insubmersible

Bonjour a vous,
Connaissez vous un autre constructeur d'insubmersible a part Etap?
Si oui pouvez vous me faire savoir s'il a un site internet et j'aimerais aussi avoir votre avis sur ce genre de bateau.
Merci a vous @+Andre

L'équipage
12 avr. 2001
12 avr. 2001
0

insubmersible
en Europe je ne connais qu'ETAP, mais il y en a eu d'autres (les "Mousquetaires" herbulot étaient insubmersibles)

tout architecte peut concevoir un insubmersible assez facilement a partir d'un plan standard. Le gros problême est de garder des volumes habitables suffisant ( voir l'article "sécurité": on doit faire un sacrifice de place!) donc en bateau de voyage il faut un 13m pour avoir les volumes de rangement d'un 11m, d'ou le peu de bateaux insubmersibles

12 avr. 2001
0

insubmersible
Un système dont j'avais entendu parler et qui avait l'air pas mal était de mettre plusieurs "saucissons" gonflables, sous les couchettes, cabine avant, coffres, etc

Ils n'occupent pas de place et avec une/deux bouteilles de plongée on peut tout gonfler assez rapidement.

Je ne me souviens plus du nom du constructeur, ni s'il a déjà fait faillite (!).

Par contre, histoire vraie, un petit bateau s'est sauvé en ouvrant le radeau de survie...à l'intérieur.

Roberto

12 avr. 2001
0

insubmersible
Bien sur qu'il y a un autre chantier européen spécialiste de l'insubmersibilité : le C.N.A. (Jacques Gaubert) qui produit les challengers, tous homologués insubmersibles. Le micro 2000 (5,50 mètres), le nouveau challenger horizon (qui est un très bon bateau - 6,75 m), les Bravo et Super Bravo (8 mètres et 8,50 mètres) et enfin l'Ambition 33 (10 mètres, arch. J. Fauroux).

Ce sont des bateaux fabriqués en France à un coût compétitif par rapport à Etap. La qualité de construction est à la hauteur, puisque des challenger de plus de 20 ans naviguent toujours. Enfin, je rajouterai que leur cote en occasion est très élévée.

Pour finir, je ne suis pas du chantier mais j'adore ces bateaux !

13 avr. 2001
0

insubmersible
Tu as le pogo 6.5 et le 8.5 qui sont insu et performant; tu as le Filo un btx de 8.2 m insu avec pas mal de rangement tu auras c'est info en contactant les chantier struture et GL composite

l'insu c'est vraiment un plus.

13 avr. 2001
0

insubmersible
effectivement les "saucisses gonflables" en vente dans les années 70 ont disparu. Je crois que l'homologation et la révision pour rester en règle étaient impossibles, ce qui obligeait donc a avoir en plus le bib.
ça créait pas mal de contraintes d'entretien, de protection, d'accés aux coffres, de charge de bouteille. mais c'était une solution techniquement valable.

ceux qui aiment le bricolage peuvent le refaire avec des survies périmées par exemple (chacun sait que les survies de 10 ans qu'on est obligé par le lobby des bib de jeter à la poubelle sont encore trés utilisables). Il faut calculer le volume et en mettre plusieurs!

12 mai 2001
0

insubmersible
effectivement il y a aussi les challenger.L'architecte est bien gaubert, et le constructeur c'est Jullien. Il y a une fiche technique sur le challenger bravo à l'adresse suivante :
www.annoncesbateau.com[...]eau.php ...
On ne trouve pas de fiche sur le super challenger bravo car c'est exactement le même bateau que le challenger bravo si ce n'est qu'il a une jupe.

Je suis moi même propriétaire d'un super challenger bravo. Je trouve que c'est un bon bateau.Sur ce n'est pas un foudre de guerre mais nous ne naviguons pas pour régater mais pour se promener. IL est homologué pour aller jusqu'en 2ème catégorie. Il fait hors tout : 8,72 m. Son tirant d'eau est 0,80/1,70m.

14 fév. 2004
0

Demande d'infos
Je suis interessé par l'achat d'un challenger Bravo ou Super Bravo.Le lien que tu donnes concernant une fiche technique me conduit à un site payant.
Si tu as cette documentation, ou une autre, sur ces bateaux peux tu me les envoyer par Mail.
Je suis aussi preneur d'images intérieur - extérieur.
Merci d'avance.

25 mai 2001
0

insubmersible
les volumes gonflables genre airbag s'appelaient "VOGOD", ne se font plus car marché trop étroit vu que ce n'était pas obligatoire!
le concept est plaisant;
je suis en train d'étudier l'idée, à partir d'une bouteille de plongée, de répartir, pliées, dans le bateau plusieurs chambres à air de camion ou gros tracteurs, c a d des gros volumes en matériaux acceptant un peu de ragage suffisamment longtemps pour gagner un abri, ou prendre d'autres dispositions. Bien sùr, rien à faire contre un feu éventuellement inextinguible, et ça ne dispensera pas du bib homologué!
si quelqu'un a des idées (moqueries inutiles), je suis preneur.
bon vent
Roland

25 mai 2001
0

insubmersible

Je me suis posé la question de rajouter une flottabilité
sur un classe "micro" que j'ai eu pour le rendre conforme. J'ai renoncé finalement pour
les raisons suivantes:

  1. Si on veut un volume suffisant (plus de 1,2 fois le poids du bateau
    équipé en charge avec les passagers), le volume à dégager est impressionnant.

  2. Ce volume doit être bien placé selon 3 criètres IMPERATIFS au moins

- exercer l'effort de portance sur un endroit acceptable par la structure

- exercer l'effort en gardant un équilibre longitudial et transversal correct

- être placé très bas, sinon le bateau flotte entre 2 eaux et n'est plus manoeuvrant.

  1. Si on dégage ce volume, le mieux est de le remplir avec des mousses adéquates.

  2. Si on ne peut pas dégager le volume, le problème des boudins est qu'ils seront un peu n'importe où, ne
    trouveront pas la place de se gongler librement, que les points d'appuis seront aléatoire,
    d'où des problèmes d'équilibre et de structure (le boudin peut éclater le volume qui
    le retient !). Et il est très difficile de les mettre dans des parties basses de la carène.

Bref, j'ai laissé tomber, et par chance, je n'en ai jamais eu besoin !

Bonne chance pour la modification, peut-être auras-tu une meilleure inspiration que je n'ai eu !

Amicalement, Robert.

25 mai 2001
0

insubmersible

Heu...y a eu un bug de soulignement dans mon message, mais c'est pas grave !

07 juil. 2001
0

floteur gonflabe
Moi, j'ai un "bote mallorqui" traditionel de 4,50 voile latine, 16m2 de voile sans lest et vue que l'on plonge souvant et le bateau restant entre 2 eaux nous avons utilisé des floteurs gonflables d'optimist (4 de chaque coté) qui nous permettent de pouvoir vider le bateau, le problème c'est que sous la presion, le moindre defaut ou asperité crève ces flotteurs.

14 fév. 2004
0

INSUBMERSIBILITE
J'ai dans la bibliothèque , sur une revue nautique française, un article sur l'insubmersibilité de l'ETAP avec en mortaise la situation de la mousse sur l'ensemble de la coque. Le principal volume utilisé est situé entre les deux peaux de polyestère qui forme la coque.
Pour l'insub. de mon bateau, j'ai mis 4 pouces (soit 10cm) sur les flancs , soit 1 m3 pour 10 m2... D'après vos calculs, vous connaissez le volume de mousse à répartir, soit le principal sur le pourtour, en coqueron fermé à l'étave, le reste en grande partie près des poids (moteur,réservoir,etc),sans oublier la poupe (que se soit cokpit ou pièce aménagées)..
Voilà succintement la disposition de répartition...
Et le poids de la mousse n'est pas de 1kg pour un litre...
Mon explication est peut-être simpliste, mais en gros c'est cela pour ne pas perdre son bateau en difficulté...
P.S. Mon boat se fait au Québec, sous juridiction Canadienne, ce qui veut dire que l'on est moins emmerdé par les qualifications A,B,etc... que l'on peut aller ou l'on veut avec notre bagage basique de sauvetage, et comme en GB, on reste des personnes responsables pour une bonne préparation de voyage.

14 fév. 2004
0

Aux Glénans on avait ce systeme de bouteille de plongé
Quand je travaillais aux Glénans on avait ce systeme avec les bouteilles de plongé et des "saussices gonflabe" flanqué de tel sorte que le bateau soit "équilibré". il y a mm eu un éssai concluant en manche avant d'intégrer un tel systeme sur nos unitées.

Bon vent, bonne mer

14 fév. 200416 juin 2020
0

Insubmersibilité: pourquoi, combien, comment?
Encore un fil sur ce sujet qui taraude sans doute pas mal d'acheteurs potentiels de bateaux. Au delà des aspects techniques, le choix d'un bateau insubmersible mérite tout d'abord une réflexion sur le pourquoi.
Les réponses sont souvent nombreuses mais ont souvent un rapport plus ou moins direct avec ce qui touche à la sécurité. L'insub rassure pour de bonnes et mauvaises raisons. La bonne; le bateau ne peut pas couler et il vaut sans doute mieux être dans une survie de 6 à 12 mètres (selon la taille du bateau) que sur un radeau gonflable qui se retournera à la première déferlante. C'est vrai sauf si le feu se déclare et alors là, bonjour les fumées toxiques! Vous serez peut-être mort asphixié avant d'avoir coulé…Les mauvaises; l'insub ne vous empêchera pas d'être déchiqueté sur les rochers à cause d'une rupture de mouillage ou d'être coupé en deux par un cargo qui assurait une veille intermittente.(Ce sont les 2 principales causes de fortune de mer).
Après le pourquoi le combien. Toujours plus cher que les autres à prestations égales. Ou alors il y a de l'arnaque quelque part. Toutefois jusqu'en 3ème catégorie, on fait l'économie du bib et ceci compense cela. (à titre indicatif, le bepox 700 que j'ai construit en amateur m'a coûté en insub 700€ de matériaux et 500€ de visites d'homologation soit 5% du coût total).
Ensuite le comment. Et alors là il n'y a pas de place pour l'amateurisme, vues les exigences de l'ICNN pour faire homologuer un bateau construit en amateur. L'architecte du bateau doit fournir l'emplacement précis de chaque volume et justifier de la capacité de la structure à supporter l'expansion des mousses. Les matériaux utilisés doivent respecter des normes contraignantes, des preuves de la pose doivent être fournies (photos, rapport de visite des afmar), le bateau doit avoir un certificat de pesage.
Autrement dit, si le bateau n'a pas été prévu dès le début pour être insubmersibilisé, on commence le tournage de Mission Impossible 3!
Les Challenger de Gaubert mentionnés dans le fil sont effectivement réputés pour être fiables dans le temps mais pas du genre foudre de guerre. Suivant la nav qu'on souhaite, ce peut être un très bon choix (en occasion) car sur les neufs, je n'ai pas d'infos. Chez Etap c'est bien sûr mieux fini, mais c'est aussi plus cher.

14 fév. 200416 juin 2020
0

Insubmersibilité: pourquoi, combien, comment?
Encore un fil sur ce sujet qui taraude sans doute pas mal d'acheteurs potentiels de bateaux. Au delà des aspects techniques, le choix d'un bateau insubmersible mérite tout d'abord une réflexion sur le pourquoi.
Les réponses sont souvent nombreuses mais ont souvent un rapport plus ou moins direct avec ce qui touche à la sécurité. L'insub rassure pour de bonnes et mauvaises raisons. La bonne; le bateau ne peut pas couler et il vaut sans doute mieux être dans une survie de 6 à 12 mètres (selon la taille du bateau) que sur un radeau gonflable qui se retournera à la première déferlante. C'est vrai sauf si le feu se déclare et alors là, bonjour les fumées toxiques! Vous serez peut-être mort asphixié avant d'avoir coulé…Les mauvaises; l'insub ne vous empêchera pas d'être déchiqueté sur les rochers à cause d'une rupture de mouillage ou d'être coupé en deux par un cargo qui assurait une veille intermittente.(Ce sont les 2 principales causes de fortune de mer).
Après le pourquoi le combien. Toujours plus cher que les autres à prestations égales. Ou alors il y a de l'arnaque quelque part. Toutefois jusqu'en 3ème catégorie, on fait l'économie du bib et ceci compense cela. (à titre indicatif, le bepox 700 que j'ai construit en amateur m'a coûté en insub 700€ de matériaux et 500€ de visites d'homologation soit 5% du coût total).
Ensuite le comment. Et alors là il n'y a pas de place pour l'amateurisme, vues les exigences de l'ICNN pour faire homologuer un bateau construit en amateur. L'architecte du bateau doit fournir l'emplacement précis de chaque volume et justifier de la capacité de la structure à supporter l'expansion des mousses. Les matériaux utilisés doivent respecter des normes contraignantes, des preuves de la pose doivent être fournies (photos, rapport de visite des afmar), le bateau doit avoir un certificat de pesage.
Autrement dit, si le bateau n'a pas été prévu dès le début pour être insubmersibilisé, on commence le tournage de Mission Impossible 3!
Les Challenger de Gaubert mentionnés dans le fil sont effectivement réputés pour être fiables dans le temps mais pas du genre foudre de guerre. Suivant la nav qu'on souhaite, ce peut être un très bon choix (en occasion) car sur les neufs, je n'ai pas d'infos. Chez Etap c'est bien sûr mieux fini, mais c'est aussi plus cher.

14 fév. 200416 juin 2020
0

Insubmersibilité: pourquoi, combien, comment?
Encore un fil sur ce sujet qui taraude sans doute pas mal d'acheteurs potentiels de bateaux. Au delà des aspects techniques, le choix d'un bateau insubmersible mérite tout d'abord une réflexion sur le pourquoi.
Les réponses sont souvent nombreuses mais ont souvent un rapport plus ou moins direct avec ce qui touche à la sécurité. L'insub rassure pour de bonnes et mauvaises raisons. La bonne; le bateau ne peut pas couler et il vaut sans doute mieux être dans une survie de 6 à 12 mètres (selon la taille du bateau) que sur un radeau gonflable qui se retournera à la première déferlante. C'est vrai sauf si le feu se déclare et alors là, bonjour les fumées toxiques! Vous serez peut-être mort asphixié avant d'avoir coulé…Les mauvaises; l'insub ne vous empêchera pas d'être déchiqueté sur les rochers à cause d'une rupture de mouillage ou d'être coupé en deux par un cargo qui assurait une veille intermittente.(Ce sont les 2 principales causes de fortune de mer).
Après le pourquoi le combien. Toujours plus cher que les autres à prestations égales. Ou alors il y a de l'arnaque quelque part. Toutefois jusqu'en 3ème catégorie, on fait l'économie du bib et ceci compense cela. (à titre indicatif, le bepox 700 que j'ai construit en amateur m'a coûté en insub 700€ de matériaux et 500€ de visites d'homologation soit 5% du coût total).
Ensuite le comment. Et alors là il n'y a pas de place pour l'amateurisme, vues les exigences de l'ICNN pour faire homologuer un bateau construit en amateur. L'architecte du bateau doit fournir l'emplacement précis de chaque volume et justifier de la capacité de la structure à supporter l'expansion des mousses. Les matériaux utilisés doivent respecter des normes contraignantes, des preuves de la pose doivent être fournies (photos, rapport de visite des afmar), le bateau doit avoir un certificat de pesage.
Autrement dit, si le bateau n'a pas été prévu dès le début pour être insubmersibilisé, on commence le tournage de Mission Impossible 3!
Les Challenger de Gaubert mentionnés dans le fil sont effectivement réputés pour être fiables dans le temps mais pas du genre foudre de guerre. Suivant la nav qu'on souhaite, ce peut être un très bon choix (en occasion) car sur les neufs, je n'ai pas d'infos. Chez Etap c'est bien sûr mieux fini, mais c'est aussi plus cher.

20 mai 2004
0

insubmersibilite mousse
Bonjour Estivela.

Quelle type de mousse as-tu utilisé pour insubmersibiliser ton bepox?

Si il s'agit de polyethylene ou pvc pourrais-tu me dire où s'en procurer?

Merci

22 mai 2004
0

pour oryxa
La mousse utilisée est disponible chez SF composites à Mauguio à côté de Montpellier ou à Aubagne (à côté de Marseille). Elle est disponible en plaques d'épaisseurs diverses et liquide à mélanger. C'est une PU 35 kgs/m3
Elle valait le 03/10/01
277,80 le m3 (plaques)
9.50 les 10 kgs (liquide)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (149)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021