jonction ancre chaine

Bonjour

Je vais refaire mon mouillage.

Pour l'étalingure chaine/ancre, j'avais à ce jour un émerillon dédié.

Or, j'ai entendu dire que c'était un vrai point de faiblesse.

Avez vous des recommandations ou des partage d'xp ?

Merci

L'équipage
18 juin 2012
18 juin 2012
0

une épissure chaine-cordage ....

18 juin 2012
0

bil56, braque dit "chaine/ancre"... donc grosse manille. Non ?

18 juin 2012
0

on en parle régulièrement ici,
la fonction recherche marche bien
par exemple
www.hisse-et-oh.com[...]-chaine

18 juin 2012
0

et l'étalingure, c'est pas la jonction entre le cablot et le bateau ? Ce qui est réalisé avec un seul bout' passé plusieurs fois et avec un seul noeud pour que ce soit facile à couper et donc à larguer.

Me trompe-je ?

sinon, comme bil56 et melody respectivement dans leur jonction.

19 juin 2012
0

étalingure :
1) Jonction chaîne/organeau de l'ancre
2) Jonction chaîne/câblot
3) Jonction chaîne/piton baille à mouillage

J'aurais dit comme toi mais d'après Gruss, Glénans et autres sources, les 3 appellations seraient correctes.

18 juin 2012
0

Il suffit de déplacer le bouton recherche et les matelots le verront mieux.

18 juin 2012
0

bonjour
Par definition, l'etalingure doit pouvoir se larguer rapidement, donc pas de manille.

Cordialement

19 juin 201219 juin 2012
0

Bonjour!

J'ai vu quelque part en me balladant sur le net une jonction chaîne-ancre proposée en manille textile...

Revenu de mon choc, et aprês réflexion je pense maintenant tenter le coup par un transfilage en VECTRAN dia 2.5mm (entre le "trou" de l'ancre et le premier maillon de la chaîne) affecté d'un coef ~ de 5. Sa résistance à la rupture est donnée pour 550 kg
Si la chaîne en aval est donnée pour RR 3200kg (dia 8mm) avec 8 tours donc 16 brins (8 x 100kg x2) la chaîne est déjà le point faible...

Le tout pas trop serré pour rester souple et faciliter la répartition de charge par glissement entre les brins et faciliter le rinçage afin d'éviter la stagnation de l'eau salée, la formation de cristaux au séchage qui endommageraient plus rapidement la structure des brins.

Enveloppé dans une gaine thermo rétractable ou du tuyau souple de protection et de témoin de ragage à la remontée du mouillage.

Cette liaison facilement visitable et régulièrement surveillée
serait plus parlante de la dégradation de son état qu'une manille métal en Inox...

Montage au moins sur le mouillage léger composé d'une Fortress + chaîne courte (13m) + tresse (liaison épissée).
Un bout en charge pour l'accompagnement du poids de lestage à faire courir sur la longueur du mouillage pour lester la liaison bateau-ancre pour qu’elle ne soit jamais tendue rectiligne…

Tout ce qui précède au conditionnel vu que je n'ai pas encore aperçu ne serait ce que le début de la queue de l'empennage de la girouette de mon bateau en devenir... Pour les photos faut attendre qu'il flotte, il n'a pas de précédent...

:scie:

19 juin 2012
0

Si je suis OK avec le calcul et le principe, je pense que je dormirais mieux avec DEUX brins passés en boucle : Si un se sectionne l'autre assure quand même!!
c'est mon coté ceinture ET bretelle pour certaines choses importantes

19 juin 201216 juin 2020
0

Émerillon dédié, parles-tu de celui-là ? Il ne faut l'utiliser avec une ancre à verge fixe.

Voir aussi
www.hisse-et-oh.com[...]e-ancre

19 juin 2012
0

Le textile ne risque-t-il pas de se râper puis casser sur les angles de métal de l'ancre ? J'ai cru comprendre aussi que les textiles n'aimaient pas beaucoup les petits rayons de courbure.
Pour ma part j'en reste à la liaison métal sur émérillon que j'utilise sans problèmes depuis 9 ans et plus de 1300 mouillages divers et variés. Il faut seulement bloquer la vis de bloquage de vis au frein filet.

19 juin 2012
0

L'emerillon cité par Koala est un vrai danger. Le mien a cassé au niveau de l'articulation un an après avoir été monté et sans raison particulière. En plus, on m'avait prévenu. Mais toujours têtu... Depuis, j'en suis revenu à la bonne vieille manille des familles, en assurant quand même le manillon avec un morceau de fil de fer inox.

19 juin 2012
0

@ Kaj

Le rayon de courbure côté chaîne c'est celui du maillon 4mm pour une chaîne de 8 et coté ancre voir à chanfreiner si ce n'est pas déjà fait....
Alternative pour le pb du rayon avec le Dyneema dia 2.1 RR490kg.

Autre question je n'ai toujours pas de solution satisfaisante pour unir RAPIDEMENT 2 tronçons de chaîne sans affaiblir la longueur. (la manille constituant et de loin le point faible sauf à tout sur échantillonner avec ses conséquences sur le poids à embarquer...

Mon soucis pouvoir adapter les lignes mouillages aux circonstances en variant les longueurs de chaîne.
Pouvoir centrer les poids grâce au stockage des troncçons de chaîne autre part que tout à l'AV dans la baille à mouillage.
La taille du bateau m'affranchi de tout guindeau/cabestan qui lesterait l'AV et en cas de moteur électrique des batteries nécessaires et de leur oids même centré... Ouf!
:reflechi:

19 juin 2012
0

Il existe une liaison chaine cablot par "épissure".
Pourquoi est-ce impossible pour rabouter deux longueurs de chaine sans avoir à utiliser les maillons à riveter ou autres férrailles inadaptées

19 juin 2012
0

Pour moi, Chaîne/Ancre par manille dimensionnée au plus gros (chaîne de 8), et chaîne/câblot par épissure

19 juin 2012
0

Petit tableau joint où les manilles galva "estampillées" apparaissent comme le point faible et de loin de la chaîne de mouillage, sauf à utiliser des HR Inox avec l'inconvénient lié à ce métal dans ce type d'utilisation.

Sources: catalogues AD & WICHARD 2012

19 juin 2012
0

Déjà évoqué sur un autre fil.

En plaisance :

Chaîne de 10mm RR = 5000 Kg
Manille lyre de 12mm RR = 2080 Kg

Faudrait passer à beaucoup plus gros (pratiquement impossible) ou utiliser les manilles industrielles où l'on trouve des 12mm à RR 5050KG.

19 juin 2012
0

Oui, mais...
1) on peut changer la manille régulièrement en vérifiant son usure, alors que la chaîne doit résister sans changement à plusieurs années avec du ragage.
2) la manille ne sera jamais sollicitée plus que l'ancre, alors que la chaîne au davier verra en plus le poids de chaîne mouillée + la résistance de la chaîne touchant le fond + des efforts dynamiques.
Par contre effectivement pour une liaison chaîne-câblot il ne faut pas que la manille soit le point faible

19 juin 2012
1

Les matelots, voyons!!!!!

La chaine d'ancre n'est pas faite pour approcher de près ou de loin sa charge de rupture, elle est faite pour abaisser, par son poids, le point de traction sur l'ancre et servir d'amortisseur au mouillage.

Je pense que beaucoup de taquets d'amarage cèderaient bien avant la chaine qu'ils retiennent, quand aux guideaux avec le bras de levier, je prérère ne pas penser à tirer 5 tonnes sur leur barbotin...

20 juin 2012
0

Manhasset, tu as tout a fait raison.
Je pense que bien des plaisanciers garde de vieilles habitude, genre 50 m de chaine !!!!
Bien évidement avec les guindeau électriques c'est plus simple, mais 25 m de chaine et un cablot 30 ou 40m marche très bien!!!
Enfin bon si ça fait plaisir a certain de lester leur étrave avec 100 ou 200Kg de chaine !!

19 juin 2012
0

je pense pareil mais ça nous est arrivé en Crête d'avoir l'ancre coincée dans les rochers et le vent à F10. La chaîne ne jouait plus les amortisseurs, seul le bout + ou - élastique final (cassé X fois) jouait ce rôle; j'ai eu la triste impression qu'on n'était pas loin de la rupture, mais ce n'était qu'une impression peut-être ! fichtrement angoissante (ça a duré 3 jours)

20 juin 2012
0

Si on tire sur une longueur de chaîne, soutenue pour que son poids n'influe pas sur le résultat, à effort progressif linéaire, jusqu'à la rupture, elle aura subit bien avant une déformation la rendant inutilisable.

Une RR de 5000kg veut dire que l'on va l'utiliser jusqu'à environ 2000kg Max selon les aciers.

Bien évidemment on ne laisse pas le barbotin supporter les efforts du mouillage et la chaîne et/ou câblot sont tournés au taquets.

Sur un bateau bien échantillonné, les taquets (2) devraient être capables de supporter le poids du bateau, ce qui n'est pas gagné avec certaines constructions récentes à coque molle.

Revoir "Technique et Emploi des Ancres" par M. Britany et un article paru dans V&V il y a quelques années qui montraient la force exercée sur un mouillage en fonction de sa prise au vent par F8-F10, avec un bateau qui marsouine sur son ancre

Kaj aura de bonne raisons de mouiller son slip par effet rétroactif.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bientôt fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (59)

Bientôt fini ?

mars 2021