Hold-up chez les Bretons! Régates en IRC

Seul voilier Granvillais contre les meilleurs voiliers de Bretagne Nord ( First 40, Grand Soleil 40, plusieurs JPK 10.10 et 9.6, IMX 38, J 105,A 31), l’A40 Karibario (rating 1.086), a remporté le classement général des deux régates organisées pas le Yacht-club de Dinard, la première entre St Malo et Jersey le samedi 7 avril et celle du retour de St Hélier le dimanche.

La course qui a emmené les voiliers vers Jersey en passant par l’est de Minquiers a été rendue complexe du fait des courants violents générés par une grande marée de coefficient 112 et du vent faible et instable. A ce jeu là, les équipiers de Karibario , majoritairement sexagénaires, ont su faire parler leur expérience qu’ils ont confirmée lors de la manche du retour à St Malo. En effet, lors de la première manche, entre les Caux et la Demie de Pas, il n’était pas simple de négocier les « molles » alors que nous louvoyions contre un courant de 2.5 noeuds vers la baie de St Aubin.

Le dimanche, après un louvoyage « chaud » avec le courant (2.5 nœuds) jusqu’à la bouée Passage Rock dans le chenal vers Corbière, lors du bord de reaching vers la nord-ouest Minquiers nous avons pris la tête de la flotte grâce à une belle « cuillère ». L’envoi du spi lourd nous a permis de creuser un écart sur le First 40 « Iritis » (rating 1.087)et surtout le Grand Soleil 40 et son petit rating (1.058). Notre « peeling « (spi dans spi) à la bouée sud ouest Minquiers a été rendu laborieux à cause d’une poulie cassée qui bloquait le bras de spi.

Il ne restait plus qu’a négocier la remontée du chenal de St Malo dans le courant contraire en négociant les bords de chenal. A l’extrême gauche avant le Grand Jardin, puis à droite jusqu’au Buron, et de nouveau à gauche vers les bouées de la Rance avant de recouper à droite vers la ligne d’arrivée vers Dinard. Comme quoi la ligne droite n’est pas toujours le chemin le plus rapide.

En effet, arrivés à l’heure de la marée basse (coeff 112) découvrant des rochers impressionnants que l’on ne voit que rarement, tous leurs adversaires bretons n’ont pu qu’apercevoir leur spi bleu loin devant.

Classement :
1ière étape : St Malo - St Hélier : 2ième Karibario
2 ième étape : St Hélier - Dinard : 1ier Karibario

EQUIPAGE :
Barre et stratégie : Jan Legallet
Tactique et navigation : Daniel Bonnefoy
Embraque et réglages: André Sesboué et Christophe Agostini.
Coordinateur général : Bernard Arole alias Berny
Piano et pliage du spi : Berny et Jean Alain Saoul
Grand-voile : Yvan Poisson
N°2 : Louis Halleguen
N°1 : Antoine Brossault

L'équipage
12 avr. 2012
12 avr. 2012
0

:bravo: :alavotre:

12 avr. 2012
0

Bravo, quel talent.
Et moi qui croyait que "les meilleurs" étaient au spi ouest France ce week end là.

12 avr. 2012
0

Tu as raison, les meilleurs étaient au Spi, c'est pour ça que Daniel a gagné ... :oups: :oups: :-D

Félicitations, Daniel, je connais ton talent, c'est pour cela que je me permets cette boutade.

22 mai 2012
1

Bon, en tant que Breton infiltré, suis à la disposition de ma nation pour trafiquer Karibario si jamais il faisait de l'ombre aux Malouins....

21 mai 2012
0

Tu avais raison.
F.Y.Escoffier a gagné le Spi OF... et nous a battu ce week-end toutes classes confondues... Son A 35 va d'ailleurs souvent plus vite en temps réel, en particulier par petit temps.

12 avr. 2012
0

:pouce: :alavotre:

12 avr. 2012
0

Bien joué

12 avr. 2012
0

bravo ! :bravo:

21 mai 2012
0

Les sexagénaires ont encore frappés !

Même si l’A40 Granvillais Karibario n’a pas été aussi brillant qu’il y a un mois, les Malouins ont une nouvelle fois été dominés lors du Trophée IRC (17 au 19 mai 2012) qui réunissait entre St Malo et Jersey, les meilleurs équipages de St Quay-Portrieux à Cherbourg. Sur les 18 voiliers, on ne comptait pourtant pas moins de cinq Cap Horniers. Nombre des équipages se confrontent sur l’eau depuis 30 ans, et sur Karibario, la majorité de l’équipage à plus de 60 ans!

En guise d’échauffement, nous avons commencé ce Trophée IRC par un court parcours banane par 20 nœuds de vent. Parcours surement trop matinal ou les 40 pieds n’ont pas été brillants, c’est un euphémisme…

Lors de la deuxième course vers Jersey, il fallait pouvoir tenir le spi par 26/30 nœuds à l’approche de la sud-ouest Minquiers.

A ce jeu, plusieurs spis ont été déchirés et les surfs à plus de 15 nœuds ont été nombreux. Du fait que, depuis octobre, nous avons navigué près de 10 fois dans ces conditions, nous n’avons pas été le plus maladroits et avons doublé le First 40, le J 122 et le Grand Soleil 40, moins à l’aise.

En tête, à la bouée, nous sommes passés directement sous solent vers la nord-ouest Minquiers au reaching à 10 noeuds puis vers Passage Rock. Après un dernier louvoyage vers la baie de St Aubin, nous avons passé la ligne sans trouver la vedette comité… en difficulté du coté des Minquiers avec un moteur défectueux et 60 cm d’eau dans la cale. Arrivés en tête, nous avons donc assuré le pointage de nos copains…

Le lendemain, samedi 19 mai, par un temps toujours aussi médiocre et un vent de sud ouest de 15/20 noeuds, nous sommes partis par l’ouest pour le tour de Jersey et de ses nombreux rochers. Un envoi de spi malheureux juste sous le phare de Corbière a permis au Grand Soleil de nous doubler.

A partir de Gros Nez, au nord de Jersey, le dilemme était de rester proche de la côte à l’abri du courant mais avec des dévents importants ou faire route un peu plus au large avec 2 nœuds de courant contraire. Nous nous sommes d’abord réjouis de voir le Grand Soleil s’encalminer dans un trou. Il a persisté et finalement, à Ste Catherine, il avait accentué son avance.

Lors du bord dans l’est de Gorey vers la bouée Jersey Violet, nous avons retrouvé le vent et le courant contraire vers la Demie de Pas. Sous solent, avec un clapot court, cela mouillait bien…

Le samedi, pour la première fois cette année, nous régatons par petit temps. Le comité a d’abord lancé un parcours banane minuscule avec quasiment un seul bord de près ! C’est simple, nous n’avons pas eu le temps de replier le spi lors du deuxième bord et nous avons effectués les deux tours en 25 minutes !

Pour la dernière manche en direction de St Malo, les prévisions de vent nul a incité logiquement le comité de course à effectuer l’arrivée à nord-ouest Minquiers. Le courant et le vent variable ont rendu cette dizaine de milles difficile à négocier.

Contrairement à la majorité de la flotte, nous avons choisi de faire route à droite de la route directe. Cela a aussi été le choix de l’A35 de F.Y. Escoffier, plus rapide que nous, mais aussi du JPK 9.6 qui gagnera cette manche et du Grand Soleil que nous devanceront toutefois.

Sur la fin du bord, dans un vent mollissant et adonnant, nous faisons route directe vers l’arrivée. Les écarts sont très importants avec le J122 « Nutmeg » et le First 40 « Iritis ». Même l’IMX 38 « Félix » habituellement brillant dans ces conditions est loin.

Le classement général est anecdotique du fait qu’il avantageait les petits ratings du fait que le coefficient des parcours banane était le même que celui des autres régates! Plier un spi de 60 m2 ou un de 135, ce n’est pas la même chose…

Dans notre classe, seul le Grand Soleil 40 « Belzébuth »de St Quay-Portrieux, très rapide au près nous devance.

Nous rentrons donc directement vers Granville ( 27 milles) en passant à travers les Minquiers sous la pluie…

21 mai 2012
0

le 1e et le 2 ne sont pas sexagénaires quand meme !
enfin ce class 10 ça avance vraiment ! en temps réel devant un J 122
:reflechi:

12 mar. 2013
0

17 -19 mai 2012 tous les malouins n'étaient pas sur le GP IRC
Certains avaient préféré la TRESCO
Cdlt
JM

21 mai 2012
0

Effectivement, le n° 1, Louis, a effectivement 19 anset nous avons aussi deux "jeunes" dans la quarantaine!

Il ne s'agit pas d'un Class 10 mais d'un A 40. Cela dit sous spi, dans ces conditions, par 28 nds de vent, les Class 10 ( comme les A 35) vont légèrement plus vite que nous car ils partent en surf plus facilement.

D'ailleurs, le Sun Fast 3200, logiquement derrière après le louvoyage du départ, nous rattrapait.

21 mai 2012
0

désolé Daniel j'avais, oublié que tu étais multi support !

22 mai 2012
0

Ah bah oui, Dédé doit pas être loin de 40 maintenant; alors que je l'ai connu tout minot, tout potelé... ça me fait penser, dans le petit temps, z'avez intérêt à pas l'assoir n'importe où, à lui seul il détermine l'assiette!

22 mai 2012
0

bah oui, ch'uis c... ! C'est moi qui ait dépassé les 50 !
J'ai un souvenir de départ du tour des ports avec un Dédé à la barre d'un 40 pieds, torse nu dans 25 nds d'un vent frisquet, sa crinère sous le vent... Un vrai Viking :langue2:

22 mai 2012
0

Erreur... Comme nous, il ne rajeunit pas et Dédé est plus proche de 50...Il garde de beaux restes et est toujours aussi efficace.

21 mai 2012
0

Je devine que c'est plaisant de terminer en fanfare avant de vendre Karibario :bravo: :heu:

0

felicitation viking !par contre je suis etonné que les classes dix ,A35,et sun 3200 peuvent etre plus rapide qu'un A40

22 mai 2012
0

Au portant dans la brise (25 à 32 nds), ce n'est pas la longueur qui compte. Les Class 10, Sun Fast 3200, A 35 vont plus vite que l' A 40 mais nous allons plus vite que les First 40.7, J 122 et Grand Soleil 40.

Par exemple, ils vont surfer à 18 nds quand nous n'en faisons que 17... evidemment, au reaching, nous faisons parler notre longueur à la flottaison.

Pour les A 31, J 92 et 97, ce n'est pas le cas.

21 mai 2012
0

Et pendant ce temps là (jeudi 17) je montais tranquillement (non, pas vraiment tranquillement) de St Malo à destination de Guernesey - ayant renoncé à envoyer le spi car le vent montait au dessus de ce que j'estimai raisonnable pour ce tissus léger - bien m'en à pris - j'ai vu une meute de régateux me rattraper et me dépasser - avec quelques départs au lof musclés et au moins un spi bleu se déchirer.
Parti à 11h de St Malo, arrivé à 19h à Guernesey avec un Sun Light 30 PTE armée croisière - je suis pas mécontent. Une vmax speedo à 10.4 nœuds, 12.2 enregistré au gps ça me va.
Côté météo, on nous avait annoncé du 20 nœuds avec des rafales pouvant atteindre 40 % de plus... bon la rafale a durée près de 4 heures, avec des pointes à 35 nœuds...
Tout ça pour se retrouver dans l'avant port de St Peter, Victoria marina étant saturée par les participants du Télégramme Tresco Trophy.
Samedi 19 c'était plutôt mou de chez pétole entre St Peter et St Hélier
Le retour sur St Malo dimanche 20 était humide :pecheur:, surtout dans l'après midi. La cerise sur le gâteau fût le passage de l'écluse de la Rance à 18h, où 2 bateaux (de location) se sont mis en travers*... Heureusement nous n'étions que 7 voiliers à vouloir rentrer.

  • ça me fait penser à lancer un fil sur le passage des écluses...
28 juin 201228 juin 2012
0

TRANS NORMANDIE - CCI à Ouistreham - 65 milles-
24 voiliers ont participé à la TRANS NORMANDIE - CCI dont le départ a été donné par beau temps le samedi 23 juin à Ouistreham.

Dès le départ, à midi, par un vent faible et variable en force comme en direction, il fallait choisir le bon bord. Les voiliers locaux qui ont longé la plage en direction de Courseulles ont pris un avantage déterminant en trouvant une bande étroite de vent frais. Sur l’ A 40 «Karibario », nous n’avons pas su deviner les subtilités locales et avons louvoyé péniblement entre de nombreuses » molles » jusqu’à Courseulles puis vers la bouée de Cussy, en face d’Omaha Beach. Avec difficulté, sous spi, nous ne sommes que trois voiliers à avoir réussi à la passer contre un courant de 2 nœuds.

Après avoir essayé, en vain, pendant deux heures, de progresser vers l’est, nous avons été contraints de mouiller. Les petits ratings ont fait de même à proximité de la bouée et, après 4 heures de pétôle, le vent est revu de l’est alors qu’aucune prévision ne l’indiquait ! C’est ainsi qu’après 10 h de course, la flotte compacte reprenait un nouveau départ vers Arromanches. Seul, le Class Europe « Protocol » avait réussi à s’échapper dans le tout petit temps et possédait jusqu’à 4 milles d’avance ! Progressivement le vent tourne de de 120° et passe de l’est au sud-ouest et c’est sous spi, plein vent arrière, dans un vent fraichissant pour un bord rapide vers Le Havre.

Nous passons LH4 vers 2 h et entamons un louvoyage à 6.8 / 7 nœuds contre un courant fort par 18 nœuds de vent de sud-ouest. Aux abords de la ligne d’arrivée, surprise, dans la nuit, nous croisons juste derrière le premier en temps réel, « Protocol », à 4 h du matin.

Ensuite, nous avons goutés aux joies de Ouistreham : attente de l'ouverture de l'écluse, éclusage, puis amarrage et …champagne! Nous nous sommes couchés à 7 h et la pluie a été quasiment continue durant la journée...

Une fois de plus, nous terminons en temps compensé derrière Le Class Europe « Protocol » et l’inévitable First Class 10 de service, eux même battu par des Sun Fast 32 et First 31.7. Compte tenu des circonstances de la régate, nous sommes fort satisfait de terminer 8ième alors que nous étions le gros rating de la flotte.

Un repas des équipages fort sympathique a été offert le dimanche soir par la Société des Régates de Caen – Ouistreham.

28 juin 2012
0

Bonjour Daniel
Le FC Europe a toujours son mat avec basses-bastaques ?
Les FC10 sont à bastaques ?

28 juin 2012
0

Il s'agit en fait d'un Maélan 36 considéré comme bateau de série alors qu'il n'en existe qu'un exemplaire.

C'est en fait un Class Europe modifié avec une GV et un spi plus petits et quelques éléments de confort sommaires
Son poids déclaré, en 2012, est de 737 kg de plus qu'un Class Europe. En 2012, son groupe HN Brut est de 27 et net : 25.6

Les Class 10 ont effectivement des bastaques.

28 juin 2012
0

C'est le fameux, dont il fut bien question sur une conversation précédente...

28 juin 2012
0

moi aussi j'etais sur la régate et j'ai halluciner en voyant que le maellant 36 ( c'est quoi ce truc )est en fait un class europe modifier ( mat de figaro 2 et pas grand chose d'autre )

pour un proto il n'a pas ete assassiner par la jauge cette fois ci !!!!

d'ailleur le proprio a bien grogner au près du comoité car il dit que le sun fast 32 est arriver 30mm en réel

comme d'hab le 31,7 est un habituer des podium, skipper par un ancien figariste

le class 10 a bien marcher mais il faut dire qu'il regater dans son jardin, etant de courseulles

nous on etait derrière tous ces avions de chasse avec un sun odysser 36 performance, wahoo !!! 5 MM pour relancer ne sortie de virement, un cap de merde et dans la brise c'est pas beaucoup mieux

mais par contre le wisky irlander y est excelent, faut bien se consoller

domage que je n'ai pas su que viking 35 venait chez nous car on se serait vu sinon, en plus je suis passer sur le ponton vendredi après midi et vous etier sur l'A40

une autre fois !!!

28 juin 2012
0

on est bien d accord Vincent que les Sun Odyssey fussent ils "performanceS " ne sont pas de bons bateaux pour courrir !
tu remarqueras que Viking se couchait quand nous avons passé la lignne d arrivée , c est a dire vers 7h00

pour Viking , je ne savais pas que tu etais sur ce A40 là , j y ai revu deux anciens copains et concurents qui etaient a bord , c est amusant comme le monde est petit !

29 juin 2012
0

a propos de protocole le class europe modifié
sans s'occuper de la jauge qui peut être commentée pendant des heures ,comment expliquer qu'un bateau dont on a diminué la voilure va plus vite qu'avant (4 m d'avance dans ce fil) le passage du gréement 7/8 au 9/10 explique t'il ces resultats .même chose pour le class 10 9/10 qui lui auusi marche aussi bien si ce n'est mieux.
merci d'essayer d'apporter des réponses .

02 oct. 2012
0

Pas de réponse ?
Peut-être parce qu'un 7/8 est plus délicat à bien utiliser ???
:acheval:
Alain :-/

02 oct. 2012
0

Hotelgolf, Vinc,Selec.
Désolé, je n'avais pas lu vos posts ...
Le Class Europe modifié appelé pour la jauge HN Maélan 36 va moins vite qu'un Class Europe.
De plus, du fait de son certificat de jauge Osiris et du poids d'équipage déclaré, il devrait courir avec 5 équipiers maximum, ce qui n'est pas souvent le cas ( ils étaient 7 à bord à Ouistreham...)

A la bouée de Cussy, dans la pétôle, il a touché le vent avant le reste de la flotte parce qu'il était à 1/4 de mille dans l'est quand le vent est revenu d'est. ( contrairement à toutes les prévisions météo)

Depuis deux ans que je les observe, je n'ai vu qu'une fois un First Class 10 9/10ième ou à gréement en tête aller plus vite que les 7/8ième. C'était sur une manche de vent arrière à 95 % par 15 noeuds de vent...

Mais cela est un autre sujet.

01 oct. 2012
0

Dimanche 23 septembre 2012 Trophée IRC - Granville- St Hélier / Chausey

EQUIPAGE :
Barre et stratégie : Jan Legallet
Tactique et navigation : Daniel Bonnefoy
Embraque et réglages: Bérénice Diveu
Coordinateur général : Bernard Arole
Piano et pliage du spi : Jean Alain Saoul
Grand-voile : Yvan Poisson
N°2 : Odile Giot
N°1 : Pierre Pagnon

A 10 h, après une dizaine d’heures de pluie ininterrompue, les 19 voiliers de St Malo, Cherbourg et Granville prennent un départ «à l’anglaise » dans la baie de St Aubin par un vent de 28 à 30 nœuds au 70° (ENE) au près jusqu’à la bouée Hinguette.

Faute d’avoir entendu la procédure correctement, nous prenons un mauvais départ, sous solent et grand voile entière en drapeau. Nous ne sommes pas les seuls, nos adversaires directs étant tous derrière!

La majorité de la flotte est surtoilée durant le premier mille. En effet, nous abattons ensuite de 20° vers la Demie de Vascelin à l’entrée nord des Minquiers.

Au reaching, cela déboule gentiment à 10 nœuds et cela mouille. Le courant vers l’est est faible, 1 à 1,5 nœuds.

Le JPK 10.10, très bien parti, est suivi du Sun Fast 3200 « Mc Donald » et d’un A 35. Le J105, et les deux JPK 9,6 marchent fort. Nous avons du mal à les rattraper et les doubler.

Pour une fois, les Class 10 granvillais sont dominés. L’un casse une drisse de GV, l’autre déchire sa GV. Régulièrement, le First 40, sous foc ORC se rapproche ainsi que les deux X 40 et 41.

Comme prévu, le vent tourne vers l’est en mollissant autour de 25 nœuds. Après la Demi de Vascelin nous partons au louvoyage vers la nord Minquiers puis les Caux soit 6 milles de louvoyage vent contre courant.

Au près, dans la mer nous souffrons et le First 40 nous passe facilement en cap et en vitesse. Exception, le X 40 au mat carbone va aussi plus vite mais tire un bord peu judicieux qui nous permet de maintenir notre position. Nous avons du mal à trouver l’équilibre pour avancer dans la mer. De plus, nous ne sommes que 8 et, pour une fois, nous avons des équipiers jeunes mais légers…

Pour la première fois de la saison, nous prenons un ris et gardons le solent plutôt que de passer sous ORC pour garder de la puissance devant. Dans les molles, autour de 20 nœuds, Ivan « travaille » mieux la GV et, finalement, notre vitesse est souvent de 7 nœuds.

Le vent passe progressivement au 100 puis 125° en mollissant.

Après la bouée Nord ouest Minquiers, nous privilégions le bord bâbord amure vers le sud en attendant la rotation du vent vers le 140° ( Sud Est) .

Au lieu de cela, le vent revient vers le 110°. Le X 40 et le First 40 qui s’était recentrés vers l’est prennent un avantage déterminant. Au nord ouest de Chausey, quand nous virons sur la lay-line vers la ligne d’arrivée située à La Petite Entrée, il est clair que notre course est « bâchée ».

Sous le soleil nous rentrons au louvoyage vers Granville avec un vent mollissant de 20 nœuds en passant par le Chenal Beauchamp.

Nous préfèrerons garder en mémoire, notre course de la veille entre Granville et St Hélier où malgré une erreur de navigation (sous mes fenêtres !) nous rattrapons, doublons et « mettons un wagon » à tous nos adversaires. Mais c’était l’allure favorite de notre A 40, 90° sous spi et une quinzaine de nœuds de vent.

Malheureusement, cela ne « rigole » pas tous les jours…

Malgré cela, notre régularité « paye » et nous nous classerons 2 ième au classement général des deux manches derrière le X 40 et son mat carbone.

02 oct. 2012
0

:bravo: :bravo: :bravo: :bravo:

02 oct. 2012
0

Un départ à l'anglaise:
A Cowes, la ligne du Royal Yacht Squadron est fixe et les départs sont donnés en direction de la prochaine marque c'est à dire que cela peut être au largue ou au portant.

02 oct. 2012
0

c'est quoi un départ à l'anglaise ?

02 oct. 2012
0

D'où le coup célèbre d'Eric Tabarly en 1964... en passant la ligne de départ sous spi en a surpris plus d'un.

02 oct. 2012
0

En 1964, l'exploit était qu'un homme seul ose envoyer un spi de 80 m2 par force 2 sur un voilier immense de 14m.

Rendez vous compte...

06 oct. 2012
0

80m²? pas plus?

08 fév. 201316 juin 2020
2

En 2012, nous avons couru 62 manches de régates et obtenus 45% de podiums.
Nous avons aussi gagné le championnat du Club de Granville avec en moyenne 14 voiliers au départ.

NOTRE MEILLEUR REGATE de l'année 2012

mardi 31 juillet, la 3ième manche du Tour du Finistère, Molène-Camaret (37 milles) est courue à nouveau dans un aimable vent de sud-ouest de 8 à 12 nœuds ( force 3 à 4). Nous avons à descendre le chenal du Four à contre-courant (environ 3 nœuds de courant) en laissant 2 bouées à bâbord, puis à louvoyer vers une bouée située à 6 milles de la sortie du Four et à finir par des bords de vitesse que notre bateau apprécie.

Nous prenons un bon départ à Molène et prenons un raccourci entre deux ilots, à une vitesse de 10 noeuds avec moins de 2 m d’eau sous la quille! Vous avez raison ces régatiers sont fous...*

Nous ne sommes que deux voiliers à oser prendre ce passage mais cela nous permet de virer 3ièmes à la 1ère bouée « les Pourceaux. Elle balise un caillou que 4 voiliers touchent à pleine vitesse dont l’A 35 « Ame Haslé » et le Sun Fast 3200. L’A 40 et un First 31.7 abandonnent. Nous passons 4ièmes, à la « Fourmi », 2ième bouée située en plein courant contraire ( 3.5 nœuds !). Il y a alors deux possibilités, lofer au près serré dans le courant avec 2 milles à effectuer avant d’arriver dans une zone où le courant décroît très vite ou, virer de bord pour retourner rapidement vers des hauts fonds avec moins de courant, mais le petit bord courant traversier pour y aller coûte cher.

Toutes les "pointures" ( F.Escoffier, le Gloahec, D.Andrieux, plusieurs figaristes...) partent vers l'ouest, travers au courant. Le navigateur que je suis est perplexe. Il n'est pas facile d'avoir raison contre tout le monde! Finalement, je reste sur ma première idée et sommes suivi par nos 5 collègues Granvillais...Cela me rassure.

Nous sommes seulement 20 sur les 95 bateaux qui font ce parcours à choisir la 1ère option et les 70 autres partent à droite dont la majorité des « pas mauvais.

Moins d’une heure après, nous les apercevons loin sous notre vent dans le nord ouest, du coté de Béniguet. Nous terminons en tête devant le J 122 de .Chabaud « Made in love » et « Urukai », un First 40.7 qui n’est pas allé à fond à droite, et à distance, le J 133 « Jivaro » revenu de nulle part et l’X 40 « Exception » qui a tiré les mêmes bords que nous.

Le grand bord sous spi au largue vers Camaret n'est plus qu'une formalité.
Nous gagnons en temps réel avec une belle avance et en temps compensé bien entendu.

Photos de l'arrivée à Camaret

Nous sommes surement fous mais nous savons ou nous mettons la quille. En 9 années et après 30 000 milles, nous n'avons talonné qu'une seule fois! Et encore, il s'agissait d'une roche non signalée sur le plateau de Lizen Ven.

08 fév. 2013
0

Tu montes quand sur mon bateau viking?

08 fév. 2013
0

urikaï n'est pas un 40.7 mais un first 40 et ca n'a rien a voir :oups:

08 fév. 2013
0

@Viking35, comme d'hab : :pouce: :bravo:
Ca devient lassant, toutes ces victoires ...
J'imagine les retours de régates : "Encore une coupe ? mais c'est que je ne sais plus où les mettre !"

08 fév. 2013
0

Carrick: Tu a parfaitement raison. Urukaï est un First 40, bien sur...

BMayer: Les greniers sont fait pour cela. Et le pire, c'est que nous en voulons d'autres...

08 fév. 2013
0

Avec tout le respect que j'ai pour les régatiers, je ne suis pas un supporter du rase cailloux à pleine vitesse qui se terminent régulièrement par un touché et parfois coulé.
Ma fierté en 48 ans de voile au ras des cailloux est de n'avoir touché que sur la point des pieds et de n'avoir jamais cassé de bateau.

08 fév. 2013
0

Taquinons le Viking,
après avoir lu le résumé, je constate qu'il y a quand même 55 % de régates ou vous n'avez pas fait de podium, j'espère que vous ferez mieux avec le nouveau bateau ( des infos peut être sur votre nouvelle monture).
Beau palmarès, félicitations.

08 fév. 2013
2

Chipolata; Tes calculs sont justes...
En toute objectivité, il y aussi un nombre important de manche de régates de club ou le nombre de voiliers est de l'ordre de 10. Mais nous n'étions pas favorisé par notre coefficient HN surtout contre les 4 First Class 10 !

Quand au nouveau bateau, nous espérons bien améliorer nos pourcentages... afin de démontrer que dans la voile, plus on est vieux, meilleur on est...

Altaïr : Je ne navigue que depuis 47 années... mais j'en suis à ma 40ième année de course. Ce n'est pas parce qu'on a l'habitude de pratiquer le rase cailloux à haute dose que l'on casse. Pour ma part, j'ai touché 4 fois un caillou en course mais jamais au point de causer une avarie... Je touche du bois...

08 fév. 2013
0

comme je lai deja dit sur l'autre fil je me souviens bien de cette manche :pouce:

12 mar. 2013
0

L'hiver est long, il neige, aussi est-il bon de se souvenir que nous pestons bien souvent contre le manque de vent.. . Adire vrai, l'année passée, nous n'avons couru que 3 régates de petit temps dont celle que je relate

8 bouées, 10 « mistoufles » et 10 « peelings »

C’est la première fois cette année ( mai 2012) que les équipages du Yacht-Club de Granville ont régaté par beau temps et soleil. Mais qui dit beau temps dit aussi vent faible et variable, aussi bien en force qu‘en direction. Ce qui rend les régates compliquées et passionnantes.

Lors de la première manche qui nous a emmenés vers St Hélier, les voiliers partent à 70° du vent sous spi vers Videcoq. Les Rapetoux, La Nautique et Donville(tous des First Class 10) prennent rapidement la tête. A ½ mille avant Videcoq nous rencontrons une première zone de calme. A notre grand étonnement, Les Rapetoux et Henri sur la Nautique persistent vers le sud-ouest bâbord amure.

En tête à la bouée, sur Karibario (A 40) , nous choisissons, sans hésitation, d’empanner tribord amure vers Chausey, cap vers les Huguenans à 1 ou 2 nœuds. Nos motivations sont multiples : se rapprocher d’une zone de vent éventuelle à 300 m en s’appuyant sur le courant traversier, aller à la rencontre du vent attendu que devrait finir par venir du nord-est, essayer d’aller chercher le courant qui augmentera le long de Chausey. Après une dizaine de minutes à 1.5 nœud, spi difficilement gonflé, nous commençons à sentir la risée de nord-est qui, progressivement, augmente et nous permet d’abattre à 3 puis 4 nds. En abattant franchement, nous sommes pratiquement sur la route directe vers la sud-est Minquiers et passons près de La Cancalaise sous Chausey. Loin, dans notre sud, nous nous réjouissons d’apercevoir au loin les deux Class 10 encalminés

Le vent mollit sérieusement (5 nœuds) à l’approche des Sauvages (sud-est Minquiers), après 3 h de course, U Express avec son spi en tête, précède Donville, respectivement à 8 et 14 mn derrière nous. Ils nous battent tous les deux en temps compensé.

Quand aux Rapetoux et la Nautique, nous les identifions difficilement au loin. Comme quoi, il ne suffit pas d’avoir un mat carbone, un gréement textile, du nid d’abeille et des voiles North ! Sauf grosse surprise, on ne devrait plus les revoir.

En route vers les Caux (nord-est Minquiers), sous génois « barberisé » au reaching, le vent ne dépasse pas 5 à 6 nœuds puis fraichit jusqu’à 10 nœuds en adonnant. Le spi lourd est envoyé.

A 3 milles de la bouée le vent passe au 150°, nous effectuons brillamment un « peeling » pour le spi léger (changement de spi) qui s’avèrera une erreur, le vent augmentant peu après à 16 nœuds ! Nous affalons donc rapidement le spi léger avant de continuer sous génois et de renvoyer le spi léger dans les minutes qui suivent, à la faveur d’une nouvelle adonnante, peu avant la bouée des Caux (sud-est Minquiers). Une fois de plus, une nouvelle mistoufle nous attend. Le vent tombe à moins de 5 nœuds. Après quelques minutes de direction de vent incertaine, le vent rentre progressivement et nous faisons une route directe sous spi léger vers la Nuisible (nord-Minquiers) à 4 milles dans l’ouest.

Les Class 10, U Express et Donville, sont maintenant à 18 et 20 mn derrière nous mais ne sont pas encalminés après les Caux…

Un dernier empannage à la bouée nord-Minquiers nous emmène en route directe vers St Hélier par 10 nœuds de vent d’est-sud-est qui semble enfin établi. Mais une fois de plus, 1 mille après avoir passé la bouée, le vent tourne vers le nord-nord-est… Rapidement, nous affalons le spi et faisons route au près sous génois avec 10 nœuds de vent. Devant nous, vers la Demie de Pas, la mer est sombre, signe que le vent est fort. De fait, plus on se rapproche de la côte, plus le vent synoptique de nord-est s’ajoute à une brise thermique. Après la dernière bouée, East Rock, nous franchissons la ligne d’arrivée au près avec des « claques » à 24 nœuds !

Nos amis des First Class 10 Les Rapetoux et de la Nautique franchiront la ligne d’arrivée plus d’une heure après.

Après notre traditionnel « carré & cahuète » et les achats de cartouches de cigarettes, négociées 25 € par Berny, chez notre dealer habituel, nous passons la soirée au Yacht-Club de St Hélier ou le sponsor de notre course « Boat Fayre » nous offre un lunch de bonne tenue. Nous gagnons un Teddy Bear et une bouteille de champagne vite bu par les Rapetoux!

Le dimanche, petit temps et même pétôle sont prévu par les météos les plus pessimistes. Le départ est donné à 11 h et nous prenons un bon départ au largue sous spi lourd avec 5/6 nœuds de vent vers la nord-est Minquiers. C’est l’allure favorite de Karibario et les Class 10 disparaissent rapidement devant Jersey à l’horizon. Donville et U Express au vent de la route, Les Rapetoux, La Nautique et le Sun Fast 3200 « Charlotte » sous le vent, dans l’est.

Le vent mollit en adonnant au 265°. Nous craignons le vent ne tombe complètement alors que le courant va s’inverser dans une heure. Questions récurrentes : devons nous l’anticiper en descendant sous la route ? Devons nous passer sous spi léger ?

Les Rapetoux et La Nautique sous le vent de la route se rapprochent alors que Donville et U Express malencontreusement rejoints par Charlotte au vent ont manifestement moins d’air. Finalement, le vent passe de 4 à 6 nœuds et revient à l’ouest. A 70° du vent apparent, nous accélérons jusqu’à 7 nœuds.

A ¼ de mille des Caux, cette fois, le vent tombe à moins de 3 nœuds. Nous effectuons notre premier changement de spi de la journée et continuons tribord amure à 1.5 nds, sans « faire » la bouée. Le courant étant manifestement contraire, nous empannons alors que les effluves de vent viennent maintenant du 240°. Notre seule satisfaction est de constater qu’à 0.5 milles, nos poursuivants ne sont pas à la fête non plus. Après 15 mn de pétole à moins de 2 nœuds, nous empannons de nouveau pour aller chercher une risée qui semble proche. Nous l’atteignons enfin et accélérons à 3 nœuds. Le vent est maintenant nord-ouest. Nous envoyons de nouveau le spi lourd et, rapidement, le vent tourne à l’ouest et « monte » à 6 nœuds. Malheureusement pour nous, les Class 10 ont « touchés» le même vent avant nous et se sont sensiblement rapprochés.

Nous sommes en route directe vers les Sauvages alors qu’une zone de calme blanc règne à proximité des Minquiers, juste à notre vent. A la moitié du bord, le vent refuse nettement et continuons sous génois au près! A 28° du vent apparent, nous avançons à 3.5 nœuds avec 2.8 nœuds de vent. Une nouvelle fois, le vent adonne vers le nord-ouest et nous renvoyons le spi lourd avec 2 nœuds de vent. Toujours aussi faible, le vent continu à adonner et nous effectuons un 4 ième « peeling ». 10 mn plus tard, nous effectuons la même manœuvre en renvoyant le spi lourd à la faveur d’un nouveau refus du vent.

A 15 h 50, à 0.25 mille de la bouée, nous repassons sous spi léger puis empannons bâbord amure afin d’anticiper une éventuelle pétôle à la bouée alors que le vent est revenu au nord.

A 16 h 20, à une encablure des Sauvages, nous affalons le spi léger, envoyons le génois avant d’empanner à la bouée et de renvoyer le spi lourd pour faire route à 70° du vent, cap sur Chausey. Le vent semble s’établir au nord-nord-est à 7 nœuds.

Les Rapetoux passent les Sauvages 24 minutes après nous, suivis par U Express à 4 minutes. En temps compensé, ils nous précèdent de peu. C’est encore jouable ! Malheureusement, à l’approche de La Cancalaise, le vent mollit encore à 4 noeuds en tournant au nord.

Nous affalons le spi à la balise Le Marteau, juste sous le phare de Chausey et effectuons les 80 derniers mètres jusqu’à la bouée des Epiettes sous génois. Les Rapetoux terminent eux au louvoyage depuis la Cancalaise près de 36 mn après nous, ce qui leur permettra de nous battre d’une minute en temps compensé !

Certains diront que la jauge HN est bien faite puisqu’il y a seulement 1mn 30s d’écart entre Les Rapetoux (Class 10 sophistiqué)et Karibario après 7 heures de course; certains penseront que le coefficient de rating ne correspond à rien ; d’autres prétendront que ces régates sont des loteries tant les conditions météo sont différentes.

Tous ont raison mais il y deux certitudes. Il y a toujours un First Class 10 pour nous précéder en temps compensé et nous avons passé deux excellentes journées.

12 mar. 2013
0

Tu évoques, en lancement de ce fil, le WE de pâques 2012
Dinard Jersey Dinard

A bord de GwezGwern :

2 jours de régates pour 3 Jours de WE;
bon;
on le savait en s'inscrivant;
c'est bien pour permettre aux parisiens de rentrer sans stress à la maison.

Régate sympa pour bateaux rapides,
ben oui mais infaisable pour les petits au vu :
1- de l'heure de départ (adaptée aux hauteurs d'eaux pour sortir de la souille de Dinard, OK, raison très respectable)
et 2- du choix de passer par l'est (fortement suggéré par les gros car plus fun
(C'est vrai ,pour les gros).

Ce choix là, quand on a décidé de s'inscrire dès janvier, on l'avait vraiment pas imaginé pour ce jour et cette marée! On pensait que c'était une régate pour tout le monde, comme celles du RORC ou d'autres, tout simplement.

Et on a pas cru nos oreilles au briefing du vendredi soir.
Parce que aller se promener (les promenades on les fait vite car à la fin on a soif) à Jersey on sait faire et on sait quand partir et comment faire (oui et ici commentaire mais justement j'veux pas m'taire)

Super motivation : tu pars en sachant que tu seras DNF quoi qu'il arrive et tu donnes tes tripes quand même (seul truc positif de ce we)

Content pour vous les gars qui vous êtes éclatés à bord des gros.

On viendra pas cette année.

Dommage les gars du YC de Dinard sont sympas.

En même temps c'est dans le trophée Révolution
Et ça compte pour le classement IRC UNCL Manche
Et même si on est DNF ça donne moins de malus que si on était pas venus

Et on aurait pu avoir qq petits points si j'avais pas tout merdé sur le retour (Ah oui y'a eu le retour Ah oui là j'ai été très mauvais et cette manche là elle est tout pour moi et pas pour l'organisation et pas pour les gros)

Non

On viendra pas cette année.

D'abord à Pâques 2013 on carènera
Et après... ça va donner

Amicalement
J. Minet
FRA 35450
(TCC 0. 908)

PS par contre on viendra le we prochain retrouver les amis Granvillais

13 mar. 2013
0

jminet: Il est certain que dans nos régions, avec le courant, les différences de vitesse entre deux voiliers font de grosses différences. Mais les gros rating en payent aussi le prix de temps en temps...

En tout cas, bravo de venir de St Malo régater à Granville régulièrement.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (72)

Encore la pluie...

mars 2021