homme a la mer en solitaire ! existe t il une commande

a distance qui envoie un signal au pilote , qui pousse la barre .En cas de chute en solitaire , un systeme qui au dela d'une certaine distance du bateau ou commande permette au bateau de se mettre face au vent . j'ai vu ca chez NKE ,mais c'est tres cher . quels sont les astuces qui permettent la securite du solitaire hormis biens sur de s'attacher ???? merci

L'équipage
13 juil. 2009
13 juil. 2009
0

même face au vent,
le bateau dérive à 1 ou 2 nds, essaie de nager à cette vitesse avec ta veste de quart...
Il NE FAUT PAS TOMBER quand on est en solo!

13 juil. 2009
0

attaché!!
Eh oui, le pilote en solo pour moi c'est relié à mon canote+ un bout fixé sur la barre franche. Ce bout de 5 m en 3mm passe par dessus le balcon et traîne derrière au cas où...

13 juil. 2009
0

Hormis etre attaché
j'ai vu quelque part un marin qui laissait trainer un bout de 20 ou 30 m derriere le bato relié a un sac contenant des palmes un masque un tuba et une bouteille d'eau. De plus, le bout etait relie au pilote et permetait de le decrocher et de faire virer le bateau. D'apres lui, essais effectués c'etait efficace. Mieux vaut ne pas tomber, rester attaché meme pour pisser, un point fixe dans le cocpit et un autre sur une ligne de vie. Sur un bateau, celui qui a l'air con c'est celui qui ne se protege pas.

13 juil. 2009
0

ouaip!
Avé mon bout de 5m, je peu décrocher ma barre du pilote!

13 juil. 2009
0

Ton bout
il est relié a ta main ? Parce que si tu tombes, a 5 noeuds les 5 metres vont vite filer, non ?

13 juil. 2009
0

5 mètres à 5 nds
cela fait pile 2 secondes pour choper le bout.

L'idée est bonne, mais plutôt 50 mètres que 5 mètres.

Mais la meilleure idée, c'est de rester à bord, donc harnais avec point d'ancrage central au fond du cockpit et longe trop courte pour passer par dessus bord.

Jacques

13 juil. 2009
0

ok ,merci les gars
alors 50m avec mon canard en plastique au bout ,sinon toujours attache, toujours .

13 juil. 2009
0

Ca existe
Des publications spécialisées en ont parlé, mais je crains que le coût de l'installation ne la réserve à une certaine "élite" sponsorisée.

M'est avis que les conseils qui t'ont été donnés ici soient les plus avisés pour un budget plus "vacances".

13 juil. 2009
0

Pour ne pas tomber à l'eau.
Une méthode peut-être moins efficace que de s'attacher, mais qui peut être complémentaire, c'est de se dire à chaque déplacement sur le pont "si tu tombe t'es mort". :goodbye:

C'est Bernard Morin qui raconte dans son bouquin "l'Atlantique en père peinard" qu'il utilisait cette méthode hautement sophistiquée et qui s'est révélée très efficace pour lui (il ne s'attachait pas), et qui jusqu'à présent l' a été aussi pour moi. :jelaferme:

Pourvu que ça dure... :tesur:

Exemples à ne surtout pas suivre. :non:

13 juil. 2009
0

Homme à la mer
Bien sur si tu reste à terre,tu ne tombera pas,mais tu ne naviguera pas non plus.

En m'inspirant d'un article vu dans "Voiles & Voiliers" j'ai un bout jaune fluo de 33 m terminé par une boucle & 2 flotteurs à filet de pèche.
Sur ce bout coulisse un sac contenant palmes, eau, barres chocolatées. Ce sac est un peu coincé sur le pont et est mis à l'eau par un noeud sur le bout lorsqu'il se tend. Ce bout passe derrière un pied de balcon et est relié à la barre ce qui fait tourner le bateau.
des essais par temps maniable avec équipage au cas ou semble montrer l'efficacité du système.

Les 66 m de bout fluo restant sont reliés d'une par à la bouée fer à cheval, d'autre part au feux à retournement (que j'ai choisi clignotant pour être plus visible) en passant de part et d'autre du balcon de façon à rester reliés au bateau lorsque l'on veut essayer de récupérer un équipier tombé à l'eau. (je jetterai en 1er le feu qui a plus de chances de rejoindre le nageur que la bouée.

Pour la chienne (30 kgs) je lui met systématiquement un harnais avec une poignée en sangle sur le dessus, car elle est plus du genre à accompagner son maitre qui est déjà dans ... le bain en sautant à l'eau plus tôt que d'essayer de faire virer le canot.

Bien sur tous ces essais on été fait en quipage et par temps maniable. Je n'ai de toutes façon pas l'intention ni l'envie de les utiliser réellement, mais sait-on jamais.

Bien cordialement

JP L

13 juil. 2009
0

Ca existe chez NKE
Le bateau fait des rond dans l'eau (le pilote se met en bout de course). Il me semble qu'il existe un autre système qui déclenche un électroaimant à placer pret du pilote qui a le même but, mais dont je ne souviens plus de la marque.

Pour ce qui est de ne pas s'attacher en se disant si tu tombes t'es mort, Tabarly, disait que celui qui n'est capable de tenir debout sur un bateau n'avait rien à faire sur le sien... on sait comment il a finit.

Bref soyons humble devant la mer, c'est une grande dame,respectons la.

13 juil. 2009
0

mon petit bout de 5m
Bien sûr , un bout de 5 m est insuffisant! Ce bout vient en sécurité ++. Je suis harnaché au bateau: une ligne de vie sur le pont, une autre qui fait le tour du canot sur le franc bord.

Si malgré tout je passe par dessus bord (une ligne de vie ne te garde pas toujours sur le pont..), je saisis la ligne de franc bord qui me ramène au tableau arrière et hop, un coup de sonnette sur mon bout et mon pilote quitte la barre franche.

Essayé avec quelqu'un à bord: laborieux mais concluant. Le seul pb, c'est de se défaire de la ligne restée sur le pont.

Cela doit pouvoir s'améliorer mon truc mais bon: j'ai horreur de l'eau donc je m'arrange pour rester sur EVA B :-)

13 juil. 2009
0

ça existe chez Raymarine
Dans le dernier catalogue Uship, page 94, la télécommande sans fil de pilote est à 445€.

C'est pas donné (aussi cher que le ST1000+).

La portée du système n'est pas indiquée.

J'ai bien noté vos astuces de bout + ou - long à laisser trainer mais je me dis que c'est à réserver pour des navigations plutôt hauturières que côtières.

Pour ma part, en solo, c'est gilet/harnais obligatoire + ligne de vie systématique dans le cockpit ou sur le pont. Je laisse la longe au fond du cockpit et je la décroche quand je suis au bas de la descente. Je me rattache avant de sortir.

Et pas de problème d'adaptation.

j'ai déjà fait quelques changements de voile d'avant en solo dans une mer pas facile. Être attaché au bateau est un réel confort.

Il n'y a que dans les manoeuvres de port, au moteur, que je ne m'attache pas. Question de rapidité de déplacement mais j'ai aussi lu un jour que ça pouvait éviter de rester coincer avec une hélice qui tourne. entre ma peau et le bateau, j'ai choisi ma peau.

Et comme j'ai envie de revenir au port et ma moitié aussi....

:-) :-) :-)

voili voila.

François

13 juil. 2009
0

Remettons de l'ordre
Je navigue pas mal en solo.
Et je ne dis pas que ça ne m'arrivera jamais, enfin, je croise les doigts..

Je suis tjs attaché à la barre et non à la ligne de vie qd je fais une petite sieste dans le cockpit et je dirais même surtout s'il fait beau temps et que la mer est belle
J'ai mon gilet autogonflant capelé même s'il fait 30 degrés dehors
J'ai autour du cou ma télécommande NKE sans fil et étanche qui, qd le pilote est en mode vent, met le bateau boute au vent. Oui, c'est cher, très cher, la télécommande, le récepteur et son antenne.

A quoi sert de mettre 2.000 € dans une survie si on ne peut pas s'en servir. Enfin, c'est ma façon à moi de voir les choses.

Et en plus, c'est un critère de choix quand on achète un bateau qu'on a tendance à ne pas prendre en compte, un bateau où on peut aller à l'avant en étant sécurisé (d'où l'avantage du cockpit central), où on a des barrières autour du mât pour avoir les 2 mains libres, où l'antidérapant est efficace, où le roof n'est pas arrondi (voir le contre exemple du JOD 35).

En fait, il n'y a pas une solution, mais j'appelerai celà une stratégie de sécurité.

RV

14 juil. 2009
0

J'avoue...
Et c'est l'exemple à ne pas suivre.
En solitaire ou pas, sauf si je suis obligé d'aller sur le pont par très mauvais temps, je ne suis jamais attaché ni gileté...
Par contre, depuis plusieurs années, j'ai toujours une bouteille plastique décapitée pour pisser dans le cockpit.
Mon cockpit est profond, les hiloires hautes, les filières complétées par les supports du bimini et le bateau pas volage. Très sécurisant.
Je précise que j'ai abandonné le spi...
Septuagénaire, sans charges, tout cela parce que je le veux (vaux) bien...

18 juil. 2009
0

La S100...
ne vaut que 300 € TVA included en Gibiland.
Elle n'est strictement pas adaptée à cette utilisation puisqu'elle se coupe après 5 minutes d'inaction et qu'elle ne porte qu'à 10/15 mètres.

14 juil. 2009
0

tabarly avait raconté ..................
une histoire de harnais et de ne pas se faire C............... avec . Bon ,ça lui a réussit et si on fait le compte de milles qu'il a parcouru . Il a-vait- bien raison .
Il parait que c'est cool de se sentir partir une fois que l'on a perdu espoir . En cas d'extrême douleur ou de sitution désespérée le corps libere des endorphines pour rendre la mort plus douce !
C'est ce m'a dit une copine infirmiere à qui j'avais demandé une gélule style cyanure que j'accrocherais en pendentif au cas ou.......
Je ne m'attache pas sauf quand je sens qu'il le faut . tout dépend du voilier et de l'expérience .
Désolé si je vais à contre courant de celui qui prend le plus de précautions .

14 juil. 2009
0

oui
il avait raison, quand on est attaché à rien dans la vie, pourquoi s'attacher à son bateau ???

bon je sors :acheval:

14 juil. 2009
0

pourquoi tu sors ?
tout part de là en effet… même si c'est un peu illusoire… quand je pense à moi et au bateau, je continue comme ça… quand je pense à filles et femme, je met un gilet et il m'est arrivé de m'attacher… même si ce n'est pas simple, même si c'est râlant, même s'il fait chaud…

j'ai un ami qui est passé par dessus, à la pêche… rattrapé de justesse par son patron, mauvaise mer à 11°… avec le crochet à casier, il était moins une… il lui a fallu 2 mois pour s'en remettre et reprendre la pêche… qu'il a abandonné depuis pour devenir platrier…

et quand je faisais des tours avec lui l'été, mer belle, à la voile, tranquille… il était attaché, toujours, le harnais à la ligne de vie…

moi, j'ai toujours du mal… peut-être faut-il être passé à la baille une fois pour être raisonnable… c'est comme la cigarette, l'alcool, etc… ???

17 juil. 2009
0

l'horreur..
"Il parait que c'est cool de se sentir partir une fois que l'on a perdu espoir . En cas d'extrême douleur ou de sitution désespérée le corps libere des endorphines pour rendre la mort plus douce ! "
Durant la mini 2005 deux bateaux décidèrent une rencontre pour échanger de l'eau et de la nourriture (interdit). La rencontre se fit á la tombée de la nuit dans des conditions agitées; un bateau est reparti et après avoir constaté au bout d'un certain temps qu'il n'était pas suivi eut un fort coup de coeur et fit demi tour, pour retrouver vide le bateau concurrent dans la nuit; vingt minutes plus tard il hissait á bord Christion K. concurrent autrichien, qui put bénéficier du plus grand coup de chance qui a dut se produire dans l'histoire de la marine. Le gars n'attendait plus rien de personne.
Il parait que c'était pas cool.
Attachez vous tous! Il n'y a que ça.
(Hier mon fils, celui qui a fait demi tour, est parti seul de Palma pour Port Camargues; je lui ai fait la leçon, j'ai tellement peur qu'il se relâche après tout ces milles.)

14 juil. 2009
0

oui, Z, tu as raison
dans ma jeunesse je ne m'attachait pas. Et je faisais le c.. sur la plage avant pour changer les voiles par F6 ou F7, de nuit.

Même pas peur. Inconscience de la jeunesse ?

Une virée en mer a failli mal se terminer. J'ai failli ne pas revenir. Et pourtant j'étais à moins de 100m du bord. L'eau de mer à boire, c'est pas bon. A recracher, je vous dis pas.

Depuis, c'est gilet obligatoire. En plus, en solo c'est harnais et ligne de vie crochée sur une des cadènes de fond de cockpit.

Tord ou raison , c'est le moyen que je mets en oeuvre. Mais c'est aussi parce que je veux revenir à terre (et ma petite famille aussi veut me revoir).

Sinon, c'est vrai que c'est une contrainte. Parfois j'oublie la ligne de vie. Ça dure 5 secondes car je me fais engu..... par moi-même.

Pourtant c'est plaisant de manoeuvrer sans être attaché.

Sije ne pensais QUE bateau et navigation, c'est pas sûr que je m'attacherais.

Chacun fait comme il le sent.

Soyez prudents et bonnes navigations.

François

14 juil. 2009
0

pilote de bord tu
a trouve je crois ce qu e je cherchais , la zapette sans fil de chez raymarine qui peut commander le verrin en bute et faire faire des ronds (plus le verrin c'a fait 900 €).mais bon il faut voir en differntes situations . ils disent dix metres de rayon d'action , c'est vite passe 10 m , et il faut pas avoir pris un coup de bome sur la chetron pour reagir et trouver le bon bouton du machin autour du cou... ou alors il faut qu'il se declenche automatiquement a partir de la distance de decrochage.mais je retiens le systus du bout fluo de 60 m qui flotte derriere , meme si c'est moche .j'envisage des traversees en solitaire sur petit cata 26" sans franc bord et malgre mon point de vue boudhiste sur la vie (et la mort )et la futilite de l'existence, et que personne ne m'attend a terre , et que la mort est supposee douce une fois que les endorphines arrivent , ben ...je préfere rester a bord

14 juil. 2009
0

Petit cata autre probléme
est ce que le risque est de tomber à l'eau est plus grand que de se retrouver sous la bateau attaché à une ligne qui je veux pas se défaire ?

Je pense que ça dépend du cata est du niveau du barreur !!! Par exemple un sailing one au main d'un débutant je ne m'attache pas.

Qu'est ce que c'est comme cata ?

14 juil. 2009
0

tangnard
petit pahi (je l'aime beaucoup) pour aller au cap vert ...

14 juil. 2009
0

plusss mieux et plusss cher
c'est le système NKE, récepteur + 1 émetteur mais je sais pas avec quels pilotes ça fonctionne. Parce que mettre le gyropilote NKE ça commence à faire un peu cher.

Si la télécommande fonctionne avec mon pilote simrad, je dis pas que j'équiperais pas mon bateau.

Pour la nav par temps maniable, c'est surement un plus.

François

14 juil. 2009
0

le lien qui va bien
pour la télécommande NKE :
www.nke.fr[...]_FR.pdf

Des trames NMEA 0183 sont émises. Reste à savoir si le simrad sait interpréter.

François

14 juil. 2009
0

Il faut du temps
pour apprendre, et comprendre, que s’attacher ce n’est pas uniquement pour se sauver soi même.

C’est aussi prendre soin de soi pour ceux qui tiennent à nous.

Celui qui part voit rarement les larmes de ceux qui restent…

14 juil. 2009
0

morgan
:bravo: je l'ai souvent dis sans être compris, je te félicite d'avoir pu le dire avec autant de poésie :pouce:

14 juil. 2009
0

ben voila
on a plombe l'ambiance , alors je m'attache ,c'est juré .mais je partirai pas sans faire mon testament , c'est pas la securite ? ok j'arrete ...

14 juil. 2009
0

OK, il ne fat pas tomber à l'eau ...
mais si parfois cela m'arrivait, je viens de commander une balise "406" GPS intégré, portable, et qui s'attache très bien à la sangle du harnais.

15 juil. 2009
0

Ca parait un peu couillon,
mais il est instructif d'essayer de remonter sur son boat qd on est au mouillage. Si l'échelle de bains n'est pas descendue, c'est souvent fort difficile. Et avec des conditions idéales, bateau arrêté, mer plate et maillot de bains. Alors, en conditions de nav, avec de l'eau à 10 degrés et la fatigue et le stress ???

2ème étape, tjs au mouillage, essayer avec un harnais capelé sur la ligne de vie. Tjs pas triste...

A tester en priorité et donc prendre des mesures adéquates comme avoir un bout facilement accessible sur l'arrière.

On en arrive à la conclusion qu'il vaut mieux tt faire pour rester à bord. C'est qd même trop couillon d'être dans l'eau à côté de son boat et de ne pas pouvoir remonter dessus.

Il y a fort longtemps, ça a été la frayeur de ma vie et ça m'a fortement marqué. Par pétole, en Med, on a tous sauté à l'eau. J'ai cru y rester, impossible de remonter et nous étions 5.. Il parait que ça s'appelle l'expérience.

RV

15 juil. 2009
0

Je dis probablement une connerie
www.hisse-et-oh.com[...]cle.php
Si on peut activer une sirène, ne peut-on déconnecter un pilote, ou carrément lui couper les vivres ou plus exactement les électrons, enfin bref l'arrêter.

15 juil. 2009
0

le problème
Ce n'est pas d'arrêter le pilote, mais d'arrêter le bateau. Parce qu'il y a quand même pas mal de bateau qui réussissent à naviguer correctement sans pilote.

Un bateau qui avance encore à 2 noeuds à la cape, ça fait du 1m/s . Soit 50 sec pour un bassin olympique. Avec veste et pantalon, dans une eau pas trop chaude, et avec 2-3 vagues.

16 juil. 2009
0

On m'a raconté :
c'était durant la premiere mini . Un skipper est tombé de son muscadet .Pour des raisons non comprises - le voilier s'est mis bout au vent !! imaginez...........
A l'arrivée à Antigua le skipper avait les marques blanches de son harnais qu'il n'a plus quitté depuis sa remontée à bord .
Perso , si je suis en veille " endormie ", j'ai un harnais culotte de montagne et un mousqueton avec allonge extensible . plus pratique pour la pissouillette .

16 juil. 2009
0

moi j'aime bien le poste de morgan
(il faut du temps)
en trois phrases il résume bien des choses
:-)

16 juil. 200916 juin 2020
0

S'attacher mais pas que.................
...........en solo, la nuit, quand ça bouge, sur des manoeuvres de voiles...........

Je pense que la conscience du danger est plus importante que les mesures de sécu misent en place......aprés l'ambiance Glénand le gilet pour traverser le port ou les caneaux (je les vois a Séte) faut pas exagérer.............

16 juil. 2009
0

ben
à Sète l'eau est chaude mais chez nous après une ou deux heurs au soleil, quelques verres de rosé, tu tombes = risques élevés d'hydrocution.
Evidemment nous sommes libres d'adhérer ou pas :-) ;-)

16 juil. 2009
0

Il n'y a rien a exagérer...
Nous devons porter et faire porter les brassières dans tous les cas sauf certitude de repêcher l'homme à la mer en moins de 4 minutes. C'est notre charte de sécurité.

Lorsque nous formons les stagiaires à la manœuvre, nous les formons a être attaché pour les manœuvres.

Lors de ces stages manœuvre, une part importante du programme consiste à apprendre la récupération d'homme à la mer. Le stagiaire prends vite conscience que réussir cette manœuvre en 4 minutes n'est pas une absolue évidence.

Avez vous essayé ?

Pour ce qui est de traverser le port ou le canal, c'est là que ce joue la majorité des drames en plaisance. Porter une brassière ne coute rien et n'est pas un handicape.

Les Glénans accueillent chaque année 13 000 stagiaires

16 juil. 2009
0

On est d'accord...
Rachid, je pense que nous sommes d'accord...

"ya des plaisanciers qui en dehors des Glénands font des maneuvres de MOB....." : je n'en doute pas. Je voulais dire par là que la difficultée d'arriver à vitesse zéro sur un homme à la mer pour le récupérer est une manoeuvre qui n'est pas évidente et qui fait prendre conscience de intérêt d'être attaché.

"la meilleure des actions de sécurité est la prévention........comme dans l'esprit aéronautique....... la meilleure façon de gérer une situation de danger est de ne pas si mettre !
" D'ou notre charte de sécurité.

"votre bizness, qui vous emmene a gerer 13 000 stagiaires/an, ne doit pas étre simple et doit vous contraindre dans certain cas a mettre en place des procédures calées sur la capacité et l'autonomie du stagiaire le plus exposé, mais de la a en faire une régle générale faut pas exagérer je le répéte. " Sur le fond tu justifie et donc tu comprend donc c'est une rêgle générale.

Pour le reste, au port ou dans le canal, tu dois prendre en compte un autre élément... Nous sommes des bénévoles mais nous sommes aussi pénalement responsable des préjudices que pourraient subir nos stagiaires. Qu'un promeneur tombe dans le canal c'est son problème. En revanche, si un stagiaire tombe à l'eau, que les procédures définies par le Glénans n'était pas respecté, c'est le problème du moniteur.

Nous n'avons donc aucune raison de déroger aux règles qui nous sont imposées, que nous devons signer chaque début de stage.
Tout est fait aux Glénans pour protéger notre responsabilité et préserver la responsabilité des 830 moniteurs. Il nous suffit de respecter scrupuleusement les règles.

Il y en a bien d'autres moins visible mais tout aussi étonnante mais on ne peux pas faire fonctionner une telle organisation sans ce système.

Dans un autre cadre, chacun peu adopter ses propres rêgles, ça ne me choque pas.

J'ai tout de même constaté qu'en s'alignant sur ces règles, même sur d'autres bateaux que ceux des Glénans, cela ne provoquait pas de gène particulière. Je ne vois aucune raison de faire autrement.

On pourrait même aller plus loin... J'ai suivi au Salon nautique un briefing sécurité animé par un pilote de l'Aeronaval chargé des recherche et du sauvetage en mer.

Il recommande que nous portions tous en permanence même par beau temps :
- Une flash light
- Une fusée ou deux
- Un sachet de fluorescéine.
J'ai adopté personnellement cette règle et je l'impose à mes équipiers hors Glénans.

16 juil. 2009
0

Mais non Rachid
Tu ne vieillis pas, c'est la sagesse du marin !
mais attention marin

16 juil. 2009
0

Hola................

"Avez vous essayé ?"
Oui pas plus tard que mardi, ya des plaisanciers qui en dehors des Glénands font des maneuvres de MOB......

En dehors de cette facheuse manie de croire que en dehors des chapelles il n'y a pas de salut, je souhaite juste préciser mon propos......

Je reste convaincu que la meilleure des actions de sécurité est la prévention........comme dans l'esprit aéronautique....... la meilleure façon de gérer une situation de danger est de ne pas si mettre !

Je reconnais que votre bizness, qui vous emmene a gerer 13 000 stagiaires/an, ne doit pas étre simple et doit vous contraindre dans certain cas a mettre en place des procédures calées sur la capacité et l'autonomie du stagiaire le plus exposé, mais de la a en faire une régle générale faut pas exagérer je le répéte.

Concernant la traversé du port et des canaux je veux bien qu'il soit necessaire de mettre un gilet et/ou un harnais mais faut bien comprendre que dans le cas de Séte (par exemple) il n'y a aucune différence entre etre sur un bateau et sur les quais. Enfin si sur les bateaux ya des filiéres et pas sur les quais.......et ça fait des années que tout le monde, tout age confondus pour la péche, les crabes la baignade le vélo..... se proméne sur le port et les canaux.....a quand l'installation d'une main courante et le port du harnais ?

Bonne journée.

16 juil. 2009
0

Normal
1) Nous, en Bretagne (il fait beau mais l'eau est froide), on ne jette personne à l'eau. Un sceau avec un pare-battage c'est suffisant.

2) Un moniteur ne doit jamais se mettre en danger, il compromettrait la sécurité du groupe.

17 juil. 2009
0

D'abord...
Revenir vers un seau...Apprendre ne veux pas dire tout mélanger le même jour. Pour le reste, je ne souhaite à personne d'avoir à affronter le stress réel et encore moins d'être celui qui voit le bateau partir et je sais de quoi je parle.

En tous cas si tu veux évaluer ton équipage en te foutant à l'eau, j'espère que tu ne sera pas déçu de ton évaluation.

16 juil. 2009
0

Wouais ...................
.............du moment que personne vient me dire quoi que ce soit sur mon bateau.......je crois que je peux étre d'accord avec tout.....je dois vieillir non ?
:mdr:

16 juil. 2009
0

Rappel aussi des conseils donnés par la SNSM lors du trophée
- Jamais de gamins dans le balcon avant. Ils passent à l'eau sans que personne ne le voit.
- Gilet obligatoire, avec 150 n de flottabilité et des bandes réfléchissantes (qui sont radardisable).
- Dans la poche, au moins des cyalumes, qui en plus de la lueur dégagée, sont fluorescente et donc trés visible dans un projo.
- Une fiche détaillée à coté de la VHF pour expliquer, si ceux qui savent sont tombés à l'eau, a ceux qui ne comprennent rien comment allumer le GPS et la VHF pour communiquer un apple de détresse avec une position précise. Il nous ont expliqué avoir perdu une heure au téléphone pour expliquer à une équipière qui ne connaissait rien au bateau et qui avait vu son compagnon tomber à l'eau comment allumer le GPS et trouver la page qui donnait la position. En imaginant dans quel état se trouvait l'équipière qui a vu son compagnon tomber à la mer et qui se trouve seule sur un bateau livré à lui même, on conçoit bien les qualités de pédagogue qu'il a du falloir au gars de la SNSM...

Les gars étaient étonnament discret sur le port du harnais, mais je pense que c'est un problème local (beaucoup de leurs interventions concernent les scooters de mer ou petits bateaux à moteur pas bien concerné par le sujet alors qu'au final, le nombre d'homme à la mer doit être insignifiant).

Mais quand on voit ça : www.hisse-et-oh.com[...]dex.php , on se dit que le harnais, c'est moins fatiguant que de nager 16 km...

Jacques

16 juil. 2009
0

A le harnais
Jacques, je suis entièrement d'accord avec toi. Je pense tout de même que le premier problème du port du harnais est qu'il est privatif de liberté dans un domaine ou la liberté c'est en gros ce que tous on cherche. Alors le harnais c'est pénible oui, mais il faudrait peut etre aller jusqu'au bout du raisonnement comme pour la ceinture de sécurité et ne pas se voiler la face : ne pas porter le harnais tue.

16 juil. 2009
0

Comme y dit Philus...........
...........a titre d'exemple certains canyons que l'on faisait en shorty avec un vieux bout de ficelle DOIVENT se faire et par arrété prefectoral avec un matos de fous aujourd'hui........resultat les gens croient que le matos supplait la compétence et réduit le danger........ben perdu ya des morts........la meilleure prévention c'est la conscience du danger.........et quand je dis danger c'est pas un danger objectif, mais un individu dans un état X, dans un contexte, a un moment donné.......avec des 6.5m yen a qui rentre (et y font bien) par F 3/4 B d'autre qui sont au taquet du bateau a F 6/7 B........

16 juil. 2009
0

Je suis d'accord
Mais j'hésitai à écrire ce qui suit basé sur ta remarque :

"Mais je ne sais pas pourquoi, il y a dans l'air comme une odeur de nouvelles législations en matière de loisirs nautiques"

C'est une affaire de citoyen, il faut veiller sur notre politique, s'exprimer lors des suffrages, militer si l'on en a le temps pour faire en sorte que nos espaces de libertés soient respectés.

S'imposer des règles pour soit ou pour le groupe auquel on n'appartient n'est pas contraire à cet esprit, cette volonté, de refuser qu'elle nous soit imposées.

Mais le débat devient vite politique et mal venu ici. Je ne ferai donc aucune allusion à ce qui a été dit aujourd'hui au Havre.

16 juil. 2009
0

j'aimerais pas etre .........
............de tes copains !

bon , mauvais gout ...............

16 juil. 2009
0

pour philus
il ya des fois où on aimerait pouvoir mettre des étoiles négatives :-(

17 juil. 2009
0

excuse-moi, Philus,
je suis énervé chaque fois que j'entends dire que la mer est un espace de liberté.
Ton bateau, au large, est une prison, que tu ne peux quitter sous peine de mort.
Tu ne décides pas des conditions que tu vas rencontrer, tout au plus peux-tu faire un choix parmi quelques options qui te sont proposées par dame météo.
Tu dois respecter des règles vis-àvis des autres, et aussi pour la sauvegarde de ton équipage.
Tu as tort de ne pas porter de gilet par beau temps ou en côtier, c'est là que tu as le plus de risque de te faire percuter par un imbécile qui se croit permis de faire n'importe quoi.
Le port du gilet sur mon bateau est permanent, et les harnais toujours à poste.

17 juil. 2009
0

Prison
Si le bateau est une telle prison, pourquoi en faites-vous ? Je ne comprend pas.
Un cocon si vous voulez, mais pas une prison.

18 juil. 2009
0

gilet
dès la sortie du port; en GB ou Irlande, pays où la liberté individuelle est très respectée, le port du gilet est obligatoire même en annexe.

16 juil. 2009
0

Tout à fait d'accord
Mais aussi:

Boire de l'alcool
Fumer
Manger trop gras
Ne pas faire d'activité physique
Faire trop de sport
Rouler trop vite en voiture
Ne pas faire l'amour (cancer de la prostate...)
Avoir trop de stress à gérer
Vivre entouré de produits toxiques
Téléphoner avec un portable (surtout si on a de l'aluminium dans la tête)
Monter à l'échelle sans avoir un surveillant en dessous
Faire du vélo sans casque
Ne pas mettre de gilet sur le bord des autoroutes
Tondre sans chaussures de sécurités
Tronçonner sans gants ni casque
...
J'arrête là, on pourrait en écrire des livres.

Vivre tue et c'est notre destin de mourir, on y échappera pas, quoiqu'on fasse.

Mettre en garde les plaisanciers contre les dangers de la mer, tout à fait d'accord. Mais je ne sais pas pourquoi, il y a dans l'air comme une odeur de nouvelles législations en matière de loisirs nautiques. On en parle à la télévision, à la radio, dans les associations, sur les forum.

Attention, si l'on y prend pas garde, la mer ne va plus rester longtemps le dernier espace de liberté.

16 juil. 2009
0

Si je peux me permettre,
sans rien imposer à personne, la conscience vient quand on a quelques copains disparus en mer.

J'en compte trois depuis le début de cette'année...

RV

16 juil. 2009
0

???
Je ne fais que dire qu'il ne faut pas mettre de la législation là où la responsabilité individuelle doit opérer. On est dans une société où tout deviens cadré, balisé, 'prémaché'.

Je n'ai jamais mis de gilet en bateau (sauf une fois) car je ne suis jamais partit seul ni par mauvais temps (par prudence). Je fait SYSTEMATIQUEMENT des manoeuvres d'homme à la mer avec mes équipiers (sans les prévenir) en jetant une bouée à l'eau et en m'installant sur le pont les bras ballant à leur mettre la pression pour leur montrer que ça n'est pas facile. Je compte d'ici quelques années partir avec ma chère et tendre pour vivre sur un voilier et nous serons en haute-mer équipés de harnais gonflant, de balise perso et d'une alarme homme à la mer avec lien sur le pilote. Ca ne sera pas le cas en côtier par beau temps et encore moins au mouillage.

Mais je ne laisse le droit à personne de décider pour moi de ce que je dois faire ou ne pas faire en matière de sécurité. La réglementation actuelle est déjà (pour moi) à la fois trop contraignante mais aussi insuffisante. Je me souviens d'une époque où il n'y avait pas besoin de radeau de survie sur un insubmersible (Etap) jusqu'à ce qu'on se rende compte qu'un bateau peut brûler....

Ce que je crains, c'est que petit à petit, insidieusement, on nous prépare à nous imposer des règles dont on ne veut pas forcément. Je ne crois pas à la 'théorie du complot', mais je ne doute pas qu'avec une bonne préparation psychologique, on puisse faire avaler n'importe quoi à n'importe qui. On a bien réussi à nous faire foutre sur la gueule avec les Allemands deux fois. Qui peut - a froid- voir un homme quel qu'il soit et se dire 'Je vais te tuer, car tu es de l'autre camps'. Le coups du vote (je suis un démocrate) , c'est du pipeau car on peut faire voter les gens comme l'on veut avec un peu de préparation et de démagogie.

Bref, que les 'décideurs' nous foutent la paix et nous laissent vivre notre passion comme nous le voulons à partir du moment où nous ne gênons pas les autres. C'est le principe de la liberté qu'il ne faudrait pas oublier au principe de précaution.

Connaissez-vous 'Les Singes' de Brel ?

PS: Un de mes meilleurs amis est mort sous mes yeux en moto. Je continue à en faire malgré tout. Avec prudence.

17 juil. 2009
0

triheol
absolument d'accord avec toi sur la notion de "liberté" suivis par cette phrase tellement vrai
[i]"Ton bateau, au large, est une prison, que tu ne peux quitter sous peine de mort. "
[/i]
et plus le bateau est petit plus la prison est petite aussi.

et sur les reste aussi ;-)

17 juil. 2009
0

Mais Philus ne dit pas autre chose, il me semble.
Le problème n'est pas de respecter ou non des règles de sécurité. Le problème est de laisser la loi décider de ce qu'on peut ou ne peut pas faire, alors que le simple bon sens devrait suffire.
Et à force de déplorer à longueur de forums ou dans les médias, à l'occasion de chaque accident, le non respect de règles de sécurité élémentaires, sans même savoir si ces règles ont réellement été occultées, on fait le lit d'une future loi qui interdira tout appareillage la veille d'un coup de vent force 5 ou 6, ou qui rendra obligatoire un permis de naviguer, un certificat médical et une assurance par passager...

Récemment la loi est plutôt allé dans l'autre sens, celui du bon (sens), et on s'en est largement félicité. Attention à ne pas renverser la vapeur...

17 juil. 2009
0

Logique par l'absurde
Juste une question.
Où places-tu la limite pour la règle 'port du gilet' ?

En haute-mer ?
En croisière côtière ?
A moins de 2 milles des côtes ?
Au mouillage ?
Dans l'avant-port ?
Dans le port ?
Sur un fleuve ?
Sur une rivière ?
Sur un lac ?
Sur un étang ?
Dans une marre ?
Au sortir de l'appontement ?
Dans l'appontement ?
Sur le ponton ?
Sur la quai ?
Près du quai ?

Dans un autre ordre d'idée,
Par force 12 ?
Par force 10 ?
Par force 6 ?
Par force 4 ?
Par force 2 ?
Mer plate ?
T° eau 30 °
T° eau 20 °
T° eau 10 °
Au milieu des glaçon ?

Sur un 'Costa' de croisière ?
Sur un ferry ?
Sur un 80 pieds de luxe ?
Sur un 50 pieds ?
Sur un 40 pieds ?
Sur un 20 pieds ?
Sur un Optimiste ?

En skipper ?
En équipier ?
En personnel de service ?
En passager ?

Tu admettra qu'il y a un 'curseur', une limite à partir de laquelle tu mettra un gilet puis un harnais, puis tu prendra une balise, puis tu préparera la survie, etc

Ce 'curseur' tu le places légitimement à un certain niveau. Admets que d'autres puissent le placer à un autre niveau. Tu n'as pas tord, les autres non plus. On est tous l'inconscient de quelqu'un et le ''couillemolle' d'un autre.

il est très facile de légiférer pour la ceinture en voiture. Dès qu'on démarre, on la met et on en parle plus. Un bateau, c'est plus compliqué; c'est un moyen de locomotion mais aussi une habitation, une terrasse, un lieu de travail, une résidence secondaire et on ne met pas de ceinture dans son jardin ni dans sa maison.

Pour résumé, donnes-moi l'échelle de ton 'curseur' (solitaire à plus de 300 m de la plage ou au mouillage par grand vent et eau à 5° = je mets mon gilet); mais pas de 'Le port du gilet sur mon bateau est permanent'

Je me répète, un voilier n'est pas une prison, car on ne choisit pas de vivre en prison. Sinon cela relève du psychiatrique. Mais un bateau est un endroit dangereux et un lieu de liberté - oui de liberté - et tout le monde sait que la liberté, comme la vie comporte des dangers. Je travaille à mon compte et je suis plus libre qu'un fonctionnaire, mais c'est plus dangereux. Je ne me sent pas pourtant emprisonné.

18 juil. 2009
0

Les pays anglo-saxons
sont des pays où la liberté de parole est très respectée, mais pas la liberté individuelle. C'est un mirage.

Ils n'est pas autorisé d'y vendre des fromages au lait cru car on peut mourir en en mangeant. Il n'a a pas si longtemps, Allan Turing, 'l'inventeur' de l'informatique - qui a permis en partie de vaincre les nazi - a été forcer à se faire castrer chimiquement en 52 car il était homosexuel. Il s'est suicidé.

Il n'y a même pas de droit à l'avortement....

17 juil. 2009
0

Chacun fait comme il veut.
Bien sûr tout le monde sera d’accord pour dire qu’il est préférable de porter un gilet et de s’attacher.

Mais bon, une fois qu’on a dit ça, chacun fait comme il veut, et heureusement !

Perso je ne m’attache que rarement, seulement quand j’en ressens le besoin, à savoir quand j’ai une sensation de danger, que ce soit au large, en côtier, en solo ou en double, le jour ou la nuit .

Pourquoi je ne le fais pas, tout simplement parce que j’ai pris la mauvaise habitude de ne pas le faire à mes débuts, et je me sens empêtré quand je le fais.

Cela dit si je dois embarquer en tant qu’équipier sur un autre bateau, je respecterai sans discussion les instructions du skipper dans ce domaine.

Donc qu’il soit préférable de s’attacher et de porter un gilet, oui, mille fois oui, mais de grâce arrêtons d’emmerder ceux qui ne le font pas.

Chacun prend ses risques.

17 juil. 200916 juin 2020
0

.
RV

17 juil. 2009
0

L'horreur...bis
J'ai tout á l'heure enterré une réponse avec ce tître au milieu du fil; lisez la s'il vous plait.
Après celá sachez qu'il faut toujours s'attacher et d'autant plus que l'on est expérimenté et qu'il fait beau.
Quand on voit son bateau s'éloigner et que l'on sait que personne ne viendra.... (Christian est né une seconde fois en 2005; Hugo n'a toujours pas compris ce qui là poussé á faire demi tour; la mort n'est romantique qu'au cinéma.)

18 juil. 2009
0

oui avec boatlover
c'est plus un question de ressenti , il ne faut pas fonctionner qu'avec des reglementations ou des principes , il faut du bon sens et un peu de reflexion .Il est stupide de s'arreter au feu rouge en plein desert genre un feu a 4 h du mat un dimanche de vacance devant une ecole avec la visibilite et pas un chat .je marque un temps d'arret et je passe lentement a 5 l'heure mais je passe .
La mer est encore un des derniers espace de liberté
bref :"pavillon belge"

18 juil. 2009
0

En effet
tout à fait dans le sujet ! www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

Et hors sujet : l'étrangeté de l'esprit humain :

... un jour où je faisait la tournée des chambres froides d'un chantier, je monte dans mon pick up, démarre le moteur, passe la marche arrière... et je n'ai jamais su pourquoi repasse au point mort et descend pour examiner l'arrière du véhicule...

... une gamine était assise avec sa poupée, juste derrière une des roues ! :lavache:

_/)

18 juil. 2009
0

De la chance sans doute,
mais la peur de ma vie c'est sûr ! J'ai passé le reste de la journée à chercher le père pour lui casser la tête ! Je ne l'ai trouvé qu'après le boulot et un peu plus calme et l'ai copieusement engueulé...

Mais l'anecdote était juste pour souligner l'étrangeté du cerveau, qui nous pousse parfois à des actions que l'on ne sait pas s'expliquer.

Serait-ce le fameux "sixième sens" ?

_/)

18 juil. 2009
0

Non.
Il faudrait interdire la marche arrière...

18 juil. 2009
0

ben tilikum ta eu la chance de ta vie
je n'ose penser ce qui y aurait put avoir comme conséquence et ce qui aurait put te hanter toute ta vie

18 juil. 2009
0

Il faudrait
rendre obligatoire les radars de détection de présence devant et derrière les roues des voitures ;-)

18 juil. 2009
0

je l'avais vu, ton post
sur la récupération d'un concurrent après une opération illicite de transbordement de vivre.

J'en ai retenu que le récupéré a eu la plus grosse chance de sa vie et le récupérateur une bonne idée ce jour-là.

Mais la meilleure conclusion est qu'il faut éviter de tomber à l'eau et donc s'attacher.

chacun fait comme il veut. moi je m'attache.

François

18 juil. 2009
0

J'ai peut-être mal compris
Ca déclenche une alarme dans le bateau?

RV

18 juil. 2009
0

J'ai trouvé ça
Une VHF avec bracelet qui déclenche automatiquement l'ASN.

Aucune idée de ce que ça vaut. Peut-être des retours d'expérience sur ce forum::

www.discount-marine.com[...]650-mob

RV

18 juil. 2009
0

exact
Reçu hier cette pub Nauticom:
www.nauticom.fr[...]nfo.php
et dans ce cas: "Compatible avec les récepteur AIS Amec Camino pour visualisation de la position du bracelet en temps reel."

18 juil. 2009
0

seul à deux ...
Un cas très courant : on navigue à deux pour de longues étapes. Pendant le quart de nuit, l'autre dort. Le besoin est donc d'abord de réveiller l'autre en cas de chute à la mer.

Pour les bricoleurs peu fortunés, je me suis fait un système d'alarme destiné à réveiller celui qui dort : simple, un émetteur de très faible puissance porté par l'homme de veille, et un récepteur à sirène dans le bateau. Dès que l'émetteur s'éloigne de 10 mètres (ou est dans l'eau) son signal n'est plus reçu à bord et l'alarme se déclenche.

Ici: www.hisse-et-oh.com[...]cle.php

Cela marche au poil et est très rassurant quand on est deux.

18 juil. 2009
0

C'est extra comme système
Au quotidien, lorsque dans un demi sommeil tu t'inquiètes pour l'autre que tu n'entends plus, une toute petite voix dans ton cerveau te dit "non ! ne t'inquiète pas, l'alarme n'a pas sonné" et tu dort mieux apaisé.

18 juil. 200916 juin 2020
0

ce bidouillage me parrait excelent,merçi robert
j'ai mis dans mes favoris et vais peut-être ressortir le fer a souder
:-)

18 juil. 2009
0

version améliorée
Un couple ami sourds-muets qui naviguait en couple envisageait d'en faire une version à vibreur à porter contre le corps.

On ne se rend pas compte de l'importance des sons dans la sécurité: c'est primordial ! En effet, même s'ils ne dormaient pas, mais simplement n'étaient pas en vue directe, la chute à la mer de l'un ou même un accident moins grave pouvait devenir gravissime à cause de l'absence d'audition.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

Souvenir d'été

  • 4.5 (78)

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

novembre 2021