Le près n'est plus ce qu'il était...

p'tet bien que "faire du près" à la voile sera bientôt considéré comme rétrograde ou archaïque ?

Il est vrai que quand on navigue un peu, il n'est pas rare maintenant de voir des voiliers remonter au vent, GV bordée plat et moteur en route.

(Au vent arrière aussi d'ailleurs, mais ça c'est un autre débat !)

Pour moi, bêtement, un voilier c'est fait pour se servir des voiles, quelle que soit l'allure, mais...

Quand on voit le parcours de M. Joubert, architecte auteur d'un nombre incalculable de plans, à la réputation internationale, on peut se poser des questions...

Propriétaire d'un Damien en acier, il eut ensuite un cata hyper-rapide, pour finir par "Marguerite", fifty acier propulsé par deux grosses bourriques pour - selon ses dires - "ne plus s'emmerder à remonter au vent "

Etonnant, non ?

Doit pas être "intégriste", le gars...

L'équipage
16 août 2009
16 août 2009
0

Je dirais plutot
qu'il n'est plus tout jeune....
Si je fais une introspection :
- en 2007 : tout à la voile , quitte a arriver (bien) aprés les amis...
- en 2008 : assistance des voiles avec le moteur pour avoir un meilleur angle de remontée au vent
- en 2009 : quand les calculs m'annoncaient que j'allais arriver (assez) tard au mouillage : moteur droit devant ....
J'ai vielli :-(

16 août 2009
0

les moteurs ont changés
et aussi les bateaux.
J'ai fait, il il y a une dizaine de jours, 40 miles au vent arrière, avec un vent mollasson et une mer formée.
Je sais c'est rare mais c'était le cas. Un mauvais souvenir pour tout dire, la bome passant de tribord à babord au grès de la houle et les voile portant à peine.
ce jour là, j'ai croisé et été dépassé par des bateaux ,gd voile dans l'axe, genois enroulé et moteur...route directe.
je ne sais pas s'ils étaient plus confortables que moi, mais pourqoui pas une vedette dans ce cas plutot qu'un voilier ?

16 août 2009
0

pas vraiment çà...
pas un problème de moteurs, ni de voiliers, mais bien de la manière de s'en servir.*

les conditions que vous rapportez ne devaient pas être très favorables en effet. Mais bon...

NB avec peu de vent et de la houle, il aurait été bon de gréer une retenue de bôme, pour éviter les empannages intempestifs. Si je peux me permettre... ;)

  • "ne juge pas et tu ne sera pas jugé" - Matthieu 7, 1 - 5
16 août 2009
0

sur le "2009" :)
il est certain que parfois, l'usage du moteur pour remonter vent debout se révêle quasiment indispensable.

soit que la zone où l'on a prévu de passer la nuit au mouillage sera inaccessible vu l'heure d'arrivée trop tardive (et qu'il n'y en a pas d'autre pour se récupérer)

soit (dans les zones à marées) qu'il n'y aura plus assez d'eau pour y accéder

je ne pense pas que ce soit vraiment une question d'âge, mais dans le cas présent de bon sens et de nécessité... :)

16 août 2009
0

le plaisir ...
andré, c'est pas que t'as vieilli, c'est juste que t'as déplacé le centre de poussée de tes plaisirs ... et que le bateau a passé du statut de plaisir en soi, au statut de moyen de locomotion et d'habitat pour voir du pays :heu:

16 août 2009
0

chaque chose en son temps ...
...et avec le bon outil.

Le près c'est génial avec un bateau de près et quand on n'a pas d'autres soucis que le plaisir du près, et à bord uniquement des personnes qui partagent le même avis :oups:

Le près c'est génial quand on veut gagner une régate entre trois bouées.

Le près c'est la mort des vacances en famille quand on a une famille et qu'on veut la garder soudée :langue2:

Le près ça ne sert à rien d'après le dicton "la voile c'est pour aller de quelque part vers n'importe où ailleurs". Suffit d'aller vers là ou le vent portant nous emporte .

Le moteur c'est génial quand on n'a pas envie de faire de la voile ce jour-là mais qu'on veut aller voir ailleurs ce qui s'y passe.

Le moteur c'est génial quand on n'a plus "vingt dents" et qu'on se sent un peu mou ce jour-là.

J'ai beaucoup d'admiration pour M. Joubert, justement parce qu'il ne se laisse enfermer dans aucune chapelle, et que dans chaque chapelle visitée il a réalisé des bateaux originaux . C'est la marque des vrais grands.

16 août 2009
0

Voile plaisir
Chacun ses opinions et ses plaisirs. En ce qui me concerne, ce qui m'intéresse, c'est de faire "marcher" un bateau et de le sentir vivre sous mes pieds et sous mes fesses.

Faire bien marcher un bateau au près et tirer des bords est un régal, le moment le plus fréquent où j'arrête est quand mon équipage commence à fatiguer.

Le bateau camion sans aucune réaction en permanence sous pilote, je pratique trop, ça devient un moyen de locomotion, par exemple avec de gros catas bien mous, AMHA, ce n'est plus de la voile.

Sans doute parce que j'ai fait beaucoup de dériveur et de courses-croisières.

L'autre plaisir où on sent marcher son bateau est sous spi avec un minimum de vent.

Mais je ne suis pas un fanatique et sais raison garder, il m'arrive comme les autres de terminer au moteur.

RV

16 août 2009
0

faut aussi dire
que le rorqual , au près , c'est un rail, un régal de stabilité, quand bien calé , il trace sa route impertubablement, en douceur. C'est vrai que c'est le type de canot avec lequel de très long bords au près ne tournent pas en galère inconfortable..

Bon c'est sur pour l'virement de bord, y a du monde devant à torcher.. ;-)

16 août 2009
0

C'est vrai aussi
que je me suis fait plaisir sur la transat retour ;
mon spi assy n'a pas franchement apprécié mais bon ...

16 août 2009
0

Je ne dirais qu'une chose…
Vive le vent arrière !

16 août 2009
0

Tu as bien raison Lorenzo ,
relisons l'ami Antoine : il ne fait jamais de pres lui (enfin pas beaucoup ....) il se laisse pousser, peinard !

16 août 2009
0

suis d'accord mon lolo
et ton freedom avec sa quille longue ça doit être un rail au portant.

Néanmoins j'ai été bluffé par la douceur et la stabilité du rorqual 44 de RV au près.

faut dire que le bestiau est lourd, et que la longueur à la flotaison doit bien prendre 2 mètres une fois gité

16 août 2009
0

Aux allures portantes,
la vie à bord devient tellement plus facile.
Vent apparent faible, mouvement doux.

Comme le dit si bien Robert,
le près est intéressant entre trois bouées.
Ou en côtier avec étape en fin de soirée…

Question moteur, il y a bien en milieu de baie que le vombrissemnt autour de moi me gène parfois un peu/beaucoup. Pour le reste, je m'en fous et oui : chacun fait ce qu'il lui plaît à partir du moment où il n'emmerde personne…

16 août 2009
0

Et j'ajouterai
Ce qui compte avant tout est que chacun prenne son plaisir

que ce soit sur un mini 6,50, un bon gros Nauticat a quille longue, un X, un Southerly, un sabot en acier ou en ferro, un bavajeannetau un trawler

aux allures qui convient aux équipages

16 août 2009
0

Sans doute
mais vois tu, quand tu t'es tapé trois jours de près, avec une mer formée où le voilier va contre le vent et les vagues, il me semble que le passage au vent portant devient un soulagement. Les vagues portent, poussent et le vent frais et fort, devient doux et s'oublie un peu.

Tout est question de programme.
Et je ne crois pas que le près soit l'ami de l'hauturier, même avec une bête de près.

16 août 2009
0

Vous oubliez tous....
que beaucoup de loueurs de voiliers, les louent pour le moteur, ils n'ont en général pas le permis moteur, d'ou location d'un voilier. C'est pourquoi on entend régulièrement des "PAN PAN" provenant de voiliers à l'"Aide mon moteur ne marche plus" !!!
C'est les plus dangereux aux mouillages et en nav.
C'est surtout valable en Méditerranée, en Bretagne ils sont nés dans une voile avec une Godille dans la main !!

16 août 2009
0

Hugo,
Tu trolles dans le troll?
"En Bretagne, ils sont nés dans une voile..."
On a quelquefois des surprises avec des voiliers arborant le Gwenn ha du! Il faut dire que tous les bateaux immatriculés en Bretagne ne sont pas obligatoirement skippés par des bretons... ;-)

16 août 2009
0

enfin un sujet troll...
... je commerçais à désespérer!

Justement l'autre débat m'intéresse.

  • On règle les voiles serrées (pas trop c'est fatigant)
  • On décide du cap avec le pilote
  • et si ça le fait pas ou si un petit bateau de rien du tout rattrape : Moteur! On a sa fierté quand même!

Pétole, vent contraire, courant qu'importe, on arrive au port pour prendre les rares place existantes et être au bistro et au restaurant à l'heure.

Cela laisse du temps pour tirer autre chose que des bords! :-D

16 août 2009
0

Ca ne me dérange aucunement de me faire passer par un voilier au moteur
ou sous voiles et moteur.

Par contre, se tirer la bourre avec un autre voilier, un pur bonheur. D'un coup, l'équipage se prend au jeu et tire sur les bouts, voire eng... le barreur. Même et surtout les enfants adorent.

RV

16 août 2009
0

il faut dire
qu'avec un Rorqual, le bonheur est dans le près ! :)

16 août 200916 juin 2020
0

ah bon ?
un sujet "troll", ce s'rait un sujet où chacun peut apporter son point de vue en fonction de ses goûts et de ses compétences ?

quelle troll d'idée !!

16 août 2009
0

gentlemen never go to windward
comme disent les anglais, les gentils-hommes ne font jamais de près

:-D

16 août 2009
0

ben moi
J'en ai ete jusqu'a m'inquieter du mauvais cap de mon bateau (marrez vous !)
Ok, il est tout vieux, les voiles aussi... Mais merde tant de difference de cap... Grrrr....

Jusqu'a ce que je comprenne.

est ce que c'est le fait que mon moteur soit bien vieux aussi, ou ca vient de moi ? J'aime la voile. Alors je voile au max.
je tire des bords de pres, de portant aussi d'ailleurs (pas de spi), Quite a arriver tard (dans la limite du raisonnable)
Putain ce que j'aime ca !!!!! :-D

Un copain "expert" m'a explique et regle mon mat, depuis le pres... Pfff... du bonheur ! (c'est fou ce que ca change le comportement du bateau !)
En balade cotiere hein, je comprends qu'en voyage ca soit une autre histoire...
A+, Lolo (voileux nouvellement contaminé)

16 août 2009
0

le près au moteur, plus confortable ?
Dans une mer agitée je préfère tirer des bords. Mon bateau passe bien mieux les vagues qu'au moteur et de ce fait la perte de temps n'est pas considérable.

Mais tous les goûts sont dans la nature: je connais un skipper qui attache soigneusement sa bôme pour qu'elle ne gêne pas dans le cockpit et n'envoie jamais ses voiles quel que soit le vent - son plaisir c'est d'avancer à 6 - 7 noeuds au moteur...

Je me demande aussi pourquoi certains ont des voiliers quand je les vois partir à 7 heures du matin au moteur, sachant que la brise ne se lèvera qu'au moment où ils auront atteint la prochaine escale.

Absence de permis ? C'est sans doute une explication, mais aussi peut-être la crainte de ne pas trouver de place au port ou au mouillage ?

16 août 2009
0

J'ai 2 voisins de ponton....
qui sortent jusqu'à force 3 au dessus ils restent, même au moteur!

Mais il est vrai au près avoir 12Nd de vent et marcher à 6/7 nd et pouvoir déjeuner ou diner à table sans que le verre se renverse c'est le pied si en plus il y a un voilier devant à l'horizon et qu'on arrive à le rattraper c'est encore mieux on aime régler ou pas les penons...

17 août 2009
0

Daniel le plus gros coup de vent.....
monte maxi à 10 nd ! et ça jusqu'à Lundi 24 21h
et souvent encore pétole avec risées de 0 à 5nd.
Un temps à aller à la pêche boire des coups et faire des siestes crapuleuses!!
32° aussi à dijon

17 août 2009
0

jour à tous
salut François
depuis pres de 15 jours je reste au mouillage pas une mouche qui pete rafales à 2/3 (nds) et mes 7t,5 à VIDE ne decolle pas autrement qu'avec le moteur alors annexe canne à peche et poissons à gogo, et même la soupe (j'ai encore à apprendre pour la rouille elle a le gout mais pas trop la consistance) pour ceux qui sont dans le Nord temperature exterieure 40/42 en plein soleil à l'abris du peu d'air les 50° sont sur le thermomtre et l'eau ce matin à 8h00 30° même la nuit c'est intenable bain toute les heures quasi obligatoire

16 août 2009
0

c'est vrai que naviguer au moteur
c'est ch...t, durant ces dernuères trois semaines j'ai essayé de l'utiliser qu'à bon escient (rentrée et sortie de port ou de mouillage) pourtant les deux derniers jours, sur le chemin du retour, quasiment moteur la moitié du temps; L'anémo coincé entre 1 et 5 nds vent debout; J'ai tiré des bords de 10h à 15h mais après ras le bol. Donc moteur sans honte mais sans plaisir. Utilitaire.

17 août 2009
0

pas plus tard
que la semaine dernière, voulant faire tout à la voile dans le raz blanchard au prés en tirant des bords, j'ai du coup pris la renverse dans le nez un peu plus loin. résultat, au lieu d'arriver à 14h, j'ai mis 6h de plus...et j'ai dû quand même utiliser le moteur alors qu'un autre bateau partit du mouillage 1h plus tard GVmoteur est bien arrivé à 14h.
c'est bien le tout à la voile mais, il y a certains coins ou il vaut mieux ne pas trainer et le moteur, çà aide. ce jour là, il faisait beau mais ce n'est pas toujours comme çà.

17 août 2009
0

Surtout quand on s'appelle Bitte en teck...
RV

17 août 2009
0

pas faux...
Le moteur, c'est comme la capote :

c'est meilleur sans, mais c'est plus sûr avec...

17 août 2009
0

le week end...
En fonction de la direction du vent, je pars au près pour m'amuser le samedi et je reviens au portant pour me reposer le dimanche...

C'est une option comme une autre...

Evidemment, quand c'est Murphy qui est à la météo, je fais du prés tout le WE et je me repose au bureau le lundi.

17 août 2009
0

Avec une bonne garde-robe
c'que j'préfère, c'est le près-à-porter... :-)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ecosse, convoyage en 2007

Souvenir d'été

  • 4.5 (106)

Ecosse, convoyage en 2007

novembre 2021