KIT DE RESPIRATION SOUS-MARINE D'URGENCE

Utilisez-vous ce matériel? Champ d'utilisation?
Si oui, vos avis et retour d'expérience bienvenus avant éventuel investissement.
Quelles sont les avantages et inconvénients?

L'équipage
19 juil. 2011
19 juil. 201116 juin 2020
0

J'utilise un bloc 6 litres avec un détendeur, des palmes et 3 kgs de plombs, ce qui vaut très largement ce type de matériel, est nettement moins cher et qui ne servira de toutes façons que sur des interventions peu profondes et pas trop longues. Pour les inters que nous avons à faire, il vaut mieux avoir à bord une ventouse qu'un stab. En revanche, les contraintes sont les mêmes. Inspection visuelle annuelle et épreuve tous les deux ans, ou alors, faut avoir son compresseur perso.
Et si tu veux plonger, là, il faut viser du matériel bien plus sérieux.

19 juil. 201119 juil. 2011
0

ce n'est pas pour plonger profond, mais pouvoir inspecter la coque, le lest, libérer un bout pris dans l'hélice par exemple, ou intervention limitée sous la flottaison.

"Pour les inters que nous avons à faire, il vaut mieux avoir à bord une ventouse qu'un stab." => en clair que veux-tu dire?

19 juil. 2011
0

Simplement que le stab est fait pour t'équilibrer dans l'eau, mais que sans ventouse, tu auras beaucoup de mal à te maintenir en position de travail sous la coque.

19 juil. 2011
0

C'est pour plonger dans les glaçons ?

:alavotre: :alavotre: :alavotre: :alavotre:

19 juil. 201119 juil. 2011
0

bravo Margot, n'aggrave pas ton cas. :reflechi: :reflechi: Si tu continues ton "mauvais esprit", tu vas te faire sortir sans avoir le temps d'arroser ton départ. :alavotre:

:goodbye: :mdr: :mdr:

19 juil. 2011
0

mais non pas dans les glaçons dans la cuve à eau noire
:-D :-D :-D :-D :-D

19 juil. 201119 juil. 2011
0

d'accord Ficelle, c'est un véritable complot, comme s'il n'y avait pas assez de la "Margot " pour sortir des âneries!!
Moi qui croyait que tu faisait partie des gens "sérieux" et capables d'apporter une réponse intelligente à ma question.
Tu plonges souvent dans ta cuve à eaux noires? Ce serait intéressant de nous expliquer le bien fondé d'une telle expédition.
Ce sont les vacances mais quand même!! :pouce: :pouce: :mdr: :mdr:

19 juil. 2011
0

toi payer ça combien Aliguen? je me suis toujours taté pour en prendre un aussi.

19 juil. 2011
0

pas encore acheté, voir chez Uship, c'est un des meilleurs prix.

19 juil. 2011
0

sérieusement:
je suis comme hoolof
chez decat' un bloc plongé de 6 l un détendeur et 3 kg de plomb.
ça ira aussi bien et ça vous coutera moins cher.
on peut meme trouver des blocs d'occasion pas trop cher en bon état..
ça permet même de faire un AR dans 5-10m d'eau pour désengager un mouillage coincé

19 juil. 2011
0

enfin tu as des remords et essaies de te racheter par une vraie réponse digne d'un pro. Merci.
C'est moins cher mais plus encombrant?

19 juil. 201119 juil. 2011
0

il faut ajouter un gilet pour y fixer le bloc? ou je me trompe?

19 juil. 2011
0

502 roros quand meme!!!

19 juil. 2011
0

A 300 €, tu trouves des "biberons", petites bouteilles avec détendeur et embout largement suffisante pour plonger 1/2 heure à 2 mètre.

Le problème de ces trucs, c'est que sans la réépreuve tous les deux ans, tu ne trouves plus personne pour les remplir.

Jacques

19 juil. 2011
0

c'est pour les intervention sous marine ce qu'est la trottinette pour le tour de France,mais plus sérieusement c'est un très beau gadget et j'ai failli craquer mais pas envie de passer mon temps à regonfler.La bonne réponse c'est hoolof et pas plus sinon moins cher.Il existe des bouts vicieux synthétiques avec une ame métallique et là 20 minutes peuvent être courtes

20 juil. 201120 juil. 2011
0

Bien l'avatar! ;-)

19 juil. 2011
0

Ces matériels laissent perplexe. Il est indispensable d'avoir un minimum de formation en plongée à l'air comprimé pour les utiliser, le risque principal étant la surpression pulmonaire, le plus fréquent des accidents graves de plongée, qui est immédiat, se passe dans les premiers mètres (il suffit de bloquer la respiration lors d'une remontée de 4m: rupture alvéolaire à 170mbar) ce qui peut ètre gravissime parfois mortelle. Sans formation c'est de l'inconscience. Donc l'entrainement fait rapidement constater que l'on vide rapidement une 6 litres au moindre effort (j'ai vidé une 15 L pour dépacter une hélice complètement empactée (à la Corogne). Emporter tout l'équipement de plongée avec le compresseur n'est pas évident (volume et poids:j'ai tout ça sur mon bateau). Sans compresseur personnel un club refusera légitimement de gonfler ces bouteilles.

19 juil. 2011
0

Absolument !!! C'est entre 0 et - 10 m que les débutants ou, pire, les non-initiés, sont le plus en danger !!!

19 juil. 2011
0

En effet ce qui est le plus étrange quand on parle de plongée à l'air comprimé c'est la méconnaissance profonde du risque de surpression pulmonaire chez les non formés, et que l'on cite toujours l'accident de décompression qui ne concerne principalement que les plongeurs confirmés. Il faut particulièrement se méfier aussi des apnéistes purs lorsqu'ils passent à l'air comprimé.
La surpression pulmonaire touche principalement les débutants.
Le seul conseil valable que l'on peut donner est: n'acheter aucun de ces matériels avant un passage en école de plongée,il peut y aller de votre vie (avis d'un médecin hyperbariste).

19 juil. 2011
0

A inventer compresseur tournant grâce à l'éolienne mécaniquement j'entends le tout démontable

19 juil. 2011
0

Tu as totalememt raison outremer

19 juil. 2011
0

d'accord avec toi outremer...

j'ai un bloc perso de 12l que je fais réviser tt les 2 ans...
pour les 6 litres pas besoin de gilet, avec un simple harnais cela suffit.

quant à la formation elle devrait en effet être faite au moins un baptême.

dans 5 mètres d'eau tant que l'on ne bloque pas sa respiration à la remontée pas de soucis!

:heu:
si on bloque sa respiration comme dit outremer c'est le "carton" assuré !! :non:

19 juil. 2011
0

Au minimum toujours trois minutes à trois mètres sans trimballer une usine à gaz

19 juil. 2011
0

Outremer, allons allons...

La surpression pulmonaire, c'est vrai, c'est une saloperie, mais à 2 mètres le risque est zéro. Va voir les formations plongée de type BE dans les clubs de vacances...

Mais sinon, rien n'empèche celui qui est tenté d'aller passer son BE dans une piscine en hiver. Il y a des clubs partout. Perso, je l'ai fait.

15 litres à 200 bars, ca fait 3 m3. Soit aussi 1.875 respirations. Même archi stressé, tu ne risques pas de la vider en surface en moins d'une demi heure. La tienne n'était sans doute pas pleine.

Ce que je voulais dire avec l'exemple du biberon, c'est que ce n'est pas forcément le matos le plus cher, mais sa maintenance du fait de l'obligation de réépreuve tous les deux ans.

Un biberon fait en général 1/2 litre, ce qui donne 100 litre d'air, soit une soixantaine de respirations. De quoi tenir, même stressé, une demi heure en surface. Une heure pour un calme.

Sinon, il y a aussi des compresseurs avec des narguilés qui sont pratiques, mais hors de prix. Eux n'ont pas besoin de réépreuve...

Jacques

19 juil. 2011
0

Chacun est libre d'apprecier les risques qu'il veut prendre, à condition qu'il soit correctement informé au départ.
Rien ne permet de garantir que le sujet se comportera comme il faudrait. Dans l'action on peut immédiatement dépasser la règle.
Sinon il n'y aurais jamais d'accident. La moindre anicroche, la moindre angoisse peut faire bloquer sa respiration, de façon presque reflexe. La formation et l'entrainement sont indispensables pour surmonter ce problème majeur. (une de mes fonction était de m'occuper de ces accidentés).
Ces matériels ne devraient ètre vendus que sur présentation d'un brevet minimum. Cette vente libre est un scandale permanent.

19 juil. 2011
0

merci pour vos avis et notamment les mises en garde. L'année dernière j'ai effectué une plongée d'initiation en piscine, dans un club dans lequel un ami moniteur donne des cours, pour avoir une 1re approche du problème.
Je mesure les risques encourus et vos avis sont utiles car ce ne sont pas les vendeurs de ce matos qui les mentionneront de manière très explicite.
Je vais sérieusement réfléchir et sans doute commencer par un entrainement dans le club du copain, merci aussi pour les alternatives à ce produit.

19 juil. 2011
0

y a quelque chose que je ne comprends pas dans vos explications c'est le nombre d'inspirations en fonction du volume de la bouteille , je connais le nombre de verres
mais eux je le aspire à la surface , je pensais que plus la pression augmente plus la quantité d'air inspirée faisait la meme chose donc le nombre d'inspirations diminue
bien que la capacité pulmonaire soit la meme .
tout ça pour dire qu'une formation plus poussée qu'un bapteme est necessaire pour s'aventurer sous l'eau , c'est pire que le code de la route , une erreur et ça paie de suite ,il y a meme des accidents non mérités .
alain,pas un bon mais un vieux plongeur ce qui est plus rare,les bons ils sont morts .

19 juil. 2011
0

Bonsoir,
Je suis plongeur N2 et je possède ce matériel à bord.
Ce que je peux en dire :
- avantage : ne prends pas de place. Le petit harnais est très bien.
- inconvénient : la bouteille est très petite. Compter environ 10-15mn max d'autonomie en travail à la profondeur de l'hélice (on consomme plus en travaillant qu'en plongée exploration): C'est vraiment peu. Mais bon c'est incomparablement mieux qu'en apnée. On peut visiter facilement et intervenir en cas de soucis sous la coque.
Mais je conseille vraiment plutot une bouteille de 6l.

Maintenant sur le principe du matos de plongée à bord, je rejoint Outremer et une formation niveau 1 est vraiment plus sécurisante et en plus c'est sympa et facile. Il ne faut pas négliger les risques de la plongée bouteille, quelque en soit la profondeur.
Ne pas oublier non plus que la plongée solo est toujours dangereuse, même à -1m.

Bien sûr il faut faire réviser la bouteille tous les 2 ans (60 euros).

19 juil. 2011
0

Bonsoir la petite 6l 200 bars me permet de passer à l'éponge toute ma coque de 8 métres en 30mn et sans plomb pour mieux coller à ma coque large et plate sans effort pour une profondeur de 1m ,je suis également N2 je suis d'accord une formation est indispensable pour éviter la surpression pulmonaire max entre 0 et 10 m (Mariotte)

19 juil. 2011
0

Alain, tu as raison, mais a 2 mètres et je ne parle que de ça, la différence de pression est négligeable. A la surface, une respiration c'est 1,6 litre. A 100metres, c'est plus...

Jacques

19 juil. 2011
0

Mais es-tu sûr que si l'ancre est "coincée" par 7 ou 8 m, le propriétaire non-plongeur, n'essayera pas quand même ???
"quoi, 2 mètres et 8 m mètres, c'est presque pareil, il y en a juste pour une minute ...". et c'est là que les accidents arrivent !

Je suis un peu sensible sur le sujet : lors d'une plongée en face de la marina Taïna à Papeete(sur l'épave d'un petit avion qui était immergée par 5-6 mètres) dans une palanquée différente de la mienne, un jeune de 14 ou 15 ans est mort d'une surpression pulmonaire ... ça marque !

19 juil. 2011
0

J'ai un bloc de 9 litres; avec le détendeur, le mano et le harnai ça coûte bien moins cher (utiliser internet) et est à mon avis plus utile que ce petit kit.
Rapidement amorti.
Aux profondeurs et durées des utilisations courantes à bord le niveau 1 (ne pas être un danger pour soi) me semble indispensable mais suffisant.
Quant à plonger seul, c'est un choix que nul ne peut cautionner mais que j'assume par la force des choses.

19 juil. 2011
0

Je ne connais pas ce matériel, j'ai simplement encore ma bouteille de 12l de 20ans que je réprouve tout les deux ans... (elle est encore a réserve manuelle !!!) avec le détendeur du même age qui est révisé tout les 5 ans. Mais là je crois que pour le détendeur ça va être sa dernière révision, je vais devoir tout changer car les sorties n'on plus le même diamètre, put*in de société de consommation. Je n'ai pas de stab et je me stabilise avec les poumons.
Ca me suffit amplement jusqu’à 10m...

19 juil. 2011
0

J'ai aussi une bouteille 6l+harnais+détendeur, je rejoins les autres intervenants c'est ce qui coûte le moins cher, mais il faut passer le niveau 1 ne serait-ce que pour se rassurer. La bouteille m'a bien servi récemment aux acores pour dégager un filet bien pris dans l'hélice. En apnée je ne serais pas arrivé au bout.
Je trouve aussi ce matériel utile pour se substituer à un orin qui a + d'inconvénients que d'avantages amha.
Mais Aliguen je ne dis pas ça pour te mettre la pression, hein :heu:.
Allez c'est bon détend-toi :jelaferme:

19 juil. 201119 juil. 2011
19 juil. 2011
0

un bloc de 6l acheté 100 euros à un club en fin de saison + 1 déntendeur + 1 mano + 1 backpack
=> maxi 300 E d'occaz...

et surtout => être formé, même dans qqs m d'eau, l'addition peut être salée... sans parler des inconscient qui secouent leur ancre par 15m d'eau sans rien connaître à l'hyperbarie...

20 juil. 2011
0

Je sors un peu du sujet, mais je profite du fil puisqu'il y a des spécialistes sur le sujet.
Pendant plus de 20 ans, j'ai pratiqué la plongée en apnée : l'occasion ne manquait pas, je vivais à l'Ile de la Réunion ...Je plongeais "facilement" dans des profondeurs de 10 - 12 m. Depuis, je me suis installé en Bretagne Nord ou j'ai divorcé grave avec les joies de la baignade à cause ... de la température de l'eau ici...
Or depuis que je me suis mis à la voile, j'ai du m'y remettre (avec la combi, même en plein été ) sauf que je ne peux plus descendre à plus de 2 m a cause de douleurs pas possible aux oreilles. Lors d'un baptême de plongée en Corse, on m'a parlé de "compensation" (je sais plus si c'est le terme) ou il faut se boucher le nez en insufflant pour "fermer" des "clapets" au niveau des oreilles. Chose que je n'ai jamais faite durant toutes mes plongées à La Réunion . Mon ORL a évoqué le manque d'entrainement (je n'ai plus plongé pendant plus de 20 ans) et des sinusites répétées pour expliquer ces douleurs. Qui ici a eu ce genre d'expérience et avez vous retrouvé le plaisir des profondeurs avec de l'entrainement ???
Merci a tous

Frédéric

20 juil. 2011
0

Il y a ... 30 ans au moins, j'ai voulu faire de la plongée. Séance d'initiation en piscine parisienne, avec fosse ad hoc : fabuleux... mais dès le lendemain, une formidable otite.
D'après le médecin, ayant eu une moyenne de 3 à 4 otites par an pendant mes dix premières années, j'ai un ou les tympan(s) abîmés, et tout nouvel essai de plongée aura les mêmes résultats.
Hélas, parce que j'aurais adoré, et maintenant, avec un bateau, ce serait utile.

20 juil. 2011
0

Les trompes d'Eustache sont des conduits assez étroits. Normalement elles s'ouvrent environ une fois par minute sinon on serait parasité par les bruits de l'arrière gorge et lors de certaines attitudes (déglutition, baillement, bruit particulier émis). Il faut peu pour les obturer: bouchon muqueux, inflammation locale (rhinite, sinusite, etc..) (ganglions hypertrophiés (végétations) chez les petits enfants. En théorie la manoeuvre de Valsalva qui force le passage est mauvaise car elle pousse mucosités et microbe dans ces conduits (risque d'otite). Deux autres manoeuvres plus physiologiques sont possibles, l'une utilisée par les pilotes de Stuka en piqué. Il est facile d'étudier la perméabilité tubaire par tympanométrie, que tout ORL peut proposer. Il existe des centres ORL spécialisés pour des études très poussées et qui connaissent bien les problèmes de plongée. La vue directe est parfois possible en endoscopie.
La douleur est un symptôme qui peu avoir un impact énorme en plongée.
Un plongeur débutant, de 30ans, tout jeune niveau 1, de mon Club, est parti mourir lors de sa première plongée aux Maldives: douleur ORL, panique, moniteur plus que nul, remontée fusée respiration bloquée: mort en surface: surpression pulmonaire.
(sans douleur: vers 10m très bonne apnéiste chope l'embout d'un plongeur bouteille, celui-çi ne l'empoigne pas immédiatement pour la maintenir et piloter la remontée à deux (grosse faute technique), elle remonte, mode apnée: morte en surface surpression pulmonaire. Les alvéoles pulmonaires sont hyperfragiles: rupture à 170mbar).
Se méfier aussi des problèmes de vertiges alternobariques (souvent forçage sur la fenètre ovale).
Faites un bilan ORL complet, ensuite tentez prudement et encadré, essayez de maitriser, sans forcer. Si impossible vraiment ou si vous pensez ne pas pouvoir gérer en situation, renoncez.

20 juil. 2011
0

merci pour tes explications, il y a 30 ans j'étais un bon apnéiste (25 mètres sans problèmes, et 30 secondes à 15 mètres), chasse n mer rouge et balade aux maldives

j'ai eu bcp de mal à faire de la bouteille en sécurité à la même époque car j'avais une culture de l'économie de respiration

j'ai plongé avec un copain moniteur ou au club med avec des plongeurs qualifiés (ex marine) et dans une groupe de 6 je remontais toujours avec des bouteilles à moitié pleines alors que le plus consommateur avait fini la sienne

ayant quitté les tropiques je n'ai jamais eu la moindre envie de plonger autrement qu'en T shirt et il y a si peu de poissons en med

0

bonjour
traité depuis quinze pour un athsme modéré et stabilisé (pas de crises si traitement bien suivi) mon toubib m'interdit la plongée (j'en avait fait un peu avec un très bon moniteur qui avait lourdement insité sur le risque de surpression pulmonaire)
Ma question : l'athsme est-il une pathologie définitement contraire à toute plongée même celle évoquée ici : travail autour de l'hélice et éventuellement une descente sur l'ancre (dix mètres) ?je faire ube croix définitive sur cette possibilité où existe-t-il des cas où la plongée peut rester possible ?
Je ne demande pas bien sur une réponse pour mon cas personnel, mais simplement dois-
merci
cordialement
Hubert, de Cherbourg

26 juil. 201126 juil. 2011
0

Ici en Guadeloupe, je plonge parfois en apnée, pour voir les coraux ou pour aller sous le bateau. Ça m'est arrivé plusieurs fois de découvrir à cette occasion que j'avais une sinusite passée inaperçue (j'en avais souvent en France) : à 1m de profondeur ça devient sensible, à 1,5m ça fait mal, à 2m ça fait vraiment très mal, empêchant de descendre. Le pire est que ça reste une fois sorti. La première fois que ça m'était arrivé j'avais ressayé au bout de 5 minutes, j'avais eu une douleur atroce pendant 1h. Depuis, si je sens quelque chose à 1m, je n'insiste plus, ce n'est pas le jour.

Rien à voir avec le problème de compensation, qui touche vraiment les oreilles et devient douloureux plus bas (vers 5m), que j'ai déjà eu en plongeant trop vite dégager mon ancre d'une chaine de 14mm de corps-mort sous 10m d'eau.

20 juil. 2011
0

La perméabilité des trompes d'eustache peut se modifier avec l'age. Ce qui était possible ne l'est plus forcément maintenant. La compensation est indispensable au dela de 2m (vasalva, déglutissement, béance tubaire etc..).

Je te conseille alors une petite formation à l'apnée dans un club de plongée de ta région pour remettre les choses en place en sécurité.

Fais attention à tes oreilles : c'est fragile et très utile.

20 juil. 2011
0

Celà peut aussi participer à l'éducation de ceux qui souhaîtent s'équiper sans toutefois avoir l'expérience de la plongée.
J'avais ce genre de problème ponctuellement chaque fois que je plongeais après un voyage en avion. Il suffit de descendre très lentement tout en pratiquant la manoeuvre de Valsalva en continu jusqu'à ce que l'on soit assez profond pour que l'augmentation de pression partielle ne soit plus gênante. Un peu d'AUTIPAX ou équivalent avant la plongée dans chaque oreille aide aussi. Maintenant, il se peut également que tu aies un problème de sinus, et là, ça devient plus compliqué. Un ami a dû se faire opérer pour pouvoir continuer à plonger. Ceci dit, je suis un peu étonné par le fait qu'en apnée tu aies pu descendre ( et vite en général ) sans pratiquer cette manoeuvre ?

20 juil. 2011
0

bjr,si tu plongeais - de 6h après la descente d'avion je pense que tu tenais compte des coef C surtout en dessous de 30m ,c'est une petit calcul amusant comme la plongée en lacs de montagne .
alain

20 juil. 2011
0

la plongée en general est un sport qui comme tous les sports demande de l'entrainement
j'ai pratiqué la chasse en competition, on chassais à 20m avec des apnées de 2mn ,maintenant c'est 35 et 3 a 4 mn d'apnée et plus
en debut de saison on decompresse ,après ça passe tout seul.,la bouteille j'ai pratiqué aussi professionellement , c'est pourquoi je met en garde tous les novices .
il y avait dans le commerce un petit compresseur thermique folttant avec 7m de tuyau genre narguilé qui donnait une grande autonomie sans rentrer dans les paliers si on ne rallongeait pas le tuyau , j'ai cherché ça un moment ,mais je n'en ai plus besoin maintenant je cale 70cm et je n'ai pas d'hélice dans l'eau .
effectivement le biberon coute le prix d'une 12l et a part l'encombrement n'apporte aucun avantage ...
alain

20 juil. 2011
0

D'accord avec toi. On commence par passer des niveaux, en club, bien encadré. ensuite seulement, on peut juger du matériel. Si on ne peut pas faire le choix, c'est qu'il y a danger à utiliser du matos inconnu. La plongée ne pardonne pas.

20 juil. 2011
0

En club je plonge en encadrant avec un bon vieux bi 2x9l ( j'ai mon niveau V )et sur le bateau j'ai un très vieux 12l que je vais surement changer par un 6l largement suffisant à mes yeux pour faire un AR dans 10-12m d'eau.
et je confirmes pas besion d'avoir une quelqconque appartenance à un club pour avoir un bloc et le faire gonfler.
seule exigence: les tampons de la réépreuve bisannuelle qui doivent (en théorie ) etre systématiquement vérifiés lors du gonflage.
le narguilé électrique est pratique si à quai on veut caréner un peu, avec une ventouse ça fonctionne très bien.
le systeme de secours vendu par les shio c'est quoi la contenance du bloc ??? il ressemble au petit bloc qu'on avait avant sur les "fenzi" collerette . si c'est le cas ça fait pas grand chose en volume !!! :whaou:

20 juil. 2011
0

Ca fait 2 litres. Soit quand même un peu plus que les bouteilles des old Fenzys :-)

20 juil. 2011
0

Bonjour
je rentre dans ce débat pour ma part j'étais scaphandrier pro et gérant d'une sté de scaph
j'ai acheté un voilier sans jamais avoir fait de la voile (express 44)
j'ai fait Canarie Cap Vert Martinique les iles du Venézuéla les Caraibes st martin et retour normal .
j'avais à mon bord une bouteille de 12 l non reéprouvée mais je la faisais gonflée à 150 bars au lieu de 220
mon détendeur je l'ai coupé en deux avec une rallonge de 10 m (tuyau type soudure moins cher)ainsi la bouteille restais sur ADAGIO
et je pouvais descendre sans problème avec une sécurité totale
quand au accident de plongée respirer normalement et en deçà de 12 m il n'y a aucun problème de décompression .
Et c'est mon avis

21 juil. 2011
0

On est content d'avoir ton avis et ta grande expérience, mais je trouve que ton laïus sur l’utilisation d'une bouteille non ré-éprouvée est hors-jeu, ainsi que ton bricolage pas cher. Souhaites-tu servir d'exemple?
Parce que je vois mal un voileux, novice en plongée, te suivre à lettre sans prendre un quelconque risque.

20 juil. 2011
0

Re
j'ai oublié de vous dire en piscine une otite est trés vite arrivée
je prenais otipax avant chaque plongée ou un peu d'huile d'olive ça protège les tympans

20 juil. 2011
0

pour répondre , étant OK avec tous les vieux plongeurs, 2ième échelon de 1975, maintenant initiateur, le plus simple, c'est de prendre à bord un copain plongeur, et son matos, ça vous coutera aussi cher en bière et autres apéros, mais au moins l'avantage c'est que lui sait rigoler.
So long les anciens Vive la Fenzy, les Royal Mistrals,les tables de la MN, et les vieux bathy à aiguille, pas de ces machins qui font cuicui des qu'on a fait une c.....erie :pouce: :cheri: :litjournal: :mdr:
Jeff
pas mal l'avatar, si ça continue on va pouvoir faire l'amicale des ancien de l'AERO

20 juil. 2011
0

Oui mais on revient à la question de départ : le plongeur tu lui donne quoi comme bouteilles (de bière) 2litres ou 12 litres ?? :acheval:

21 juil. 2011
0

Bj,

En descendant le bateau France-- Grèce (2008), j 'ai pris un filet dérivant dans la quille puis sail-drive(65miles au large). En apnée,cela m'a pris 3/4h avec un couteau risque de blessures etc... de plus moteur au plus large et très avancé (CC). Donc en janvier de l 'année suivante bouteille de 10litres+ stab etc...
Je me suis dis qu'il serait bien de me mettre à la plongée,je serais niveau 2 dans 1 mois max et quel plaisir d 'être autonome, j 'ai fait un corps mort pour le bateau et aller voir comment il travaille etc...
Cela m 'a déjà servi pour aller démeller ma chaîne dans un vieux corps mort. Je pense que faire du bateau avec une petite formation ex niveau 1 ( assez facile)et avoir son matos à bord est une vraie liberté et sécurité. Et pour garder la forme, une petite plongée de temps en temps avec un club local.
Il y a un inconvénient, je me suis pris de passion (80plouf sur 1an)pour la plongée et une de plus.

a+

Joël

21 juil. 2011
0

bjr, ma question est un peu en marge mais vous paraissez bien informé tous, alors j'en profite :)
En apné, sur 10 / 12 mètres, est ce qu'on risque quelque chose du type pulmonaire ? J'ai l'impression que non, mais confirmation / explications me rassureraient.

J'ai décroché la semaine passé l'ancre d'un vieux voisin à Culip par 9 mètres, pris dans la chaîne du seul corps mort, un peu sans réflechir comme on fait à 20 ans : respirer fort trois fois avant, appuyer sur le nez pour équilibrer dedans dehors en descendant.

En lisant cette discussion je flippe un peu et me demande si je devrai prendre des précautions. Merci

21 juil. 2011
0

Le problème de surpression pulmonaire ne se pose pas en apnée puisque vous n'avez pas respiré d'air comprimé.
Si vous venez respirer sur l'embout d'un plongeur bouteille, il doit
impérativement vous bloquer et c'est lui qui vous remonte en vous faisant respirer sur l'embout: surtout ne pas bloquer la respiration.
à la remontée.
L'apnée à des risques différents mais certains:
Les problèmes de décompression chez les apnéistes n'existent que chez les plongeurs pro qui dépassent les temps cumulés où les paliers deviennent nécessaires.
Le risque majeur de l'apnée est la perte de connaissance sous l'eau qui se termine par une noyade (la noyade n'est qu'une asphixie):
Pour y échapper NE JAMAIS faire d'hyperventilation trop prolongée!
Explication: L'hyperventilation n'augmente pas le stock d'O2 mais diminue La Réserve Alcaline: quantité de CO2 disssout. La raison première qui impose de respirer est la montée du CO2 dans le sang, la baisse de O2 venant en second (avec perte de connaissance rapide et sans prévenir). En hyperventilant à mort (c'est le mot juste) on perd le signale vital de respiration impérative et donc on va ensuite perdre connaissance sous l'eau par manque d'O2. Ensuite le CO2 remonte et innanimé,on respire de l'eau et donc noyade. Il s'y ajoute des phénomènes vagaux: C'est le classique rendez-vous des 7m.
Une règle empirique du tiers temps dûe à Ciarli: En surface, en chronomètrant, on hyperventile à fond jusqu'à défaillir un peu. On divise le temps trouvé par 3. C'est maintenant le temps maximum d'hyperventilation que l'on s'autorise avant de plonger en apnée.
Règlementairement un apnéise devrait plonger avec un autre apnéiste de mème niveau pouvant aller le remonter en cas de problème
(accident mortel d'un très bon apnéiste en fosse d'entrainement:
pas de convention de signe, apnée statique: mort à 5mn).

22 juil. 2011
0

Il y a environ 200 accidents de plongée par an, l'immense majorité hors club (et en Med). Les incidents/accidents les plus fréquents sont ORL mais qui peuvent ètre le début de comportement dangereux.
Les accidents graves concernent deux groupes très différents:
accidents de décompression: concernent les plongeurs confirmés, très souvent par non respect des règles apprises.
Surpression pulmonaire: immédiatement très grave concerne le plongeur complètement débutant ou paniqué.
A noter qu'en plongée pro les accidents liés à la technique plongée sont très rares (procédure très stricte, fort environnement technique et médical et contrôle constant du chef de plongée).

21 juil. 2011
0

Bj,

Comme bien expliqué plus haut, lorsque tu respires de l 'air à la surface et que tu descend en apnée, l 'air en descendent se comprime et en remontent reprend le volume qu'il avait à la surface donc jamais de surpression pulmonaire.
Le problème avec une bouteille, tu remplis tes poumons moy 3 litres en respiration normale à 10m (2bars) tu remontes à la surface (1bar)en bloquant ta respiration Tes 3 litres devienent 6 litres, capacité max de tes poumons 5 litres donc 5-6=-1 donc surpression pulmonaire.
Maintenant accident rare, sauf peut-être chez les débutants,bouton-- panique.

a+

Joël

22 juil. 2011
0

ok Joêl et Jean Pierre, merci pour vos réponses explicites.
je respire mieux )

22 juil. 2011
0

Je suis surpris de voir que chaque fois que cette question est posée : quel matériel pour inspecter ma coque/hélice avec une bouteille ou un narguilé ? Les réponses dérivent très vite vers les risques de la plongée...
Qui parle de plongée ?
Il s'agit de respirer au niveau de la coque immergée, de l'hélice, même pas d'aller voir les dessous du bulbe de quille. Donc on est à -1mètre ! Quel rapport avec la plongée ?

Faire une suite d'apnées de 20 à 40 secondes pour les meilleurs, pour gratter une hélice ou dégager un bout dans l'hélice, entrainera à chaque fois une tachycardie et une augmentation non négligeable de la pression artérielle qui me semble bien plus risquée que de respirer calmement à une bouteille avec son détendeur.

Si un débutant veut se risquer à dégager une ancre à -5m, il va être rapidement arrêté .par les douleurs aux tympans . S'il ignore qu'il faut respirer en continu, il ignore aussi très probablement comment décompresser...

Barboter dans l'eau avec un masque et une petite bouteille ne me semble pas bien méchant. En revanche, se prendre le bateau sur la tête quand on est près de l'hélice, parce qu'un train de houle ou un sillage passe...là oui, ça craint !

22 juil. 2011
0

Il est toujours aussi surprenant que l'on minimise systématiquement ce problème. Dès qu'on met la tète sous l'eau on plonge et on risque la noyade (enfants particulièrement vulnérable). Dès qu'on respire de l'air comprimé sous l'eau on risque la surpression pulmonaire qui peut se manifester dès 4m en remontant respiration bloquée, qu'on ne vulgarise jamais à l'inverse de l'accident de décompression dont on parle tout le temps et qui ne concerne que les plongeurs confirmés et ne se pose pas içi (pas de palier avant 175mn dans les 10m).
Les vendeurs de matériel ne vous parlerons jamais de ce problème et lors d'un baptème on vous demandera seulement de respirer normalement. Le comportement réflexe du corps est de bloquer sa respiration tète sous l'eau et tout effort non contrôlé entraine le blocage de la respiration.
Rien ne permet d'affirmer qu'un néophyte équipé, ne dépassera pas les 2m, la manoeuvre de Valsava étant très diffusée.
Dans l'échange d'idées, en particulier au sein d'un Forum il vaut mieux diffuser des informations utiles pour la sécurité de tous, mème si c'est un peu scolaire, plutôt que faire croire que tout baigne.

22 juil. 2011
0

parce que débutant je l'ai été, que je faisait un peu d'apnée et donc que je savais déjà décompresser et que séduit, ébloui par la facilité de respiration avec des bouteilles je l'ai été ...
Et que j'ai vu (ayant été longtemps initiateur de club)des débutants paniquer TOTALEMENT pour, souvent, pas grand chose ... (de l'eau qui pénètre soudain dans le masque, une douleur à l'oreille ...) et ayant été présent lors de la mort d'un jeune par surpression pulmonaire ...

Voila un résumé de ce qui me fait craindre la plongée avec bouteilles par des non-initiés entre 0 et - 10 mètres. :oups:

23 juil. 2011
0

On répons au post! Dès qu'il s'agit d'utiliser du matériel, il faut comprendre la technique associée. Et en la matière, il y a vraiment des pièges à éviter.

22 juil. 2011
0

Je suis d'accord avec outremer,
N2 avec une modeste expérience d'une centaine de plongées, je ne prends pas à la légère une "plongée" à -1m sous le bateau.

22 juil. 2011
0

Bonjour,
Il m'est arrivé une fois de plonger, pour nettoyer l'hélice. Pour rester une trentaine de secondes sous l'eau je me ventilais, puis j'expirais à fond avant de m'immerger ; sinon je remontais illico(pas de ceinture de plomb).
Si je dois rester plus longtemps ce kit est intéressant, mais j'irai prendre une formation de plongée de base.
Eric

24 juil. 2011
0

Attention à l'hyper ventilation et pour conclure :un stage en piscine (l'eau est chauffée)pour apprendre à jouer avec le matériel,il n'y a pas que la bouteille,masque palmes tuba etc...et avec un minimum de sérieux ce n'est pas pas la mer à boire Le plus dangereux c'est la panique du débutant,pour un gros bruit ,un masque arraché ,bateau qui bouge Bref les exemples ne manquent pas ,il vous faut des nerfs solides

24 juil. 2011
0

surtout ne pas acheter les packs vendus par bigship: ma triste experience: un achat d'un pack à 500E et une bouteille perimee J'ai donc du faire une epreuve pour 120 E. Big ship n'a jamais rien voulu entendre... Je ne suis bien sur plus client!!!

24 juil. 2011
0

500€ le pack de Kro! ils t'ont vu venir. Dont une sans bulle apparemment. Tsss.

26 juil. 2011
0

Ce soir dans le Journal de 20h de TF1: sujet sur la plongée bouteille:
Pas un mot sur les risques du débutant ou du paniqué dans les 10m mais exclusivement problèmes de décompression pour ceux qui font les 40 à 60m, ce que tout le monde fait tous les jours en somme.

26 juil. 2011
0

J'ai eu droit il n'y a pas si longtemps à un reportage sur la plongée bouteille où une charmante voix féminine nous a parlé pendant 5 minutes de "l'oxygène sous forte pression" contenue dans les dites bouteilles ... :jelaferme:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (111)

mars 2021