rayon donné : navires, balises, côtes, phénomènes météo. Il permet d'évaluer avec une approximation variable cap et vitesse des cibles en mouvement. Aucune info sur la nature des cibles en mouvement, leur taille précise et encore moins leur identification.
L'AIS montre une partie seulement des objets dans la zone de détection, c'est à dire navires, balises et phares équipés d'AIS. Mais il les montre avec tous les détails, leur identification et des calculs précis des routes de collision. En plus, il permet d'être vu.
Avoir les deux n'est pas avoir une redondance puisque ce ne sont pas les mêmes informations.
Choisir entre l'un et l'autre, c'est juste choisir de quelles informations on souhaite se priver.
Après, chacun fait comme il veut ! :goodbye:

04 sept. 2019
0

Il existe une petite option concernant l'AIS, on peut être suivi par satellite (pour pas trop cher).

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie en Patagonie

Après la pluie...

  • 4.5 (140)

Après la pluie en Patagonie

mars 2021