Installer des chandeliers et filières sur First 18 SE (anc.Seascape 18) ?

Bonjour,

Nouvelle inscrite (mais lectrice de longue date), je saute le pas avec mon premier sujet...

J'envisage d'acheter un First 18 SE (anc.Seascape 18), essai prévu en septembre prochain.

Pour la sécurité, au lieu des sangles de rappel, j'aimerais faire poser des chandeliers + filières 'tissu' façon Speed Feet 18, qu'en pensez-vous ? Ce n'est pas une option proposée par Bénéteau, c'est à faire après livraison.

Même avec un passé de voile légère, je n'ai plus 20 ans et je vais devoir adapter ma pratique à mes capacités physiques...

Merci d'avance pour vos commentaires.

Isabelle

L'équipage
30 juil. 2021
03 août 2021
0

bonjour,
j'ai pas l'impression que ça se bouscule pour te répondre; ou alors y'a eu un "nettoyage""....
poser des chandeliers, ou les faire poser, le problème c'est la résistance du pied de chandelier, donc vérifier sur quoi ils vont être fixés; le couple entre la force d'appui en tête de chandelier et la résistance de ce pied doit être au bénéfice du pied... évidemment. Il faut donc vérifier que le boulonnage des pieds sera suffisant. Il faut (sans doute) impérativement une contreplaque coté intérieur de la coque bien sûr (le doute que sur ton 18' la coque soit très épaisse, mais je ne connais pas ce bateau), pour assurer une surface d'appui conséquente (trop fort n'a jamais manqué). L'autre point c'est le pivot entre les deux couples d'efforts... la bascule entre la force en têt de chandelier et le report de cet effort sur le pied d'appui; là je présume que ça va se passer plus ou moins au niveau du livet de pont (jointure entre coque et pont) faut voir comment est fait le bateau. Lorsque le pied résiste bien, l'effort va donc se reporte sur ce point... rebelotte voir si on peut s'y fier ou s'il faut là ussi renforcer son appui............. bonne chance


Isabelle_Pt_Camargue:En effet, le First 18 SE n'est pas un gros bateau et ça risque d'être un peu juste d'un point de vue structure. Sans compter que les chandeliers peuvent être gênants pour d'autres raisons (cf. commentaire Calgar). A voir.·le 04 août 09:06
03 août 2021
0

Bonjour,
Nous avons été les heureux propriétaires d'un Seascape 18 pendant plus de 5 ans. A l'achat, nous nous sommes posés la même question concernant les chandeliers et filières sachant que l'un des premiers prototypes avait été réalisé avec de petits chandeliers. Nous naviguions parfois avec des enfants en bas ages (3 et 6 ans à l'achat du bateau) et la présence des filières nous paraissaient sécurisante. Nous avions acheté un bateau d'occasion en nous disant que nous ferions poser les filières ultérieurement, ce que nous n'avons jamais fait pour 2 raisons principales :
- il s'avère qu'à la gite, la position assis les cuisses sur les hiloires, les fesses hors du bateau et les pieds dans les sangles est confortable et le rappel plus efficace. Je crains que la présence des chandeliers et filières obligent à avoir une position assise moins confortable les fesses avancées sur la partie bombée des assises.
- Le seascape 18 est un petit bateau bas sur l'eau et les chandeliers constituent une difficulté lorsqu'il faut s'ammarrer à couple d'un autre bateau ou le long d'un catway prévu pour de plus gros navires dont la hauteur est supérieure à celle du pont du 18.
Voilà mon point de vue issu de mon expérience sur notre seascape 18.


Isabelle_Pt_Camargue:Merci pour le retour d'expérience, ça donne envie, vivement septembre ! J'avais lu un article qui parlait des plats-bords... qui ne le sont pas, mais difficile de se rendre compte sur des photos. Idem pour la largeur. ·le 04 août 09:01
Calgar:Nous nous sommes vraiment beaucoup amusés avec notre seascape qui est vif, rapide et polyvalent sans jamais nous faire peur, l'inconfort arrivant avant d'atteindre la zone de danger (après, la limite du confort dépend de chacun...) car dès que la mer se forme un peu, sur un bateau de cette taille et de ce poids là, ça devient rapidement du rodéo au près. Par contre, au portant c'est stupéfiant de vitesse et de stabilité. Il faut faire attention de ne pas se laisser ennivrer par cette envie de vitesse en lofant toujours un peu plus sous spi au risque de faire un magnifique départ au tas. Mais l'intérêt de ces bateaux est que du fait de leur poids plume, en cas d'erreur, on ne fait pas trop mal ni à l'équipage, ni au matériel. En 5 ans nous avons fait quelques figures accrobatiques plus par erreur de l'équipage que du fait du bateau (surtout en sortie d'empannage sous spi si le barreur à un peu trop loffé pour redonner de l'air au spi) mais nous n'avons jamais couché le bateau et personne n'est jamais tombé à l'eau (attention tout de même à utiliser de bonne chaussures antidérapantes) . Revenant à l'aspect sécurité, nous naviguions très souvent à 2 par à peu près tous les temps. A bord, le gilet était obligatoire (nous avons du reste gardé cette habitude aujourd'hui sur notre nouveau bateau beaucoup plus gros) ! Les enfants étaient attachées avec une longe fixée sur l'anneau d'élingage sur le puits de quille. Notre réglage de mat avec beaucoup de quête nous donnait un bateau assez ardent si bien que dès que nous lachions la barre, le bateau lofait naturellement jusqu'à ce mettre bout au vent rapidement. Cela nous semblait être un gage de sécurité en cas de chute de l'équipage. ·le 04 août 17:58
03 août 2021
0

En général, par principe ou dans tous les cas lorsque les conditions de mer l'exigent
les filières ne dispense ABSOLUMENT PAS d'avoir des moyens fiables de s'accrocher pour rester sur le bateau. Les filières sont naturellement très utiles pour limiter au maximum les risques de perdre un équipier et indispensables avec filet quand il y a des enfants.
Il ne faut pas sous estimer les forces en jeu, lorsque un sujet de 75kg est projeté violemment (j'ai lu plus de 500kg). Et même sans cela la présence d'une filière fait que par réflexe on va chercher à s'y agripper alors que ce n'est qu'un pis aller. Du fait du bras de levier d'au moins 60cm les fixations transfixiant le pont doivent être très solides avec nécessité de contre plaque (gros travail quand tout est déjà aménagé) et naturellement il faut assurer une parfaite étanchéité GARANTIE. La sécurité n'a pas de prix mais elle peut avoir un coût qui ne doit pas faire renoncer si cela vous parait nécessaire ou si l'évolution d'une réglementation vous l'impose. Votre demande prouve très heureusement que vous avez bien compris qu'en toutes circonstances, au moins en mer un équipier doit toujours pouvoir rester sur le bateau mais qu'il faut disposer aussi de tout l'entrainement et moyens techniques de le récupérer très vite s'il tombe malgré tout à l'eau.


Isabelle_Pt_Camargue:S'attacher reste le moyen le plus sûr pour rester/remonter sur le bateau. Ceci dit, l'essentiel de mon programme sera de la navigation loisir & performance à la journée, en solo ou en double avec équipier confirmé. Comme je ne suis pas (plus ?) une tête brulée, pour mes sorties solo, ça sera avec des conditions clémentes, en baie d'Aigues-Mortes... mais je ne suis pas à l'abri de quelques rafales, d'où l'idée des chandeliers/filières. En tout cas, merci pour cette réponse détaillée.·le 04 août 09:23
FredericL:Je pense que ce n'est pas super pratique d'être attaché sur un petit bateau sur lequel il faut être mobile. Pour une nav en baie en solo, un gilet et une vhf étanche ou un balise devraient suffire.·le 04 août 12:31
03 août 2021
0

Une fois l'essai du First 18 SE réalisé ,vous aurez peut être une opinion différente , pour la course Silverrudder sur un Seascape 18 des wings avaient été installés ,mais pas renouvellé semble t'il.
Tenez nous au courant des impressions ressenties à bord lors de l'essai.

www.microchallenger.fr[...]ead.php
Quelques renseignements là :
www.microchallenger.fr[...]lay.php


Isabelle_Pt_Camargue:Merci pour les liens. Sympa les wings à double usage : course - farniente ;o) mais trop invasifs à mon goût. Je vais essayer le bateau tel quel, voir après si j'apporte des modifications ou pas, selon mon ressenti... et structure du bateau (cf.commentaires matelot et outremer)·le 04 août 08:46
0

Merci pour vos retours.

Effectivement, sécurité d'abord : sorties prévues en solo ou en double avec équipier confirmé, je m'inquiète plus pour mes sorties solo. A voir à l'essai et à l'usage...

Intéressant également le point sur l'amarrage, je n'y avais pas pensé. Comme quoi, le mieux c'est quand même de voir et d'essayer la bête ;o)


04 août 2021
0

Dans votre post vous écrivez :"Pour la sécurité, au lieu des sangles de rappel" ...disons le... elles sont indispensables! du moins quand le vent commence à monter,c'est le coté jouissif de ce voilier...
Pour l'avoir essayé...quand on dépasse un certain angle de gite (sur la tranche) les pieds dans les sangles...cherchent les cales pieds et à ce moment là personnellement ,la main libre qui ne tient pas la barre...cherche où se tenir ! une poignée genre footstrap sur le coté extérieur de la coque pourrait être une solution...mais bon, les pratiquants réguliers doivent peut être s'habituer .


FredericL:Sur un bateau come ça, en solo, la main qui ne tient pas la barre tient l'écoute de GV ce qui permet d'éviter ces situations. ·le 04 août 09:11
04 août 2021
0

@FredericL ...Je parlais de la situation un peu scabreuse où tu viens de larguer l'écoute de grand voile ,le bateau sur la tranche,les pieds dans les sangles qui cherchent les cales pieds dans une position qui approche la verticale...se tenir avec une main pour éviter de chuter dans le cockpit !

Bien sûr on essaie d'éviter de se mettre dans cette situation surtout en solo...mais ce genre de figure acrobatique est ce qui va vous arriver un jour sur ce type de voilier...
A 0.34 de la vidéo :


04 août 2021
0

Quand le safran n'est plus dans l'eau, on peut lâcher la barre sans conséquences !
Je navigue principalement en deriveur léger et en skiff, je connais ces situations.


xabia:Je n'ai pas eu le plaisir de naviguer sur un skiff,dans mon cas le Seascape étant bisafran il était toujours manoeuvrant,je me suis tenu à la coque le temps que mes pieds retrouvent les cales pieds. En comparaison avec la voile légère.. sur un Hobie Cat 16 fortement gité tu peux te tenir au cadre du trampoline...pas sur un Hobie Tiger ou un Nacra !·le 05 août 23:21
FredericL:Quand le mât est à l'horizontale, il n'y a aucun safran dans l'eau ...·le 06 août 07:26
xabia:Là excuse moi "tu as découvert l'eau tiède" !·le 06 août 07:56
04 août 2021
0

A la voile la première sécurité est de consulter la météo pour la mettre en rapport avec ses ambitions et les possibilités lucidement admises du bateau et de l'équipage.
Tout voilier peut être brutalement couché surtout par une saute de vent
ou plus rarement sur une erreur majeure du skipper/barreur.
On ne peut pas vivre tout le temps attaché sur un bateau mais une éjection d'équipier fait partie des possibilités si on est imprudent (on cherche les em...) où que l'on manque de super réactivité (on a rien cherché du tout mais on ne l'a pas vu venir alors qu'a posteriori en fait c'était théoriquement possible (météo instable, effet local, etc...)).
Les petites unités on l'énorme avantage justement de tester ces situations.
A bord d'un voilier, il faut au moins toujours un skipper/barreur qui reste vigilent, prêt à réagir dans la seconde !


0

Vos conseils et expériences sur ce type de bateau ont vite balayé mes petites inquiétudes de navigation en solo. L'essai va très certainement et définitivement me conforter dans le choix du First 18 SE, même sans filières. Les prochains mois vont me paraître bien longs...

La suite : essai, choix des options, demande de devis, réflexion et commande (pour Noël ?). L'idée est de réceptionner le bateau au plus tard en mars 2022. Je vais aussi surveiller les (rares) occasions sur le marché, après l'été.


04 août 2021
0

Surtout qu'avant d'aller plus loin la baie du Grau du Roi,la Grande Motte permet de naviguer assez sereinement.

Vous comptez le stocker à terre ?
J'avais copié ce blog avant qu'il disparaisse :Raid 200jours en couple
www.microchallenger.fr[...]ead.php
Et celui là en solo :
www.microchallenger.fr[...]ead.php


Isabelle_Pt_Camargue:Le couple autrichien, 3 mois sur leur seascape 18 : je suis bluffée, comment ont-ils fait pour stocker toutes leurs affaires !!?? D'après la doc, les espaces de rangement sont très très limités...·le 05 août 22:26
05 août 202105 août 2021
0

J'aimerais rester sur Port-Camargue. La capitainerie m'a déjà annoncé que pour une place annuelle à flot les listes d'attente sont longues y compris pour les petits voiliers et les places saisonnières ne sont pas garanties (beaucoup de demandes également). Le concessionnaire propose une place avec l'achat du bateau, mais ce n'est pas une place définitive.

Plan A : idéalement, une place annuelle à flot

Plan B : bateau sur remorque en hiver et sur l'eau de mars à octobre, avec un forfait été (6 mois) + 2 mois visiteur en début et fin de saison (ce qui m'obligera à acheter une remorque et équiper ma voiture, pas prévu pour l'instant)

Plan C : y'en a pas. J'exclus une mise à l'eau à chaque sortie (2-3 fois/mois entre mars et octobre). La capitainerie m'a proposé une place sur le parking voiture + remorque (env. 1100 €/an), voire de rejoindre la société nautique Grau-du-Roi/Port-Camargue (env.700 €/an + adhésion au club env.120 €, avec obligation de régater).

Sinon, changer de port : place possible sur Port St-Louis du Rhône ou Cap d'Agde...


FredericL:Le plan B me parait plus adapté au bateau, qui sera mieux au sec l'hiver, et sera préservé de l'osmose. C'est aussi un élément important dans l'optique d'une revente. Avec le plan A, tu n'échapperas pas aux sorties annuelles pour carénage et antifouling. ·le 05 août 23:05
05 août 2021
0

La meilleure solution que nous avions trouvé était le stockage du bateau sur remorque maté d'avril à novembre et entreposé sur un chantier sur le port. Nous mettions à l'eau sur cale en autonomie. Lorsque nous naviguons plusieurs jours d'affilés, nous mettions le bateau au port en place visiteur. Deux avantages : le prix et l'absence d'antifouling. Inconvénients : il faut une voiture avec un attelage, une remorque et la logistique est un peu plus complexe que le bateau sur l'eau en permanence. L'hiver le bateau était stocké au chaud dans le garage pour y être bichonné.


05 août 202105 août 2021
0

C'est un peu ça le problème, la logistique. Il faut la bonne voiture (puissance) + attelage + 2 paires de bras pour mater, juste pour aller du parking à la mise à l'eau (100 m ?), psfff... Tant pis pour le budget et l'entretien, je vais quand même batailler pour une place annuelle à flot.


Calgar:Certains ports sont équipés de grues en accès libre bien pratique, l'ancien propriétaire de notre seascape avait opté pour cette solution à laquelle nous n'avions malheureusement pas accès. ·le 05 août 22:12
Isabelle_Pt_Camargue:En effet, il y a une petite grue en accès libre à Port-Camargue, mais il me semble qu'elle est réservée aux membres de la SNGRPC, je vais aller voir et me renseigner.·le 05 août 22:40
xabia:J'avais un projet similaire à vous,coté finance pas toujours facile de transformer des biens en monnaie sonnante et trébuchante...donc à l'arrêt. J'habite à 100 km de Port Camargue,il y a des voiliers sur remorque matés me semble t'il. Je pensais faire de l'itinérant l'été...lacs...j'ai rencontré un couple qui avait vendu leur Seascape 18, il s trouvaient la mise en place trop longue (3h pour eux) pour changer de plan d'eau.F.Coutant leur avait parlé de 1h avec l'habitude ,ils ont pris un voile aviron moderne construit à coté de Grenoble le LiteXP avec une cabine encore plus exigu, mais beaucoup plus rapide de la remorque au départ sur l'eau...vendu par F. Coutant.·le 05 août 23:02
Isabelle_Pt_Camargue:Ce François Coutant me semble être un bon commercial : il annonce 1h de MAL et finalement c'est 3 h...me serais pas approchée une deuxième fois de lui ;o) La disponibilité et le temps de MAL sont des critères importants pour moi, je fais pas mal de route pour profiter du week-end sur l'eau, c'est 1h max VRAIE pour partir avec le bateau.·le 06 août 16:50
Calgar:1 heure entre l'arrivée sur le port et le bateau sur l'eau prêt à naviguer, c'est un peu court en effet dans des conditions normales pour des êtres humains normaux. Avec pas mal d'entrainement et d'astuces, nous mettions 1h45 entre l'arrivée sur le port et la mise à l'eau (avec les voiles à poste, prêt à naviguer) si tout se passait bien et que nous n'étions pas trop distraits. La première année, nous mations et démations dans la journée ou le week end et en effet, c'est beaucoup de temps. Nous avons par la suite vraiment apprécié de pouvoir le stocker maté. Dans ce cas, c'était 30 minutes pour atteler , mettre les voiles (nous laissions le foc à poste), déplacer le bateau à la cale et mettre à l'eau. Là c'est tout à fait gérable. ·le 06 août 17:16
xabia:François Coutant dans sa vie a été gréeur de l'équipe Groupama...pour lui gréer un Seascape c'est une simple formalité...le couple rencontré n'avait pas l'air d'avoir la super gniaque pour être rapide. A Palavas il y a une vingtaine de Surprise qui sont stocké sur remorque sur le terre plein,maté...pour la mise à l'eau ,ils poussent la remorque à la main (1250 kg) et mis à l'eau par la grue avec une élingue au centre de gravité,tout ça effectué par les utilisateurs qui ont été formés par ceux qui sont aguerris .·le 06 août 22:26
06 août 2021
0

La notion de Temps en bateau est TRES différente de son vécu terrestre.
Naturellement disposer immédiatement d'un bateau prêt à naviguer peut paraître idéal
mais cela ne correspond pas du tout à la réalité d'être propriétaire d'un bateau
de plaisance soumis à de TRES grosses contraintes de toutes sortes qu'il doit accepter,
récompensé quand il finit par arriver à naviguer un peu.
Cet empressement mal maîtrisé peut avoir des conséquences fâcheuses sur la sécurité s'il vous conduit ensuite à faire des impasses sur la préparation du bateau ou la MTO et l'état de la mer.


0

La sécurité d'abord, toujours.

Quand je descends, c'est parce que je peux naviguer, sinon je reste chez moi...

Je vérifie la météo avant de descendre et je re-vérifie le bulletin météo une fois sur place. Je teste ce schéma de pratique depuis mars 2021, soit une douzaine de week-ends, et il n'y a qu'une fois où j'ai dû reporter ma sortie de quelques heures.

Je persiste : descendre pour naviguer à la journée/WE et passer 2x3heures de matage/dématage, cela n'a pas de sens. D'où mon intérêt pour laisser le bateau à flot, au moins de mars à octobre.


xabia:Ouais...mais comme il n'y a pas de chandeliers c'est pas commode de fixer les pare bats...lol ! un au hauban... et après ?·le 06 août 22:13
06 août 2021
0

Pour le couple autrichien parti en raid 200 jours (voir plus haut) pour stocker le matos ils avaient rajoutés un hublot en fond de cockpit,comme on peut en voir sur les First 21.7S ou Twenty.
Si vous voulez pouvoir agrandir les images sur le site Micro Challenger il faut s'inscrire et prendre un pseudo. www.microchallenger.fr[...]dex.php


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bol d'Or 2016

Après la pluie...

  • 4.5 (47)

Bol d'Or 2016

mars 2021