la nuit en solitaire

Bonsoir, je suis curieux, et j'aimerai savoir comment s'organise un navigateur solitaire dans une transatlantique.
Est ce qu'il dort la nuit, laisse t il le voilier avancer seul ?
Fait il une confiance au pilote auto ou au régulateur ?
Ou au contraire il stop le voilier dés la nuit tombée ?
Merci pour vos réponses

L'équipage
03 sept. 2015
03 sept. 2015
0

Perso. Barre amarré.un tour d'horizon tt les 20 mn. Et cela pendant 55 jours.

03 sept. 2015
0

Sur les grands fonds, la nuit, je dors par tranches de 4heures. Veille radar et transpondeur AIS la nuit. Seulement l'Ais de jour. Pilote aux allures portantes, barre libre autrement sauf par petit temps.

0

Sur les deux radars Furuno que j'ai eu, si je crée une zone de garde tout écho entrant d'avoirns cette zone déclenche l'alarme.

Mais si en plus j'active la veille, par ex avec un allumage toutes les cinq minutes, un écho pénétrant dans la zone gardée pendant la veille ne déclenchera pas l'alarme à la période d'activité suivante.

03 sept. 201503 sept. 2015
0

Bonsoir. Sans répondre vraiment à la question vu que je n'ai pas encore de transatlantique au compteur, je veille, je somnole et ce jusqu’à 3 nuits consécutives si besoin est. Mon réveil, c'est la cloche activée d'opencpn toute les demi heures et c'est aussi le commencement du délire ou l'on entend des voix et plein d'autres choses.
Avec le régulateur sauf quand il fait "crack" et par à la dérive.

13 sept. 2015
0

C'est curieux ça. Sur le mien un Furuno 1623 l'alarme est déclenchée à la sortie de la veille si un écho se trouve dans la zone de garde alors qu'il ne s'y trouvait pas lors de la précédente période d'activité.

03 sept. 2015
0

au large, pas de problème pour dormir, avec radar et AIS en veille;
près des côtes, il est pratiquement impossible de dormir (pêcheurs, casiers etc...)

03 sept. 2015
3

L'ais!!! Ce serait bien si TOUT les bateaux en étaient équipés et allumés, ce qui n'est pas le cas.

03 sept. 2015
3

Transat: c'est grand l'Atlantique, il y a des zones absolument désertes et d'autres où une rencontre est plus probable. Le sentiment de danger est très différent ici ou là.

Non, on n'arrête pas le voilier, il taille sa route sous régulateur en ce qui me concerne. Ais, et radar dans les zones à risques.

Je dors principalement la nuit, par tranche, mais pendant le jour aussi. En fait je dors quand mon corps le demande. Je n'ai jamais été aussi reposé qu'en mer.

03 sept. 2015
2

Intérêt d'avoir les routes nautiques par où passent les commerces, ils règlent leur trajet entre point de départ et d'arrivée, en dehors on est presque tranquille, sauf petit pechou ou autre voilier...
L'enfer , c'est les autres...Sartre. Me souviens même plus s'il y a un S à la fin, periode décadente.oui un S . Bof.
Ce matin un bord de largue par 20 noeuds.....vers Egine.much more important.

03 sept. 2015
0

Je n'ai fait qu'une seule transat en solo.
Sous pilote auto, balise de détresse et GPS et puis c'est tout.
Je dormais par cycle de sommeil, environ 2 heures.
Une nuit, vers minuit, la mer était à +/-4 m, le bateau fermé depuis 2 jours, je sors faire un tour d'horizon et 10/15' après, avant de m'allonger, j'entends un grand bruit de moteur. J'ouvre le capot et vois une énorme muraille couper mon sillage à moins de 50m.
Je pense que sa proue a dû me raser les fesses à 10m.
Je n'ai pas dormi de la nuit et la suivante.
Comme le dit Hubert, il faut un radar et le mettre en alarme.
J'en ai installé un l'année suivante!
Si il y avait une météo à grains, je réduisais beaucoup la nuit.

03 sept. 2015
0

Le petit mer veille une merveille au grand large mini conso a mon avis plus sur que ais avec les vieux cargos , evidement pres des cotes t’as plus sommeil...

03 sept. 2015
0

En zone côtière, je dors par tranches de 20 à 30 min ; sauf à proximité immédiate des côtes ou en traversant des rails, là c'est pas de dodo du tout. Au large, entre 45mn et 2h... Voire un peu plus. L'important est de ne pas se mettre "dans le rouge", moyennant quoi je pense vraiment qu'on "sent" quand un danger menace. Du coup, aucune alarme a part un réveil vraiment puissant : je préfère ça à ce qu'avait fait un copain : des alarmes tellement nombreuses qu'elles sonnaient en permanence et rendaient tout repos impossible, sans parler du stress...
Et dormir par 30 noeuds de vent sous spi, quel pied !

03 sept. 2015
4

[quote=LaurentS]Et dormir par 30 noeuds de vent sous spi, quel pied ![/quote]
ah ben, j'ai vraiment du chemin à parcourir moi… 30 noeuds, sous spi ou sous nawak, à moins d'être au beau milieu de nulle part, je vois pas comment je pourrais dormir…

04 sept. 2015
3

je pense qu'on bien sous un spi, c'est à la fois chaud et léger comme tissu.

04 sept. 2015
0

c'était en effet l'emplacement préféré de mon chat...

04 sept. 2015
0

les deux premières nuits, en général, sommeil aléatoire provoqué par le stress, l'amarinage, et la proximité de nombreux bateaux: pêcheurs, de commerce (transports de passagers notamment) plaisanciers; mais assistance de l'AIS (transpondeur: avantage d'être vu aussi par les autres qui sont équipés) et du Merveille que j'ai doté d'un amplificateur tonitruant et qui a une fonction réveil très utile que je cale sur 30': obligation de se lever pour interrompre la sirène...au large, une fois passé les rails, c'est plus cool (mais ca dépend évidemment de la route) et on ne voit plus grand monde; je dors alors un peu plus longtemps; quant au choix pilote ou régulateur: je privilégie le régulateur au large après avoir vérifié le régime des vents pour la nuit et je garde le pilote auto pour les petits airs et à proximité des zones de danger; les deux panneaux solaires me rechargent sans problème les batteries dans la journée; sinon, recharge moteur.

04 sept. 2015
0

bonjour
cette question aurai merite une croix bleu sur le bateau des "glandos " .
non on arrete pas le bateau la nuit .
mais la gestion du sommeil et de la veille est surrement une grande preocupation pour beaucoup de futur solitaires .

salut

04 sept. 2015
0

Excusez-moi pour une question de quelqu'un qui n'y connaît rien. Si on n'est pas trop pressé d'arriver à destination, pour pouvoir dormir une nuit complète (7 ou 8h) de temps en temps, est-ce qu'il n'est pas possible d'arrêter plus ou moins le bateau quelque part, de se signaler de la meilleure façon possible (lumières et signaux électroniques) et d'aller dormir ?

04 sept. 2015
3

Statistiquement il y a autant de chance pour qu'une collision arrive arreté ou en route. Donc autant faire route.

Maintenant, imagine un bateau appuyé par ses voiles ondulant gentiment au gré de la houle, et un bouchon roulant et tangant rendant toute position inconfortable... et choisis dans quelles conditions tu veux dormir. Je te laisse répondre...

04 sept. 2015
0

Le fait de se mettre à la cape au large n'empêche pas une colision. Dans ce cas c'est les autres qui te percute...
Donc autant continuer à avancer, avec feux de navigation bien sur.

04 sept. 2015
0

Arrêter le bateau n'arrête pas le danger. La veille périodique restera de rigueur. Le témoignage de CERIGO2 au-dessus montre que toute l'électronique ne peut pas éviter l'abordage si tu n'es pas en veille pour agir. AMHA.

04 sept. 2015
0

Sous spi 5 jours d'affile barre amarrée. Mais le dernièr jour avant d'affale, 60 milles en 6 h, tu barres et y avait surement pas 30 kts de vent La route des cargos est tres aleatoires, ayant traversee uns partie du Pacifique et l'Atlantique, tu peux en rencontrer un peu partout, c'est comme le loto, t'as aucune chance de gagné et pourtant y a des elus.

04 sept. 2015
0

Moi j'essaie de dormir plus le jour que la nuit.
Cela ne m'a pas empêché de voir en pleine nuit un vieux caboteur sans feux d'une 50aine de mètres surgir derrière moi au moment où je remontais d'une séance de nav d'une dizaine de minutes maxi.
Très chaud, ce coup là!
Autant que la baleine qui dormait au creux de la vague et évitée au dernier moment.
Donc de toutes façons, en solo, il y a toujours une part de roulette russe malgré toutes les alarmes imaginables.

04 sept. 2015
0

Comme Jaoul.
AIS 1 km circulaire + radar 4G secteur avant 1mn.
S'éloigner de 10 mn des routes habituelles.
1 alarme par nuit maxi.

04 sept. 2015
0

Transpondeur AIS avec alarme (éventuellement détecteur radar et radar) Réveil sur environ 1 heure.

L'important est de respecter son rythme circadien. Dormir un cycle entier pour vraiment récupérer, puis faire un tour de veille etc. Puis redormir si nécessaire.

Dormir dès qu'on en ressent le besoin. Surtout ne pas accumuler de fatigue. Cela nuit à la sécurité car au boiut d'un certain temps on s'effondre.

Quand on est éveillé, faire de la relaxation psychosomatique (sorte de repos lucide)...

C'est ce que j'ai fais entre Porto Sines (Sud Portugal) et Ouessant (750 milles en 7 jours). Arrivé frais et dispo pour se balader dans le village...

Naviguer au bord des rails dans le même sens que les cargos, voire dans la zone de séparation au 1/3 côté montant. De façon à être ratrappé par les cargos et être quasi sûr de ne pas en avoir un qui vient de face.

04 sept. 2015
0

Enième fil sur le sujet.

Quelqu'un aurait un lien vers un truc pour "je veux dormir, hop je dors". Que ce soit les shackkkrräâs ou autre chose, mais une recette qui fonctionne après N jours de travail (oui, c'est du taf) intensif sur la respiration ou un autre truc ?

De toute façon, on sait que ce n'est pas simple (sinon pas N fils sur le sujet), et qu’effectivement on ne sait pas ce que vont farfouiller "eux" (oui, "les autres" ... :doc: :doc: :doc: ).

04 sept. 2015
0

moi, j'aime bien ces petites causeries, ca fait toujours revisiter ses propres pratiques. et quand ca n’intéresse pas, il suffit de passer son chemin ... :alavotre:

04 sept. 2015
0

Certains écoutent leur besoin d'autres passent par des centres spécialisés pour prendre conseils...
www.sommeil-mg.net[...]-france

Je n'ai pas de transatlantique à mon loch mais j'ai pu constater qu'en continuant à faire des petits quarts la journée, mes nuits se passaient beaucoup mieux! Il y a un repère qu'un ancien coureur Mini m'a filé et qui marche!!! Celui du spasme musculaire, quand on vient à sursauter ou avoir un bras qui fait le "fou", une jambe qui danse toute seule. Ce type de spasme arrive lorsque l'organisme tombe rapidement en phase de sommeil profond!!!
Lorsque cela m'arrive c'est qu'il est temps de rester éveiller.

Pour moi ce n'est pas le plus éprouvant, ma hantise c'est la nuit noire avec de la mer. Là c'est vomito assuré!!!! Problème d'oreille interne qui me pénalise et ca m'agace...

04 sept. 2015
1

Après au risque de ne pas plaire à tout le monde, ne croyez pas que nos grands coureurs ne tournent qu'à l'eau et à la vitamine C...malheureusement pour tenir sur de si longues distances avec un rythme aussi élevé (en course celui qui tombe le spi la nuit est mort en classement) certains en viennent à se "doper"!

Le temps où Tabarly s'entrainait à dormir fenêtre ouverte chez lui la nuit en plein hiver est résolu!

Volvo Ocean Race, Vendée Globe, etc, quand les engins filent à plus de 25 nds jour comme nuit...il est impossible de dormir...donc...mystère, mystère ;)

04 sept. 2015
0

*révolu
sinon j'ai des copains qui ne sont ni navigateurs ni rien mais qui dorment fenêtre ouverte en hiver…
et pour tes repères de ton post précédent… j'ai pas non plus d'xp en transat, mais en matière de fatigue, oui, et il y a des signes que tu indique que j'ai assez souvent… cela voudrait-il dire que je suis dans un état comateux la plupart de mes journées ?

12 sept. 2015
0

je me gave de méthamphétamine

12 sept. 2015
0

Moi je dors sous spi la nuit.

12 sept. 2015
1

J'ai de la chance je dors très facilement quasi sur commande et me rendort apres un réveil. Par contre manger léger, pas d'alcool ni cafe pour être d'attaque en ca de reveil ais ou radar je dors ainsi par tranche de 20 a 30 mn pour mes nav en med et reste éveillé si pêcheurs ou rail a franchir ou proximité de la cote. Je peux dormir cale assis c'est ainsi que endormi avant d'être allonge j'ai un jour traverser le carre au virement de bord, avec quelques contusions a l'atterrissage sur l'autre bord

12 sept. 2015
0

Avec certains bateaux et nos pilote aujourd'hui, aucun problème pour aller dormir, pas besoin de truc à la noix....
Faut juste accepter, qu'au pire du pire du part au tas. LE vrai risque c'est celui de collision... l'électronique est une bonne aide, pour ma part sieste de 20min max et quand plus serein mais très rarement 1h à 1h30

12 sept. 2015
0

deux fois 24 heures solo continent corse sans pouvoir dormir une minute

mon autonomie est je pense de 30 heures, je ne prévois pas plus de solitaire pourtant j'aime ça
:oups:

12 sept. 2015
0

Ben moi je dors paisiblement tout mon temps et en pyjama à la cape !! C'est une autre façon de voir les choses pas pressé , cool !!

12 sept. 2015
0

Le fait d'être à la cape n'empêchera pas une une éventuelle collision!!

12 sept. 2015
0

maintenant radar et petit somme.
Mais avec les précédents bateaux entre Corse et continent un super yacht m' a coupé la route à très grande vitesse, retour de Corse et virement d'urgence devant une baleine et en 2006 golfe du Lion rencontre violente avec un tronc (cadeau du Rhône)

13 sept. 2015
0

en côtier, je préféré dormir le jour et veiller la nuit

jamais été tout seul en longue traversée

13 sept. 2015
0

Pas qu'en côtier, ca d'oro.

13 sept. 2015
0

Bonjour
Moi en rentrant en avril 2012 en solo, au début je dormais dans le carré en faisant sonner un réveil toutes les deux heures et le radar branché en permanence à partir de 8mn , l'ais en alarme aussi sur mes hauts parleurs, qui d'ailleurs ne se sont manifestés que 2 fois entre les Antilles et les Acores. je me levais, faisait un tour d'horizon, notais ma position, le vent et la vitesse sur le livre de bord et je me rendormais sans difficulté, d'ailleurs au bout de 3 jours je dormais dans ma couchette. Par contre entre les Acores et la Bretagne j'étais plus prudent mais j'ai toujours été prévenu pas mes alarmes, et c'est l'AIS qui a été le plus précieux, il faut dire que j'ai un transpondeur donc on me repère aussi plus vite. Par contre le cotier c'est plus dur à cause des pêcheurs qui ne branchent pas toujours leur AIS pour pas qu'on repère leur zone de pêche...
Sinon, le solo à la longue est devenu pesante, je prèfère naviguer à plusieurs, on se fait moins chier, enfin en ce qui me concerne...
Bon, midi trente, une p'tite vodka...
A la votre les Gars... :alavotre: :alavotre: :alavotre:
.

13 sept. 2015
0

• En manche je ne dors pas, trop de trafic.
• Dans le Golfe de Gascogne, sur le plateau continental (là où il y a des pêcheurs), une minuterie de cuisine pour me réveiller toutes les 20 min. S’il y a des pêcheurs dans le coin, pas de retour dans la bannette, jusqu’au moment où je ne vois plus de bateaux.
• Au-delà, au grand large, sous régulateur, Ais Transpondeur et radar, nuit complète en ayant réduit la voilure excessivement.
• Je ne dors que d’une oreille, j’entends l’eau glisser sur la coque et dès que « cette mélodie » change, je bondis sur le pont en un instant.

• La vitesse à laquelle je résous un sudoku est un bon indicateur sur mon état de fatigue.
• Comme déjà évoqué plus haut, pas d’alcool ni de caféine à bord…………. et je suis en pleine forme.
Bon vent à tous
Libid’eau

13 sept. 2015
0

Le probleme des pechous c'est leur route bien alambiqué. Donc un que tu crois que c'est bon peu tresbien revenir!!!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

Après la pluie...

  • 4.5 (97)

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

mars 2021