la douleur...........

Un petit problème qui m'est arrivé il y a quelques jours . nous naviguions au près bon plein babord amure ,un petit 3 de SO sur le Bassin d'Arcachon . Donc rien de particulier. Ma femme était à la barre ,tout allait bien en ce dimanche matin .
Voulant me déplacer pour une manoeuvre ,je veux passer du bord sous le vent à babord mais pour une obscure raison , j'entreprends de passer derrière la barre ,et là, mon pied gauche glisse et mon genou heurte violament la barre . Son interne indefinissable et aussitôt très violente douleur ,genou plié ,impossible de me relever,ni de déplier la jambe.La douleur est toujous là ,je dis à ma femme : "je me suis fait très mal!je n'arrive pas à déplier la jambe"
SA réponse :"quest-ce que je peu faire ?"
Le bateau avançait bien je luis conseille de continuer et lui demande un peu de temps pour réagir ,j'avais toujours cette douleur insupportable.
Dans le même temps je tâtais mon genou pour situer l'origine de la douleur,et là je découvre une bosse sur le côté extérieur ,je pense à une fracture ,le tibia qui dépasse??? panique ! mais la boule n'est pas douloureuse , je pense à la rotule je réalise qu'elle n'est plus à sa place ,elle a été déplacée sous le choc . Je comprends alors l'origine de la douleur et de l'impossibilité de mouvement!Un raisonnement, primaire bien sûr:si je remets cette rotule en place j'aurai moins mal!!J'essaie donc de la refaire passer à sa place .je n'y arrive pas même en forçant, curieusement forcer dessus n'accentue pas la douleur!
Je m'énerve un peu(j'ai très mal) et je commence à taper dessus avec le plat de la main ,de plus en plus fort, dans l'espoir de la remettre en plce! à la 3è ou 4è reprise une douleur très violente mais fugace ,je hurle , mais je dis à ma femme "elle est revenue à sa place!"
La douleur s'atténue très vite et oh victoire !je peu déplier la jambe et prendre un position plu confortable .il s'est passé 2 ou3 minutes en tout.
Il ne m'est pas possible de marcher mais assis je n'ai plus mal,enfin pas trop.
Je reprends la barre ,on vire de bord avant de monter sur les parcs à huitres ,on continue le bord vers la côte ,puis je demande à ma femme d'affaler la GV. Décision est prise de continuer sous Génois seul en abattant vers les corrps morts et de s'amarrer à l'un d'eux , je pourrai alors contacter le CROSS pour une consultation médicale pour connaître la meilleure conduite à tenir , je ne pouvais en effet plus rejoindre mon port pour cause de hauteur d'eau .
il nous a été conseillé de rejoindre Arcachon (toujours en eau)
La gendarmerie ayant entendu la vacation radio nous a donné un coup de main pour rentrer le bateau à Arcachon ,les pompiers m'ont évacué sur l'hopital d'AC.
Tout ceci s'est finalement bien passé(pour le côté maritime car pour le reste je ne suis pas sur mes deux pattes 15 jours après!) mais nous étions sur un plan d'eau protégé et pas trop loin d'un port!
Tous les intervenants médicaux m'ont assuré que le fait d'avoir remis(réussi) la rotule rapidement donc "à chaud" a été une bonne chose car après 5 mn cela devient beaucoup plus douloureux ,voire impossible sans anestésie .....
j'ai eu aussi la chance que la rotule n'était pas cassée!
Si des "HéoÏstes" médecin peuvent éclairer tout ça de leur savoir ,cela pourrait servir un jour bien que je ne le souhaite à personne.....
phil endolori

L'équipage
26 nov. 2007
26 nov. 2007
0

Pour avoir connu une pathologie voisine...
... je compatis de tout cœur.

Ma luxation à moi est une luxation de l'épaule consécutive à un choc.

La première fois, la douleur est en effet insupportable et l'effet des plus inquiétants (pour l'épaule, quand elle se luxe de l'arrière vers l'avant, le bras n'est plus dans le prolongement de l'épaule, mais légèrement en dedans, vers le devant).

Je précise la première fois car, en tous cas c'est le cas pour l'épaule, si ça arrive une fois, ça a toute les chances de se reproduire. Et plus ça se reproduit, plus ça se reproduit facilement.

La bonne nouvelle, c'est que c'est de moins en moins douloureux et que la douleur qui persiste après la remise en place est de moins en moins durable.

Finalement, on vit avec. Pour une fois que le luxe ne coûte rien.

26 nov. 2007
0

bin
compassion à une douleur connue de cette région,

nécessité faisant loi dès fois, faut le faire, mais quand même :bravo:

et comme quoi les bleus de temps en temps.... :pouce:

26 nov. 2007
0

Chapeau !
Vraiment!
Ca me fait penser à ce navigateur solitaire (Vendée Globe ?) qui s'est recousu la langue tout seul ! Une des régions du corps la plus innervée...

26 nov. 2007
0

non quand même..............
ce n'est pas la même planète ,le gar Jean Luc van Denhede(pas sûr orthog.)n'était pas dans la même baignoire et recoudre c'est plus long ,et si en plus ça bouge!!moi c'était du gateau à coté!!!!et puis j'avais pas trop le choix ,quand on a mal,je crois que l'on ferait beaucoup de chose pour que ça cesse !

26 nov. 2007
0

retrouvé
bertrand de broc,

fr.wikipedia.org[...]e_Globe

;-)

26 nov. 2007
0

non
pas vdh le coup de la langue

mais le nom ne reviens pas

26 nov. 2007
0

j'suis pas toubib ..
seulement potard :-)
on appelle cela rotule instable, pour remettre cette satanée rotule en place =&gt tendre la jambe (sans hurler, œuf corse, nous les hommes on est courageux) :-) cela se remet .. tout seul

;-) ;-)
Un p'tit tour chez un rhumatologue s'impose, même si c'est la 1er fois, c'est pas si bénin, parce que le cartilage du genou s'use; mais c'est pô grave parce que la rotule sert pô à grand chose

:-D :-D

Pour PYM luxation (instabilité) de l'épaule, plus handicapante, ton age ? Si "jeune et sportif", on fait de super choses maintenant en chirurgie orthopédique !

26 nov. 2007
0

Oh que non !
C'est finalement tout bénef :
J'avais 16 ans au départ (j'en ai maintenant 37 de plus).
- dispensé d'examens et d'intéro au lycée durant X semaines....chouette

J'avais trouvé le moyen de virer, à la maison le machin en plâtre qui était sensé immobiliser le bras, pour ne le remettre que pour les cours...

Du coup, la luxation est devenu récidivante.
-réforme militaire. "Gardiennage" du parc des gonzesses de copains (dur, dur la vie....) pendant que eux, ils sont loin (j'ai dit copain, pas amis, attention!).

Depuis, j'ai de bonnes raison pôur ne pas porter de charges lourdes (si je veux), pour ne pas faire de sport (si je veux) etc...

Que du bonheur.

Y toucher, ah non!

26 nov. 2007
0

je te souhaite
bien du plaisir pour les années à venir, un peu le même genre au rugby et 30ans apres les deux épaules hs ruptures de coiffes c'est réparé aujourd'hui mais mauvais moments à passés.
Port Man il y a 5 ans le capot du mouillage mal attaché (par moi) me tombe sur le pied, fracture ouverte du gros orteil le temps d'arrêter le sang et de rentrer (la connerie) sur st Trop pour aller à l'hosto jouissif si si tres même

26 nov. 2007
0

t'as eu le bon réflexe, et t'as eu de la chance....
il m'est arrivé de me déboiter un pouce. une bonne moitié de ce dernier avait "glissé" dans ma paume.
j'étais seul et je n'ai ressenti aucune douleur dans un premier temps.c'était comme si on m'avait anesthésié la main et administré un calmant.. c'est en me remboitant le pouce que finalement je me le suis cassé...j'en ai la certitude car il fit comme un bruit de branche cassée. cependant je me dis encore que si je ne m'étais pas remboité le doigt tout de suite ,j'aurais certainement beaucoup plus souffert.
il semblerait qu'une blessure violente puisse causer une sorte d'anesthésie de la douleur momentanée.
c'est immédiatement qu'il faut agir et ne surtout pas attendre que la douleur commence.
en tout cas ,ça m'a confirmé une chose : dans des cas "extrèmes" on est capable de faire des choses qu'on aurai jamais pensé pouvoir faire.

26 nov. 2007
0

oui,c'est vrai.....
et il me semble qu'un stress important libère dans l'organisme des substances ,adrénaline entre autre ,je crois ,qui inhibent la douleur,mais pas longtemps,ni entièrement ,du moins à ce que j'ai ressnti!!! :-(

26 nov. 2007
0

Ou carrément
des "endorphines" c'est-à-dire de la morphine produite par le cerveau.
D'où les "drogués du sport", qui s'imposent des trucs trop durs pour générer cet effet...

26 nov. 2007
0

ouai
mais comme c'est fatiguant il se drogue direct

même qu'il arrivent a se faire sponsoriser par des labo direct

:jelaferme:

27 nov. 2007
0

un peu de science sur la douleur...
En voiture simone, on va essayer de faire simple...

On est couverts de récepteurs à la douleur.
Donc normalement, rien que d'être le c... sur sa chaise devrait faire un mal de chien ! Et taper sur le clavier idem.

En fait, il y a un système qui dit au cerveau: "meuh non, ça fait pas mal" (ou pas trop, ou juste un peu mais ça va passer...). Sinon, on passerait notre temps à se tordre de douleur. C'est pour ça que quand on se cogne, il suffit de frotter [i]à côté[/i] pour que la douleur s'atténue, et rapidement: on active ainsi ce système atténuateur (que les savants appellent "gate control").

Les circuits de la douleur étant proches les uns des autres, on comprend qu'une douleur intense "sature" tout le système, et empêche de ressentir une autre douleur à côté, voire à distance.

C'est ce qui est arrivé à notre ami avec sa luxation latérale externe de rotule: la douleur initiale a permis, pendant quelques instants, de ne pas ressentir la douleur provoquée par l'auto-réduction de la luxation.

Pour ce qui est des luxations d'épaule, c'est plus difficile à réduire tout seul... A part Mel Gibson dans l'arme fatale... Mais il y a le coup de la baffe/coup de baton dans les bronzés font du ski... Bref, une luxation d'épaule c'est le plus souvent sous anesthésie.
Tant pour l'épaule que pour la rotule, la récidive est fréquente, mais pas automatique !

Si vous avez d'autres questions... attendez qu'un autre passe, ou patientez une semaine, le temps que je revienne d'un périple non maritime !

:doc:

27 nov. 2007
0

Traumatologie de plaisance, dictionnaire de jurons
Que dire après le bon Docteur L ?

Il existe un très bon ouvrage de Monsieur Chauve détaillant les traitements auto-appliqués dans ce domaine, et des lexiques tout aussi adaptés pour les jurons qui soulagent .
En quelques mots, et pour ne citer que les cas graves et/ou fréquents :

  • le redoutable traumatisme crânien par empannage, ou chute ; le moindre trouble de conscience, ou anomalie neurologique, immédiate ou retardée doit faire gagner un centre hospitalier au plus vite, y compris avec un Mayday

  • plaies : l'hémorragie est maitrisée par la compression;
    de rares cas, notamment au large, nécessitent une suture. Les autres lésions, nerveuses, musculotendineuses, articulaires sont immobilisées au repos jusqu'au chirurgien .
    Pensez à retirer un corps étranger si vous en rencontrez un dans la plaie.
    L'antiseptie peut être obtenue de façon admissible sur un bateau .

  • luxations : la rotule se réduit seule, avec l'aide du patient ou parfois avec un tiers, comme dit plus haut, genou en hyper extension pour contrarier la tension des tendons rotuliens, le tiers pouvant appuyer sur le genou en ramenant la rotule avec l'autre main, avec un comprimé de Valium (pour le blessé bien sûr), çà va encore mieux .
    L'épaule est vraiment un problème en mer au même titre que l'appendicite ou la colique néphrétique,...
    Rien de mieux à faire que d'immobiliser dans la position la plus antidouleur et de prendre des médicaments (antiinflammatoires Voltarène 100mg et valium 10mg par exemple) .
    Idem luxation du coude et de la hanche
    Evidemment pour le solitaire, c'est ennuyeux...

-contusions (lésions sous la peau après un choc ):
compression et refroidissement pour limiter l'extension de l'hématome (si vous n'avez pas de glace à bord, voir Tilikum de toute urgence)
Il existe des packs de refroidissement chimique qui marchent assez bien.
Attention aux contusions thoraciques et abdominales qui peuvent cacher des lésions internes plus ennuyeuses (contact radio ou téléphonique avec un médecin requis)

-fractures : au cas par cas selon le siège
la réduction est peu réaliste sur un bâteau, on se contentera d'immobiliser et de se hâter vers un havre accueillant

-entorses : immobiliser à tout prix l'articulation où le ligament est touché.

Tous ceux qui ont fait du secourisme savent immobiliser un membre ou une articulation avec 2 foulards, une bande velpeau, et une revue en papier glacé.

Rien d'exhaustif dans tout ceci bien sûr...

27 nov. 2007
0

désolé mais ..
persiste et signe ... :-( :-( :-(
Dans très très très longtemps, 20 - 30 ans, une éternité quoi ;-) ;-) ;-) ta pôv épaule, avec tous les ligaments qui auront été distendus, massacrés, ressemblera à une coque de vieux boat abandonné...

Allez juste pour te faire peur, cela se terminera par:
"Epaule impotente pseudo-paralytique"
ou bien
"Epaule gelée, capsulite rétractile par algoneurodystrophie".

:oups:

:lavache:

:jelaferme:

Bonne nav :-)

27 nov. 2007
0

Réduire
L'immobilisation d'un épaule est très handicapante puisqu'elle interdit de fait toute utilisation du bras.
Une des premières réduction avait été exécutée au moyen d'un dossier de chaise :
le patient ,moi, assis sur la chaise, le dossier est glissé entre buste et bras. La présence du dossier écarte le haut du bras du torse et, ce faisant, repositionne l'a tête de l'humérus en face de son logement.

J'ai récupéré la méthode que j'ai utilisé, a chaud, a plusieurs reprises avec succès en repoussant avec la main "valide" la tête de l'humérus vers l'extérieur pour aider le mouvement.

C'est très facile à deux (prévoir une petite gnôle...pour l'assistant...) et tout a fait réalisable seul.

Passé cinq ou six récidives, il n'y a en fait plus de problème, il suffit de repousser la tête de l'humérus et écartant simultanément le coude.

27 nov. 2007
0

P'tet ben qu'oui, p'tet ben qu'non
P'tet ben que je serais mort avant, victime :

d'un accident de voiture, de piéton , de vélo, de bateau, de météorite, d'une intoxication alimentaire, d'une crise de foie, d'un cancer du pancréas, des poumons, du foie, de la prostate, d'un accident vasculaire cérébral, d'un infarctus, d'un con.

Mais p'tet ben que j'aurais bobo à l'épaule avant.

Il sera toujours temps de confier les réparations aux techniciens le moment venu.

Pour l'instant, je m'en sers et elle marche.

29 nov. 2007
0

Et bin NON !
Tous ceux qui ont fait du secourisme ne savent pas faire une immobilisation : ce n'est plus au programme. Alors ? ? ?

27 nov. 2007
0

Luxations...
Hello,

Je compatis également,

J'ai eu des tas de luxations aux deux épaules. En effet, si on fait pas gaffe la première fois, ça reviens plus facilement.

Depuis c'est arrangé d'un coté(chirurgie ortho) et l'autre me laisse tranquille depuis quelques années en attendant ...

Mais un truc marant : savez vous que depuis cette période, à chaque fois que je vois quelqu'un qui est sur le point de se faire mal à l'épaule, par exemple Mel Gibson dans l'arme fatale, ça me fait (presque) mal! j'ai même parfois des gestes défensifs reflexes (le bras qui se colle au corps) comme pour me protéger juste en regardant le film ... , ça fait drôle quand on est pas habitué :lavache:

Bon rétablissement,
Harry

27 nov. 200716 juin 2020
0

Je prend le risque
de me faire allumer comme en septembre 2004, où j'avais présenté (photo) ce que j'utilise en priorité en cas de brûlure, de coup sévère ou de foulure, mais qui fait la plupart du temps disparaître la douleur bien souvent en quelques minutes... avec d'ailleurs l'effet pervers de parfois masquer par exemple celle d'une fracture...

Bien plus efficace que les glaçons que perso je me réserve pour l'apéro. :-)

Mais bon, chacun a bien le droit de bouffer des pilules anti-douleurs remboursées par la sécu ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

27 nov. 2007
0

tu te donne un coup
de pot sur a tete pour ne plus rien sentir ou tu utilise la seve du cacte contenu dans le pot?
STéphane

28 nov. 2007
0

Merci pour les explications ci dessous
Quand a savoir si placebo ou pas, je serais tenté de dire qu'on s'en f... du moment que ça soigne.
Les médicaments reconnu ont des AMM à partir du moment où ils sont au moins aussi efficaces qu'un placebo si je ne m'abuse.

STéphane

27 nov. 2007
0

Ni l'un ni l'autre :
la sève est légèrement toxique... on se sert du gel translucide qui est dans la feuille.

Très important : n'appliquer que sur une peau parfaitement propre pour ne pas entraîner des saletés à l'intérieur.

[color=blue]_/)[/color]

27 nov. 2007
0

du cactus ?
et ça s'ingére comment ? :tesur:

27 nov. 2007
0

oui
t'as plus mal à la fracture de l'épaule mais bonjour les hémorroïdes
:jelaferme:

27 nov. 2007
0

NON....
....piqûres !

Mais je n'ai pas la main verte ,pour l'arrosage ,eau douce ou salée ? et tous les combien , j'ai entendu dire que ces organismes sont assez sobres....faut il les mettre à l'abris des embruns ;est-ce que ça se rempote souvent ? mon boat ne fait que 8.5m ,je ne voudrais pas que ça devienne trop grand .Y a-t-il des versions "bonzaï" ?Le guano de mouette convient-il comme engrais ? Est -ce qu'il faut le tailler et quand ? ,les cisailles coupe-hauban conviennent-elles ou faut-il un outil spécifique ? ;-)

27 nov. 2007
0

en suppo
:doc:

27 nov. 2007
0

c'est un aloé vera ?
?

27 nov. 2007
0

Oui
[color=blue]_/)[/color]

27 nov. 2007
0

ça y resemble a l'Aloé...
ouais épaules et genoux c'est hard comme douleur!! mon plus mauvais souvenir une double entorse du genou en chutant les pieds pris dans un cordage, avec ma vitesse de déplacement, mon poid, ( 80 kg .... heu... a l'époque) j'ai littéralement tourné autour de mon genou!!!!
PUT.... que ça fait mal

on rentrait le lendemain au port de frejus,
impossible de dormir impossible de plier le genou enfin un enfer j'ai bouffer tous les analgesiques que j'ai pu trouver!!!
parfois je pense au solitaire qui se fracasse en luttant contre les flots et qui sont en plein milieu de l'ocean...z'ont vraiment des cou....
les lascars!!

éric

27 nov. 2007
0

pour sûr...
c'est à ça que je pense.Comme j'ai déja dit ,j'ai eu la chance d'être sur un plan d'eau abrité par un temps de demoiselle et pas loin d'un port accessible! L'été ça aurait pu m'arriver dans le golfe de gascogne ,et là,c'était au mieux une nuit ,et la nuit,surtout la première,même avec les antalgiques c'est plutôt hard ...et il y a des jours oû ça remue !!!!
Phil.

27 nov. 2007
0

Ca je connais
mais ça c'est mal terminé par la pose d'une prothèse du genoux et comme j'ai eu à faire à un charlot de chirurgien il m'a mis du matériel pour patient de max 80kg j'en fait 150% elle n'a pas tenue obligé de recommencer

27 nov. 2007
0

Aloe vera
qui a fait le bonheur des potards .. au XIX sciècle :-)

On ne compte plus le nombre d'onguents, extraits, crèmes, pomammdes ..etc...qui, à partir de son latex +/- jaune sont décrits dans les ancienens pharmacopées.

Maintenant, avec la nouvelle mode, c'est la pulpe qu'on utilise :reflechi: bô c'est la même chose , non ? :-D :-D :-D

Allez, sans inviter Mr Paul et Mr Mike, on trouve rapidement sur le net des avis scientifiques de haute qualité: "Cette plante redonne vitalité et régule le système glandulaire ce qui permet au corps de fabriquer à nouveau sa propre insuline, sa propre cortisone naturelle, sa propre dehydroépiandrostérone (DHEA) ce n’est plus un dopant puisque plante et naturelle elle régule notre organisme sans le booster c’est mieux que toutes préparations chimiques vendues et interdites dans le commerce"

P... y'a un truc qui permet de (re) fabriquer de l'insuline, et on le cache aux diabètique !!!!

27 nov. 2007
0

Pfff... J'en étais sûr !
Comment peut-on être aussi négatif ! As-tu testé, essayé ? Et conclu que ce n'est qu'un placebo qui au mieux donne la chiasse ?

Je ne parle pas de préparation à base de, mais de la plante fraîche.

Et juste de la faculté plus qu'intéressante contre la douleur, et vraiment impressionnante en cas de brûlures et de coups de soleil.

Bizarre quand même que par ici même des médecins s'en servent...

Bonne journée.

[color=blue]_/)[/color]

27 nov. 2007
0

Démonstration... quand tu veux !
Mais il faut avoir la curiosité de la voir, la démonstration. ;-)

Le cas le plus impressionnant, les brûlures : là où il faut souffrir quinze jours avec ce qui est homologué par la Faculté de Médecine, disparition de la douleur dans l'heure, et de toute traces en quelques jours ! :-)

Pour l'anecdote, j'ai un ami biologiste marié à une infirmière qui m'avais vu lors d'une mission à Moustique pour la réparation d'une station d'épuration cueillir une feuille d'Aloès et m'en badigeonner le coude que j'avais violemment heurté en manipulant une grosse pompe...

Quelques mois plus tard il me téléphone, il avais eu un accident de la circulation où il s'en était sorti avec quelques côtes cassées et quelques os fracturés dans un pied... pas de plâtre mais un pied du double du volume normal.

Je l'invite à passer à bord et il arrive deux heures plus tard avec son épouse.

Après avoir soigneusement nettoyé les zones douloureuses, on a appliqué du gel frais... et moins d'une heure plus tard, sous l'oeil incrédule de son épouse/infirmière, le pied commençait à dégonfler, et il disait pouvoir enfin respirer presque normalement, sa douleur aux côtes très diminuée...

Placebo ? :tesur:

Cela n'a rien à voir avec les produits commercialisés (par mode) avec 2% d'Aloès qui a perdu 95% de ses qualités, personne n'ayant à ma connaissance réussi à trouver comment conserver "en boîte" les qualités de cette plante.

Cela ne marche pas à tous les coups loin s'en faut, ce n'est pas la "panacée universelle" que décrivent quelques escrocs du net... mais il y a pas mal de situations où ça marche, et même très bien ! :-)

Et j'ai encore quelques histoires en stock...

[color=blue]_/)[/color]

28 nov. 2007
0

Salut Vincent !
Ravi de te lire... inutile de t'identifier, ton style est inimitable ! ;-)

Mode d'emploi : on cueille toujours la feuille la plus basse, non pas en la coupant mais en l'arrachant d'un mouvement rotatif au besoin en faisant une légère entaille en amorce de rupture, pour de rien laisser sur la tige porteuse.

Puis on la laisse s'égoutter de son "sang", en fait sa sève réputée légèrement toxique... la sève est en effet rougeâtre.

Ensuite on "épluche" quelques centimètres pour laisser apparaître le gel translucide qui nous intéresse.

Très important : n'appliquer que sur une peau très propre, sous peine d'entraîner des saletés sous la peau avec de fâcheuses conséquences telles des infections !

Un exemple du non respect de cette consigne : un type ayant un méchant coup de soleil s'en est appliqué sur sa peau salée en ayant omis de se rincer à l'eau douce... et au lieu du soulagement immédiat espéré il a souffert quelques heures du sel entraîné sous sa peau !

Pour l'histoire de la rotule, il est probable que cette plante n'aurait rien soigné... mais pour la douleur... va savoir...

En ce qui me concerne, je me suis un jour (il y a plus de quinze ans) foulé un genoux en travaillant. Surprise pour moi : j'ignorais que l'on puisse se fouler un genoux ! Cela m'a fait très mal sur le coup, mais à chaud la douleur s'est rapidement calmée. Mais plus tard au repos ça a commencé à enfler, et je suis allé voir mon toubib le lendemain, très étonné de constater que j'avais réussi à me traîner jusqu'à chez lui avec un genoux ressemblant à un igname...

Ordonnance : anti inflammatoires et repos quinze jours avec la menace d'en souffrir pour le restant de mes jours si non respect de la consigne... que j'ai presque respectée, n'étant pas fonctionnaire et ayant besoin de manger.

Depuis, lorsque je force un peu trop sur ma carcasse en trimballant de trop lourdes batteries, ce foutu genoux se réveille... et je le calme justement avec ma feuille préférée : magique, la douleur disparaît en quelques minutes, alors que ce n'est pas une douleur cutanée mais bien profonde !

Fort de cette expérience, je me suis dit que je pourrais peut-être m'occuper de mon dos, qui depuis des années m'obligeait à de pénibles gymnastiques pour m'extraire de ma bannette chaque matin sans hurler de douleur, et de passer de mon annexe au ponton en ayant l'air d'un centenaire rhumatisant...

J'ai alors commencé à me badigeonner le dos matin et soir, ce qui me soulageait quelques heures... sans plus. Mais ayant remarqué que le sursis semblait s'allonger de jour en jour j'ai persévéré. Cela a duré deux ans, et mes douleurs dorsale ont fini par complètement disparaître ! :-)

Gros risque de raconter ça : "on" va sûrement m'expliquer que ce n'étaient que des douleurs purement psycho-machin et que l'effet placebo a bien fonctionné dans mon cas ? ;-)

Ceci dit, lorsque j'ai un gros problème et que mon toubib préféré me prescrit des antibiotiques, je suis scrupuleusement son ordonnance !

[color=blue]_/)[/color]

27 nov. 2007
0

remède de sioux !
bonjour Tilikum,
blague à part ça semble à essayer ;mais à terre car faut-il encore avoir le truc à portée de main , dans ma région ça pousse pas à tous les coins de rue,dommage! et sur le boat ,voir plus haut ! ;-) ,mais en tous cas merci pour le tuyau ! j'ignorais ;
Phil.

27 nov. 2007
0

allez faut pô m'en vouloir :-)
j'ai été éduqué à la St Thomas, ne croire que ce que l'on peut démontrer

AM(très)HA, il n'est pas gênant, avec les médecines dites douces, de soigner des gens bien portants avec des trucs inutiles, mais il est dangereux de ne pas soigner des personnes malades avec des placebos.

:reflechi:

28 nov. 2007
0

aloe
salut fred

si j'ai bien compris le mode d'emploi, tu coupes une feuille et tu badigeonnes la zone contuse avec c'est cela ?

quand à savoir si ca marche ou pas, vu que pour les exemples que tu décris la médecine classique ne marche vraiment ... pourquoi pas ? moi j'essayerai bien.

c'est n'est pas forcément un placébo, ca s'appellerait plutôt : agnosothérapie ; thérapeutique dont nous ne savons pas ce qu'elle vaut.

Je défis farfa de trouver des références dans medline et un essai en double aveugle contre placebo !

Ceci étant pour l'histoire de la rotule, je ne suis pas sûr que c'eût été suffisant.

Attention pour les luxations d'épaule, c'est parfois une fracture et pas une luxation. En tout cas quand on n'est pas loin du monde, et que c'est la première fois, vaut mieux ne rien tenter seul, et se débrouiller pour être vite au port, avec un copain au bout du quai.

vincent (ex capucine)

28 nov. 2007
0

ah zut c'est une pommade !
Depuis le debut, j'etais persuadé qu'il fallait extraire une substence à ingérer.
Interessant et je ne vois pas pourquoi ça serait un placebo, ma femme emporte systematique un tube d'arnican à bord pour les coups frequents et parfois douloureux qu'on subit sur un bateau.
C'est une pommade à base de...plantes.
Je vous pris de croire que c'est fichtrement efficace.

Il va de soit que les industriels du medicament se servent depuis belle lurette des plantes pour confectionner leurs medicaments, alors si on sait ce que l'on fait pourquoi ne pas puiser directement à la source.

28 nov. 200716 juin 2020
0

il doit y avoir plusieur sorte d'aloé
Le mien a une sève transparente et toujours très raffraichissante. Je m'en sers pour les brûlures aussi. Son efficacité est redoutable. Avec les précisions de Tilikum, j'hésiterais moins à m'en servir pour autre chose.

Il existe des jus à 100% d'aloé, parait il très bo pour la santé.

28 nov. 2007
0

merci Fred
pour la recette ,je m'appretais a te la demander
:pouce:

28 nov. 2007
0

dit Fred
es-ce qu'il y a de cette plante par chez nous dans le sud?? si ce sont les espèces de cactus qu'il y a sur le bord des chemins cette année je fait 2/3 pots que j'emmène avec moi dans sur le bateau, je ne gâcherais peut être pas la saison comme celle qui vient de passer

28 nov. 2007
0

Il en pousse partout où le climat
est propice : chaud et sec, on en trouve sur les cinq continents. Avec un minimum de soins et en faisant attention au gel on peut en planter presque n'importe où.

Nous en avons ainsi en pleine terre à la maison en Bretagne, ils se portent très bien, et j'ai des amis qui en ont même en Allemagne.

Attention à ne pas confondre avec l'Agave qui se trouve dans toute la France, qui peut devenir très grande, et meurt après sa seule floraison. L'Agave est de la même famille que l'Aloes, mais n'a aucune de ses vertus...

[color=blue]_/)[/color]

28 nov. 2007
0

Ce n'est pas de l'Agave,
mais du Peyotl que l'on extrait la mescaline... ;-)

[color=blue]_/)[/color]

28 nov. 2007
0

Exact !
J'avoue n'avoir regardé que l'Aloes devant... qui d'après son allure (amha) manque un peu de lumière ! ;-)

On voit très bien la différence, les feuilles de l'Agave étant nettement moins charnues.

[color=blue]_/)[/color]

28 nov. 2007
0

si si c'est avec
l'agave que l'on fait le mescal et certaines téquillas:alavotre:

28 nov. 2007
0

l'agave
Sur la photo de mon aloé, l'agave est juste derrière !

29 nov. 2007
0

Manque de lumière ?
Je viens de comprendre grâce à ta photo et ta remarque sur son allure. Mon aloé n'est pas un Vera.

Je me demande si il a autant de vertu que le tien. Pourtant sa sève est agréable à utiliser sur les brûlures (peut être placebo dans mon cas). Peut être un Aloe nyeriensis ?

Merci, je me coucherais un peu moins bête ce soir.

28 nov. 2007
0

merci fred
je regarde deja bien la nature (je ne suis pas rancunier) mais je vais regarder encore de plus près

28 nov. 200716 juin 2020
0

En voila une,
photographiée au mois de mai devant la maison en Bretagne, et en fleur... :-)

[color=blue]_/)[/color]

29 nov. 2007
0

cher collegue farfouilleur de molécule
tout cela est fort instructif et je te remercie pour cette petite histoire de la pharmacie.

Je me pose pourtant quelques questions. L'histoire nous enseigne donc qu'un médicament c'est un principe actif.
Ce que je conçois bien étant habitué aux modes de raisonnements de la science de mon époque.

Une cause =&gt une conséquence =&gt un médicament et le problème est réglé.

C'est l'histoire de la serrure et de la clé.

On se rend chaque jour un peu plus compte que cette façon de voir est simpliste et empirique. La nature est chose complexe, et la logique linéariste n'est pas adapté à toute chose.

Il est ainsi possible que plusieurs principes actifs aient aussi un pouvoir de soin.
Tu sais comme moi la difficulté de prévoir les effets de plus de trois molécules dans un organisme. A-t-on les outils adaptés pour prendre en considération, 10, 100, 1000 molécules ?

Pour le soin, on connait aussi d'autres modes de principes que le "moléculaire" : chaleur, froid, radiations, ionisations etc etc et l'on n'a peu d'informations sur leurs modes de fonctionnements.

Il y a aussi ces fameux équilibres, que l'on découvre à peine aujourd'hui, qui demande une pensée en 2 voire X dimensions.

On peut remercier la recherche pharmaceutique de ce qu'elle a compris et produit depuis 150 ans. Mais le travail est loin, très loin d'être terminé. La notion de principe actif arrive peut-être au bout du service rendu et il nous faut accepter de voir autrement. Attention je ne dis pas ça pour encenser les marchands de pilule alternatives qui utilisent soi disant le même mode de pensée mais avec des bonbons sucrés ou des piqûres de la plante du pied. Le problème est le bien pire, mais bon, n'en débattons pas !

Pour l'aloe tilikae, le seul outil scientifique dont nous pourrions disposer serait de faire une étude sur l'effet, (sans expliquer le mécanisme).
Mais l'éthique moderne nous empêche d'infliger brûlures et horions à nos semblables et à pratiquer ensuite des essais dans des conditions strictes pour vérifier les assertion de tilikum.

Etant donné le peu de bénéfice que l'on tire des diverses préparations pharmaceutiques (vendues bien chères) pour les brûlures et les ecchymoses, vu que ce produit semble avoir été testé sans effet secondaire notable sur plusieurs personnes, il ne me semble pas illogique d'essayer.

Tu es bien mieux placé que moi pour savoir comment marche le marché du soin en france et la part de lion que s'est taillé le médicament, à croire que le lobbying pharmaceutique est efficace ... !!! hors comme il y a peu de chances que sanofi se mette à vendre de l'aloe tilikiae il y a aussi peu de chances qu'un essai soit réalisé, ce qui ne veut pas dire que le soin "coup et blessure" proné par notre ami soit inefficace.

Cela restera pendant longtemps encore une agnosothérapie !

29 nov. 2007
0

vincent et stp
une * pour toi stp, toujours leur place au chaud pour les matelots

pour vincent, je suis en accord avec toi sur les médicaments, d'ailleurs t'es mieux placé que moi sur le sujet, par contre comme consommateur je peux dire qu'il y a un sacré bon à faire dans la façon même de penser sur la douleur et sa prise en charge,

car il y a les connaissances , des compétences , des grands effets de manche médiatique mais dans le quotidien :-(

30 nov. 2007
0

4700 euros
oui, oui, d'ailleurs c'est le montant de ce que je voulais demander pour mon intervention sus citée !!!! sans compter les droits d'auteur !faudrait qu'on se reconvertisse mon bon thierry.

consultant, quel beau métier !

29 nov. 2007
0

"si notre matelot tilikum voulait devenir ..."
Euh... il y a des gens des millers de fois plus compétents que moi, qui j'en suis certain se penchent là-dessus depuis longtemps !

Par contre, j'ai trouvé un truc génial pour conserver une feuille entamée : je la stocke au frigo ! :heu:

[color=blue]_/)[/color]

29 nov. 2007
0

cher collègue experimentateur ....
d'abord,sache je suis toujours content de discuter sur les médicaments :-)

En introduction, un rappel, jusqu'au début du XXième siécle, le principal enseignement en fac de pharmacie s'appellait "matière medicale", et cela correspondait à l'étude des plantes .....

En effet, quasiment TOUS les médicaments venaient des plantes, via une démarche empirique.
Cependant, les potards avaient déja remarqué qu'entre la plante brute (qu'on appelle la matière médicale) et les extraits, pommades ..etc.. ce n'était pas la même chose, et parfois l'extrait était plus efficace, parfois moins efficace.

:reflechi:

Le premier exemple est venu des très fameux collègues Pelletier et Caventou: le quinquina était connu depuis 1640, mais il fallut attendre 1820 pour ces deux potards (qui ont depuis une statue eu haut du boul'mich) découvrent et isolent la quinine.
:pouce:
Conséquence: on avait un effet bien plus rapide avec une meilleure tolérance avec moins de produit =&gt on pouvait meiux soigner les gens et en fabriquer pour moins cher !!
Comme ces gens étaient poètes, ils inventèrent aussi le nom de "principe actif", qui est resté depuis.

Continuant sur cette lancée, on a découvert le médicament le plus connu au monde, l'aspirine.
Résumons =&gt les emplatres de feuilles de saule soignent les rhumatismes, cela est connu depuis la nuit des temps; un gars (potard ou non je ne sais) a découvert que ce qui marchait était un acide, il l'a appellé acide salycilique (acide venant du saule) le principe actif du saule était découvert.
Puis, et certains vont trouver la suite moins drole, je suis sur, :-) un chimiste de Bayer a découvert vers 1910 que le fait de rajouter un truc acethyl rendait cet acide salycilique beaucoup plus efficace, mieux toléré, et qu'en plus Bayer pouvait fabriquer ce nouveau principe actif, l'acide acethylsalycilique, non pas à partir des feuilles de saule, mais .... du charbon, en synthèse totale.
L'aspirine a fait vivre Bayer pendant 50 ans.

Pause-Quizz: et l'asprine française "usines du rhone" ?? Et bien en 1918, au titre de ........ prise de guerre, un lyonnais a demandé et obtenu "gratuitement" le brevet de l'aspirine pour la France et son empire colonial, plus tard cela a donné Rhône-Poulenc.

Aujourd'hui, en 2007, on a toujours un très grand nombre de médicaments, de principe actifs, venant des plantes, par exemple la majorité des anti-cancereux.

Mais pourquoi donc les plantes ont-elles ces substances chimiques si actives ??? Es-ce pas simple bonté d'ame versus les humains ? Qu'avons nous mérité pour cela ?

Dans la réalité, ces substances sont, pour les plantes, des moyens de défense contre les insectes, limaces, champignons, bactéries, ruminants ..etc..
Par exmple, la nocitine a été inventée par la plante de tabac comme insecticide.

Et oui, ces substances naturelles sont, par essence, des toxiques.

:reflechi:

Bon revenons à notre aloe vera, si on veut en faire un médicament, et si notre matelot tilikum voudrait devenir créer une big pharam qui pèse 100 milliards :-)
3 étapes:
1/ rational: c'est quoi le principe actif ? Sur google, il semblerait que cela soit des LINGNINE, SAPONINES et ANTHRAQUINONES; déja connues, à creuser.
2/ faire un "POC" (prof of concept): déja fait le médicament a été utilisé sur quelques cas avec succés ;-)
3/ démarrer une Phase III, et montrer que le nouveau est plus eficace OU mieux toléré que le produit de référence. Générarlement une Phase III comprend 1000 malades, et le coùt est de 2000 à 10000 € par malade...

Banco ?

29 nov. 2007
0

la capucine.....
si tu rencontres le brisac,gébé et les autres dissidents, dis-leur que leures places au ponton de hisse et ho sont toujours disponibles et que nous sommes là pour attraper leures amarres!

29 nov. 2007
0

je rebondis sur .....
"C'est l'histoire de la serrure et de la clé. On se rend chaque jour un peu plus compte que cette façon de voir est simpliste et empirique. La nature est chose complexe, et la logique linéariste n'est pas adapté à toute chose"

chut fô pas le répeter, même si tout le microcosme est au courant, mais OUI, nous arrivons sans doute à la fin d'un cycle ....

Celui de l'unicité

:reflechi:

On en compte plus le nombre de colloques, symposiums ..etc... (sans compter tous les concultants qui tournent autour en vous proposant leur service pour la modique somme de 4700 € par jpur + 15 % de frais :-) :-)) sur le thème "quel devrait être le nouveau mode fonctionnement de la rechenche pharmaceutique"

Mais chut c'est secret ...............

01 déc. 2007
0

Bon...
Après la pharmacologie, faut vous raconter comment on obtient le remboursement par la Sécu ??

:mdr: :doc:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le grain s'éloigne.

Après la pluie...

  • 4.5 (48)

Après la pluie, le grain s'éloigne.

mars 2021