Je me suis fait virer d'un port avec F7 derrière la jetée

Bonjour à tous et tout d'abord merci à tous ceux qui ont pu me donner des tuyaux sur les mouillages Est Med...c'était trop bien!
Pendant ce super cabottage, j'ai dû me mettre à l'abri, craignant ne pas pouvoir mouiller en sécurité pendant un coup de vent 7-8 annoncé(début du mois).Après avoir contacté le port de cassis et sans donner de date de départ, j'ai été acueilli et placé en bout de ponton facilement (et d'autres par la suite)
Le matin du 2ème jour, un personnel du port est venu me dire que je ne pouvais pas rester parcequ'ils attendaient 26 grand surprise pour une régate...content de l'apprendre, Eol n'avait pas décolèré... vous aurez peut être de la place à port miou.
Moi non plus je n'ai pas décolèré
Il existe aujourd'hui des gens qui sont capable d'en envoyer d'autres au carton pour de l'argent, en piétinnant le sens des responsabilité et aussi le sens marin

Qu'en pensez vous?

:-(Christian

L'équipage
15 sept. 2010
15 sept. 2010
0

ben..
il y a rien a penser t'as dit Est Med...

15 sept. 2010
0

cassis port miou
ou il y a toujours une bouée libre ça doit faire 3/4 de mille et avec du vent d'est ça donne un fetch de 3 milles ?

15 sept. 2010
0

Idem
Tu seras sans doute mieux accueilli de l'autre coté de Marseille...

Cependant j'ai été surpris de la réactivité de ces ports lors de l'annonce par la météo d'un avis de tempête...
C'est toujours rassurant de savoir que "même" à cassis on peut se mettre à l'abri en cas de coup dur.

15 sept. 2010
0

Si
je me trouvais dans une situation où il y a danger, Je ne bougerais pas.

JJ

04 sept. 2021
1

c'est le mieux

15 sept. 2010
0

avocat du Diable ...
bonjour je n'ai rien à penser mais imagine toi à la place des organisateurs qui depuis certainement une longue date organisent cette manifestation nationale voir inter et qui se retrouvent aussi coincés. Comment font ils ? De plus à priori tu t'en es sorti !!!! (humour)
La gestion des ports n'est pas facile et dès que l'on veut organiser quoique ce soit on va au devant de problème.
Anecdote tu t'es fait viré de Cassis pour une régate mais il y a quelques années on se faisait viré pour simplement placé un "gros" bateau qui bien sur paye très cher. Et en plus Port Miou s'est super .....

16 sept. 2010
0

Moi aussi
Comme toi je me suis viré à Cassis pour laisser la place à un gros bateau.
J'avais eu cette place par la capitainerie suite à un coup de vent, mais malheureusement un gros voilier a demandé une place suite à ce coup de vent.
Ils m’ont viré comme un voleur. Même les gens du voyage ne sont pas virés dans les ports comme nous le somme.
Mais nous nous avons la classe et le fric et surtout ne rien dire.
Alors contentons nous de notre sort.

Depuis je ne retourne plus à Cassis.
Tao

15 sept. 2010
0

Anecdote amusante..............
......il y a une quinzaine d'années, je trainais par labas.(a l'époque construction amateur sloop en bois quille longue bateau anglais 8métres pour 3.5T)

En entrant dans le port de Cassis un gros zodiac en panne pleure la misére pour étre tracté, ce que je fais....dans la manouevre je péte la clef de contact dans la serrure de mon bateau (trop long a expliquer).
Je me mets a la pompe a essence pour bricoler un truc et immédiatement un hystérique du port me dit trés séchement de dégager.
Explication suis en panne, blabla, je vais bricoler un truc et je m'en vais.
Il a détaché le bateau et la repoussé du quai avec les pieds.....!!!!!
Le Rachid non maneuvrant dans le port etait pas trés content ......
:mdr:
J'y suis jamais retourné, mais je crois qu'avec mes bateaux pouraves je leur manque pas.......
:mdr:

15 sept. 2010
0

Ils m'ont fait le coup à Cavalaire
Fin de traversée de Corse. En arrivant sur le Levant, le vent d'ouest, comme souvent, rentre fort. J'ai la GV haute et le solent. Je suis au près. Cela devient intenable, il faut prendre un ris dans la GV. L'équipage merdouille, le taquet est coincé, ca traine alors que le vent monte encore. Et bing, je pête le capelage du palan de GV sur la bome. Ca fasseye fort.

Le taquet de drisse est toujours coincé. C'est bon, couteau, on coupe.

Devant nous, Cavalaire. Je décide de laisser tomber, d'aller là bas pour repasser la drisse et repartir le lendemain.

On va au mouillage devant le port, on débarque tous et on se fait ramener à la maison. On revient le lendemain. C'est en pleine journée. On s'ammare au quai d'accueil, juste devant la capitainerie. Il est vide.

Un mec de la capitainerie vient immédiatement nous dire de dégager. Je lui explique, on arrive de Corse, on a eu un problème. J'ai ma nouvelle drisse, je monte au mat, cinq minutes, je la repasse et ciao on repart.

Ben non. Le mec hurle encore plus.

Et me fout dehors.

On changera la drisse au mouillage devant le port.

Durant ce temps, aucun bateau ne rentrera.

Je n'ai plus jamais mis un pied ou un bout d'étrave dans ce port.

Jacques

15 sept. 2010
1

autre temps
juste pour revenir sur une autre époque Port des Salettes (vers Toulon) force 7 donc avis de coup de vent entré comme on peut dans ce petit port on nous trouve une place entre deux bateaux et en plus GRATUITE durant tout le coup de vent (3 jours) Ok c'était en 1977
Ces temps là sont bien révolus le port avait avant tout une utilité sécuritaire et non une source de revenu.

15 sept. 2010
0

J'ai eu ce problème à Bandol
au printemps il y a deux ans.

Erendil était sur son corps mort. La météo est mauvaise, avec annonce d'un gros coup d'est.

Je dois partir voir de la famille pour le week end. Pas question de laisser Erendil au mouillage dans ces conditions.

Je rentre au port. C'est la nuit, capitainerie fermée. Je vais au quai d'accueil, que je trouve étonnament vide (quelques bateaux seulement). Pas d'affiche, rien de spécial.

Le dimanche, la capitainerie m'appelera pour hurler en disant que le quai est réservé par une régate. Je dis ok, je suis loin, je rentre ce soir et je déplace mon bateau.

La capitainerie me rappelle, en me disant que l'organisateur est furieux (c'est sûr, la régate, c'était la "Samu's Cup", un rassemblement de toubibs sur fonds publics avec tous les gros 45 ou 50' immaginable. Sûr qu'Erendil faisait tache au milieu).

Le soir je cherche une autre place dans le port. Compliqué, le vent souffle fort, bien 30 nd dans le port. Je suis tout seul. Les places dispo ne sont pas facile d'accès, et je n'ai qu'une confiance trés limité dans mon moteur.

Bref, je retourne au corps mort. 35 nd au mouillage.

La place que j'ai libéré est restée vide tout le temps de cette régate, soit jusqu'au mercredi suivant...

Autant dire que la capitainerie a entendu causé de moi sur ce coup...

Jacques

15 sept. 2010
0

j'ai laissé tomber
Parce que devant le petit cours de morale que ma femme leur a fait (il vallait mieux discuter que tarter alors je lui ai demandeé d'y aller), ils ont appelé Port Miou où il y avait une bouée dispo, et qu'un aveu est sorti de la bouche de l'un d'entre eux pour dire que j'aurais dû être prévenu depuis mon arrivée.
C'était un coup de NWqui nous a encore coincé 2jours à Port Miou (splendide et très bien reçu)avant de rejoindre Palavas.
J'ai tenté un 0 ports presque réussi cette année, l'année prochaine je le réussis

;-) ;-)

Christian

15 sept. 2010
0

à méditer sur l'obligation d'accueil ...
Depuis les lois de décentralisation de 1983, les communes sont devenues compétentes pour créer, aménager et exploiter les ports maritimes affectés uniquement à la plaisance. L'Etat et les départements gardent leur compétence sur les installations de plaisance comprises dans les ports dont ils ont la charge (ports autonomes et ports d'intérêt national, ports de commerce ou de pêche).

Les collectivités locales sont libres de choisir le mode de gestion de leurs ports : exploitation en régie ou concession (à des chambres de commerce et d'industrie, sociétés d'économie mixte, yacht club, associations etc.).

Tout gestionnaire de port de plaisance est soumis à des obligations de service public. Il doit assurer la continuité du service offert, respecter l'égalité des usagers, réaliser les modifications requises par l'administration, respecter des obligations telles que réserver des postes d'amarrage aux plaisanciers de passage, affecter des agents à la surveillance des installations et bien entendu respecter les clauses du cahier des charges conclu avec le concédant. En contre partie, le gestionnaire perçoit des redevances pour l'amarrage, l'utilisation des outillages et la fourniture de prestations (manutention, remorquage, douches, courrier, etc.).

15 sept. 2010
0

Contre exemple
Il y a deux ans, au port de Saint helier à Jersey, arrivée par temps trés fort (8 avec rafles à 9) avec une couverture météo dégueulasse pour les jours suivants, on décide de rentrer par le Condor et retour le week end suivant pour ramener le bateau.
Au moment de payer le capitaine de port ne nous a facturé que le premier et le dernier jour, considérant que la mer était impraticable entre les deux et que c'était un devoir d'accueillir les bateaux dans ces circonstances.
Sans commentaire !!!!!!

15 sept. 2010
0

Finalement
Ont ils le droit de nous "virer" du port si li ya un coup de vent en cours?

15 sept. 2010
0

je pens que non
non seulement ne pas nous virer du port ,mais je pense aussi qu'ils sont tenue d'accepter les passager par une météo qui pourrait mettre en cause la vie des passagers

15 sept. 2010
0

Ce n’est pas croyable…

Y z’ont des ennuis avec tout... :lavache:

Les capitaineries, leurs moteurs, leurs voiles, leurs peintures, leurs coques, leurs mats, leurs dérives, leurs électricités, leurs hélices, leurs instruments de nav, leurs ancres, peut-être avec leurs femmes, etc...

Détailler prendrait trop de pages et Tom devrait négocier de l’espace mémoire supplémentaire…

Bon, tout ça pour dire que jamais au grand jamais, je ne me suis vu refuser une place que je sollicitais, pas plus qu’un service quelconque dans quelques domaines que ce soit.

Chance? peut-être
Mais peut-être aussi une manière d’aborder les choses. :alavotre:

pfffzzzz

15 sept. 2010
0

Bravo Cobra !
Complètement d'accord avec toi.

15 sept. 2010
0

pour te répondre Moonboots80
en méditerranée très peu de port sont privés (perso je n'en connais pas)le fait de refuser une place par mauvis temps est très rare.

Si un port refuse une place d'amarrage a un bateau de passage par gros temps et qu'il y est risque et naufrage , la responsabilité en reviens au maitre du port

15 sept. 2010
0

Pour Moonboot
Ca soulève la notion de "gros temps".

Que se passerait-il si un port virait au bateau par une météo exclue de sa catégorie de navigation et que ce bateau ait un problème?

La responsabilité du port serait elle engagée?

Pareil avec un bateau se déclarant en avarie.

15 sept. 2010
0

ça dépend peut être des zones de navigation ?
Pour ma part en manche, mer du nord ou atlantique on ne m'a jamais refusé une place de passage.

Peut être le fait qu'en méditérannée les ports étant quasiment tous privés et que l'intégralité des "propriétaires friqués" naviguent dans la marre explique une telle attitude, vis à vis du "petit propriétaire".

Qu'elle serait la responsabilité d'un port qui refusant l'ammarage à un bateau de passage par gros temps si, suite à ce refus, ce bateau, obligé de reprendre la mer contre son gré, faisait naufrage avec des victimes ?

15 sept. 2010
0

C'est vrai ça...........
"Y z’ont des ennuis avec tout...

Les capitaineries, leurs moteurs, leurs voiles, leurs peintures, leurs coques, leurs mats, leurs dérives, leurs électricités, leurs hélices, leurs instruments de nav, leurs ancres, peut-être avec leurs femmes, etc... "

........ça doit étre drolement bien d'avoir toutes ces compétences ........personnelement de toutes ces qualités, celle que j'envie le plus ?.............ben, la modestie.
:heu:

15 sept. 2010
0

monsieur le serpent
non mais je trouve que ce bonnet vous irait bien!
un oubli je ne tutoie que les gens que j'aime et ceux avec qui j'ai eu des relations sexuelles!

15 sept. 2010
0

Ils ont pas sympa dans le sud ....
Venez en Bretagne.
Il y a quelques semaines, j'étais à Tréboul sur le ponton visiteur orienté nord-ouest et comme le vent venait justement de ce secteur, j'ai pas pu dormir la 1ère nuit et mon chien non plus. Bateau qui tire sur ses amarres et qui cogne régulièrement contre le ponton ...
Le lendemain matin j'en parle à la capitainerie : pas de souci, on va vous trouver une place au fond du port ...
Effectivement, ils m'ont dégoté une place libérée par un adhérent du port, qui avait autorisé la capitainerie à utiliser son ponton en son absence.

çà se passe comme çà à Douarn; merci à eux.
Alex

15 sept. 2010
0

pour le sud
ce n'est pas générale heureusement

15 sept. 2010
0

Hors sujet mais ils sont aussi sympas dans le sud....

Cet été, au port de Frontignan, au moment du "vol" de notre bateau,
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php
La capitainerie s'est mise en quatre pour nous aider, patrouille en zodiac le long de la côte, appels à toutes les capitaineries du secteur, plusieurs allers et venues en voiture entre le port et le village etc.

Lors de notre départ, lorsque j'ai voulu régler la nuit passée, le capitaine du port est venu lui-même pour nous dire que nous n'avions rien à payer et pour nous souhaiter une bonne navigation.

En revanche, je crois que le chantier, responsable de l'incident, a vu arriver la facture !!!!

15 sept. 2010
-1

Je ne comprends pas tout...
"...ils attendaient 26 Grand Surprise pour une régate..."

Si 26 Grand Surprise arrivaient, c'est qu'il était possible de naviguer. Et le Grand Surprise est loin d'être aussi marin qu'un Folie Douce.

Force 7, ce n'est pas la tempête, juste un Grand Frais et un voilier de croisière digne de ce nom est capable de naviguer.

Y avait il réellement force 7 ?
Et faire route au portant quelque milles vers Marseille n'était il pas possible?

15 sept. 2010
-1

Est ou ouest, même conséquence...
J'imaginais plutôt du vent d'est.

Les calanques ne sont pas loin...

De toute façon, avec du mistral, il était possible d'aller vers l'est... il me semble.

15 sept. 2010
-1

Cassis-Marseille
au portant par coup de NW (mistral probablement), il va falloir m'expliquer.

16 sept. 2010
3

Seul le chef de bord
est apte à décider si c'est navigable en fonction des conditions, de son équipage, de ses compétences et de son état de forme et de santé.

Ecrire abstraitement qu'untel bateau aurait pu le faire, c'est nier la majeure partie de l'équation qui fait une navigation bien maîtrisée.

15 sept. 2010
0

Je vois que
2 marins n'ont jamais de déboires...peut être ont-ils une manière différente d'aborder les choses
Effectivement, un billet de 50 euros m'aurait peut être facilité la tâche...c'est une manière,mais pas la mienne.

;-)

Christian

16 sept. 2010
0

Non c'est celles des italiens en Corse
Il y a quelques années, je suis arrivé à Calvi sur mon Aquila avec femme et enfants, après une nuit de quart un peu mouvementée. Voulant assurer et faire du gasoil, je me suis fait jeter par le pompiste car il fallait faire place à une grosse vedette italienne dont un gars montrait un billet de pourboire. Après son plein, le pompiste a fermé en me disant qu'il n'avait plus de gasoil. Je lui ai fait remarquer que j'aurais pu être servi en premier, par ordre d'arrivée et que cela n'aurait pas changé grand chose pour la vedette... je me suis entendu dire : retourne sur le continent. Comme la musique a été la même pour les corps morts et que l'ambiance à terre était agressive, je ne mets plus les pieds à Calvi et j'évite la Corse en août (malgré mes origines insulaires).

15 sept. 2010
8

Viking
Tout le monde n'a pas le même niveau de maitrise sur un voilier.
Je navigue avec ma femme à qui je ne ferais pas prendre de risque, et je suis seul à manoeuvrer.
Quand je suis dans le coup de vent, je sais faire, mais je ne m'y met pas d'office.
je suis un blaireau de plaisancier qui cabote en se grattant la tête quand le F6 pointe son nez.
Je n'ai aucune prétention de perfos, et aucun lien entre l'état de la mer que je suis capable d'étaler et ma virilité.
je ne suis pas menteur non plus, un F7 c'est pas un 8 mais ça me suffit.
N'oublions pas que les vrais aventuriers sont ceux qui peuvent raconter leur vie à leur petits enfants.

Christian

15 sept. 2010
1

Chaque capitaine est maitre à son bord
Et donc le seul juge de ce qui est faisable ou pas.

Heureusement!

15 sept. 2010
0

atlante
pour Erika je me renseigne

15 sept. 2010
0

Faut pô ....
.... dire n'importe quoi !!!

www.beamer-france.org[...]_54.pdf

Extraits du rapport du Bureau d'enquêtes sur les événements de mer (BEAmer) :

page 57
"......La Commission note que c’est la première fois que des fissures sont
ainsi portées à la connaissance des autorités maritimes françaises. Le
commandant du port de Saint-Nazaire répond que le navire peut accoster à Donges
en dépit de sa gîte mais qu’il ne pourra pas le faire s’il y a des fuites extérieures de
fioul, aucun barrage n’étant susceptible d’être installé en Loire du fait du courant. Il
évoque l’idée d’un déroutement sur Brest."

Page 159
"S’agissant de l’ERIKA, c’est en fin de soirée, vers 21H00 heures le 11/12 que la capitainerie est prévenue par l’agent potentiel du navire de l’arrivée de ce navire le lendemain.
L’ERIKA aurait de la gîte et des fissures, réputées colmatées, dans la coque. Le commandant de port indique que la gîte n’empêcherait pas l’escale mais rendrait la manoeuvre et l’accostage difficile. Il ajoute que par contre des fuites externes ne pourraient être traitées en Loire à cause du courant.
Bien que fortement réticent à l’idée d’accueillir un navire-citerne en charge et avec des avaries probables, le commandant du port de Saint-Nazaire a d’ailleurs admis, dès ce moment, qu’il pourrait recevoir l’ERIKA si aucune solution n’était praticable."

15 sept. 2010
1

pourquoi pas demander par ecrit
au capitaine qui vous fous dehors par force 7 et plus: ok je me tire mais....vous me mettez par ecrit sur une ligne que le jour X à telle heure moi capitaine X je vous met dehors....et de presciser qu'en cas d'accident les assurances sauront à qu s'adresser...(avec un juriste sur le fil ne pourrait t'on pas établir un petit papier que nous pourrions imprimer à l'avance au cas ou : lui tendre avec un sourire: ok on se tire mais vous signez là pour mon assurance!!!!)

Que se passe t'il quand malgrés tout certains ont refusé de bouger parmi vous?
Est ce que physiquement le capitaine a détaché les amarres?(de sortir son appareil photo/caméra que nous avons tous ne peut'il pas calmer les choses?)

Je dois dire que vos témoignages font froid dans le dos...mais ce que je ne comprends vraiment pas c'est que si un accident corporel arrive à l'équipage suite à un refus du port, pour moi c'est du pénal qui peut aller trés loin pour le capitaine non?

Parmi vous n'y aurai'il pas un juriste qui pourrait nous dire face à un capitaine de port imbécile quel texte (no ref etc.) on pourrait citer pour calmer ca rapidement...

C'est vrai que en Manche pour le moment c'est rare, mais bon....

Philou

15 sept. 2010
0

obligation d'accueil ?
Vous vous rappelez de ce pétrolier qui s'appelait l'Erika ? oui bien sûr ... et bien il avait fait une demande d'entrée au port de St Nazaire alors qu'il était déjà enà avarie et en plein dans un fort coup de vent (8 à 9 Bf) ... entrée refusée par le port. On connait la suite. Vous croyez que le port a été sanctionné ? il n'a même pas été cité ou mis en cause ... (enfin à ma connaissance)

15 sept. 201016 juin 2020
0

gros temps?
fort coup de, vent sur le golfe de valinco, propriano plein comme un oeuf et pourtant j'ai pu me m'amarrer et me mettre en sécurité, et dès que possible le lendemain on m'a donné une "vraie" place de plus comme elle etait peu confortable on ne m'a demandé que le 1/2 tarif!
Merci à eux

15 sept. 201016 juin 2020
0

amares
arrière sur la tourelle du feu d'entrée et avant sur des grappins lol:pouce:

15 sept. 2010
0

content
de toutes ces réactions, le problème existe.
Je pense que ceux à qui on à largué les amares un jour avaient un recours.
j'étais décidé à camper là si Port Miou n'était pas à côté et j'aurai bien aimer savoir "qui" aurait eu le pouvoir légal de me forcer à quitter les lieux.
Pure intimidation, intox ....etc

Christian

15 sept. 2010
0

Intimidation et intox bien sur............
.............les seuls qui pourraient te demander de dégager vraiment ce sont, soit la police (municipale et nationale) soit la gendarmerie, éventuellement le maire de la commune.

Aucun des trois ne prendra le risque de te renvoyer a la mer si tu as un probléme technique, un malade ou que tu signales que l'état de la mer n'est pas compatible avec ton bateau ou tes compétences.

Dans tous les cas ce qui serait amusant ce serait de faire un PAN PAN annoncant; ta sortie du port tes inquiétudes et le pourquoi de ta sortie du port.......
:mdr:
C'est pas interdit de se poser la question de la réaction des videurs quand tu leur annonce ton intention de PAN PAN (sous reserve bien sur qu'ils sachent ce qu'est un PAN PAN)
:heu:

15 sept. 2010
0

Pan pan
Tu le fais sciemment sur le canal 9, celui de toutes les capitaineries...

16 sept. 2010
0

Plus haut j'ai écrit une coxxxxxrie.........
........je pense que c'est plutot un "sécurité.sécurité.sécurité" a la place du PAN PAN.........
:oups:

15 sept. 2010
0

et à couple ?
C'est pas interdit tout de même de se mettre à couple en MED ?

C'est marrant ce weekend on en parlait lors de la régate " LA JUNTER " à PERROS-GUIREC .
Si tout les ports doivent proposer un abri en cas d'urgence n'est-il pas facile de faire croire que le bateau coule ? 3-4 seaux d'eau à l'intérieur ,si pas de seaux ouvrir un passe-coque et hop le tour est joué ?

Le formulaire pré-écrit par un juriste est une très bonne idée mais qui osera signer ?
A la question qui signe ?
C'est le chef ?
Et il est où ?
En reuteuteu .
vous êtes sûr ?
oui oui .
Qui le remplace ?
C'est pas moi c'est l'autre .
L'autre ?
C'est qui ?
C'est celui qui part en trombe en voiture il a un RDV urgent pris de longue date .
Comme par hasard justement le jour ou il est de service .
ET MERDE donc je le signe à sa place .
ah çà non c'est pas possible pas légal .

Idem si l'on utilise le tampon de la capitainerie
la clef de la porte est avec celui qui se casse .

bon courage .....

15 sept. 2010
0

à couple en Méd ...
J'ai vu de très nombreuses fois au cours d'un coup de Mistral puissant le port de Porquerolles (un archétype du port pris d'assaut en permanence !) plein comme un oeuf, à couple, en bout de panne, à la pompe à carburant, etc ... Et vraiment, il n'y avait plus de place, avec la meilleure volonté du monde, sans prendre de risque pour les bateaux déjà en place.

16 sept. 2010
0

Rappeler les responsabilités
Non, on ne leur demande pas de le signer ; on leur rappelle seulement par écrit leurs responsabilités.

"en vertu de l'art. xx du code maritime, encourt xx années de prison et XX millions d'euros d'amende toute personne qui par son attitude, ses ordres ou son inaction a concouru, sciemment ou non à la mise en danger..."

on peut prévoir à la fin une place pour personnaliser la situation : "ainsi, ce 16 septembre, par force 6, et alors que le capitaine du Phocéa, ma barquette de 6,5 m, vient de passer 3 nuits sans dormir, à la suite d'une avarie, alors que nous revenions de XX, une place au port nous est refusée, et cela constitue une mise en danger.....

Et celui qui rappelle les conditions dans lesquelles on le "refoule", rappelle aux "autres" leurs obligations... Après, il obéit ou pas au refoulement envisagé...

15 sept. 2010
0

vous allez rire!!
Les surprises....ils se sont pratiquement tous mis à couple ! moi, pas le doit peut être...

christian :-D :-D

16 sept. 2010
0

quelle empoignade!!
Dans de rares occasions,il peut arriver que des ports soient absolument "pleins" et donc ds l'incapacité d'acceuillir 1/2 bateaux supplémentaires...
toutefois en "pleine saison"(disons10 juillet/20 aout) j'ai subi plusieurs "refus" dont certains datent de 10/15 ans en arrière
et ce sur AQUILA(8,40)et MINIOU(5,70!!).Ou,?:
St flornt/Calvi/bonifaccio/Macinagio/Ibiza/playa de Oro/St tropez/Elbe/Capraia...Il
En 2009 et 2010 évité de justesse(sur First 21.7S)d'etre "refoulé"de port Joinville(Yeu)et Pt Tudy(groix)
Il me semble,sans pouvoir l'affirmer avec certitude(et des stats fiables)que ,de plus en plus,la pleine saison pose des pbs de place sur Marseille/jusqu'en Italie...Corse/Baléares/Costa Brava et plus au sud..Elbe..Yeu et Groix(plus rare)
Sur un petit6/7 m ,Avantage:le port peut arriver à vous caser ds un trou de souris ou bien vous refuser la place d'un 9/11m qui est libre(s'il arrive plus tard ce 10/11m va payer plus cher!)
Nous avons vécu les 2 situations.
Il est incomparablement plus cofortable et "facile d'etre au mouillage à proximité d'un port sur un 8/9 m (et plus!)car Annexe (avec moteur!)plus grosse/résèrves en vivres et eau/
Hauteur ss barots..ect...ect
Exemple type de cette situation:la rade de Calvi,depuis l'installation des (chères)bouéés de mouillage dont certaines sont quasi à un bon mille du port:gros bras indispensables pour ramer contre le libeccio...
Un bon point pour port Tudy qui n'hésite pas à bourrer coffres et nez de pontons ds une ambiance conviviale....
Evidemment à ETEL ou SEIN il y a moins de monde...

16 sept. 2010
1

place de port
Bonjour,
Je trouve inadmissible que l'on puisse refuser des places pour une regate ou autre motif quelconque lorsque un coup de mer est difusé sur le 16. Il me semble que les capitainneries sont à l'écoute ou doivent l'étre. Leur boulot n'est pas que d'organiser des manifestations mais surtout d'accueillir des bateaux et de ne pas oublier que cela fait partie d'un service public qui de plus est relié à la securité. D'ailleurs les services de securité ne doivent-t-ils pas faire un contrôle avant toute manifestation, pompier, services de la ville, snsn et dans les cas de non respect des règles de sécurité procés-verbal par la gendarmerie maritime. Pour l'organisation d'une régate je crois savoir que météo France fait des prévisions à 8 jours et même plus. Dans le cas où les places sont restées libres, une plainte devrait être déposée pour mise en danger de personnes contre la capirainerie. Quant à ceux qui prennent parti pour les "pôvres" capitaines organisateurs, s'ils se trouvent refoulés à la mer par manque de places et qu'ils perdent un être cher, quelle sera leur réaction ??

PS : qui se charge de rédiger une courte déclaration, juridiquement agrémentée, destinée à rappeler la règlementation aux capitaineries (et aux subalternes qui se cachent derrière "c'est pas moi, c'est l'autre"

16 sept. 2010
0

Pas Marseille
Dans le texte précédent , il faut lire "De Cassis..." et non pas de Marseille, où la pleine saison est la seule où on peut facilement se caser au Vieux Port (mais c'est vrai que la multitude d'interlocuteurs Communauté Urbaine + Sociétés nautiques ne facilite pas les démarches).

16 sept. 201016 juin 2020
0

Rade de villefranche et port de la darse
Pour trancher un peu le très mauvais accueil de certains port du sud est (ex n1 saint laurent du var), étant rester quelques saisons au mouillage de villefranche sur mer j'ai eu l'occasion de voir quelques coups de sud et un paquet de plaisancier "du dimanche" dérapé et aller sur les rochers..
Tout ça pour dire que je n'ai jamais vu le port de la darse refuser quelqu'un dans ces conditions, port archi complet ou pas, bateau a couple a triple, jusqu'à saturation totale, ils vont même hors du port avec leur annexe puissante pour aider ou remorquer les voiliers en difficulltés, aussi Bravo à eux :pouce:
et que cela serve d'exemple à leur proches voisins ;-)

16 sept. 2010
0

les empereurs de l incompetence
chaque fois que je me fais virer d'un port, je retourne en annexe tard le soir et je compte le nombre de places libres;je n'en ai jamais trouvées moins de 100.Ces gens là sont des archinuls qui ne tiendraient pas 8 jours dans une entreprise normale...mais c'est sur, il faudrait se remuer le c.., calculer le taux de surbooking statistique acceptable, proposer aux amodiataires de pouvoir déplacer leurs bateaux,les interesser si ils préviennent par téléphone le soir etc.
.. en clair,il faudrait travailler.
En attendant la non assistance à personne en danger est répréhensible pénalement...si nous av ions le courage de porter plainte systématiquement, mais on est en vacances.. :-(

16 sept. 2010
0

... des plaintes, toujours des plaintes ....
S'il y a peu de plaintes allant plus loin qu'une "geulante" c'est que l'évaluation de la mise en danger est une notion très subjective.

Je vais être un peu provocateur, car il me semble que les responsabilités ne sont pas toutes et toujours du même côté :langue2:

Même si une plainte était déposée par le chef de bord contre un port qui a refusé l'accueil, il y a de fortes chances (ou risques) que le chef de bord lui même se retrouverait mis en accusation par la partie adverse ... et que ça pourrait tout à fait mal finir du point de vue juridique pour le chef de bord qui aurait lui-même créé le danger de la situation, une réalité qui pourrait apparaître après une analyse objective des évènements.

On ne peut pas revendiquer "chef de bord seul maître après Dieu" et simultanément imposer à un tiers (le port) une obligation d'accueil dans une situation qu'on a soi-même (seul maître après Dieu) créée :heu:

Si on va ou bout du raisonnement on arrive à la situation suivante : chacun estimera qu'il peut bien sortir en mer n'importe comment, sachant que le premier port qui l'arrange sera obligé de l'accueillir.

Bref, il faut un peu penser à ses propres responsabilités avant de vouloir en imposer aux autres.

Bon, je sens que la météo va se gâter au-dessus de ma tête, mais bon, les concerts unanimes sont un peu fades (en principe c'est Cobra qui joue ce rôle pour s'amuser) :scie:

16 sept. 2010
0

pourtant...
... je navigue depuis quelques années, Manche, Nord, Belgique, UK, ...etc..; je n'ai jamais été refusé. J'ai parfois du négocier, expliquer une situation, chercher un "service" mais je n'ai jamais été refusé. On m'a demandé de ne pas m'arrêter à tel ou tel port, a cause d'une régatte ou d'une fermeture temporaire (Scheveningen, Le Touquet, Jersey) mais si j'avais été en difficulté je ne pense pas que l'on m'aurait jamais refusé d'entrer non plus, et par ailleurs, on ne pourrait pas me le refuser car j'aurais déjà prévenu sur le 16 de ma situation et ma destination... Idem, lorsque je suis dans un port pour plusieurs jours, bloqué par un coup de vent, personne n'est jamais venu me dire de dégager. Peut-être m'a t'on demandé de déplacer mon canot pour ne pas déranger. J'accepte. Enfin, il faut le vivre pour s'en rendre compte, je n'en doute pas non plus!

16 sept. 2010
0

bien sûr, Rachid
je joue un peu l'avocat du diable.

Ceci dit, la proportion de malotru chez les employés de port est la même que chez les plaisanciers. Je dirais : match nul, le comportement (statistique) des uns est juste le symétrique de celui (statistique) des autres.

16 sept. 2010
0

du même avis que orla
si je pense que reprendre la mer peut avoir un danger ,je ne bouge pas ,aucun chef de port n'a le droit d'envoyer au casse pipe un plaisancier , son devoir est de l'accepter

16 sept. 2010
2

Je pense effectivement que, hors la force brute,
il n'y a pas de solution facile pour sortir un bateau d'un port.

Sans parler de ce cas, il y a à Bandol une demi douzaine de bateaux qui occupent un bout de quai au bout de la jetée sud. Ce bout de quai s'appelle la fourrière, puisque sont stockés là les bateaux dont les propriétaires (parfois décédés depuis des années) ne paient plus leur place.

S'il y avait une solution simple pour les foutres dehors, cela fait longtemps que le port l'aurait fait. Bon, d'accord, il n'y a personne à bord, mais c'est peut être ce qu'il faut faire dans cette situation.

Il suffit peut être juste de se barrer de son bateau pour aller au bistrot d'en face et de laisser la capitainerie se démerder.

Dans le pire des cas, il te remorqueront à une autre place. Et le factureront.

Mais je n'imagine pas qu'ils lachent tes aussières.

Maintenant, la question principale du fil est complexe. L'appréciation d'une situation est toujours subjective, et l'un pourra penser que la tempête souffle tandis que l'autre sera en train de gréer son kite.

Le cas cité, où l'un vient s'abriter tandis que des grands surprises sont en régate est un bon exemple.

Force 7, c'est typiquement une situation intermédiare. Au portant avec un 40', c'est de la rigolade. Au près avec un 28', c'est la punition.

La capitainerie peut aussi légitimement penser qu'elle n'est pas la seule à pouvoir t'abriter. A 3 milles de Cassis, il y a la Ciotat, avec une baie parfaitement abritée du mistral et accessible sans difficulté au portant. Par vent d'est, à 1,5 milles, si Port Miou ne te veut pas, il reste Port Pin, également facile d'accès au portant.

Vaste question. Combien de mec doivent essayer en méditerranée l'été devant un port bondé d'invoquer n'importe quoi pour avoir une place ?

J'ai connu un gars au Lavandou dont le boulot était de hurler depuis une plate à moteur sur tous les mecs qui voulaient entrer dans le port. Il hurlait littéralement, et ça tout les soirs durant tout l'été. Il y avait probablement d'autre manière de s'y prendre, mais lui n'en pouvait plus de tous ceux qui le prenaient pour un con à lui raconter toutes les sornettes imaginables ou à essayer de passer en force.

Au final, en changeant de point de vue, pourquoi un mec d'un port se compliquerait la vie à accepter un bateau, alors que cela ne peut que lui apporter des emmerdes (le voisin à couple qui va raler ou je ne sais quoi comme ça) alors que c'est si simple pour lui d'hurler de dégager ?

Jacques

16 sept. 2010
0

une étoile ! C'est tellement vrai ce que tu dis
ces histoires "cassent" le rêve de ceux qui imaginent le monde merveilleux de la plaisance !

On rêve devant les beaux bateaux alignés sur les pannes ou entrevus sous voile. Oui, mais quand on pousse la porte d'un ship ou que l'on reçoit le beau catalogue du matos indispensable(xxx choisir sa marque), on tombe de haut !

Si à présent on voit que les ports sont semblables aux parkings des supermarchés au moment de Noël ... que va-t-il nous rester ?

Oui, il reste les mouillages de rêve avec un bateau que l'on pourrait entretenir soit même, avec 1 pot de peinture et 3 bouts de bois.

on va continuer à rêver, c'est plus sur !

hervé

16 sept. 2010
0

Oui tu as bien sur raison Robert..........
.......mais de là a cautionner l'attitude audieuse que certains gestionnaires de port acceptent de la part de leur salariés (acceptent ou induisent, ça je sais pas) ya un monde......non ?

16 sept. 2010
0

bon critère Epicurien
Si la notion de danger était telle que le port DOIT accepter l'entrée du bateau, on peut en parler sur le 16 au préalable pour signaler le danger, ce qui va créer une obligation pour le port. Mais faudra faire gaffe à ne pas avoir l'air ridicule :heu:

16 sept. 2010
0

Petite précision
Je suis entré dans ce port Avant le coup de vent et acueilli sans problèmes pour une durée non précisée, c'est à mon avis plus grave !

Christian

16 sept. 2010
0

Robert, vous avez surement
raison. Mais chaque responsable de bateau a ses limites de competence et s'il demande à se réfugier dans un port: en raison de son équipage ou d'une avarie inopinnée, les gestionnaire doivent s'adapter? Vous connaissez la med: souvent imprévisible.En ce qui me concerne, en cas de coup de chien, ils peuvent me dire ce qu'ils veulent: je ne ressort pas. Ils peuvent appeller les gendarmes ou qui ils veulent ou même me larguer mes ammarres, ils prennent leur responsabilité et moi les miennes.Tout cela avec courtoisie mais fermeté: je reste, bien évidemment si le temps est difficilement maniable. J'ajoute que cela ne m'est jamais arrivé. Cordialement Dominique

16 sept. 2010
0

quitter le port
c'est assez différent : en effet, je ne vois pas comment on pourrait obliger un bateau (amarré dans une place règlementaire) à sortir du port autrement que par l'injonction d'un juge, quelle que soit la météo d'ailleurs. J'ai eu cette discussion avec le personnel de mon port (que je connais de longue date avec des relations de confiance) et ils m'ont expliqué qu'il est impossible de faire sortir un bateau qui ne veut pas. Evidemment, ultérieurement ça pourra coûter cher au bateau par la suite, après intervention juridique, si le motif de refus de sortie était infondé.

Cela m'est arrivé une fois de refuser de sortir (Ajaccio avec coup de vent), ça a gueulé, mais j'ai été jusqu'au bout, et cela s'est résumé à changer de place.

C'est justement cette impossibilité de "virer" un bateau qui rend les gestionnaires de port agressifs pour ne pas laisser un bateau s'installer, car après il est trop tard pour eux.

16 sept. 2010
0

La mer, dernier espace de liberté dit-on?
Ces histoires de d'emplacement et de voisinage de caravane ont tout de la semaine en camping.
Ça ne me donne vraiment pas envie de faire le grand saut.

17 sept. 2010
0

Peu importe Erendil
Je m'en fou de la possibilité de naviguer ou pas mais le principe est pitoyable.
La première chose a faire est de demander si l'on peut non?

Christian

16 sept. 2010
0

juste une petite...
Pour moi,le seul regret est que tous ces gars des ports n'ont pour la plupart jamais été dans la peau d'un propriétaire et ne naviguent que dans l'intervalle de 2 brise clapot... Ils touchent aux bateaux, oui pour ça on les voit, mais souvent comme les caddies de supermarché, et surtout juillet aout quand le ballet des zodiacs portuaires brille de ces gamins en job d'été...

16 sept. 2010
0

pour info
faire faire par la capitainerie un ordre écrit (d'expulsion)afin de leurs faire endosser la responsabilité si pb.
j'ai eu le cas aussi et après ma demande d'un seul coup la capitainerie a trouvée une solution, bizarre non?

17 sept. 2010
0

Plusieurs intervenants
Parlent de l'obligation de les garder dans le port ou ils viennent d'arriver, mais s'il ne reste plus de place? que faire avec les futurs bateaux qui ont réservés (régate dans le cas cité)l'obligation d'accueil s'applique encore + car ils ont réservés c'est un contrat qui doit être respecté. Je parle évidemment du cas ou il n'y a plus de possibilité de placer aucun bateau en +.Normalement avant de s'amarer on contact la capitainerie par VHF et dans ce cas on a la réponse, place ou pas. Léo

17 sept. 2010
0

Place de port
Bonjour,
En réponse à Oel, dans une de mes interventions j'avais posé la question de la perte d'un être cher ou bien d'un equipier. Tu n'y reponds pas ? pour répondre à ta question, quand on n'a pas les moyens d'organiser une régate ou autre manifestation on s'en passe. Il me semble que de préserver la vie de nos congénères est plus important qu'une régate. Il m'est arrivé de demandé par VHFune place, la réponse : plus de place ; qu'à cela ne tienne, je poursuis ma route et je me présente dans le port concerné, et à ma grande surprise il y a de la place ?? Pour répondre à un autre intervenant qui invoquait la responsabilité d'un chef de bord qui avais pris le risque de partir dans des conditions defavorables, que doit-on faire, le laisser courir à sa perte avec les innocents qu'il a pris à son bord ?? Je suis complètement d'accord avec DACIEN, ne déplaçons pas les problèmes, le job des ports est plus de nous porter assistance, pas de faire courir des risques...

17 sept. 2010
0

il y a toujours des places libres
le sujet que j'abordais est qu'il y a toujours in fine un nombre tres élevé de places qui restent libres et en plus en se poussant ( bouts de pannes) etc, on peut TOUJOURS loger tout le monde les quelques jours par an de pointes...mais pour cela il faut avoir envie de se casser la tete AU SERVICE DES CLIENTS et...gérer...je suggere que l'association des dirigeants de port paye un étudiant pour comprter le nombre de place finalement libres un jour de tempete où on a refusé des gens...j'ai compté dans ces circonstances 110 places libres dans un port bien connu...d'ailleurs les capitaines des quelques ports gérés dans cet esprit là admettent qu'ils arrivent toujours à loger tout le monde...

17 sept. 2010
0

mauvais comptage
Le comptage que tu peux faire est complètement faux, car tu ne sais pas quel est le statut de la place que tu vois. Si la place est à un abonné annuel, ou même à un passant qui a prépayé sa place pour quelques jours, et s'il n'a pas informé qu'il ne sera pas présent, le port ne [b]peut pas[/b] donner sa place, car le port est [b]contractuellement obligé[/b] d'accueillir l'abonné annuel (ou le passant ayant prépayé) s'il revient quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit. S'il a donné sa place et si le port est plein, il y a rupture de contrat de l'abonné ou du prépayé.

Situation bien connue dans un port avec beaucoup de mouvements dans le sud : les jours de beau temps, le port se vide le matin, et se rempli jusqu'à tard la nuit par les mouvements des abonnés et prépayés.

17 sept. 2010
0

ah bé ça alors ! zavez vu le dernier VetV
Un homme à la mer, inconscient, due à une pauv glissade......lors d'un empannage......en équipage.....euh ...juste un petit F6...Y en a qui disent que c'est fastoche, no problème etc... ehhh behhh nooon !!

Christian ;-) ;-)

17 sept. 2010
0

en desaccord total
la reponse de notre ami robert n'est à mes yeux pas adéquate et montre les blocages.
je connais parfaitement le statut juridique des amodiataires mais rien , absolument rien, n'empeche les gestionnaires de passer des conventions avec eux .En outre, tous les cahiers des charges que les amodiataires ont signés comportent des clauses d'autorisation donnée à la capitainerie de déplacer le bateau.Cela me rappelle l'époque où certaines compagnies aériennes refusaient de surbooker( elles sont mortes aujourd'hui) pour des raisons juridiques...
amitiés

17 sept. 2010
0

as-tu bien lu mon post ?
le port n'est pas obligé de donner la [b]même place[/b] à l'abonné annuel, bien entendu ... par contre il [b]doit lui donner UNE place de la bonne taille[/b] pour y caser son bateau. Et pour le port ça revient au même quand il est plein, il ne pourra pas honorer son contrat parce qu'il ne pourra plus donner de place à la taille voulue à l'abonné qui rentre au port.

C'est un peu fort tout de même (pour ne pas dire davantage) : car ton analyse de comptage signifierait qu'un abonné annuel qui sort la journée ne serait même pas sûr d'avoir une place au port en rentrant le soir.

C'est pour ça que ton comptage n'a pas de sens.

17 sept. 2010
0

Un petit rappel de réglementation : où l'on parle d'ABRI
En la matière, la skipper devra choisir sa navigation en fonction de la catégorie de son bateau et des conditions météo.
Vos compétences seront donc mises à contribution dans le choix d'un ABRI et non d'un port.

voir le lien ci-dessous.
Pierre

www.ddbd.com[...]ri.html

17 sept. 2010
0

Je précise qu'il date un peu car il mentionne les ex-6 catégories
mais la définition d'abri reste pertinente.

18 sept. 2010
0

Texte de référence obsolète
La Division 224 a été remplacée par la Division 240 depuis...2 ans et demie !
Non seulement les 6 catégories de navigation n'existent plus, mais la définition d'un abri a été modifiée:

Article 240-1.02 § 19
Abri: tout lieu où un navire peut sit accoster, soit mouiller en sécurité.

www.developpement-durable.gouv.fr[...]010.pdf

04 sept. 2021
-1

de plus en plu de gens de merde qui se foutent pas mal des autres... mis ils aiment pas que la chose leur arrive
avec un taré on trouve pas trop d'intelligence

04 sept. 2021
0

www.bea-mer.developpement-durable.gouv.fr[...]020.pdf

Il y a plein d'enseignements à en tirer suivant la sensibilité de chacun

04 sept. 2021
1

Merci pour ce partage.

Ce qui est dommage c'est que rien n'est dit sur la réalité de l'état de saturation des ports avant l'accident.

04 sept. 2021
0

Cet accident est en premier lieu un mauvais choix de mouillage suivi d'une erreur de navigation. On en a débattu longuement ici.

04 sept. 202104 sept. 2021
0

On en a en effet débattu Ad nauseam

Ne pas avoir une place de port à Ajaccio par du Nw ou Sw Force 8 ou 9 est une routine pour les dizaines de bateau sur bouée ou mouillés en fond de baie à quelques mètres du Port d’Ornano dit de l’Amirautė.

Ce conseil avait été donné

Sur ancre avec des quarts de veille à cet endroit on ne déplorerait pas cet incident tragique et deux morts

5 ans d’expérience sans place de port fixe à Ajaccio, je ne suis pas là pour défendre les ports

Une entrée à l arrache dans un des ports aurait pu aussi être une solution , on passe la nuit au fuel dock et basta

Nous avons été deux bateaux à le faire il y à quelques jours devant un port de la cote d azur que je ne citerais pas mais la il n’y avait aucun échappatoire et ca devenait dangereux, vraiment dangereux

En plus il y avait deux places libres ce que le préposé n avait pas voulu dire, par pure paresse.

L explication a été courtoise mais ferme avec le capitaine de port, le préposé était sous la moquette

04 sept. 2021
0

"Ad nauseam" est effectivement la bonne formulation...

04 sept. 2021
0

En tout cas je promets de ne plus jamais m’exprimer sur ce sujet douloureux et tragique

05 sept. 2021
1

Je pense aussi que dans une telle situation (avis de gros temps susceptible de mettre ta vie en danger), tu as 3 choses à faire :
1) tu restes
2) tu restes
3) TU RESTES QUOIQU'ILS DISENT ET QUOIQU'ILS FASSENT.

Sur Youtube "Coraille en voyage" dit très justement :" à l'extrême, mieux vaut passer la nuit au poste qu'aller se tuer en mer".

Dès que tu sens que sortir représente pour toi un risque que tu ne te sens sincèrement pas prendre, tu as le droit de t'abriter sans que personne ne te juge.

05 sept. 2021
0

Entièrement d'accord c'est au chef de bord de prendre la décision et la notion de gros temps est fonction du bateau et aussi de la compétence et de la condition physique du capitaine. Tout est relatif

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (163)

novembre 2021