La nuit en solo - comment vous faites?

Moi je ne dors pas (je parle en navigation cotière); j'ai essayé 1 fois en dormant par tranches de 15 minutes avec 1 minuteur couplé à une sonnerie industrielle! Ca réveille mais j'ai à moitié confiance dans mon bricolage. Qui a trouvé un système de réveil efficace pour des tranches de sommeil aussi courtes.

A+
Phil

L'équipage
17 sept. 2007
17 sept. 2007
0

quand on dort, on est aux abonnés absents
donc jour ou nuit, c'est pareil...

la vraie question est comment faire la sécurité quand on dort?

en fait on ne peux rien faire vu qu'on dort;-)

donc en solo, il faut avoir la baraka ou croiser très loin de toute région fréquentée pour pouvoir dormir correctement

amicalement

17 sept. 2007
0

moi
quand ça m'arrive, je fais quand même confiance à mon équipière toutes les 3 heures...
si peu à coté de la question !!!

17 sept. 2007
0

la veille
est obligatoire et prévu par les textes

les courses en solitaire sont des entorses à la loi, mais légale

17 sept. 2007
0

La nuit en cotière
C'est simple, un gros termos de café, et tu dors pas...

Sinon il faut se barrer à au moins 20NM des cotes, ne pas traverser les routes fréquentées, et avoir un bon radar avec alarme.

Si t'es trop fatigué, tu cherche un mouillage et tu jette la pioche.

17 sept. 2007
0

en route ...
si tu ne peux vraiment plus, dans quelle mesure la cape avec ancre flotante et feux de mouillage pour signifier qu'on a plus d'erre???!!!
(je poste comme ça j'ai rien vérifié) mais quelle légalité ?

Evidemment, c'est pas non plus sans risque mais au moins tu ne "fonce" pas vers vers ta perte

17 sept. 2007
0

moi , pas de bricolage
un minuteur de cuisine et en plus en securité le reveil sur ma montre etau maxi 20 minutes de sommeil

maintenant pour ceux qui sont vraiment certain de ne jamais s' endormir je dis "bravo"
moi je prefere quand les conditions le permettent me reposer par petites tranches cela permet de garder une certaines lucidité et d'eviter de tomber comme une masse au plus mauvais moment

en bref l' idée est toujours la meme ,je prefere anticiper avant que n'arrive la grosse fatigue ou le gros probleme

j 'ai fait Ouistreham - Camaret comme ça cet été en solo et en 3 jours et sans soucis

;-) ;-) ;-)

17 sept. 2007
0

Je m'y attendais un peu
Mais quand même par beau temps vue dégagée les bateaux tu les voies pas au dernier moment (s'ils sont éclairés). Tu les voies d'aussi loin si ce n'est plus que de jour. C'est quand même tentant de s'allonger 15 minutes même dans le cockpit; le risque c'est de ne dormir trop longtemps, d'où le réveil.

A+

17 sept. 2007
0

2 nuits d'affilée
c'est bien ça holtegof tu as fait 2 nuits en solitaire: pas trop dur? ça me tente mais j'ai jamais essayé

Phil

17 sept. 2007
0

Ca dépend un peu ,
De la physiologie de chacun. En ce qui me concerne, je sais que quand je suis vraiment fatigué et que je m'endors, avant d'avoir fait un premier cycle d'au moins 2 heures, c'est vraiment dur de me réveiller.
:scie::scie::scie::scie:

D'où ma première réponse. Pour ceux qui peuvent faire une petite sieste par ci par là, la problématique est probablement différente.

17 sept. 2007
0

Mon expérience:
en solo, ce sont des débuts.

J'ai fait trois navs en solo au mois d'aout. Je me suis bien fait plaisir...

Pas de gestion rigoureuse pour l'étalement des périodes de sommeil mais par contre je me suis fixé des périodes précises de 20mn. Tout s'est très bien passé tant pour moi que pour la question des rencontres impromptues.

Avec une bonne visibilité, si je ne vois pas de feux de mats ou autres feux de navires, j'estime que 20mn ne risquent pas de poser problème.

Par contre j'ai effectué bien sûr une veille attentive, lors, par exemple, de la traversée du rail de Saint-Nazaire.

17 sept. 2007
0

La question, c'est combien de nuits...
Une nuit réveillé, c'est à la portée de tous. Mais, dans mon cas, il faut arriver au petit matin, parce que c'est là que je plonge vraiment.

Je ne dors pas du tout de la nuit. J'ai un vrai coup de barre vers les 5/6 heures. Alors s'il y a moyen de se poser (mouillage ou autre) juste pour une heure ou deux ou trois, c'est le top.

Sinon, j'ai déja attendu le jour pour dormir un peu dans le cockpit, genre plutôt décontraction que sommeil de bucheron.

Maintenant, je n'ai jamais fait de traversée qui nécessitait plus d'une nuit reveillée.

Deuxième truc, la sécurité, effectivement, je fais une veille sérieuse avec jumelles (j'ai des bonnes jumelles). Donc tous les 1/4 d'heure, je fais un tour d'horizon complet et je prend, s'il le faut, des notes (notamment le cap relevé des trucs que je trouve utile de surveiller). Déja, ça occupe.

Enfin, pour ma sécurité, je suis toujours toujours toujours attaché. Erendil à un grand cockpit ouvert, et je peux tout faire sans aller dans le trampo (sauf ferlage du foc ou du gen affalé). J'ai un point d'ancrage central pour la longe du harnais, ce qui fait que je peut aller partout (poste de barre, piano...) sans me détacher et sans pouvoir, parce que la longe est trop courte, passer à l'eau.

Jacques

17 sept. 2007
0

Jacques,
si tu attends d'être vraiment très fatigué pour te laisser aller au sommeil, il est certain que ce n'est pas tenable plus d'une nuit.

17 sept. 2007
0

entrainement
plusieurs mois avant relaxation, sophrologie, pour s'endormir facilement.

alarme radar sur 8 milles, avec sirène 110 db + minuteur 20 mn.

Je dors tout habillé sur le plancher au centre du canote.

En zone de trafic je ne dors pas. Mais les passages de rails sont connus donc temporaires dans le temps.

Je ne me suis jamais fait peur.

17 sept. 2007
0

toute petite expérience en solo
Assez loin des côtes, une très bonne visi, personne autour, et un vent ne portant pas à terre (à la cape car sans pilote),même 15 mn à se laisser complétement aller dans le cockpit avec le minuteur de cuisine tout près des oreilles, ça fait vraiment du bien même si ce n'est pas un vrai sommeil et après je me sens tout frais.
En équipage, pas de problème sur 2 ou 3 jours avec des petits bouts d'une demi-heure.
Du bateau j'ai appis à m'endormir presque sur commande ce qui est bien pratique ds le train tous les jours (c'est la courbure du virage avant la gare qui me réveille et le seul raté a été pendant la lecture d'un journal pr m'en rendre compte deux gares trop loin!)

17 sept. 2007
0

Perso:
Personnellement, je suis aussi débutant sur la nav en solo de nuit. J'essaye aussi de ne pas dormir en nav côtière la nuit. Le plus souvent, c'est pour arriver dans la nuit ou au petit matin, donc c'est possible de tenir avec un thermos de café, et surtout des conditions de mer clémentes. Sinon, en cas de conditions difficiles, j'évite à tout prix de naviguer de nuit, mais il arrive toujours des fois où on est obligé, et ce n'est pas toujours facile de tenir dans ces conditions. Epuisant, je ne l'ai fait qu'une fois en solo.

Mais il m'est arrivé 2 fois d'être vraiment trop fatigué, de manquer clairement de lucidité, ou de m'endormir à la barre. Dans ce cas, je me fais violence pour réduire fortement de la voilure, faire un dernier tour d'horizon et enfin m'obliger à faire un somme de 20 minutes, tout habillé dans le fond du cokpit, comme un clochard. Je programme tout simplement l'alarme du tel portable (volume max), et je le coince dans le col de la veste.

Mais bon, en général si je réussis à m'endormir dans ces conditions, c'est que je suis vraiment très fatigué.

Le radar est alors en route, avec alarme à réveiller les morts (alarme de bagnole).

Leon.

17 sept. 2007
0

Ben oui, pas plus d'une nuit...
Je fais comme cela parce que je sais bien que les traversées solo que je peux faire (soit en solo solo, soit avec l'équipage qui dort mais que je ne veux pas, pour diverses raisons, réveiller) ne dureront pas plus de temps.

MAis c'est bien certain que je ne ferais pas comme ça si je n'avais pas la possibilité de dormir au bout de la nuit.

J'avais entendu l'histoire des mecs de la Figaro qui buvaient une bouteille de flotte avant d'aller se reposer, pour être sur de ne pas tenir et d'être obligé de se lever rapidement. Mais bon, avec ça, tu seras réveillé, mais pas avant quelques heures...

Sinon, je pense effectivement que se laisser aller un quart d'heure - vingt minutes permet de bien récupérer si tu n'es pas totalement épuisé.

Jacques

17 sept. 2007
0

Dans Gascogne...
Beau temps, grand largue, nuit noire, des étoiles à la pelle, fatigué mais réveillé; une étoile monte au dessus de l'horizon, rien d'anormal, elle brille et continue sa route vers le zénith c'est beau, je suis dans mes pensées...elle est ou mon étoile ? je cherche en haut !!!! M...E!::: elle a cessé de monter c'est un feu de mouillage maintenant et je passe 200m maxi à coté , on distigue à peine les contours du voilier!!!! Et je pense au mec qui dort tranquille , sur de lui et de son petit feu de M...E, Il aurait pu mettre autre chose en plus , moi je suis tel le hibou et je me dis qu'il va falloir que j'étudie un peu mieux la voute céleste....

Athos / Raoul / F31

18 sept. 2007
0

sur une nuit
on dort pas

sur 3 jours, je veille aussi la nuit (puisque je ne mets pas mes feux :non: :lavache: )et je dors le jour (par tranche de 20mn à 1/2 heure) en comptant sur le fait que je suis bien plus visible de jour et que les autres me verront...

18 sept. 2007
0

Très interessant, ce fil,
nous avons des comportement assez différents par rapport au sommeil. Guidés peut-être par notre aptitude à nous endormir/réveiller rapidement.

Ainsi, Vincent, moi, j'arrive à dormir sur une seule nuit. Sommeil morcelé mais suffisant pour rendre le jour suivant opérationnel.

18 sept. 2007
0

ma dernière expérience
13 jours et celle d'avant 28 jours.

Je peux vous garantir que le coup des 20 mn ça ne marche pas. personnellement je tiens 4 jours à ce rythme. après ça tu te réveilles mais tu es tellement fracassé que la veille est obsolument illusoire et que la moindre sortie sur le pont est dangereuse.

la seule solution c'est le sommeil et le radar hors des cotes et ... évidemment à l'approche des cotes on est en général à moins de deux jours de l'arrivée et on peut se remettre en rythme 20 mn voire meme en insomnie total le dernier jours.

La ou ça devient c'est quand il faut longer une cote pendant plusieurs centaines de milles ... rester hors des plateaux continentaux pour ne pas couper en deux un petit pecheur sur sa barcasse non éclairée ou ne pas se faire couper en deux par un plus gros ....

18 sept. 2007
0

Bien sur,
dès que l'on s'éloigne vraiment des cotes, le coup des 20mn n'est plus nécessaire et le risque de collision s'amenuise. On peut passer à des cycles de sommeil plus "normaux".

La question est de s'adapter aux circonstances, on est bien d'accord

18 sept. 2007
0

Mon terrain de jeu...
actuel ne nécessite qu'une nuit sans sommeil.

Il est dit que plus on avance en âge plus on résiste au sommeil. J'en fais l'expérience car pour 24 ou 36 heures de nav, aidé par le café et la vitamine C (pareil pour un long parcours en char), je ne dors pas du tout. Je reste assis dans le cockpit et me contente de fermer les yeux de temps en temps pour les reposer.

Il y longtemps, en Méd. j'ai fait en solo des virées de plus de 300 milles et là c'était la minuterie toutes les 15'. Avec le souvenir de nuits suivant l'arrivée assez déréglées.
Pour de plus longs parcours, au début, c'était la minuterie et me laissais aller ensuite
jusqu'au cycle complet de 2h30 environ. Et c'est ainsi qu'une nuit, j'ai failli y laisser la peau. Mais c'est une autre histoire...

18 sept. 2007
0

15 ou 20' ?
Les cycles de sommeil sont différents suivant les sujets, mais pas énormément.
J'avais remarqué que pour moi 15' était la bonne période alors que le réveil après 20 ' était désagréable et même fatiguant. Sans doute que mon sommeil léger passait à un sommeil plus profond après cette période. Au milieu de la nuit, je me rendormais aussitôt après avoir fait mon tour d'horizon et au total je devais dormir 4 à 5 heures ce qui était parfait.
La performance des solitaires du Figaro est évidemment extraordinaire sur le plan de la gestion du sommeil.

18 sept. 2007
0

hé, hé ...
si tout le monde fait comme toi...

Pas bien Vincent :non:

18 sept. 2007
0

pas bien
:oups:

mais contrairement à Cérigo....si je me laisse aller à reposer les yeux....je ne sais jamais pour combien de temps je les laisse se reposer :-D :-D :-D

veille la nuit eu sommeil par tranche....il est évident que c'est pour de courtes navigations (Bretagne nord -la Rochelle avec un 7 m par ex. ;-) )

en hauturière, je n'ai jamais été seul....donc organisation de 1/4

18 sept. 2007
0

chacun fait comme il peut
chacun fait comme il peut !
lorsque je navigue en solitaire en reurope mediteranee ou atlantique je par tres tot le matin et je m arete le lendemain ver 4 ou 5hrs de l aprem pour dormire un bonne nuit et entre temps je m alonge entre 10 a 30 mns selon la ou je suis sans jammais ecraser vraiment ...sa perment de faire des belles traite d au moin 30 hrs ...

en pleinne mer je branche la VHF a fond , alume feux de tete de mats et dors au moin 30 mns et quelques fois 2 hrs dependant de la meteo presente et a venire , si je sais que sa vas peter je me force a dormir .....ou encore une fois du lieux ou je suis ...
mais il y a plusieure factuere a prendre en conte :
Si om est abord de son bateaux ou pas
la meteo
la visibiliter
la fatigue acumuler
le temps qui l vas encore faloire passer en mer
l age ....
bref c est comme tous en bateaux specialement grande croisier BIEN GERER ...pour etre confortable et securiter a+

18 sept. 2007
0

autre maniere de faire
je m allonge des que j ai un coup de pompe ( meme leger ), je m interdit café, vitamine C et autre saloperie qui, permet de garder les yeux ouverts, mais n empeche d endormir le cerveau.....

Pour m endormir sur 20 ou 30 minutes, il me faut avant 30 minutes de relaxation ( sophro ), je sens que je suis pret a me reposer quand je mentalement j arrive par exemple a toucher le menton avec mon genou ou me gratter le haut du dos ( mentalement bien sur physiquement je n y arrive pas )

Je prefere etre a 30 ou 40 miles au large pour me reposer

Pour le reveil minuteur de cuisine, j ai abandonné avant le depart le minuteur de cuisine dont les tic tac aurai fini par me rendre fou, je me sert de mon portable ( le son peut etre tres fort et les sonneries pas trop violentes )et de ma montre selon....

J ai pu tenir 11 jours comme cela, en dormant réélement 3 à 4 heures par jour en moyenne mais en finissant avec 10 bonne minutes d halucinations visuelles dans la baston à l arrivée ( mais dans des conditions normales de meteo et sans cet accident, j aurai, je pense éviter l hallu )

Prochaine plus longue experience dans quelques semaines maintenant ( transat ) je vous dirai comment j aurai peut etre fait ( si j y arrive !!!! )

18 sept. 2007
0

j oubliais
quand je me reveille, je compte jusqu à 10 au minimum pour mettre la tete dehors ( un bruit etrange par exemple ) et je reste attaché a la ligne de vie meme à l interieur. Ca evite de se lever brutalement et de se casser la gueule ou de se manger le plafond ( le cognac a 1,45 de hauteur sous barrot.....), ca permet d analyser ce qu il se passe, d ou on est, ce qu on fait et ce qu on va faire.....

18 sept. 2007
0

ma petite experience

Cette année j'ai fait Lorient/La Rochelle en 26h

Je dors le jour , l'apres-midi lorsque tout est clair autour de moi et je me dis que celui d'en face me verra surement.

Par contre la nuit je ne dors pas et ma fois je tiens bien sans trop de coup de pompe.

Je suis tres mefiant la nuit car j'ai vu plusieurs foi des chalutiers pecher sans feux sur des zones interdite à la peche ,pour moi le danger est là.

josé

18 sept. 2007
0

Mon soucis a moi................
.......c'est que j'arrive a me mettre en "dette" de sommeil assez facilement en tenant longtemps, puis a devenir incohérent (hallucination et incapacité a construire un raisonnement cohérent)a titre d'exemple je ne suis pas arrivé a trouver l'entrée du port lors d'une arrivée de nuit (port que je connais depuis 50 ans) le lendemain quand on a dormi on se fait de sacrée peur retrospective.........
:lavache:

18 sept. 200716 juin 2020
0

souci du sommeil
salut à tous
ci-joint la photo de l'étrave d'un mélody dont le propiétaire ne dort "jamais" sauf après deux nuits agitées et relache complète à une heure du port.

Il ne faut pas se surestimer.

Perso je pars du principe de faire tout ce que je peux quand je peux manger ou dormir à n'importe quels moments dès que l'envie se fait sentir.

Autre consigne je ne vais jamais me coucher je reste dans le cokpit à l'abri de la capote.

18 sept. 2007
0

un petit rappel...
une synthése simple et tout a fait démonstrative des influences possibles sur ces cycles, et le petit mot sur les effets de la privation de sommeil!!!

ura1195-6.univ-lyon1.fr[...]io.html

bon vent

19 sept. 2007
0

très interessante ce site
En autres, je ne savais pas que la navette Challenger qui a explosé c'était à cause d'un gars qui n'avait pas dormi assez.

Mais aussi, je n'avais jamais fait le lien avec le manque de sommeil et l'irritabilité des ados.

Je m'endormirais moins bête ce soir :scie:

18 sept. 2007
0

et pour la prochaine transat...
ura1195-6.univ-lyon1.fr[...]re.html

18 sept. 2007
0

prudence
en cotier c est impossible de dormir .. comment eviter une perche signalant un filet ? une palette qui derive ? ma solution mais cela n engage que moi ( je fais du cotier en vedette en manche ) arret complet moteur tournant tous feux allumes meme ceux de pont + radar allume avec alarme + gps allume avec l alarme de derive d ancre ..

19 sept. 2007
0

Ayant la chance
de naviguer en "faux solitaire", mon mousse préféré me relaie à la veille pendant 2 h. au milieu de la nuit, ce qui me permet de dormir vraiment pendant ce temps.Le reste du temps, je veille 1/4 d'h. dans le cockpit, puis je vais somnoler 1/4 d'h. ou une 1/2 h. couché sur une banquette du carré. Étant en cata, depuis cet endroit, je vois le mât et les voiles, et j'ai une vue panoramique sur 360° à travers les hublots en levant la tête toutes les 10'. Puis je reviens dans le cockpit pour 1/4 d'h. et le cycle recommence. La journée qui suit une nuit comme ça, je fais plusieurs longues siestes, ma femme étant à la veille, histoire de récupérer un peu. Je dois dire que ce mode fonctionnement m'aurait été impossible étant jeune, il me fallait absolument au moins 4 h. de sommeil consécutives, et je supportais très mal les veilles prolongées. Avec l'âge, mes besoins en sommeil ont vraiment diminué, et je dors à peine 6h. en temps normal, quand je travaille. En ce qui concerne la sécurité, je laisse la VHF sur le 16. En côtière dans le golfe de Gascogne, les pêcheurs sont généralement sympas (et n'ont pas envie qu'on aille bousiller leur filets !) et préviennent les plaisanciers qu'ils repèrent de l'emplacement de leurs filets ; il suffit de faire sa route en fonction des indications qu'ils donnent, généralement ils occupent des zones parallèles à la côte, suivant les lignes de sonde, et faciles à éviter. Pour le reste, containers, palettes ou autres, je ne suis même pas sûr de les voir en plein jour, alors...

19 sept. 2007
0

gascogne
vous avez de la chance dans le g de gascogne .. ici en manche on trouve des filets dans tous les sens et meme aux abords des ports voir granville dielette et j en passe !! ... je ne compte plus le nombre de fois ou je me suis engage sur la ligne d un filet .. je commence a avoir une certaine habitude .. point mort le plus rapidement possible et j attends .. la tension que je cree fait que la ligne me renvoie de l autre cote mais c est surtout stressant la nuit dans le noir mais j avoue que cela maintient bien eveille ... les palettes et objets flottants sont plus durs a apercevoir surtout sans projecteur .. ce sont des accessoires que je compte poser avant de monter en norvege l annee prochaine .. les nuits sont longues en hiver !!

19 sept. 200716 juin 2020
0

ça dépend où on navigue ...
Par exemple, en ramenant mon bateau de la Trinité vers Perros Guirec en solo, je suis parti à 16 h 00 et je suis arrivé à minuit au Glénan.
J'ai pioché jusqu'à 4 h 00 du mat (donc dodo) afin d'avoir le courant avec moi dans la baie d'Audierne et le raz de sein.
Je suis arrivé à l'Aber Ildut à 17 h 00, pour attendre de nouveau le courant dans le chenal du four.
départ à 21 h 00, et je suis arrivé à 5 h 00 du matin à l'île de Batz, où un couillon était mouillé sans feu à l'entrée du chenal qui n'est pas éclairé la nuit.
Dodo et ménage jusqu'à midi et arrivé à Port Blanc près de Perros à 18 h 00.
Bref, tout ça pour dire que ce sont les éléments qui dictent les plages de sommeil et qu'il faut les respecter : c'est absurde de naviguer contre le courant quand on est en manque de sommeil.
Par sécurité, je mets quand même le téléphone portable dans la capuche avec réveil toutes les demi-heures. Et je m'occupe : point par rapport aux bouées éclairées et phares ...
Mais naviguer de nuit, ça reste surtout l'un des plus grands plaisirs de la plaisance.

19 sept. 2007
0

nav de nuit
Bonjour ça m'arrive régulièrement de naviguer seul la nuit en cotier Je met mon portable à sonner toutes les heures + alarme 3 nautiques sur mon radar avec une veille auto sur 10 minutes (furuno 1623) Le plus dangereux ce sont les chalutiers aux routes imprévisibles Mais bien sur il n'est pas question du sommeil du brave dans le duvet !!! Donc toujours dehors à l'abri de la capote ou à l'intérieur habillé pres de la table à carte pret à bondir !!! Bonne nav à tous

19 sept. 2007
0

dodo
Régulateur d'allure, récepteur AIS et Activ'Echo
Réveil régulier par minuteur

19 sept. 2007
0

petite mise au point
…avant de déraper, devenir dangereux, et sortir de la Charte de H&O !!!

1/ Nous sommes inégaux face aux besoins de durée de sommeil, car cela peut aller d’un minimum incompressible de 3 heures á 16 heures, régulièrement !!!
2 / Pour un même individu ces besoins sont assez stables, avec des possibilité de « dette » de sommeil peu variable, et de qualité de sommeil, elle, variable
3/ Toute dette de sommeil á cette horloge va se payer, d’une façon plus ou moins impérative, par un besoin de sommeil plus long, - ce qui est un moindre mal si c’est possible-, ou par des endormissements de plus en plus impératifs, inévitables et imprévisibles, ou, - pire- , par un sujet « dormant debout », conscient et incapable de réagir á une situation pourtant bien maîtrisée normalement !!

Cela ressemble à l’activité du cœur dans l’effort :
-&gtchaque fois qu’un cœur sain double sa vitesse il double son travail
-&gt quand un cœur arrive à battre au dessus d’une fréquence de « 220-age du sujet »
il pédale dans la choucroute et …ce n’est plus bon
-&gt il y a des individus qui, de naissance, ont un cœur lent et qui pourront donc tripler sa vitesse sans atteindre la limite
-&gt L’entraînement va faire baisser la fréquence de repos du sportif, la fatigue l’augmenter ….et les performances suivre !
-&gt les jeunes ont plus de marge pour tirer sur leur cœur
-&gt les produits qui ralentissent le cœur sont interdits en compétition !

.......Et il y a des jeunes, sportifs, entraînés qui font des accidents cardiaques !!!

En résume : Ce qui est bon á l’un peut être cata pour l’autre
Ce qui est nous est bon à un moment peut être cata à un autre
Une bonne forme physique générale et un entraînement qui optimise la mobilisation et l’épargne des réserves sont essentiels

Et une perturbation volontaire du sommeil peut entraîner des conséquences totalement imprévisibles !!!!

Et pour ceux que cela intéresse ;

www.canal-u.education.fr[...]d/3003/

Bon, vais me coucher !!!!
Bon vent!!!!

19 sept. 2007
0

La nuit en solo
je fais comme Maraudeur et Leon : confiance en mon radar règlé sur l'échelle 8 miles et doté d'une alarme a réveiller les morts . Dernière expérience en date : Cherbourg - Lymington , très peu de vent et carène sâle : voulant entrer dans le Solent de jour je met en panne a 10 miles des Needles et me couche dans le cockpit avec une couverture sur les jambes . J'ai été réveillé en sursaut par l'alarme , mais elle devait couiner depuis un moment parceque , a cent mêtres de moi se trouvait une grande ombre noire tout feu éteint , qui a fini par allumer une minuscule loupiotte puis un puissant projecteur qui a balayé Ommage dans tous les sens . Puis ils se sont éloignés et je crois sans en être tout a fait sûr que c'était la tourelle d'un sous-marin !
Complètement abassourdi je n'ai pas pensé une seconde a prendre contact par la VHF .

Joël

20 sept. 2007
0

et une deniére couche
sur les effets de privation de sommeil, moins connus que l'envie de dormir:
--&gttrouble de la sudation,
--&gttrouble de l'humeur,
--&gttrouble de l'équilibre
--&gtexacerbation transitoire de la libido...

Moralité:laissez dormir le capitaine!!!
bon vent!!!

22 nov. 2007
0

En cotiere et en transat
La Manche recense 25% du trafic maritime mondial et le pas de calais 600 mouvemenst de navires...par jour !

Je ne naviguerais jamais en solo la nuit dans cette zone en m'octroyant ne serait-ce que 5 minutes de sommeil.

Pour avoir vu surgir sous mon nez des bateaux dans des conditions de visibilite ou de detection (radar) normalemnt optimales, ou supposees telles...jamais je ne prendrais le risque de ne pas avoir de veille en Manche, je ne suis pas irresponsable a ce point-la.

On a toujours une veille a bord que ce soit la nuit comme le jour d'ailleurs.

En transat, apres 4 jours de calme complet ou nous avions passe les nuits a dormir, seuls au monde, sans feux et sans veille, nous avons eu la surprise de voir passer derriere nous un beau cargo d'environ 250 metres de long qui venait peut-etre nous saluer au passage...c'est le seul bateau que l'on croisa en 3 semaines de traversee...unitule de dire que les feux et la veille etaient retablis la nuit suivante.

23 nov. 2007
0

tu peux nous
dire quelle experience tu as de la nav en Manche pour etre si categorique ????

parce que moi il y a des année , et je ne suis pas le seul , que par necessité je fais du solo en Manche et comme tout le monde je fonctionne avec des poses de 20mn!

23 nov. 2007
0

Chacun fait comme il veut
J'y navigues depuis les annees 70 au depart du trieux, de saint malo et a present de cherbourg, ou encore de brest.

J'y ai navigue avec des 12 m en construction classique et sans moteur a l'occasion.

On fait regulieremnt la traverse vers portsmouth ou dartmouth, honfleur ou le havre pour le week-end, guernesey ou sercq de l'autre cote, en ete comme en hiver.

Sinon on va a Dunkerque et le ports belges.

la derniere croisiere nous a fait aller jusqu'en Hollande et revenir le long de la cote sud anglaise jusqu'a Dartmouth pour revenir ensuite a Cherbourg...

On navigue a 2, en couple.

Quant au "categorique" je le suis pour moi et toi tu fais ce que tu veux, t'es un grand garcon.

Chacun navigue comme il veut...tu n'es pas oblige de suivre mon exemple, je ne suivrai pas le tien alors commence pas a monter sur tes grands chevaux, c'est un forum et un lieu d'echange ici.

Accessoirement j'ai fait aussi une transat, navigue de Frejus a Cherbourg pour remonter mon canot lors de l'achat, fait toute la Bretagne sud, la Rochelle et ses iles, etc, etc...

Content ?

D'ailleurs ca arrive meme au meilleur, Francis Joyon dont on parle en ce moment, ca lui est arrive tout en etant un des meilleurs voileux (que j'ai connu soit dit en passant en passant mon CAEV) qui soit et pour qui j'ai un enorme respect et malgre les alrmes et sa grande experience, il est quand meme aller se foutre au tas en rentrant chez lui.

23 nov. 2007
0

Tres heureux de ne pas
naviguer en solo... après avoir lu ce qu'écrit chance : trouble de la libido... boudiou...quoique...quels genres de troubles ? :-D

23 nov. 2007
0

libidosolo
ca expliquerait que bombard ait pu réparer ses fuites si longtemps ? :-D

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

En Ecosse, soit il pleut, soit il va pleuvoir...

Après la pluie...

  • 4.5 (21)

En Ecosse, soit il pleut, soit il va pleuvoir...

mars 2021