Le génois et uniquement le génois !

Bonjour matelots,
hier dans la baie de Paimpol le vent soufflait bon, plutôt que prendre un ris j'ai décidé de ne mettre que le génois.

J'ai constaté qu'avec seulement le génois je frôlait les 5nds.

La question est : ai-je bien fait ?

En partie oui, car je suis rentré au port, mais 2ème question : la structure de ma belle dame un Fantasia de 1983 ne souffre t'elle pas ?

Merci de vos réponses et bon vent belle mer.

L'équipage
26 mai 2017
26 mai 2017
0

Non!

26 mai 2017
1

mais ?

26 mai 2017
4

demain j'enlève le bas ..
alain :-( :cheri:

26 mai 2017
0

salut Fritz je t'attendais tu es matinal matelot !!

26 mai 201726 mai 2017
2

Bonjour,
aux allures portantes, ça va, mais dès qu'on remonte au delà du travers, le bateau n'est plus équilibré, mais cela fatigue plus le barreur ou le pilote que la structure...

26 mai 2017
0

bonjour Hoolof merci pour ta réponse. en faite j'ai décidé ça l'après-mid au retour environ 3h de nav. effectivement le prochaine fois je prends un ris

2

Ça dépend de la carène et du grément.

L'équilibre peut être parfait sur un grément en tête avec un génois a fort recouvrement si la tendance naturelle de remontée au vent de la carence gitée compense l'effet inverse du génois seul.

Sur mon First 25 sous 5 bft, c'était parfait et ça me permettait de remonter jusqu'à un près correct.

26 mai 2017
0

exactement mon cas. Je pratique souvent cette configuration qui convient très bien au bateau à "petit cul"

26 mai 2017
2

Non !
L'équilibre s'obtient en ajustant la voilure au conditions de vent et de mer !
Le génois ecoule les filets d air sur la grand voile et le grement complet facilite les virements de bords sans compter sur la fatigue du mat !
Mieux vaut arriser !

26 mai 2017
5

Vient testé et on en reparle.

cela dépend énormément de la carène et du type de grément.

26 mai 2017
0

Marcher uniquement sur voile d'avant est banal, et très utilisé.
Mais, en dehors de vertus véliques, on prête aussi au maintien de la grand voile la possibilité d'équilibrer et renforcer un peu mécaniquement la tenu du mat.
Pour ce qui est de l'équilibre vélique cela est fonction alors de plusieurs facteurs, en premier de l'allure de marche choisie.
La combinaison de voiles (ou d'ailes) est assez complexe mais la résultante des deux centres véliques est un foyer qui se situe entre les deux, et qui va ainsi se conjuguer avec le centre de dérive de la coque et donc influer sur la stabilité de l'ensemble.

26 mai 2017
0

comme dit Fritz mon bateau marche magnifiquement sous genoa seul, au point que je n'ai meme pas besoin de pilote, le cap est le meme, seul souci la relance est plus lente.

26 mai 2017
7

"Mais, en dehors de vertus véliques, on prête aussi au maintien de la grand voile la possibilité d'équilibrer et renforcer un peu mécaniquement la tenu du mat."
:pouce:

26 mai 2017
4

Pas tout a fait, et m plus la balancine tire tete de mat alors que les fausses bastaques couplées a un bas étai souque empêche toute velléité de pompage au mat :litjournal:

11 juin 2017
0

"Une balancine étarquée assure le même travail"
Sauf quand il n'y en a pas (plus) avec un hale-bas rigide...

12 juin 2017
0

Je n'en vois aucun! Quant aux inconvénients d'une balancine... j'ai donné.

01 déc. 2020
0

Quels sont ces inconvéniants? J'ai une bôme sans et pas de halebas rigide non plus, mais ce n'est pas toujours évident pour affaler ou mettre un ris par exemple.

02 déc. 2020
0

Je me suis fait ch... avec un voilier sans balancine pendant des années bêtement parcequ'il était monté comme ça, la première chose a laquelle j'ai pensé avec le bateau actuel, c'est d'installer une balancine !
Que du bonheur !

26 mai 2017
0

Vielles lunes en tout cas avec les mats pieu des f 30 melody et autres. J ai ajouté des fausses bastaques aukazou. On a fait 1000 milles en un peu moins de 6 jours sans souci avec un 7 8 je connais pas

3

Une balancine étarquée assure le même travail. :litjournal:

0

C'est effectivement un des inconvénients du montage de cet accessoire.

0

Je vais à la pêche.
Ah bon, tu vas à la pêche?
Oui, je vais à la pêche.
Ah, bon : je pensais que tu allais à la pêche... :mdr:

26 mai 201726 mai 2017
1

C'est vrai que j'ai le souvenir ému d'un passage de Creus sur le First 30 de mon pote qui se comportait très bien sous tourmentin seul avec des claques à 50'. Mais on venait d'exploser la grand-voile...

0

Je me suis fait une specialité de naviguer sous genois seul avec mon vieux southerly et ce a toute les allures sauf le pres serré,quand je met la grand voile je ne gagne qu'un demi noeud alors comme je suis epicurien ................ :-)

26 mai 2017
1

sur mon canot dans les petits airs ça ne marche pas, sans la GV je ne peux pas l'ordre au-delà du travers...
Mais des 10nds sans problème, mais je suis en tête et j'ai un gros recouvrement sur le genois

26 mai 201716 juin 2020
1

Et avec genack , seul , on a le droit ?
OUIIIIII , ça marche , oh pardon , ça voile...
Du moment que le mat est tenu vers l'arrière , pourquoi pas ?

26 mai 2017
2

Avec un gréement en tête, et un génois à fort recouvrement ça le fait, et avec un cul serré, c'est même pas trop fatiguant.

26 mai 2017
1

Ça marche parfaitement sur mon cata, génois en tête à fort recouvrement. Je fais presque le même près qu'avec la GV. En revanche, sauf au portant, si je suis obligé de rouler un peu de génois, ça marche beaucoup moins bien.
J'aimerais bien qu'un de ceux qui assurent que la GV contribue à la tenue du mât m'en fasse la démonstration mécanique. Je n'aurais jamais cru que la GV exerçait une force vers l'arrière... Ça ne doit pas être fameux pour les performances !

27 mai 2017
0

@ebraball
Bonjour, je dirais que la gv exerce une force sur la drisse de gv, qui avec un mat cintré vers l'arrière va amplifier le cintrage et ainsi venir en opposition de la force créé par la drisse de génois.

28 mai 2017
0

OK, mais moi j'ai un gréement en tête, barres de flèche dans l'axe et mât droit... et deux pataras en tête.
D'autre part, je considère que la balancine étarquée d'une GV affalée contribue plus au maintien qu'une GV poussante, cela fait comme un troisième pataras.

26 mai 201726 mai 2017
0

Merci pour vos infos et retour d'expériences, si vous passez par paimpol, un message en PV et on test ensemble dans la baie.
Kenavo

26 mai 2017
1

Justement je me suis toujours posé l
A question mon génois fais de mémoire 27m2 et ma grande voile 14m2
J ai tendance à réduire d'abords mon génois quand le vent monte et ne pas prendre de ris !!! J ai raison ou tort?

28 mai 2017
3

Lorsque les deux voiles sont en place, l'équilibre à la barre est un bon repère.

Sachant qu'un génois à fort recouvrement comme, en diminuant le génois on diminue le recouvrement on avance le centre vélique et le bateau est moins ardent. Mais, après éventuellement une première réduction à l'avant, il faudra s'occuper de la GV.

Réduisant le génois, on diminue les efforts pour border :heu:, mais on perd aussi de la puissance pour le près dans la mer formée. Il faut faire un choix. Personnellement, je préfererais garder la puissance et prendre un ris en premier.

Au portant, par contre garder la puissance devant est bien meilleur, et il vaut mieux arriser la GV.

01 déc. 2020
0

Génois 25m2 pour 11m2 de GV
Et bien c'est mieux de commencer par ariser plutôt que de rouler à mon bord

Donc, tester sur le bateau le meilleur confort à la barre !

26 mai 201726 mai 2017
1

Si c'est par flemme, t'as raison . :topla:
Depuis que j'ai un génois à enrouleur, c'est ce que je fais.
Avec des voiles d'avant à mousquetons,je prenais le ris d'abord. :heu: :mdr:

27 mai 2017
0

Ba c est un peut ça !!! Et êtres au pieds de mât quand cela bouge de trop j aime pas ça!!!!

27 mai 2017
4

Coucou

Comme dit plus haut, la gite a tendance à faire lofer un voilier, ça peut donc très bien s'équilibrer et donner un bateau très doux à la barre.
A surface égale le rendement peut être au moins équivalent avec une seule plutôt que deux (sauf si on a un mât aile profilé...) Sur les anciens plans de voilure (fort génois) ça marche en général très bien. L'angle de remonté sera en général un chouïa moins bon. Pour louvoyer sur une grande distance c'est pas l'optimum. Pour allonger la foulée sur un très grand bord de près (équivalent du prés serré moins 5°) c'est parfait
Autre facteur, en diminuant la gite la carène est mieux dans ses lignes et la résistance à l'avancement est moindre, le fait de gagner 6/8° de gite peut dans certains cas faire aller plus vite (sur ce genre de carènes/voilures, tous les régatiers s'efforçaient de ne pas faire giter leurs bateaux, en monotype la démonstration étaient flagrante) Un bateau plus vertical aura aussi un plan antidérive meilleur.
Moindre gite = plus de confort.
Vous aurez deviné que j'ai beaucoup pratiqué... Pour ceux qui n'ont pas encore testé, je les encourage à essayer.
Cordialement
Yves

27 mai 2017
0

Salut @yves
J'ai effectivement remarqué que la barre était moins ardente et donc moins fatiguante. Le vent était là en plus.
Merci pour ton expérience partagée.
Kenavo

27 mai 2017
0

Perso j'ai testé il y a 2 ans entre Port Haliguen et l'entrée du golfe avec la moitié du génois environ parce que ça soufflait à 30 kts avec des vagues jusqu'à 3,5 m qui arrivaient de côté et ben c'était nickel. J'avancais comme une fusée.
L'an dernier je suis passé entre les Berlangas et la pointe avant Peniche avec 3 tours sur l'enrouleur pour rigidifier le tube et j'ai fait des surfs à 12 kts. Et malgré la houle et la remontée des fonds c'était très facile à tenir. Je me suis même dit à un moment si j'arrive à cette vitesse je vais louper l'entrée du port et finir sur la plage, c'était de nuit.

27 mai 2017
6

Genois seul ça marche assez bien. Rajoutez un artimon et ça marche à la perfection !

27 mai 2017
0

Marche bien sur greement en tête

28 mai 2017
2

Le génois tout seul marche très bien, quelque soit le type de gréement, il suffit qu'il y ait suffisamment de vent pour que le bateau gite : l'effet de dissymétrie de carène qui fait loffer est beaucoup plus fort que le fameux équilibre vélique. C'est une technique que j'utilisais beaucoup à l'époque des focs à mousqueton, ce qui évitait de le changer.

29 mai 2017
0

Bonsoir, a vous lire cela signifie qu en solo sans pilote génois seul peut etre une solution très interessante si pas de près serré à faire?

29 mai 2017
0

Au contraire seulement au pres serre

29 mai 2017
3

Si tu veux naviguer barre amarrée, il est intéressant que le bateau soit au moins un minimum ardent : tu attaches la barre avec un léger angle, côté au vent (pour faire abattre), le bateau abattant gagne de la vitesse et prend de la gite, ce qui le fait loffer, alors il ralentit, perd de la gite, devient moins ardent et la barre toujours attachée le fait abattre. Ces lacets sont en fait très peu sensibles et le bateau avance souvent plus droit qu'avec un barreur moyen.
Donc ça peut marcher si le génois seul suffit à avoir un bateau un peu ardent, mais si la barre est molle ça sera plus difficile de garder le bateau sur son cap.

30 mai 2017
0

Sur mon vieux plan IOR (Contessa 35) je le fait très souvent tant au près qu'au portant, cela fonctionne parfaitement.

08 juin 2017
0

Et là je me suis dit "le génois que le génois"

Retour de croisière Paimpol Jersey Chausey et Paimpol
pour la 1er partie c'était du bonheur,

Lundi Chausey paimpol même si le départ était parfait , beau levé de soleil à 7h du mat' en milieu de matinée le vent nous a joué des tours,

Les prévisions étaient ..... 18h, le vent renforce.... avis de vent frais à grand frais......... 18h nous devrions être au port... bref le matin ça monte doucement 10nds 15nds ....20nds, rafale à 25nds puis plus tard 30nds établi.....40nds et rafale à 55nds.

Là on ne joue plus, surtout que nous sommes en plein milieu de la baie de St Brieuc et donc pas le choix droit devant.
Avec juste le génois et du moteur et de beaux couchés de bateau (vent plus vague) entre nous je préfère les couchés de soleil......
le canot un 37Pds nous a ramené au port.

Chacun de nous (trois équipiers et un skipper) était heureux de voir l'écluse de Paimpol. Une expérience qui forme le matelot.
Je vais mettre une barrette à ma casquette de P'tain.
et là je me suis dit "le génois que le génois"
amitié.

08 juin 2017
1

C quoi un 37 pds

08 juin 2017
0

evasion 37 pieds de Bénéteau

08 juin 2017
3

Je suis un peu choque, en toute amitie heossienne, par ton recit. A mon humble avis, tu viens de nous rapporter ce qu'il ne faut (theoriquement) surtout pas faire.
Et ce n'est pas parce que la ballade s'est bien terminee qu'il faut la prendre en reference et recommencer.
La voilure de gros temps meme sur une evasion 37 ce n'est pas le genois seul devant.
Dans ton cas, je suppose que la bonne toile du vent eut ete trinquette et 2 ris dans la GV, voir meme un ris dans la trinquette ou le tourmentin.
55nds c'est du tres serieux et laisser un genois en toile legere se manger cela c'est le meilleur moyen de l'abimer voir de le dechirer. Et la c'est la grosse galere avec appel au secours. A 55nds la traversee de la baie de St Brieuc va tres vite.
La regle par gros temps, du travers au portant, c'est de porter un cran de plus que la toile du pres mais pas plus. Bien sur il faut que l'accastillage suive et que les manoeuvres soient pratiquees par l'equipage, meme au port pour la premiere fois.
Pour la barrette (cela n'engage que moi), j'attendrai de faire une belle prise de ris + un beau changement de voile avant dans le mauvais temps sur une traversee Jersey ou Guernesey, si possible en grand coefficient et de ramener tout le monde a la maison sans coucher le voilier dans les vagues et sans rien casser.

08 juin 2017
0

le fjord 28 n a que le genois

08 juin 2017
1

Merci pour le retour! un 37 pieds?
Tu as pris le coup de vent qui m a fait rapatrier sagement mon bateau à Granville ;)
Ca fait de l'expérience ;)

08 juin 2017
1

Le problème c'est l'équilibre car le bateau est conçu pour naviguer avec les deux voiles.
Avec la grand voile on manœuvre à toutes les allures, ou presque (vent de face toujours un problème !...) mais on avance pas.
En école de voile nous apprenions la prise de quai à la voile donc avec la GV. Que ça n'aille pas vite était un avantage car ça permet de percuter le quai à faible vitesse ...Aujourd'hui il est interdit d'entrer dans les ports sous voiles. Sauf quand on a un moteur en rade.

08 juin 2017
0

si vous voulez naviguer avec une seule voile ;changer de bato
il y en à un à vendre en angleterre ,le" jullie marie"et la question ne se posera plus .
alain

08 juin 2017
1

Je pensais a ce fil hier, on a bombardé vent ar sous genoa, pointe a neuf noeuds sur les courtes vagues de la baltique puis un bord de ouf au pres plus 5 degrés a 6 nds de moyenne dans un clapot pourri et sans taper la gv n aurait servi a rien du tout sauf a generer des manoeuvres difficiles ds ces chenaux ettoit

08 juin 2017
0

J avais cap direct le bateau est parfaitement équilibré sous genoa au près et on était déjà gite a 20 25 degrés, avec la gv même avec un ris fallait enrouler,

08 juin 2017
0

C pas vrai avec un greement ior et un bateau qui adore le pres, cap absolument identique ne pas oublier que la portion de genoa qui dépasse le mat fait lofer,

08 juin 2017
1

humm pour le cap la barre était un peu ardente mais bon ça marche

08 juin 2017
0

Humm...
Es-tu sûr que pendant ton bord de près, la gv ne t'aurait pas permis de gagner un peu en cap?

08 juin 2017
1

Bon ok, si je comprends bien tu n'avais pas besoin de faire du cap, et donc l'absence de gv n'était pas pénalisant, mais si tu avais cherché à caper au maximum, la gv t'aurait certainement permis de gagner le dernier degré de cap manquant.
Mais bon tu auras certainement deviné que je ne suis pas un adepte du génois seul.
Au portant je veux bien, mais au près je ne vois l'intérêt de cette configuration, puisqu'à cette allure la gv ne gêne en rien, et elle aide à faire du cap.
Bref si nos bateaux sont équipés d'une gv, c'est qu'elle a son utilité, et c'est à nous de l’utiliser à bon escient. C'est un peu comme dire qu'un tangon ne sert à rien, comme je l'entend souvent.
Enfin, avec ou sans, chacun fait comme il veut, mais moi c'est avec, même au portant!
;-)

08 juin 2017
2

J'ai traversé l'atlantique d'Ouest en Est sous génois seul. Efficace, pratique et rassurant. Vent stable en direction mais variable de 15 à 30 noeuds, au portant, rien à faire.
A le refaire, je prendrai juste un vieux génois endraillé sur un étai largable, histoire d'économiser le GSE.

08 juin 201708 juin 2017
1

D'Est en Ouest c'est du portant alors oui sous genois pourquoi pas. Mais c'est mieux me semble t il sous génois tangonné à contre de la GV.
Dans l'autre sens il me semble que c'est du près alors sous génois c'est un peu bizarre !...

08 juin 2017
0

Non gds vents d w

08 juin 2017
2

Je n'arrive pas bien a comprendre comment on peut soutenir qu'un voilier sous genois seul est plus efficace que le meme voilier sous voilure complete et adaptee a la force du vent bien sur.
Dans mes references et pratiques, le seul moment ou la GV peut-etre inefficace et meme dangeureuse c'est le plein vent arriere.
C'est d'ailleurs pour cela que les trinquettes jumelles ont ete inventees.
Pour les autres allures et forces de vent les prises de ris, les foc 1 ou trinquettes font le travail tres efficacement et sans le gros couple a lofer qu'introduit systematiquement le genois, seul ou pas d'ailleurs.

08 juin 2017
4

Tu n'arrives pas à comprendre ?
Alors je vais t'expliquer...

Et pour commencer, je dois préciser que ces 2 derniers weekends, j'ai navigué au portant et par des vents de + de 20 noeuds établis (rafales à 35) sous génois seul, avec une grande satisfaction et, notamment, en faisant jeu égal sur plus de 20 milles avec 3 autres bateaux bien plus grands que le mien et ayant tous un morceau de GV (et qui partaient au tas régulièrement...).
C'est quelque chose que je pratique régulièrement et, maintenant, systématiquement au portant par plus de 15 noeuds de vent (hormis régate et/ou usage du spi symétrique).

Ma configuration : un Melody, donc, un bateau qui se prête très bien à cet exercice, avec son gréement en tête et son grand génois à recouvrement.

Au portant, dans le vent fort, avec GV+génois, c'est :
- instabilité de route (pilote inutilisable) qui s'accentue avec la houle
- départs au tas possibles
- empannages qui guette, avec casse et rique pour l'équipage.
- compliqué de prendre un ris
- Génois souvent masqué par la GV, ce qui empêche de descendre correctement dans le vent.
- le barreur sue à grosses gouttes et, en solo (pire pour moi : solo accompagné d'enfants), c'est compliqué car impossible de lâcher la barre.

Mêmes conditions Sans la GV :
- Stabilité de route grandement augmentée : pilote utilisable
- pas de départ au tas
- pas de risque d'empannage
- réduction de voilure hyper simple
- pas de diminution notable de vitesse (et au contraire, la stabilité de route acquise semble améliorer la moyenne).
- Le génois n'est pas masqué et porte tout le temps
- on peut barrer avec 2 doigts et lâcher la barre pour vaquer à ses occupations.

Il n'y a aucun pompage du mât (mais bon, le poteau du Mélody n'est pas une généralité) et pas de fatigue particulière du gréement.

Certes, dans le cas d'un gréement n/8ème avec petit triangle avant, grande GV, arrière très large, l'intérêt du génois seul serait discutable.
Mais avec un bateau dans le genre du mien, il n'y a vraiment pas photo !!

08 juin 2017
0

Effectivement cette configuration peut éventuellement se justifier au portant.
Mais tout dépend de ce qu’on appelle portant. Là en l’occurrence il semble que tu évoque des allures proches du grand largue/vent arrière, et dans ce cas effectivement le génois est gêné par la gv, mais pour éviter ça, nos bateaux sont équipés (en principe) d’un tangon qui permet au génois de se déployer tout à son aise, et, avec une gv arisée, ça le fait très bien .
Pour le reste, à savoir risque d’empannage, adaptation rapide de la surface, stabilité de route, là effectivement, selon les bateaux ça peut être une bonne configuration.
;-)

08 juin 201708 juin 2017
0

@swannee J'ai fait Mindelo Cap vert > Le Marin Martinique avec GV et Génois tangonné à contre. Cette configuration a été installé dés le départ et démontée 15 jours plus tard à St Anne Martinique. Le pilote a fonctionné de Mindelo juqu'au chenal du Marin. L'alizé oscillait entre 20/25 et 30/35 nds. Le bateau partait de temps en temps au lof en raison d'une mer croisée mais le pilote se sortait tout seul d'affaire. Nous nous sommes beaucoup ennuyé tant il n'y avait rien à faire !

08 juin 2017
0

J'ai un Fantasia DL de 1982, j'espère que mon humble retour d'expérience aidera notre ami Dth.
.
- au près : à partir de 17-20 kts établis, je prends un ris et je roule un petit peu. Chariot de génois en arrière, chariot de GV au milieu, voire un peu dessous. A partir de 25 kts établis, je prends le deuxième ris et je roule encore. Au-delà de 30, j'aurais mieux fait de pas sortir... :mdr: J'établis le tourmentin, le génois roulé aux 3/4 ne m'offre pas assez de stabilité de route.
.
- au portant : un génois 150%, c'est que du bonheur. A chaque fois que je peux, je le tangonne, et pour travailler mes empannages, j'amène la GV, c'est beaucoup moins dangereux et tout aussi efficace, surtout en solo. Je n'ai honnêtement jamais essayé sous génois seul dans de la grosse brise, mais ça me donne une idée et je tenterai. Ce que je fais actuellement : je garde de la GV, arisée s'il faut, et je travaille au chariot pour stabiliser.

.
I hope this helps.
Bon vent et mer belle à tous !

08 juin 2017
0

Ton genois et accessoirement son accastillage ne sont pas faits pour un usage par fort vent. C'est un bon moyen de tout abimer tres vite.
La toile du temps, quelque soit l'allure, font les voiliers surs et les bons capitaines.

09 juin 2017
0

Bonnes idées matelot je prends note pour mon fantasia DL lui aussi de 82.

08 juin 2017
1

Merci pour tes explications, les conditions que tu decris sont proches de celles que j'appelle plein vent arriere ou cette configuration se justifie.
Le roulis par contre reste mais il est lie a la forme de coque.
En lisant les posts j'ai l'impression que la configuration "genois seul" est pratiquee bien au dela du plein vent arriere et c'est la que je m'interroge.

Remarque sur les GV au vent arriere: les departs au tas sous GV et genois/foc aux allures portantes sont souvent dus a des GV trop bordees qui passent brutalement d'un mode d'ecoulement turbulent a un mode laminaire sur une auloffee due aux vagues ou a la houle.
Et la il n'y a rien qui arrete la toupie sauf a larguer l'ecoute de GV en grand. la regle "bome perpendiculaire a la girouette" doit etre respectee et la ca descend droit, meme sous pilote, car dans une auloffee la GV devente tout de suite et ne pousse pas comme une bete a la toupie.
Par contre il est sur que la GV est en vrac dans les barres de fleche ce qui pousse a la border un peu et la prochaine toupie n'est pas loin.

09 juin 2017
0

A vous écouter, pourquoi il y a des GV?
A noter que la gv aide au maintien du mat!!!

09 juin 201709 juin 2017
0

Navigue sur un misainier et, effectivement, tu te rendras compte que cette question n'est pas si bête. ..

09 juin 201709 juin 2017
1

Il est strictement hors de question que je mette les pieds sur un machin pareil. :lavache: :non:

Il ne t'aura pas échappé que ces bidules ne sont ni gréés en tête ni équipés de génois à fort recouvrement.

Par conséquent ils ne sont pas adaptés à un fonctionnement sous génois seul aux allures laminaires.

Subsidiairement, les manifestions auxquelles participent ces machines, comme ces machines elle-mêmes, m'indiffèrent totalement et je n'ai pas la télé.

0

Ce n'est pas pour autant que je trouve ça intéressant.

09 juin 2017
0

Navigue sur un class America d'aujourd'hui est tu comprendras( mais tu peux juste regarder a la TV...comme moi).

10 juin 2017
0

Certes, pas la TV, mais la TV, c'était avant, maintenant tu as ton clavier !!!

09 juin 2017
0

Le debat est biaise par les greements marconi des annees 70-90 avec des petites GV et des grands triangles avant.
Avec les GV a corne il ne faut pas longtemps pour comprendre la puissance, la finesse de reglage et l'importance d'une GV dans la propulsion du voilier. Les cata connaissent bien cela.

5

La question n'est pas de "biaiser" ou pas mais juste de constater que certains gréements privilégient le rôle de la GV alors que d'autres le minorent voire l'ignorent.

C'est pour cela que chacun des jugements exprimés ici est fort de l'expérience de celui qui le pose et que tout le monde a raison.

La réponse à la question initiale n'a rien d'absolu.

09 juin 201709 juin 2017
0

Il ne me semble pas avoir prétendu que ça marche "mieux".

Je dis juste que, sur les navires compatibles et dans les conditions compatibles, ça marche "bien".

La notion de "mieux faire marcher" un voilier est très personnelle.

En ce qui me concerne, je préfère un voilier qui marche correctement mais confortablement à un voilier qui marche fort et qui demande pour cela des efforts.

A mon bord, il n'y a pas de GV.

09 juin 2017
3

L'architecte dessine un greement avec des centres de poussee voile bien definis pour obtenir un bon equilibre avec le centre de derive selon les differentes gamme de vent.
Ne pas respecter cet equilibre ne peut pas etre favorable a la marche sous voile.
Cette remarque s'applique a tous les types de greement quelqu'ils soient.
Surcharger un genois medium par temps moyen-fort pour compenser le manque de GV est le meilleur moyen de l'user tres vite ainsi que son accastillage.
Que cette pratique soit plesbicitee par des skippers qui voient la un bon moyen de diminuer leur charge de travail sur le pont dans des conditions plus difficiles, je l'entends bien mais qu'on ne cherche pas a nous vendre que cela marche mieux comme cela.
Naviguer sous genois seul est un pis-aller acceptable mais surement pas un moyen de mieux faire marcher un voilier dans des conditions d'equilibre et de securite optimum.
Ceci dit chacun est maitre a bord.
A mon bord la GV est toujours envoyee en premier et abattue en dernier.

09 juin 2017
1

On peut aussi ajouter, pour être tout à fait objectif, que la présence, ou non, d’un enrouleur de génois peut influencer les choix de configuration.
Avec un enrouleur (cas le plus courant), on peut être tenté de n’agir que sur celui-ci en oubliant la gv. Perso j’aime pas trop !
A contrario, pour les adeptes des voiles d’avant sur mousquetons (c’est mon cas),et comme les manœuvres de changement de voiles d’avant sont chiantes, on peut être amené à réduire l’avant en priorité tant que les conditions sont tranquilles, et en conséquence à garder d’avantage de surface sur la gv, sachant que la prise de ris est une manœuvre relativement facile.
Mais en tout état de cause, en cas d’aggravation des conditions de vent et de mer, je me vois mal continuer à faire du près sous voile d’avant seule avec une surface plus importante que celle qu’elle aurait avec un peu de gv, que ce soit avec ou sans enrouleur.
;-)

09 juin 2017
0

Effectivement le génois est sur enrouleur.

09 juin 2017
0

C'est une pratique très franco française de n'utiliser que le Génois. Aux allures portantes pourquoi pas mais dès qu'il faut manœuvrer et passer au près faut pas nous raconter d'histoire c'est moins performant car le bateau n'est pas équilibré. Par exemple en cas d'homme à la mer on n'arrivera peut être pas à le récupérer !

4

C'est vrai sur certains voiliers mais c'est faux sur d'autres.

Un voilier gréé en tête avec un génois à fort recouvrement peut parfaitement être équilibré jusqu'au près sous génois seul à la condition que l'effet "mou" engendré par le génois soit compensé par l'effet "ardent" engendré par la gite.

Un plan de voilure, quelque soit son nom, est un plan de voilure avec des formes, un angle par rapport au vent apparent qui font son efficacité.

Un génois, à ce titre, est tout aussi "méritant" qu'une GV et, pour l'avoir expérimenté :
- Sur un first 25 la petite GV de 12m², seule, au près, a comme seul résultat, quelque soit sa forme, d'avoir un navire qui n'avance pas et qui est hyper ardent (ardent par l'effet du vent sur la GV qui est très reculée sur ce type de gréement et ardent++ par l'effet de la dissymétrie de la carène gitée).

En revanche, le génois seul, de 24 m², à fort recouvrement (130 ou 140% je ne me souviens plus)l, dans la plage de vent ne nécessitant pas son enroulement (4 à 5bfts pour un F25) s'équilibre parfaitement ce qui libère le besoin de corriger au safran, accélère le navire et, surtout, offre un confort de navigation extrême : dans les surventes, le bateau augmente sa gite, loffe légèrement et diminue automatiquement l'angle du plan de voilure, quand le vent diminue, le bateau retrouve automatiquement sa trajectoire.

Bien entendu, cet avantage disparait dès qu'on avance le centre de poussée du génois en enroulant.

Sur un misainier à furcula, la seule voile est taillée comme un génois et ça fonctionne très bien.

En revanche, sur un bateau moderne avec une grande GV et une minuscule voile d'avant ce serait ridicule.

09 juin 2017
0

Effectivement il faut penser à l'homme à la mer

09 juin 2017
0

Et donc ? S'interdire de naviguer sous spi ?

09 juin 2017
3

Certainement pas une pratique franco française! Je rencontre rarement des bateaux navigant sous génois seul alors que c'est une pratique courante de l'autre côté du Channel.
Jusqu'au vent de travers, c'est une pratique extrêmement confortable, le bateau est très stable sur sa route, le pilote ou le barreur ne fait pas d'efforts.
A des allures proches du vent arrière, le GV ne masque pas le génois qui travaille à 100%, sans le travail incessant pour "regonfler l'un ou l'autre avec relativement peu de résultat.
A partir de grand largue et à condition qu'il y ait du vent, cela devient royal.
Particulièrement avantageux sur mon EdM avec un génois à 180%!
Mais il faut être certain de pouvoir faire une route directe, donc stabilité météo car pour envoyer à nouveau la GV en cas de nécessité, il faut revenir au près le temps de l'opération.
A utiliser donc à bon escient.

09 juin 2017
0

Bon, pour les débutants, je précise "tangonner au vent bien sûr".

10 juin 2017
0

ça me la coupe !

09 juin 2017
1

@boatlover.
Il ne faut tout de même pas prendre les vieux c... qui ont derrière eux quelques décennies de voile pour des c..., tout en sachant qu'ils le sont!

Au vent arrière, la GV (avec une retenue de bôme) et le génois tangonné en ciseaux est, bien sûr, la formule si on ne veux pas envoyer le spi, tâche à laquelle répugne un vieux, malgré la chaussette. L'autre solution consiste à tirer des bords de largue, avant la limite du déventement du génois par le GV, solution rapide et élégante.

Lorsqu'on navigue avec les voiles en ciseaux, on peut améliorer l'efficacité en envoyant un petit foc libre opposé au génois. IL récupère les filets d'air qui s'échappent par l'avant du génois. Je gagne ainsi 0,5 à 1N dans cette solution.

Mais avec une bonne brise, le génois seul est une autre solution particulièrement efficace et confortable, qui évite en outre les empannages. Et là, même pas besoin de tangonner le génois.

Au plein vent arrière, les bateaux des années 70 comme l'EdM, le First 30 et quelques autres, qui étaient de remarquables bateaux de près, on tendance à se traîner et à rouler.

On voit bien qu'il existe de nombreuses solutions qui dépendent de l'âge du capitaine, du fait qu'il soit en solo ou en équipage, plus ou moins flemmard et épris de confort, du bateau plus ou moins apte à telle ou telle solution, de la météo, de la distance à parcourir etc...

En combinant tout cela, les variantes plus les variantes de variantes deviennent très nombreuses, mais la question de départ était celle de l'utilisation du génois seul.

09 juin 201716 juin 2020
0

Pour ceux qui en douteraient j utilise aussi spi et gv :acheval: :mdr:


09 juin 2017
0

Incroyable mais vrai

09 juin 2017
1

Mais screugneuneu, arrêtez de dire qu'aux allures proches du vent arrière la gv masque le génois. Il est évident qu'au vent arrière, et même au grand largue, on utilise le tangon, et dans ce cas elle ne masque rien du tout. Si on fait du vent arrière c'est soit gv et génois tangonné (ou spi), ou génois seul. Et avec génois seul, on peut aussi tangonner.

09 juin 2017
0

En ciseaux. ;-)

09 juin 2017
1

Hé, hé, contrairement à toi je ne savais pas que j’étais un vieux c.., mais maintenant grâce à toi, je le sais, sois en remercié.:mdr:
Plus sérieusement je ne partage pas ton avis sur l’avantage qu’il y aurait à tirer des bords de largue avec des bateaux comme l’edm, le f30, ou autres bateaux du même tonneau. En effet le gain en vitesse ne compensera pas la distance parcourue. Ce genre d’exercice est, à mon avis à réserver à des bateaux plus performants au portant que les bateaux cités. On retrouve d’ailleurs la même problématique entre spi symétrique et spi asymétrique.
Concernant la nav au plein vent arrière, le vrai, le plein cul quoi, si on ne veut pas utiliser la gv, ni le spi, il est, toujours à mon avis, préférable de tangonner le génois (plus ou moins réduit), parce que même sans gv un génois en libre aura tendance à déventer au plein vent arrière, alors que s’il est tangonné, il sera possible d’aller de la fausse panne jusqu’au largue, en fonction de l’orientation du tangon, et le bateau tirer par le nez par une voile parfaitement tenue pourra donner son maximum, et le skipper pourra siroter sa bière en observant les petits cumulus alizéens !
;-)

09 juin 2017
0

Yesssss!
Je n'ai perso aucun doute, et même que j'ai vu sur le site de l'asso ton bateau sous spi. Et même je te le donne en mille,sans patin d'amure! :pouce: ;-)

10 juin 2017
0

Moi ou je suis j'en vois pas mal mais il est vrai que les vents de face ne sont des navigations courantes. D'ailleurs quand c'est le cas c'est Yanmar/Volvo/...qui prend le relais. On est pas maso dans le coin.

09 juin 2017
1

Bon Dth, j'espère que t'as compris?
Pour certain la gv ne sert quasiment à rien!
Pour d'autres, elle est indispensable!
Enfin pour d'autres encore, ça dépend...de pleins de choses!

Alors la question qu'il te reste à poser, c'est : qui a raison?
Ben, ça dépend!...
:oups: :reflechi: :-D

09 juin 2017
0

Je te remercie @boatlover oui je fais une synthèse de tout et de toute façon c'est la baie les vents et la mer qui ont raisons sans oublier les courants. Il est difficile de faire la part des choses mais à mon poste de pilotage je vais me souvenir de vous tous et vos conseils.
Je suis heureux d'avoir affronté ce coup de vent et avec les Equipiers et l'équipière, ça rapproche et nous avons le même souvenir d'une mer devant qui il faut être humble.
J'ai tout lu, tout, et apprécie vos remarques.
Qui a raison ? Pour moi c'est celui qui rentre au port.
Kenavo.

09 juin 2017
0

En permanence à Fuerteventura, les vents étant nord dominants,j utilise le génois seul pour descendre vers le sud ! C 'est la meilleure allure pour Manapany pourtant mon génois n 'est pas un génois à grand recouvrement.
Pour remonter vers le nord, j attends d'avoir une renverse de vent car Manapany n est pas un foudre de guerre au près, la GV étant passablement âgée !
Souvent je remonte avec un ris dans la grande voile et moteur pour avance quoiqu en disent les puristes !

09 juin 2017
0

Pour ceux qui ont lu Francis Chichester (tour du monde sur Gipsy Moth IV) il naviguait très souvent sous voiles d'avant seules et pas seulement au portant. Des que le vent forcissait il affalait la GV et hissait une trinquette ou un tourmentin. Il est vrai que les conditions et les mer dans lesquelles il naviguait n'avait rien de comparable aux navigations de la plupart d'entre nous.
je pense qu'il n'y a pas de vérité et de dogme. Tout dépend du bateau, des conditions, du niveau de performance recherché..

09 juin 2017
1

Bonjour , ça dépend aussi du niveau de confort que l'on recherche.....ou de l'inconfort , que l'on est prêt à endurer...et combien de temps....et là chacun a ses limites....

10 juin 2017
1

En zone côtière, avec des obstacles, iles, hauts fonds, naviguer sous génois seul avec un vent assez fort ça peut vite aller dans les gros ennuis si le vent force encore , par exemple en cas de MOB, au dessus de 50 nœuds il est parfois impossible d'enrouler même au winch ça bloque et on peut se retrouver avec de la toile en plus non enroulée, (à contrario, la grand voile même arisée permet de déventer le génois aux allures portantes pour enrouler plus facilement) sans parler avec une mer levée de la quasi impossibilité de passer du largue pour remonter au près avec un génois seul, le bateau se vautre et se couche et part en crabe sans l'appui de la GV arisée.
On devient non manœuvrant dans des conditions de mer difficile alors que l'on pensait ne prendre aucun risque, j'ai donné une fois cela m'a servi de leçon.
Enfin le génois n'est pas fait pour supporter des vents forts, donc on bousille une voile (2200€ sur une 38 pieds quand même) et on use l'accastillage prématurément par fainéantise et facilité. Au large il en va différemment avec de l'eau à courir on peut naviguer avec une voile d'avant seule adaptée aux vents forts tangonnée si nécessaire. Encore que sous Gennaker je préfère garde la GV pour faciliter l'enroulement de la voile si le vent forcit et rester ainsi manoeuvrant après l'enroulement, même chose sous spi pour le déventer à la rentrée.

1

Nous sommes entièrement d'accord puisque les conditions que tu indiques ne sont pas adapté à faire route sous génois seul.

Je n'imagine pas que quiconque ici puisse avoir l'idée de conserver un génois à fort recouvrement, entièrement déroulé par 50 nds de vent de mer le long de la côte.

:mdr:

Comme je l'ai déjà exprimé à plusieurs reprise, cette configuration est confortable et sûre lorsqu'elle est utilisée sur des navires au gréement compatible et dans des conditions elles aussi compatibles.

10 juin 2017
3

Cela confirme mes propos.
Dans nos mers septentrionales, les conditions météo sont tout de même plus prévisibles et plus stables, au grain bien noir près, mais que l'on voit arriver. C'est différents car la mer passe sont temps à monter et descendre et à se déplacer sous nos quilles dans des directions variées.

A proximité des côtes, on peut avoir des inversions de direction du vent à cause des brises thermiques qui sont tout de même assez prévisibles.

L’utilisation du génois seul est une des options dont nous disposons, mais nécessite un peu de réflexion et une analyse préalable du trajet envisagé.

10 juin 2017
0

Je ne connais pas la Méditerranée, à l’exception d'un trajet de La Ciotat à Carthagène, Gibraltar, Tanger avant de rejoindre les Canaries puis la Martinique, en Novembre. 30 à 40N établis jusqu'au niveau des Baléares puis de la véritable plaisance!

10 juin 2017
1

12 ans en corse sardaigne tunisie sicile italie baleares moi si plusieurs fois

10 juin 2017
3

A 50 Kts, le tourmentin ne doit pas être bien loin

10 juin 2017
0

Certes mais c'est pas ce que j'ai dit, en général naviguer sous génois seul ne présente aucun risque (je trouve d'ailleurs que l'on se traine au portant jusqu'à 15n de vent même avec un génois à fort recouvrement comme c'est le cas des bateaux des années 80/90), c'est très pépère, mais en méditerranée, il n'est pas rare de passer d'un vent maniable à F4/5 à brusquement F7 à F9 mal anticipé par la météo, faut justement pas se faire surprendre et retrouver dans la configuration pépère du génois seul tangonné, l'été on voit souvent cette configuration, parfois moteur en marche, alors que le temps est incertain avec risque d'orages.
Un orage en méditerrannée arrive en quelques minutes souvent dissimulé derrière le relief des iles et le vent peut monter vite à 50 nœuds en rafales et dans une direction aléatoire. A peine rentré le génois le temps de prendre des ris, faut déjà avoir établi la trinquette (arisée!) et , avant mettre un ciré et le harnais et espérer que les lignes de vie sont à poste. Je navigue souvent en solo et je laisse toujours un bout de GV, surtout si j'anticipe un coup de baston.

Dans ces situations assez rares et particulières je le reconnais, sous génois seul les manœuvres sont trop longues pour se mettre en configuration de gagner le large ou de continuer à faire route avec la voile du temps pour sécuriser le bateau.

J'ai vécu ça en Sardaigne sud en solo il y a trois ans, j'avais insuffisamment anticipé et j'étais sous trinquette arisée et deux ris dans la GV par F3 au portant. Malgré tout quand c'est venu d'un coup, je me suis retrouvé surtoilé au près, le vent avait tourné, dans les rafales à 50 nœuds avec de grandes difficultés pour prendre le troisième ris compte tenu de la proximité de la côte et des obstacles et malgré un bon pilote et la télécommande, heureusement que je naviguais pas sous génois seul. Je me serais retrouvé au portant coincé directement vers les cailloux.

Cela n'a duré que quelques heures. J'ai vu à la fin de l'épisode un voilier voile d'avant déchirée sous GV arisée au troisième ris qui faisait route au portant, je ne sais pas si c'était son génois.

Cela m'est aussi arrivé une autre fois aux Antilles à une époque ou les prévisions météos étaient incertaines, on a explosé le génois point d'écoute arraché, la voile en lanières dans un coup de vent brusque et très violent, il s'est déchiré car il était impossible de le rentrer même au winch et positionné au portant, la force du vent a résolu le problème violemment et on a fait route sous tourmentin et trois ris dans la GV pour rentrer à la Martinique.

Ce que je voulais souligner c'est la fausse impression de sécurité que donne la navigation sous génois seul. "Je le rentre et je démarre le moteur si ça force trop" ben pas sur de s'en sortir, si le vent monte brusquement et est suffisamment fort, le moteur ne permettra peut être pas de faire route correctement et pour peu qu'un soit poussé vers les cailloux... Paradoxalement si on a sorti le spi ou le gennaker on est beaucoup plus prudent et on anticipe mieux.

10 juin 2017
0

5 ans en corse, jamais noté un seul phénomène imprevu

11 juin 2017
0

Pas plus qu au pays basque, failli perdre le bateau et peut être la vie ds une GALERNA. Si la météo edt pour un temps orageux je n appelle pas l arrivée d un orage brutal comme un phénomène inattendu sinon soit situation stable avec brises coup d est mistral ou libeccio zéro surprise,

11 juin 2017
1

personne n'a parlé d'esthétique ? c'est important aussi non ?
et sur le plan esthétique, je trouve bien plus beau, plus harmonieux, un voilier qui porte sa GV et son génois plutôt que celui qui navigue sous génois seul.

11 juin 2017
1

Tout est une question d'equilibre et de respect du programme initial du voilier.
Vendredi 13 n'avait que des genois et il avait de l'allure.
Un misainier a furcula a de l'allure
Un IOR sous genois seul fait probleme technique.
Mon ex-canot gree au tiers avait fiere allure sur le Leman au dessus de F4, en dessous c'etait l'aviron.

11 juin 2017
11 juin 2017
0

Exact c'est ce je viens de dire dans mon precedent post.

12 juin 2017
1

Petit témoignage modeste.
Il m'arrive de naviguer au grand largue sous génois seul par F4-5.
Quel plaisir!
Mon Evasion 34 (DL, dérive relevée), tiré par le nez, à la barre ou sous pilote a alors une navigation très confortable.

22 déc. 2018
0

Hello tout le monde.
Je déterre ce fil car la navigation sous génois seul m'intéresse notamment pour des raisons pratiques en solo et/ou de nuit. Pour les adeptes de cette pratique : que faites-vous de la bôme ? reprise de balancine, bôme horizontale et bordée au centre, ou bien carrément balancine choquée et bôme posée sur le pont ou de biais dans le cockpit (si le bateau le permet bien sûr) ?
Merci

22 déc. 2018
0

j'ai déja traversé la manche plusieurs fois sous gnoa seul en solo,que du bonheur,et tout ça a 6nd

22 déc. 2018
0

Précision :
gréement 7/8 avec bastaques.
Mon idée était la suivante :
- balancine choquée et bôme posée (et arrimée) sur un banc du cockpit.
- pataras et bastaque au vent bordés pour éviter que le mat pompe avec les mouvements du génois ? Bonne idée ou pas ?
Merci de votre retour.

23 déc. 2018
0

pour un mât léger et posé sur le pont en particulier, et d'autant plus s'il y a du vent et surtout dans une mer formée, reprendre la bastaque au vent ou laisser un bout de grand voile (même au bas ris) pour tenir le mât me semble une bonne pratique.

dans mon cas j'ai un gros poteau encastré (posé sur la quille), je ne l'ai jamais vu pomper particulièrement, c'est sûrement moins utile.
mais dans tout ça, la position de la bôme importe peu : que la balancine soit tendue ne change pas grand chose puisqu'en théorie elle tire au même endroit que le(s) pataras. c'est la grand voile arisée qui peut tenir le mât par la tension de la chute. fais au mieux pour ne pas être gêné !

par rapport aux avertissements plus haut par temps orageux à proximité des dangers, j'ai un souvenir :
il y a 2 ans, en août dans l'étang de Thau (donc pas beaucoup d'eau à courir !), en solo et sans pilote, j'avais le génois entier dans un vent très léger.
je ne me méfiais pas et j'ai été surpris par un orage que je n'ai pas vu venir à temps, avec une augmentation très forte et brutale du vent : j'ai eu toutes les peines du monde à enrouler, et sans grand voile, je ne suis pas sûr que je m'en serais sorti en flottant toujours.
j'adore naviguer sans grand voile notamment au portant (bateau ior qui roule facilement), mais je me souviens très bien de la leçon apprise ce jour-là.

23 déc. 2018
1

Je le pratique aussi généralement avec satisfaction, mais pas toujours.

J'utilise aussi l'option inverse...avec beaucoup de satisfaction.
www.hisse-et-oh.com[...]v-seule

23 déc. 2018
1

Si je suis obligé de naviguer sous génois seul je bloque la bôme avec le frein de bôme la balancine, l'écoute souquée et le point d'écoute décalé sur le rail pour pas gêner.
En fait je navigue jamais sous génois seul car je suis en ketch. Je peux faire artimon et trinquette quand le vent monte, pas de GV c'est une configuration très équilibrée à toutes les allures.
J'ai une fois fais l'erreur de naviguer sous génois sur enrouleur seul, le vent forcissant brusquement comme souvent en med et n’emmenant vers la côte j'ai été obligé de remonter au vent avec gros clapot de travers : très compliqué ça voulait pas et impossible de virer.
En fait sur un ketch le mat principal est décalé vers l'avant par rapport à la même configuration en sloop et donc c'est une configuration qui peut être extrêmement dangereuse quand le vent monte. La poussée vélique étant trop sur l'avant.

23 déc. 2018
0

" J'ai fais l'erreur de naviguer sous génois sur enrouleur seul, le vent forcissant brusquement comme souvent en med et n’emmenant vers la côte j'ai été obligé de remonter au vent avec gros clapot de travers : très compliqué ça voulait pas et impossible de virer. "

C'est l'un des problèmes de naviguer sous génois seul.
CE N'EST PAS LE SEUL.

23 déc. 2018
1

dernièrement j'ai suivi un sun light 30 sous génois seul avec force 5/6 au travers ,approximativement vitesse entre 5 et 6nds ,dans la rade de hyères il n'y a pas de mer du tout le long de la presqu'ile de giens et mistral .

le voilier trop chargé sur l'avant demandait de tirer sur la barre pour aller droit donc beaucoup trop ardent , et le safran à décroché plusieurs fois et il est parti au lof puis à l'abattée juste après .

s'il avait pris 1 ou 2 ris dans la gv et enroulé la moitié du génois ,je pense qu'il aurait été plus rapide, moins gité, avec une barre neutre .sans parler de l'usure prématurée du tissus soumis à des efforts excessifs .

sur mon furcula j'avais un ris ,bien réglé à la limite du laminaire gité à 15° je l'ai passé avec un bon nœud de plus .

alain

23 déc. 2018
0

Normal pour un sun light, avec un greement ior et le genoa qui revient loin derriere le mat, barre a deux doigts

23 déc. 2018
1

le bateau est chargé sur l'avant donc il est trop ardent, soit, il faudrait reculer les poids
le bateau gîte beaucoup donc il est trop ardent, ok, il faut réduire
mais en l'occurrence, n'avoir que le génois contrecarre cette tendance à loffer et rend le bateau plus stable en route.
Je ne pense pas qu'envoyer la grand voile aurait permis de rendre le bateau moins ardent, plutôt le contraire !

23 déc. 2018
0

quand je parle de charge sur l'avant ,je ne parle pas de poids
mais de poussée ,le génois fait plonger l'étrave et l'arrière se soulève ,ce n'est pas en mettant du poids dit intelligent sur l'arrière que l'on va arranger la chose

en enfonçant l'avant et en soulageant l'arrière le centre de carène avance avec la gîte on accentue le problème en allongeant la flottaison au mauvais endroit
donc rien de bon ni pour la performance ,ni pour le materiel et pas plus que pour l'équipage
alain

24 déc. 2018
0

Il me semblait que la voile d'avant avait tendance à faire abattre et la GV à faire lofer le bateau. Je ne comprends donc pas trop pourquoi un bateau sous génois seul deviendrait très ardent (intuitivement j'aurais plutôt tendance à penser qu'il deviendrait mou). Qu'ai-je manqué ?

24 déc. 2018
3

Le bateau etait seulement surtoile c tout et c aurait été pire avec la gv pour les departs au lof

24 déc. 2018
0

Merci. Compris.... mais donc dans ce cas-là, si on ajoute la GV on risque donc d'augmenter le phénomène, y compris en réduisant à l'avant, puisque à l'effet de la gite (qui va faire lofer), on ajoute de la toile à l'arrière qui va aussi faire lofer... en fait, ce n'est que la théorie et le résultat sera différent en fonction du bateau, de sa forme de carène, de sa raideur à la toile, etc... il faut donc tester pour voir !

25 déc. 2018
0

donc en tirant sur la barre ,il ralentit le voilier qui gîte encore plus
jusqu'au décrochage du safran et là il par au lof ,il s'arrête la barre étant toujours tirée il part aussitôt à l'abatée .
une fois ça va ,mais si ça recommence il faut revoir son réglage , la surface de la voilure et la répartition
alain

24 déc. 2018
3

Bonjour Semper Fi,

ce qu' il te manque pour comprendre, c' est l' assiette transversale du bateau (la gîte quoi).

Tant que le bateau est "à plat", la carène est symétrique et n' a donc pas d' influence à faire lofer ou abattre le bateau, et dans ce cas, le génois fait bien abattre et la GV lofer.

Par contre, lorsque le bateau gîte, la carène devient dissymétrique et fait lofer, la contre-gîte faisant abattre.

Donc si la force résultante de la gîte et du génois est neutre, le bateau est parfaitement équilibré et va "droit", la barre étant dans l' axe.

Si par contre la gîte augmente fortement sous la pression du vent, alors la dissymétrie de la carène devient plus forte que la force sur le génois et le bateau devient ardent et part au lof, ou a tout-au-moins la barre au vent pour aller droit, ce qui le ralenti considérablement.

Gorlann

23 déc. 2018
0

Ça m'est arrivé plusieurs fois pour des sorties courtes...la flemme d'enlever la housse de GV. Par vent moyen, le Trident marche bien.
Mais c'est par paresse...Hein! Le génois fait 26 M2... La GV 10,3. Je roule le génois avant de prendre un ris....d'ailleurs, je me demande si les possesseurs de Trident ont déjà pris un ris? :heu:
En général, on garde tout dessus jusqu'à force 4....en général....
Au delà, je reste au chaud! :mdr:

23 déc. 201816 juin 2020
0

Et bien moi Julirosien!!! 2 ris et foc 2 pour le passage du Cap Creus, par bonne Tramontane, en revenant des Baléares en 1980, avec le Trident 80.

Et pour en revenir à la navigation sous génois seul, c'était en 2014 lors d'une étape entre Port de Bouc et le Cap Sicié, par bonne brise de NNO.
J'étais donc sous génois partiellement enroulé, la valeur d'un foc de route et le bateau marchait bien, au largue, sous pilote auto.
A partir de la rade de Marseille, le vent a commencer à bien monter et j'ai donc roulé un peu plus le foc et repris la barre.

Mais vers Cassis le vent a très nettement fraîchit à quelques 30 nœuds; j'ai encore roulé le foc, à la valeur d'un foc 2, voir un peu moins de surface.
Nous prenions alors de bons coups de gite dans les rafales à 35/38 nœuds, avec des embardées, un peu difficiles à contrôler. J'ai donc encore diminué la surface de la voile.

En arrivant à hauteur du Bec de l'Aigle, j'ai pris une rafale à plus de 40 nœuds; le bateau est parti dans une aulofée incontrôlable, en gitant le passavant dans l'eau.
J'ai donc abandonné l'idée d'aller m'abriter au derrière le cap Sicié et ai décidé d'aller directement mouiller dans la baie de la Ciotat.

Voile roulée, au moteur, face au vent nous prenions de belles vagues, qui passaient sur le pont et au dessus de la capote de rouf en trempant le barreur.

Après une étape comme ça, on est bien au mouillage.

Tout ceci pour confirmer ce que dit Alain, que même sous foc seul, un bateau peut très bien partir en aulofée.

23 déc. 2018
0

@Koala-5,

le bateau part d' autan plus en aulofée avec portique, panneaux et bimini sur l' arrière.

Mais bon, toujours une histoire de compromis, bien appréciable tant que le temps reste correct.

Gorlann

23 déc. 2018
0

Bien sûr, mais c'est négligeable par rapport au coup de gite qui enfonce l'avant, comme le dit Alain.

23 déc. 2018
0

Évidemment....si tu sors avec des temps pas possibles.... :mdr:

24 déc. 2018
0

Je ne sors pas (plus) par des temps pas possibles....mais au cours d'une étape un peu longue en Méditerranée, le temps peut vite changer, et là il faut bien le prendre !
C'est plus facile avec le GS 106 qu'avec l'Edel V !!!

Tu as un bon bateau et tu verras certainement ça, au cours de tes futures sorties.

23 déc. 2018
0

@Sempet Fi
Pour répondre à ta question, il faut juste bloquer la bôme pour éviter qu’elle donne des à coups au gré des vagues et reprendre tes bastaques.

23 déc. 2018
2

un voilier est conçu pour naviguer avec une bonne répartition et un bon réglage du plan de voilure, naviguer sous genois ou GV seule ... chacun fait comme il veut mais dans la mesure ou ce forum à pour vocation de donner aussi de bons conseils aux débutants il serait préférable de leur donner d'emblée des solutions d'école, quand ils seront de vieux loups de mer ils auront tout le loisir d'initier des fils sur la navigation uniquement sous genois ou uniquement sous GV ou artimon ... ceci dit on est bien d'accord, il est tout à fait "possible" de naviguer sous genois seul, GV seule ou spi seul, etc... le bateau continu à flotter :-D

23 déc. 2018
1

Sur un ketch naviguer sans grand voile sous foc et trinquette par exemple peut-être une bonne solution selon la météo.
Sur un sloop naviguer sans génois ou sans grand voile peut très bien être une bonne solution ponctuellement selon le bateau, les voiles, les conditions météo et l'équipage. Je ne crois pas qu'on puisse énoncer de vérité générale à ce sujet.

24 déc. 2018
0

POUR LES DEBUTANTS dont parle Quizas :

Koala a écrit :"2 ris et foc 2 pour le passage du Cap Creus, par bonne Tramontane, en revenant des Baléares en 1980, avec le Trident 80. "

Une grand voile enroulée à la valeur d'un foc 2 n'a ABSOLUMENT pas le même correctement qu'un foc 2. Avec un génois enroulé, il ne peut faire de cap et embarde.

Le Trident 80 est un voilier gitard qui peut effectuer un excellent cap dans la brise et encore mieux dans le petit temps.

Il était un peu moins performant qu'un Armagnac , un Flush poker ou un Kelt 8 m dans la brise.

D'aprés mes souvenirs, au près, la configuration foc 2 et deux ris doit correspondre au haut de la force 7 avec un équipage de 5.

Au portant, tout est permis ou presque. Dans les années 70, le Kelt 8m tenait son spi jusqu'au delà de 30 noeuds alors un génois seul enroulé à 60 %...

24 déc. 2018
0

le génois seul ça marche bien pour les bateaux pas très récents mais j'ai un doute pour des bateaux créés après 2005 ou plus.

24 déc. 2018
1

Ah bon? Que s est il passé en 2005?

24 déc. 2018
0

Les greements soi disant modernes avec grand gv et voile d avant minable surtout ces spis ridiculement petit

24 déc. 2018
0

pathétique !...

24 déc. 2018
0

Pathétique?mbien entendu tu as un Pogo, una bomba

Je parlais des bateaux de croisiere sans spi de capelage qui ont de plus besoin d un gennaker par petit temps

24 déc. 2018
1

Bonjour
Sur mon Sun Légende, les deux dernières années, je n'ai pas sorti la GV
Elle me faisait giter de 10° de plus ou bien m'obligeait à régler sans cesse ... en gros=>inconfort (voiles quasi neuves)
Sous génois seul à part au près serré on perd 1/2 noeud maxi ... à partir de 70/80° du vent que du bonheur .

Sous spi: GV + SPI , baume dans l'axe du tangon

Maintenant, j'ai un SO 45.2 mat long , tout sur enrouleur et comme j'en ai RAB de la vitesse, le génois me donnera le confort que mérite mon âge canonique ...
Par contre en atlantique, pour faire Cap Vert/Antilles, je mettrai un peu de GV assez bordée dans certaines occasions pour éviter de trop rouler ... et le génois tangoné ... au diable la vitesse , quoi que en travaillant en laminaire par la chute, pas trop de turbulences de la GV pour déventer le génois

24 déc. 2018
2

En fait il n'y a pas de vérité à balancer à la figure des autres ... chacun met les voiles qu'il veut en fonction de son bateau, de son expérience et de ses objectifs ...

25 déc. 201816 juin 2020
1

passe au cat boat ,comme ça pas de polémique ,il n'y a qu'une voile à gérer ,même pas de spi .

bien que certains en ont mis

alain


25 déc. 2018
0

Les vendeurs de bateau devraient mettre la bôme et la grand voile en option. :mdr:

02 déc. 202002 déc. 2020
1

vous êtes tous mûrs pour le cat boat

Alain

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le dieu des nuages souffle ses petits !

Après la pluie...

  • 4.5 (148)

Le dieu des nuages souffle ses petits !

mars 2021