le catamaran est-il adapté à la med ?.

Le week-end dernier "l'accroche coeur" un catamaran de 13 metres s'est retourné au passage du cap creus vers 23 h, par 45 nds de vent. 4 morts. Il avait participé à la "route du sel" course de voiliers amateurs entre ibiza et barcelone. L'équipage était connu pour une grande maîtrise de ce genre de course et de bateau. Pour l'instant personne ne sait vraiment ce qui s'est passé. En moins de 2 ans c'est le 2ème accident impliquant des catamarans, dans nos parages. Cela me fait réviser pas mal de choses !

L'équipage
21 avr. 2006
21 avr. 2006
0

Bullshit...
"Un homme, un bateau et l'océan".
Point barre.
Le reste n'est que branlette intellectuelle.
Avec tout le respect du à ceux qui sont partis.
Bon vent.

21 avr. 2006
0

Rappel
Ya une dizaine d'années, une flotte qui participait à un rally(desolé, j'ai oublié le nom), avait été prise dans une tempête d'automne entre la Corse et Gibraltar.

Il y avait eu des chavirages de catas, mais aussi plusieurs naufrages de monos, et au total une dizaine de noyés!

A l'époque on avait simplement constaté que les équipages et bateaux(mono&multi) biens préparés s'en été mieux sortis.

21 avr. 2006
0

la question avait ete posée
j'aimerais avoir le point de vue de Yves D qui a un catana 44 et qui reflechit avant d'agir et d'ecrire. Il avait recemment explique que selon lui le danger max en cata est de culer lors d'un virement raté par exemple. Personnellement j'ai decide depuis 30 ans apres avoir fait des milliers de milles en cata en convoyage (payé pour) que je preferais les monos et je ne changerais pas d'avis car pour moi c'est clair que sur un cata il y a une risque infinitesimal certes mais incontestable supplementaire au mono alors qu'il y a deja pleins de choses qui peuvent arriver en mer.
Pour que le risque lié au cata se realise il faut neanmoins que bcp de conditions adverses soient reunies en meme temps. Attendons le rapport de mer.

devant Chicago par beau temps mer plate vent de terre a rafales un cata francais tout juste arrive des antilles et achete par des chicagoans sans experience du cata s'était retourné en 2001, 2 morts.

Je ne condamne absolument pas le cata pour cela, la plaisance reste statistiquement une activite ou il y a peu d'accidents ( voir le ski hors piste par exemple).

L'accident du cap creus est horrible, j'ai vu les images des rescapes sur antenne 2. cela fend le coeur.
:-( :-(

21 avr. 2006
0

reflexions
sans les détails de ce dernier drame, difficile de juger:

L'autre accident dramatique à l'entrée de Canet était un cata de sport, sorti régater alors que les conditions étaient franchement mauvaises, il n'avait pas chaviré mais s'était écrasé sur le jetée en rentrant. Avec un cata de croisiere avec moteur plus sérieux c'était sans doute sans pb.

il y a aussi cata et cata. les outremer sont je crois plus "nerveux" (plus rapides aussi) que les appartements genre Nautitech...

Il y a eu aussi un Euros, solide et bien équipé qui s'est échoué à Canet, avec un mort, il y a deux ans,

mais j'ai hate de savoir les détails du dernier drame, pour tous ceux qui repasserons par là.

21 avr. 2006
0

Deux accidents
Ne suffisent pas pour une analyse scientifique.
Encore moins pour condamner le catamran.
On aime, on croit,ou leur négation: voilà les termes adaptés.

Laissons retomber l'émotion stp, l'heure est au respect
Tom B

21 avr. 2006
0

arretez de
faire des decomptes idiots !!!!!
vu le nombre d'accident de bateau, le bateau est-il adapté a la mer?
vu le nombre d'accident de voiture, la voiture est-elle adaptée a la route ?
vu le nombre de personne qui meurent dans leur lit, le lit est il adapté a l'homme?
etc,etc,etc,.......

un accident reste un accident!
si tout était previsible, on vivrait dans un monde parfait (et il y a longtemps que le lotto aurai disparu)

alors, deux accidents en deux ans, bon amusement pour reviser pas mal de chose.
amicalement

dd

21 avr. 2006
0

Tu as raison
à une réserve près : la route, dessinée aux temps héroïques des chars à boeufs et convois d'oies...
Sinon, je ne vois pas du tout en quoi ce type d'accident remet en cause tel ou tel type de bateau. Sur un monocoques un dématage, un homme à la mer, un chavirage sont des accidents classiques dans des mers dures comme celle qui semble avoir règné au Cap Creus, et qui aurait très bien pu arriver à n'importe quel marin aguerri.

21 avr. 2006
0

toujours le meme débat
de sombres pisse copies , en mal de sensationnel montent en épingle une fortune de mer avec disparitions et morts.

et on rouvre le débat ,
les normes , les règlements neservent à rien , un homme , un bateau et gardons avec raison cet espace de liberté , à chacun de prendre la mer en connaisssance de cause.
et ensuite d'assumer ses actes.

si on suit ce débat , il faut interdire les paquebots en med , ils peuvent rester en détresse pendant 24 heures avec des milliers de pasagers à bord.

pourquoi ne pas interdire la voiture ou les camiobns quand on voit le nombre de morts sur les routes

alors pas de débat à la con s'il vous plait , respectez les disparus.

21 avr. 2006
0

le bato est aussi un lit
est ce que çà double les risques ?

21 avr. 2006
0

ce qui amène la question suivante....
peut-on dire de quelqu'un qui s'installe rapidement dans sa couchette avant que le bateau n'ait totalement sombré qu'il est mort dans son lit?

21 avr. 2006
0

ne...
vous levez pas le matin de votre lit vous pourriez glisser

vous douchez pas, vous pourriez aussi glisser

ne déjeunez pas, vous pourriez vous couper

ne sortez pas de chez vous vous pourriez vous faire écraser comme piéton..

et la liste est longue...

LE débat est clos, c'est un accident très regrettable en effet qui se solde par des disparus, ces accidents constituent notre vie et sont inévitables !!!

Prenez un ofni en ballade... et voyez le résultat... il a eu des accidents, y en aura encore, déja si tout le monde respectait les consignes de sécurité, météo et que comme sur terre, sur mer il y aurait moins de "fous"... cela irait mieux

21 avr. 2006
0

euh..
pourquoi s'énerver? personne n'a parlé d'ajouter un règlement, d'interdire ça , d'accuser l'un ou l'autre..

juste de réfléchir sur ce drame, comme sur toute fortune de mer, pour améliorer notre équipement ou nos précautions..

qu'on soit en cata ou en mono,( ou en ferry...)

21 avr. 2006
0

réviser ne veut pas dire juger
c'est passer en revue plusieurs avis sur une question donnée, en vue de se faire une opinion personnelle. c'est pourquoi, le sujet débute par une interrogation (écrite(:-))) le cata est-il adapté à la méd ? Loin de moi toute idée de porter un jugement. Lorsque un drame survient, on s'interroge ! surtout moi, car je n'ai pas une grande expérience comme la plupart de ce forum. Du calme les gars, c'est le week-end !

21 avr. 2006
0

et puis au final ..

La vie est une maladie mortelle

qui, de plus, est sexuellement transmsible.

:pouce:

21 avr. 2006
0

A vendre....
Mon cata.....
Ma voiture...
Ma moto...
Ma femme....
Tout ça est beaucoup trop dangereux!!!!
:-) :-) :-)

21 avr. 2006
0

combien pour le lot ?
:-)

21 avr. 2006
0

oublié
de dire , sur les terrible photos les derives sont baissées ??? sur mon cata ca remonte grace a un bout donc libre si a l envers ,tres bizarre de voir les derives a fond baissees

21 avr. 2006
0

en mono
sur mes qq mauvais temps , en voulant remonter au vent par forte mer des fois pas assez de vitesse pour passer correctement la vague d ou abatté et coup de gite violent , en cata comme dit sur l autre fil le plus dangereux pas assez de puissance et le bateau culle , accident terrible et j attend le rapport de mer

22 avr. 2006
0

je ne vois toujours pas
pourquoi on ne peut pas extraire quelques leçons d'un drame.. (je n'ai pas dit donner quelques leçons comme certains aiment..)

Supposons par exemple que tel bateau a un défaut d'échantillonnage sur telle zone, ou un accastillage mal placé qui fait que, il sera extrémement utile aux autres propriétaires de corriger en conséquence?.

Ou que telle manoeuvre ait conduit à telle situation, on peut aussi en tenir compte pour tous?

Nous serions bien arrogants de croire qu'il n'y à plus rien a apprendre..

Encore une fois sans mettre spécialement en cause le choix du cata, de ce modèle , la compétence du skipper, la rapidité des secours ou autre , car la-dessus il faut rester trés humble, sans croire que "moi j'aurais jamais etc" ou que "ils auraient du.." ou autre a prioris ..

On peut trés bien en parler simplement sans rentrer dans les "l'outremer etc", "les catas etc " " les regatiers etc ," "et cobra est etc(:&gt)" ou alors j'en conclue que le sujet de la sécurité est vraiment tabous , (comme l'argent, la nav electronique, l'écologie, les réglements, l'europe,...)
bref qu'on ne peut plus parler que de biere , de batteries et de poulies , ce qui serait dommage....

euh... cobra, on t'aime bien, mais je ne t'ai pas compris, là...

22 avr. 2006
0

Je tiens ici à remercier

l’équipage de souligner la véracité dérangeante de mon propos en le mettant hors sujet alors qu’il en est l’essence même... :-) :-) :jelaferme: enfin presque...

pfffzzzz

22 avr. 2006
0

J'ai tendance à répondre "non"
La méditeranée, comme d'autres coins d'ailleurs, a une météo assez imprévisible, notament du fait de nombreux massifs montagneux qui la bordent. Les prévisions y sont donc moins fiables, et surtout les changements de temps peuvent être très rapides. On court donc le risque de se retrouver en mer avec des conditions difficiles en simple croisière côtière. J'en ai fait l'expérience.

On peut aussi en traversée, même courte comme Corse-continent, se trouver dans des conditions de tempête violente. Marc Linsky et son père en sont morts : chavirage et éjection du skipper(monocoque). Je connais des gens qui se sont fait prendre par une tempête et ont fait le tonneau (monocoque).

Donc ça ne rigole pas et on doit se poser la question de savoir comment se comporte un bateau dans ces pires conditions. Le problème des catas est effectivement que si on réduit notablement la voilure, on manque de puissance au près, et qu'on a vite fait de partir en abattée, de manquer à virer, ..., et donc de se retrouver dans des conditions propices à un chavirage. Sans compter qu'il y a des déferlantes en med et qu'un cata pris par le côté peut fort bien à mon avis se faire retourner. Et une fois retourné... la survie, c'est pas gagné d'avance.

Mais dans les deux accidents que j'ai cités en monocoque, le bateau est revenu à l'endroit. Marc Linsky a été ejecté (apparamment sans harnais) et son père est mort suspendu contre la coque dans son harnais. Dans l'autre cas, des blessés sans gravité.

Personnellement donc je me sentirais plus en sécurité sur un monocoque dans ces conditions extrêmes, étant entendu que je ferai tout pour éviter d'y être.

Reste le problème de place dans les ports... le cata me parait plus adapté sur ce point de vue là à la nav dans les Antilles ou les iles du Pacifique.

22 avr. 2006
0

Les marins d'antan
se faisaient construire des bateaux adaptés à leur zone de navigation me semble-t-il...

C'est flagrant avec les bateaux de pêche : il suffit d'en observer un de la mer du Nord, comparé à d'autres naviguants plus au sud.

Les multicoques ne viennent-ils pas du Pacifique ? ;-)

_/)

22 avr. 2006
0

comme le fil
(:&gt)

22 avr. 2006
0

Fil passionné
et passionnant. Surtout pour l'observateur belge, avec 5 messages!

24 avr. 2006
0

En citant le Pacifique
pour les multis, je parlais du concept historique... ;-)

_/)

24 avr. 2006
0

normal
dans l'hémispphère sud , a cause des forces de Coriolis , il faut choquer pour ne pas chavirer, alors que dans l'hémisphère nord, il faut border...

22 avr. 2006
0

Mer

très tranquille à ce qu'il parait... :-D :-D :-D

pfffzzzz

23 avr. 2006
0

tous les multicoques ne viennent pas du pacifique
Certains viennent d'angleterre et sont, selon nos canon, absoluement déjantés (et pas que le prout, souvenez-vous du solaris)
D'autre viennent d'afrique du sud et sont selon nos canons ...
D'autres encore viennent d'australie ou de nouvelle zélande et sont selon nos canons ...

quand à la littérature sur les cata par mauvais temps, on y trouve - lorsqu'il s'agit des recommandations - tout et son contraire écrit par des gens tout à fait expérimentés.

La lecture des récits de fortune de mer (le dernier navigation par gros temps de A Coles et successeurs, les rapports de mer) sont pleins de chose à garder dans un coin de la tête, au cas où des fois que.

Idem pour les retour d'expériences qu'on lit ici et là sur HeO.

24 avr. 2006
0

rebondir
j'avais bien compris, mais j'ai surtout saisi l'occasion de ton propos pour faire état de ma perplexité devant les variations locales sur les cata et de l'art de les manoeuvrer. Des fois on se dit que c'est pas la même chose entre la nouvelle-zélande et la france, par ex.

yves.

24 avr. 2006
0

Et hop!
Michel rejoint la Star Ac'!:mdr:

25 avr. 2006
0

tout faux les gazous
faut être con pour faire du cat en med simplement parce que c'est pas confortable. Je le sais, et je le prouve tous les jours en ce moment :-) .
Le pb de sécu c'est du gnangnan pour forum de pépés le cul dans leur chaise. Les zeue qui ont eu la chance de rester dans le coques sont encore là... si c'était un mono que ça s'rait qu'il a coulé gnangnan 6 morts contre 4. Comptes débiles et jugements foireux paske le mono aurait aussi pu se redresser gnagnagna... c'est pas ce genre d'attitude qui fera avancer le schmil.

Par contre, savoir qu'en cata y a rien de pire qu'une mer courte et hachée parc'que c'est des batos légers , sans erre,et qu'ils souffrent l'enfer à être stoppés tous les 3 mètres, puis reprendre leur 25 noeuds dans la gueule, repartir et... stop again..., c'est pas vivable... pour le connard qui est dessus (mais ça c'est bien fait pour sa gueule, c'est lui qui a choisi d'y être), mais encore moins pour le bobato... et là c'est dangereux.. fatigue du gréement, fatigue du connard qui n'sait plus ce qu'il doit faire avec ce vent qui change sans arrêt et cette mer dans tous les sens...
Un cata c'est fait pour aller vite (si,si même les derniers lagoons :-D :-D ). Si ça va pas vite c'est que :
soit y a pas de vent (tout va bien , on a le temps)
soit y a trop de mer (tout va mal, mon bateau a le mal de mer)
Hors en med qu'est ce qu'on trouve :
pas de vent ou trop de mer.
Celui qui tient encore à soutenir que le cata c'est fait pour la med, il relit 257846 fois les 2 ou 3 phrases ci-dessus. S'il est pas mort d"épuisement, il prend un cat et va faire du bon plein dans 25 noeuds " backant" avé la houle qui commence à croiser. S'il a toujours pas compris, au lieu de renter, il reste à attendre que ça pointe 35 noeuds avé les pyramidales qui commencent à se former. S'il est content de faire le bouchon et de plus avancer, il m'appelle (merci turaya) et je lui remonterai le moral en lui annonçant ce qui l'attends dans les 5 prochaines heures.
C'est vrai quoi, ils m'enervent ces grands couillons blonds aux yeux beurks... rien de mieux que de se faire branler dans un mono :
La branlette, c'est pour les monos et le cata pour les ados :-D :-D .

PS : pour la sécu, vous traumatisez-pas, cata ou mono, c'est loin d'être le point crucial d'une fortune de mer. L'équipage y est au moins de moitié, la mer de 3/4 et la géographie de 7/8 alors ...cata ou mono, c'est bouteille en verre ou bouteille en plastique non????

25 avr. 2006
0

et poutant
le catana 40 que j ai racheté a fait 17 ans de croisiere en med dont 15 ans en location , par tout type de vent et de mer sur les aller retour corse , de skipper plus ou moins experimentés ,et le proprio c est bien baladé autour de la med , moi c est une mer que j aime pas et que j ai jamais aimé , apres le refit du cata direction le senegal et bresil
Par contre tj pas d explication sur les photos du cata retourné pourquoi on voit les derives baissées a fond ?????????

25 avr. 2006
0

Ben
C'est parce qu'il était au près, à tirer des bords entre Creus et Bear.

25 avr. 2006
0

dérives baissées
A défaut d'une expérience de ce genre de situation catastrophique j'applique systèmatiquement les règles formelles du constructeur et lorsque le vent et la mer force les dérives remontent progressivement, au près

Le manuel précise à ce sujet "AU PRÉS: Les dérives sont complètement baissées jusqu'à une vitesse bateau de l'ordre de 9 noeuds, au dessus
de cette vitesse elles doivent être relevées en ordre de grandeur de la moitié."

C'est juste pour faire avancer la chose,

Yves.

25 avr. 2006
0

La
Méd, une boisson forte!

25 avr. 2006
0

et zou
une étoile à Even...

je pense pareil

Pour moi, à la question "le cata est-il adapté à la Med", je répondrais "non" mais pas pour des raisons de sécurité : pour des raisons de confort et d'utilisabilité.

Un cata, c'est fait pour aller vite, au portant si possible et pas dans une mer courte. C'est aussi fait pour explorer les fonds de baies ou rivières côtières grâce à son faible tirant d'eau.
Un cata, c'est super pour s'échouer et échapper aux marinas où il paie dailleurs souvent plus qu'un mono à longueur égale.

Bref, un cata c'est fait pour tout ce qu'on trouve rarement ou pas du tout en Med : échouage, faible profondeur, vent portant avec houle large...
Et c'est aussi pas du tout fait pour ce qu'on trouve souvent en Med : houle courte, vents dominants debouts, rafales, places dans les ports.

De toutes façons, les loueurs ne s'y trompent pas non plus : comparez les flottes d'une même société aux Antilles et en Grèce, c'est édifiant !

25 avr. 2006
0

Tiens, je suis pas d'accord avec toi, bizare !
Salut Evenkeel,

J'avais quelques crainte à passer mon catana 431 en med (j'ai eu un muscadet en med pendant 10+ ans, et d'autres ensuite, je connais un peu le coin).
A ma grande surprise ce bateau passe très bien, y compris dans des mers courtes et a chier voire même assez formées et y compris à l'assez près. Il va vite, passe dans les vagues et ne se laisse pas arrêter comme les mono que j'ai connu, sans doute parcequ'il reste aisément puissant, et pourtant je réduit souvent avant même de me dire que je devrais réduire.
Bon, bien sur je fréquente peu les vagues pyramidales et autres cata, mon speedo a une fois vu 45 en med mais pas assez longtemps pour que je le crois, par contre 30~35 je dis pas.
Bon y a des traversés qui ont été ... hardies avec des sensations de marteau piqueur dans la cabine avant.
Au niveau vitesse, quand il y a du vent c'est aisément 10 nd mais je le laisse pas (plus) aller beaucoup plus vite.

Donc, désolé, pour l'instant je ne partage pas ton point de vue, et je fais tout pour ne jamais le partager (ça veut pas dire que, ça veut juste dire que), par contre je lis tout ce que vous écrivez, histoire de deviner la fin du film.

Désolé, et avec tout le respect que je te dois.

yves.

26 avr. 2006
0

ne voulais-tu
pas parler d'Anemometre plutot que de speedo sinon tu e tres pres du reccord du monde. sans rire j'ai discute souvent avec des proprrio de cata en med ils ont quasi tous les mêmes reproche deux coques deux fois plus de chocs au mouillage si il y a un peu de houle c'est "indormable" et les places de port double voir triple d'un mono.

26 avr. 2006
0

Confort et puissance
sont effectivement intimement liés sur un cata et le 431 est certainement le top en ces 2 domaines.
J'en discutais avec un autre proprio (christian, le pêcheur invétéré) qui visiblement expérimentait les mêmes difficultés que moi , mais avec 10 à 15 noeuds réels de plus :-), ce qui devient alors un comportement plus honorable que la moyenne des monos.
La toile du temps est certainement la première règle à respecter, mais quand tu as bateau un poil surchargé (même en faisant gaffe), ou simplement un bateau pas assez puissant (paranoïa de constructeur ou d'archi oblige), c'est pénible dès 1.5m de face... et en med, dieux savent que c'est fréquent.
A titre d'exemple, hier soir, j'ai passé une "soirée bateau " - type avec Emile et son équipage sur un Bahia d'allieura Marine. L'équipier avait aidé le proprio à descendre le bateau des Sables en Med. C'est un régatier assez connu, tous les dimanches sur l'eau, qu'il vente ou qu'il y ait du foot à la téloche. Le changement de comportement du bateau peu après Gibraltar l'a complètement désorienté. Ils sont restés hier parce qu'on annonçait 30 noeuds de NE (ils auraient été à 60-80° du vent). Ils m'assuraient tous les trois qu'ils seraient partis avec un mono équivalent (44 à 47 pieds). Bien leur en a pris puisque ça soufflait un peu plus que prévu (comme dab).

Pour préciser ma pensée : un bateau sans erre, cata ou mono, ou sans suffisement de puissance pour "passer à travers" ne sera jamais confortable en med. Le "suffisemment" commence peut être un peu trop tôt à mon goût avec une grande majorité de cata du commerce (j'ai pas eu la chance de naviguer sur des bombes en med :-( ). C'est evidemment une notion plus que subjective et chacun place la barre où il peut, avec son expérience, ses envies et ses moyens. Mais une chose est évidente et indéniable : quand tu compare le comportement aux mêmes allures , force de vent et "hauteur" (pas pente, hein !) d'eau, la med est bien moins "naviguable" que l'océan.

25 avr. 2006
0

Avez vous remarqué
que les matelots qui parlent souvent cata et multis (Gipsie84, Tamata, clarivoile etc ...) ne s'interresse pas à ce sujet stéril.
Je ne connais pas la Med, mais PROFESSEUR à peter les plombs et tout le monde le suit ...

Avez vous remarquer que des monos perdaient leurs quilles, qu'ils démataient, qu'ils coulaient, qu'ils brulaient, qu'ils se retouraient, que des marins expérimentés tombaient à l'eau sans pouvoir etre secouru, qu'ils se rentraient dedans en régate ....
ET TOUT CA EN MED et dans les autres océans, les MONOS devraient être interdis sur l'eau.
Je pense que sur le terre-plein du port, le risque serait moins important et accroché à une voiture, sur autoroute, ils iraient même plus vite que les multis.

C'est mon premier coup de gueule sur Hisse et Ho, mais là ca m'enerve de voire des utilisateur de monos critiquer quelques choses qu'ils ne connaissent pas. Et si ils ont essayé, c'est sur des gros cata de loc, trop lourd, pas assez toilé.

Bonne refléxion à tous.

25 avr. 2006
0

Desole tangnard je remonte mon poste
J'ai bcp navigué en cata dans les annees 70, convoyages et je prends plus plaisir à naviguer en mono mais je ne me permettrais pas d'essayer d'en degouter qui que ce soit. Si je devais acheter un cata ce serait d'aileru plutot un Outremer ou plutot un TRI genre Dragonfly. L'accident affreux qui vient d'arriver l'aurait été également en mono. Un tour complet en mon se termine rarement sans accident corporel, equipiers non attachés autant que attachés qui passent un tres mauvais moment avant que le bateau se retourne (exemple de l'Oceanis 390 dans le Golfe de Gascogne ou du Sun Odyssey 47 a Noel 2005.

Seul le rapport de mer permettra de comprendre ce qui s'est passé et d'en tirer - peut etre - des lecons qui seront utiles pour l'avenir.


j'aimerais avoir le point de vue de Yves D qui a un catana 44 et qui reflechit avant d'agir et d'ecrire. Il avait recemment explique que selon lui le danger max en cata est de culer lors d'un virement raté par exemple. Personnellement j'ai decide depuis 30 ans apres avoir fait des milliers de milles en cata en convoyage (payé pour) que je preferais les monos et je ne changerais pas d'avis car pour moi c'est clair que sur un cata il y a une risque infinitesimal certes mais incontestable supplementaire au mono alors qu'il y a deja pleins de choses qui peuvent arriver en mer.
Pour que le risque lié au cata se realise il faut neanmoins que bcp de conditions adverses soient reunies en meme temps. Attendons le rapport de mer.

devant Chicago par beau temps mer plate vent de terre a rafales un cata francais tout juste arrive des antilles et achete par des chicagoans sans experience du cata s'était retourné en 2001, 2 morts.

Je ne condamne absolument pas le cata pour cela, la plaisance reste statistiquement une activite ou il y a peu d'accidents ( voir le ski hors piste par exemple).

L'accident du cap creus est horrible, j'ai vu les images des rescapes sur antenne 2. cela fend le coeur.

26 avr. 2006
0

Tangnard
C'est un plaisir de discuter avec toi, sans polémiques. J'ai navigue en effet sur des bateaux représentatifs des 70, convoyage d'une dizaine de catalac que nous ramenions du chantier de Tom Lack à Christchurch (hum joli coin) par tous les temps , souvent en hiver et même une fois avec un seau d'eau chaude pour virer la neige et dégeler les winches, plusieurs Marseille banyuls en catalac pour livrer ces bateaux qui faisaient du charter. enfin Marseille Alexandrie par Ajaccio marsala malte Benghazi ...

je ne me suis jamais senti en danger sur les catalac, le catfisher oui une fois avec une rafale soudaine venue du désert on a eu l'impression qu'une coque était vraiment soulevé, on dejeunait peinard dans la timonerie, on a eu le temps de choquer et couper le pilote et ce n'était peut être qu'une impression, fausse.

J'aime le monocoque car j'aime le toucher de barre et le bonheur de serrer le vent avec un bateau fait pour cela (First 30), que j’aime la ligne des monocoques (mon premier bateau eatit extrapolé d’un requin) et que je n'ai pas besoin de volumes importants. Sinon l'idée d'un tri me traverse l’esprit de temps à autre.

Enfin l'été dernier nous étions 2 bateaux français aussi disparates que possible et les seuls bateaux visiteurs de cet adorable petit port d'elantxobe sur la cote basque espagnole.

l'AUTRE BATEAU ETAIT UN SUPERBE cata lerouge de 28 pieds avec un équipage de 3 dont le constructeur. ils naviguent normalement dans le golfe du Morbihan. Ils faisaient port naval Royan cote basque en quelques jours ! Avec un bon nord est ils étaient parti de Royan au lever du soleil et arrivé à elantxobe à 13 noeuds de moyenne ! le bateau était immatricule à Guernesey mais els 3 étaient français.

Avant de rejoindre leurs coques pour y dormir ils avaient qd même préféré gouter à mon txakuli et mes rioja mais bon je me suis écarté du sujet.

26 avr. 2006
0

le cata de lerouge etait une bombe
avec 2 coques un mini cockpit et tout le reste en trampoline, les coques faisaient juste une largeur d'epaules, c'est la ou ils dormaient, rien d'autre sinon a apart leurs brosses a dent, un tres joli objet d'une finition magnifique.

pour revenir au catfisher on saura jamais si il allait vraiment se retourner dans cetet rafale mais c'eatit un cata tres haut, avec une timonerie et le diesel om 636 dans la nacelle avec transmissions hydrauliques, bonjour la stabilité, je le repete j'etais paye pour naviguer sur ce bateau, tres confortable au port.

26 avr. 2006
0

Qu'il est plus de risque en cata
C'est pas faux, mais pas autant que tout le monde le dit sur ce fil, la différence est trés faible, et il faut comparrer des bateaux comparable.
Quand vous comparer des bateaux de voyage, ne comparer pas un Outremer avec un Ovni, mais plutot avec le banana split de Antoine qui a fait avec son cata plus de miles que beaucoup d'entre vous en mono. Son bateau malgrés son age est en parfait état, il n'y a eu aucun mort à bord, et il ne veut surtout pas entendre parler de mono.

Pour ce qui est de la med :

Notre cata a essuyé force 10 en med, et il ne fait que 8 mètres, le bateau était stationné à Istanbul , et je ne sais pas ou il a rencontré exactement cette tempete.

De même, ce même bateau est parti de Hiere pour aller à Istanbule par la mer, donc traversé de la med,et ce sans encombre.
Nous naviguons en Manche dans le passage de la déroute, qui est reputé pour avoir une mer souvent hachée et courte, nous sommes à notre deuxième catamaran, et nous pensons, après avoir navigué sur mono, que c'était le meilleur choix qu'il y avait à faire.

Bref vive le cata, et tu es le seul (Jeanlitlewing) à dire après avoir navigué sur cata, que c'est trop dangeureux, peut être n'avais tu pas les bons catas, ou peut être n'étais tu pas fait pour ce genre de bateau.

26 avr. 200616 juin 2020
0

que tu preferes le mono
je le comprends, moi aussi je prends du plaisir sur ces bateaux. Mais le danger en cata est il vraiment plus important, je ne le pense pas, le fois ou tu as eu l'impression de lever une coque, n'aurais tu pas fais un départ au fol, ou autre figure de style dont les monos sont capable.

Je me souvient du régate en MAnche, nous étions en Edelcat26 (petit cata au franc bord assez bas) toute la régate s'était faite sans vent (5-6 heures avec 2-5 noueds de vent) sur la fin du parcour, une grosse rafale est arrivé (25 nds), nous avons légérement enfourné, puis accéléré, mais c'est tout. Nous étions trois multi, il y avait aussi un Catana 522, un speed, les multi n'ont connu aucun problème, mais les monos, c'est différents, des barres de fléches de cassés, des tangons pliés ou cassés, des winchs arrachés, bref, ce jour là nous étions content d'avoir passé la raffale en multi...

Pour le cata dont tu parles, je pense que c'est Rakham Lerouge, un cata qui est fait pour aller vite, (la preuve avec ces 13 noueds de moyenne), mais trop équipé pour la croisiére, IL NE FAUT PAS COMPARER ce bateau avec le tiens ...

0

allons, mettons nous d'accord
rien n'est adapté à la med

un catamaran n'est adapté à rien

Seb, Guy, Tangnard, even..., si vous nous regardez...
:coucou:

aie, non! pas la t...gnnnnn :oups: :jelaferme:

26 avr. 2006
0

mais non, mais non, pas d'accord
Ne nous mettons pas d'accord.
Sinon, comment on arrivera à se faire ... flute j'allais dire, une opinion
Mais c'est pas ça que je cherche, c'est pas d'une opinion que j'aurai besoin si un jour les démons d'éven me ratrape. Ce qui m'intéresse c'est ce que vous en avez vécu.

yves.

26 avr. 2006
0

Je suis d'accord avec toi
Cata ou mono, on en s'en fiche, le plus important, c'est de comprendre les erreurs faites par nous ou par un autre pour ne plus voir ce genre de catastrophe.

26 avr. 2006
0

En fait j'ai un peu l'impression que le débat
porte plus sur le confort (la sécurité étant un élément de confort : bateau pas dangereux = bateau sans stress, donc agréable) que sur la sécurité proprement dite, le terme le plus approprié étant "la sûreté".
Je m'explique : parmi les bateaux (tous types confondus) certains sont plus sûrs et plus confortables que d'autres : les trawlers par rapport aux semi-rigides, les moteurs par rapport aux voiliers, les cargos par rapport aux sous-marins.
Et dans chaque type de bateau, il y en a des + sûrs que d'autres : les mono quillards par rapport aux DI, les catas larges et peu toilés par rapport aux engins de course, les vauriens par rapport aux 420...
Donc sur ce point le débat n'apporte rien : un autre type de cata aurait peut être mieux résisté à la mer au cap Creus.
Par contre il semble nettement que pas mal de catamens reprochent à la Méditérannée de casser les reins des catas, de les transformer en tambour de machine à laver en plein essorage.
C'est peut être plutôt là que le cata n'est pas adapté à la Med, non ?
Et puis, il reste quelques amateurs de sensations forte ou de voile un peu sportive pour qui le confort est une question secondaire, qui vont en Med parce que c'est plus sympa de se faire tremper par de l'eau tiède...

26 avr. 2006
0

Pas pété les plombs, le prof
enfin, je trouve pas.
Si effectivement le fond du problème n'a rien à voir avec cata ou mono, je trouve ça normal (et même plutôt sain) de se poser la question en ces termes.

Si un ferry ou un pétrolier se fracasse en Manche, on s'interroge sur le concept et ça me semble une orientation qui en vaut une autre. De la réponse dépendra la solution, si solution il y a.

Dans ce cas, la dérive cata-mono est surtout provoquée par la dernière phrase du post -qui, c'est vrai, présuppose un avis définitif sans fondement- mais aussi et surtout par nos propres interventions, à nous, catamarandonneurs, qui tentons d'expliquer ou de justifier un choix.

J'ai toujours soutenu la thèse du "un bateau pour un programme" et ce n'est pas pour faire la med que j'ai acheté un cata, mais plutôt pour les tropiques.
Ceci dit, on est souvent obligé de faire ce à quoi on ne s'attendait pas, et il faut alors "faire avec".
Si mon programme avait été la med - ayant déjà bouchonné dans 65++ noeuds avec un 60'racing léger- j'aurais acheté un bateau mi-lourd à lourd, gréé en cotre mini, peut être ketch, tirant d'eau en conséquence pour une raideur à toute épreuve.

26 avr. 2006
0

Près des cotes, surtout
Faisant partie de ceux qui sont revenu au monocoque après le cata, tout en continuant à le pratiquer, j'étais déjà intervenu sur ce sujet en citant deux circonstances où j'ai été presque couché en monocoque, sans autre difficulté, et où un cata n'aurait peut être pas eu le temps de réagir, avec une rafale très adonnante et d'une force très largement supérieure au vent moyen. C'était à Cap Creux et au Sud Est de la Corse. Je crois moins à un tel écart aussi soudain au large.
Autre problème pour le cata : en cas de mauvais temps annoncé, il sera plus facile de trouver une place dans un port avec un monocoque qu'avec un cata.

26 avr. 2006
0

"plus facile de trouver une place"
Toujours à mon avis, cet argument ne fais pas évoluer le débat : il est également plus difficile de trouver une place dans un port pour un quillard de 15 m de long, 4 m de large et 3 m de tirant d'eau que pour un cata de 12 m de long, 7 m de large et 1 m de tirant d'eau (chiffres fantaisistes, j'ai pas pris le temps de vérifier, mais ça doit être quelque chose comme çà).

26 avr. 2006
0

personne n'aime..
être critiqué en public sur son choix...
donc quand on met en doute les qualités des catas, tous les proprios de catas arrivent à la rescousse, quand on met en doute les "plastoc" les proprios de plastoc citent tous ceux qui ont fait le tour du monde, quand etc...

or, aucun cas particulier ne peut permettre de se faire une opinion, ce sont des catégories beaucoup trop vastes et hétérogènes: il faudait des statistiques , des comparatifs honnétes à l'intérieur d'une m^me classe, d'un m^me type... impossible !

celui qui navigue depuis longtemps sur un modéle, aprés l'avoir parfaitement compris , amélioré, soigné, comme tangnard, considère évidemment que c'est un excellent choix..

mais certains défauts généraux des catas dans nos parages sont indiscutables: inconfort au clapot, prix des places et manutentions, leger risque supplémentaire par gros temps... Ainsi que les qualités également indiscutables: vitesse, confort au mouillage et au port...

enfin, indiscutables...ça n'empéche pas bien sur d'en discuter (:&gt), et la pondération personnelle entre qualités et défauts empèche toute conclusions, évidemment.

26 avr. 2006
0

Pas systématique
il y a beaucoup d'interventions interressantes sur ce fil qui montrent la volonté de leurs auteurs de se placer d'un point de vue objectif en mettant de côté leurs choix personnels (càd ne pas défendre systématiquement les choix qu'on a fait).

Il n'est pas question ici de dire qu'un cata est mieux où moins bien qu'un mono, mais d'essayer de savoir si "d'une manière générale et pour un programme de navigation donné", il vaut mieux avoir un cata où un mono en Med.

En ce qui me concerne, je rêve depuis fort longtemps de construire un Wharram et j'ai aussi pas mal navigué en tri Newick sur l'Atlantique et Caraïbes.

Pour mon programme de nav qui dure depuis 15 ans, c'est à dire nav côtière automne/hiver entre Creus et Agdes et Baléares/Corse/Sardaigne au printemps/été, il était hors de question pour moi d'acquérir mon bateau de rêve pour celà !!
Dans ma p'tite tête, il était EVIDENT :reflechi: qu'il me fallait un bateau lourd, à fort tirant d'eau et marchant bien au près et je ne regrette pas du tout mon choix sans compromis (Karaté)!!

J'espère pouvoir bientôt m'échapper 8 mois pour aller faire un aller-retour aux Antilles et là, il est clair que je vais regretter de ne pas avoir mon cata de rêve : je sais que je vais m'emm...er dans l'alizé à rouler comme un tonneau et ne pas pouvoir m'approcher des plages à toucher les cocotiers. Mais j'ai pas envie de changer de bateau pour celà : trop compliqué et je suis trop sentimental et attaché à celui-là...:heu:

En attendant, je me régale de l'intégration de Swanee dans son bassin de croisière, bateau capable de tailler sa route au près dans une houle courte alors que la plupart des autres plantent des pieux au moteur, bateau capable d'encaisser les pires rafales sans sensation de danger, gréément surdimensionné qui rassure quand on se fait surprendre en solo avec "tout dessus" etc...

La Med est une mer particulière, atypique et qui réclame donc des bateaux particuliers (et qui sont maintenant devenus atypiques, voire ringards pour certains), celà ne dévalorise pas pour autant des bateaux qui sont moins à l'aise en Med.

26 avr. 2006
0

pourquoi en finir ????
c'est vrai quoi, on est pas à l'assemblée nationale ici, y'a pas urgence pour délibérer !!

Ici, avant tout, on aime causer !

"C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases !"

Audiard
Les Tontons Flingueurs

26 avr. 2006
0

C'est le contraire :
Quand on est dans la Med, c'est pas maran.

26 avr. 2006
0

Peut-on dire
pour en finir avec ce fil interminable que quand on est dans la Med, la cata est un plus?

26 avr. 2006
0

Alea jecta est
Ben moi je pars Samedi matin pour une semaine mediterranenne sur un Outremer 45.
J'espère donc que le catamaran est un tout petit peu adapté.

07 juin 2006
0

C'est malheureux
de voir les réactions sur ce forums. On se fout de savoir si tel ou tel aime ou n'aime pas les cata, si ils sont adaptés à la Med, ou si c'est dangereux de faire du bateau.
Ce qui serait interessant c'est de comprendre ce qui s'est réellement passé et comment l'expliquer.
Dans V&V , on "apprend" que le cata a chaviré au près, que la coque est montée comme sur un hobie et voila !!
Je me pose plusieurs questions
- Comment se fait il que sur un cata de cette taille et de ce poids la coque puisse monter comme ça ?
- Comment se fait il que le gréément n'est pas céder sous la charge ?
- La dérive sous le vent semble avoir été maintenue baissée ? est ce que un croche patte est la raison du chavirage ?
- d'autre part, aurait t'on le temps et serait ce suffisament réactif d'agir sur la barre. Et d'ailleurs quoi faire sur la barre, loffer ou abattre ? AMHA loffer on diminue la pression mais la force centrifuge augmente le couple, abattre, on augmente la pression et on risque de sancir !?
Merci à tous ceux qui on des avis.

07 juin 2006
0

bateau léger et inertie
Une mer croisé, creuse et hachée comme la mer méditérannée où la manche avec vent contre courant, n'est pas confortable (en particulier au près) a partir du moment où le bateau est léger et n'a pas d'inertie,
et cela est d'autant plus vrai qu'il n'est pas assez toilé pour passer "en force".

La grande majorité des catas n'ont pas d'inertie, et certains catas plus lourd que les monocoque équivalent ont tellement de fardage que ca équivaut a avoir moins d'inertie (au près) ... donc effectivement pour moi les catas ne sont moins CONFORTABLES au près dans la mer formée et haché.

Sur Diomedea, Pulsar26 d'EricLerouge, le bateau est léger mais tres toilé ce qui permet de passer en force (même vent contre courant), et le bateau avance et est tout a fait manoeuvreant, ...

... toutefois ca tape c'est clair, le bateau fatigue forcement aussi, sans parler de l'équipage qui finit par craquer !

La solution consiste alors a réduire et la tout redevient calme ... mais il faut trouver le bon compromis, car trop réduire fait que le bateau bouchonne (l'inertie encore).

Pour conclure je dirais que les bateaux a faible inertie (donc les multi et quelques mono) sont bcp plus dur a REGLER dans une mer formé, hachée, pour continuer a avancer et cela de maniere confortable pour l'équipage et le bato.

Après pour la sécu, si les dérives sont relevés, et les flotteurs tres volumineux (pour les tris) il y a vraiment de la marge avant le chavirage (du moins jusqu'à force 9, apres pas testé), mais ce n'est pas confortable c'est sur ;-)

07 juin 2006
0

-
En ce qui concerne l'absence de dematage, une hypothèse avancée dans l'article que tu mentionne est que le grement dormant du bateau avait été renforcé par rapport à celui d'origine, limitant alors la probabilité d'un dematage "fusible" evitant le chavirage.

Pour l'instant, à ma connaissance, l'enquete suit son court. AMHA, inutile de deterrer ce sujet, le seul effet serait de reentendre dire tout et n'importe quoi. Wait and sea (sex and sun ;-) )

0

pour rire un peu
le seul voilier adapté a la med c'est le fifty (30 ans de mediterannée que je cherie contrairement a d'autres ) ;-)

07 juin 2006
0

le mat d'un cata est mieux haubané que celui d'un mono
L'angle que font les haubans avec le mat (ou avec le pont) ne peuvent être en deça d'une valeur critique (22° ? j'ai oublié mais je sais où retrouver) sous peine de ne plus tenir le mat. D'où d'ailleurs ces bas haubans, galhaubans et tuti-quanti qui parte du mat avec la valeur quasi-critique pour arriver en bout d'un étage de flêche et de là partir vertical (seule la partie entre le mat et le bout des barre participe directement à la rigidité)

Dans un cata, la largeur permet de très bien haubaner le mat avec à l'occasion même pas de barre de flêche. sur mon catan, le mat en carbone est tenu par deux haubans qui partent de mi-mat légèrement vers l'arrière et énromèment vers les cotés, et aussi tenu par l'étai de foc, et c'est tout.

sur d'autre on verra au plus un étage de barre de flêche.

Ce très solide haubanage ne constitue pas du tout un fusible.

Désolé,

Yves.

07 juin 2006
0

rions un peu
Exact, et quand au port on passe devant certain (surtout ceux qui sont habités l'hiver) on entend distinctement "je t'attend, tu y viendra".

Faut juste se faire à l'idée

Yves.

07 juin 2006
0

mat carbone .vs. mat alu
Comme je l'ai raconté ici, j'ai été épaté de voir mon cata passer en puissance dans les vagues hachées et à chier de la med. Avec mes précédents (mono) je me faisais toujours arrêter et à chaque fois fallait repartir, pénible, lent, cahotique. D'autres ont rapporté ici et ailleurs que leur cata (pas nécessairement à quille) se vautrait en med.

J'en ai parlé avec des gars du chantier qui m'ont affirmé que le mat en carbone joue un rôle dans cet excellent comportement : l'abscence (ou au moins la réduction importante) de poids dans les hauts se traduit par moins de pilonage verticaux et d'inertie horizontale qui sont autant de "coup de frein"

Yves.

08 juin 2006
0

oui
Il est interessant de connaitre le poids reel du mat, car je pense qu'on se rends compte alors, que la difference de poids total du mat plus greement est infime entre le mat carbone et le mat alu sur les mats de croisieres! Par contre la rigidite gagne beaucoup.

08 juin 2006
0

une peu
moins de 20 % pour le plaisancier

08 juin 2006
0

infime, en absolu ? en pourcentage ?
Le gain en absolu, exprimé en kg, est souvent de quelques centaines de kg (flute, j'ai pas pris de note après le brin de causette avec le cata 60 pied en prepa rhum à Port Pin Roland, pourtant il me l'avait dit le poid de son mat grée sur son ensemble de 6 tonnes).
Bien sur une bonne partie du reste (rail, coulisseaux, voile) sera inchangée et une faible partie (haubanage) sera diminuée ce qui au total rendra le gain tout relatif.

encore que, ajouter 200 kg à un truc (passage de carbonne à alu) qui pilonne ou tangue/enfourne, c'est pas top top car c'est du poids particulièrement mal placé

Les architects ont sans doute une idée là dessus ?

Yves.

08 juin 200616 juin 2020
0

J'y connais rien en cata,
Mais j'en vois naviguer, je peux pas dire si c'est plus dangereux que le mono(et quel mono?) par contre ce qui est sur, c'est que c'est inconfortable.
La tof est prise devant Palamos, avec un "Poniente" medium(~30Kn), fréquent dans le coin. Je sais pas si l'équipage etait traumatisé par l'accident du Creus(ça date de debut Mai)ou s'ils voulaient freiner le bateau, mais j'ai été étonné par sa voilure réglée"tempéte".

08 juin 2006
0

Le mât ne fait pas fusible !
Je suis fatigué d'entendre et lire partout que sur un cata "le mât fait office de fusible" !

Si c'était le cas, les catas démateraient à chaque navigation au près dans une mer formée à partir de force 4/5, puisque les chocs dans les vagues provoquent des efforts largement supérieurs à ceux nécessaires pour soulever une coque. Seulement ces efforts sont très brefs, quelques fractions de seconde au pire, et ne peuvent soulever le bateau.

Le calcul est simple : le couple de chavirement est égal au poids du bateau x la demi largeur. Le moment de redressement est donc égal, tant que le bateau reste à plat, et diminue ensuite rapidement avec la gîte.
Les cables qui tiennent le mât doivent donc résister à çà... multiplié par le coefficient de sécurité, d'habitude 3 en voilier, mais aujourd'hui de plus en plus souvent 5 en multicoque !

Donc le total de l'effort que peut encaisser le haubannage est largement supérieur à l'effort nécessaire pour le basculer par le simple effort du vent. Et ceci sur tous les catas, qu'ils soient "pépère" ou "course" !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

Après la pluie...

  • 4.5 (38)

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

mars 2021