la difficulté de ... partir,

chouette réflexion de Yann sur little-bigorneau,

Bonne lecture !
www.little-bigorneau.com[...]dex.php

LES DIFFICULTÉS

Bizarrement la principale difficulté d'un voyage comme celui ci n'est pas technique comme on pourrait le penser au prime abord, des dizaines de candidats aux grandes traversées ont réussi leurs paris avec pour seule expérience un minimum de sens pratique.
La difficulté n'est pas non plus financière il existe sur le marché une multitude de voiliers capables d'affronter la haute mer avec plus ou moins de confort et ce pour tous les budgets.

Non! la plus grande difficulté est de ne pas écouter les "empêcheurs de tourner en rond"

-La famille qui, quand elle ne t' interdit pas purement et simplement d'y aller, ne te trouve pas à la hauteur alors qu'aucun de tes proches n'a la moindre idée de comment marche un bateau.
-Les amis qui exquissent un petit moment de silence qui veut dire :"n'importe quoi pourquoi pas un voyage sur la lune pendant qu'on y est !!!" (sans parler des amis de longue date qui, depuis le temps que j'en parle, ont finis par etre convaincus que le projet ne verra jamais le jour).
-Les collègues de travail et qui se mettent à rire comme si je racontais une de mes mauvaises blagues habituelles .
Finalement les rares encouragements viennent de personnes (j'en profite ici pour les remercier) qui voient un coté romantique à ce voyage et qui de part leur inexpérience en matière de navigation hauturière n'ont vraiment aucune idée de l'engagement qu'il aura fallu ni des difficultés pour arriver à mener à bien ce projet

Pour conclure, peut être que comme dans tout projet sortant un tout petit peu de l'ordinaire, la seule chose qui compte est de tenir son objectif coûte que coûte sans tenir compte des arguments (tous valables c'est vrai) que te font part les proches, J'imagine que ça doit être vraiment très stimulant d'avoir des encouragements et du soutient dans les moments de doutes, mais ils sont (dans mon cas tout au moins) très très rares. Que cette petite parenthèse parano-mélo-dramatique ne décourage pas les candidats au départ, la seul chose qui compte est de se sentir prêt et dès que l'on y est tout mettre en oeuvre pour arriver a ses fins.

Dernière petite recommandation (cela demande un minimum d'honnêteté avec soit même) il faut vraiment se poser la question

"ai je vraiment envie de le faire?"

si on répond sincèrement par l'affirmative alors il faut
organiser son départ dans les plus brefs délais et ne pas se perdre en route en remettant a plus tard son départ avec des excuses bidons du style mon bateau n'est pas assez préparé (il ne le sera jamais assez!)
ou bien la caisse du bord n'est pas assez pleine (elle ne le sera jamais assez!)
tu pourra remarquer que les ports sont remplis de gars (ce type de délire est principalement masculin) qui rêvent de partir mais qui se posent un peu plus de questions que nécessaires.

yann quenet & little bigorneau

L'équipage
09 mar. 2011
09 mar. 2011
1

Vivre ses rêves ...
La chose la plus cruelle pour un humain c'est de ne pas vivre ses rêves et la chose la plus déstabilisante c'est de les vivre ...

Si on considère ce postulat (d'un philosophe de la Grèce antique dont j'ignore le nom) partir nécessite une certaine capacité à douter donc à la remise en cause de ce que l'on pouvait considérer acquis ...

Enfin ne pas ignorer que les ennuis que l'on a laissés sur le quai seront toujours là au retour, ils auront peut être grossi ...

Donc partir ce n'est pas fuir, c'est une aventure à entreprendre quand on a déjà réglé ses problèmes car on en rencontrera pas mal d'autres !

Bon vent à tous

09 mar. 2011
0

Oui mais
Comment évalue-t-on le niveau d'emmerdes qu'on est prêt à s'imposer et subir et à imposer à sa famille sur le bateau et à terre, niveau à partir duquel on va plus se pourrir la vie que de jouir de la situation ?

21 juil. 2015
0

Ce fil rejoint , les chantiers sont morts = difficultés d avoir les moyens d un bateau hauturier , et n abandonne jamais tes rêves = difficultés de partir et laisser qq pers. sur le quai ......

22 juil. 2015
0

C'est simple tu largues les amarres et route. ..
Ja en famille a Horta,apres Cristobal...

22 juil. 2015
1

beaucoup de candidats , peu d élus

22 juil. 2015
3

avec ce qui se passe en ce moment en France et en europe le plus dur ne sera pas de partir mais de vouloir revenir

22 juil. 2015
6

Peut être qu'inconsciemment "l'empêcheur de tourner en rond" c'est toi.
Vivre ailleurs c'est se priver de beaucoup de choses qui font les bonheurs de la vie :
-Dire bonjour à sa boulangère
-Aller chercher ses enfants, petits enfants à l'école
-Partager une raclette en famille
-Aller aux cèpes, aux bigorneaux avec ses potes
-Bricoler avec son père
-Faire son cidre
-Préparer son bateau pour le we, les vacances
-Aller à un concert, au stade quand tu veux
-...
J'ai vécu assez longtemps loin de chez moi pour savoir ce que coute l'éloignement au quotidien.
Bien sûr que l'on peut vivre heureux loin de là ou on est né. Mais qu'il est bon aussi d'être près de là ou on est né.
Il faut être parti pour mesurer ça.
Je conçois que de gens qui partent soient heureux mais c'est tellement personnel que la réponse n'est pas ici mais en toi.

22 juil. 2015
1

C est sympa aussi , mais pas a longueur d année , et j aime voyager , découvrir , rencontrer d autres personnes .....

22 juil. 2015
2

A Tof
Assez curieusement, j'ai ressenti les bons cotés de la France quand j'étais en mission à l'étranger dans des coins (pas toujours touristiques) mais pas non plus désertiques et isolés.. Ces bons cotés que tu évoques, on les oublie avec l'habitude et aussi avec l'effet de conditionnement mental des sociétés modernes métro, boulot, INFOS TV, TV, dodo...
Quand on en sort, par exemple en cas d'expatriation, on réalise à nouveau que oui c'est super d'avoir une boulangerie avec du bon pain et des croissants et une boulangère souriante..

24 juil. 2015
1

" Il faut être parti pour mesurer ça. " Nous dit Tofcaux.

Ben voila toute la reponse est la.
Perso ça fait 30 ans maintenant et meme si avec ma famille on s´est installe dans un autre pays (donc on ne navigue plus), avec juste des sorties en tri le WE je/nous ne regrettons pas.
Quand nous revenons pour un bref sejour en France: c´est vrais il y a plein de tres bonne choese, et pas seulement la bouffe. Mais dieu que c´est devenu petit, pour tout ou presque............Bon la je sors car je sens que je vais pas plaire a tout le monde.

24 juil. 201524 juil. 2015
0

@trebor:
la boulangere et la bonne bouffe ce n'est pas dans les moyens de tout le monde, car personellement ca me coute en charges tva impot achat frais de fonctionnement amortisements loyer environ 80% de mon travail ( CA). alors la baguette a 277.7€ non et non !
Alors oui comme dit coluche a l'etranger on mange de la merde. aux galap par ex le resto coutait genre 1F mais tellement degueu qu'on a preferé nos provisions, mais on n'est jamais dans le meme etranger et on n'y est pas pour ca.
Il y a de plus des pays comme la france mais en mieux a certains egards ( tranquilité demographie bagnole villes prix acceuil) et en tout cas ou on peut avoir de la vraie bouffe = australie et NZ et sans aller si loin = tout le bassin med
le bateau c'est avant tout un moyen d'avoir un bon niveau de vie pour pas cher et de chevaucher les mers pour presque pas un rond. Pour moi y'a pas foto..j'ai gagné en navigant moins que j'ai perdu en travaillant depuis mon retour mais c'est tout de meme moins desolant..si je ne m'etais pas arreté de travaillé 5 ans j'aurais jamais pu payer les charges des 10 années suivantes...y'a le RSA il est bien francais.
.
pardon je fais encore le calimero, j'oubliais que le plaisancier a des revenus tres superieurs a la moyenne :non: :whaou: :tesur:

25 juil. 2015
0

Tu nous réécris un vieux poème connu de tous ???

Joachim DU BELLAY (1522-1560)

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :

Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,

Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

22 juil. 2015
1

desolant de se poser ce genre de question ; la seule difficulté est financiere ( en l'absence de contrainte de santé), quiconque en a d'autre doit resté chez lui, y'a la tele , internet, le secu, la retraire au coin de feu..
philippe

22 juil. 2015
0

L'Homme est l'animal qui s'adapte le mieux. Il a envahi la Terre entiére dans tous ses biotopes. Alors là ou ailleurs ...

22 juil. 2015
2

Ben moi je dirais plutôt (presque) le contraire : le plus dur c'est par la suite de reprendre une vie "normale" .
:tesur:

Depuis 39 ans nous n'avons pas réussi à "reintegrer" le moule standard :-p

25 juil. 2015
0

On y était pas avant non plus dans 'le moule', sans quoi on ne serait pas parti.

Erdy

22 juil. 2015
1

d'accord avec longcours, pour moi qui suis pour le moins frustre et un peu con ça a été pour ma femme: " tu veux vendre la baraque et partir en bateau ?Oui ? alors c'est parti". Mais faut dire qu'elle est comme moi, un peu folle...
Faut pas trop se poser de questions ou alors attendre une hypothétique autre vie

22 juil. 2015
0

on ne peut jamais reintegrer la vie normale, qui est bien chiante et vaine

22 juil. 2015
1

Oui tous dans le vrai. Il me semble. Il y a aussi des pays terrestres ailleur ou Il y a du pain et des croissants,tres peu de pedophiles, des ecoles tres evoluees, des concerts, des places, la nouriture exellente etc et les teles internationalles....

22 juil. 2015
0

Petite précision : Yann vient de remettre ça avec son nouveau "micro-bateau" :
www.boat-et-koad.com[...]che.php

0

eric c est sur google plus qu on peut le suivre ? :-)

0

merci ! je vais suivre ses aventure ca va me changer des blogs de bobos sur leurs gros bateaux ;-)

23 juil. 2015
0

Je préfère être sur un " gros bateau " que sur le sien , ça doit être le purgatoire la dessus .

23 juil. 2015
0

Oui comme tu dis , je lui laisse se plaisir .....

22 juil. 2015
0

Bé tu as les 2 liens sur la page boat&koad ci-dessus : 1 vers la carte, un vers la page google.

Là il devrait arriver très bientôt dans le petit port de Burela, je pense, après plusieurs jours de vent droit dans le pif.
J'ai hâte d'avoir ses impressions, après ce premier parcours océanique du cageot... :pouce:

22 juil. 201522 juil. 2015
1

Et en plus il fait durer le suspense :
je pensais qu'il allait s'arrêter sur la côte nord (à Burela), et il continue ! Vers La Corogne, sans doute ...de nuit, le long d'une côte pas spécialement facile, piooouw

Sinon, je crois qu'il n'y a pas que des bobos, loin de là, mais le mythe du "gros bateau ou rien" est tellement ancré dans les esprits....

23 juil. 2015
0

Ça tombe bien, personne ne t'oblige à aller sur son bateau.

Lui, après pas mal d'essais, il a pensé que ça lui suffisait, comme volume vital, alors il l'a fait de cette taille là.
Le bonhomme est assez frugal, faut dire.

22 juil. 2015
4

on peut aussi juste faire une petite paranthèse et retrouver une vie "normale". A mon avis, il ne faut pas idéaliser : la vie normale est juste la vie et un voyage en bateau est juste un voyage.
Si ta vie est pourrie ici, peu de chance, à mon sens que tu la trouves mieux ailleurs (c'est une histoire de petits rien que l'on peut s'offrir chaque jour, une histoire de points de vues sur le monde, je pense)

j'ai un peu voyagé, pris une année sabatique et tous les gens heureux que j'ai rencontré l'étaient aussi en occident et inversement, en général....

22 juil. 2015
1

Je viens de voir une photo du bateau du dénommé Yann. Ha ba oui !
Tu m'étonnes que ses proches ont essayé de le dissuader de partir :non:

Sinon ma technique imparable est: ne rien dire le plus longtemps possible. tout préparer au maximum et lâcher le morceau le plus tard possible, quand on ne peux plus faire machine arrière.
On deviens imperméable a tout ce que l'auteur décrit, en mode "ha ben j’aurais bien suivi ton conseil de pas partir, mais c'est trop tard là..."

22 juil. 201516 juin 2020
0

La photo en question

22 juil. 2015
0

Au moins c'est pas en place de port qu'il va se ruiner !

Il peut même se payer des port de luxe sans rien débourser il suffit qu'il ecrive au cul / Ax de XYZ :langue2: :-p

22 juil. 2015
0

Effectivement ça pose la question de la taille minimum de bateau pour faire une grande nav.
La preuve a été faite qu'avec un 6m on peut aller loin.
Et sans doute moins, avec un scow, à l'avant coupé : si l'on considère qu'1/4 du bateau a été coupé, on est pas loin du compte, avec les 4.35m du cageot à Yann !!
Sans trop oser le dire, on est tous un peu inquiets, mais le bonhomme a de la ressource (et ce n'est pas sa première traversée).

23 juil. 2015
0

4,35 m c'est juste un peu plus long que notre annexe ...et pourtant je suis tout sauf Bobo ! :oups: :jelaferme:

23 juil. 2015
0

De près, ça ressemble plus à un petit blockhaus qu'à une annexe, et malgré tout ça avance pas trop mal.
Là il est à La Corogne, j'attends les news.

22 juil. 2015
0

perso la difficulté cela aurait été de rester..bon vent a tous

23 juil. 201523 juil. 2015
13

Rendez vous compte de la chance que j'ai : Moi, c'est ma merveilleuse épouse qui m'a dit, il y a 12 ans, alors qu'on était vers la fin des vacances, tranquilles, sur notre Trident 80: " Mais pourquoi on rentrerait? Pourquoi on ne vit pas sur un bateau? Je suis nomade dans l'âme ! On va pas finir notre vie dans les Dombes, non? Je n'ai pas envie de ça! "

Je lui ai alors demandé si elle était sérieuse.
Elle m'a répondu "oui".
On a étudié le truc. On a eu du bol, ça paraissait justet, mais possible.

4 ans après, on avait TOUT vendu, acheté Troll, et depuis le 17 Avril 2007, on a cessé d'être terrien.
J'ai renoncé à ma future retraite ( en fait, je vais toucher 513 € dans deux ans). on vit avec la sienne (1000€) et en tirant sur nos petites éconocroques liées à la vente de la baraque, des meubles, de l'alfa roméo, de la vieille pan european, etc...)
Je l'avoue, notre force de conviction était telle que les "faut pas vendre la maison ! " les " Et quand vous reviendrez, vous ferez comment?3, les " Alors, vous nous abandonnez? On ne se verra plus qu'au mieux une fois par an?", les " Mais c'est dangereux! " n'ont rien changé à notre décision.
Pour nous, ça a été facile de partir. Et nous ne l'avons jamais regretté. Pas un heure ! (je dis une heure parce qu'il y a bien eu des minutes où l'on se demandait un peu : " mais qu'est ce qu'on fout là ! Maman j'ai peur ! Veux rentrer à maison! :mdr: )
Du reste, huit ans après, plus personne ne doute du bien fondé de notre décision. Parentelle comprise. Au contraire, pour tout le monde " qu'est ce que vous avez de la chance d'avoir fait ça!" ) Non, ce n'est pas de la chance, c'est surtout un choix.
Et si on la fait, la plupart de ceux qui veulent VRAIMENT le faire, devraient réussir à le faire.
Car, comme je crois qu'on le démontre sur notre site, nous ne sommes ni nantis, ni fous et encore moins aventuriers, comme le bonhomme dont il est question dans ce fil.

Que les vents lui soient favorables, d'où qu'ils viennent.

Thierry & Françoise, sur Troll, depuis plus de 8 ans.

23 juil. 2015
0

2toile , tu as choisit de vivre ton envie :pouce:

24 juil. 2015
0

trop chaud en Grèce...pour notre chien :)

23 juil. 2015
0

Par contre l hiver est long en Grèce

24 juil. 2015
2

Encore faut-il avoir une maison a vendre!!!

24 juil. 2015
0

Tu ne peux pas faire un voyage avant l age de la retraite si tu n as pas constituer un capital , avoir beaucoup bosser , coup de chance , ou bosser a la saison .....

24 juil. 2015
0

ben en france, ça s'appelle congés sabbatique, ça dure 11 mois et c'est un droit dans les entreprises de plus de 50 salariés (pour les autres, c'est plus compliqué, c'est vrai)

un voyage en bateau, ça se fait avec des budgets très variables. La principale contrainte, vu de moi, c'est les enfants ; sans, c'est beaucoup plus simple et y en a qui font en Sangria par ex (à mon avis, avec 12000€ de budget, c'est faisable, tout compris, sur 1 an sur ce type de bateau)

24 juil. 2015
0

Faux!!!
Tout dépend du niveau de confort que tu souhaites.
En 90, à 28 ans, je suis parti 7 mois en voyage au Spitsberg avec un Loisir 7.30 acheté 35000 fr. La préparation m' avait couté environ 35000 fr, le plus gros budjet était celui des cartes et documents(10000fr).
J' ai revendu le bateau 75000fr en 2 semaines après mon retour.
Si l' on se contente de 2.50m au maître-baud et 1.55m de hauteur sous barreau, çà le fait!
Certes, je ne le referais plus dans les mêmes conditions aujourd'hui mais quand on est jeune et particulièrement motivé, c' est faisable, surtout qu' à budget proportionnellement égal, on trouve maintenant des bateaux beaucoup plus grands, et des tonnes d' équipement pas cher, sur lbc par ex...
Gorlann

24 juil. 2015
0

...et une retraite...

24 juil. 2015
0

Sans vouloir jouer les rabats-joie, les meilleures choses ont une fin et un jour il faudra bien réintégrer le monde des terriens , ne serait-ce que parce que nous sommes bio-dégradables. Alors , n 'est-il pas plus sage d'avoir prévu un plan B ?Et comme disait ma grand- mère :" il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier".

24 juil. 2015
0

avant le plan B il y a le plan A .
Moi j ai la formule 6 mois en tdm et 6 a bosser dans le sud France

24 juil. 2015
0

Voir les articles 203 et suivants du code civil, lorsqu'on devient "vieux" et impotent ou sans revenu, beaucoup tablent hélas sur ces articles...

Enfin, je dis ça, je ne dis rien !

24 juil. 2015
0

!?
Art. 203 Les époux contractent ensemble, par le fait seul du mariage, l'obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants.

Si les enfants devenus vieux et impotent espèrent que leur parents leur viennent en aide ca risque de pas étre possible car à ce moment la ils risquent d'étre mort depuis un moment :)

? Art. 204
L'enfant n'a pas d'action contre ses père et mère pour un établissement par mariage ou autrement. ?

Art 205 ouf tu voulait sans doute parler de celui ci :
Les enfants doivent des aliments à leurs père et mère ou autres ascendants qui sont dans le besoin.

Encore faut il avoir été assez "fou" pour faire des enfants dans ce monde de fou !! :oups: :lavache:

Mdr si nous voulons avoir une retraite (dans le sens ou tu le sous entends !) il va falloir que nous nous dépêchions d'adopter une ribambelle de gosses :langue2: :non:

24 juil. 2015
0

Si partir est si difficile, c'est peut être que partir n'est pas vraiment le rêve

Si un rêve devient irréalisable, c'est peut être qu'il est irréaliste

24 juil. 2015
0

Partirca veux dire quoi au juste. Pour moi c'est dans la tête. ...alors le lieu!!! Cela me fait penser a un tahitien,dans son pays qui me disait 'c'est ici le paradis' ben non....

24 juil. 2015
0

Partir, c'est peut-être d'aller voir ailleurs si l'herbe est aussi verte qu'on le dit ?
Il y a une grande part de rêve pour certains que de partir, pour d'autre, non, tout le monde est différent et a ses motivations propres.
Qu'est-ce qui pousse l'homme à partir, depuis la nuit des temps?
Ulysse, les Vikings, Marco Polo, Christophe Colomb, Monfreid, Bombard, les astronautes, tous sont partis voir si... et le cas échéant, rapporter gloire et prestige, argent et or, souvenirs matériels ou immatériels.
Partir, c'est "le faire", son rêve à soi qui peut tourner au cauchemar ou aux désillusions comme à l'émerveillement.
J'admire les gens qui "partent" là ou personne ne veut aller car il y fait trop froid, chaud, faim...

24 juil. 2015
2

Souvent sur un long voyage tu passes par presque toute les phases , du beau du moche du facile de la galère etc ... c est ce qui fait aimer un voyage

25 juil. 2015
1

oui ler voyage c'est dans la tete: si on a les deux voiture la maison le canapé la vie de famille tout bien et le chien, on n'est pas pres pour l'aventure , il faut etre deja clodo dans l'ame depuis toujours sinon on se fait chier, on ne fait que consommer sous une autre forme

25 juil. 2015
0

Pas facile de trouver un job qui permet de partir et d assurer pour la famille .....
Il y a en a , TAMATA ....

25 juil. 2015
0

ha non si on part on mange ses economies ou on est a la retraite , bref toujours entrainé a la clochardise. mais selon ou l'on est et la taille du bateau les frais de vie courant peuvent ne pas depasser un RSA pour deux..les vraies depenses sont l'entretien le GO si on est pressé , les ports, la casse imprevue, les resto et autres joyeusemetés touristiques si on a des gouts de riche, bref ca peut monter facile a 1000 voir plus par personne

25 juil. 2015
1

vu ma vie décousu , voyage bateau , je vise l Asie pour la " retraite " , beaucoup de chose a visiter , d iles de pays a moindre cout .... Antilles trop cher et trop de monde , Polynésie super mais trop cher et loin .....

25 juil. 2015
0

on n'est pas pres de se voir, cong..je ne repars que dans 2-3 ans et pas pour l'asie.
a propos de pacifique connais tu les iles du pacifique nord et les risques meteo de cette zone

25 juil. 2015
0

non . Le Pacifique c est superbe , si tu ne veut pas rentrer en Europe , oui tu peux selon les pays vivre pour pas trop cher .....

25 juil. 2015
3

Plus modestement, je fais écho à notre ami , pour vous faire part de mon bonheur absolu.
j'ai 53 ans , je suis passionné de voile depuis que mon père a eu la curieuse idée d'acheter un CAPTAIN de chez Jeanneau, avec un moteur de R8 inboard (il était garagiste à l'époque et la R8 connue pour une fiabilité à toute épreuve...) . Ce drole de bonhomme après une malheureuse tentative de courir le rallye Monte carlo... c'est entiché de vivre une nouvelle expérience en devenant MARIN !
Direction LE DER et son port (... de Nemours) avec son équipage (moi !!) une casquette de capitaine vissée sur la tête... et le début d'une aventure qui mériterait un livre !
Ce préambule, pour vous expliquer que ma passion ne date pas d'hier.
Bien plus tard et après moult expériences d'équipier, de locataire, skipper...à 53 ans donc et je viens d'acheter mon 1er voilier, d'occasion , 2011 et pour moi , c'est le plus beau du monde.
Depuis 1 mois je suis comme un gamin devant son sapin de Noel, je me réveille chaque matin en pensant... JE L'AI FAIT !!
Pas de départ mais simplement un rêve accompli, n'est ce pas ça le plus important ... vivre ces rêves ?

25 juil. 2015
0

Nan, Maximum, t'as pas de canot, pas dans ta fiche !
;-)
Mais tu as raison sur le fond.

26 juil. 2015
0

HOPLA, c'est complété l'ami !
pas encore rompu aux subtilités du truc...
merci à toi.

25 juil. 2015
0

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Joachim Du Bellay

Pourquoi pas ?

25 juil. 2015
1

Encore faut il avoir des parents, de la famille pour avoir envie de "s'en retourner" :)

26 juil. 2015
0

Oui mais voyage ne se résume pas à tropiques :)

26 juil. 2015
1

Au delà des parents et de la famille longcours, ce qui me manque "sous les tropiques" à la longue c'est le rythme des saisons et les parfums qui s'y rapportent. Ca ne gâche pas mon quotidien qui reste ce qu'il est mais ça me manque. Je crois que ça porte le nom de nostalgie et celui qui me dit que ça ne l'a jamais effleuré n'est pas vraiment chanceux.

26 juil. 201526 juil. 2015
5

Si j'ai bien compris, on parle ici d'un mode de vie itinérant sur un bateau à voile. Ce choix suppose les moyens de vivre avec une rente. Soit parce qu'on a créé un patrimoine que l'on réalise pour partir (ou qu'il a été obtenu par héritage), soit parce que l'on bénéficie d'une retraite ou du revenu de ses capitaux. La première des questions à se poser, juste après avoir rêvé, est bien celle des ressources pour vivre. Évidemment le niveau d'exigences est très variable selon les individus mais gommer cet aspect un peu trivial pour un grand rêveur peut transformer une vie en galère et conduire à la clochardisation.
Ensuite, on sait déjà que vivre sur un bateau c'est pour l'essentiel vivre dans un port ou dans un mouillage protégé. C'est évidemment moins confortable et plus stressant que de vivre à terre. Les périodes de navigation ne sont finalement pas très longues rapportées au temps que l'on passe à bord.
Enfin, en partant loin et longtemps, on sait que l'on se coupe des liens sociaux qui ont faits sa propre histoire, notamment des liens familiaux. On peut les maintenir grâce à internet mais ça ne résout pas tout et ils finissent par s'estomper.
Tout ceci pour dire que la balance est difficile à établir et que cela dépend de la situation personnelle et familiale. Il n'est interdit à personne de rêver et de réaliser ses rêves. Il n'est pas non plus interdit à chacun de mûrement réfléchir en pesant avantages et inconvénients.
Enfin, si vous recueillez des témoignages pour vous déterminer, sachez qu'il y a très peu de gens qui vous expliquent qu'ils regrettent ce qu'ils ont faits. Nous avons la capacité à conserver le bon et à refouler le moins bon. Et c'est très bien comme ça.

26 juil. 2015
0

oui les mouillages sont plein de "clochardisation" partout dans tous les pays tout est vrai dans ce que tu dis

26 juil. 2015
0

Voyager en bateau est un choix de vie qui apporte beaucoup de contraintes et heureusement quelques joies.Certains partent et s'arrêtent de temps en temps pour regarnir la caisse de bord.A partir du moment ou on a une qualification,on trouve souvent du travail et pour les français,les DOMTOM sont pratiques pour bosser.Accessoirement,en ce moment les bateaux d'occase sont très abordables ce qui facilite les choses.

26 juil. 2015
4

Perso nous ne regrettons pas un instant d'avoir fait le choix de "sortir du moule" , en faisant cela nous avons eu de la chance, ou pas des opportunités que nous n'aurions jamais eu en restant dans la même usine jusqu'à la retraite (ou à sa fermeture :) ).
Je regrette ,amèrement certains choix que j'ai fait dans la manière de conduire notre vie "hors pistes" par exemple la décision de vendre Oaristys à Hong Kong est un "sommet" parmi mais mauvaises décisions, mais aucun de nous ne regrette cette vie "hors pistes".
Nous ne pouvons imaginer une autre vie que celle que nous menons, à la rigueur quelque maison perdue au milieu d'une immensité froide .
Des collègues ont durant 44 ans pris la même route pour aller occuper le même emploi dans la même usine...ils sont contents de leur vie, ils ont sans doute un plus gros capital que nous , une voiture récente, tout les derniers gadgets à la mode, des abonnements à plein de trucs...tant mieux si ils sont heureux mais moi dans la "souricière" (de mon point de vue ) j'aurais fini en pendu :lavache: :jelaferme:
Bon peut être finirais je en noyé , ce qui n'est pas plus enviable :lavache: :oups:

26 juil. 2015
0

Tellement de gens on peur de l inconnu , et pas aventurier . Car pour faire un long voyage il faut l être .

26 juil. 2015
0

Oui en France sortir du moule n'est pas toujours bien vu.Au cours de nôtre voyage je me souviens d'allemands ou d'anglais qui nous disaient qu'une année sabbatique était assez bien vu par les employeurs.A l'inverse j'ai des copains qui l'ayant fait ont traîné pendant des années une réputation de fainéants ou de charlots dans leurs entreprises en France. Etant indépendant,je n'ai eu ce problème.On a juste été traité de fous,irresponsables...Et si un enfant tombe malade,et si un enfant tombe à l'eau,et si vous coulez et si....
Tout ça pour dire que je ne regrette rien et qu'à défaut de repartir,en tout cas pour le moment,je voyage un peu par procuration en regardant les blogs de voyage.

26 juil. 2015
0

et on retombe toujours sur la même question : le fric , le pognon, l oseille , l 'artiche , la tune , la fraîche ........
Comme dirait Shakespeare : " en avoir ou ne pas en avoir telle est la question "
si vous en avez , pas de pb vous pouvez naviguer partout et passer votre vie d'oisif navigateur nanti , sachant bien que votre plan B est assuré
Mais pour les autres , les clodos des 5 mers et des 4 océans ( et même un peu plus ) , c'est la descente aux enfer assurée : Version marine de la cigale et la fourmi.
Bon j 'arrête là , les références littéraires , avec un hommage à Marcel , oui Marcel Bardiaux illustre vagabond des mers et qui jamais ne changea .

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (129)

mars 2021