itineraire recommendé.

salut à tous.

je dois descendre un vieux bateau en bois,en vue de sa restauration,entre Marseilles et Gibraltar.il n'est pas vraiment bon voilier(voilure utilisable surtout au portant),mais il semble que le moteur soit fiable,et suffisant pour assurer 5 noeux de vitesse de croisiere.

je dois faire ce deplacement dans 2 mois environ.

je connais mal la mediteranée,et je serais trés content de reçevoir ici une idée d'itineraire et d'etapes ,à faire ou à eviter.
limiter les frais,m'arrangerais.

je compte sur les habitués de ce parcour,pour leurs precieux conseils.

merci d'avance à tous.

drareg.

L'équipage
12 mar. 2005
12 mar. 2005
0

dit mon ami,
serait pas plus simple de signer dans le bon ses ! ptdrrrrrrr toi alors :-D :pouce:

12 mar. 200516 juin 2020
0

Chouette,
c'est fait, tu l'as fait bravo... :bravo:

chui bien content tient... la dessus je vais terminer ce ponçage

@+

pfffzzzz

12 mar. 2005
0

tu n'as pas dit la taille du bateau
sinon tu suis la route Sud, Sud-est et ça devrait le faire.

12 mar. 2005
0

le bateau.
coque en bois de 10 m en 5eme cat.
j'avais oublier ce detail.
de plus je voudrais faire etape le soir si possible.navigation en solo,et plus tout jeune.

merci.

12 mar. 2005
0

pas le choix
d'abord bonjour à tous
pêtite hesitation Hugues quand tu dis sud sud-est
tu veux aller où???
pour Gerard tu n'as pas vraiment le choix en 5° deja sur la camargue tu es en infraction.
1 etape et deja tu seras bien fatigue marseille port camargue pres de 14h à 5nds (tu peux mouiller au nord de l'entree du port attention au tirant d'eau
2° Agde ou le secteur
3° Collioure avec mouillage dans l'avant port devant les plages
apres d'autres que moi connaissent mieux (j'attends les infos pour les Baleares)
mais il te faudra un bon crenau la tramontane ne fait pas toujours des cadeaux

12 mar. 2005
0

Salut daniel
J'ai perdu le Nord , je suis honteux d'avoir enduit notre ami dans l'horreur .

C'est vrai qu'il aurait visité la Corse au passage . Voila j'avoue je viens de géguster un merveilleux gewurst vendange tardive ...

En cinquième cat il n'a pas le choix et il lui faudra prendre patiente . Il y a quand même en longeant la cote des endroits ou il risque de s'amuser du coté de Créous (et ailleurs un coup de vent sur le Lion n'étant jamais agréable )

Plates excuses

12 mar. 2005
0

gagne du temps
prends dejà le canal.
Dan

12 mar. 2005
0

ah bon ! y a un canal ?
tu es loin d'etre devin mon ami,je compte descendre en afrique par la cote atlantique...........peux tu me dire ou est ce canal.merci d'avance.

12 mar. 2005
0

canal
de prendre le rhone à port st louis remonter le rhone jusqu'au canal du rhone à sete je ne pense pas que ce soit un gain de temps ni de fatigue les ecluses ne sont pas aussi aisees que celle de notre ami bopitel lui il ne passe pas les boat mes les gewus
(tu aurais pu nous en faire profiter)

12 mar. 2005
0

escale à port camargue
certainement pas le moins cher de la cote !!! mais c'est sui'ouj'chui donc il est tres bien pis parait kia joujours du pastis à bord du "grain de sel" (ponton H10) de pref avec un coup de tel avant !

12 mar. 2005
0

c'est exactement cela le canal
jusqu'à sete
Ca fait gagner un petit bout de chemin en toute sécurité.
pas grand chose mais c'est toujours cela en toute securité et c'est tres beau.
ensuite il faut ABSOLUMENTpasser BIEN AU SUD du cap GATA pour eviter les courants tres forts. ensuite suivre la côte espagnole de TRES près car cette fois le courant est plus fort au large.

2 em solution plus rapide

route conseillée:
marseille (pomegue)43,10n 5,20e
antonio 38,50N- 0,40 E
palos37,35 N- 0,30W
gata 36,25 N - 2 W
atterissage : Europa 36,04 N - 5,20 w
et gibraltar
Cordialement
Dan

12 mar. 2005
0

puis tu vois
tu a deja le pastis qui sera servis chez g2s ;-)

12 mar. 2005
0

precisions supplémentaire
ne te rapproche de l'espagne qu'apres le cap Gata.
A gibraltar le quai est situé au sud de la piste d'attérissage, tu dépasse le mole le plus au nord...a marina bay
Dan

12 mar. 2005
0

N'oublies pas d'embarquer une patte de lapin .............
Si ton bateau est en bois, en mauvais état, pas vraiment bon voilier,avec un moteur qui "semble fiable"; la non connaissance de la Méditérannée .
Il te faudra un minimum de chance pour arriver où tu espères aller et je ne penses pas que la patte de lapin embarquée comme grigri puisse t'être plus préjudiciable que tous ce que tu a annoncé comme part de risques pris.

Et si tu as faim tu pourras la grignoter pour conjurer le mauvais sort.

Le seul coté positif c'est que le bateau est en bois est qu'il devrait toujours en rester un morceau qui flotte pour t'y accrocher en cas de fortune de mer.

12 mar. 2005
0

entierement daccord avec
botpipel
;-)

12 mar. 2005
0

Dan
c'est pas bon ton parcours déjà au départ, si les gabelous le serrent au large de la Camargue ça passe pas en 5°, de plus ce coin est à prendre avec des pincettes, au large les roicos et à terre les hauts fonds avec les bancs de sable qui se déplacent, pour peu qu’en plein milieu la Tramontane se lève, c’est pas le moment que le nanar se mette en croix. Alors le direct sur le cap Gata c’est même pas la peine d’y penser.
Port Camargue est cher mais on peut mouiller après l’entrée du port et c’est peut être le dernier mouillage possible avant Collioure
Daniel13/73

12 mar. 2005
0

la 5° catégorie n'existe plus
depuis le 1er janvier...

13 mar. 2005
0

je n'ai pas fais ce parcours pour la 5 em catégorie
car elle n'existe plus.
:-)
cet itinéraire n'est pas direct cap gata mais BIEN AU SUD
cordialement
Dan

12 mar. 2005
0

ça commence bien
Un solitaire d'un certain âge sur un vieux bateau en bois avec un moteur dont on ne sait rien, sur un itinéraire inconnu et une mer qui ne fait pas toujours de cadeau c'est direct appel au Cross...s'il y a au moins une VHF ou un téléphone portable.
Quand je pense qu'avec la nouvelle réglementation ont fait désormais appel à la responsabilité des plaisanciers ça commence bien.
Le plus grave est que certains sur ce site lui donne des conseils de route comme si de rien était.
Si tu as un ami qui prends le volant d'une voiture pourrie tu ne commence pas pas lui indiqué le chemin pour aller de Paris à Marseille. Tu lui conseilles de prendre le train ou de se rendre dans un garage.

12 mar. 2005
0

Connaisant la Méd ...
On peut dire comme Dan et Zorba que tout ça est en effet inquiétant.

Il n'y a qu'à voir la météo de ces dernières semaines dans le Lion ... mer grosse régulièrement :-(

M'enfin, comme ce sera vent dans le dos, la fuite sera un bon plan ;-)

12 mar. 2005
0

d'accord hubert, Robert tu es sur t
mais c'est une theorie seulement il n'y aurait plus que deux categories - de 6 et + de 6 malheureusement les pendors semblent l'ignorer du moins en partie, :-(
j'explique: ton bateau etait homologue sur le petit livre rouge en 3° categorie, tu pourrais aller ou tu veux, et bin non tu depasse pas l'ancienne 3° la seule difference pour le moment c'est le materiel obligatoire et de secu, dixit douane de port de bouc.
Ca va etre un beau bordel dans quelques semaines, quand les bateaux vont commencer à sortir avec cette nouvelle reglementation qui ne change pas grand chose et ou l'on se fait encore detrousser par les boites de revision de survie. Les tribuneaux qui vont avoir à statuer sur les infractions vont se regaler
Robert tu es sur d'avoir le vent dans le dos en allant de Marseille Vers l'ouest?? si il se met en fuite on le ravitaille en Corse ;-)

13 mar. 2005
0

Daniel ...
ça dépend d'où vient le vent ;-)

Là-bas, ceux d'est sont parmis les pires et plus dangeureux. Selon le cas, c'est sur la plage entre Agde et Creus qu'on va le ravitaller ...

13 mar. 200516 juin 2020
0

un vieux bateau, un équipage limite...
La meilleure tactique est, sauf bonne couverture météo ou vent de Sud-Est, de coller à la côte - avec de bonnes cartes et un sondeur qui fonctionne -je m'en suis toujours bien trouvé; ce n'est pas la route la plus longue qui est la pire.
A partir de Port Camargue, il y a théoriquement un port tous les 5 milles (c'est ce que prétend la programme Languedoc-Roussillon).

A partir de Valras, les choses se gâtent: le vent qui venait sagement de terre tourne parallèlement à la côte, et cela secoue. De toute manière, il est bon de repérer tous les abris possibles d'avance, en fonction des vents possibles, être très minutieux en ce qui concerne la météo, savoir partir, rentrer, ou rester opportunément au port. Chaque modèle de bateau a une tenue à la mer différente. Se renseigner, demander, s'informer à toutes les sources possibles est une bonne démarche.

Jean-Yves Le Toumelin répétait à qui voulait l'entendre "Take no chance, safety first", une devise qu'il tenait de son père, capitaine au Longs Cours (et qui viendrait de l'amiral Nelson).

Voici des années, il m'avait été demandé de convoyer un bateau en acier de 13m de Sète à Cannes (celui de la photo). J'ai fait le tour du bateau avec le propriétaire, à la suite de quoi j'ai exigé un certain nombre de réparations. Le propriétaire a allégué qu'il n'avait pas d'argent pour les faire, et j'ai donc refusé ce convoyage. Un autre l'a pris, équipier remarquable, mais en aucun cas skipper, et dangereux par une grande inconscience.
Il a embarqué un moniteur de voile qui n'était que moniteur de voile, s'est attardé, a finalement appareillé alors que la météo envoyait un avis de tempête, secoué au large du Rhône a mis en fuite sous tourmentin -selon ce qui a été rapporté par les marins d'un pétrolier qui entrait à Fos, et a disparu. Eut-il eu un moteur en état de fonctionner - et un clair jugement (le plus sain étant qu'il n'appareillât point dans ces conditions) il aurait peut-être pu entrer dans le golfe de Fos, ou s'abriter sous le vent du Cap Couronne, mais la tactique qu'il a employée était hasardeuse. Je me souviens d' un petit cargo d'une soixantaine de mêtres avec 8 hommes à bord coulé dans ces parages par une tempête: seuls 4 hommes ont été récupérés immédiatement , les 4 autres dans la soirée sur leur canot pneumatique, morts.

Avec un bateau approximatif et un équipage léger en nombre et peut-être en connaissances, il faut être très attentif aux abris, et minutieux quant à la météo.

N'en déplaise à un romantisme de mauvais aloi, le rêve des marins n'est pas de mourir en mer.

13 mar. 2005
0

d'autan
que beaucoup de ports de cette region ont une facheuse habitude de s'ensabler, ce qui est tres desagreable quand on ne connait pas la passe qui reste libre, j'ai un souvenir assez cuisant (heureusement avec un deriveur)d'une entree dans Barcares ou en prenant l'axe avec une mer tres formee le bateau a subitement freine et mis en travers de la lame, comme l'entree est à 90° dans les 10 premiers metres la digue ne passe pas loin

13 mar. 2005
0

Robert
par la bas il y a le Bagnuls avec un petit melon et quand c'est de l'est qui soffle (ce n'est pas le dominant) entre Beard et le Creus c'est exeptionnel comme sensation (à condition de pouvoir le raconter apres)

13 mar. 2005
0

je rappelle
que notre ami veux faire ce trajet dans environ 2 mois, ce qui nous fait courant mai !
en cette saison, les coups de mistral se font plus rares et surtout ils sont encore un peu previsibles (au moins quelques heures à l'avance) de plus il vaut mieux longer la cote que de couper dans le fromage (comme ils disent au vendee globe !) car l'etat de la mer est beaucoup plus gerable à 5-6 m que à + de 10 m, j'en aui fait l'experience l'ete dernier !!!

c'est sur que le gros morceau reste la traversee de la camargue, mais en se la faisant meme un jour de petole, c'est sans risque ! n'en déplaise à windjammer, la med n'est pas tout le temps en furie !!!
une bonne vhf pour avoir tous les bulletins meteo et en cas de doute demander confirmation aux semaphores c'est la premiere des conditions !

13 mar. 2005
0

itinéraire
Je ne connais pas au dessus de port Leucate
Barcares est un petit port pas trop cher
Ensuite la baie de collioure tres jolie
Ensuite la calla monjoy nord Golfe de Rosas ou calla mongo sud ensuite la baie du port de Palamo face a la ville pas le nouveau port très cher
Ensuite Arenys des mar port pas cher et fuel Plus bas connais pas .
Si tu es au moteur reste pas loin de la côte .Ecoute le cross pour les avis .Tu as pas mal d'endroit pour t'abriter.
Je pense que ce doit ètre tout le long pareil vers le sud.
Pour plus de sureté un appoint avec un 10 cv sur une chaise est sans doute une bonne idée.
Bonne route.

13 mar. 200516 juin 2020
0

enfin un peu d'optimisme
merci messieux,je commençais à me demander si on etait bien sur la meme planete,ou la mediteranée serait devenu la mare du diable et ou naviguer tiendrait de l'explois international.
je commençais aussi à comprendre pourquoi tant de bateaux restent à quai dans ce beau pays:trop dangereux d'aller en mer.
j'ai aussi senti que j'etais deja jauger ,juger,et condané par certain trés grands naviguateurs (du site)qui ont meme ete jusqu'à evaluer mon point de chute,aprés mes dificultés.
d'autre inversent allegrement les points cardinaux....enfin,rien de bien grave.

le bateau est trés vieux,certe,mais ce n'est pas tout à fait une epave,et moi,pareil.

la question etait : itineraire recommendé.

merci à ceux qui m'ont repondu.

13 mar. 2005
0

Une VHF ......
Et un Gps ,au vu de tous les éléments cités sur la sécurité du bord ( 5ème cat ) ne semble pas irréalistes, mais indispensable pour localiser et appeller de l'aide au cas où ,ce que personne ne peut souhaiter .

Rien n'est impossible , rien n'est gagné ou perdu d'avance, l'important étant de préparer les choses pour que les impondérables soient les plus minimes possible. Quand à la Méiterrannée elle n'est pas toujours le lac que certains pensent , j'ai beaucoup navigué en mer du Nord et l'on voit venir , sur la mare nostrum c'est pas toujours vrai.

Bonne route et bonne chance ( en observant sur la photo ( agrandie il est difficile d'appréhender la qualité du mouillage..... bien qu'un peu corrodé )c'est un point important à vérifier si tu veux passer tes nuits sereinement .

13 mar. 2005
0

drareg
Pour la plus part de ceux qui ton repondu ce sont des gens qui connaissent la med et d'autres mers si on ouvre le parapluie c'est que tous les ans de nombreux accidents sont du aux touristes qui viennent des autres mers la med est un lac, sauf quand ça pete et nous ne sommes jamais prevenu à l'avance. exp: vendredi annonce par la meteo marine 2/3 d'est devine ce que l'on a eu, ouest, ouest nord ouest, ouest sud ouest, et ça en 4 heures de mer entre Marseille et La Ciotat avec des rafales à 5. Rien d'alarmant au contraire pour une fois. Ici les vagues sont courtent et cassantes souvent croisees. Des choses que l'on ne voit pas en atlantique, même en manche ou mer du nord, une vague de 2 metres ici est bien plus mauvaise que 4/5 en atlantique. Le jugement qui a ete fait sur ton bateau et sur toi même est certainement du à la façon dont tu as pose ta question qui refletait pour nous un manque de connaissance sur tes possibilites et sur celle du bateau.
si je prends à la legere ta question, je te reponds traverse tout droit 48h pour les Baleares en solo pas de veuille il n'y a pas de bateau et rien que la Camargue est en 4° categorie si tu sers les fessesb en passant devant les AM la gendarmerie et les douanes ne te diront rien
Alors bonne route et bon vent que dieu si il existe te garde

13 mar. 200516 juin 2020
0

la Méditerranée en furie
avec mes excuses ,
je me suis mal exprimé: je n'ai point dit que la Méditerranée était toujours en furie: mais le "coup de torchon" arrive très vite, et souvent très fort, même à la belle saison, avec des phénomènes thermiques puissants (comme le "Mistral de Saint Tropez", ou la brise qui retient le Mistral,et le relâche d'un coup, en moins de 5 minutes lorsqu'elle cesse, surprenant les touristes; également les phénomènes mécaniques de "couloir" ou de dépression sous le vent des reliefs. Et qui ne connaît pas les "vents catabatiques" (les "Chubascos aux alentours de Malaga) peut avoir de vraies et angoissantes surprises.
La navigation est très facile en Méditerrannée: on va généralement d'une pointe à une autre, d'une pointe à une île ou inversement, il n'y a pas de marées sensibles avec leurs courants variables, et la visibilité, sauf par temps d'Est, est généralement bonne. Par contre, la météo est extrêmement subtile et demande de bonnes bases théoriques, beaucoup d'expérience et la discipline de l'écoute suivie des bulletins météo: la combinaison du tout donne la météo locale, à 1/2 journée près.
Jai convoyé des dizaines de bateaux, de 5 m à 22m entre Sète et la côte d'Azur principalement, quelques-uns jusqu'en Yougoslavie; et d'autres jusqu'à Gibraltar, certains jusqu'à Dakar ou aux Antilles. En Méditerranée, je rentre dans un abri au plus tard 1/2 heure avant les coups de vent, sauf quand le bateau me permet de passer en force et que j'en ai envie ou besoin. Dans les vents tournants comme les "Ponientes" au Sud de Barcelone,lors que je fais du Sud je fais une escale touristique en attendant la brise de terre pour détendre et reposer mes équipiers,et, vers les 22-23h, je pars tout dessus pour en profiter, avec ou sans "Chubascos" (dans ce dernier cas, il est évident que je prends des ris). Avec cette tactique, j'ai battu un Anglais qui naviguait jour et nuit sur la route la plus directe (l'enjeu était que le perdant devait payer au gagnant tous les frais d'escale à Gibraltar).Jean-Claude Montesinos a gagné la première course Méditerranéenne en solitaire en "allant chercher" systématiquement la brise de mer tandis que les autres coupaient au plus court...

Les Grecs antiques haïssaient la mer. c'est a raison de la fameuse phrase de Platon sur la troisième espèce d'hommes "ceux qui sont sur la mer". Il y avait une saison d'ouverture et une de fermeture de la navigation : transiger était bien plus que courir un danger: c'était un sacrilège: la mer était d'une puissance surhumaine, pas toujours bienveillante, et hébergeait des monstres (dont nous savons que ce sont des baleines et cachalots, et qui, en l'absence de pollution et de navigation mécanique, devaient être particulièrement nombreux). L'ouverture et la fermeture de la saison de navigation étaient officialisées par de grandes cérémonies religieuses, pour se concilier autant que possible ces puissances terrifiantes.
Un exemple étonnant de précision - à peu de choses près un bon reportage moderne - se trouve dans le voyage de Paul, entrepris après la fermeture de la saison de navigation, et qui finit mal (dans les "actes des apôtres"). Relaté par le secrétaire de Paul, le médecin Luc, donc un scientifique nécéssairement Grec ou de formation grecque, sachant observer et relater, curieux de nature. Son récit est exact et précis sur le plan maritime, y compris dans les manoeuvres et les réactions psychologiques des gens embarqués sur un gros bateau phénicien, de son départ à son naufrage. Un cargo mixte de l'époque, avec un capitaine compétent (mais peut-être un peu faible à l'égard de son équipage, ou porté sur le vin de Crète), des marins très professionnels, manoeuvrant avec énergie et efficacité, des passagers civils, une section d'infanterie, un prisonnier de marque, et des marchandises.
, Ce récit qui,à peine retouché dans son style et complété par quelques explications pourrait être publié dans un journal contemporain, permet de connaître la navigation de l'époque, sans qu'il soit nécéssaire de reconstituer ou d'imaginer les "chaînons manquants". Et notamment pourquoi il était autrefois mal vu -comme il est aujourd'hui risqué- de naviguer hors saison en Méditerranée.

Si je trouvais le temps dans le programme des mois à venir, je proposerais à notre ami d'embarquer comme "passager actif" autant pour rendre service que pour naviguer hors routine (ce que j'appelle l"autobus" - devant tel port, telle pointe, telle île à telle heure, à 15 minutes près ...) ce qui se fait de plus en plus rare.

La photo: 40 noeuds de vent (à l'anémomètre), sous l'abri de la terre très proche: voir la voilure que porte le voisin). Les creux étaient peu importants, mais "ça cognait" disait mon équipage, légèrement crispé.
Pour les photographes: photo prise au "Calypso-Nikkor" (version primitive -française- du "Nikonos")

13 mar. 200516 juin 2020
0

T'inquiètes louloute,
y ceux qui radotent, rabâchent, ressassent, serinent, tympanisent, bref cornent aux oreilles de qui veut les écouter étaler leur pédigré ou celui des trucs qu'ils ont lus :scie:

Et puis, à coté de ça y tous les autres qui se baladent sans besoins d'étalage
Je laisse les autres polémiquer pour savoir les quels sont les plus fiables... :reflechi:

:heu: pour l'itinéraire recommandé, restons pratique, soit t'ouvre un accès sur ton PC (FTP) que je puise y déposer ce qui te permettra de choisir tes options toi même sois éventuellement tu m'envoie ton adresse postale et je te mets ça sur un DVD
Mais fait vite je décolle mardi sinon c'est dès que je reviens...

Et mdr t'occupe pas des pisses vinaigre tout est clair devant...

heu oublie pas tes vitamines parce que le gosier sec, c'est pas bon pour le moral... :alavotre:

pfffzzzz

13 mar. 200516 juin 2020
0

Méditerranée
Les conseils sur les mouillages sont judicieux. On peut sauver ou perdre un bateau à cause d'un mouillage.
Pour le bateau de la photo, à mon avis, le MINIMUM est de 3 ancres:
-celle actuelle,
-une bonne ancre de 12 KG (avoir la notion de l'"ancre de miséricorde", celle qu'on mouille quand il n'y a plus rien d'autre à faire),
-une ancre légère (5/6 kg) de manoeuvre, pour se sortir d'un échouage bénin, ou pour un mouillage léger momentané,sans quitter le bord,

-30m de chaîne de 8
-15m de chaîne de 8
-30m de câblot nylon de 14 mm
-30m de câblot nylon de 12 mm

-1 rouleau de polypropylène de 12 mm (touline, amarres de secours, mouillage "à la limite"

-1 rouleau de polypropylène 8 mm (touline, orin)

IMPERATIVEMENT UNE ANNEXE , qui n'a pas besoin d'être de grande marque et coûteuse . J'utilise avec bonheur depuis plusieurs années un engin ("Sea Hawk")qu'on trouve chez Carrefour ou Leclerc à l'approche de l'été; vous pouvez en acheter 9 pour le prix d'une annexe "machin-truc"; elle est à double chambre, et solide (j'ai transporté avec chaînes, ancres , moteur et passagers avec leurs chaussures sans éraflures notables de la "peau"), résiste aux frottements sur les galets et même sur les rochers (éviter les coquilles d'huîtres, les clous, les ferrailles agressives les couteaux et les pointes de flèche mal manipulés: tout ce qui est tranchant ou perforant) . Si je me trouvais, lorsque je navigue en côtière, en situation d'avoir à utiliser les "engins flottants" règlementaires -que j'ai à bord comme il se doit- j'utiliserais les deux annexes: c'est moins inconfortable que de rester à tremper dans l'eau.

d'aucun vont se récrier que c'est trop peu, et ils auront raison, mais, comme je l'ai précisé c'est le minimum: il faut en considérer l'investissement comme une PRIME d'ASSURANCE.

Il m'est arrivé de tenir un trimaran de 7 tonnes mouillé sur un câblot de 12mm avec du vent et 1m de creux.L'allongement élastique du câblot était impressionnant. Cela a tenu, mais je n'en menais pas large et n'ai pas envie de revivre cette situation: une chose est la résistance théorique d'un cordage neuf, une autre est celle réelle d'un bout qui a servi un certain temps.

J'ai aussi tenu sur une CQR et 30m de chaîne entièrement débordée sur 4 mètres de fond devant la plage de San Carlos de la Rapita une nuit où la vallée de L'Ebre avait lâché tous ses diables: l'anémomètre était bloqué à 45 noeuds de vent: son cadran n'allait pas plus loin. J'avais vu venir la chose ( une sort de "Mistral" local )et m'étais pécipité dans la lagune de la "Mar de Alfaques" pour y prendre un mouillage défensif, à l'abri de la terre et aussi long que possible.
J'avais mouillé une seconde ligne, en plomb de sonde avec un fil à casser, en cas de défaillance du mouillage principal: il a servi à récupérer le lendemain celui-ci, dont l'ancre avait été enfouie profondément par la traction . Pour l'anecdote, au moment de virer l'ancre, à 10h du matin, il faisait grand Soleil, avec un temps de brise, force 1...

Une autre nuit, à Girolata, par temps d'orage, j'ai mouillé successivement mes 5 ancres (il s'agissait de mon bateau personnel) pour éviter 20 des 30 bateaux mouillés qui chassaient sur leur mouillage, dans différentes directions successives au gré des rafales. Au petit matin, j'ai mis le Zodiac à l'eau, pris un masque et une paire de palmes, et récupéré les 4 ancres que j'avais larguées l'une après l'autre au cours de la bataille de la nuit.

13 mar. 2005
0

dans mon coin, mouillage très bons et gratos:
rivière le vidourle au grau du roi

riviere l'hérault à agde

riviere l'orb à valras

riviere l'aude entre valras et narbonne plage

avant port de gruissan

en espagne, plein de calla qui sont sur les cartes

c'est fait?

bonne route mon ami

amicalement

16 mar. 2005
0

Pas des rivieres, des fleuves.
.

13 mar. 2005
0

j'oubliais
un joli pavillon jaune rouge noir au cul et la camargue passe toute seule par beau temps....

amicalement

13 mar. 2005
0

Méditerranée
Par rapport à l'Atlantique, la Méditerranée
est vraiment TRES rapidement changeante, parfois
en 1/2 heure et de façon très brutale.
On peut tous ètre d'accord sur ce sujet.
Problème complémentaire:
les prévisions météos sont très souvent
décalées. Parfois on finit par partir,
et alors on en prend plein la ....

14 mar. 200516 juin 2020
0

La Méditerranée, ma mer préférée
c'est pourquoi, en plus des bulletins météo, il faut faire sa météo personnelle. Parce que , dans une situation d'ensemble, il y a beaucoup de variantes dues à des phénomènes thermiques et des effets du relief.

Les grau sont sympa, en plus d'y trouver par endroits des amarrages gratuits. Attention cependant à être certain de la profondeur par rapport à son tirant d'eau. Parfois le fond se déplace. Le pire est par vent frais du large (sud-Est) il se forme pratiquement partout des barres. Je me souviens d'avoir passé celle de Cap d'Agde en surf, sur un classe 5 de 1,50m de tirant d'eau par force 6 de Sud-est et forte houle, et souhaitant de ne pas aller au creux de la vague, pas sûr de ne pas y toucher le fond. Une autre fois, cherchant l'abri de Port La Nouvelle avec un chalutier par force 9 (le port état fermé aux cargos, qui tournaient en rond au large) le bateau a commencé à partir en travers sur une vague , au point que le matelot qui barrait a perdu le contrôle. J'ai pris la barre, rentré le bateau en force, mais on n'est pas passé loin. A 9 noeuds plus la glissade sur la pente, les enrochements se rapprochent vite. L'Hérault a du fond, je pense dans les 4 à 5 mètres, l'Orb moins: il m'est arrivé d'y rentrer en période de crue avec 2m de tirant d'eau, en sondant avec la quille -pas chaque fois volontairement .
Avec les 90 centimètres de tirant d'eau d'un autre bateau, je suis allé sur l'Orb jusque devant le pont de Sérignan, qu'il était alors facile de rejoindre avec l'annexe.
Dans une barre (cela ne dure pas longtemps, mais c'est sévère), si l'on n'est pas sur un voilier apte à surfer, et que l'on n'ait pas l'expérience de la chose, il faut, contrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord, ralentir pour ne pas courir le risque de se mettre en travers, quitte à battre en arrière au moteur pour contrôler la chose. Une fois qu'on est dedans, il n'est plus possible de faire demi-tour: il faut passer ou casser. Si on s'y met en travers... je préfère ne pas y penser.
Il y a aussi une belle barre à l'entrée du Grao de Gandia près de Valence, qui m'a laissé un souvenir inoubliable (et aussi aux propriétaires du bateau , à bord avec leur chien qui n'arrêtait pas de pisser tant il était stressé!).

Il est sans doute intéressant de s'entraîner les jours où les barres sont maniables ( en étant toutefois informé sur les profondeurs ); cela peut servir les jours où elles le sont moins.

la photo : un mouillage tout juste règlementaire, cela coûte moins cher, c'est sûr; et si on aime les émotions fortes, celles-ci sont assurées même si le bateau ne l'est pas. Cela dit, après avoir profité du spectacle et fait la photo, je l'ai tiré de là: c'était sans doute son jour de chance.

14 mar. 200516 juin 2020
0

En Mai,
C'est une excellente periode pour naviguer en Med:
Ya du vent, mais moins qu'en hiver, et on économise le gazole.

Ya deux zones meteo délicates: Lion au depart et Alboran à l'arrivée, entre les deux c'est plus stable.
Perso j'evite de suivre la cote espagnole, surtout la nuit(ya un traffic peche intense) je prefére passer au large.
Je te conseille cap sur Andraix(sud de Majorque) il faut une couverture Mto fiable de 48H mais si le temps se degrade en cours de nav, tu n'est pas loin de la cote catalane pour t'abriter.
En principe on croise peu de monde sur cette route, si t'as abusé du moteur, refais le plein à Andraix.
Aprés route sur Ibiza(10H), en Mai l'ile est calme mais ya du monde sur l'eau, perso je préfére y passer de jour.
Là le climat change, il commence a faire chaud.
24H de nav et tu reviens sur la cote espagnole:
Alicante ou Carthagene, selon tes préferences.
Puis Almeria (excellente étape).
Et mon expérience nautique s'y arrete d'ailleurs.

14 mar. 2005
0

Coller à la côte
semble effectivement une stratégie qui permet :
- d'éviter le fetch dans le lion .
- d'être facile à remorquer si le moteur...
- de profiter de la ballade :-).
Par contre ce sera plus cher car peu de mouillages sur certaines parties.
En mai et début juin, c'est d'autant plus jouable que la saison n'est pas à son plus fort (touristes). Gare aux coups de vent qui trainent encore. Bonne météo dispo dans tous les ports.

Quelques arrêts obligés :
- Port Vendres : les meilleurs anchois dans un vrai port, facile d'accès malgré ce qu'on en dit, on peut y laisser passer le mauvais temps dans une marina encore pas trop "prout prout ma chère".
- Barcelone : un port au milieu de la ville et ses ramblas.
- Valence : le port de plaisance est loin et cher mais la ville le vaut.
- Peniscola ???? un super village accroché à un rocher au sud de Valence. C'est peut être pas le nom.

Le passage par les Baléares peut être agréable suivant la saison et dois faire 40 miles de Gata à Ibiza (donc faisable en 1 journée de huit heures). Ca dépend du temps que tu as.

La med est loin d'être aussi horrible que ça, surtout aujourd'hui où les prevs sont bonnes à 40-60%. Tu dois simplement limiter rapidement tes ambitions et resté à l'ecoute des nuages et de la houle. Les changements de temps sont rapides et les micro climats nombreux. Demande aux pêcheurs si tu as le moindre doute.
Les points sensibles :
le lion, creus, gata

14 mar. 200516 juin 2020
0

et la cote Algerienne ?
elle aussi est mal maniable........?

parceque,la traversée pour les baleares et des iles à en face,c'est possible,et certainement plus joli et plus cool que l'espagne ....

qu'en pensez vous ?

en fait,je ne fais que passer à Gibraltar,je descends la cote Marocaine,jusqu'à environ Agadir...

je ne suis pas vraiment un debutant et j'ai un minimum de materiel.

d'autre part,n'ayant pas entierement confiance dans mon gréement,(et surtout ne le connaissant pas), il n'est pas impossible que celui ci soit demonté et couché sur le bateau pour le vayage ,qui s'effectuera alors,tranquil au moteur.......

14 mar. 2005
0

tout au moteur?
pourquoi pas?A supposer que ton moulin est révisé nickel au départ,t'as plus qu'à gérer l'autonomie moteur, consommables,rechanges, boules quiès etc et effectivement,la côtière semble préférable, avec étapes et abris choisis soigneusement à l'avance (au Maroc, en particulier, y'en à pas bézef...)au cas où,une bonne vhf...et bonjour à Essaouira, Gérard ;-)

14 mar. 2005
0

Alors là

c'est plus la même histoire...

Si t'as un peu de merde, t'as pas fini de galèrer
t'as kinitra, Rabat, Mohamédia, Casa, Aljadida, Safi et pis t'es rendu a sidi mogdul (essaouria pour les ignares...) agaga c'est juste apres...

Heu tu prévois de faire du surf... c'est réputé les spots du coin...

T'es plus sur la petite flaque dans le secteur... ;-)

pfffzzzz

14 mar. 2005
0

la med n'est quand meme pas la mer de tasmanie ou le cap horn
j'ai du passer Creus une bonne vingtaine de fois dans les deux sens et j'ai jamais été secoué

quand la météo est belle on passe partout sans aucun pb et elle est très souvent belle en été sauf année exceptionnelle ( voir l'année dernière)

par contre, j'ai pas souvenir que le joli mois de mai soit si beau que ça en med car encore un peu mistraleux (ou tramontain pour ceuss qui préfèrent)

je ne connais pas la cote algérienne mais j'aimerai mieux avoir un pb sur la cote espagnole que sur la cote algérienne car les douanes de là bas sont largement aussi c.. que les nôtres en matière de navigation maritime

amicalement

14 mar. 2005
0

la cote algérienne !!!
tres belle c'est certain, par contre en cette période troublée, surement à éviter par sécurité pour le bonhomme !!! et n'oublies pas que pour l'algérie, il te faut le passeport avec le visa, la monnaie locale qui n'a pas cours ailleurs (ou des dollars à ne pas déclarer !)

à mon avis, oublie ce coté, peut-etre un jour on pourra naviguer en sécurité dans ce coin, mais pas pour l'instant.

14 mar. 2005
0

Algerie ???
Bin c'est pas trop fréquenté par les plaisanciers, tu nous raconteras :mdr:

AMHA, le risque c'est de se trouver dans un bourbier adminitro-douanier insoluble sauf si tu as des appuis locaux ?

Pis il est sous quel pavillon ton boat???

Pis si ton objectif final c'est le Maroc, c'est pas vraiment un bon plan d'avoir des tampons algériens sur tout les documents du bord !

14 mar. 2005
0

Une fois le mât sur le pont...

...y'a plus qu'à mettre le rafiot sur un cargo.

Car après le gréément qui est peut-être fatigué, il doit aussi y avoir les bordés qui craquent un peu trop ou le calfatage qui laisse passer plus d'eau que la pompe de cale ne peut étaler.

Il serait intéressant d'avoir l'avis de quelqu'un qui a essayé de faire avancer un voilier à 5 Nds au moteur face à un clapot de 50 cm avec le mât "posé" sur le pont...

Mais notre ami drareg semble suffisamment bon navigateur et longuement expérimenté.

Maintenant l'itinéraire par le sud-est n'est pas mauvais non plus, via l'Italie Tunisie etc...

14 mar. 2005
0

et pourquoi pas par la mer rouge :0)
histoire de rire et on remonte par le cap et st hélène ?
cela fera une arrivée dans gibraltar dans le bon sens à tribord...
C'est pour rire évidemment :-) :-)
Dan

14 mar. 2005
0

au lieu de prendre la mer il vaut mieux spéculer .......
Au prix du pétrole,le combustible que représente l' embarquation que Drareg nous présente en Photo,
Ne serait il pas judicieux de la négocier de suite comme bois de chauffage .

Que de prendre le risque de gaspiller cette souce d'energie,

Risquer une pollution cotière par brindilles le long des cotes de l'espagne ne serait pas forcément un acte de citoyenneté européenne .

Sans compter que cette solution risque moins de participer à l'augmentation de l'indice des primes d'assurances du plaisancier lambda .

14 mar. 2005
0

j'ai oublié de dire
que mon intervention était pour rire évidemment comme l'intervention de l'instigateur du fil

14 mar. 200516 juin 2020
0

Peñiscola
C'est bien le nom.
C'est superbe (voir les photos: en haut , le port, en bas, c'est de l'autre côté la plage),

C'est là qu'a été tourné "Le Cid"(pas celui de Corneille - qui n'y connaissait rien en cinéma, celui d' Anthony Man, avec Charlton Heston et, excusez du peu: Sophia Loren. Peñiscola y est censée représenter les remparts de Valence.

J'y ai trouvé sur la hauteur un tout petit restaurant avec une terrasse qui permet, au coucher du Soleil, de faire l'économie d'un temple indien pour entrer en contemplation.(le genre d'endroit où j'attends volontiers la brise de terre avec mes équipiers, sans hâte, tenant des propos paisibles en humant quelque rosé local pendant que s'allument l'une après l'autre les étoiles. On n'a qu'une existence après tout, à chacun de choisir sa galère...)

15 mar. 2005
0

salut drareg (gérard dans le miroir)
on est quand même bien content que tu soit en vie surtout ne prends pas de risques supplémentaires toi qui aime vivre dangereusement . On tient qu'and même un peu à toi .
A bientot

15 mar. 2005
0

Salut ta toi, Oh Drareg!!!!!!
Putain, ça fait plaisir!!!
Content pour ton ship aussi!! A mon avis (je te rappelle que j'y connais que couic! :-D), tu risque rien. D'après mes souvenirs, t'as une bouée intégrée, alors même si le rafiot te lache, tu flotteras.
Par contre pour l'Algerie tu m'inquiètes!!! Tu serais pas sur la route de la Tunisie, histoire d'y faire des emplètes ???? J'dis ça, j'dis rien... :-D :-D :-D

15 mar. 2005
0

Ben zut alors, j'avais pas vu l'astuce...

Maintenant plutot que de mettre le chip sur un cargo, y'a aussi l'autoroute de Marseille à Gibraltar.

Une fois le mât enlevé on fait pareil pour la quille et on pose le tout sur une remorque.

Bon voyage... :jelaferme:

15 mar. 2005
0

dans le miroir ( suite)

rimisac = casimir

15 mar. 2005
0

MDR !!!
J'ai pris le fil en route, et sans lire le 1° post de Geo :mdr:
Bon t'oublies ce que j'ai ecrit, passer au large c'est dangereux on laisse ça au touristes(ya des requins, des tempétes et des pirates) . La bonne route c'est:
martigues/pc/carnon/palawai/sete/marseillan/cap d'agde/leucate/ect...T'es pas rendu, mon gars !!!

15 mar. 2005
0

vu le paquet
d'aperos à se taper, il est pas rendu l'ami

16 mar. 2005
0

La richesse de ce fil est.
Impréssionnante!

16 mar. 2005
0

La richesse de ce fil ne tiend qu'à
la pertinence de la question originale... ;-)

Mais plus sérieusement, pour aller de Marseille à Gibraltar avec une escale tous les soirs, il n'y a que les marinas qui pullulent le long de la côte Espagnole car très peu de mouillages sont abrités de tous les vents.

De plus il n'est pas très confortable de devoir quitter un mouillage en pleine nuit car la météo a changé plus vite que prévu...
Avec en plus les coups de vent très locaux qu'il peut y avoir un peu n'importe où, et pas 10 ou 20 milles plus loin.

06 avr. 2005
0

vers Gibraltar
et 10 ou 20 milles plus loin, il n'y a pas de vent mais, après tout, avec un moteur...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un éléphant ça trombe

Après la pluie...

  • 4.5 (128)

un éléphant ça trombe

mars 2021