intérêt d'un loch-speedo par rapport à un GPS

Y a t'il un intérêt à avoir un loch-speedo actuellement à l'heure du GPS dans une région où il n'y a quasiment pas de courant?
Sur mon bateau, je n'ai pas de speedo et j'hésite à percer la coque pour cela.
Qu'en pensez-vous
Olivier

L'équipage
04 sept. 2016
04 sept. 2016
0

Tu as raison, aucun

04 sept. 2016
0

Le loch mesure une route de surface (écart du au vent et au courant)
Le GPS mesure une route de fond

04 sept. 2016
4

Grâce au deux, tu sais s'il y a du courant.
Le loch te donne une vitesse relative à la surface de l'eau.

04 sept. 2016
0

Si pas de courant, aucun intérêt. il faut percer, ça coûte... Sauf en cas de panne du système GPS, ça permet de pouvoir faire son estime. Et c'est beaucoup !

Personnellement, j'ai GPS, GPS portable de secours et speedo.
Je ne parle pas du smartphone dont le GPS peut aussi dépanner...

04 sept. 2016
1

Reste simple. Ne perce pas la coque.

04 sept. 2016
2

Le loch speedo n'a pas nécessairement d'intérêt fort par rapport au GPS, si ce n'est une redondance.
Par contre, il est souvent couplé à un sondeur: et ça, c'est nécessaire...

04 sept. 2016
3

il y a une grosse "m...." avec les loch speedo actuel c'est qu'il faut continuellement nettoyer la roue a aube qui s'encrasse au port et a chaque fois c'est un gros gégere d'entrée d'eau dans le bateau .

Donc vu le peu d'interet que cela apporte et vu le gros inconvenient dû au nettoyage ça fait quelques années que j'ai laissé tombé ..

04 sept. 2016
0

intéressant, vu que tu es dans une zone ou y'a du courant,
tu gère comment du coup ?

04 sept. 2016
0

pas bête,
simple, efficace, pratique
merci

04 sept. 2016
4

et bien c'est tout simple je regarde les heures des marées , je regarde par ou va le courant lorsque je croise une bouée, un casier, ...et lorsque j'ai besoin de quelque chose de precis je sors mon altas des courants ...

et par habitude on sait si le courant porte ou non ,point besoin d'instrument pour cela

04 sept. 2016
1

et je rajouterai les lecteurs de cartes donnent le sens des courants et leur intensité

04 sept. 2016
8

J'ai très rarement un problème avec la roue à aube... pourvu que je n'oublie pas de la remonter lorsque je laisse mon yote au port. Je ne mets même pas d'antifouling dessus.
Alors je crois que c'est un faux problème, à moins d'avoir une roue à aube fixe.
Pour connaître le courant à un moment donné, l'observation des bouées de casiers et autres objets flottants fixe est très utile, en termes de direction et de vitesse, mais la comparaison permanente entre speedo et GPS permet de suivre son évolution au cours du trajet.
J'ai toujours mes atlas de courants sous la main, même si je ne les regarde que rarement dans le secteur proche de mon port d'attache où je connais leurs habitudes!
Pour préparer et suivre une navigation un peu plus éloignée, la cohabitation du loch-speedo et du GPS est bien utile, ne serait-ce que pour constater le moment effectif d'une renverse qui ne concorde pas nécessairement avec les fourchettes indiquées dans les atlas en raison de phénomènes locaux et météo.

7

Pour les faignants du nettoyage, il y a les loch/speedo à ultrasons...
www.comptoirnautique.com[...]igation
Si c'est une corvée que de nettoyer cette petite roue à aube de rien du tout, j'ose même pas imaginer le reste du navire...
:oups: :jelaferme:

04 sept. 2016
1

la nuit je dors !!!

et je trouve bien triste qu'il faille un instrument pour connaître le courant

04 sept. 201604 sept. 2016
2

polemique , polemique ....

par brouillard au temps jadis je faisais ST malo /Jersey sans loch,sans gps, avec une planchette pour connaître ma vitesse et je suis toujours tombé pile poil sur les bouées , et a l'heure prevu ... et m^me en traversant la Manche ...

et dans cette zone il y a du vrai courant ...

et je ne suis pas le seul ...

par info , pour le courant il y a des atlas tres bien fait et tres precis ...

et je dois dire que pour naviguer à l'estime comme au temps jadis il fallait mieux connaître le courant en force et en direction à chaque instant ... et cela se faisait sans aucun instrument à bord ..

pour l'anecdote : je suis passé en plein brouillard a travers la digue de Cherbourg sans la voir ni à droite ni à gauche apres avoir traversé toute la Manche ... on n'avait pas le choix ...

donc excuse moi mais je n'ai pas besoin d'instrument pour connaître le courant

4

" pour l'anecdote : je suis passé en plein brouillard a travers la digue de Cherbourg sans la voir ni à droite ni à gauche apres avoir traversé toute la Manche ... on n'avait pas le choix ...
donc excuse moi mais je n'ai pas besoin d'instrument pour connaître le courant "
:bravo: avec 600m entre les deux jetées, encore heureux que tu n'ais pas touché...
Le loch/speedo te permet aussi de prendre conscience que tu rentres dans un contre-courant, ce n'est pas ton Atlas qui pourra précisément te l'indiquer...
:jelaferme:

04 sept. 2016
5

pourquoi fait tu toujours dans la polemique ? ou est l'interet ??? à part nous casser les "c..." ...

et je le redis je ne suis pas fort , mais tout simplement lorsque j'ai commencé à naviguer ( fin des années 60) nous n'avions pas d'instruments ,tout simplement. Ils n'existaient que sur les gros bateaux car il fallait une grosse source d'energie pour les faire fonctionner

0

J'ai parlé de jetées, pas des digues extérieures...

04 sept. 2016
1

oh je trouve les atlas bien precis , je parle UJA pas de ceux que l'on a sur l'Almanach ...

tu prends la carte des courants du RAZ de Sein ou du Raz Blanchard tu as les contre courants à la cote ,

biensur il y a toujours des petites choses mais c'est pas mal

04 sept. 2016
3

oh Lulu , par mani , je ne fais confiance à rien ; même pas à moi ..c'est dire ... je contrôle m^me ce que m'indique le GPS pour voir s'il ne raconte pas des conneries

05 sept. 2016
1

on est d'accord viking35

le probleme aussi c'est que l'on nous donne des courants heure par heure ,mais ce n'est pas des "heure marée" mais des heures ronde or on peut tomber sur des heure marée de 50nm ou d'1h10 ...et ça change tout .

par contre si l'on veut bien connaître les changements de courants en un lieu il faut tracer la "rose des marées" de ce lieu alors la courbe ainsi définie est bien plus precise ...surtout aux extermités entre PM et BM+6 ..

mais bon là c'est du pinaillage je le reconnais , mais parfois lorsque l'on naviguait à l'estime ...toute chose avait son importance et améliorait l'estime aussi petit soit-il...dans le brouillard ...

0

"je regarde par ou va le courant lorsque je croise une bouée, un casier"
et de nuit ou par purée de pois ???

0

:heu: c'est amusant, je me suis laisser entendre dire que tu avais été aux Scilly il n'y a pas très longtemps, tu as forcément navigué de nuit...
Bon, c'est vrai que sur cette traversée, il n'y a pas vraiment de courants...
;-)
Et par brouillard, tu l'estimes comment ton courant ?

5

:bravo: :whaou::alavotre:
"par brouillard au temps jadis je faisais ST malo /Jersey sans loch,sans gps, avec un planchette pour connaître ma vitesse et je suis toujours tombé pile poil sur les bouées , et a l'heure prevu ... et m^me en traversant la Manche ..."

:tesur: :heu: :whaou: :oups: :mdr: :lavache: :-p
Trop fort ce Calypso2... :mdr:

3

Pourquoi fais-tu "toujours" dans l'approximation, dans le chimérique, et dans le fantasme ? ou est l'intérêt ??? à part nous...
Si tu relisais un tant soit peu mes interventions sur le forum, tu t'apercevrais que je suis bien loin de faire "toujours dans la polémique" comme tu le dénonces...
Faudrait encore que tu t'en donnes la peine.
:scie: :acheval: :pecheur:
Trop rapidement, cela devient stérile de discuter avec toi, lorsque l'on met en avant certaines incohérences ou que tu te trouves à bout d'arguments...
:goodbye:

04 sept. 2016
0

Ben non, en 60, j'avais un loch VDO qui ne consommait rien, vu que c'était une hélice qui au moyen d'un câble ( comme sur mon Malagutti 49.9cc quelques années auparavant ) affichait ma vitesse sur l'eau sur un cadran géant dans le cockpit. Inconvénients: le câble cassait souvent, et le jour où l'hélice a repris sa liberté, j'ai rentré 200l d'eau avant de me rendre compte du problème, mais bon, ça marchait...

05 sept. 2016
0

Je soutien et approuve Calypso. Il est probable que nous avons oublié quelques bouées pas vues, mais je n'ai pas en mémoire de grosses galères de positionnement.

04 sept. 2016
0

Ah! c'est pour çà qu'ils remettent des cailloux au fort du centre :acheval:

04 sept. 2016
4

@ Calypso : " pour le courant il y a des atlas tres bien fait et tres précis ..."
Perso, pour naviguer en Manche, je prends de plus en plus de distance avec les atlas du SHOM. Ils sont probablement bons pour le large, mais je les trouve insuffisamment précis pour la croisiere côtière. Par exemple, il n'est pas rare de constater un décalage de plus d'une heure sur la renverse, ce qui peut être gênant si on doit prendre une écluse ou une porte.
Et je ne parle pas des contre-courants qui nous sont parfois bien utiles et qu'on ne voit pas sur les atlas du SHOM, mais qui figurent bien dans les docs britanniques.

04 sept. 201604 sept. 2016
1

Oui, les UJA, c'est déjà bien faute de mieux. Mais d'ici à leur faire une confiance aveugle en côtière ...
Le pb vient, à mon avis, de ce qu'ils ne tiennent compte du coefficient de marée que pour ce qui concerne la vitesse des courants, et non pour leur influence sur la direction et sur les horaires.

05 sept. 2016
2

L'électronique sophistiquée ne remplace pas les bouées de casiers et l'expérience...

karibario.blogspot.fr[...]13.html

Lulu a raison,quand on est vigilant, il est fréquent de constater 45 mn de décalage sur une renverse ou des courants plus forts qu'indiqués sur les cartes.

04 sept. 2016
1

Aucun instrument à bord, certes, mais les atlas de courant étaient bien nécessaires car en pleine mer ou lorsqu'il n'y a ni bouées ni casiers, on ne dispose d'aucun moyen de savoir s'il y a du courant et quelle est sa direction.
En ces temps lointains que j'appelerais "l'ère du SuperNavitech", summum de l'électronique de l'époque, nous avions les atlas de courants de Maupas qui, finalement, n'étaient pas si mauvais!

04 sept. 2016
0

Nettoyage? un verre de vinaigre et c'est tout. Bien sûr, pas trop plein: c'est les aubes qu'il faut nettoyer et pas le joint...

04 sept. 2016
13

@olivier
Est-ce que tu t'interesse aux réglages de ton bateau?
Est-ce que tu t'interresse à la forme de tes voiles?
Accorde tu de l'attention aux sensations de barre?
Éprouve tu du plaisir à voir s'allonger le sillage de ton bateau après un réglage?
Si tu répond oui à toutes ces questions, un speedo est indispensable, car c'est lui qui traduira de manière immédiate et précise le contentement ou le mécontentement de ton bateau, ce qu'est incapable de faire un gps.
Quand à l'argument développé par Calypso2, il ne tient pas parce quand-même le nettoyage périodique de la roue à aube n'est pas un tâche insurmontable!Enfin c'est mon avis.
Si tu te fous de tout ça, et si tu te contente de naviguer approximativement (c'est pas péjoratif), alors effectivement un gps est bien suffisant. ;-)

04 sept. 2016
3

et bien je suis desolé boatlover mais s'il faut des instruments pour faire tout ce que tu décris ça me parait bien dommage et triste à la fois

04 sept. 2016
0

Je comprend ce que tu veux dire, à savoir que les instruments ne doivent pas occulter les sensations mais il n'empêche que les instruments, en l'occurrence le speedo, pourra traduire en chiffres des sensations qui peuvent parfois être trompeuses, à condition bien sûr que ce speedo soit correctement étalonné, comme tu le souligne plus bas. :-)

04 sept. 2016
2

d accord avec toi , et en plus le speedo te permet d avoir des repères ,si tu sais qu au pres tu fais 6 nds à 40° du vent , seul le speedo peut te permettre de verifier que tu est bien réglé
d autre part avec les pilotes auto qu on a maintenant , c est mieux quand tout est interfacé , le pilote tient compte de la vitesse surface pour doser sa réaction

04 sept. 2016
0

Encore faudrait-il que le speedo soit juste et bien calibré ce qui est impossible !!!

04 sept. 2016
2

pourquoi impossible ??, il y a possibilité justement d'etalonné le loch et c'est assez simple à faire et il faut biensur le faire

04 sept. 2016
0

@JJDroopy, les symptômes que tu donnes sont souvent liés a une roue a aube qui ne tourne pas librement. (pales endommagées, axe sale, axe tordu, etc ...).

04 sept. 2016
0

Sur mon bateau, étalonnage à 5 nds = OK. Plus 2 nds à 7 et moins 2 à 3 ! Belle précision !

04 sept. 2016
0

Non non, hélice neuve ! J'ai essayé un module qui récupère la vitesse GPS et la transforme en impulsion pour le ST60 : jamais marché !

04 sept. 2016
3

Le problème des gps c'est que souvent ils donnent la vitesse instantanée (ou presque) dont nous n'avons pas besoin. Il faut une moyenne sur quelques secondes. Combien j'en sais rien.
Deuxièmement les speedos ne sont que rarement justes. Le calibrage est difficile et bon nombre de plaisanciers leurs font confiance alors qu'ils sont faux. Mais ils ne le savent pas.
Troisièmement les roues se salissent effectivement tres rapidement mais sur mon bateau retirer la roue ne fait entrer au pire qu'un verre d'eau. Qui plus est dans un fond que l'on peut isoler.

04 sept. 2016
0

je vois mal ce que le calibrage vient faire la dedans ...pour le reglage des voiles le speedo permet de voir si l'on va plus vite ou pas ,peut importe le calibrage , c'est plus ou moins !!! mais le gps fait la m^me chose il indique un plus ...

et DeMO ouvre un vrai sujet , j'ai deux gps à bord un vieux et un ressent ... le vieux change de vitesse toutes les minutes ou presque le nouveau c'est instantané et il peut varié de 1nd en 2s ...ce qui fait que je lis toujours le vieux gPS qui lui me donne bien une vitesse moyenne

04 sept. 2016
0

D'accord avec Demo pour le verre d'eau, guère plus sur mon bateau aussi... Pas de geyser en tout cas !!!

Calypso, y a un truc que tu ne sembles pas comprendre (ou que tu ne veux pas ?), c'est qu'à force de naviguer, on connait qq valeurs cibles pour des allures données, des vents déjà pratiqués, bref, une sorte de polaire si tu vois ce que c'est et quand tu fais marcher ton bateau, tu essayes de t'en rapprocher, pas de gagner un ou 5 dixièmes de noeuds, te rapprocher de ta vitesse cible. Point. Et là, seul le speedo peut te dire si tu en es loin ou pas...

C'est ce qui m'a permis (entre autres) de voir que j'avais des algues coincées contre mes quilles en sortant de l'Odet : ma vitesse GPS était toujours satisfaisante, merci le courant ! mais en surface je me trainais... Un petit coup de marche arrière et cela a tout changé !

04 sept. 2016
0

par contre je ne suis pas d'accord le calibrage peut etre tres precis ,c'est une question de patience

0

@ Lulu2
faire le calibrage par mortes eaux, au milieu de l'étal de basse mer.

0

Pour avoir trainé ma quille en Manche, il me paraissait évident que c'était "au milieu de l'étal de basse mer", après correction.
J'aurais pu le préciser, mais comme tu es dans ce secteur, tu le savais parfaitement.
:-)

04 sept. 2016
0

Et quand on passe en mer du Nord, la renverse de courant se produit aux environs de mi marée, DK et la côte belge.

04 sept. 2016
4

j'explique la methode employé par les pilotes qui reglaient les instruments des bateaux neuve que ma boite fabriquait .

tout d'abord prevoir deux ameres (tours) et bien mesurer leur distance ( on peut m^me s'amuser à calculer mathématiquement la distance) .

avec le bateau on fait le parcours aussi droit que possible et on lis le loch , puis l'on recommence dans l'autre sens , puis une autre fois .. avec 4 parcours ça devient precis car les effets des courants d'annulent d'un parcours à l'autre ... et l'on fait la moyenne ... et l'on fait la moyenne en distance et en temps avec un chromo pour voir si également la vitesse est correcte (double contrôle)

ensuite l'on etalonne et on recommence ...

04 sept. 2016
0

Il y a effectivement généralement environ 0,5N de courant vers l'aval.
On peut alors jouer sur un aller et retour et faire la moyenne.
Mais lorsque j'ai étalonné mon loch speedo il y a une quinzaine de jours, il n'y avait aucun courant, peut être du à la faiblesse du niveau de l'Orne.
Il y aussi en remontant le canal une série de 7 lampadaires sur le chemin de halage avec 1842m entre le 1er et le 7è!

04 sept. 2016
0

Justement, il y a une dizaine de mètres de différence! Les planteurs de réverbères étaient peut être un peu fatigués.
En amont des écluses, on remonte le canal vers Pegasus Bridge. A l'entrée du canal et début du chemin de halage sur la rive ouest, un premier lampadaire. On continue et le 7 è lampadaire est le bon. J'ai toujours eu un peu de mal à les compter car il y a aussi quelques pylônes identiques sans lampadaire et il arrive un moment où on se mélange les neurones!

04 sept. 2016
2

Bonjour,
pour étalonner un loch dans une zone à courant, tu choisi un trajet entre deux marques de signalisation distantes si possible de 1à 2 miles, et tu fais un aller ET retour et tu compares.
Si tu as le courant favorable à l' aller, le retour l' annulera et vice versa.
Evidemment, si tu fais un parcourt de + de cinq M aller-retour, le courant aura le temps de changer en cour de route et tu perdras en précision.
Perso, ayant navigué plus de 30 ans sans GPS sans me perdre, je préfère me passer de GPS que de loch, d'ailleurs je ne l' allume QUE lorsque j' en ai vraiment besoin, c' est-à-dire très rarement.
De toute façon, j' éprouve infiniment plus de plaisir à naviguer à l' estime qu' au GPS.
Gorlann

04 sept. 2016
0

Bonjour,
si proportionnalité débile, c' est soit que ta roue à aube n' est pas parfaitement propre, soit qu' elle n' est pas installée au bon endroit!
Gorlann

04 sept. 201604 sept. 2016
0

Comment fais-tu pour étalonner ton loch ? Perso, je n'ai jamais vu de zone sans courant en Manche ou en Iroise.
Même dans le canal de Ouistreham où j'ai essayé, il y a du courant.
Depuis, j'ai abandonné.

04 sept. 2016
0

Non. Au moins en Manche, il y a un décalage important (2 heures dans le Cotentin) entre la basse mer et la renverse. De plus, l'heure précise de la renverse varie avec le coefficient de marée, ce que ne disent pas les Atlas du SHOM. Et je ne parle pas des estuaires où le débit du fleuve à une influence importante sur la renverse.
Même au moment de la renverse indiqué par le SHOM, il y a encore du courant à certains endroits.
Et je ne parle pas du courant de surface causé par le vent.
Bref, il n'est pas si évident que ça de trouver un endroit sans courant ...

04 sept. 2016
0

Oui, c'est bien la méthode que j'avais en tête, mais ça m'a toujours paru excessivement fastidieux.

05 sept. 2016
0

Ce qu'on fait aujourd'hui: 3 runs dans l'axe du courant (2-1 ou 1-2, on s'en fout), avec un PC relié au GPS.
Tout simplement parce que devant Cherbourg, il y a toujours du courant, et la vitesse étant très souvent contractuelle, la méthode des amers ne serait pas suffisamment précise pour le client.
Et ça malgré nos lochs électromagnétiques.

04 sept. 2016
0

1842 ou 52 ?

04 sept. 2016
1

J'ai la chance de disposer à proximité du canal de Caen à la mer qui me permet d'étalonner mon speedo. Je le fais par comparaison avec le GPS, avec une correction éventuelle pour le petit courant d'environ 1/2 N vers l'aval. Dernier étalonnage tout récemment après avoir vérifié sur une bouée l'absence de courant ce jour là.
Le GPS indique la vitesse avec un certain lissage alors que le speedo donne vraiment la vitesse instantanée. C'est très utile pour apprécier l'incidence d'une modification de réglage de voiles, le pilote assurant par ailleurs un cap constant car je n'ai que deux mains.
C'est comme pour le pilote. On lit généralement, notamment sur la notice qu'il faut d'abord régler les voiles puis activer le pilote. Je pratique un peu différemment. Je règle sommairement les voiles, active le pilote puis affine le réglage des voiles avec précision en observant sillage et speedo.

04 sept. 2016
0

Non, pas sur mon bateau en tout cas car proportionnalité débile !!!

04 sept. 2016
3

Bonjour, le gps et le loch sont deux options différentes, bien sur....et l'un ne remplace pas l'autre, pour les amateurs de voile, le loch permet de connaître la vitesse instantanée, et de constater immédiatement , l'effet d'un changement de cap ,ou la modification d'un réglage.......le gps ,est un confort indéniable pour la navigation.....
Après , faire ou pas faire un trou de plus dans la coque, c'est un argument dérisoire.....quand à la roue à aube qui se salit.....la coque se salit, l'hélice se salit , vous gardez quand même l'hélice...alors , ce genre de polémique.......bof.....

04 sept. 2016
0

Bonjour. Et une petite couche de plus. Le speedo permet de connaître sa vitesse sur l'eau et c'est important pour certaines pêches tandis que le gps le fait aussi pour pour certains poissons de fond qui ne veulent pas "courir". Et puis, la perte des signaux satellites est plus fréquente qu'on ne le pense et là, le speedo s'en fout, il indique toujours sa vitesse. J'omet volontairement la fonction loch car, je ne m'en sert pas. Dans les zones d'échouage , il est facile de nettoyer cette roue à aube mais, le plus simple est de naviguer très souvent( réservé aux retraités :heu:).

04 sept. 2016
0

pour ma part , ce n'est pas que la roue à aube se salit , mais c'est tout simplement qu'elle ne fonctionne plus ... je laisse mon bateau sur le CM quelques jours apres , ça ne marche plus ,la roue est coincé dans la "m... " donc j'ai laissé tombé

04 sept. 2016
0

Il n'y a pas qu'au port, il suffit d'un filament d'algue pour ralentir puis stopper l'instrument. Ça m'arrive plus souvent que le manque de satellite.

0

:tesur:
"il y a une grosse "m...." avec les loch speedo actuel c'est qu'il faut continuellement nettoyer la roue a aube qui s'encrasse au port et a chaque fois c'est un gros gégere d'entrée d'eau dans le bateau .
Donc vu le peu d'interet que cela apporte et vu le gros inconvenient dû au nettoyage ça fait quelques années que j'ai laissé tombé .."
:pecheur:

04 sept. 2016
1

Pour les puristes ,
Le speedo donne la vitesse surface instantanée
Le GPS calcule la vitesse fond qu on vient de faire

04 sept. 2016
5

je fais des régates, et en dehors de ça j'aime avoir un bateau bien réglé
je ne connais pas un régatier qui ne surveille attentivement son loch pour des réglages qui permettent de gagner plusieurs 1/10e de Nds
et la réponse du loch est instantanée, pas lissée sur plusieurs secondes .
c'est sûr, quand on s'en fout, y'a pas besoin de ça ...

04 sept. 2016
1

et bien je suis desolé mais au dernier jeu les 470 et autres n'ont pas de loch et ils reglent tres tres bien leurs voile

04 sept. 2016
1

sensibilité à la barre, expérience, tu ressens mieux en effet…
à tel point que bien que n'ayant pas un rond, je commence à me poser la question de m'acheter un petit dériveur apacher, léger pour que ma 306 le tracte sans souci, pour aller faire mumuse les week-ends dans les barrages de mon coin, avec les perturbations du vent engendrées par la géographie locale, ça devrait me faire retrouver les sensations que j'avais en optimist quand j'étais môme, et ça permettrais d'engranger des points d'XP pour aller se promener plus sereinement avec mon rafiot, parce que vivre à 400kms de mon jouet favori, c'est pas simple tous les jours… :'(

04 sept. 2016
1

Tout-à-fait d' accord avec toi MAIS:
étant nombreux sur le plan d' eau et avec les même bateaux, ils voient immédiatement l' écart de vitesse par rapport aux autres, de plus, un dériveur sportif est très sensible à la barre, contrairement à la plupart de nos croiseurs, et encore pire s' il s' agit de cata avec barre à roue!
Gorlann

05 sept. 2016
0

Là, tu m'étonnes!
Tu viens de comparer les sensations de réglage entre un gros cul de régate de 4-5 tonnes et un dériveur...
Pas comparable du tout, ce sont deux mondes, et qui plus est dans les régates d'habitables où on change de bateau plus souvent que dans la croisière, avec l'inévitable période de deux ans d'apprentissage avant d'avoir à nouveau un bateau bien compétitif. Pendant ces deux ans, le speedo est presque indispensable...

04 sept. 201604 sept. 2016
0

Bonjour,
le speedo est aussi intéressant quand tu pêches à la traîne, il te donne ta vitesse réelle sur l'eau, et te permet de régler le bateau en fonction de l'espèce que tu recherches.
Sur mon bateau, interfacé avec la girouette-anémomètre, il me permet aussi de connaître le vent apparent.
Enfin, il y a une sorte de clapet dans le passe-coque qui limite l'entrée d'eau à un verre quand je le sors pour le nettoyer.
A ce sujet, une immersion d'une demi-heure dans du vinaigre blanc est très efficace. Une petite projection de suif en spray sur la roue à aubes retarde bien aussi le fouling. En gros, avec trois nettoyages par an, je m'en sors. Ce n'est pas vraiment contraignant.

04 sept. 2016
2

Bonjour,
Comment faite vous pour connaitre le vent réel sans loch ?
Sur mon bateau le GPS est indépendant de l'anémomètre et sans loch je ne peux avoir que le vent apparent ce qui est dommage.

04 sept. 201604 sept. 2016
8

La tu touches un des problèmes des centrales grand public.
Comment calculer le vent réel a partir de la vitesse surface ?
Tu peux pas ---- le calcul est faux - c'est le déplacement sur le fond qui modifie le vent en vent apparent, pas le déplacement par rapport à la surface de l'eau.

Exemple tu fais du surplace contre 5 knts de courants - ton calculateur considérera que tu te déplaces à 5 knts alors que tu es immobiles.

05 sept. 2016
0

@Veteric
"Le seul vent qui m'importe, c'est celui par rapport à l'eau sur laquelle je navigue,"
pas besoin d'électronique pour ça, il suffit de regarder ses voiles.

04 sept. 2016
1

Pourquoi vouloir connaître le vent "réel" par rapport au fond? Le seul vent qui m'importe, c'est celui par rapport à l'eau sur laquelle je navigue, c'est celui là qui détermine mon allure. Sinon pourquoi ne pas tenir compte aussi de la vitesse de rotation de la terre?

04 sept. 2016
0

Je rappelle aussi que la vitesse instantanée du GPS est imprécise. A une vitesse de 6 nds, on parcourt ~15m toutes les 5 secondes. Vu que la précision du GPS est de ~5m, il mesurera en 5 seconde des distances entre ~5m et ~25m. Ce qui va souvent donner des vitesses absurdes, entre ~2 nds et ~10 nds.

07 sept. 2016
0

Le gps est bien plus précis que tu le crois.....Les fabricant dise 10 mettre pour se dédouaner en cas de procédure de dégradation volontaire par les militaire.
Mais depuis plusieurs années il ne dégradé plus en raison du gps diferentiel qui rétablie la vérité grâce à une référence terriens connue.
On est certainement à une précision de l ordre de 50cm
Le loch permet de faire fonctionner un pilote en mode vent....

07 sept. 201607 sept. 2016
0

D'un autre côté, le fait de dégrader la précision de 0,5m à 10m ne change pas grand chose en pratique... :litjournal:

1

Mais où était l'erreur?
Sur la carte du traceur, sur ta position relevée par le GPS, sur les deux?

0

Tu confirmes donc les 10m :tesur:

Toi, je ne sais pas, mais moi, je ne cherche pas ma place au ponton avec mon GPS.

Éventuellement, si je ne connais pas le port, si il y a une purée de pois à couper au couteau, si..., je lâche un équipier sur le premier ponton venu pour qu'il aille faire une reconnaissance à pieds. :mdr:

07 sept. 2016
0

ce que je veux surtout dire c'est que l'on est beaucoup trop confiant dans l'electronique ...l'electronique parle et on lui fait une confiance absolue sans contrôle

07 sept. 2016
0

Si la vitesse varie de 2 à 10 nœuds, c'est parque'il est en réglage aviation.
Il ne faut pas lui demander un rafraîchissement toutes les secondes.
Sur mes 3 GPS de bord, le "marine" n'a pas de variation de vitesse, un des 2 autres réglé trop sensible a une variation de 0.3 nœuds.

07 sept. 2016
0

NumaWan

je ne suis pas d'accord , tout l'interet du GPS c'est d'avoir une bonne position vis à vis des dangers qui nous entour ..lorsque l'on rentre dans un port plein de rochers ,de nuit ,ou par temps de brouillard le GPS est formidable et là est tout son interet ... pour le reste ...

pour le reste, la vitesse ...qu'elle soit precise ou pas à 1/2nd prêt qu'est que cela peut faire ???

07 sept. 2016
0

Oui mais voilà en Juin les AVURNAV annonçait que la station differentiel du coté d'Arcachon était hors service et que la date de remise en route était inconnu ...cela a bien durée 15 j ....a-t-elle été retabli je ne sais ..?

Qui dans les parages sur presque toute la façade Atlantique a été lire les AVURNAV et qui s'en est aperçu ????

c'est formidable l'electronique mais ça peut etre dangereux aussi en s'y fiant aveuglement

07 sept. 201607 sept. 2016
0

hum 10m c'est pas sûr . lorsque l'on est rentré sur Royan en venant de Bilbao , j'ai observé dans le chenal a l'entrée sur Royan bien plus d'ecart entre la position du bateau sur le traçeur et la realité ....

le temps était clair il faisait jour ,de nuit ou par temps de brouillard ...a qui aurais-je fait confiance à mes yeux ou au traceur ??, et a 10m prêt dans le coude à l'entré du port tu t'echoue facilement

07 sept. 2016
0

la position n'était pas tres tres precise ... par exemple lorsque je me suis accosté au ponton visiteur au pied de la capitainerie le traceur indiquait une position du bateau un peu plus loin que le ponton , disons 10/15m .

Il se trouve que j'ai a bord un Navtex et que depuis quelques jours il indiquait que le differentiel était hors service ,donc on était mefiant ou tout au moins avertie sur la precision du GPS .

07 sept. 2016
0

bien sur , mais je voulais savoir ..comme le traceur était en route j'ai donc fait ce constat avant de l'éteindre ...

et pour les 10m oui dans ce cas c'était l'ordre de grandeur de "l'imprecision" si l'on peut parlé d'imprecision pour 10m ..encore que dans certain cas

07 sept. 2016
0

je nuance mon propos ; j'aurais dû dire que la precision du positionnement du bateau au ponton était inhabituelle , généralement c'est pile poil là ce n'était pas le cas ... il y avait-il 10m,7, 5, ou 12 ...je n'en sais rien ... mais ce n'était pas comme d'habitude

07 sept. 2016
0

Je pense que le GPS est parfois plus précis, parfois pas. Mais ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l'imprécision du GPS n'a guère d'importance quand on s'intéresse à sa position, mais en a beaucoup plus quand on veut calculer sa vitesse.

07 sept. 2016
0

Effectivement, on réduit l'erreur en réduisant la fréquence des mesures. C'est quelque chose qu'on peut parfois régler, parfois pas. Je ne peux pas régler dans les apps que j'utilise sur mon iPad par exemple. La vitesse affichée par mon GPS Furuno est beaucoup stable par contre.

07 sept. 2016
0

Dans mon cas, une imprécision de 1/2 nœuds, ça peut amener à un retard de plusieurs heures sur une navigation de 6 à 8 heures.

07 sept. 2016
0

Quand tu règles tes voiles, c'est important de voir de manière fiable l'effet des réglages sur la vitesse.

04 sept. 201604 sept. 2016
0

Si tu ne fait pas de regate, aucun intérêt à percer ta coque!

Un petit gps portable et un loch à bateau en secours ( ou pour s'amuser) et roule ma poule!

Moins ya de trous , mieux on se porte!

Un petit lien pour le loch à bateau:

www.banik.org[...]eau.htm

04 sept. 2016
0

Pas gentil Ecumeur de me parler de l'ère "SuperNavitech" parce que je suis de l'ère du premier Navitech!
Sur l'étiquette un peu défraichie il y avait les fréquences du Conquet et d'Arcachon.
Il y avait intérêt à avoir un bon baro!
My gods!

PS: pourquoi ne peut-on pas mettre une tof quand on répond juste après un message?

04 sept. 2016
0

c'était pa sbien commode pour connaître les courants tout de m^me :pouce:

04 sept. 2016
0

Ce n'est pas n'être pas gentil que d'évoquer "l'ére SuperNavitech"!
Peut-être un peu de nostalgie de l'époque lointaine de mon apprentissage de la mer.
Je fais souvent ce rapprochement dans mes posts pour rappeler aux réalités ceux qui ne jurent que par leur système de cartographie électronique et l'ensemble de leur système électronique plus ou moins compliqué.
Lors de mon apprentissage, nous n'avions, dans le meilleur des cas qu'un de ces SuperNavitech en bois verni avec sa ferrite gonio dont la précision était plus que relative le soir, lorsqu'il y avait de la brume, de l'orage ou toute autre perturbation des ondes pour capter ces 5 radiophares autour de la Manche avec leur signal en Morse!
Et pourtant, nous arrivions à destination!

04 sept. 2016
0

Pour la tof, c'est un bug que l'on peut contourner :
Tu réponds.
Tu envois.
Tu relis et tu modifies : et là on met la tof

0

J'ai le même !

04 sept. 201604 sept. 2016
0

@CERIGO
Je ne sais pas mais tu réponds,puis tu envoies le message.
Ensuite, tu fais "modifier" le message et tu peux ajouter la photo.

04 sept. 2016
0

merci Lord et Margotte.

04 sept. 2016
0

Mon loch me sert de compte-tours et de neiman; lorsque sous voile je tombe sous 5 nœuds, démarrage automatique du Volvo puis réglage manuel à 5 nœuds.

Pour le réglage, un aller retour à 90° du courant dans une zone où il a peut de puissance.

04 sept. 2016
5

Un jour je suis parti sur un bateu flambant neuf avec ce qui faisait de mieux à l'époque.

Mais la roue du loch se bloquait souvent. Pas grave je sentais, j'entendais quand mon bateau était bien réglé. Et je ne recherche pas la vitesse pour la vitesse, je recherche le confort de la nav agréable. "Perdre" un peu de vitesse ou de cap mais vivre en souplesse dans la vague plutôt que la taper est ma philosophie de vie.

Puis un goéland a pulverisé mon anémomètre girouette, mais pas grave, le bruit du vent dans les haubans me renseigne quant au ris a prendre. Et je m'en fous de savoir si c'est 20 ou 25 noeuds. Quant à sa direction, quand c'est équilibré au niveau de mes oreilles, mon nez est face au vent. Et je me fous de savoir si c'est 342 pu 345°.

Mon pilote lui n'a fonctionné que deux jours dans sa vie. Quel argent gâché. J'ai jamais cherché le problème, le régulateur d'allure est si beau à regarder travailler.

Le sextant m'amuse pour son jeu intellectuel et la compréhension de la shère astronomique. Mais j'avoue le GPS branché en permanence.

Pour les courants, je fais comme Calypso2, et si je fais 6 heures de sur place, où est le problème, il finira bien par m'aider à arriver à destination. Un jour plus tôt, un jour plus tard, cela ne change pas ma vie.

Si j'avais su tout cela le premier jour, j'aurais moins acheté d'instruments et je me serais payé un meilleur appareil photo.

Ah oui, et je me sens presque obligé de dire que je suis heureux en mer ! Même si au port je m'y sens vraiment anachronique! Et qu'on ne me dise pas y goûter c'est l'adopter, lors de convoyages océaniques récents j'ai eu l'occasion de goûter à la modernité électronique. Pas pour moi!

04 sept. 2016
0

une petite histoire pour rigoler

l'année derniere un équipier était à la barre ,rien n'allait il y avait du vent et le reglage des voiles merdait ... il regardait toujours la girouette en haut du mat ...elle indiquait le vent au pres ou dans cette zone ... moi je le sentais au portant et le pavillon aussi

apres moult interrogation je me suis aperçu que l'antenne VHF bloquait la girouette , sans doute un gros volatile était passé par là ..

bof on a fait sans ,le reste de la saison encore un truc qui ne sert à rien ... et maintenant pour plus de sureté et pour eviter d'attraper un torticolis j'ai placé des penons

04 sept. 2016
0

Pour la direction du vent, je n'ai pas de girouette électronique. Seulement une girouette en tête de mât, plus des penons à 2m au dessus du pont, plus le pavillon national à la poupe et deux pavillons sous les barres de flèche, un de chaque côté. Plus mes oreilles. Grâce à cette redondance de moyens (encore que chacun à sa place donne une information souvent différente de ses voisins, je connais l'incidence du vent par rapport à la voile. Ah, j'oubliais les brins de laine placés par le voilier sur le génois et sur la GV.
Make it simple!

0

:-D :mdr:

04 sept. 2016
0

Depuis des années, moi aussi suis revenu aux pénons.
Je remettrai peut-être un anémo, peut-être pas!

04 sept. 2016
0

Compte tenu de la difficulté de trouver des zones sans courant et de celle de maintenir une vitesse constante lors d'allers-retours dans le courant, il me semble qu'une façon simple et précise d'étalonner son speedo est de se faire un loch à bateau avec une planchette et une ficelle, et de chronomètrer.

04 sept. 2016
0

une ficelle avec des nœuds ...

mais là tu es un peu fou de proposer un vieux truc d'avant ,ici on va t'ecorcher vive :pouce:

05 sept. 2016
1

Très bonne idée ! Mais comment lire la valeur sur un chrono en 220 v débranché ?
Sinon, c'était parfait...

04 sept. 2016
0

A défaut de loch à bateau, une ligne de traîne de longueur connue. On chronomètre le temps entre la mise à l'eau de la planchette et l'instant où elle plonge.
Un peu trop low-tech ? Non : on chronomètre avec l'I-phone et on calcule avec un abaque sur la tablette. ;-)

0

Plus moderne :
Un rallongé électrique de longueur connue raccordée au courant sur le ponton. Un chrono alimenté en 220.

Il suffit de partir sans débrancher au moment ou le chrono est lancé, il s'arrêtera seul lorsque la prise sur le ponton se débranchera d'elle même.

La longueur de la rallonge aura été parcourue dans le temps resté inscrit sur le chrono.

Mèquitte simpeule. :langue2: :-D

05 sept. 201605 sept. 2016
0

Utiliser un vieux modèle avec un mécanisme classique mis en mouvement de manière électrique :
www.etsy.com[...]e-pv-52

04 sept. 2016
0

La mesure du loch étant instantanée, et celle du GPS lissée sur quelques secondes, il suffit de trouver une zone permettant une ligne droite à vitesse constante sur quelques dizaines de secondes.
Dans mon cas, je choisis la pleine mer dans un port.

04 sept. 2016
0

J'ai tellement de respect pour cette petite roue à aube qui nous a si souvent permis de repousser l'horizon que je ne saurais m'en passer .
Il est vrai qu'alors la question ne se posait pas ! :litjournal:

04 sept. 2016
0

Comme c' est joliment dit!!!
Gorlann

05 sept. 201605 sept. 2016
1

Pour éviter de faire de l'eau en nettoyant la roue du seedo, pourquoi ne pas construire un mini caisson statifié autour du passe coque ? Celui-ci monterait au dessus de la flottaison est serait juste assez grand pour y passer les mains...
Enfin... quand c'est possible...
Les amis ! soyons créatifs... inventifs !!! :heu:

05 sept. 2016
0

:pouce:
sur mon bateau, c'est d'origine.

0

Selon les modèles, il y a un clapet qui vient refermer à près de 80% le passe-coque du loch/speedo, lorsque l'on retire celui-ci.
Il n'y a pas beaucoup d'eau à passer.

05 sept. 2016
0

Sur notre voilier a ''fond plat" la sonde se trouve peu en dessous de la flottaison, la pression hydrostatique est faible, nous ne faisais que très peu d'eau au démontage.

05 sept. 2016
1

Comme il n'est pas question qu'une seule goutte d'eau se retrouve dans les fonds, je plonge à l'aube pour gratter l'aube. :-(

05 sept. 2016
0

une éponge et un seau permettent de réuperer l'eau, c'est plus simple que de plonger :-)
Cerigo tu dis ''hors de question'" .... T'est franchement manique ou tu as un bateau qui crains l'eau?

07 sept. 2016
0

De l'aube à l'aube... ça me fait penser à Bashung.

05 sept. 2016
1

Je ne suis pas manique mais comme il n'y a aucune raison qu'il y ait de l'eau dans mes fonds, il n'y en a pas.
Ainsi je vois avec plaisir les écrous de 50 mm de mon 33 pieds, bien propres et brillants...

05 sept. 2016
0

Quand on a un petit bateau mal foutu ou un verre d'eau peut atteindre les écrous de fixation de la quille effectivement on peut aller plonger. Mais quand on un bateau avec des compartiments que l'on peut isoler d'une part et que l'extraction de la roue et le rebouchage par un bouchon ne provoque que l'entrée d'un verre on a pas besoin de ça.

05 sept. 2016
0

éviter de plonger me semble être une excellente raison pour avoir un peu d'eau dans le fond... Le temps de l'éponger ;-)

Le "aucune raison" de l'un n'est pas celui de l'autre.... Et ca c'est beau :-)

05 sept. 201605 sept. 2016
0

1/ je navigue exclusivement dans des eaux tropicales;
2/ Quant à mes écrous de quille, je pense que n'ayant pas été explicite, tu n'as pu capter ce que cela signifiait;
3/ Je trouve la présence d'un loch indispensable.

05 sept. 2016
2

C'est rigolo ce forum.....lol
Olivier a posé une question... Son profil n'indique pas quel bateau il a ni ce qu'il en fait.
Sauf erreur de ma part il n'est jamais ré apparu sur ce fil...
Au total, ce qui a été dit est intéressant car il y beaucoup de façon différentes de naviguer.
Pour étalonner un lock, pas besoin de tourelles au autre amer, si vous avez un GPS, c'est avec lui que vous ferez des amers virtuels, très précis, exactement où et comme ça vous arrange. Je ne suis pas partisan de le faire en travers du courant car ce n'est pas si facile de naviguer en ligne droite sur le fond dans ces conditions. De plus la composante dérive va fausser la comparaison route fond/route surface.
Je suis 200% d'accord pour dire que si on aime bien régler son bateau un speedo est vachement pratique et donne beaucoup d'indications que le pif du plaisancier, même aguerri, ne détectera pas. Un ex parmi d'autres : comment vérifier que son bateau marche aussi bien d'un bord que sur l'autre ? Lorsqu'on navigue avec beaucoup de courant, la vitesse GPS n'indique en rien si le bateau est à sa bonne vitesse.
Les super navigateurs super doués qui détectent tout avec leur pif existent... sans aucun doute... et nous les admirons beaucoup. Pour les autres, ces instruments sont une aide très appréciable y compris un jour pour la sécurité quand tout va mal. Ce sont les enchainements de choses extraordinaires qui conduisent aux catastrophes. Avoir la ceinture et les bretelles est une bonne attitude quand on va sur l'eau.
Pour entrer dans une baie, ou un port avec 20 m de visi, ce n'est pas connaître le courant qui aide, la seule solution est un bon sondeur, avec les lignes de sonde on peut naviguer à 10 m près !
C'est vrai que rentrer de l'eau à chaque fois qu'on veut nettoyer ou retirer la roue à aube est un inconvénient. Rare sont les configurations où il n'est pas possible de fabriquer une petite baille qui va retenir ces entrées d'eau. Dans certains cas cette "baille" peut être un bout de gros tuyau (sanitaire ou descente d'eau de pluie, etc...) collé sur le fond autour du passe coque speedo. On peut ainsi avoir jusqu'à 30 ou 40 cm d'eau au dessus du fond (une bonne longueur d'avant bras), on y plonge la main, quasi rien à éponger.
Cordialement
Yves

05 sept. 201605 sept. 2016
0

L'inconvénient majeur du speedo c'est qu'on ne peut jamais obtenir la vitesse exacte de son bateau!
L'idéal serait d'en avoir 2, un de chaque coté de la coque avec un système automatique de calcul quand on vire de bord (ça existe). Ou faire un étalonnage du speedo pour chaque allure!
On est nombreux à le faire? Pas moi. Je sais simplement que d'un bord sur l'autre au près, la différence est à la louche de 0.8 nds.
On pourrait installer la sonde exactement au milieu de la coque, mais en ce qui me concerne, je n'ai pu m'y résoudre car j'ai une grosse quille en bois, noyée dans la résine, ( celle qui va de l'étrave jusqu'à la quille en plomb). Je me vois mal la percer au risque d'infiltrations au fil des années.
Donc GPS, speedo et pifomètre.

05 sept. 2016
0

Sur mon Armagnac j' avais un "vieux" loch Shark de chez Plastimo qui était équipé de deux capteurs. Il y avait moyen de choisir le capteur droit ou gauche et une position "automatic" ou un contacteur à mercure sélectionnait celui sous le vent. Ce matériel était "obsolète" quand j' avais acheté le bateau mais fonctionnait parfaitement et je ne l' ai jamais remplacé.
Je n' en ai malheureusement jamais retrouvé pour mes bateaux suivants.
Gorlann

05 sept. 2016
0

Perso comme beaucoup je ne pourrai me passer de la roue à aube du speedo.
C'est mieux maintenant mais je me rappelle devoir le faire tous les 15 jours lorsque mon bateau dans le golfe du morbihan.
Pour dévisser la sonde ,j'utilise une clé à sangle caoutchouc.
Super car on abime pas la tete de la sonde.
Dommage que la sonde à ultrasons soit si onéreuse.

05 sept. 2016
0

J' ai eu un modèle de loch (je ne me rappelle plus de la marque) où l' on pouvait rétracter la sonde dans son passe-coque sans l' enlever, limitant ainsi l' encrassement au port ou mouillage.
Gorlann

0

Beaucoup de sondes le permettent, notamment pour les préserver des échouages.

07 sept. 2016
0

Personne n'a entendu parlé du GPS haute fréquence ? Le mien fonctionne à 20 Hz. La réactivité est impressionnante, rien à voir avec nos tablettes et autre smart phone, qui fonctionnent à 1 Hz.
Quand je vois l'instabilité de mon speedo, qui indique une vitesse avec des variations du demi nœud (certes, c'est un vieux navman) je me dis qu'il y a quand même un problème de mesure : comment un mobile de 4 tonnes peut avoir de telles variations de vitesse en se déplaçant dans un liquide ?

08 sept. 2016
0

Même si la précision du loch est instable sa permet d estimer le courant et de voir sont évolution.

07 sept. 201616 juin 2020
1

LE gps ne reçoit pas toujours très bien les signaux des satellites.
Cette année le corps médical m'a interdit la voile alors, j'ai ressorti ma vieille auto caravane et je suis parti faire un tour en montagne.
La base est un C25 avec un diesel athmo de 2.5l.
Voyez ce qu'a calculé le GPS comme vitesse de pointe. :lavache:
Il marche plutôt bien mon vieux coucou de 25 ans. :pouce: :mdr:

07 sept. 2016
0

Fais gaffe à ton permis quand-même!
Je n' ai pas cette chance avec mon vieux master qui se traîne à 110!
Gorlann

07 sept. 2016
0

Sur le mien il est pile dans l axe de la quille.
J'ais passer un ete sans loch pour cause de panne....
Donc mon mode vent ne fonctionne pas, et impossible d estimer la vitesse du courant et comprendre pourquoi le bateau se traine.
Sur une traverser c est chiant....
Quand on traverse la Camargue c est intéressant de voir la renverse de courant autour du Rhone...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'eau de l'Aude là

Après la pluie...

  • 4.5 (66)

L'eau de l'Aude là

mars 2021