Impression 3D, solution pour nos bateaux

Après la sympathique présentation de Now sur l'impression 3D et ses recherche, sur le stand de HeO au Nautic2017, voici une info qui peut nous être interessante à suivre.

www.clubic.com[...]ue.html

L'équipage
10 déc. 2017
10 déc. 2017
0

Bonjour. Intéressant (voir le fil récent sur les anémomètres). Le plus difficile sera la fabrication des pièces en 3D et de connaître leur résistance et usure dans le temps . Dans le même esprit, divers compteurs pourraient s'envisager, reste ensuite la transmission des données à un quelconque écran..
A suivre...

10 déc. 2017
0

salut
ayant une imprimante 3d je suis en train de réaliser diverses pièces et machines avec, et en ce moment je modélise mon cache de compas plastimo qui s'est fissuré.
Je vais tester une impression avec un plastique souple (comme ça si on marche dessus pas de souci) mais la résistance aux UV de ces types de plastiques n'est pas génial.
Je construit une extrudeuse de fil plastique qui va me permettre de faire des tests de plastiques composites en même temps que de recycler des déchets et les rendre exploitables.

Pour en revenir au sujet initial il existe des plastiques qui résistent mieux aux UV et donc c'est idéal pour les compteurs extérieurs etc..

De même je réalise aussi un multiplexeur NMEA wifi qui va me coûter moins de 50 euros en matériel.

Bref il y a pas mal d'applications envisageable dans la plaisance

10 déc. 201710 déc. 2017
0

Le polycarbonate est uv sensible, il me semble.
C'est une des caractéristiques qui lui refusent la conformité au R43...

0

RAS mais peu de temps : il suffit de regarder les optiques de voitures en PC qui jaunissent en quelques années malgré les vernis anti UV qui les recouvrent.

11 déc. 2017
0

à l'arriere n'est ce pas du PMMA? (plexi)

0

Ce qui resiste le mieux aux uv c'est le vynile

11 déc. 201711 déc. 2017
0

Il me semble que le pavillons de la R5 (turbo, sur la R5 il est en fer oxydable) était en polyester, pas en vinyle.

0

Uniquement sur la Turbo 1, pas sur la 2

12 déc. 2017
1

Je n'ai pas percuté au départ, mais un toit vinyle, c'est cosmétique pas structurel, c'est ça :
www.renault-5.net[...]nyl.jpg

10 déc. 2017
1

Je suis d'accord avec la plupart de ton intervention. Toutefois je te souhaite bien du plaisir avec ton extrudeuse. Tu vas rapidement découvrir pourquoi une ligne d'extrusion de filament vaut 30.000€. Si tu arrives avec ton bricolage à avoir une consistance de densité et de diamètre, déposes vites un brevet, tu vas devenir millionnaire ;-)
.
Pour des pièces très résistantes et qui tiennent bien à l'extérieur, imprime en polycarbonate. Ça se trouve dans le commerce et pas besoin de réinventer l'eau tiède. :reflechi:

10 déc. 2017
0

Polycarbonate + peinture = RAS ;-)

11 déc. 2017
0

Si c'est peint le problème est résolu. Vernis UV sur les optiques c'est pas démontré, il y a de l'obsolescence programmée dans les optiques avant, je car j'imagine que vous avez remarqué que les optiques arrière, moins scrutees au contrôle technique vieillissent beaucoup moins. Ceci dit, le avec un simple produit de contact comme du 303 aerospace il n'y a plus de corrosion. Le vernis je suis moins chaud car ça s'écaille. Et même si corrosion il y a elle est de surface, elle met normalement plusieurs années sans entretien pour apparaître et s'élimine avec un peu de polish.

11 déc. 2017
0

Difficile d'être catégorique pour toutes les autos, mais en tous cas chez moi c'est du PC devant et derrière.

10 déc. 2017
0

A ma connaissance, il n'y a pas de filament vinyle ou PVC sur le marché. J'ai changé il y a deux ans le toit d'une R5 de 1976 en vinyle, il était bien dégradé et a dû tenir honorablement 25 ou 30 ans. Tôt ou tard, quasi toutes les matières sont attaquées par les UV, hélas.

A la fois le polycarbonate, nombre de hublots ou portes de nos bateaux sont en polycarbonate. Les multi alvéolaires dont on fait le toit des vérandas sont en polycarbonate. C'est pas éternel mais ça ne tient pas si mal non plus.

11 déc. 2017
0

Écoute, d'après les parties intactes retrouvées sous les baguettes, c'était probablement du vinyle. Bien trop souple pour être du polyester en tous cas.

11 déc. 2017
0

Le pavillon de la R5 Turbo (moteur central) était en alu.
Comme certains ouvrants.
Le poids !!!

0

Ah :oups:

12 déc. 2017
0

non c'est le pvdf

10 déc. 201710 déc. 2017
0

J'avais acheté quand je travaillais encore une machine de prototypage rapide 3D chez CAD Vision. Cela n'a rien à voir avec les machines que l'on peut s'offrir à la maison. Le prix qui a dû diminuer depuis n'était absolument pas à la portée du particulier et même pas destiné aux PME.
On obtient certes des produits très proches en qualité du produit final visé en injection plastique. La précision est bluffante sur ces machines et n'a rien à voir avec les machines que je qualifierais de "bricolage" qu'on trouve à pas cher sur Internet.
Reste que pour des pièces qui seront sollicitées mécaniquement et malgré les progrès sur les fils et les technos proposées il faut plutôt oublier à mon avis. Cela ne pourra jamais être équivalent à de l'injection.
Pour faire un capot de compas c'est sur que cela convient et qu'on aura eu le plaisir de le faire soit même. Mais à quel prix.
Même en activité et alors que cela ne me coûtait rien, je n'ai jamais utilisé cette machine pour un quelconque remplacement de pièce plastique à bord.
Maintenant vous pouvez toujours vous amuser mais pour quel résultat.
Je regrette de ne pas avoir été présent le jour ou Now a fait sa présentation. Il aurait été très intéressant d'échanger ensemble sur un sujet sur lequel l'entreprise avait été précurseur en France et que je pense bien connaître.

10 déc. 2017
1

j'ai vu ils vendent du matos de chez statasys, c'est du bien bon matériel en effet mais à quel prix!!!
j'utilise ma machine 3d chinoise pour me fabriquer une CNC (2.5 kg et 300h de pièces fabriquées) cela est largement suffisant pour l'application que j'en fait.
Je vais tester le nylon et l'iglidur le mois prochain sur l'imprimante 3d.
pour ma cnc (3 axes pour le moment) l'objectif est de pouvoir usiner des pièces en alu assez simples

10 déc. 2017
0

Là par contre, c'est de la désinformation @FullHaya. Clairement, on parvient à imprimer avec une qualité tout à fait comparable avec une imprimante à moins de 500€ que sur une Stratasys FDM. Si la machine est en bon état et bien réglée, aucun problème. Cependant, là où il y a une vraie différence, c'est que l'imprimante à moins de 500€ n'est pas une machine de production industrielle. La Stratasys est capable d'imprimer 24/7 sans ciller pendant quelques années. C'est pas le cas d'une imprimante à moins de 500€, laquelle passera probablement par la case maintenance régulièrement. En revanche, ce qu'il y a de bien c'est que l'imprimante à moins de 500€ fonctionne sous 12v, pèse moins de 10kg, et tient dans un coffre...
.
L'injection, tout est une question de plastique et de densité. Il y a des injections sous pression de qualité, et d'autres bien moins enviables comme une en ABS basse densité (genre Lego). Il ne faut pas généraliser comme ça avec l'impression 3D. D'abord, une pièce de base imprimée en 3D peut avoir une excellente résistance à la traction dans le sens des couches d'impression. Ensuite, on peut aujourd'hui imprimer dans de nombreuses matières, comme le polycarbonate (dont un mousqueton imprimé tient plus d'une tonne sans ciller...), le nylon, ou encore hybrides avec fibres de carbonne ou de kevlar. Et bien entendu, d'un matériau à l'autre, la résistance n'est pas du tout la même. Donc surtout pas de généralités, et il est très imprudent d'user de lieux communs qui ne sont absolument pas démontrés, bien au contraire.
.
Au niveau du prix de l'impression 3D 1kg de filament va de 12€ à 40€ le kg. Ton capot de compas va peser dans les 15-20g et n'a pas besoin de filament de compétition. L'heure d'impression 3D vaut +-0.35€ via EDF. Je te laisse aux ships le soin de calculer le prix de revient, mais à mon avis ils vont blanchir et reconsidérer leurs marges dans quelques années, quand on en aura fini de raconter tout et n'importe quoi sur cette technologie. ;-)

10 déc. 2017
1

Stratasys? c'était mes "concurrents", entre guillemets car on ne travaillait pas dans les mêmes domaines ni projets. Effectivement, il y a un petit souci de prix de la machine (accessoirement du produit) et surtout de l'adéquation avec les propriétés que l'on demande à la pièce finie, résistance mécanique, chimique physique, aux UV ou solvants...
Je verrais plus maintenant une machine apte à faire un proto afin de valider le concept puis de ce proto, faire un moulage avec la bonne matière ou en fibre de verre ou carbone et résine, mais là, on sort de l'amateurisme, je crois.

10 déc. 2017
0

L'impression 3D fait un excellent core material : léger et résistant. Ensuite tu fais une petite stratification dessus et les performances sont excellentes ! Je l'ai fait plusieurs fois et franchement j'ai été bluffé !

10 déc. 2017
0

on est bien d'accord :bravo: je ne produis pas industriellement...
et comme tu le dis en stratifiant ça devient encore plus intéressant

10 déc. 2017
1

@Jambedebois
"Clairement, on parvient à imprimer avec une qualité tout à fait comparable avec une imprimante à moins de 500€ que sur une Stratasys FDM"
J'ai effectivement pu voir ce que donne une imprimante 3D à 500 euros sur internet. Allez vous même voir c'est souvent pathétique. Ou alors les démos présenté sont faites avec des réglages inadapté par leur constructeurs.
Pardon mais je me suis pissé dessus en lisant ta remarque.
Je n'ai pas vus ce que tu fais avec ton gadget mais sache qu'avec une stratsys on a pu livrer les premiers systèmes d'un marché pour le groupe Siemens Healthcare avant la validation des pièces moulées de notre produit final. Je ne suis pas sûr qu'avec une imprimante à 500 € on aurait pu remporter ce marché mondial.
Il ne faut pas raconter n'importe quoi sous prétexte qu'on est sur un forum où la parole est libre. Restons sérieux. Mais encore une fois je répète que les machines que nous avions n'étaient pas destinées aux amateurs mais bien des machines pro à gros budget.
Mon propos n'était juste là que pour ne pas faire croire que le gars chez lui peut tout réparer avec une imprimante 3D amateur. c'est tout. Maintenant libre à chacun d'apprécier ou pas et de faire son expérience.
Je ne reviendrais pas sur le sujet.

10 déc. 201716 juin 2020
0

Ben justement, je suis on ne peux plus sérieux. Et on va même arrêter de parler en l'air et montrer des résultats tangibles. Je parle de Stratasys et d'imprimantes budget, car je connais et j'ai utilisé les deux. Ton commentaire prouve que ce n'est pas ton cas (factuellement, sans vouloir te vexer). Je peux même te dire que les imprimantes filament Stratasys ne représentent pas le nec plus ultra de l'impression FDM.
.
Les imprimantes qui te font te pisser dessus utilisent des buses jusqu'à 15µ lesquelles permettent des hauteurs de couches de 10µ. Si tu veux te couper l'envie de pisser, c'est juste impossible sur Stratasys FDM, qui pour les non initiés plafonnent à 28µ...
.
Je te laisse comparer la pieuvre qui a été imprimée, comme son support sur une imprimante open source à moins de 300€, avec les deux images suivantes qui sont des images officielles Stratasys (considérées alors comme présentables par leur service Marketing), donc imprimées sur des machines qui valent au bas mot 100 fois plus cher. C'est objectivement ce qu'on obtient sur Stratasys.
.
Qu'on ne s'y trompe pas : je ne crache pas sur Stratasys, j'ai travaillé dessus pendant plusieurs années professionnellement. J'ai aimé ça, ce sont de bonnes et robustes machines, agréables et fiables. Cependant oui, la qualité d'impression est perfectible, et c'est pas facile à faire entrer dans un coffre pour un TDM... Le sofware est de bon niveau, mais niveau qualité d'impression, ça n'atteint hélas pas les sommets du genre. Maintenant, si tu veux tenter de nous prouver le contraire libre à toi, moi j'ai passé des dizaines de kgs de filament sur les deux types, je fais bien la différence entre les deux...

10 déc. 2017
2

Pour être juste, il faut dire que les pièces montrées sur ce lien on eu des traitements post-impression ( lissage) donc la il ne s'agit plus vraiment d éd qualité d'impression à proprement parlé.

Cela dis, je ne connais pas ces stratasys, mais il est évident qu'il y a des machines pros industrielles qui sont bien meilleurs que les imprimantes que peuvent se payer des particuliers, c'est tout à fait logique.

11 déc. 2017
0

Tu n'as pas bien lu. Aucune de ces trois photos n'est de moi. Il eut été moins ridicule de ne pas présupposer ce que j'imprime ou pas. Pour ta gouverne je n'imprime que des pièces fonctionnelles et mon projet en cours est un water jet pour mon annexe. Encore une fois j'ai passé pas mal de bobines et sur Stratasys et sur des Reprap, je parle des deux en connaissance de cause.
.
Le lien que tu donne démontre ta méconnaissance de cette technologie. Peu importe la machine toutes les pièces peuvent être finies de la sorte. Ce qui est important c'est la qualité d'impression en sortie de machine. Et la qualité en sortie de machine sur Stratasys était bonne mais sans plus. Contrairement à ce que tu prétends ce n'est pas très rapide. Tu as des delta Reprap qui impriment à 240mm.s tandis qu'une belle qualité sur notre Stratasys s'obtenait à 80mm.s...
.
Le plus de Stratasys c'est le software et la robustesse. Pour le reste rien de ce que propose Stratasys n'est exclusif. Pas même la cabine tempérée. Une machine FDM ce sont des guidages, des moteurs pas à pas, des transmissions, une buse d'extrusion, une alimentation en fil et une carte de contrôle. Rien d'extraordinaire en soi en 2017. En clair le principe est 100% identique toutes machines confondues et Stratasys ne fait pas exception. Stratasys utilisé des vis à bille C3(même pas C0, je pourtant au prix où ils vendent, passons... ) et les Reprap des courroies moins chères, mais la résolution est au moins équivalente. D'ailleurs les photos parlent d'elles-mêmes.
.
Tout cela est de bon sens pour qui s'y connaît un minimum. Je ne sais pas si tu es commercial ou au service comptabilité, mais on comprend tout de suite que la machine tu n'as pas du là voir longtemps. Au lieu de parler de choses que tu ne maitrises pas et de tenir des présupposés comme des vérités vraies, ce serait bien qu'au moins tu te renseignés. Va voir fonctionner les machines que tu dénigres et apprends comment fonctionne cette technologie. Pour peu que la Reprap soit en bon état et bien réglée tu seras surpris, et tu ne seras pas le premier ! :heu:

11 déc. 2017
0

Oui, on s'enlise vite sur un sujet qu'on ne maîtrise pas, tu as raison, mieux vaut passer à autre chose. Quelques informations toutefois. Reprap n'est pas une marque mais un projet open source (libre) datant de 2005, année de la tombée dans le domaine public du brevet de fabrication additive par fusion de matière qui a endormi cette belle technologie pendant quarante ans. Reprap ce sont des millions de personnes agissant comme un unique service R&D. En 13 ans le projet est devenu mâture et à apporté énormément d'améliorations jusqu'à égaler et même dépasser la technologie initialement développée par Stratasys. Il en résulte des dizaines de machines libres éprouvées et documentées et des centaines de composants originaux, dont certaines copies commerciales pas toujours heureuses. Certaines marques dont Stratasys puisent dans le projet et même se sont créés en exploitant les avancées Reprap. Voilà qui explique pourquoi ces machines ont une qualité d'impression au moins comparable à une machine Stratasys. Comme je te l'expliquais, le prix de la machine ne veut rien dire et n'est pas en rapport avec le coût des composants et des matériaux. Le "bel avenir dans quelques temps" existe déjà depuis 2005 avec des imprimantes 3d auto-replicables.
.
La solidité des pièces n'est plus un débat. On connaît les propriétés des plastiques et de l'impression 3d maintenant. Il est plus question de la pertinence de produire en technologie additive ou traditionnelle (soustractive). Quant à la l'utilité pour le particulier (si tant est qu'il constitue une classe distincte), il faut comprendre que ces machines coûtent le prix d'une perceuse. Cela œuvre la possibilité d'avoir chez soi une micro usine capable de produire n'importe quelle pièce "plastique+" pour moins cher que de prendre sa voiture et aller au supermarché. Les économistes considèrent que cette technologie est apte à bouleverser l'économie mondiale davantage que ne l'a fait l'informatique ou Internet.
.
Niveau coût des pièces imprimées Stratasys à un très mauvais ratio, mais sur une Reprap c'est l'inverse, même avec l'amortissement de la machine et l'énergie consommée, je les pièces produites valent quelques dizaines d'euros maximum pour les plus volumineuses. Clairement, il est impossible d'obtenir cette rentabilité avec une Stratasys, voilà pourquoi nombre de PME, Be et unités de petite production ont des Reprap. Dans mon ancienne boîte ils ont gardé la Stratasys mais elle tourne guerre car elle est entourée de 4 petites machines. Avec le prix d'une Stratasys, tu peux acheter au bas mot 100 petites machines. Pour le prix de 5 bobines Stratasys, tu peux t'offrir une machine performante qui t'ouvrira l'accès à la une plus large variété de matériaux biens moins chers et au moins aussi performants. Est-ce que ça parle au DG que tu es ?

10 déc. 2017
0

C'est vrai qu'une stratasys donne des pièces vraiment très laide en finition. Voir ici
www.stratasys.com[...]ocesses
Et là ce n'est pas un joujou.
Pour les autres effectivement on n'en avait pas alors je ne sais pas. Je me référais à des démo qui tourne sur le web.
Mais je le répète le matériel pro et celui destiné aux amateurs n'a rien à voir. c'est incomparable en qualité et en temps de réalisation des pièces.
Je suis néanmoins très heureux de voir que Jambedebois est satisfait de sa machine et qui fait de belles pièces avec pour les enfants.

11 déc. 2017
1

Re étoile pour Now. Oui les Stratasys utilisent de meilleurs composants. Ce sont des machines industrielles construites pour durer. En plus c'est beau, propre. Mais les buses Stratasys ne sont pas très fines par rapport à ce qui se fait aujourd'hui, leur filaments pas formidables et on ne peut pas utiliser d'autres marques. Objectivement il y a pour moins de 1500€ de composants dans une Stratasys. On peut obtenir (et on obtient au moins) la même qualité d'impression avec des composants moins chers. Contrepartie : moins de durabilité, moins infaillible, plus de maintenance, et évidemment pas de joli meuble ou de bel écran couleur, et pas de solution logicielle intégrée. Je n'ai pas dit que c'était la même chose, seulement qu'on pouvait imprimer au moins aussi bien pour moins de 500€. Ce que je fais (et je ne suis pas le seul) tous les jours.
.
N'importe qui peut le faire, je vous donne la recette : Achetez une Creality CR10 à 300€, investissez dans une buse E3D Titan Aero et remplacez les vis de montée du portique par un système à la courroie que vous imprimerie. Investissez 100€ de plus dans le logiciel Simplify3D. ET VOILÀ : vous aurez une imprimante qui imprime au moins aussi bien et aussi vite qu'une Stratasys à 40.000€ :bravo: :goodbye:

11 déc. 2017
0

Tu lis mal les posts mais ce n'est pas grave. J'ai très bien compris que les photos n'étaient pas tes réalisations mais celles qui pouvaient être faites avec des machines amateur.
Je n'étais ni commercial ni comptable mais DG. Qu'importe. J'ai supervisé à l'époque l'aspect technico industriel du projet avec nos ingénieurs. Cela date déjà de près de 10 ans et la technologie a évidemment dû beaucoup progressé. Alors oui pour le matériel que vous utilisez je ne connais rien de plus que ce que j'ai pu en voir sur le web. Et ce n'était pas terrible. Donc cessons cette discussion finalement sans intérêt ce sera mieux.
Pour info à mon époque une machine telle que la nôtre ne coûtaient pas 40 K€ mais plusieurs centaines de K€. Donc on parle d'autres chose que de l'impression 3D à la maison. J'ai aussi bien compris que tu avais l'expérience industrielle de ces machines et je ne connais pas Reprap qui existait peut-être déjà lors de notre achat. Je ne contesterais pas que cette marque soit meilleure, c'est hors sujet.
Je dirais juste pour conclure que jamais nous n'avons regretté l'investissement dans ce genre de produit qui a apporté beaucoup au service R&D
Donc l'impression 3D je suis pour. Mais j'émettais des doutes sur son intérêt pour le particulier tant sur la solidité des produits créé que sur le coût final de ceux-ci.
Je pense que c'est très geek mais c'est surement promis à un bel avenir dans quelque temps avec des passionnés comme toi.

10 déc. 2017
2

Hello,

J'ai fais une petite présentation sur l'impression 3d au nautic hier sur le stand H&O, j'avais amené une pièce imprimé avec mon imprimante perso et tout le monde a été bluffé par la qualité d'impression. Cette pièce avait été imprimé en ASA, ( matériau utilisé dans l'automobile) et avec la résolution moyenne ( 200 microns.) j'imprime aussi avec la même qualité en PLA mais moins adapté au bateau car résiste mal aux uv et moins solide.

Bon l'imprimante en question, une flashforge création pro, coûte plus de 500 euros ( 2x) Mais c'est une imprimante de bureau.

C'est vrai que c'est pas plug&play et il faut y passer du temps, mais une fois réglée c'est bluffant. ( Je l'ai depuis 3 ans)

En fait, la vraie valeur ajoutée est dans la conception 3d.

10 déc. 2017
0

Une petite étoile pour Now. Je partage son avis, dans l'impression 3D, c'est le dessin et la manière d'imprimer une pièce qui permet d'obtenir une pièce robuste.
.
@Now, le PLA imprimé à 100% d'infill, ça reste très solide. Pour 80% des applications c'est largement suffisant. Le problème c'est moins les UV car rien n'empêche de vernir ou de peindre les pièces, mais c'est plutôt que le PLA ramollit autour de 60°C, et ça en plein cagnard on les atteint vite.

11 déc. 2017
0

Je ne suis pas fan du remplissage à 100% ( intuitivement)

D'abord, ça devient très long à imprimer et puis je pense que, selon le matériau, il peut y avoir d'autres phénomènes dus aux couches pleines qui ne vont pas dans le sens de la solidité.

Déjà en épaississant les parois et avec un remplissage à 50% en faisant attention au design on obtient des pièces solides.

Je n'ai pas beaucoup de recul, mais l'ASA à l'air vraiment bien ( utilisé dans l'industrie automobile) et il s'imprime quasi aussi facilement que le PLA pour un prix comparable ( à peine plus cher)

Sinon, j'ai pas essayer, mais on peux aussi imprimer en nylon, qui donne de la souplesse et donc de la solidité dans certaines conditions.

11 déc. 2017
0

Et bien, je vais avoir l'occasion de tester le infill important, j'ai dans mes cartons une petite pièce pour mon Guindeau qui nécessite une bonne résistance car la chaîne va venir taper dedans à la remonté . Je pensais faire un proto imprimé pour valider la fonction puis faire réaliser la pièce définitive par un atelier de mécanique, mais rien ne m'empêche de faire une pièce bien remplie et de voir ce que ça donne.

Vu que je ne vais pas pouvoir naviguer pendant quelques mois pour cause de santé j'aurais tout le temps de valider ça. Il faudra juste que j'intègre l'idée que tout le monde va me regarder bizarrement quand ils vont me voir mouiller et remonter mon ancre plusieurs fois dans le port... :heu: :mdr:

11 déc. 2017
0

Les temps d'impression... J'ai envie de dire que ça prend le temps qu'il faut. L'important c'est d'avoir la pièce qui va bien au final.
.
Honnêtement, j'imprime maxi à la 85% d'infill ce qui correspond à du100% avec l'expansion du fil. Il n'y a pas d'inconvénients en soi. C'est nécessaire pour les pièces nécessitant une résistance au poinçonnement ou à la compression. Car là même avec 5 périmètres les 50% d'infill ne pourront pas tenir. Pareil si soumis à la la chaleur ou à la pression.
.
L'ASA je n'en ai pas eu l'utilité à ce jour. Le nylon si par contre. C'est un peu mou mais ça fait d'excellents poulies et engrenages qui ne s'usent pas. C'est bien en multimatéraux aussi, ça peut servir de charnière ou de bande de contact ou encore de patin. Structurellement c'est moins intéressant.

11 déc. 2017
2

Aparté.
je reste sceptique vis à vis de ces imprimantes 3D, sans être pour autant opposé. Je me demande si elles réussiront à dépasser le stade d'objet favorisant la consommation à tout va, de matériels pas forcément optimales.
Que je sache pour l'instant, la fabrication en série via des spécialistes, produit du très bon matériel fiable.
Pour l'instant, je ne partirais pas traverser l'atlantique avec la plupart des objets fabriqués en 3D.
On en est à la préhistoire de ce mode de fabrication, j’imagine qu'en l'espace de quelques décennies, les progrès vont s'avérer fulgurants.

11 déc. 2017
0

Alors au contraire, elles s'inscrivent davantage sur le registre de l'auto-suffisance que sur celui de la consommation. Il y a des programmes de développement centrés sur ces technologies qui sont vertueuses à plus d'un titre. D'abord la machine elle même est simple, jdemande peu de matière première et consomme peu. Ensuite tout ce que tu produit à un faible impact carbone et n'a pas d'emballage. Elle permet d'imprimer des pièces détachées introuvables et de vaincre en partie l'obsolescence programmée. Et tu peux imprimer n'importe quoi à bord même dans une mer démontée.
.
La fabrication en série c'est bien tant que la chaîne est approvisionnee. C'est à dire pendant 5 ou 10 ans. Après... La qualité c'est un autre débat et la production traditionnelle n'en a pas le monopole. Il y a aussi des pièces bien merdiques produites en série, ou anormalement chères en pièces jointes détachées. Dans les deux cas, je suis content de pouvoir imprimer leurs remplaçantes, et de palier leurs défauts.
.
On produit des pièces fiables et solides en impression 3d, on les modifié à volonté et en imprimer à nouveau une n'est ni cher, mais ni compliqué.
.
Et non, c'est pas la préhistoire., Cette technologie date des années 60 et à simplement été corsetee en raison d'un brevet jusqu'en 2005. Depuis elle est parfaitement mâture et plusieurs millions de machines se vendent chaque année. Juste elle n'est pas arrivée dans ton quotidien et tu comprends bien que ça n'arrange personne économiquement parlant excepté ses promoteurs et utilisateurs. Pas de TVA ou de CA sur une pièce imprimée... Mais pour des dizaines de millions de personnes à travers le monde, c'est une réalité depuis plus de 10 ans.

11 déc. 2017
1

Ne vous trompez pas, les progrès sont déjà fulgurants et ça n'est pas fini loin de la.

Certains comparent l'arrivé de l'impression 3D à une nouvelle révolution industrielle, bien sur il y a souvent beaucoup d’exagérations de la part de "spécialistes" à chaque fois qu'une nouvelle techno émerge, mais dans le cas de l'impression 3D la progression et l'implantation est déjà très importante.

Pour ma part, je ne sais pas dire ce que ça va devenir exactement et je me garderais bien de tout pronostique trop rapide, mais il est incontestable que les applications tant dans le domaine industriel que domestique existent déjà.

J'ai montré, très modestement, et je suis loin d'être le seul, qu'il y avait des applications concrètes pour le plaisancier (réparations, création de pièces fonctionnelles, ...) à condition d'être conscient des limites de se qu'on peux faire avec une machine "de bureau".

Hors plaisance, il y a des exemples concrets et très encourageants comme l'accès aux prothèses médicales en "open source" à très faible coût. Rien que ça, c'est excellent!

La techno est en marche et on ne l'arrêtera pas, c'est certain, mais ça ne veux pas dire que ça va remplacer les technos actuelles "classiques", ça va étendre significativement les possibilités et c'est déjà beaucoup.

11 déc. 2017
0

Cela aurait été tout l'intérêt de te rencontrer au Nautic. Discuter des progrès de cette techno et de son futur. Le point qui m'aurait intéressé au plus haut point c'était la solidité des pièces réalisées versus une pièce réalisé par les procédés classiques. C'est sur que le mouvement semble en marche et a un futur. Mais c'est encore destiné à des passionnés. Et est-ce rentable de se lancer dans un achat de matériel si on n'envisage pas des projets qui peuvent le justifier comme ceux décrit par jambedebois ? Il faut aussi maîtriser les outils de création de plans 3D.
L'intérêt d'un forum ce serait peut-être de rencontrer des gens équipés et avec expériences et de voir si ils pouvaient moyennant un deal à convenir faire des pièces pour d'autres. Ce serait du gagnant gagnant. Une idée à soumettre en tout cas car se lancer seul n'est surement pas à la portée de tous.

11 déc. 201711 déc. 2017
0

Je suis ce fil consacré à l'impression 3D avec attention, depuis le début.
.
J'imprime, moi aussi, en 3D avec une machine "grand public" achetée en kit à monter soi-même à 600€, la Velleman K8200 (fonctionnant sous RepRap).
En ayant monté soi-même cette bécane en kit, au moins, le jour où elle est (enfin...) bien réglée et qu'elle marche, on la connaît par coeur !!!
.
Voulant imprimer des pièces aux caractéristiques mécaniques solides, j'ai mis de côté le PLA, pour partir de suite sur de l'ABS.
.
J'ai vite dû bricoler, et rallonger (un peu...) la facture...
- Confection d'une enceinte complètement fermée en carton triple canelure (emballage de photocopieuse posé dessus à l'envers...), avec une ouverture frontale fermée par un plexiglass.
- Le plateau chauffant dépassant difficilement 65° avec l'alimentation 12V livrée d'origine, et censée alimenter la machine entière..., j'ai gardé l'alim 12V pour le fonctionnement de l'ensemble de la machine, sauf pour le plateau chauffant, dont j'alimente désormais la résistance avec une alim 24V séparée...
Le plateau monte maintenant rapidement à 110°.
.
La partie conception et design des pièces sur modeleur 3D (Solidworks, Autodesk Inventor, Catia...) ne me pose pas de problème, j'étais ingénieur (génie mécanique) en bureau d'études, puis prof en lycée technologique depuis 2000 ...
.
Je galère par contre au niveau de l'impression ....dès que les pièces ne sont pas massives et pleines...
Typiquement, les "boites" creuses, les pièces de forme allongée, ont du mal à rester collées au plateau jusqu'à la fin de l'impression, commencent à se déformer après une dizaine de couches, les coins se relevant façon "toit de pagode"...etc... Ce n'est pas évident...
Malgré des surfaces supplémentaires ajoutées dans les coins de la pièce, genre pattes de gecko, au moment du design 3D, l'impression sur un plateau de verre recouvert de laque à cheveux de qualité.... Cela reste compliqué...
:heu:
Il faudrait que je me rapproche d'un FabLab proche de chez moi, afin de confronter mon expérience avec les leurs, pour essayer d'améliorer la chose...???
.
PHIL

11 déc. 201711 déc. 2017
2

@ Phil,

Un seul conseil ... LAISSE TOMBER l'ABS ! Il n'y a que des inconvénients et aucun avantage avec matériau !

  • Les phénomènes de retrait de l'ABS à l'impréssion peuvent s'améliorer avec des astuces de conception, mais tu ne les éliminera pas.
  • c'est toxique, ça produit des vapeurs pendant l'impression qu'il ne vaux mieux pas respirer (j'avais un système de ventilation forcée quand j'utilisait l'ABS.
  • ça n'est pas si solide que ça
  • ça ne résiste pas tant que ça aux UVs

Bref c'est pas un bon matériau du tout.

Si tu veux des pièces solides et durables, tu peux utiliser du PLA renforcé (je ne l'ai pas essayé personnellement)

Je ne veux pas faire de pub et il existe sans doute pleins d'autres bons matériaux, mais de mon coté, j'ai opté pour l'ASA "ApoloX" de chez Formfutura qui me donne entière satisfaction à ce jour.
Comme je l'ai déjà dis souvent, c'est un matériau qui s’imprime relativement facilement, qui est plus solide, plus durable que l'ABS qui donne un état de surface excellent une fois la machine réglée. (il m'a fallut quelques essais avant d'arriver à un bon résultat) et qui est utilisé dans l'automobile, ce qui est pour moi une bonne référence.

Je n'utilise pratiquement plus que ça maintenant, encore un peu le PLA pour finir mes bobines, mais je n'utiliserais plus d'ABS, c'est sur. (j'ai encore une ou deux bobines d'ABS pas ouverte, je ne vais pas les ouvrir...)
Si tu est encore intéressé après tout ce que je viens d'écrire, je peu te les céder à bas prix :-D :-D

Tous ceux à qui j'ai montré mes pièces au salon Samedi et qui avaient déjà vu des pièces imprimées avec un état de surface moyen ont été très surpris pour ne pas dire bluffés de voir ce qu'on fait avec un imprimante à 1000 euros et sans aucun post traitement. De plus je n'utilise mon imprimante q'avec la résolution moyenne et pas la plus haute, car je trouve que ça n'apporte rien.

11 déc. 201711 déc. 2017
0

@ Phil,

Effectivement, avant d'acheter, assure toi que ton imprimante l'accepte.
Pour l'ASA je chauffe le plateau à 85° et l'extrusion à 250°.

Mon plateau est recouvert de Scotch bleue papier 3m ( faudrait que je retrouve la réf exacte, mais en faisant une recherche Google on tombe dessus assez facilement)
C'est le meilleur revêtement que j'ai trouvé efficace pour tous les matériaux, en tous cas ceux que j'ai utilisé ( ABS, PLA et ASA)
Il faut le changer de temps en temps, ça se fait en quelques secondes et ça ne coûte pas cher, je n'ai pas encore fini le premier rouleau

11 déc. 2017
1

@PHIL j'ajouterai que imprimer en haute définition diminue la résistance des pièces mécaniques

11 déc. 2017
0

@Now
Merci pour ton retour (négatif...) sur l’utilisation de l’ABS. Je me sens moins seul avec mes soucis :langue2:
Après les deux bobines blanche et noire achetées à Velleman (sans savoir chez qui ils se fournissent...), que j’avais commandées avec l’imprimante, j’ai acheté de nouvelles bobines d’abs chez Optimus, dont les fils sont déclarés « plus haut de gamme » par certains sur les forums.
La différence de résultat ne s’est pas avérée vraiment flagrante... j’ai eu un peu un coup au moral, là...
.
L’ASA, je n’en avais jamais entendu parler, avant que tu le mentionnes ici.
Si tu es aussi affirmatif sur sa qualité , je vais donc le commander et l’essayer !
(Peux-tu m’en dire un peu plus sur l’utilisation de ce matériau en MP ? En particulier les températures d’extrusion et de lit chauffant...)
.
Je te rejoins sur le fait qu’extruder à haute définition n’apporte pas grand chose, au niveau du rendu des pièces, sur nos machines, sauf à allonger considérablement le temps d’extrusion, ce qui chez moi laissait encore plus de temps aux pièces en abs pour se déformer ! :-(
.
PHIL

11 déc. 2017
0

C'est absolument vrai. Et dans le diamètre de buse, et dans la hauteur de couche. Mais soulignons toutefois que ce n'est pas le seul facteur.

11 déc. 201711 déc. 2017
0

L'ABS nécessite une cabine fermée (ça peut être un simple caisson en polystyrène par dessus la machine). Une surface ou un additif d'impression adapté peut aider. Le verre n'est pas idéal. Regarde le Knapton, le jus d'ABS, le Wolfbite. Sinon il faut une jupe et un radeau ce qui consomme inutilement de la matière. Certaines pièces longues et étroites sont mal adaptée à l'impression en ABS. Il faut user d'astuces comme imprimer à plat ou décomposer puis assembler.
.
L'ABS peut être avantageusement remplacé par d'autres matériaux, je comme le POM ou le PETG. Tout dépend de ce que l'on recherche. L'ABS n'a que deux intérêts : il ne se ramollit qu'autour de 100°C et il a une bonne résistance au poinçonnement. Bon, c'est aussi le moins cher des filaments mais si une partie du filament va à la poubelle, c'est moins rentable. Sans parler des fumées...
.
La wellman est de conception ancienne, je ne sais pas ce que tu as fait évoluer, mais c'est sur qu'il faut débourser quelques sous pour la mettre à niveau. Quand tu vois que pour 300 euros tu as une CR10 avec quasi rien à faire dessus, il faut voir si c'est rentable. Mais déjà été à sa sortie ta machine n'était pas le meilleur rapport qualité prix, bien que pas la pire non plus. Si elle n'est pas récente, il faut contrôler les guidages et la transmission.

11 déc. 2017
0

La K8200 a été ma première et même si une fois montée elle demande beaucoup d'améliorations pour obtenir une qualité acceptable j'ai pris beaucoup de plaisir à la monter et appris pas mal de choses par la même occasion (donc objectif réussi pour velleman et ses kits pédagogiques)

Concernant l'ABS 100% d'accord avec Jambedebois (pas de plastique hihihi)
Les pièces volumineuses subissent un effet de rétractation des couches supérieures durant l'impression qui "remontent" les couches inférieures d'où la perte de planéité de la pièce, l'astuce que j'utilisais (fini l'ABS pour moi désormais) était de prendre des copeaux d'ABS de pièces ratées et de les dissoudre dans un peu d'acétone pour obtenir une sorte de colle dont j'enduisais le plateau pour obtenir une meilleure tenue de la pièce mais il fallait nettoyer ensuite le plateau fastidieusement après chaque impression.

Il existe plusieurs sites internet qui font des benchmarks sur les différents filaments disponibles sur le marché tu verras la diversité des matériaux s'est bien développée.

La CR10 est pas mal d'après ses utilisateurs et permet un volume d'impression utile plus grand que le standard 20x20x20

J'utilise pour ma part un chinoise Anycubic i3 mega (donc aussi une reprap prusa en somme) sur laquelle j'ai juste remplacer les coupleurs d'origine de l'axe Z par des coupleurs souples et la qualité me convient parfaitement pour mon utilisation aujourd'hui.

Pour le plateau sur la K8200 pour rattraper le manque de planéité du dispositif d'origine j'avais rajouté un miroir ikéa, sur la anycubic j'ai un plateau qu'ils ont développé qu'ils nomment "Ultrabase" qui est intéressant au niveau adhésion par contre je perd le côté lisse des premières couches que j'aimais bien obtenir avec le miroir sur la velleman k8200.

11 déc. 201711 déc. 2017
1

@PHIL
Je pense que le problème doit être posé d'une manière plus détaillée :
d'une manière générale la plus grande faiblesse des pièces se situe dans les efforts de torsion.
l'orientation de la pièce durant l'impression joue un rôle très important.
la modélisation de la pièce tient elle aussi un rôle très important.

En gros il est utile d'essayer de comprendre l'interaction matériau/structure dans l'élaboration de ta pièce.

Sinon le Nylon (souple mais résistant) ou PLA haute tenacité ont de bon résultats ou, comme le préconise Jambedebois, le PETG a l'air intéressant.
Je vais aussi essayer différents types d'Iglidur pour voir les qualités aux frottements.

J'ai vu aussi qu'il font des ABS avec 5% d'aramide.. à tester

Regarde du côté des sites de tests de filaments tu verras différentes méthodologies et des résultats qui pourront t'aiguiller

11 déc. 2017
1

Tout dépend de l'usage Phil. Chaque matériau à ses points forts et ses points faibles. Le PLA sera meilleur que L'ABS en traction, en compression et sera plus rigide (<60°C), il a également une meilleure résistance à la l'abrasion. Le PETG va avoir une excellente résistance à l'impact, à la flexions et au poinçonnement, il supporte 15°C de plus que le PLA. Le nylon va avoir une excellente résistance à l'abrasion, je aux chocs et a la torsion mais il est très mou difficile à imprimer et il absorbe l'humidité. Le POM est un filament très intéressant car il est à peu près de bon partout, mais il est cher. Actuellement le Polycarbonate est le filament qui offre la meilleure résistance mécanique toutes sollicitations confondues, il existe une formule enrichie en fibres de carbone qui est impressionnante au prix d'une cohésion entre les couches un peu moins bonne. Évidemment les PC sont chers et réclament une imprimante au top et capable d'imprimer très chaud.
.
As-tu un type de pièces ou une application fréquenter qu'on puisse éventuellement mieux te conseiller ?

11 déc. 2017
0

Si un filament fait des crépitements à l'extrusion c'est qu'il a absorbé trop d'humidité. Généralement l'état de surface de la pièce n'est pas terrible. Dans ce cas, on peut mettre la bobine au four à 60°C pendant 1h30, et il sèche à cœur. On oublie souvent que le filament doit se conserver dans un boîtier étanche avec un sachet de sel de silice.
.
Concernant la résistance du PLA, on a le jugement tronqué car on a déjà l'expérience de pièces PLA avec faible infill qui était très cassante. Par contre avec les pièces pleines, la partition est toute autre.

11 déc. 2017
0

Merci Jambedebois pour ton commentaire.
J’ai acheté et assemblé ma K8200 il y a un an.
C’est une machine sérieusement conçue et réalisée pour ce qui est de la partie mécanique.
Les guidages en X et Y sont sur douilles à billes de qualité, les transmissions par poulies et courroie crantée sont précises aussi. J’assure le maintien de la bonne tension de ces deux courroies à l’aide de ressorts de pinces à linge refaçonnés ! Aucun phénomène de rebond dans les allers et retours courts et rapides. Nickel !
Les guidages en Z sont également sur douilles à billes. RAS.
La transmission en Z est effectuée par une banale tige filetée tournant dans un écrou standard, que je juge tout à fait satisfaisants pour l’instant, même si l’option d’une transmission par vis à billes existe pour cet axe Z chez Velleman.
.
J’ai eu des soucis avec la carte Arduino... Le réglage du courant sur certains drivers de moteurs était impossible à effectuer , et m’a fait perdre pas mal de temps...jusqu’à ce que Velleman me remplace complètement la carte.
À ce propos, je me félicite d’avoir commandé mon imprimante chez un commerçant en composants électroniques montpelliérain , vendant tout le catalogue Velleman, plutôt que sur internet.
Il a été très réactif dès que je lui ai fait part de mes problèmes de mise au point, et a été un très bon intermédiaire avec le fabricant.
.
PHIL

11 déc. 2017
0

@arnoldo
Puisque tu as abandonné l’abs, toi aussi...
Avec quel fil imprimes-tu les pièces demandant une bonne solidité structurelle ?
.
PHIL

11 déc. 2017
0

L'iglidur c'est bien mais ça s'use de vite. Je conseille de n'imprime que des inserts ou patins, car sinon ça revient cher. Imprimer surface de contact sur le plateau pour une meilleure glisse. L'impression de douilles ou d'écrous sont moins probantes.

11 déc. 2017
0

Le PLA meilleur que l’ABS en traction, en compression, et plus rigide ?
Marrant ça...
Au vu des résultats que j’ai obtenus avec ces deux matériaux, pour réaliser des pièces test identiques, d’abord sur l’imprimante CubePro de mon lycée lorsque j’étais encore prof , puis chez moi sur ma K8200, j’aurais juré que c’était l’inverse !!!!
Comme quoi....
.
Le plus curieux, concernant les difficultés d’extrusion de l’ABS, c’est que la CubePro de mon bahut, dont le mécanisme était entièrement enfermé dans une cage vitrée, n’avait pas de chauffage sur le lit. On extrudait le fil ABS à une température assez basse: 215º.
Le plateau amovible, sur lequel était déposé le fil, était d’une matière en résine blanchâtre très rigide (genre planche à découper la viande) assez sensible aux rayures faites avec le « couteau de plâtrier » qui était livré avec la machine.
On déposait dessus une colle en stick , qui se dissolvait ensuite dans de l’eau très chaude au moment de décoller la pièce finie.
.
Je m’attendais donc à imprimer l’ABS avec la même facilité à la maison, sur la mienne...
.
J’ai un seul fil ABS , de chez Optimus, qui s’imprime mieux que les autres: c’est un fil « ignifugé », de couleur blanc écru.
Mais ... il chauffe avec de forts crépitements, et en dégageant une odeur épouvantable, genre « garniture de frein brûlée »
Pouahhhh !
Par contre, les pièces obtenues avec celui-là, si le critère esthétique lié à la couleur finale obtenue n’a pas une grande importance , sont solides et sans problèmes de cohésion entre les couches.
.
PHIL

11 déc. 2017
4

Le fil est de bonne tenue. Je suis attentivement. Merci aux contributeurs de rester dans la tenue, d'être bienveillant et respecter les idées de chacun.

Mille mercis pour tous ceux qui vous suivent.

11 déc. 2017
0

Merci Tom pour ton commentaire utile et pour avoir lancé ce fil qui nous prouve combien les choses évoluent vite.

11 déc. 2017
0

Pourquoi pas réaliser tests, et dossier comparatif.
Quelles seraient les machines à retenir, et à comparer ? De plus en plus tenté par l'aventure, je suis fortement intéressé par vos lumières et ce débat.

11 déc. 2017
0

Actuellement une Creality CR10 sur ebay, GearBest, aliexpress ou Amazon. +-300€ pour la version de base. Prendre l'option sonde pour régler automatiquement la hauteur d'impression. Prévoir 48€ de frais de douane si elle provient hors CE.

11 déc. 2017
0

Je trouve ce fil vraiment intéressant et surtout la vitesse d'évolution de cet outil. J'avais commencé à m'y intéresser en avril 2014 (www.hisse-et-oh.com[...]ante-3d ) et je mesure les progrès considérables faits. Reste l'apprentissage de cet outil : pour ceux qui maîtrisent le sujet, que conseillez vous : aller dans un Fablab ? Des formations sur Internet ? Parce que la plupart d'entre nous, du moins je le pense, sont loin de votre niveau...En tout cas, merci pour ce sujet.

11 déc. 2017
2

Bonsoir. Cela demande de nombreuses compétences rien que dans la connaissance du dessin 3D, avoir un logiciel dédié et apprendre à l'utiliser.Reste ensuite à transmettre à cette fameuse imprimante les ordres pour construire ce que l'on vient de dessiner et aussi à acquérir les matériaux(fils de "plastique") pour alimenter cette machine en connaissance de cause quant à l'usage que l'on attend des pièces ainsi crées et à en croire tout ce qui s'est dit plus haut, on est pas sortis de l'auberge entre solidité, résistances diverses etc.

11 déc. 201711 déc. 2017
0

Se rapprocher d'un fablab est une bonne idée. Si tu es bricoleur qui touche modestement à la tout, il n'y a rien d'extraordinaire. Dans le cas contraire, je prends une machine de constructeur sérieux (Ultimaker, Zortrax, Lulzbot...)
.
Sinon en tant qu'utilisateur Il y a plusieurs niveaux.
Niveau 1 : tu te contentes d'imprimer ce que d'autres dessinent et partagent. Tu vas sur thingiverse.com ou myminifactory.com et tu télécharges une pièce que tu envoies sur la machine via un petit logiciel très simple qu'on appelle trancheur et qui se charge presque de tout en exploitant les pré-reglages de ta machine. Ça, une truffe en informatique peut y arriver.
.
Niveau 2. Tu utilises en plus un petit logiciel 3d genre tinkercad ou sketches pour modifier des pièces existantes et même créer des pièces basiques. Le reste est identique au niveau 1.
.
Niveau 3, expert, là tu utilise des logiciels de CAO pour dessiner tes propres pièces, voire des mécaniques complexes, des appareils et des machines. Clairement à ce niveau avec une imprimante 3D tu es le roi du monde et ta seule limite est ton talent, ta créativité ou plutôt ... ton budget ! Ajoute à ça un tour ou une fraiseuse CNC et tu sais littéralement tout fabriquer.

11 déc. 2017
0

Bricoleur dans tout, oui, utilisé il y a longtemps solicad 3D , c'est vieux quant à la "menue monnaie", on oublie tout simplement.

11 déc. 2017
0

Juste utiliser Sketchup pour obtenir un permis de construire, mais je peux m'y mettre. Par contre, je pense que les jeunes seront plus à l'aise sur ces domaines quand je vois ce qu'ils arrivent à faire à 10 ans avec Minecraft...

11 déc. 201711 déc. 2017
1

La première difficulté, maintenant, pour se lancer dans l’apprentissage du design sur un logiciel de modélisation 3D,c’est ...de s’en procurer un !!
L’année dernière, sur mon PC fixe à la maison, j’avais Solidworks, Inventor, et Catia qui tournaient...
D’un seul coup, mes licences (prof) d’Autodesk Inventor et Solidworks ont expiré !!!!
La version light et portable de Catia s’est arrêtée de fonctionner ! Et je me suis retrouvé à poil !
.
Chez Solidworks, on pouvait jadis obtenir une licence étudiant, tant que SW était une boîte américaine... Terminé, depuis que SW a été racheté par...Dassault Systems....
.
Heureusement, un copain m’a , depuis, dépanné en me passant une version «  Solidworks 2014 qui va bien » .
.
Pour ceux parmi vous qui veulent se mettre au modeleur 3D pour créer des pièces mécaniques avec un logiciel open source, je conseillerais FreeCad.
Gratuit, éxécutant globalement les mêmes fonctions que les logiciels industriels coûtant un bras, avec des tutoriels très bien faits ( et en français si je me souviens bien...), c’est un bon moyen de s’y mettre.
.
Je m’étais mis dessus quand tous mes logiciels étaient « out », avec une certaine difficulté à  « retrouver mes petits », probablement parce que j’étais trop imprégné de mes softs habituels...
.
www.freecadweb.org[...]/
.
PHIL

11 déc. 2017
0

Alors je vais te donner un bon lien :
C'est un logiciel CAD en ligne, gratuit tant que tu reste dans la sphère publique, et qui se rapproche pas mal de Solidworks. C'est vraiment pas mal et pas vraiment compliqué à aborder. De plus, il est largement documenté avec beaucoup de vidéos d'apprentissage et une communauté très active qui répond rapidement et pertinemment aux questions.
.
Freecad, par contre je n'aime pas du tout. C'est empirique, pas vraiment graphique, et pas très rapide. Et je suis totalement de ton avis, il n'est pas simple d'approche.

11 déc. 2017
1

Une prusa i3 "chinoise" c'est 150 €, la mienne c'est une geeetech (à monter, ce qui permet ensuite de bien comprendre l'influence des réglages), depuis 1 mois très content. Je suis en phase d'apprentissage et réglages, ça vient vite. ABS avec jus d'abs ça marche bien mais c'est contraignant, le PLA avec laque facile.

Le plus difficile : apprivoiser un logiciel de cao, sinon on ne fait qu'imprimer ce qu'on a réussi à trouver sur le web.

Après les pièces pour améliorer l'imprimante, bientôt les premières pièces "utiles" : boitiers d'instruments maison, taquets de rangement de cordages, supports pour rangements tac et on verra comment ça vieillit.

Pour 200 € imprimante + filament + quelques bricoles, c'est pas cher pour occuper ses soirées et c'est passionnant !
+1 avec tous les intervenants qui s'y sont mis :pouce:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (67)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021