Histoires de bateau

.

L'équipage
01 déc. 2003
01 déc. 200316 juin 2020
0

Histoires de bateau
Dans la série "présentation de nos bébés respectifs", relancée par Gérard avec les photos, chacun pourrait aussi raconter brièvement l'histoire de son bateau.
Ceux qui ont acheté leur canote d'occasion pourraient raconter comment ils l'ont trouvé, comment il leur a tapé dans l'œil et quelle était son histoire avant eux.
Ceux qu'il l'ont construit ou acheté neuf pourraient expliquer ce qui les a amené à choisir ce modèle.
Bref, raconter un peu la genèse de nos histoires avec ces objets flottants à fort quotient affectif.

Si je veux raconter l'histoire de Sépia, il faut que je remonte pas mal d'année en arrière, quand, au début des années 70, mes parents on fait construire un pavillon dans la banlieue parisienne.
En se promenant près de l'Oise, toute proche, ils avaient rencontré un type qui construisait un machin, en bois de coffrage et fers à béton, qui, avec un peu d'imagination, pouvait ressembler à un bateau.
Le gars explique qu'il construit un bateau en ferrociment et qu'il va faire le tour du monde avec. Et de sortir sa liasse de plans pour appuyer son argumentaire. C'est un Endurance 35, et sur le papier, ça a vraiment de la gueule. Mon père qui s'intéresse de loin aux bateaux, est carrément épaté. Il reviendra fréquemment sur le chantier pour donner la main durant tout le férraillage de la coque. Le cimentage viendra couronner avec succès plusieurs mois de collaboration. Si bien que quand le propriétaire a démonté proprement tous les couples ayant servi à la structure provisoire, il en a fait un gros paquet cadeau qui a atterri dans la cour de notre maison. L'idée avait germé dans l'esprit inconscient de mes parents que eux aussi pouvaient se lancer dans une telle construction.
En 1973, les voisins ébahis ont vu se mettre en place dans notre jardin, le squelette d'une coque d'Endurance 35. Ça jasait !

Il faudra que je retrouve la photo où nous posons fièrement moi et mon frère, à 8 et 6 ans, devant la coque fraîchement retrournée du futur voilier. À cet âge-là je ne réalisais pas trop, mais j'ai suivi avec intérêt toute la construction et c'est sur ce bateau que j'ai tiré mes premiers bords en mer.
Adolescent, j'ai dévoré toute la littérature nautique de mes parents. Je suis tombé dans les Damiens et Moitessier et je me suis mis à acheter loisirs nautiques. Les symptômes étaient irréfutables, j'étais contaminé ! J'aurais un jour mon bateau !
De l'expérience vécue avec mes parents, je retenais surtout une chose, jamais je ne ferais la folie d'une construction amateur totale. Et puis j'ai commencé à travailler et quand je comparais mon maigre salaire avec le prix d'une unité d'occasion apte au grand large, je déduisais par un rapide calcul le nombre d'années nécessaire à la constitution du magot. C'était incommensurablement long !
A 20 ans, il me semblait impossible d'attendre 10 années avant de pouvoir acheter le bateau de mes rêves. Je suis donc revenu sur mes sages résolutions et je me suis intéressé aux plans destinés aux amateurs. C'est en feuilletant Loisirs Nautiques que je l'ai vu. C'était LUI. Jean-Pierre Brouns présentait l'haliiotis, il correspondait exactement à ce que je cherchais. J'ai rencontré l'architecte au salon nautique et j'ai acheté les plans. Il a fallu plusieurs années avant de pouvoir mettre le bébé en chantier, et, entre temps, j'avais rencontré ma futur coéquipière. Elle a épousé sans hésiter le bonhomme en même temps que le projet. Comme quoi l'amour est aveugle !

La construction amateur est donc chez moi une tare congénitale ! Et quand on compare la silhouette de l'Endurance et celle de l'Haliotis, on retrouve quelques liens de parenté évident comme le coté rustique, le bout dehors ou le rouf volumineux. Une histoire de famille en somme.

01 déc. 200316 juin 2020
0

Une belle d'autrefois
La passion de la mer et des voiliers s'est échangée de père en fils. Chez nous, mon vieux père a toujours eu un voilier. je me rappelle mes débuts saucissonné au mât d'une barge à clin gréée en sloop au large de Rimouski (Québec).

En 1984, mon père est tombé en amours avec une goélette de pêche à gréement aurique que nous avons baptisé "la Licorne" en faisant (originalement n'est-ce pas ??) référence à Hergé.

Cette dame à été bâtie à Gaspé en 1970 pour un électricien qui désirait un bateau bâti à l'ancienne, équarri à la hache et en bois du pays (cedre sur chêne).
alors le chantier à proposé un plan d'une goélette a voile datant de 1890 (malheureusement le plan est mort avec le charpentier). Elle possède deux cabines dont l'une occupe ce qui aurait du être la cale à poisson. On peut y loger 10 personnes dans excellent confort tout en étant rustique.

Et c'est là que ça débute... Pendant près de 8 ans nous avons parcouru le golfe St-Laurent en faisant parti de la flottille de Cap Espoir. Nous naviguions de conserve avec les Notre Dame des Flots et Fleur de Passion ---> le pied total, de quoi développer une passion pour ces belles d'autrefois.

En 2000, nous avons été moi et le Grand mât à Terre Neuve passer le Cape Race (À deux sur une Barque aurique de 16 metre, s'était sportif)et tourner une télé-série. encore une fois, et je crois que c'est là que j'ai tout compris: C'était ça la vie.

Entre temps en 1998, je me suis porte acquéreur D'un sloop (un Mason 33 en acier) et dans un prochaîn mail je vous décrirai poutquoi le Pere Noel Existe

À demain

02 déc. 2003
0

À gerann
Salut vieux,

As-tu réussi à te procurer les plan dont tu nous parlais à mon cap't dernierement??

04 déc. 2003
0

et alors...
Gégé, on joue à la belle d'Yvory, à l'orgueil de l'âge inavouable!!!! ;-))))

Le terme "vieux" était un sobriquet affectif mon ami

Il ya longtemps qu'on s'est vu!!! en fait je crois seulement d'avoir croisé depuis que tu connais mon père, faudrait bien prendre le temps de discuter ensemble un jour!?!

Pour ce qui est des couches, je me demandais si le contenu, une fois séché et mélangé avec de l'argile ne pourrait pas servir de calfatage de fortune (c.f. Moitessier)

À plus

02 déc. 2003
0

Je confirme,
salut eric,
je confirme l'engouement de la Licorne pour bien du monde. Beaucouo de personnes y ont été invité et garderont un souvenir impérissable de ces sorties sur le Saint-Laurent.(sans parler des veillées avec le capitaine...) Mais tu devrais montrer la photos du capitaine, car là je crois que c'est le portrait type de nos commandants d'antans.
Encore heureux qu'il y ait encore des bateaux de ce type et des cap'tains aussi sympa que ton père...

03 déc. 2003
0

@$%&*!!!

Calisse, gamin, pas la peine de chanter mon âge à tous vents!
En réponse, oui j'ai trouvé les plans recherchés mais je dois les reprendre pour lui donner un maître bau plus conséquent, ainsi qu'un peu plus de franc-bord. Sinon belle coque relevée par H.I. Chapelle.
nous finirons bien par nous revoir, mais en attendant, changes les couches du bébé sans en mettre partout...après on s'en serrera cinq.
Amitiés. GER.

23 déc. 2005
0

he l'iguane
j'ai vu a caraquette au N.B un bateau sur cales
qui ressemblait au tient c'est y schuilà.....a tantot...poy

02 déc. 200316 juin 2020
0

La déraison
La déraison commence quand on décide d'avoir son bateau. Sitting Bull est notre 3ème bateau, je sais de quoi je parle.
Après un cutter 32 en alu, une misse simplette en CP époxy, c'est un sloop en bois construit en 1957.
Comme souvent, c'est le hasard qui a fait les choses.
Nous étions en phase de réflexion avant d'attaquer la construction d'une dixie girl (plan Bombigher). Notre fille (13 ans) ne voyait pas ça d'un bon oeil. Elle avait compris que cela représentait pas mal d'années de galère, sans naviguer, ou presque, elle qui adorait ça, et que, une fois la construction finie elle n'en profiterait surement pas.
En trainant mes guêtres sur le port d'Antibes, je suis tombé sur 2 magnifiques voiliers en bois, à vendre. Je téléphone à celui qui était en moins bon état, mais quand le vendeur annonce le prix : au secours!!! pas possible. Dans ces conditions, inutile d'appeler l'autre qui semble, lui, en parfait état. Ma femme me convainc de téléphoner, et, surprise, je tombe sur un monsieur amoureux de son bateau, qui s'en dèsaisit la mort dans l'âme, pour des raisons de santé, à un prix qui nous convient. RDV est pris, et là, c'est le coup de coeur irraisonné. L'affaire est signée le 22 septembre, jour anniversaire de notre fille. C'était il y a 6 ans.
Sitting-Bull nous a appris beaucoup de choses passionnantes, et notre fille y a découvert le plaisir de naviguer sans nous, depuis 3 ans déjà!

On peut le voir à Cannes et sur

02 déc. 2003
0

Endurance et nostalgie

Bonne idée Philippe de parler de nos bateaux. Cela nous ramène à la raison d'être de ce site, et ça fait du bien.
A la fin des années 1980, nous avons eu la chance de pouvoir acheter un Endurance 35 en ferro. Je travaillais alors dans le sud de l'Espagne, et nous l'avons trouvé sur place. Moi qui recherchais un dériveur lesté à déplacement léger, je me suis retrouvé à la barre d'un quillard à déplacement lourd ! Et je n'ai jamais regretté. "Hayadori" était une superbe construction professionnelle anglaise, ayant d'ailleurs appartenu à l'architecte en personne plusieurs années auparavant. Nécessitant quelques travaux de lifting (la précédente propriétaire ne s'en occupant pas beaucoup), nous l'avons eu pour un prix raisonnable. Nous ne l'avons (hélas) gardé que peu de temps, restant avec lui en Méditerranée, et obligés de le revendre pour une stupide question de moteur fichu. Financièrement nous ne pouvions le changer, et c'est la mort dans l'âme que nous nous en sommes séparés. Un mot donc de l'Endurance, sur lequel Philippe a tiré ses premiers bord. Il reste pour moi non seulement l'archétype du bateau de voyage, mais encore un exemple de compromis parfait pour un monocoque. Je sais que cette affirmation en fera sourire certains, les adeptes de la voile moderne, des luges qui planent par 20 nds de vent, et pourtant ...
C'est le bateau du juste milieu en tout : ses formes bien balancées lui donnent un équilibre sous voile que beaucoup pourraient lui envier. Toujours doux à la barre, il est raide à la toile, peu gîtard, ce qui est un facteur essentiel à la mer. Un tirant d'eau (1m60) encore raisonnable pour aller presque partout, et une bonne quille longue, gage de stabilité de route.
De plus le gréément de ketch, décrié par quelque uns pour les bateaux de moins de 13 m (mais est-ce une idée reçue ou ont-ils de bonnes raisons pour le faire ?) lui donnait un équilibre sous voile que j'ai apprécié à de nombreuses reprises : artimon toujours haut, je réduisait de l'avant quand le vent montait, puis 1 ris, et ensuite GV ferlée, et "Hayadori" était parfaitement à l'aise sous génois partiellement roulé et artimon. Une mise à la cape au retour de Tunisie sous cette configuration lors d'un coup de vent nous a démontré alors toutes les qualités du bateau, qui était d'un confort remarquable, et ses qualités marines donnaient un sentiment de sécurité absolu.
Les performances étaient loin d'être médiocres, rivalisant certainement avec d'autres bateaux de voyage de sa taille. Le cap au près était très correct, et je pouvais faire la plupart du temps les manoeuvres à la voile, ce qui pour moi est un des plaisirs de la navigation.
Que dire des emménagements, sinon que quand on a goûté au salon de pont il n'est plus question de vouloir un bateau où l'on "descend à la cave", qu'il était idéal pour un couple, et que son pont permettait aussi bien le farniente que les manoeuvres aisées, tant au pied de mât qu'à l'avant pour mouiller...
Vous l'aurez compris, c'est un bateau dont j'ai été très amoureux, et qui m'a parfaitement comblé le temps trop court où nous sommes restés ensemble.
Je termine ce (long) message par une phrase, tirée d'un livre anglais d'A. Beiser "The proper yacht", où il conclue le chapitre consacré à l'Endurance 35 :
"Partant d'un concept limité et soigneusement défini, Mr IBOLD a produit un superbe bateau. Quoiqu'il ait voulu plaire à chacun, il aurait pu ne plaire à personne. Cependant il a essayé de se faire plaisir à lui-même et, étant homme de compétence et de bon sens, il a fini par plaire au plus grand nombre".
Dans une prochaine contribution, je vous dirai comment je suis passé du mono au cata (10 ans après, 10 ans sans bateau, 10 ans de prison !)

02 déc. 200316 juin 2020
0

le père Noel existe
Voici la suite, hier je parlait de la Licorne mon premier amour, aujourd'hui c'est de l'iguane que je vais vous entretenir et de l'histoire à faire rougir qui le concerne.

En 1995 j'ai rencontré un homme qui possédait un superbe sloop en acier (Mason 33) avec toute sa garde robe et un moteur neuf. Cet homme lui faisait un cure de jouvence (i.e changer des tôles qui étaient plus que fatiguées)il avait enlevé le pont (qui était pourri) avait démonté l'intérieur afin de pouvoir faire les soudures sans faire cramer le boat. Il prenait soin de faire des croquis et de numéroter les élements qu'il demontait. Je lui ai demandé alors si sont voilier était à vendre (n'ayant pas beaucoup de sous, le prix d'un bateau avec bricolage m'intéressait). Hélas il ne voulait pas le vendre.

En 1996, un copain et moi redemandions à nouveau s'il était à vendre : Re non!

97 passe nada encore --> certains diront que j'étais un peu c... de m'acharner, mais n'oubliez pas que je naviguait déjà sur un autre bateau et que je n'étais pas pressé.

Hiver 1998, Tempête de verglas au Québec, le proprio de l'iguane ne voyait pas la fin de ses travaux. Démoralisé, ce merveilleux être est venu me trouver et il m'a demande: "Veux-tu toujours mon voilier?" oui mais je n'ai pas de $$$
Il m'a alors demandé qui avait parler d'argent? Il me tendit les clefs, le cahiers de croquis et les titres de propriétés.

Depuis ce temps, je travaille à remettre en état l'iguane, il me reste environ 2 semaines de gros travaux ensuite peinture et à l'eau (ça ira au printemp, trop de glace par ici)

C'est sûr le bateau date de 1970, il est un peu vieux, bosselé mais il est à moi et rien qu'à moi pas à la banque

Voilà, Le Père Noël existe, il faut continuer à y croire!!!

Tout vient à point à qui sait attendre

15 jan. 2007
0

le père Noel existe
Salut
Serais bien intéressé sur l'avancement des travaux et les difficultés rencontrées !! Des conseils au sujet du Mason 33 ?

02 déc. 200316 juin 2020
0

Tout viens à point pour qui sait attendre
A 20 ans j'aurais du m'en souvenir, fier et ambitieux, j'ai créé une société de charter, j'ai courru à la banque, emprunté 1,3 MF avec la caution de mes parents et j'ai commandé un Ville Audrain 42 (cata de 42')
Las le jour de la livraison (1986) le chantier dépose le bilan, pas de bateau et 1,3MF à rembourser ! ! !
Dame justice est bien lente, en 2003 le problème n'est toujours pas réglé
mais pendant 15 j'ai travaillé pour rembourser la banque.

Il y A 4 ans j'ai enfin pu travailler à un nouveau projet, j'ai créé une sociétée, l'ai développé et cette année je l'ai vendu, avec le petit pécule je me suis acheté un joli canot tout jaune pour moi et ma petite famille.

17 ans j'en ai revé et enfin c'est arrivé, le bonheur est total

Reste que 15 ans à rembourser des regrets ce n'est pas si facile à laisser sur le quai

03 déc. 2003
0

mohy
la dernière photo de ton album tout en étant merveilleuse fait un peu venir le mal de mer..
-.<)
amicalement

31 juil. 2007
0

parfois vraiment longtemps
Voilà 2 ans que j'ai vendu Mohy
Après 21 ans de patience je vais enfin retrouver le canot de mes 20 ans. Encore un peu de patience et je vous le plus beau des canots. :-D

07 oct. 200916 juin 2020
0

aurore
actuellement je suis l heureux proprietaire d un aurore 28 le n°3 le n° deux serai au quebec et les autres ??????
si vous en avez entendu parler merci d avance :-D

14 oct. 2009
0

sniff
personne ne connait l aurore alors :-(

07 oct. 200916 juin 2020
0

ps
l aurore est unbateau extrapolé des premiers courses de l aurore c est un plan harlé construit au chantier mallard de la Rochelle

03 déc. 200316 juin 2020
0

mon mien!
l'expresso,
Comment vous présenter ce choix, dabord je voulait un transportable, vraiment transportable...j'habite loin de la mer, je ne veut pas être limité a un unique bassin de navigation.
Puis je voulait un bateau simple et amusant, et économique... bien sûr, puis aussi un bateau cohérent ce qui m'a fait "abandonner" l'idée de programe de navigation importante, une autonomie de raid plutôt que de croisière si elle est bien pensée, pouvait être pour moi tout a fait suffisante (la grande croisière, ce cera pour quand mes enfants auront grandis, que je serai plus argenté, que j'aurai plus de temps...). Enfin, ou peut être dabord, je voulait pouvoir le construire, pas seulement pour raison économique mais pour le plaisir d'apprendre et de "réaliser" quelque chose... ce qui a fait aussi la décision, c'est que c'était le bateau que je peut construire dans l'atelier dont je dispose a la maison (c'est un peu la maison qui a choisi le bateau!)

Donc voilà les raisons rationnelle qui ont guider mon choix:
Transportable: 400 kg sur la remorque... y a t'il besoin de précision...?:)
Simple: cela a été une réelle ligne de conduite de l'architecte lors de la réalisation des plans,
le grément (longuement exposé sur le fil "grément moderne...")devrait aller dans le sens de la simplicité aussi, en plus d'avoir la posibilité de faire les mats moi même.
C'est un petit multicoque qui devrai être amusant sur l'eau
Raid: c'est un "day boat" qui dispose de deux grand "coffres-couchettes-minicabines" et de rangement suffisant
Le construire: c'est du contre plaqué époxy; réputé pour son accesibilité aux amateurs
Dans l'atelier: avec trois mètres de large il n'était pas possible de construire un monocoque et avec ses 7,5 mètres de long, l'expresso de 6,5 mètre était tout désigné.

small is beautifull, je dirai même petit et légé is ... mais cela reste un vrai bateau de mer, même si c'est pour le raid , on est très loin du dériveur de plage.
Bon, ben la construction est toujours en cours, les flotteurs sont dans le jardin, "brut" de stratification, là j'ai comencé le montage de la structure a l'intérieur de la coque centrale (construction a l'endroit)

Voilà. C'est ma vision des choses et je pense que le fil conducteur c'est l'autonomie: pour le construire, l'enmener par la route, le mettre a l'eau, se promener une, deux ou trois semaines, l'entretenir et l'entreposer at home...
Ciao

11 juil. 2004
0

tri expresso
peux tu 'menvoyer ton adresse internet. 'jai construit le eptit tri rouge qui est en photo avec ton article

03 déc. 2003
0

nous, on l a chercher....
Je le voulais et je l ai eut ......... mais j ai attendu aussi

Il y a quelques annees, je voulais rentrer en france, passer mon bees voile et trouver mon reve : un petit voilier

Arrivé en france en 2001, malheureusement, pas de cognac ou armagnac dans le sud.....

J attendrai donc trois ans bien passés, toujours rien, je vais donc le faire mon bateau si ca se passe comme ca, le serpentaire m interressait, un peu cher a la construction pour mon compte en banque.

L achat d un cognac abandonne ne se fera pas, le proprio preferant laisser pourrir son bato pour garder la place ( chere dans le 06 ), qu il le garde mais un peu les boules quand meme

On recherche activement un local pour le projet........ veine perdue, impossible dans la region d antibes..... jusqu au jour ou dans "bateaux", une petite annonce d un cognac dans le 83 apparait....... Que faire, on laisse tomber ou on va y jeter un oeil ?

Ca ne coute rien, coup de fil passé, rendez vous pris............. tiens on commence a toucher le reve du bout du doigt

On arrive sur le quai et ............... putain qu il est beau !!! Ses vernis sont tous a refaire, l antiderapant aussi puisque il part en plaque, la peinture n est pas super jolie, la coque a quelques rayures mal bouchées... mais peu importe

Mais je sens qu il est à l idee que je me fait de mon voilier

Les options que je ne veux pas n y sont pas et celles que je veux y sont, on discutera du prix trois semaines apres et zou, je suis pour la premiere fois le proprietaire de MON voilier

Et, je peux vous dire, il n y a pas de skipper plus heureux que moi, et j espere que ca va durer encore tres longtemps

06 déc. 200316 juin 2020
0

Et bien voila pour moi et Balade
Cela fait une bonne quinzaine d’année que je pratique la voile, d’abord en dériveur 420 et en catamaran de sport (Hobitcat 16), puis en croisière côtière (Sun légende 41, Sun fast 32, Gib Sea 920, First 45F5, Ovni 385) et en régate (Sun fast 32). J’ai même poussé la porte de l’enseignement en passant mon brevet de moniteur fédéral de voile, histoire de maîtriser un peu plus le domaine. Mais, habitant et travaillant en région parisienne, cela n’est pas si facile d’allier le plaisir de la Mer et les contraintes de la vie courante.

Tous change, je suis, enfin, libérer des contraintes du « métro (RER),boulot , dodo ». Donc, je vais pouvoir lancer l’un des projets auxquels je rêve depuis plus de 7 ans.

En fait, c’est à la suite d'une sortie en voilier avec un très bon ami Didier que j'ai pris conscience que la mer me manquais vraiment. Car faire de la voile pendant les vacances est trop frustrant.

En me promenant dans une librairie, ce que je fait souvent, j'ai acheté par hasard un livre de Bernard Moitessier « Voile, mers lointaines, îles et lagons » au cour de l’année 1996 et comme beaucoup d’autres personnes avant moi, me balader de port en port et rencontrer des personnes de tous horizons correspond bien à mes envies, comme beaucoup de lecteur de Bernard, à la différence peut être, que j'avais déjà l'idée mais pas la méthode, ce que ma donné ce livre.

Ensuite, la recherce et l'achat du voilier 'idéale' et la suprise, c'est un bois moulé époxy, matière que je ne connaissais pas !
Et après prise de renseignement, ce sera mon premier voilier, et depuis j'en suis totalement satisfait, un dériveur lesté intégral de 11m, très large et qui navigue bien aussi.

Voila, je prépare un site Web ou il y aura plus d'info.

Bonne Balade,
Nono

06 déc. 2003
0

du mono au cata

Il y a quelques jours, j'ai eu l'occasion de parler de l'Endurance, à la suite du sujet lançé par Philippe sur l'histoire de nos bateaux.

10 longues années se sont donc écoulées avant qu'il ne soit possible de songer à racheter un bateau, et à repartir voyager. Quand enfin ce fut accessible, nous nous sommes mis en quête d'un ... Endurance 35.

Ce qui m'avait séduit dans ce bateau, toutes les qualités que je lui avait trouvées auparavant restaient d'actualité. Bien que construit dans différents matériaux à d'innombrables exemplaires à travers le monde, les Endurance ne courrent quand même pas les pontons, et ceux que nous avons vu à l'époque ne nous satisfaisaient pas : trop chers pour notre bourse, ou pas le même plan d'aménagement que notre regretté "Hayadori".

Et un jour j'ai compris que nous étions en train de courir après un fantôme, et qu'avec notre bateau s'était envolé une part de notre vie qu'il était vain de vouloir recréer. C'est à ce moment là que je me suis mis à penser à un catamaran. Non par idée de mode, mais pour tourner la page, et passer à quelque chose de vraiment nouveau. De plus ayant goûté au salon de pont, je ne voulais plus que l'on vive "à la cave"...

Le choix sur le modèle était des plus limité : entre des Catalacs patauds et des Snowgooses trop chers, il nous restait (en occasion bien sur) Louisiane ou Maldives. Mais l'un comme l'autre ne correspondait pas vraiment à ce que l'on cherchait : notre maison flottante qui nous abriterait pour plusieurs années : cockpit étroit, ou manque de hauteur sous barrot. Bref, la solution n'apparaissait pas.
Un jour enfin, suite à une annonce passée dans une revue
nautique, nous nous sommes retrouvés à visiter une unité, qui avait été dessinée et construite pour son premier et seul propriétaire. Celui-ci avait vécu pendant 15 ans à bord avec sa femme, et était obligé de s'en séparer pour de graves raisons de santé.

Les aménagements avaient été pensés pour un couple, ce qui nous convenait tout à fait. Le plan de pont était super pour les manoeuvres et le farniente, la timonerie intelligemment concue, et l'on aurait presque mis une table de ping-pong dans le cockpit ! Restait l'inconnu du matériau, du CP revêtement polyester. Avant la décision définitive, nous avons demandé une expertise sérieuse, et... l'affaire fut conclue.

Remonté pour travaux d'aménagements par le Canal du Midi (les 5 m de large permettent juste le passage des écluses), il a fallu mettre un jeu de voiles neuves, changer une partie du gréément dormant, et l'équiper d'un GPS. Bonne remise en peinture également.

Nous voici de retour en Atlantique, après 4 années de vie à bord permanente, dont 3 en Méditerranée, et sans jusqu'à aller dire "le mono, plus jamais", je sais qu'en parcourant mon livre de bord, il est une phrase que j'ai notée plusieurs fois : "Merci Bahia...", pour son tirant d''eau très faible (dérives) qui nous a permis d'aller dans des coins reculés sans soucis, pour sa stabilité au mouillage (quand on voit les autres rouler bord sur bord), et pour me permettre de bouquiner ou siroter ma bière dans le cockpit, en route au près, bien à plat.

Pour être honnête, il faut aussi parler de l'entretien (peinture annuelle pour la maintenance, carénage, frais sur les 2 moteurs), et surtout du prix des places de port (à éviter au maximum) qui augmentent nettement le budget par rapport à un mono de même taille (37'), mais il faudrait plutôt comparer à volume égal.

Au chapître des dépenses à venir, une remise en peinture générale s'impose cette année, ainsi qu'un révision sérieuse des moteurs. Pensant ne plus être en mesure de naviguer pendant plusieurs années (un cata de voyage n'est pas intéressant pour faire des ronds dans l'eau), j'ai eu l'idée de m'en séparer, un temps. Une annonce est même parue sur ce site, pendant peu de temps d'ailleurs.! Même si la pause est un peu longue, je sais que Bahia est notre maison. La preuve, c'est que nous allons nous y réinstaller dans quelques jours... au sec !!

06 déc. 2003
0

photo

J'ai joint au teste une petite photo de Bahia au mouillage. Il faut être patient, la fenêtre est longue à s'ouvrir.

11 déc. 2003
0

Karaté
C'est il y a une douzaine d'année que je me suis décidé à acheter mon propre bateau : un Sangria de la première génération.

Equipé "regate" (12 voiles !, haubans recentrés), avec un HB sur chaise, c'était un régal par petit temps et il a emmené ma petite famille (2 enfants à l'époque) visiter les Baleares et la Corse.

Mais un Sangria, avec 2 enfants en bas âge et un moteur HB juste bon pour les manoeuvres de port, c'est un peu kiki. Surtout quand je pense à la dernière remontée de Corse : 3 jours dans la pétole pour couvrir 100 M !!

Il a fallut chercher plus grand et surtout, avec un diésel pour éviter de rester scotchés sous le soleil qui tape...

Je cherchais aussi un bateau capable de faire du près dans des conditions très ventées... Cas courant là ou je navigue maintenant (Leucate). Et, evidemment, pas trop cher.

Après avoir écumé les petites annonces et visité pas mal de bateaux (beaucoup d'épaves) de Port-Vendres à Nice, j'ai découvert Swanee à 100 metres de mon Sangria... dans le chantier d'à côté.

En état très moyen, il a été retapé au fil des ans, tout en continuant à naviguer.

Le moteur (un DX2 Couach) a finalement été changé l'année dernière pour un Volvo/Perkins MD2020 tout neuf qui tourne comme une horloge.

Cette année, c'est refection totale du pont et pose d'une fargue et liston en bois comme à l'origine, nouveau gréément dormant, changement des passe-coques, des plexis etc...

Maintenant, ce que je pense de ce bateau : il est parfaitement adapté à son bassin de navigation, la Med.
Le problème du tirant d'eau est très secondaire dans ces parages et ses 1,90m ne sont pas un handicap à ce niveau mais un réel atout quand il faut revenir de WE et passer Creus et Béar avec la Tramontane dans le nez !

Je compte partir 1 an avec en Atlantique d'ici 2 ans. Evidemment, ce n'est pas l'archétype du bateau de voyage, mais je préfère partir avec le bateau que j'ai et que je connais parfaitement et qui a fait ses preuves plus d'une fois.

Ses qualités et défauts :

  • Excellent marcheur au près, surtout par vent fort
  • Stabilité de route
  • Confort en mer (ne tape jamais, mouvements doux)
  • Construction très robuste (5,5t lège pour 9,90m)
  • Pas de lest rapporté = soucis en moins (gueuses et grenaille de plomb noyés dans le fond de la quille)
  • Cabine arrière séparée (mais communiquante), idéal pour les enfants et méga-coffre/atelier pour la nav. lointaine en solo.

Mais...

  • bateau étroit et bas sur l'eau donc pas beaucoup de place à l'intérieur (habitabilité d'un 8m moderne)
  • aménagements intérieur "économiques" et de qualité moyenne qu'il faut souvent refaire intégralement.

Voilà, vous pouvez voir des photos de Swanee dans mon album...

23 jan. 2007
0

haubans et cadenes
bonjour bonne année , bonne santé
je refais tous le gréement de mon sangria "shakti" et un problème de diamétre de haubans se pose.actuellement les deux cables de pataras sont en 4mm les galhaubans en 5mm et les bas haubans interverti en 5mmet 4mmet l'etai en 6mm .jeanneau m'a envoyé un document d'origine stipulant que tous les haubans (pataras bas haubans et galhaubans) sont en 5mm et l'étais en 6mm,donc je voulais mettre la même chose mais le technicien qui m'aide à retaper le voilier me dit que du 4 mm pour le pataras et les bas haubans c'est sufissant mettre +gros rajouterais du poid dans les hauts et rendrait le bateau plus difficile à manoeuvrer ,quel est votre avis.
merci c'est mon premier bateaux aidez moi please de plus les cadène on l'air rouillées pour de l'inox cela me parait bizzard et ont l'air en plus d'être encastrer dans le sandwich il faut que je le découpe pour les sortir ,mon bateau est un sangria ib de 1974.
fred laplace

23 jan. 2007
0

amha
je me rangerais à l'avis de jeanneau qui est quand même le constructeur du boat on peu tout faire etprendre tous les risques mais tu n'es pas ç faire de la regate et encore , ce nest pas 1m/m sur les bas haubans etais et pataras qui va charger les hauts. ce n'est que mon avis mais prendre un mat sur la courge ce n'est pas agreable et ça laisse des traces sur le bateau des fois sur l'equipage mais dans la tete jamais tu oublis

11 déc. 2003
0

tu l'aime bien ton ship....
ça se sent bien,bravo !

02 jan. 2004
0

La difficulté ...
justemement est que nos chers bateaux sont des objet très personnels, et qu'il y a des gens n'aiment pas trop montrer ce qui est très personnel :-)

D'autres aiment au contraire à parler de cela ... chacun son caractère ;-)

Robert.

02 jan. 2004
0

Tzigane, Bepox 700 C
Je réponds à l'invitation de Philippe qui souhaite qu'on parle un peu de nos bateaux.
Tzigane, le Bepox 700 sur lequel je navigue aujourd'hui est mon troisième croiseur. Comme les deux précédents il reste transportable (avec dérogation) et tant que je travaille, je crois que je resterai fidèle à cette particularité qui permet d'agrandir le bassin de navigation. J'ai mis 2 ans à me décider avant de le choisir car je lui trouvais plusieurs défauts:
- il était trop cher pour ma bourse
- il manquait d'éléments de confort que je souhaitais
- il me semblait un peu complexe à l'utilisation
Par contre en plus de son transport possible, je lui trouvais les qualités suivantes:
- une quille relevable
- une raideur à la toile étonnante pour sa taille
- une esthétique flatteuse
- un volume habitable important.
J'ai finalement contourné mes réticences en:
- le construisant entièrement (budjet divisé par 2)
- revoyant quelques caractéristiques d'aménagement et d'équipement
- modifiant le gréement et le plan de voilure

Aujourd'hui, après un an de navigation je peux faire un bilan plus que positif. A quatre en croisière côtière il remplit son contrat de balade, de confort, de sécurité et de plaisir. Les calanques ou criques étroites lui sont accessibles, il permet des sommeils réparateurs dans 4 couchettes de bonne taille, il dispose de wc et douchette, ainsi que d'un bloc cuisine suffisant. Il n'a rien perdu de ses qualités nautiques (remonte au près dans une mer formée à force 6) et il avance vite et bien pour sa taille. (A force 2, légèrement sous-voilé avec 1 ris), il est resté sans broncher 22 minutes barre libre. C'est la caractéristique qui m'a le plus surpris car je pensais que ces carènes en coin donnaient des bateaux assez volages. En solo, c'est beaucoup de plaisir à barrer ou à régler.
En projet pour cette année: 1 gennaker pour le petit temps car il est un peu bridé dans sa configuration actuelle (la grand-voile a perdu 7 m², le foc en a gagné seulement 3, il a un pataras au lieu des bastaques d'origine que je continue à mettre toutefois quand je passe sur tourmentin et étai largable) et 1 spi asymétrique pour planer quand ce sera possible.
Ce que je regrette: avoir mis le génois sur enrouleur. Je ne m'en sers que pour ferler. Un emmagasineur aurait été plus léger et tout aussi efficace.

04 sept. 2020
0

Bonsoir, je suis en train de voir à racheter en 3ème main votre réalisation mais j'ai besoin de connaitre les différentes modifications apportées par rapport à l'original (est-ce que la quille a le même poids par exemple, ...). Merci de me contacter (crazysurfer06)

04 sept. 2020
0

Bonsoir, je suis en train de voir à racheter en 3ème main votre réalisation mais j'ai besoin de connaitre les différentes modifications apportées par rapport à l'original (est-ce que la quille a le même poids par exemple, ...). Merci de me contacter (crazysurfer06)

03 jan. 2004
0

Haliotis
C'est la photo du bateau de Philippe qui m'a fait chavirer...
Année 1990,un peu de navigation sur le lac Léman avec un Corsaire,puis sur un Mariner (entre le Cognac et l'Armagnac).
Puis un Grand Pavois et le coup de coeur en montant à bord de l'Haliotis du chantier Yes et de son patron Jean Claude.
Tout y est : esthétique de la coque, aspect ancien,beaucoup de hublots, trinquette baumée,tableau arrière vaste,etcoffre à annexe de survie à côté,magnifique barre franche en lamellé collé et l'intérieur encore plus attirant : coin cuisine pour la cuisine,table à carte pour ..déplier une carte,une cabine arrière confortable,un lit breton à l'avant,donc de l'espace non cloisonné où l'on se sent à l'aise avec une luminosité exceptionnelle.
Une construction à l'unité et des aménagements personnalisés (ex un hublot sous la flottaison..).
) mois de construction (ça ne s'invente pas ), une mise à l'eau et une mis au point parfois longue,mais toujours un service après vente précieux et efficace et un patron de chantier devenu presque un ami.
3 ans de bonheur au Sud,au Nord,en Bretagne et puis un dos récalcitrant qui me fait vendre "Nagual" à un médecin belge qui l'emmène à Nieuwport( si quelqu'un sait où il flotte et navigue ....? ).
Seul bémol : pour un dériveur intégral,les échouages ont été souvent aléatoires,il faut dire que l'Haliotis est muni d'un lond sabot,certes large mais le moindre caillou le fait pencher sur le côté.(Philippe c'est pour que tu fasses gaffe.)
Mais c'est sûr j'irais voir ton voilier.
Merci.

04 jan. 200416 juin 2020
0

Bizarre,bizarre...

J'avais des idées bien arretées:bateau bois mais surtout pas à bordé ,un point , c'est tout.
Voici 2 ans nous nous rendons au Mille Sabords , salon de l'occasion en bretagne , du quai j'apercois un bateau , coup au coeur ,120 pulsations .Visite puis le temps de manger une moule frite j'étais propriétaire de Calpyso 2 Ketch norvegien de 10,5m , deriveur (là aussi idée bien arrétée)mais bateau à bordé acajou jointif.Alors qu'il n'était pas question d'achat et j'ai acheté de la maniére la plus deraisonnable qu'il soit , au coup de coeur et sur la mine du propriétaire.
Neuf mois aprés j'étais en retraite et je suis heureux car je suis de nouveau amoureux mais d'un bateau cette foi-ci.

26 nov. 2004
0

il me semble
avoir vu calypso 2 hier sur la grève à coté de port sainte catherine (locmiquelic)

24 fév. 2004
0

hachélème que j'aime...
rien que le nom, tout un programme...
en fait le bateau est parti d'un greément!
on m'a fait cadeau du gréement complet (mat bôme voiles etc..de soling) et l'idée m'est venue de dessiner un bateau de haute mer (si-si)en partant de cette alumette! le bateau est né sur la planche à dessin en 1980 ( 7m x 2.75 et 2.2t en charge)puis construit et mis à l'eau à paques 84 et départ presque dans la foulée pour les côtes africaines. retour fin 85.

depuis, "Hachélème que j'aime" a subit quelques modifs (la famille s'est agrandie) mais est toujours vaillant pour nous monter en bretagne presque chaque été.

Pourtant je vais bientôt m'en séparer car j'ai trouvé un vieux half-tonner (un peu plus vieux pourtant) mais plus grand, plus rapide et avec beaucoup de souvenirs car dans les années 80, j'en ai construit plusieurs dont quelques uns avec un beau palmarès.

Mais au fait, pourquoi "Hachélème que j'aime"?

hé bien ma mère m'aurait bien vu fonctionnaire et habitant une HLM et je rêvais de l'opposé
Ensuite il faut bien avouer que ce premier coup de crayon était un peu anguleux et que le cahier des charges (1.80m de h/barrot)m'a fait dessiner un franc bord "généreux" . l'ensemble pouvait donc évoquer non pas une tour mais....
En dernier lieu, c'était l'époque où un dessinateur génial occupait mes soirées à savoir "CAZA " et sa série sur la vie de banlieue.
J'ai biensur plein de diapo et photo mais pas en numérique mais ça va venir!!

;-)

25 fév. 2004
0

petit mot à MOHY
Je viens de voir ton bateau à LR et j'y ai vu des chausette à pare-bat magnifiques :-)que l'on ne voit pas sur ton album

en tout cas elles vont bien avec la capote et l'enrouleur.

Plus sérieusement,je trouve que le nom du bateau est écrit bien petit! j'ai été obliger de me garer n'importe comment (en double file) pour verifier que ce beau canot' était le même que celui que j'avais vu dans ce fil.
si vous étes sur LR, je bosse à l'autre bout du bassin et cela me ferait plaisir de vous rencontrer

22 juil. 2004
0

Désolé Batelier je viens juste de lire ton message
Je viens de changer de place, je suis maintenant dans le pt bassin a flot. Je descends à LR la semaine prochaine. Viens quand tu veux

05 mai 2004
0

c'est bien sur le mien le plus beau
un vieil évasion 28 de 1978

cette année on lui a refait une belle coque toute verte.

Je ne connais pas grand chose de son histoire car je l'ai acheté à un marchand.

Mais idéal pour les balades en Bretagne sud

plein de photos sur
perso.wanadoo.fr[...]rd.html
n'hésitez pas à m'écrire

22 juil. 200416 juin 2020
0

juste
pour faire revivre ce fil

23 août 2004
0

diaoulig an erc'h
allez, je me lance histoire aussi que ce fil ne meure pas.
diaoulig an erc'h, le petit diable des neiges en breton est en fait le troisieme bateau .... de mon pere. he oui, c'est le coup classique, il a commencé par un corsaire que je squattais genereusement, puis est passé au muscadet qu'il m'a offert dix ans plus tard en achetant son cabernet et finalement m'a offert celui ci ne voulant plus entretenir un bateau pour s'en servir un mois par ans (il habite en suisse et les bateaux et moi sommes en bretagne).
diaoulig, apres les croisiere paternelles et quelques virées avec moi est entré dans un hangar en 2001 pour ne ressortire que le 12 juieelt de cette année.
entre temps je lui ai fais quelques miseres, creation d'une jupe, remplacement du roof raporté en plastique par un roof en cp prolongé sur l'avant, installation d'un moteur in board, cration d'une cuisine en l et d'une table a cartes j'en passe et des meilleures. bref apres trois ans de chantier voici mon K berné fraichement repeint qui s'ebroue et retrouve son element.
depuis, apres le rassemblement des armagnacs et autres grands crus harlé-aubin ou il a fini 13° sur 25 et premier cabernet, je corrige les dernier petit truc et tout va bien.
ce coup ci, apres ce que j'ai transformé c'est vraiement "mon" bateau.
pour ceux qui ne le savent pas, les grands crus sont les bateaux dessinés par le regretté philippe harlé et construits par le chantier aubin à rezé pres de nantes. on y trouve outre bien sur le cabernet, le celebrissime muscadet, l'armagnac, le cognac et quelques autres. leur point commun est une construction en cp marine à bouchains vifs, extremement robuste et aux grandes qualités marines. un seul rerproche, harlé n'etait pas tres grand et mon metre quatre vingt dix a parfois du mal a tenir dans les couchettes.
voila bon vent a tous
jp

27 jan. 2005
0

etant le dernier contributeur
je relance un coup ce fil décidement tres sympa.
il doit bien avoir plein d'autres histoire non?
certains m'ont déja raconté en privé de bien belles histoires et je pense qu'elles ont leures places ici, ainsi que beaucoup d'autres...
tien, alain, si tu nous racontais l'histoire d'Hylas...
amicalement à tous et merci de ces futurs on moments
jpierre

27 jan. 2005
0

precisons
afin que personne ne se vexe, je ne connais pas l'histoire d'hylas mais je suis sur qu'elle merite autant que celles que je connais en privé de se trouver ici. et si je cite ce nom, c'est simplement parce je trouve que quand alain raconte autre chose que des histoire de... il le fait tres bien et que ses histoires sont belles.
ensuite, mais vous aurez rectifié vous meme, merci d'avance de ces futurs "B"on moments... (manquait ce "b" là)
jpierre

27 jan. 2005
0

meci gébé
c'est une belle histoire, meme si la fin est bien triste..
jpierre

27 jan. 200516 juin 2020
0

GB....je m'en doutais....
que tu avais toi aussi,et comme aurait pu dire la chanson de Voulzy...

"on a tous dans le coeur un vieux bout de bois imprimé,
ses bouts d'ficelles et ses voiles ,
qui ont permis d'démarer......"

cool gb...........

gg. ;-).

27 jan. 2005
0

Pour revenir au début du fil..............
Bonjour,

Je me demandais en regardant la photo de l'Haliotis si quelqu'un pouvait en parler un peu plus [qualité(s), défaut(s)]etc......... puisque son propriétaire semble s'orienter vers autre chose.

Merci

27 jan. 200516 juin 2020
0

Evocation lyrique de Bégann, Djinn 28 à la vie tranquille
Possesseur d'un first 211 de grande série, nous le trouvions trop étroit et personne à part moi ne voulait plus y dormir, que ce soit au mouillage sur le lac de Cazaux/Biscarrosse ou au petit port de Navarrosse (chut... c'est interdit). Ma fille de 10 ans hurlait rien qu'à cette évocation, mon fils de 13 plantait sa tente au camping du coin et ma femme était bien obligée de suivre... Quelle horreur !!!

Un dimanche de septembre 2003, jour d'envie de sortir et de voir la mer, j'ai dit à la cantonnade : qui m'aime me suive, je vais me ballader à Arcachon.

Arrivés près du port, au chantier Bonnin, j'ai vu posé sur ber, un gros bateau d'au moins 8,50m avec une quille fixe et sur le balcon était écrit "A vendre" avec un numéro de portable. Ma femme me dit qu'il est gros ce bateau et en plus il doit être cher... Appelons donc, lui ai-je dit.

5 minutes après est arrivé le propriétaire, le PDG d'un chantier connu de Gironde qui construit des voiliers et des bateaux à moteur.

Ainsi a commencé notre coup de foudre et notre histoire d'amour familiale avec ce bateau peu diffusé (25 exemplaires) aux dessous trop profonds pour le bassin et ses bancs de sable, qui passait ses étés au port sans beaucoup bouger et ses hivers sur ber sans bouger du tout...

Effectivement, nos périples avec Bégann se sont limités aux chenaux. Placés sur corp-mort à l'entrée du port d'Arcachon, nous nous sommes découverts, dans l'ordre, un bateau fugueur avec les coups de vent (pas de dommage... merci et à la vôtre la SNSM et le témoin qui a signalé le bateau à la dérive à 9h00 du soir), danseur avec le passage des "promène-couillons" à donf' pour entrer dans le port, joueur lorsqu'il décide de se planter à marée montante autour de l'île aux Oiseaux...

Lassés de la galère du corp-mort et de la hantise des coups de vent, du chargement toujours hasardeux du matériel avec l'annexe, du bricolage toujours difficile avec les vagues levées par les promène-couillons au départ et retour du port, nous sommes partis vivre nos amours de manière plus discrète et sereine à Hendaye.

Et quel bonheur de se tenir debouts dans le bateau, de pouvoir cuisiner autrement qu'accroupis, de dormir dans une cabine arrière fermée. Merci Bégann de nous donner ces bonheurs de navigation espagnoles ...

Menhir

PS Sur la photo jointe, à la mise à l'eau, le vendeur et le mécano qui ont bichonné Bégann après nous l'avoir vendu.

01 juil. 200516 juin 2020
0

Mon bateau n'est pas une femme
N'étant pas très acidu à la lecture du forum, je viens de découvrir ce fil.

Pas facile de parler de son petit bonheur perso dit-on ? Chacun sa sensibilité. J'aurai plutôt tendance à saouler tout le monde avec "mon" bateau !!

Coup de folie ? Envie de liberté ? Déraisonnable ça oui certainement ! Mais une belle histoire ça commence comme çà non ?

Nous avons silloné la Bretagne sud en long et en large sur le bateau familiale (dufour 27 puis first 29) pendant mon enfance et adolescence. Oh ! nous n'étions pas de grand marin ! Mon père ne
sortait pas au delà de force 5-6 ce qui était assez raisonnable compte-tenu du niveau des équipiers et de son propre niveau.

Les premières navigation tout seul: bonheur, en couple: maxi-bonheur puis pouff ! Vente du bateau pour raisons financières.
Et me voilà en club de croisière. Découverte du large, du gros temps... et des gens... tous différents.

C'est sans doute ce qui m'a donné l'impulsion. Marre des sociopathes, incapable de se tenir dès qu'on n'est plus sur la terre ferme.
Mais voilà au final je suis très heureux, j'ai fait mon "trou dans l'eau" comme disent certains de mes amis qui entretiennent un bateau depuis des années.

Il me coûte tout mais il m'apporte tant ! Il s'autojustifie à mes yeux. Il représente pour moi la liberté de voyager, de me déplacer sans autre contrainte que les éléments. C'est mon pote.

Il est petit c'est vrai: 6,50m. Mais ce n'est pas n'importe quel bateau, c'est un Coco !

Force 7 au près en mer d'Irlande ? Même pas peur, déjà fait. Ok c'est une machine à laver mais qu'importe, je suis jeune et fougueux et j'ai soif de paysages nordiques. Je réserve l'Amel pour mes 70 ans.

Je joins une petite photo d'un instant de plénitude. Des photos de Coco vous en trouverez partout ! :)

11 août 200516 juin 2020
0

Nouveau propriétaire d'un Brick (Plan Herbulot)
Je viens d'acheter un Brick (plan Herbulot, construit aux chantiers Mallard de La Rochelle en 1964)...

Il a besoin d'être rafraîchi, et vous pouvez suivre l'évolution des travaux sur mon site :
brickherbulot.free.fr[...]ex.html

Tout ce que j'ai pu rassembler sur ce type de bateau est sur le site et si certains ont d'autres rensignements ou photo à me communiquer, je suis preneur. Accepte également tout conseil afin de finir de le restaurer et de le refaire naviguer. Mise à l'eau prévue aux alantours d'avril 2006.

Bon vent à tous

22 déc. 200516 juin 2020
0

un Amour....
J'ai passé une partie de mon enfance à naviguer sur un Antinea (acier de 12m) greé en ketch, et depuis mon retour en france (20ans deja) j'ai toujours eu un bout de cerveau ailleur... avec l'envie ou plutot l'appel du large qui me tiraillait chaques jours. Apres avoir essayé la vie de terrien à plusieurs reprise tout en mettant de coté un maximum de coté au cas ou.... je suis arrivé à un tournant de ma vie ou une fois de plus je me retrouvais sans rien (ben laden qui fait sauter mon compte en banque et la femme qui se casse avec les meubles) alors bien decidé et convaincu que la terre n'etait pas mon element j'ai entrepris une reconversion professionnel dans la marine de plaisance en me disant qu'au moins si je n'avais plus les moyens de m'acheter le bateau de voyage, je pourrais rever un peu en bichonnant celui des autres.....et puis l'appel se faisait toujours plus pressant, alors regardant les $ qui restait et ce qui se vendait, je me mis en recherche d'un sangria (petit bateau mais tres marin donc un bon choix pour voyager en solitaire) . Et trainant les pontons en regardant mes pieds, soudain en levant la tete je tomba nez a nez avec Prelude, ce fut un coup de foudre, tant par son impression de solidité (pour un polyester) que par sa ligne et son roof peu commun. Levant un peu plus la tete,j'apperçu un panneau A vendre: serait-ce un coup du sort?? et puis pas de prix sur cet écriteau, il doit etre au dessus de mon plafond... et puis cette petite voix qui me dis d'aller voir, on ne sait jamais.....Le courant passe tout de suite avec le proprietaire, en plus il a fait la meme formation que moi; son 3eme enfant est en route donc il n'a plus les moyens d'entretenir Prelude et ne veux pas le voir se degrader (c'etait un coup de foudre pour lui aussi). On visite le bateau, je prends des photos dans tout les sens que j'inspecterais soigneusement apres le choc du coup de foudre, on discute de ce qu'il a fait à bord, des bon moment qui à passer à son bord; il a pour habitude de laisser le bateau ouvert pour les copains de passage, et m'autorise à revenir à son bord pour revisiter quand bon me semble....je l'ai visité, encore et encore, dormis à bord, fait connaissance, on s'est parlé, j'ai demandé à mon formateur de venir le visiter afin d'avoir un regard neutre car je n'arrivais pas à redescendre de mon nuage.....et puis je l'ai acheter, depuis je vis à bord, je ne fais plus 3 repas par jours mais je suis heureux, j'ai un bon bateau, agreable à vivre en solitaire ou à 2 malgres ses 9m sur 2m40; je le prepare pour la grande navigation avec un atout dans la manche: ma formation me permet de travailler partout là ou il y a des bateau! ce qui promet de belles aventures........
Prelude (1968):
Pionier, plan Van der Stadt
construit par le chantier Zaandam (pays-bas)
9m15/2m40, tirant d'eau 1m40
3t5 dont 50% de leste (quille longue)
greement/voiles année 2000
moteur IB Nanni 10cv annné 1999 tres peu servi= etat neuf
bateau de prés raide à la toile, construction solide

Photo prise lors de sa remise à l'eau apres 2 mois de travaux pour le preparer au pire: un 360 (hublots en lexan, toutes les entrees d'eau incontolable ont été bouché ou modifié, ajout de mains courantes....et de nombreuses petites choses).

Le saviez vous? la premiere femme à traverser l'atlantique en solitaire l'a fait sur une bateau de ce type.

23 déc. 2005
0

nov .1989
nez au vent je remonte la cote espagnole cotè mermed.il fait frais,et tous les soirs je fais escale dans un port...palamos...et comme tous les marins,je visite les chantiers,pour voir les
autres bateaux....les bateaux ont une ames...ils yena des qui causes...qui vous help..ne me laisse
pas pourrrirr ici...chacun sa m....!trop de boulot..pourtant il est beau ,ventru et elance a la fois..mais quel travail pour tout remettre en etat....je finis un long voyage de 6 mois,et j'avais travaille 2ans pour construire pt.pierre sloop de 9 m en acier......et puis la vie...pti.pierre vendu...3 annees plus tard ,je suis au canada.je lis L.Naut. ..a vendre vieux bateau original...
voyage a marseille ,et je vois la" rose "ce navire qui m'avais heller dans sa tristesse
il etait rentrè d'espagne en camion.son proprietaire l'avais recuperè . on le luis avais
"emprunter" 5 ans ;il le pensait disparu a jamais..
beaucoups de travaux,mais quel bonheur..je navigue ,tel l'enfant dans son berceau..j'ai
la sensation qu'il me protege...en mermed j'ai eu des coups de tabac que je n'ai pas eu dans le pacific .force 8 , en dessous des baleares..dans la rose tu peu dormir...ouais je l'aime..c'est mon 5 em bat. probablement le dernier...a vous lire poy

23 déc. 2005
0

gb
si je peu me permetre...ton adresse E.M sur mon compte perso...je t'envoie la photo ..et toi tu sais le faire ....tu la met dans le fil...cqff
sacrè bouzin cette becane c'est trop sophistquè
S.T.P merci.....a+ poy

24 déc. 2005
0

Joli bateau!!
ta capote protégeant la descente, tu l as fait faire ou stp !!bon vent

24 déc. 2005
0

si tu as un plan!!
Et des renseignement sur les matériaux nécessaire a sa réalisation,merci!!je n ai pas osé demander une tof vue de coté!!ho, je me moque pas,tu verras avec photofiltre de Tom juste trois clic:tu ouvre,tu choisis la taille de l image:800 par 600,c est le mieux lorsque tu a celle ci tu clique;ok ensuite tu vérifies et tu réduis jusqu a 50 avec le curseur (méme a 60 cela passe!!! Signé: un cancre en informatique!bon vent!!

24 déc. 2005
0

capote
fait maison..en ordi,je ne suis pas trop bon....mais en bricolage ,comme dise les quebecquois, je ne suis pas trop pire.....
joyeux NOEL a tous.....poy

05 sept. 2006
0

y encore quelqu'un sur ce fil ?
Je viens de découvrir le site, les forum, bref, j'arrive ! C'était une bonne idée de raconter un peu ce qui nous a filé le tricotin pour notre bateau, mais la dernière intervention date de loin... Plus d'histoires à conter, les rêves sont devenus silencieux, privés ? Dommage...
Ma danseuse à moi s'appelle "AMITICIA", moody 33 de 1977 que je m'évertue à faire renaître de ses cendres. Elle m'a tout fait et je le lui ai bien rendu, pour elle, j'ai appris quatre ou cinq métiers et elle a radicalement changé ma vie ( 12 années de vie à bord dont 4 en bretagne sud ) Y a -t-il encore quelqu'un au bout du fil ? Planté à terre depuis trop longtemps, ca serait bien d'en discuter ! Peut-être @ plus !

11 avr. 2019
0

bonjours, si vous avez encore des info sur le moody33 je suis preneur jfhall@live.ca merci

05 sept. 2006
0

Si il y a encore du monde :)
Pour ma part, je n'ai pas nagé dans ce monde pendant mon enfance à part quelques stages d'optimist.

J'ai eu la chance de rencontrer ma femme dont les parents ont un Sauvignon. Après quelques petits tours avec eux, j'ai commencé à attraper le virus. Puis mon beau-frere qui est aussi mon meilleur ami s'est acheté un sangria, nous a promené et là ça a été le déclic pour moi et ma femme.

On a donc commencé nos recherches, voulant un bateau de 7 à 8m. On a mis longtemps à se renseigner sur les différents modèles, s'intéressant à leurs qualités et défauts. Au final on s'était arrêté sur le trident 80.
Après en avoir visité, la déception..., ce n'est pas ça qu'il nous faut, l'intérieur est trop "caravane" à notre goût.

Continuant mes recherches tant bien que mal, je tombe sur le site de Mme HARLE. Je fais un petit tour des bateaux que son mari a dessiné, le sauvignon, le sangria et que vois-je le SCOTCH. Ouaaaaahhhhh, il est beau ce bateau !!!!!
Je regarde sur le site monbateau.com, avec peu d'espoir d'en trouver un puisqu'il n'en existe que 70 exemplaires, mais il y en a un. Les quelques photos finissent de me convaincre, on prends RDV pour la visite.

Là, dès que je l'ai vu, avant même de monter dessus, je savais que j'allais craquer.
On le visite , tous les vernis sont à refaire, il y a pas mal de choses à bricoler, pas beaucoup d'équipement et le prix pas forcément donné.
Mais c'était trop tard, on avait craqué. Cet achat doit être la chose la plus irrationnelle que j'ai faite.

Du coup, un alcoolique de plus s'est joint dans la famille :p :p.

Depuis ce bateau nous apporte toutes les satisfactions malgré quelques réparations dues à son grand àge (1975), robuste, rapide, sécurisant, confortable, bref du pur bonheur.
Et quel plaisir aussi, lorsque des plus anciens s'arrêtent aux détours des pontons, reconnaissant le bateau, et nous en parlant avec nostalgie.

D'en parler, ça donne envie d'aller le voir et de faire un tour dans l'eau....

29 nov. 2006
0

ho hisse
c'est lourd de remonter un fil :-D :-D :-D :-D

29 nov. 2006
0

c'est pire
immatriculé en 1890 a liverpool..le bois était tellement pourri , qu'ils s'en sont servis de moule "mal" et actu il est en résine epoxy..idem pen duik...en 1980..mais il a gardé son immatriculation...voilà voilà... :-D

29 nov. 2006
0

c'est la meme generation
actu..gréement marconi..cotre , yankee trinquette ,GV lattèe.tres puissant..il le faut 10 tonnes...c'est un peu une ford T customisè..y a pas les jantes larges mais un mat en alu et des enrouleurs...

29 nov. 2006
0

poy poy poy
ton canote a des enrouleurs, horreur
un mat en alu, j'hallucine
manquerait plus que tu es plastifié la coke...
bon t'es pas faché :cheri:

29 nov. 2006
0

cachottier...
meme si la tof est petiote, ca se sentait...pour moi...
mais si tu as un mat en alu tu as fait un gréement marconi?
enfin je ne veux pas te tirer les vers du nez :-D
il ressemble au pilote de goudis 1894 de plymouth...

08 déc. 2006
0

mon boat
je vous raconte l'histoire d'un coup de foudre. nous avions vu ce bateau, je vous le presente un fifty norvegiens gree cotre foc trinquette et grand voile 10.10 sans le bout dehors,quille longue lest interieur donc moteur md 3b la coque en pin norvegien a clins couleur jaune les couleurs nous on plus beaucoup.donc apre l'avoir vu pendant tout un ete avec un panneau a vendre j'ai tel pour le prix trop important a mon gout.j'ai laisse tomber pas les moyens puis 3 mois plus tard je tombe sur une annonce internet sur celui ci mais avec un prix moindre je commence a m'interesser a nouveau apres discussion avec mon epouse je fis une proposition au vendeur qui a ete d'accord voila nous le visitons l'etat me laissa pas de doute sur l'achat il avait besoin de netoyage et de passion voila je bricole beaucoup et suis a 5 minutes de mon boat je sort toutes les semaine pratiquement c'est trop cool . :-D

08 déc. 2006
0

mon boat
je vous raconte l'histoire d'un coup de foudre. nous avions vu ce bateau, je vous le presente un fifty norvegiens gree cotre foc trinquette et grand voile 10.10 sans le bout dehors,quille longue lest interieur donc moteur md 3b la coque en pin norvegien a clins couleur jaune les couleurs nous on plus beaucoup.donc apre l'avoir vu pendant tout un ete avec un panneau a vendre j'ai tel pour le prix trop important a mon gout.j'ai laisse tomber pas les moyens puis 3 mois plus tard je tombe sur une annonce internet sur celui ci mais avec un prix moindre je commence a m'interesser a nouveau apres discussion avec mon epouse je fis une proposition au vendeur qui a ete d'accord voila nous le visitons l'etat me laissa pas de doute sur l'achat il avait besoin de netoyage et de passion voila je bricole beaucoup et suis a 5 minutes de mon boat je sort toutes les semaine pratiquement c'est trop cool . :-D

31 juil. 2007
0

Parfois il faut attendre bien longtemps
Voilà 2 ans que j'ai vendu Mohy
Après 21 ans de patience (voir fil plus haut) je vais enfin retrouver le canot de mes 20 ans. Encore un peu de patience et je vous le plus beau des canots. :-D

03 août 2007
0

le canot de tes 20 ans
un cata Lerouge? (je crois me rappeler que tu parlais d'un Ville Audrain...)

je suis content que tu reviennes sur le site, et j'espère toujours qu'on se rencontrera un jour (on s'était raté de peu il y a quelques temps )

05 déc. 200716 juin 2020
0

t'as ben raison mon gars
c'est le plus beau des canots. Aujourd'hui il est à La Trinité. Quand tu passes envoie moi un message, je te promet un bon coup à boire et même une belle balade

02 août 2007
0

WindSong
Quand j'étais enfant mon papa possédait un Rafale 600, petit dériveur lesté de 6m avec une petite cabine pour des sorties journalières. Mais à coté de ca, mon papa ne loupait pas une occasion d'emprunter le Jaguar 27 d'un ami ammaré quelques pontons plus loin.
Ces emprunts ont permis à mon papa de nous emmener naviguer mes 2 soeurs et moi sur plusieurs jours et d'être ainsi plus à l'aise à bord.
Devenu adulte, j'ai moi même commencé par un petit dériveur lesté (un Prairie 560), je l'avais acheté une bouchée de pain et j'ai bcp appris à bord de ce "petit machin" très toilé et peu stable.
Mais vint une nuit, par grosse tempête ou les élingues arrière ont laché et le malheureux esquif est venu se fracasser l'étrave contre la digue jusqu'au matin! Je l'ai retrouvé bon pour la casse, les travaux m'auraient couté bien trop. Triste, dépité, j'ai décidé de rebondir et d'emblée d'économiser et de me remettre à la recherche d'un voilier que je voulais plus grand et un peu plus cossu!
J'ai dû visiter une bonne douzaine de bateaux, jusqu'au jour ou... en scrutant les annonces d'un quotidien local, que vois-je? Un Jaguar 27... a vendre pour une somme que j'avais plus ou moins budégtée... Mon sang n'a fait qu'un tour... Je connais les Jaguar 27 puisque mon père m'a fait naviguer sur celui de son ami (devenu d'ailleurs sont propre bateau puisque l'ami le lui avait finalement revendu) et j'aimais ce bateau à l'intérieur confortable et à la nav' pépère et rassurante.
J'ai contacté le vendeur. il était tout jeune, 23 ans à peine, et ledit Jaguar lui avait été refilé par son oncle mais lui n'était pas particulièrement passionné par tout ca. Le voilier était en bon état général et assez bien équipé! Outils, pièces de rechanges, couvertures lampes diverses... une vraie caverne d'Ali-Baba la dedans. Et le plus dingue c'est au moment de la passation des clés... L'ex-proprio est descendu dans la cabine, a ouvert un coffre, s'est saisi d'une paire de palmes qui trainaient là et est ressorti sans demander son reste! "Voilà", me dit-il... "bien du plaisir... au revoir"!

Génial!

Et voilà 10 ans que je navigue sur mon bon vieux "WindSong" qui était son nom, joliment peint sur la coque et que je n'ai pas voulu changer! :-)

Cordialement

07 oct. 2009
0

L'histoire
Pendant nos vacances nous sommes allés sur le bateau de mes beaux-parents, un trawler (c'est comme ca qu'on dit?) et ca nous a bien plus.
Je ne voulais plus partir...

On a ensuite voulu notre propre bateau, et changer de vie, tout a été trés rapide, malgrés un budget plus que serré, on a écumer les petites annonces...
Nous voulions quelque chose d'habitable, pour y vivre, et en pas trop mauvais état, pour naviguer tranquillement.

Nous étions loin, pour visiter, mes beaux parents s'en sont chargés a notre place, nous leurs avons envoyer les annonces qui nous plaisaient.

Et un beau jour, n'ayant rien trouvé de concluant, nous avons repris nos vieilles annonces, et l'une d'entre elle était passée a la trappe, nous l'avions oublié...Nous avons donc envoyer les beaux parents en visite.

Nous avons eu un gros coup de coeur pour ce bateau, qui était clairement dans notre budget(si on peux dire ca, on a pas un rond), un bon vieux voilier de 1974, une ruine quoi ! mais c'était Lui, spacieux, discret, plein de bois a l'interieur...

Wiwi 3, qui n'a jamais changé de nom depuis 74, a eu 3 propriétaires avant nous.
Le dernier propriétaire l'a delaissé, plus de 2 ans a quai sans naviguer, et ne l'a pas entretenu. Les seules réparations faites ont été mal faite. Des voisins pensaient qu'il finirait en épave...
Wiwi est un voilier à 2 mats, de 10,70 sur 3.07.
Modéle Coronado 35

On a signé, avec un rabais sur le prix de 4000euro negocié assez vite. Le propriétaire était préssé, on comprend pourquoi^^
On a commencé les travaux : des qu'on répare quelque chose, autre chose nous lache :-D le soucis est éléctrique on dirait.
Par miracle la coque est saine.

Mais petit a petit, de jours en jours, il devient plus beau.

On fait tout nous même, mais pour l'electricité on a fait venir quand même quelqu'un.
Même le circuit d'eau a été monter a l'envers, pour vous dire ... le plus curieux c'est que ca fonctionne quand même.

Nous n'avons pas trouvé de nom a Wiwi3, c'est donc comme ca qu'il s'apelle encore...

Wiwi ici : un-pied-en-mer.over-blog.fr[...]/

12 nov. 2009
0

Bon!
Le mieux est de mettre le lien de mon blog et la vous aurez tout photos de la construction du bateau, texte l'histoire d'une envie etc..

altairlevoyage.unblog.fr[...]/ :-)

12 nov. 2009
0

Bon!
Le mieux est de mettre le lien de mon blog et la vous aurez tout photos de la construction du bateau, texte l'histoire d'une envie etc..

altairlevoyage.unblog.fr[...]/ :-)

12 nov. 2009
0

Premier voilier
Pour compléter ce joli post, ci-dessous, l'histoire de l'achat de notre premier voilier:

L'histoire mérite d'être comptée !

Depuis quelques saisons, Nous faisions du camping sauvage près du lac de Vouglans, dans le jura, un des plus beaux lieux qu'il nous a été donné de visiter.
Nous y pratiquions, avec notre gros toutou (Radjah, un boxer déjà, célèbre pour ses plongeons et son amour immodéré pour les "pié-pierres"!) tout ce que l'on peut faire dans l'eau sans équipement: Nages diverses et variées, jeu, diverses embarcations-pneumatiques-de-bas-de-gamme-toujours-crevées, puis canoë, gonflable d'abord,crevé ensuite, puis en résine, puis Zodiac afin d'explorer notre lac (38km de long quand même!) toujours plus avant.
Or, il advint, qu'en l'an 1994,la maréchaussée nous chassa de ce paradis terrestre, suite à l'interdiction du camping sauvage dans la région.
Résultat! Finies nos vacances sauvages et belles!
Nous avons donc plié la tente, passé quelques jours à l'hôtel...Triste, bien triste fin de vacances....

Pendant l'hiver, nous avons décidé d'acheter un bateau (à voiles, naturellement, il n'existe pas d'autre type de bateau, c'est clair?) qui nous servirait de "caravane flottante", car en discutant, nous nous sommes aperçus que nous avions tous les deux envie de bateau depuis fort longtemps, sans en avoir jamais expressément parlé!

Nous disposions, je m'en souviens très bien, de 25000frs!

J'ai profité du pont du 1er mai 94, pour partir quelques jours tout seul, dans le Jura, pour chercher LE bateau! Il n'existait pas encore internet avec lequel on trouve TOUT en 5 minutes! Non, là fallait prendre l'auto, acheter des revues, aller voir...

Bref! Les marchands de bateaux du coin m'ont rit au nez : " 25000 balles pour un voilier habitable, vous rigolez ?"! Et de me proposer un "traîne-couillon", habitable certes, mais bon..c'était le seul à mon tableau de chasse... Françoise m'ayant rejoint, nous allons voir la chose! Et sa grimace étant claire, nous ne voulions pas de cette "chose"! Du coup, nous avons pris notre Zodiac, notre glacière, et hop,vroum sur le lac pour oublier notre peine!

Après une demi heure de nav', je m'aperçois que j'ai oublié mon briquet dans l'auto! "Vais quand même pas passer l'aprem' sans allumer une bouffarde ", me dis-je! Je décide donc de remonter le lac....

Tout était très calme, sauf mon moteur qui me faisait filer belle allure!

Je broyais un peu du noir -Qu'allions nous faire cet été- quand j'avisais, au milieu de l'eau, un gentil petit voilier, avec, à son bord, une petite famille en train de casser la graine! Je me suis dit : " quand même, ça ne doit pas être si cher que çà, une ch'tite coquille de noix comme celle-là !"
je décidais donc d'en savoir plus, et crânement, j'osais les aborder afin de m'enquérir du nom de modèle de cette petite unité, quand le barbu souriant, visiblement le capitaine me répond tout de go:

lui : Pourquoi cette question, vous seriez acheteur?
moi: ben euh...
lui: C'est un Micro-Challenger!
moi: ah?
lui: ça fait 5m50 de longueur!
moi: ah ben dis donc! (vous remarquerez la richesse de mes interventions...)
lui: Ce serait ce genre là que vous rechercheriez?
moi: euh....oui!
lui: Parce qu'il est à vendre!
moi: euh....hein?
lui: Ben oui!
moi: et euh...à combien, s'il vous plaît, Monsieur?
lui: On en voudrait 25000frs!
moi :.........
rien, nada, que pouic! je ne pouvais plus parler!
lui: Si vous voulez, on se donne rendez vous demain matin au port pour que vous puissiez l'essayer!
moi: Sans dec? Vous ne vous foutez pas de moi?
lui: Ben non! Vous avez déjà pratiqué la voile?
moi: ben, quand j'étais étudiant j'ai fait un stage, toute une saison, en dériveur, mais je ne me souviens de rien!
lui: Pas grave, je vous apprendrai! Je m'appelle Jean-Pierre, voici ma femme Françoise!
Moi: Ah ben çà alors! Comme la mienne ! françoise aussi! moi c'est Thierry!
Dire tous ces mots d'un coup, ça m'a crevé !
lui: alors, à demain, Thierry!
moi: Bon appétit!

Et là, oubliant le briquet, je suis redescendu à fond de train les grelots vers ma belle qui, de toute façon, avait des allumettes, en hurlant, 500 mètres avant la plage et sans interruption : "j'ai trouvé un baaaateau, j'ai trouvé un baaaateau "!

Comme des fous on était! Je n'en ai pas dormi de la nuit! C'était sûr, demain au port, ils ne viendraient pas ! Ils auraient réfléchi et nous n'aurions pas leur joli petit bateau rouge!

Mais, le lendemain, à l'heure dite, nous avons serré la main forte et calleuse du cap'tain BILLOT et de sa femme. Nous nous somme tutoyés immédiatement et nous avons commencé à VRAIMENT apprendre à naviguer à bord d'ALIZE. Et directement dans le vif du sujet! A peine le sac à bord, Jean-Pierre nous a fait manoeuvrer à la voile dans le port pendant 2 heures! Ca calme! Et bien non, ça ne nous a pas calmés, mais, alors, pas du tout du tout! Quelques semaines plus tard, Le Micro-Challenger devient notre SATURNE, en hommage à l'une des plus belles chansons de Georges BRASSENS, notre tonton à tous, le temps que les Billot, qui sont restés depuis nos maîtres et nos amis aient trouvé leur nouveau navire: ALTAÏR,un très beau JOUET 24!

Nous passerons tout l'été 94 à naviguer bord à bord, continuant à nous former à la navigation à voile..et à grossir, la faute au vin du Jura et à la charcuterie du Doubs!
L'hiver suivant, nous louerons tous les quatre un SUN WAY 27 pour les fêtes de Noël en bais de Bandol! Nous n'arrêterons plus de naviguer!

Aujourd'hui, cela fait trois années que nous vions à bord..de notre quatrième voilier!

Thierry, sur Troll

08 jan. 201016 juin 2020
0

nouveau bat
:-)bonjour et bien me voila depuis un ans avec un nouveau bateau l'ancien je l'ai coule alors qu'il s'était décroche du corps mort par vent d'est j'ai voulu le sortir tout seul et a force de taloner il s'est ouvert a l'étrave et a coule.
donc le nouveau après le tour des pontons et des annonces a été choisi pour sa taille et son cockpit avantageux.c'est un fast 26 avec génois sur enrouleur et grande voile sur bôme leysysteme donc prise de ris facile et rangement de la grande voile aussi tout seul c'est plus facile a naviguer.c'est un vrai voilier par rapport au fifty que j'avais je fais beaucoup moins de moteur,je m'amuse beaucoup plus.il etai en état de naviguer j'ai refait les planchers intérieurs le plan de travail cuisine et salle de bain les cousins intérieurs l'électricité la douche extérieur un wc avec cuve a eau noire 2 panneaux solaire l'eau sous pression changement des bagues de safran changement de l'étai peinture intérieur et pose gps geonav puis capot d'instrument et ventilateur de cale voila je dois en oublier il est plus court de 2 metres j'ai moin de probleme au port et pour le manier bien sur moin de place que le fifty mais on s'en accomode :-D

21 fév. 2010
1

De la montagne à la mer ....
Ben moi je suis de la montagne, j'avais jamais navigué, après ma 3eme mutation professionnelle j'ai une opportunité pour la charente maritime, je tente le coup, ça marche, j'avais lu Moitessier, je fais le tour des pontons, je trouve une secretaire sympa dans un petit port qui échoue, elle me présente au président du club, il est ok pour me laisser un corps mort, j'y connais rien, j'achète un edel 2 (5,60m) au moi de septembre 2007. Je rencontre ceux qui vont devenir mes amis, les copains du port, ils m'expliquent comment poncer, époxy etc...et comment ouvrir une bouteille( bon je savais déjà un peu ), et puis on bricole tout l'hiver, puis c'est le grand jour, puis les sorties en week end (30 sorties la première année, ça me tappe sur le système ! je ne pense qu'à ça !), puis le temps de remettre les bateaux au sec et c'est fini....et ça recommence, je vends l'edel 2 du premier coup, j'achète un brio dl (6,60m), sur remorque que je vais chercher à Clermond Ferrand, vu que j ai un petit budget, je le ramène à la maison, là c'est reparti les travaux, peinture, électricité, joint lest coque, haubans étai etc...jusqu'en avril et là mise à l'eau, bonheur des navigations avec les amis et aussi sans eux et puis d'autres rencontres ( 40 sorties pour la deuxième année) avec un allé retour jusqu'à Yeu en aout, la petite famille et les soirées dans les ports de st denis et du douet !! quel bonheur et puis octobre arrive, là je vends mon Brio et j e trouve un vieux Storm de chez Jeanneau, un voilier de 1967 en plastic ! 8,30m plus habitable pour ma petite famille ( on est 4 alors en edel 2 même pour 1 week end vous imaginez !!), avec les copains on vient de le démater ce week end, cette année je suis en retard mais le coeur y est, voilà tt ça pour dire que c'est une aventure sur l'eau mais aussi et surtout des rencontres et beaucoup de plaisir, j'ai 38 ans et je compte avoir un beau 10m avant 50 piges .... :-D

21 fév. 2010
0

L'histoire de mon Tirelou II
... remonte à 1968 alors que sa coque en bois prenait forme dans un petit chantier de Nouvelle-Écosse sur la côte de Mahone Bay. Un bel exemple des voiliers d'une époque où l'on caractérisait les navigateurs de cette région par l'expression "Wooden boats and iron men"

Son histoire sur ce lien:

sites.google.com[...]torique

11 avr. 201916 juin 2020
1

en 2005 j'étais en escale à english harbour avec mon hood 38
je vois un voilier cat boat avec une pavillon américain grand comme un drap de lit qui léchait l'eau
comme je le trouve joli ,je vais voir l'équipage qui me reçois courtoisement ,le voilier me plait avec le carré à l'avant et le petit poële à bois et cette belle menuiserie toute en teck de birmanie .
ils me proposent de sortir le lendemain avec eux .
donc j'arrive avec une bonne bouteille de bourgogne
et la facilité de manoeuvre ,la vitesse finissent de me convaincre
puis nous nous quittons ...
je rentre en france je vends mon hood et je commence à en chercher
un en europe ..
jusqu'en 2011 ,ou à porto santo aux baléares il y en a un à vendre
mais bien que la coque soit identique l'aménagement est différent
le carré est juste dans la descente et dans le tiers avant il y a une couchette double ..
ni une ni deux je pars aux baléares ,en deux jours ,l'affaire est faite
deux copains me rejoignent et nous le ramènons à la londe
depuis ce n'est que du plaisir .
alain

11 avr. 2019
1

Eh .be Alain il faut le faire pour déterrer un tél fil
Qu' il est beau, impeccable pour la miss Nautigirl!

11 avr. 2019
0

Arnaud revient!! :mdr:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (57)

novembre 2021