insubmercibilité

je souhaite insubmersibiliser mon bateau:un half tonner des années 80 qui fait 2t5 lège.
si l'on se réfère aux textes,pour le faire homologuer (donc ne pas avoir de survie) il faut pratiquement 3 fois le volume déplacé!!! :-(
je crois que je vais mettre 3 m3 de mousse bien répartis et faire avec un pavillon belge (le bateau à 24 ans) ;-)
qu'en pensent les initiés,

L'équipage
27 jan. 2004
27 jan. 2004
0

Peut-être pas si facile
je crois qu'il faudra aussi accepter de le voir rempli d'eau pour les tests d'homologation.

27 jan. 2004
0

Je m'étais posé la question ...
à propos d'un classe micro, et j'avais laissé tomber: hors de portée d'un amateur si tu veux le faire homologuer. Et crainte pour ta sécurité: si tu ne fais pas le test en réel, tu ne saura jamais quel degré de confiance tu peux avoir. Notamment pour la tenue de la structure du bateau qui, une fois "coulé", subira des efforts totalement imprévisibles. Et aussi sur ses réactions: insubmersible signifie: qui peut continuer à naviguer au ralenti lorsqu'il est "coulé". En principe il doit rester "droit", mat vertical, avec un franc bord résiduel donné suffisant et manoeuvrant ... ça ne s'obtient pas "au pif" ...

Avec tes 3 m3 de mousse, ton canote va vaguement "flotter" entre deux eaux (ou couler si tu as trop de bière à bord), et tout cas il ne te sauvera peut-être pas la vie. Et cela suppose que ta mousse restera là où tu l'as mise (dans les fonds nécessairement), ce qui n'est pas du tout évident vu les efforts qui vont s'exercer dessus.

Si tu aimes le casse pipe, ya des trucs plus amusant à faire que celui-ci :-)

Robert.

27 jan. 2004
0

aberrant
3 fois le volume déplacé! si le texte dit ça c'est idiot, c'est peut etre vrai pour les dériveurs, ou le poids de l'équipage est primordial.
sur un croiseur, selon le matériau, il faut de 1,5 (bateau acier), a la moitié (bateau bois) du volume déplacé
Je ne pense pas que les Etap de 6T ont 12M3 de mousse!

il y a un article simple de vulgarisation la dessus dans le livre des glenans

mais attention: la place et la fixation de la mousse sont primordiaux

27 jan. 2004
0

insub
il faut environ le meme volume de mousse que le deplacement pour un bateau en cp ou en polyester
meme s\'il n\'est pas reconnu insub tu peut rendre ton boat incoulable ce qui n\'est deja pas si mal
si ça t\'interresse j\'ai un article de loisir nautique sur l\'insub
moi je trouve que c\'est mieux l\'insub que plethore d\'electronique pour la securitée

27 jan. 2004
0

ok avec pierre 2
en plastoc c'est environ le volume déplacé

ne pas oublier cependant que la mousse a du poids densité 0,95 pour 5m3 c'est 250kg!

et bien sûr que ça ne supprime pas vraiment la survie (même si le réglement le dit)car en cas d'incendie, surtout avec tes 5m3 de mousse toxique tu es dans la m...

27 jan. 2004
0

Probabilité :-)
Pierre, c'est pas pour relancer la polémique victor :-)

Mais qu'est-ce qui est le plus probable dans la vie du plaisancier du dimanche:

  1. couler par le fond à cause d'un bateau non insubmersible

  2. mettre le feu au bateau au large (l'insubmersible ne sert à rien)

  3. se prendre un méchant cailloux en côtier parce-qu'on se plante dans la nav à la main sans GPS et sans sondeur électronique pour assurer "ceinture et bretelle" ...

Je provoque, je provoque , juste pour augmenter le traffic sur HEO :-) :-)

Robert.

27 jan. 2004
0

Je confirme...
... que dans les glénans, ils font un petit calcul pour insubmersibiliser un boat, avec des exigences qui ne sont pas trop importantes (genre tout le gréement hors de l'eau ce qui semble le minimum).

Et la on se rends compte que le legislateur n'est pas forcemment si con...

Mais je cite de mémoire. Le mieux étant de se référer à l'ouvrage susmentionné

27 jan. 2004
0

Les Glénans
Le calcul pour insubmersibiliser un bateau de croisière qui se trouve dans cette \"bible\" n\'est pas si mauvais que cela. Deux exemples sont donnés, pris sur la base de bateaux existants chez eux, donc faites un premier calcul en fonction des poids qui vous semblerons les plus juste pour vous donner cette sécurité en mer. D\'autre part, il me semble que certaines de leurs unités ont été agréés par par les AM.
En mettre plus que prévu n\'est pas déconseillé non plus. Ainsi que leur conseil de faire un test avant de terminer l\'intérieur.(mettre l\'équivalent du poids des aménagements en sus, bien sûr...)
Quand au feu à bord, c\'est un autre problème, des plus sérieux, mais qui est inutile de présenter pour réduire l\'importance de l\'insubmersibilité.
Le législateur est bien dans le champ (champ de mine,bien sûr..) quand à juger ce que l\'on doit prendre ou pas.Vous n\'obtiendrez jamais satisfaction avec eux, à moins d\'être de la famille ou de très bons amis.( Pardons pour les fonctionnaires émotifs, mais c\'est comme cela dans tous les ministères, et vous le savez très bien, ne soyez pas hypocrites s.v.p) Reconnaissons le bien fondé des \"rosbifs\" qui donne la responsabilité du choix au plaisancier responsable.
De toutes façons, prévoir le maximum car ce sera toujours autre chose qui n\'ira pas...Voyez les expériences des navigateurs hauturiers.
PAS DE PAUL EMILE...
Je voulais simplement dire que c\'est très intelligent de faire cette intervention d\'insub. dès lors que le bateau est à refaire entièrement. Sachant que c\'est un soucis de moins en cas de problème...
Enfin c\'est mon avis et je le partage...

27 jan. 2004
0

chacun son avis ...
Quand on reconditionne un bateau, on fait forcément des choix: de coût, de temps de travail, de poids total embarqué, de technicité accessible, de prévision de succès de l'entreprise, de probabilité d'utilisté, etc ...

Dans cette optique, l'insubmersibilité est sûrement un des objectifs les plus difficiles et aléatoires à obtenir pour un bricoleur, et risque fort de finir en catastrope structurelle pour le bateau si mal maitrisé et calculé. Ne pas oublier qu'en faisant cela on s'attaque à la structure du bateau, ce qui est toujours très risqué si on n'est pas architecte naval ...

A mon avis, l'objectif est louable en théorie, mais pas forcément très réaliste ni prioritaire dans les choix.

Mais bon, chacun son fantasme :-)

Robert.

27 jan. 2004
0

ce n'est pas un fantasme
il y a de plus en plus de bateaux qui coulent a la suite d'une rencontre avec un objet flottant voir revues nautiques française anglaises et americaines et qu'est qu'ils disent les survivants :devinez?
ps :les bateaux en alu et en acier coulent aussi!

27 jan. 200416 juin 2020
0

exemple insubmersibilité
Lors de la construction de mon bepox 700 (en CP), j'ai incorporé de la mousse en plaque et liquide pour un volume de 1800 litres. L'architecte avait mis 1500 litres et il était 8 cms au dessus du franc bord minimum requis par les AFMAR.le bateau est donné pour 1100 kgs lège et 1800 en charge. La règle déplacement en kgs = volume en litres est donc valable.
La question de l'emplacement des volumes est très importante et ne permet pas l'amateurisme d'après l'inspecteur ICNN venu homologué le bateau. Il a vérifié:
- la qualité de la mousse utilisée (certifiée pour cet usage, polistyrène interdit notammment)
- la symétrie de l'implantation en longitudinal et latéral
- la hauteur par rapport au franc bord sans eau et avec eau
- le volume immergé bateau à 90° et 125° (angle de chavirage en statique
Par contre, la procédure est longue. Deux ans en tout pour la constitution du dossier, la visite, le rapport de visite, la certification et l'homologation AFMAR. Patience et courtoisie indispensables!

28 jan. 2004
0

Ca doit coûter bonbon ?
2 ans de visites, expertises, tests etc, pour faire homologuer ?

27 jan. 2004
0

avez-vous entendu parler ...
d'un espèce de gros boudin autogonflant qu'on met dans les vaigrages et qui sans eviter la survie (d'un point de vue légal) à l'avantage de sauver le bateau.
Ca se déclenche comme une survie et fait le volume que vous voulez bien lui donnez avec les cartouches de CO2. Seul gros inconvénient, ça casse les vaigrages et certains aménagements fragiles, mais bon, on en est plus à ça près à ce moment là non ?

0

trop tard
oui c'etait le systeme vogod surcouf mais il n'existe plus dans le commerce depuis longtemps
les anglos saxons commercialisent un systeme qui s'en inspire; mais dis donc evenkeel les multis ne sont ils pas insubs par conception ce qui milite en leur faveur pour ceux qui veulent rester en surface

27 jan. 2004
0

Yeap,
mais j'ai quand même une survie à cause du feu. En fait, j'ai un pote qui s'est sorti d'un acier en feu grace à sa survie et il est revenu chercher la coque un peu plus tard. Il était pas assuré, et il était content :
1 - d'être en vie, car absolument impossible de rester à bord dans ces conditins (et j'y pense à chaque fois que j'écris qu'il faut rester à bord tant que ça flotte... si on peut !!!)
2 - de pouvoir récuper sa coque et reconstruire les aménagements qu'il trouvait pas pratique et dangereux, entre autre la cuisine ;-)
Je l'ai connu avant, je l'ai connu après... grace à sa survie. Alors insubmersible oui (tu sauves ton bateau), survie oui (tu peux sauver ta vie). Mais ne vous inquietez pas, je ne me battrais pas pour vous convaincre... chacun sa merde, je suis un libéral non forcené (j'essaye de ne pas forcé les autres à penser comme moi, mais qu'on me laisse penser ce que je veux :-P )

28 jan. 2004
0

Dommage
J'aimerais bien voir ce que donne Zidane avec des palmes :-D :-D :-D

28 jan. 2004
0

Et les ballons ? On pourrait tranporter des ballons.
J'ai vu renflouer à la Pointe du Raz un vieux gréement de 15 m. Ils l'on rempli de ballons.

PS.

Précision pour Even Keel.

Il ne s'agit pas de transporter un millier de ballons de foot en prévision d'un éventuel naufrage. C'était des gros ballons gonflables utilisés par les plongeurs.

27 jan. 2004
0

Holà michel !!!
250 Kg de mousse t'y vas un peu fort!

3 m3 x 30 kg (si mousse PU) ou 17 kg (si mousse polistyrène) égalent 50 ou 60 kg maximum.;-)
le problème de la législation, c'est que le bateau couché doit revenir à l'endroit, donc il faut de la mousse dans les hauts et des deux cotés, mais comme il faut aussi un franc bord minimum à plat, il faut aussi de la mousse dans les fonds.
Souvant on ne mousse que les fonds et on ne fait pas le test du redressement.
On peut aussi espérer que le compartimentage du bateau fera des zones participant à l'insub. (certains bateaux non insubmersible étaient toujours à flots bien après leur abandon!!)
Avoir donc

27 jan. 2004
0

pour ma part
takari sera egalement insubmersible, un peu plus de 2 m3 de mousse pour 1t 800 grosso merdo en charge

Question la mousse polyurethane me tante parce qu elle ne boit pas l eau comparativement au polustirene, mais question, y a t il differentes qualités de ce materiau ?

Ensuite ce que je compte faire, c est ne pas envoyer la mousse telle quelle dans les coffres mais englober les coffre avec un film plastique, ainsi, si je le veux ( ou un autre proprio ) je peux virer toute la mousse sans abimer mes fonds

28 jan. 2004
0

bien dit Takari !
Soit on fait dans les normes (cher à cause de la mousse homologuée, chiant pour faire les éssais ...) :-( soit on fait pour être tranquille.
Donc mousse polistyrène ou PU mais IMPERATIVEMENT emballée en film plastique soudable (comme les housses des teinturiers).

28 jan. 2004
0

mousse à bord
et en cas de naufrage on peut manger les mousses, c'est bien connu (:&gt)

pour la densité, je suis un peu pessimiste avec 0,95 mais il me semble que la mousse expansée est donnée pour une expansion de 30, avec un poids initial de 1KG par litre. C'est meilleur pour les blocs achetés.

le choix entre la mousse libre (dans des enveloppes amovibles) ou collée (par sa polymerisation, sans enveloppe)n'est pas évident, car:

-la mousse libre peut etre enlevée en cas de réparation par exemple, mais tiens beaucoup moins si elle doit soutenir le bateau, elle doit alors être bloquée sous des plaques trés robustes , solidement fixées a la structure.De plus l'espace entre mousse et coque va etre un cloaque ignoble aprés qq temps.
-la mousse polymérisée directement dans les coffres et fonds est une galère a retirer, mais colle parfaitement sur le bois et le polyester (sur acier et alu je ne sais pas) ce qui aide a sa tenue, empeche le cloaque de s'installer.

donc (amha), sur bateau cp ou polyester, mieux vaut la couler directement. Une coque polyester moussée (genre Etap)se répare par l'extérieur, plutot plus facilement que sans mousse, car on restratifie sur la mousse.

le systeme le meilleur est (amha) un mélange de blocs et d'expansée: les blocs sont moins chers et remplissent la moitié haute de chaque compartiment (3/4 environ), puis le liquide est coulé dans l'espace restant et s'expanse en bloquant tout.

tout ceci dans le cadre d'une insubmersibilité non homologuée, destinée à multiplier vos chances, et avec une survie en plus si le feu prends, bien sur!

sans oublier le gros inconvénient de la mousse, qui est de réduire d'un tiers le volume habitable, et les 3/4 des rangements, ce qui donne l'impression d'être dans un 10m alors qu'on a une coque de 12m.

alors chacun fait comme il le sent, comme dirait jp et robert (:&gt)

0

au salon de dusseldorf
j'ai visite les etaps de 9.10 et11 M POUR LES comparer avec par exemple les bavarias et les delhers de la meme taille
et bien les etaps sont plus spacieux !
au niveau des rangements ils en ont peut etre moins en volume mais mieux conçus

28 jan. 200416 juin 2020
0

alternance de mousses
Voir en photos la démonstration de ce que propose Michel.Une note pour l'homologation: les mousses doivent être collées à la coque sinon pas d'homologation. Il faut qu'en cas de voie d'eau elle ne puisse pas sortir du bateau et voyager au gré du vent. La mousse expansée est impeccable pour les endroits difficiles d'accés ou les volumes compliqués. Les panneaux rigides sont faciles à poser sur les bordés.

10 fév. 2004
0

INSUBMERSIBILITE, côté pratique.
Nous savons que l'insubmersibilité prend un certain volume à déduire du volume habitable, mais il y a beaucoup d'endroit dans une coque en forme qui ne sont guère utilisable. Alors si une perte plus ou moins sensible dans l'habitable peut générer une certaine tranquilité d'esprit dans le cas d'un éperonnage avec un "ofni", ce serait toujours bon à prendre.
D'autre part, le travail étant réalisé dans les règles de l'art, c'est à dire projeté et collé sur le bordé, un choc et même l'éventrage dudit bordé enfoncera cette couche d'insubmersibilité sans obligatoirement faire une voie d'eau; dans le cas contraire, cette mousse en bombe se formant même sous l'eau condamnera la voie d'eau, nous permettant de rejoindre la terre la plus proche.
Je pense, partant sans assurances (sinon la responsabilité civile), me donner une chance de ne pas perdre mon bateau...l'ayant en partie construit de nos mains,nous sommes en principe aptes aux interventions d'urgence.
Malgré tout, une annexe insubmersible armée en survie nous accompagnera,ainsi qu'une annexe gonflable...pas de leur merde de secours...
Chacun d'entre nous met ses priorités là ou cela lui semble être le mieux afin de juguler...ses peurs,peut-être...

09 fév. 2004
0

les mousses pulyurethane
vendues en bombe dans les magasins de bricolage sont elles valable pour insubmersibiliser nos bateaux ?

takari.monsite.wanadoo.fr[...]

10 fév. 2004
0

trop cher
ça te revindrai trop cher ,il faut l'acheter en bidon de 20 l, en plus cette mousse reprend moins d'eau;, moins de 5 pour cent

10 fév. 2004
0

Sous réserves
Les mousses en bombe peuvent constituer des réserves de flottabilité si elles sont expansées dans des volumes clos. Cela force la fromation de cellules fermées.Le problèmeest de trouver le juste équilibre entre le volume de mousse et la taille des bulles.
Cela nécéssiterait un cours complet. Alors sacrifie une bombe et quelques récipients solides et étanches pour faire des essais.

10 fév. 2004
0

ok avec pierre 2
beaucoup trop cher en bombe, et on ne controle pas ce qu'on met. Avec les bidons a mélanger, on a une pate liquide qui se coule , puis ça prends et avec une expansion trés fiable, si la temperature est ok.

la bombe c'est pour finir si on n'a pas le marchand de chimie a proximité.

10 fév. 2004
0

on trouve ca ou ?
combien me faut il de litres pour renplir 2 M3 ?

27 fév. 2004
0

Mousse PU
la SOROMAP à la rochelle en vend aux particulier en petit et moyen conditionnements. et je crois qu'ils vendent aussi par corespondance.De toutes façon, ils fournissent aussi pas mal de chip .

pour des grosses qté voir directement chez les plusturgiste (annuaire des matières plastiques que l'on peut trouver dans toute les CCI

pour le calcul de qté, en millieu tempéré humide (l'humidité n'est pas l'ennemi de la PU)prévoir entre 40 et 50KG de mélange (en général 1/1)par M3

28 fév. 2004
0

1/1 volumen et 30kg/m3
Avec la bone temperature, 20 a 30 secondes de melange 1/1 en volumen ( un composent est 10% plus lourde que l'autre) on peût obtenir 30Kgs/m3...plustôt optimist.

Les monocomposent reaccionen avec l'humidité et n'ont une expansion si bonne.

26 mar. 2004
0

Insubmersibilité
Bjr,
Constructeur amateur de multicoques (1 tri et 1 cata à moteurs)le premier a été homologué par les AFF. MAR. après remplissage complet du bateau. Pour la qualité de la mousse (en panneau ou liquide) elle doit être à cellules fermées (SOLOPLAST VOSSCHEMIE 38 ST EGREVE) (les autres en bombe se comporte comme des éponges).
Par ailleurs, pour ma 2ème construction, visant la 4ème cat, je l'insubmersibilise (!). Horreur, les Aff. Mar m'informent qu'ils ne s'occupent plus de ce genre de problème et me donne l'adresse de bureaux de vérification officiels et...très chers. ;-)

27 mar. 200416 juin 2020
0

Alors là on va se marrer.....
Si l'insubmersibilité oblige à payer un bureau Véritas ( au moins le prix d'un BiB), on va voir Kikenha et si la sécurité, pour les français, c'est vraiment otchoz qu'une question de pepettes :-D :-D :-D :-D

27 mar. 2004
0

Bien content d'être ailleurs
Je persiste dans mon envie de rendre insubmersible mon futur voilier. Il n'y a pas encore ce "bordel "au niveau des contrôles et autres tracasseries des fonctionnaires canadiens. Nous pouvons faire relativement (qui croit au mouton à cinq pattes?.) ce que l'on veut dès que l'on respecte leur liste "sécurité" qui est un minimum.
On a vraiment un sentiment de "liberté" quand on veut construire ou rénover un quelconque bateau, et là pour ne pas vous écoeurer, je ne parlerais pas des doits et taxes on ne peut plus abordables...
bonne fin de semaine quand même...
Gérann

29 mar. 2004
0

Coût de l'insubmersibilité
Pour un bateau de 4,65 tonneaux il m'en a coûté 490 euros dont 250 de frais de déplacement par l'ICNN de la Rochelle. Ce coût faible est lié au fait que le bateau construit est une copie d'un bateau de série déja certifié insubmersible. Ce que j'ai payé est donc une "extension de certificat". J'aurais emmené le bateau à La Rochelle ça m'aurait coûté 190 euros. Pas de quoi en faire un drame!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Décembre à Manly beach.  été australien

Souvenir d'été

  • 4.5 (168)

Décembre à Manly beach. été australien

novembre 2021