La Galienne : 12 ans d'enfance autour du monde

.

L'équipage
02 juin 2001
11 mai 2001
0

nous repartons autour du monde
apres l'achat d'un sun fizz(12m)nous repartons avec nos deux enfants:Maeva5an1/2etNicolas3ans1/2en septembre de bretagne nous aimerions avoir votre avis sur le cned et la facon dont se deroule votre enseignement .A bientot! bonne chance pour la suite!

27 jan. 2002
0

Question
Est-ce que la vie est belle sur le bateau ?
Vous amusez bien tout les 2 ?
Est-ce que vous vous ennuyez quand vos parents font autre chose ?
Je m'appelle Lilou et je vais avoir 8 ans.

A bientôt de vous lire.

Lilou

30 jan. 2002
0

rêve à quel prix ?
bonjour,

Votre histoire fait rêver !
Mais de quoi vivez vous ? Revenus ?

30 jan. 2002
0

Porte parole
Précision : l'interview présente sur le site ayant été faite par votre serviteur aux Chagos, et la Galienne étant actuellement en Namibie, il est bien difficile à son équipage de vous répondre.

Je peux néanmoins répondre sur le dernier point : La Galienne navigue avant tout parce que son équipage y a cru, bien qu'étant débiteur de quelques milliers de FF au moment du départ. Joël est mécano, il trouve du boulot un peu partout. La Galienne s'arrête grosso modo un an tous les quatre ans pour refaire une santé à la caisse de bord. La dernière fois c'était en Nouvelle Calédonie, si je ne m'abuse.

01 fév. 2002
0

un gamin
Bonjour,
Merci beaucoup pour votre super temoignage.
A propos de la remarque sur le fait que un seul gamin en bateau c'etait dur, c'est du à quoi? Ils s'ennuient? A partir de quel age? J'ai une gamine de un an, et on avait justement envie de partir avant de faire le deuxième pour éviter que ça soit trop la folie à gérer...
Merci beaucoup pour votre réponse si vous passez dans un cyber café de Namibie, ou à tous ceux qui ont un témoignage sur le sujet.

21 fév. 2002
0

quel age????
Salut Jeff

N'attend pas vas y!!!!! Moi je me suis planté et j'attends que mes deux gars (18 & 15)
volent en solo. J'ai eut le déclic du départ il y a 5 ans et c'était déjà trop tard. Je
me suis renseigné auprès d' un collègue qui était parti pendant 10 ans avec les enfant en bas age
(maternelle) et tout se passe bien. Ils ont soif de savoir et de découverte; un rien les occupe par contre quand arrive l'adolescence
ils recherchent d'autres distraction, les copains & copines , et les études ne deviennent plus évidentes quand le niveau monte
Alors profite vite , prépare ton bateau et bon vent à tous trois........

13 oct. 2013
0

coucou la galienne, dix ans ont passé depuis notre séjour aux chagos, nous c'était Wahoo, je serais contente d'avoir des news, Nadine

10 juin 2003
0

age? seul?
nous avons un garcon de 11ans partirons dans 1 ans
pour ??? de temps il ne pense qu a la peche
j ai aussi un peu peur pour lui
trouve t on beaucoup de parents+enfants sur bateau

06 fév. 201016 juin 2020
0

fonce!!!!
joel et talou et les enfants etait mes voisins de mouillage en caledonie et pour te rassurer je peut te dire que beaucoup de bateau voyage avec enfants et cours du cned, ils sont tous epanoui et bien vivace...
de plus la navigation pur entre deux escales pour refaire la caisse de bord reprersente un pourcentage faible de temps comparer a l'escale.
de ce que j'en ai vu a noumea pendant trois ans, les familles et enfants etaient heureux, jeux a la marina, anniversaires des bambins sur differents bateaux, et fiesta pour les parents aussi... entraide pour tout et tous, et puis en escales longues les enfants peuvent etre scolarisé et garder une ame sociale avec la terre... non???

vraiment foncez, moi je repart bientot et suis vraiment impatient de retrouver ce mode de vie et cette "communauté"... la vraie vie quoi!!!!

arno "bateau ex'iles"

10 juin 2003
0

Modérateur
Là, ça va pas tarder à partir en couil..., je le sens.

On va enfin pouvoir essayer le bouton ALERTE. T'as, vu Basile ? Bravo mon JP.

A suivre...

10 juin 2003
0

jp tu bois?
parce si c'est une reaction naturelle de ta part c'est vraiment désésperant!
ALERTE!

10 juin 2003
0

je bois bien sur de l'eau comme beaucoup de gens
mais ce qui est encore plus désespérant c'est que des gens qui ont passé leur jeunesse normalement et qui ont envie de faire un trip particulier après avoir eu un parcours auparavant imposent à leurs jeunes enfants un mode de vie peu convenable à ces ages et qui va les handicaper pour la suite de leur vie

partir à x ans volontairement, c'est pas suivre ses parents à 2 ans ou à 11 ans sans avoir rien à dire

imposer sa propre démarche à des jeunes qui n'ont pas leur mot à dire et qui peuvent le regrétter par la suite, c'est une responsabilité que je voudrais pas avoir à assumer plus tard ni maintenant

si tout le monde a bien le droit de devenir clochard nul n'a le droit d'imposer cette voie si difficile à quitter à ses enfants

bien sur que des enfants en bas ages se plaisent sur un bateau ils seraient bien bêtes de préférer aller à l'école tous les jours

le pb c'est que j'ai encore jamais vu, lu ou entendu un seul témoignage du genre:

j'ai 40 ans, je suis jamais allé à l'école et j'ai vécu avec mes parents sur un bateau, j'ai bien réussi ma vie et tout va bien

par contre j'ai bien connu des enfants agés de mariniers et aucun ne m'a jamais dit que c'était une chance de vivre en nomade sur l'eau pour construire son avenir personnel sans entrer obligatoirement dans la voie tracée par les parents

je trouve anormal que des parents imposent un métier ou un mode de vie anormal à leurs enfants

je trouve tout aussi anormal d'imposer l'absence de relations sociales, humaines et intellectuelles à ses enfants et les limiter à un tete à tete permanent avec leurs parents

que penserai t on de gens qui sequestreraient leur progéniture dans un espace réduit sans relation avec la sté?

c'est pourtant bien ce que certains font en toute bonne conscience et c'est une démarche parfaitement égoïste là où on veut nous faire croire qu'il y a écologie, ouverture sur le monde et ZEN etc......et liberté ( quelle est la liberté de ces enfants?)

etre libre, c'est pouvoir choisir

imposer son choix s'appelle de la dictature

bien sur, chacun est libre et responsable de ce qu'il fait et j'agresse personne, mais j'ai bien le droit d'avoir un avis

bye

15 jan. 2004
0

Choix de vie
Comment pouvez vous dire que c'est criminel de choisir une vie sur un bateau pour des enfants.
Croyez vous que le métro, boulot, dodo, racket, démission de l'école, violence, télé, jeux vidéo est mieux adapté à nos enfants.

Si le voyage est partagé et bien réfléchit cela doit gazer aussi bien que dans une banlieue.

Drmander aux deux enfants Meffre si 15 ans à bourlinguer n'ont pas ouvert leurs yeux sur le monde.

28 août 2004
0

jp jp jp !!!
tu as deja navigué ?
tu as des enfants ?
ou es tu encore un frustré de la mer pour qui naviguer se resume a son boudin gonflable sevilor sur la plage en été ?
...

10 juin 2003
0

quel choix?
lorsque j'étais petit, on m'a imposé de partir vivre en Afrique, loin de notre société, j'ai eut une enfance differente, pourtant je ne suis ni clochard(même si je suis sans domicile fixe(bato)), ni associal(même si je n'apprecie guère le mode de fonctionnement de notre société), ni rémiste, j'ai un travail (c'est vrai plus pour longtemps: je part)!

j'ai des amis, à eux on a imposé d'autres choses, pour l'un ça a été de vivre dans une caserne (son père était gendarme (of st tropez;)), un autre a dut vivre à paris lui qui n'aimait que la mer et qui était asmatique, alors ou est la liberté?

je penses que ce qui te dérange en fait, c'est plutôt que cette éducation, n'est pas conforme au "moule social" dans lequel tu as été éduqué!

quel que soit le mode de vie choisi par les parents, il sera forcément imposé aux enfants, alors ou est la liberté?
faut-il ne pas faire d'enfant pour ne pas être un dictateur?
ps: allez voir sur la v'limeuse si les enfants ne sont pas ouverts sur le monde et parfaitement capable de relations sociales...
bon vent aux petits et aux grands

10 juin 2003
0

dois je conclure que c'est l'afrique qui a fait que
tu va etre sans boulot, hors de la sté et sdf?

non j'y crois pas

bye

10 juin 2003
0

Combien d'alertes ? :-)
Comme dit Osmose, ça va partir en c...lles :-)

Grâce au nouveau bouton, à votre avis, combien "d'alertes" signalées faut-il attendre avant d'entreprendre une "action de modération" ?

Une ? Dix ? Cent ?

A+ Robert

10 juin 2003
0

c'est un débat
pas besoin d'alerter qui que ce soit , chacun donne son avis et c'est trés bien comme ca.

même si je ne suis pas d'accord quand on dit que ce mode de vie fabrique des marginaux associaux, je pense qu'il est raisonnable de penser que etre souvent isoler a bord peut etre nuisible a l'éducation et la formation d'un enfant pour évoluer en société.

C'est exactement le même débat que les parents qui préférent éduquer seul leurs enfants a la maison, sans les envoyer a l'école.

15 jan. 2004
0

Responsable mais surtout pas coupable
Crois tu que l\'école forme encore des citoyens responsable. Beaucoup sont livrés rapidement à eux même.
Faut t\'il participer au jeu de la canette pour étre intégrer à la société.

Alors par pitié laissons chacun vivre sa propre vie, et \"va ou tu veux, meurs ou tu doit\"

10 juin 2003
0

Oui, Robert,
c'est pas aussi virulent que ce que j'attendais... Tant mieux. Mais c'est pas fini !

Amicalement.

10 juin 2003
0

Pauvre JP !
Heureusement que BOB donne dans la modération. Mais pauvre JP sais-tu au moins ce que c'est que "bien réussir sa vie", comme tu l'écris ??? Peut-être est-ce "bassiner" les autres sur Internet ? Mais tu as surement la réponse, toi qui sait ce qui est "anormal" !

Salut l'artiste !

10 juin 2003
0

opinions
amha ,les opinions doivent et peuvent s'exprimer , (sauf si offensant la loi ou jetant la mutinerie générale dans le site, etc : voir la charte du forum), si on reste poli et assez ouvert aux autres, ce qui doit ètre le cas de jp et vanupié ..
Qui donc a dit un truc du genre: je ne suis pas du tout d'accord, mais je me battrais pour que vous puissiez continuer à le dire... churchill?

Sur les trés jeunes gosses à bord trés longtemps, j'ai vu les deux résultats:
Des gosses géniaux, qui avaient suivi le cned ok, et fréquenté le maxi de voisins de mouillages, et des gosses handicapés par leurs relations en vase clos et leur éducation ratée..
amha, c'est pas la vie à bord qui est dangereuse, c'est la façon de l'assumer pour eux, avec intelligence ou pas, non?

10 juin 2003
0

Michel…. Peux-tu créer aussi un autre bouton ?
On aurait besoin d’un autre bouton, rien que pour nous, qui nous permettrait de déclencher une sonnerie chez les potes partis faire une pause, pour leur dire qu’ils doivent rappliquer à toute vitesse car il se passe quelque chose d’important, genre, une empoignade entre X ou Y, ou des insultes marantes entre Y et Z.
Je découvre ce thread seulement à 16H30, et j'en suis navré. J'ai tout raté. Désolé Osmose

10 juin 2003
0

Bravo jp!
T'as réussi à en réveiller quelques uns par ton point de vue (sectaire à mon avis, mais bon, je n'ai aucune intention de jouter avec les maux).

Et vive Churchill et tous ceux qui pensent comme ca!

10 juin 2003
0

j'ai dit nul part que ce mode de vie fabrique des associaux,
mais uniquement qu'il existe un risque réel et sérieux et qu'il existe pas de recul suffisant pour avoir les résultats des courses et affirmer que ces chers petits tout content d'échapper à l'école et à la vie sociale ne le regretterons pas un jour

certains fumeurs echappent bien au cancer....

pour SOPHIA, réussir sa vie, c'est déjà aller un peu à l'école pour apprendre la politesse et la tolérance vis à vis des autres

j'ai toujours été correct envers tout le monde, mais c'est peu etre vrai que nous n'avons pas les memes valeurs ( bien que j'admette que certains n'aient pas de valeurs du tout)

bye

10 juin 2003
0

enfants à bord
J'ai vu aussi à terre des gosses géniaux ( peu nombreux)des moyens (en grand nombre) et des catastrophiques ( en quantité).
J'ai vu chez deux sortes de gens très "mobiles" (navigateurs, et intérimaires) des gosses très éveillés: à Cherbourg, la gamins des intérimaires raflaient les meilleurs notes à l'école, et ça se savait.
Quant à l'expérience personnelle, ma fille, venue à bord à l'âge de 5 ans, dès qu'elle a pu nageoter sans avoir peur et sans se noyer pour qu'elle nous donne le temps de la récupérer si elle tombait à l'eau ( cela s'est produit 2 fois, les endroits les plus risqués étant les ports et les embarcadères ). L'organisation de la sécurité de la gamine était particulièrement rigoureuse ( pour les adultes ) elle devait être en permanence sous le regard de l'un ou de l'autre.
Jusqu'à force 3 sur le pont, au-dessus, à l'intérieur. J'ai rencontré un plaisancier qui a perdu son fils, passé par-dessus bord. Il n'y a rien à dire: le fait brut suffit.
Ma fille, après un peu d'école, puis le collège , et beaucoup de vie sociale (on ne vit pas tellement dans des cases en navigant, et la vie des escales est intense) a voulu être pilote d'avion. Sachant les exigences, elle s'est arrangée pour être excellente dans les matières générales, et championne de gymnastique de Charente Maritime.
Refusée pour le pilotage, faute des 10/10 de vue, elle s'est engagée dans la Marine Nationale, a réussi des concours, y a fait une carrière technique qui lui a permis de séjourner aux Antilles et en Guyane, de trouver un mari, marin lui aussi, puis de se faire offrir par la "Royale" une scolarité à l'école Boulle à Paris d'où elle a abouti à sa profession d'architecte d'intérieur et d'antiquaire.
Conclusion: il vaut cent fois mieux grandir sur un bateau que dans une banlieue ou même dans nombre de quartiers des villes si l'on n'a pas des parents capables de supporter de coûteuses scolarités en école privée ou avec des répétiteurs.
Et puis le bonheur, la santé, la joie de la découverte (les enfants découvrent le monde et la vie, ce que nous avons oublié, même nous qui naviguons comme "le poisson qui vit dans la mer sans savoir la mer" de la chanson), et des parents pas lointains, pas excédés par une journée
harassante de métro ou bagnole et de collègues stressés.

Accessoirement, avez-vous remarqué que les gosses adorent la mer, la plage, et, en grande majorité , le bateau ?

Il n'y a pas à être jaloux, à jouer "le renard et les raisins". On veut, ou on ne veut pas, on
en est capable ou pas : ce qui est légitime: on est né sur terre après tout. L'option de la navigation est exigeante, une fois passées les calanques de Cassis. Avec un enfant, c'est un problème supplémentaire, auquel il faut trouver des solutions, et l'enfant, s'il est ( ou devrait être ) une source de joie, est encore plus un futur adulte à qui l'on doit tout ce qu'il ne peut encore faire , comprendre, apprendre seul.
Quelles que soient les théories et les modes du moment, c'est la réalité: même les pingouins snt obligés d'en passer pas là.

10 juin 2003
0

.
"pour fabriquer des marginaux associaux, futurs RMIstes il existe des moyens largement moins couteux que le bateau et tout aussi efficace."

"j'ai dit nul part que ce mode de vie fabrique des associaux,mais uniquement qu'il existe un risque réel et sérieux "

.

25 août 2008
0

en colere
putin mais ki te permet de dire ca tu la deja fait toi vivre sur un bato ?
moi j'ai vecu tout mon enfance comme ca je suis maintenant en 3eme et premiere de ma classe
au contraire le voyage ouvre lesprit et evite aux gens de juger rapidement comme toi !!!! :-(

11 juin 2003
0

les mêmes valeurs
ah!ah!ah!ah!ah!
de toute façon j'aime pas les rillettes...

13 juin 2003
0

Boris Vian
Ecoutez Boris Vian ("chanson des bombes atomiques"):
"l'important c'est pas la portée de la bombe, c'est l'endroit où c'qu'elle tombe.."
Pour les gosses, c'est pareil.S'ils "tombent" dans une famille de handicapés de la vie, ils sont mal barrés, sur terre comme en mer.
Il suffit de lire les récits de vie des Meffre,ou des "Banik" pour voir que des gosses peuvent entrer dans la vie avec des atouts incomparables, après une éducation, non pas "en mer", mais autour du monde, ce qui n'est pas pareil.Certes, ces mômes deviennent rarement douaniers ou caissières de super marché,mais faut-il les en plaindre?
Le critère discriminant, c'est, sur le problème de l'éducation comme sur d'autres,le sens des responsabilités que l'on a ou pas,la rigueur et le niveau d'exigence que l'on s'impose, quel que soit son projet de vie.

13 juin 2003
0

Si on avait des histoires vraies...
on pourrait avoir un meilleur éclairage. Ce serait bien que ceux qui ont vécu leur enfance autour du monde à la voile viennent nous dire ce qu'ils font aujourd'hui. Vous en connaissez ?

13 juin 2003
0

Globe trotters ...
Ce point de l'avenir des enfants ne concerne pas particulièrement les enfants de marins-à-voile, mais les enfants de tous ceux qui ont des métiers "expatriés" et/ou "à grande mobilité". Cela peut être des techniciens en tout genre de platteforme ofshore en Norvège ou de centrales nucléaires en Inde, des militaires de carrière, des diplomates, etc ...

La particularité pour les marins du genre "tour-du-mondiste-à-voile" c'est qu'il y en a une certaine fraction qui sont plus ou moins à côté de leurs pompes, et qui pensent retrouver leurs pompes en batifolant en voilier au long cours. Je pense que c'est de ceux-là que parle JP, qui effectivement imposent à leurs enfants un mode de vie qui ne correspond pas nécessairement à quelque chose de constructif pour leur avenir, car pour les parents eux-même cela n'aura pas été constructif.

Mais il ne faut jamais généraliser, c'est là qu'est le piège.

Robert.

13 juin 2003
0

Dis-donc Robert,
J'suis qu'un bizuth ici, mais je me trompe en disant que dans le genre diplomate t'es pas mauvais? T'es le médiateur caché d'HEO?
Maximum respect!

13 juin 2003
0

Mais non, c'est un bon, c'est tout.
Il interveint très rarement quand c'est pas technique. Pour une fois qu'il le fait, il le fait bien, peut-être qu'il va y prendre goût ?

D'autant que quand c'est technique, c'est pareil, Robert c'est parfait !

A +

14 juin 2003
0

sûr!
en diplomatie, robert est extra,( pire que moi!)

15 juin 2003
0

ami robert
tu as tout compris

amicalement

18 août 2003
0

Gosse de bateau ...
Je reprends partiellement mon post precedent, pas pour faire de la pub ;-), mais en le recalant aux differents sujets du forum ... et repondre au demande de temoignage de "Gosse de Bateau".

Je m appelle Hervé et suis ... gosse de bateau. Je tennais la barre avant de savoir marcher et ai traversé l Atlantique en suivant les cours du CNED .

Je ne raconte pas dans mon bouquin ma tendre enfance (avant 14ans), inutile de l'acheter pour cela ! mais suis passé aussi qq fois par dessus bord; dont 2 fois assez gravement (à 5ans et 10ans).

"C'est clair que on prend plus de risque en mer que devant sa télé. Plus de risque de mourir, mais aussi plus de risque de vivre. C est valable pour les enfants de façon encore plus vrai. Car on marque leur esprit et donc leur avenir... bref, leur vie.

Gosses de bateau, on se reconnait souvent, meme déguisés en pinguoins (costard-cravate) dans une reunion de bureaucrates (on arrive parfois à s adapter au systeme!).
Certains traits de caractere et un regard sur le systeme ... "salut, tu mets aussi des Sebago avec ton costume ?"

Gosses de bateau, c est pas facile à vivre tous les jours, car on est assez marginaux, donc parfois exclus du "groupe", et le systeme a du mal à s imposer à nous.

Gosses de bateau, c est parfois magique de se retrouver 3 gosses de bateau sur nos 3 bateaux respectifs à St François (16N61W) 20 ans apres s etre connus sur les bateaux de nos parents !

Gosse de bateau ... pas facile, mais sans regret!

GotoYacht.com"

Par rapport aux remarques de certains, autant il est assez evident qu'on est plus ou moins "marginaux" (j'ai pas vu la TV depuis 4 ans),autant il est faux de penser qu on n'arrivera pas à avoir une activité "professionnelle" et qu on finit tous RMistes.

Il est vrai que mes amis sont souvent des gosses de bateau, mais nos situations socialles sont correctes. J'ai repris mes etudes par le CNAM tout en bossant pour "etre" assez diplomé, puis une année en Forecif pour "etre" Ingénieur. Les 2 autres potes de l anecdote de St François ont aussi reussi à s offrir un bateau (une motivation quand on est gosse de bateau) : JM est chef d entreprise et R est skipper pro.

Je connais donc beaucoup de gosses de bateaux et on parle plus souvent de defiscalisation (dans les DOM) que d allocations du style du RMI. Et presque toujours de la mer. Donc jp, tu fais fausse route. Pour Osmose, facile de dire que mon livre est nul du fait de ma 1ere S au CNED (c est ton droit de le penser), mais il existe et tu peux meme le commander à la Fnac.

Voila mon temoignage de gosse de bateau, qui n a jamais touché ni le RMI ni meme les assedics et s est deja offert tout seul des années off sur l'eau...

PS : j ai bien sur remercié mes parents des choix qu'ils avaient fait pour moi, meme si c'etait inutile car trop evident.

Just Goto

19 déc. 2003
0

jp...
je parie que ta petite idée était simplement de faire jazer sur ce sujet !! vilain petit provocateur ! je te mettrais bien une petite fessée !

20 août 2004
0

Témoignage
J'ai vécu 6 ans de mon enfance sur un voilier, de l'âge de 9 ans à 15 ans avec mon frère 1an de moins et ma grande soeur 1an de plus.

Nous étions donc 5 avec mes parents.

Nous avons donc suivi les cours du CNED et lorsque j'ai lu l'article de la Galienne j'ai eu un petit sourire et j'ai reconnu à 100% leurs témoignages.

Nous sommes rentré en métropole pour finir nos études. En effet, ma soeur devait rentrer en 1ère pour passer le bac de Français. Je suis donc rentré en 2nd. Les méthodes de travail n'étant pas les même à terre (rythme de travail diff, organisation du travail différent, motivations différentes, etc.) j'ai refait ma 2nd une deuxième fois.
Mais rater une année n'est pas exceptionnel ? Si ?

Aujourd'hui,
- Ma soeur est Ingénieur.
- Mon frère est Skipper professionnel

Quand à moi, je suis ingénieur en informatique et je suis en train de créer ma propre entreprise qui me permettra j'espère de repartir en bateau avec toute ma future famille.

Si on me demandait de choisir entre revivre autour du monde ou sur la terre ferme, je n'hésiterais pas une seconde !

PS: seul petite chose l'orthographe a du mal à rentrer

20 déc. 2004
0

fils
j ai tj voyagé en bateau , antilles , pacifique, avec souvent dans les transats et voyages dans les antilles mon fils, il a vecu une jeunesse entre l ecole aux antilles ou metropole , cned, aujourd hui il rentre dans un mois dans l aeronaval, il a vu autre chose , decouverte les gens ,pays etc... MAIS attention de ne pas les couper du monde , de la realité du monde, il n y a pas que des dauphins , il y a beaucoup de requins aux dents aiguisés

21 jan. 2006
0

Le problème est mal posé !
Comme souvent dans les discussions de café du commerce (ou de la marine). Manque de sens philosophique, peut-être, relisez les grands anciens (et ça occupe dans la pétole et ça évite de plaquer du prémâché).

Moi il y a 2 choses qui me turlupine dans ces histoires de "mômes de bateau". Turlupinage non pas idéologique (la marginalité c'est le MAL ai-je lu. Non mais, on croirait lire du G.W. Bush), mais observé visuellement au cours de pas mal d'années de navigations (dont des hauturières)

  1. leur (trop) jeune âge. Outre qu'on ne leur demande pas leur avis, ils ne sont pas à un stade de développement physique et intellectuel pour apprécier ce mode de vie. Je situe le minimum à 10 ans avec une décision DEMOCRATIQUE. Sinon "dans les brumes, je te devine, Potemkine"...

  2. la motivation des parents. Pourquoi sont-ils partis ? Pour quoi vivre ? N'ont-ils pas jeté l'ancre que pour mieux s'isoler ? Outre que l'entropie dans un système isolé ne peut que croître, "l'isolement à deux ne résiste pas à l'isolement de tous" (R. Vaneigem).

Si la perte de sociabilité qui est déjà énorme sur le plancher des vaches ainsi que l'enfermement dans les formes les plus restreintes de la famille s'aggrave dans ce genre de périple, j'imagine les dégâts psychologiques, voire psychiatriques, à la sortie. La plupart du temps ils fuient épouvantés dès qu'ils atteignent l'âge où leur avis compte et se jurent bien de ne plus jamais remettre les pieds sur un bateau. Les exceptions, donc qui fréquentent ce forum, vont jurer le contraire, mais, il faut voir la réalité en face.

Pourtant on pourrait envisager autre chose : non pas les sempiternels parents avec leur progéniture appropriée privativement dans un milieu encore plus cadenassé que leur pavillon de banlieue, mais une communauté ouverte en escadre où enfants et adultes communiqueraient librement entre eux en fonction des sujets d'intérêts, des savoirs, des affinités. Cet "effet de groupe" casserait cet isolement avec papa-maman outre que cela serait également utile à tout points de vue sur une navigation au long cours. Evidence ? En tout cas je n'en ai jamais rencontré. Jamais lu ce genre de projets dans des "bourses d'équipiers" (ou il n'y a que des "passagers du vent", sous-catégorie des pas nets du NET). Par contre des petites familles recroquevillées sur elles-mêmes sur les flots bleus, si.

22 jan. 2006
0

Pas ni pwoblem zenfant
Nous connaissons tous des enfants cabossés.
De tous les millieux, du plus fortuné au plus démuni. Certains de ces enfants blessés deviendront quand même des hommes remarquables.
Les enfants de bateaux deviennent peut être des adultes différents, mais est ce un problème?
Dans cette époque qui tend à l'uniformisation, c'est surement une chance.
Un enfant est heureux là où ses parents sont heureux, les jugements à priori n'y peuvent rien.
Tom B

23 jan. 2006
0

merci tom
la vérité sort de ta bouche. Sois en remercié.
Pour les autres, il est tellement facile de critiquer les actes volontaires des uns ou des autres. Cela frise l'irrespect.
Hier on m'a expliqué que voyager c'est égoiste. Aujourd'hui que les familles en bateau sont isolées du monde... à bon ?
Vous en avez d'autres des comme ça ?
"Un enfant est heureux là où ses parents sont heureux, les jugements à priori n'y peuvent rien."
Merci encore Tom, heureusement nous ne sommes pas seuls.

23 jan. 2006
0

un enfant est heureux là ou les parents sont heureux
moi je dirais
ils sont heureux quand ils sont entourés de gens heureux ;-)

23 jan. 2006
0

"un enfant est. heureux......
c'est un axiome et un voeux pieux, donc irrémédiablement indiscutable

mais c'est exactement ce que dit le proprio d'un labrador ou d'un lévrier pour justifier qu'il l'enferme toute la journée dans sa voiture sur un parking pendant qu'il est au boulot ou dans un mini studio sans jardin...pendant qu'il regarde la star'ac

mais comme d'hab, je reconnais bien sur le droit à tout le monde de prétendre qu'etre enfermé pendant des jours sur quelques m² au milieu de l'eau en voyant uniquement les poissons volants et le cul dse goelands est le meilleurs moyen pour s'épanouir, apprendre la vie en société et se forger un avenir radieux incomparablement valorisant :-D :-D :-D

amicalement

au fait si on leur demandait leur avis de temps en temps aux enfants....

ma petite fille qui a 2 ans 1/2 préfère regarder Dora à la télé plutot qu'aller courir dans les bois ou aller sur l'eau et elle a bien le droit après tout..

23 jan. 2006
0

Anecdotes
Captain Mison parle d'enfermement et d'isolement des familles en bateau.
Lors de notre balade sabbatique, nous n'avons rencontré que des équipages heureux avec des enfants épanouis et profitant pleinement de leur vie sur le bateau.

Biensur ces équipages ne partaient que pour un ou deux ans. Leur but n'étant pas de se marginaliser mais de s'offir une parenthèse dans leur vie et de découvrir un peu autre chose.

Nos enfants (10 et 6 ans) se sont fait une ribembelle de copains rencontrés sur les nombreux bateaux que l'on a croisés. Les mouillages sont rarement déserts et on y voit beaucoup de petits mousses.

Aux Saintes, quand nous sommes arrivés dans le mouillage de Petite Anse, au pied du pain de sucre, il y avait quelques bateaux dont un cata avec des enfants. A peine l'ancre dans le fond, nos deux mousses ont sauté à l'eau pour leur rendre visite. Les gamins du cata les ont invités à monter à bord et à découvrir avec eux les joies du trampoline.

Quelques jours plus tard, un Gin Fizz est venu mouiller non loin de nous et nous avons vu une petite puce de 5 ans sauter à l'eau avec sa planche de mousse et venir nous rejoindre sous les encouragements de sa maman.
Elle est arrivée radieuse et dégoulinante dans notre cokpit.
- Bonjour, je m'appelle Mariotte et mon bateau il s'appelle La Capucine, c'est le blanc, là-bas avec la bande orange. J'ai vu qu'il y avait des enfants sur votre bateau, est-ce que je peux jouer avec eux ?
- Biensur Mariotte, bienvenue à bord !

La petite moussaillonne n'avait pas sa langue dans sa poche et nous a épaté par son applomb et sa vivacité d'esprit.
Elle n'avait visiblement pas l'air de subir sa condition d'enfant enrôlée de force par ses parents.

Au cours de notre voyage, Mathilde, notre fille de 10 ans, d'habitude timide et réservée, a gagné en assurance au contact de tous les gens (locaux ou voyageurs) que nous avons rencontrés et nous a étonnés par la facilité qu'elle a maintenant à aller vers les autres.

Voilà, c'était juste quelques anecdotes pour illustrer notre expérience.

P.S. Salut Vincent et Nausica !

23 jan. 2006
0

salut les amis
heureux de vous savoir heureux !
bonne année.

23 jan. 2006
0

je sors de mes gonds en lisant le debut de ce fil voir (JP)
Je répond à un certain JP qui a écrit au début de ce fil.
Il est noté:"je trouve anormal que des parents imposent un métier ou un mode de vie anormal à leurs enfants

"imposent à leurs jeunes enfants un mode de vie peu convenable à ces ages et qui va les handicaper pour la suite de leur vie"

LIRE CELA m'a fait sortir de mes gonds.

Parce que tu trouves que de vivre dans une maison, dans une ville précise, avec un boulanger précis, une école précises ce n'est pas imposer sa vie à un enfant ?
Tu penses que la société amène un mode de vie plus convenable ? qu'elle amène moins de handicapes (il n'y a qu'à voir dans les rues, les S.D.F, les chômeurs, les drogués, les jeunes qui font la pute à 16 ans descend dans ta rue et regarde :0)

quel-que soit le mode de vie que tu leur propose au départ c'est forcément leur imposer le tien et ce n'est pas forcément le bon désolé.
De plus les résultats scolaires des enfants du CNED sont aussi bons si ce n'est meilleurs que les autres.

Quant à l'absence de relations sociale alors Laisse moi rire. quant on voit que les gens ne connaissent même pas leur voisin à terre que personne ne se dit bonjour que les seules relations qu'il ait se trouve à l'école, qu'arrivé à la maison on le coince devant la télé ou qu'on lui achète une nitendo pour avoir la paix, laisse moi rire.
Il y a bien plus de relations en voyageant et encore plus d'ouverture sur les autres et sur le monde. A chaque escale, rencontre de nouveaux enfants, de nouveaux peuples, parlant une nouvelle langue et restant correspondants par la suite.
Quant à la dictature dont tu parles cela semble en être une que de vouloir imposer ton choix.
Que les enfants vivent ici ou là de toute façon cela leur est imposé par les parents.
Et je ne pense pas que la société actuelle poussée vers la consommation soit un avenir plus enviable qu'un autre

En tous cas tu devrais voyager un peu plus cela te permettrais d’être plus ouvert …

Daniel
voiles.blogspot.com[...]

23 jan. 2006
0

Ben, je croyais que tu étais parti toi!
désolé, si je ne suis pas bourlinguement correct, mais d'une part partir n'a jamais été un opbjectif et Moitessier me fait chier.

pour ce qui est de partir avec des enfants, j'ai la chance d'en avoir 3 autour de moi, jamais il ne me viendrait à l'esprit de leur IMPOSER un départ en bateau, déjà qu'ils embraquent (lapsus!) l'été pour me faire plaisir (sauf le dernier, mais à condition qu'il ya it des tucs à l'apéro).

Futur ex chef d'entreprise (vendue, avant d'en recréer une autre) je vois passer pas mal de jeunes tout au long de l'année, qu'on le veuille ou non, ceux qui ont le plus de chances de décrocher un job, sont ceux qui ont un CV classique, on a un "produit" moyen, mais sans surprises (ni bonnes ni mauvaises). je précise que pendant 6 ans j'ai recruté sans regarder le CV, juste mon sentiment sur la personne et son envie de travailler avec nous.

Des enfants de bayeau ou de tour du monde, j'en cotoie régulièrement, certains ont tourné le dos à ce mode de vie, d'autres l'ont adopté, mais surtout, j'en voie qui bossent un peu pour buller autant en tirant profit des "acquis sociaux" tout en gueulant contre cette société de consommation qui prone l'individualisme etc etc.

un peu comme partout quoi! Par contre, je pense effectivement qu'à partir d'un certain âge (très jeune) on impose son mode de vie à ses enfants.

je reviens sur l'intervenant précédent, pour emmener sa petite famille sur l'eau, ne lui a t'il pas vendue un "appartement témoin"?
il me semble que le baptème de l'eau à eu lieu il y a grosso modo 1 an.
c'est bien sérieux ça?
pas à mes yeux, aux votres peut être

ps, je n'avais jamais vu ce fil, je l'ai relu entièrement et, je suis déçu de voir que pas un enfant de bateau n'a répondu à la gamine qui posait des questions.

re ps : le fait d'intervenir sur un forum de voile suppose un intérêt sur le sujet, j'aurais aimé avoir des retours de gosses de bateau qui sont dégoutés de la mer et de ce mode de vie, mais, ce n'est pas sur cet agréable site que nous pourrons les lire (pas par censure hein!)

24 jan. 2006
0

je pensais etre sur un forum, c'est à dire un lieu
où il est possible d'exprimer des avis parfois différents et ou la contrepartie de l' approbation est forcément le droit à la réprobation

si certains sujets ou avis sont tabous et/ou s'il y a une ligne officielle avec censure de certaines idées, c'est différent et c'est un autre jeu dont je ne connais pas les regles et que j'ai pas envie de jouer

mais je ne vois pas que cette "ligne officielle" soit le fait de l'équipage

demander le droit d'etre "fleur bleue" etc etc, je croyais que c'était aussi accorder, ipso facto, le droit de ne pas l'etre

j'ai encore beaucoup à apprendre et c'est heureux.......

24 jan. 2006
0

Salut Vincent
attend, je ne vous reproche pas votre choix, je n'ai pas fait le même et, surtout il ne m'attire pas, peut être parce que je m'éclate dans mon métier.

Comme je le disais, si j'avais voulu partir, ou si je souhaitais partir, ce serait vraiment en imposant un choix à mes enfants, choix qu'ils ne feraient pas aujourd'hui.
je leur demande déjà suffisament de choses (pour ne pas réutiliser impose!) qui me semblent essentielles sans pour autant leur demander de subir ce choix.

Ce n'est pas parce que je n'ai pas fait le même choix que vous que je ne vous apprécie pas. Simplement, les options qui vous conviennent, ne correspondent pas à mes envies, aspirations et tout et tout.

Au fait, même en étant terrien, on peut tout à fait vivre en rencontrant d'autres personnes, d'autres profils sans pour autant avoir comme unique objectif la retraite.

Que vous parliez de vos petits bouts ne me gène absolument pas, ta fille est trop jeune pour interrvenir ici, mais j'aimerais avoir le témoignage d'ados, ou d'enfants d'une dizaine d'année qui vivent ce périple et la façon dont ils le vivent.

Pour les quelques uns que je connais (voayges sur terre ou sur mer confondus), ils sont, à l'âge adulte, plus à la recherche de combines leur permettant de tirer un maximum du systeme qu'ils rejetent au nom de grands principes qui les feront tout larguer pour repartir (pas sur) que d'une véritable participation "citoyenne". mais ceci est un autre débat.

Tout ca pour dire que si le choix que vous avez fait vous convient (et c'est le cas) concevez qu'il soit loin de notre idéal qui n'est pour autan pas plus condamnable à mes yeux

bonne journée à tous

23 jan. 2006
0

une petite réponse (c'était parti petit mais ça déborde !)
c'est en parti à cause de moi et en partie à cause de ma gamine de 5 ans et demi qu'on est rentré. Elle voulait avoir des copains stables et chaque séparation devenait de plus ne plus dure pour elle. Ce qui entre autre m'a décidé à revenir m'installer en métropole, à avoir des racines.

Maintenant elle est en France depuis 7 mois, en CP dans une école où elle n'avait jamais mis les pieds. Voial qu'ils font des élections de délégués (je sais ça ne se faisait pas à notre époque) et elle est élue. Elle s'éclate dans cette nouvelle vie.
Et puis doucement, elle commence à reparler du bateau, et il y a deux semaines elle nous dit qu'elle a changé d'avis que maintenant elle voudrait bien repartir en voyage. Et puis que quand même ici c'est bien, elle a des copains, mais elle ne va plus à la plage tous les jours et qu'en plus elle est obligée de rester assise toute la journée.
Elle va chez des copains, ô bonheur, une baignoir. "je peux prendre un bain, ça fait tellement longtemps que je ne me suis pas baignée, je n'en peux plus de ne plus flotter" (chez nous c'est une douche). Comme les grands, les enfants sont changeants, comme les grands ils ont des périodes "pour" et des périodes "contre".

Comme dit Robert les "pour" ont un discours un peu cassant, voir nombrilistes mais cela s'explique par le fait que pendant la préparation du voyage on leur serine ce doux refrain qui en gros les fait passer pour "irresponsables" "liberticide" "laches", de doux noms d'oiseaux pas des plus agréables à une époque où la tension mentale est déja difficile à gérer. Ce n'est pas facile de faire un choix et se faire reprocher ce choix par beaucoup de monde c'est dur, alors on réagit à l'agressivité par l'agressivité. On m'a quand même dénoncé à la ddas ! Mais la même ddass m'avait donné l'agrément pour être parent adoptant même en vivant sur un bateau !

Bien sûr, il y a des ratés et des réussites sociales. Et alors, rien ne prouve rien.

Dans les "contre" ce qui me heurte ce sont deux choses :
- la récurrence du terme "imposer" alors qu'on nous claironne sur toutes les chaines de télévision qu'on devrait imposer plus à nos enfants... et la question d'imposer se pose en premier lieu au moment de la conception : a-t'on le droit d'imposer la vie ?
- l'intolérance. On ne parle même pas d'idées desquelles on peut débattre au bar du coin, mais d'expériences de vie. On fustige de la même façon ceux qui passent de la voile au moteur, ceux qui sont croyants ou ceux qui sont athés, ceux qui font des actions humanitaires, ceux qui font de la politique, ceux qui aiment les animaux, ceux qui peignent etc. L'intolérance, c'est ne pas respecter le choix des autres. Et choix il y a eu quand on est parti. Crier au scandale parce qu'un enfant de deux ans et demi n'a pas choisi lui, c'est oublier les heures de crèche qu'il n'a pas choisi, le petit frère qu'il n'a pas choisi, la violence citadine qu'il n'a pas choisi, le stress de ses parents qu'il n'a pas choisi.

Moi je ne dis pas que c'est mieux en bateau, c'est juste une exérience différente et si ceux qui l'ont vécu ou ceux qui en rèvent ont envie d'en parler avec des petites fleurs bleues dans les yeux, pourquoi vouloir les casser, leur faire du mal ? Parce qu'ils ont réalisés quelque chose ? Ce n'est pas de la jalousie j'en suis sûr, mais bien l'intention de casser ce qui est "différent", l'intolérance.

et puis faites moi rire avec vos statistiques ! Qu'est ce que vous allez mettre en chiffres : les résultats scolaires, le cursus universitaire, le salaire, le plaisir amoureux, la tranquillité d'esprit, le calme ou la colère, le courage, le mépris, la solitude, l'angoisse ? Sur quoi vous basez-vous ? Sur la société du travail ?
Et ben alors, il faudrait deja commencer par les appliquer aux terriens les statistiques ... il y a des terriens avec un gros salaire un petit cursus universitaire, un grand bonheur, une famille bancale, des angoisses secretes, des tares et des héroismes etc etc. Le boulot ? Mais quoi dans le boulot ? L'envie de se barrer à la retraite , Le plaisir du travail ? Le salaire ? La puissance ? C'est quoi être bien dans ses basques pour un terrien ? Si vous avez la réponse dites vous que c'est la même pour les petits "marins", mais faites nous partager, je serai curieux de savoir.

Allez spot, JP et les autres, soyez gentils laissez nous parler de nos petits bouts si ça nous fait plaisir on n'a fait de mal à personne, en tout cas, pas plus qu'en étant resté à terre.

Sans rancune.

Vincent

PS : professionnellement je suis assez proche de lespèce "homme" et savez-vous si la position sociale, pour l'estime de soi, peut être importante, elle n'est pas tout ? On peut tout avoir réussi ou tout avoir loupé, avoir aimé ou détesté, être seul ou a plusieurs, on est tous différent et à la fin du chemin, on peut quand même être fier d'avoir fait partie de l'humanité.

23 jan. 2006
0

Ce qui est intéressant ...
dans tous les fils qui parlent de ce sujet, c'est de comprendre pourquoi ça soulève tant de passions contradictoire et de réponses qui font une généralité à partir d'un cas particulier ;-)

J'ai le sentiment que ce qui agasse les "contre" c'est que les "pour" présentent souvent leur voyage avec une sorte de hiérarchie qui mettrait "Le Voyage" au-dessus des autres choix de vie, ce qui ne tient pas debout. L'inverse non plus d'ailleurs.

Y a pas de quoi en faire un fromage :alavotre:

23 jan. 2006
0

parfaitement exact
celui qui a choisi ce mode de vie est condamné à répéter que c'est ce qu'il y a de mieux et que les enfants sont + beaux, en meilleure santé, + intelligents et + doués, + tout et n'importe quoi que les autres pour justifiér ce choix et ne pas passer éventuellement pour une bille inconsciente qui s'est plantée

(un peu comme certains homosexuels qui se croient obligés de faire un coming out public ce que ne font strictement jamais les hétéros ou les végétariens qui ne peuvent se passer de révéler leur régime alimentaire à tout va ou ceux qui ne diront jamais que leur voiture est un veau )

chacun fait bien ce qu'il veut et j'indique simplement mon avis qui n'oblige personne, mais les réactions rencontrées sont bien révélatrices d'un certain malaise qui seul, peut justifier leur virulence un peu outrancière et suspecte

en effet, dans n'importe quelle population, il y a toujours du bien et du moins bien avec une répartition des différentes options, sauf chez les navigateurs avec enfants où tout est toujours parfait et sans tache ( interressant pour les statisticiens :-D :-D)

amicalement

23 jan. 2006
0

JP ...
si la justification un peu trop forte du "pour" est étrange, la réaction trop forte du "contre" est tout aussi bizarre :-D

La réaction équilibrée est à mon avis ... une absence de réaction !

23 jan. 2006
0

C'est marrant .....
nous on a pas de gosse, donc on ne pourra pas nous reprocher de leur faire subir quoique ce soit (pour moi c'est déjà ça de gagné).

Mais j'ai l'habitude de suivre ce genre de discussion parce que j'aime bien les gosses, j'aime bien les gosses de port, et en fait j'aimerais bien m'amuser avec eux au mouillage.

Heureusement qu'il ne faut pas forcement voyager en bateau pour faire un gosse épanoui, car sinon soit ce serait l'enfer sur l'eau, soit on se préparerait des générations entière de névrosés !

Mais on ne peut pas dire non plus que vivre un temps plus ou moins long sur l'eau les désocialisent: les enfants Banik par exemple ont passé la plus grande parti de leur vie sur l'eau et ont maintenant un niveau d'études plus que correct, et une vie tout à fait ntégrée à la vie à terre.

Je pense que ce qui change beaucoup, c'est que les parents, en bateau, sont tout le temps avec leurs enfants au lieu de les voir seulement le soir (dans le meilleur des cas) et un peu le we.

Ca, ça doit beaucoup changer les choses

23 jan. 200616 juin 2020
0

Plutot d accord avec toi!!!
Mais bon ,pour les enfants ,parfois les gens de grands voyages !!bref!!!tiens ,une tof de monstres des marinas!!ma fille est sur celle ci!!Ils ont pas l air abrutis par le ciment,les bibis!!mdr :-D :-D :-D

23 jan. 2006
0

ca fait rever

moi j ai eu la chance d accompagner une famille de Tour du Mondistes
... en faisant le répétiteur particulier pour un super gars de 8ans qui avait de la peine à suivre le CNED. et ben je peux dire, que autant pour moi que pour lui, cette étape à bord qui a duré plus d'un an pour lui était formidable. pas facile tous les jours évidément. et bien sur, le plus gros problèmes: les copains et socialiser.
en tout cas moi, je le ferai sans hésiter pour mes (futurs!)enfants, si ca pouvait se présenter.
c'est au contraire ce mode de vie que j aimerai pouvoir leur inculquer et cette expérience que j aimerai partager avec eux.
je me sens assez désabusé face aux idéaux sociaux actuels (comme repris dans les précédants postes)
et j imagine que je les inscrirais dans un internat, dès qu il est plus possible de leur enseigner ou trop grand besoin de socialisation.

bien que ca me démange, je ne réagis pas aux inepties de JP et a ses non-sens agressifs...
je faisais la meme chose quand j ai acheté ma première CB, besoin d 'attention???

bon vent à tous

23 mar. 2006
0

Remarque
Pas mal d'interventions,au fond, reprochent que les témoignages négatifs ne soient pas aussi nombreux que les positifs, sur la question voyage en famille ou pas.
D'abord, c'est humain,sur un forum on a plus tendance à se vanter d'une bonne idée que d'une mauvaise,ça ne veut pas dire pour autant qu'on a tord quand on en a une bonne ;-).
Et puis, à ceux que cette question titille vraiment, je conseille quand même d'explorer les sites perso (facile:à partir de deux ou trois,on en trouve un nombre exponentiel).Et là, on s'aperçoit que les récits d'échecs ne manquent pas,même si un peu cachés parmi les autres: la meuf rentre du Brésil ou de Polynésie avec les mômes puis divorce pendant que le mari continue sa bourlingue post-ado, et pour finir, vend le canot à Trinidad ou ailleurs (cas précis).Dans ces cas-là,je pense que les témoignages des gosses laissés pour compte sont vraiment superflus,on est assez grand pour imaginer leur point de vue.Inutile d'en rajouter.
Tout ça prouve,banalement, que les bons projets des uns sont à déconseiller formellement à d'autres (surtout à ceux -ou celles- qui sont contre:tesur:)à terre comme en mer...

23 mar. 2006
0

Gosse, ma galère à moi, c'était
la vie d'internat. Les escales ne se produisaient que 3 fois par an avec la promesse de rempiler encore pour de longues années. Une incarcération ! Si mes parents m'avaient alors proposé de prendre le large, je crois qu'au bout du compte, j'aurais bouffé le Monde.
Néanmoins, je remarque que si les "expatriés" de tout genre et de tout poil s'accommodent mal du statut d'employé (ça coince aux entournures !) et on leur rend bien en écartant leur CV atypique, ils font par contre d'excellents entrepreneurs, aux pires de précieux consultants. Si une société veut lancer un business, elle a tout intérêt à les engager pour assurer les 3 premières années, grâce à leur résilience et connaissances multiples.
Dans la vie, chacun "navigue" avec ses moyens et trouvera toujours le port qui lui correspond...

31 mai 2006
0

Mon fils est resté 8 ans avec nous sur le bateau
entre 8 et 16 ans.
Actuellement il a 23 ans, il est graphiste chez Ubisoft, concepteur de King Kong, et d'après lui :
Le négatif :
-Peu de copains, donc maintenant il se rattrape
-un peu difficile de supporter la foule et la connerie des gens
-réservé, attentif aux autres mais ne va pas vers eux.
Le positif :
-Une ouverture d'esprit beaucoup plus importante
-Plus réfléchi que ceux de son âge
-peu influencable, les heures de réflexion personnelle sans trop partager lui ont forgé une opinion personnelle inébranlable.

Je ne me sens ni criticable, ni à encenser, je suis parti, il m'a suivi....

31 mai 2008
0

Bravo!
J'ai 58 ans et des que je peu je me barre avec mon gosse de 7ans en mer loin de ce monde de M..
qui pue la future guerre civile.

Désolé pour ces mots mais quant je lit des anneries ça m'enerve!!

23 août 2008
0

donne lui
effectivement du plaisir , mais pas ton coté aigri de la vie

23 août 2008
0

que du bon temps
avec nos trois enfants , Alexandra, Thibault et Matthieu, nous avons croisé La Galienne dans l'Océan Indien. Ils ont été pour nous un véritable exemple de réussite de la vie de famille en mer. Nous sommes à terre depuis 2001. Nos enfants gardent un trop bon souvenir de notre voyage et du bateau. Aucun problème d'adaptation à la vie terrienne et une envie sincère de recommencer. Seul problème toutefois, le dernier qui pissait par dessus les rambardes de balcon dans Paris, tellement habitué à le faire par dessus les filiaires du bateau!!
Joel et Tallou, j'espère que nous nous reverrons un jour.
André, ketch "iodyssée".

25 août 2008
0

BRAVO pour cet article !
Nous n'avons pas eu le culot, comme vous, de partir avec les enfants... Nous avons attendu notre petite retraite comme des blaireaux...

Je ne le regrette pas vraiment car notre parcours professionnel nous permet de voyager sans soucis d'argent (à condition de ne pas faire de folies évidemment...)

Qu'est-ce que j'aurais aimé avoir des parents comme vous... Mais peut-être que j'aurais été dégouté du bateau tout jeune et que maintenant je taillerais mes rosiers comme un blaireau de retraité...

A+ Sergio

25 août 2008
0

pas tres gentil
pour les retraités qui aiment le jardin , le tout c est d etre heureux

05 fév. 2010
0

Et maintenant?
Je serais heureux de connaitre la suite de l'aventure Galienne en 2010 car 9 ans on passé, autrement dit comment allez-vous? :-D

05 fév. 2010
0

Bel exemple de joie de vivre
N'est il pas merveilleux d'entendre Melissa dire que son reve est de caresser un dauphin ?
Notre monde occidental à souvent perdu contact avec la nature qui nous entoure...alors c'a fait du bien d'entendre ces mots positifs....
Je reste convaincu que la reussite de cette belle ballade est en grande partie due à la grande attention portée par leurs parents aux enfants: je ne vois rien dans ce recit qui puisse laisser suspecter quelconque laxisme...j'y vois beaucoup de rigueur dans leur education , d'attention et de sagesse....Bravo à vous...

07 fév. 2010
0

ce que j'en retiens
c'est que la vraie aventure ça a l'air d'être parents, on peut se planter sur terre comme sur mer, le tout c'est que les gosses soient bien dans leurs baskets.
Et il est toujours difficile de choisir un chemin qui n'est pas suivi par le plus grand nombre.
Les réussites laissent rêveur....félicitations à tous ces parents de moussaillons !!!
Par contre pas du tout d'accord avec un post plus haut qui parle de mettre les enfants en internat pour aller naviguer :-(

15 fév. 2010
0

"Tisser social" pour une jeune ado sur un bateau
Bonjour à tous,

Nous partons de Gruissan en août 2010 pour vivre notre planète de plus près, avec notre fille Laura qui aura bientôt 13 ans. Tardif, n'est-ce pas....on ne fait pas ce qu'on veut! La solitude (et la socialisation) de Laura est donc notre principal souci.
Les solutions avant départ s'envisagent ainsi:
- bien gérer le rythme et la longueur des escales selon les opportunités de rencontres
- associer Laura à nos différentes activités sociales (participation à des missions humanitaires-je suis infirmière- ou autres)
- fréquenter de temps à autre des écoles, certaines comme à St Louis du Sénégal ont des classes CNED
- créer un blog de voyage. Laura lit déjà les journaux de bord de ceux qui ont vécu cette expérience et cela la rassure beaucoup.Un grand merci donc à ces familles (filauvent, l'alchimiste et en particulier, sarah, JE, Florianne.... qui nous permettent de vivre leur quotidien,et de rêver le nôtre de demain...
- utiliser Skype lors de nos escales
- rencontrer bien sûr des bateaux-familles en espérant pouvoir partager, vivre ensemble un bout de chemin ou se retrouver de temps à autre..
Toutes les suggestions et contacts sont les bienvenus...
A bientôt, j'espère!

02 avr. 2010
0

Bravo!
:-D
Encore une gamine sauvée des supermarché, du portable, et de l'imbécilité dont on gave nos ados!;-)

Nous devions partir en aout de port St louis mais le bateau n'est pas prêt, dommage on aurait peut être pu se rencontrer.
Bon vent!! :-)

13 déc. 2010
0

je lis cette interview que maintenant !
Mais très intéressante, et puis j'ai été surpris par la date : 2001, mince ça fait un bail !

Donc moi, j'aimerais bien savoir ce qu'est devenu tout ce petit monde, je note que la grande qui avait 15 ans doit en avoir 24 maintenant, s'est-elle installée à terre ?

Bref, une 2e interview "10 ans plus tard" pourrait être sympa...

21 déc. 2010
0

que sont devenus les enfants de la Galienne?
Je me décide enfin à répondre à quelques questions ou commentaires.
Voilà, cela fait maintenant 8 ans que nous sommes rentrés en France. Nous avons mis notre sac à terre après 19 ans de vie sur la Galienne, dont 14 de voyage. Nous avons construit une maison en bois à Plouer sur Rance,et Joël a monté un atelier d'électricité et mécanique marine. Nous avons décidé d'arrêter le voyage parce que Mélissa ayant 16 ans, suivait une première S et que les cours commençaient à être un peu compliqués pour les répétiteurs, c'est à dire Joël et moi. Et de plus nous pensons que le moment était venu de se sédentariser un peu pour qu'ils puissent avoir des relations moins éphémères et plus choisies.
Certaines personnes d'après les commentaires ne comprennent pas le fait que l'on puisse embarquer des enfants sans que ceux ci puissent choisir, quels sont les enfants qui à leur naissance ou même à 2 ans ou même plus tard choisissent leur vie?????
Pour notre part je peux vous dire que nous avons vécu tous les quatre 14 ans de réel bonheur. A bord de notre mémère La galienne, nous étions comme dans un cocon, un peu ballotés parfois certes, mais si proches les uns des autres, que nous sommes très soudés.Les enfants dés la naissance on eu la chance d'avoir toujours un papa ou une maman avec eux. En tout sur ces 14 années nous nous sommes arrêtés 4 ans pour refaire la caisse de bord, en gros 1 an de boulot pour 3 ans de vacance. La vie à bord est beaucoup moins couteuse qu'à terre.
Et les enfants aujourd'hui???
Et bien Mélissa est en Nouvelle Calédonie avec son copain; Ils ont pris un billet tour du monde, le japon l'Australie, la Nouvelle Calédonie où ils refont une caisse de bord, puis ils repartirons pour 1 mois en Nouvelle Zélande, puis 1 mois en Australie, San-Francisco et retour les poches vides à la maison. Morgan après son Bac a fait une qualification en maintenance nautique, il travaille dans le photovoltaïque, et son projet est de mettre des sous de coté pour s'acheter un bateau et partir. Voilà ils ont étaient tous les deux bien traumatisés par la vie
que nous parents indignes, inconscients leurs avons imposée. Je dis cela sans aucune animosité je vous l'assure , je suis trop sereine par rapport au bonheur que nous avons eu, bonheur que je souhaite à tous ceux qui partent en bateau avec enfants ou non.
Joël et moi espérons repartir un jour avec La Galienne, dés qu'elle aura subit un petit rajeunissement, et que la caisse de bord nous le permettra. Ce sera différent sans enfants cette fois, plus vieux aussi, mais je suis persuadée, qu'ils ne résisteront pas à venir faire un petit brin de navigation de temps en temps avec nous.
Voilà je suis désolée de ne pas avoir répondu plus tôt, même si nous nous sommes bien adaptés en France, parce que aussi bien entourés, ce n'est pas facile de faire le deuil de cette vie passée, il ne faut pas trop y penser....
Je vous souhaite des embruns de bonheur et des écumes de joie pour cette nouvelle année.
Talou

21 déc. 2010
0

Je connais Joël
Je connais bien Joël, c'est lui qui entretien mon bateau (excelent mécanicien et électricien marine soit dit en passant), je connais aussi son fils qui travaillait avec lui l'année dernière dans le cadre de sa dernière année d'étude.
Eh bien, je peux vous dire que le fiston, il n'a pas l'air traumatisé du tout, bien dans sa peau, sympa, travailleur, bref, le gamin que tout le monde serait fier d'avoir ..... On dirait pas qu'il a été maltraité par ses parents étant jeune !!!

13 oct. 2013
0

hello Talou, grâce à cet article j'ai eu de vos nouvelles, si jamais tu me lis, je suis nadine ex cata Wahoo, nous avions passé quelques temps ensemble aux Chagos. Grâce à Mélissa, Robin a pu mettre la tête sous l'eau. bises à tous, Nadine

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (163)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021