Hisser GV sans moteur

J'ai pris pour habitude de hisser ma GV au près serré sous génois et sans moteur.
Ceci en choquant l'écoute de GV et le Halebas tout en bordant la balancine.
Je pratique également de la sorte pour les prises de ris.

Autodidacte de la voile voyant beaucoup de bateaux hisser leurs GV en premier et au moteur, je me demande si ma technique est la bonne ou si je ne commets pas une erreur...

Merci pour vos réponses

L'équipage
09 déc. 2007
09 déc. 2007
0

Heureusement
qu'il n'y a pas besoin de moteur pour hisser sa GV!
N'empêche, si beaucoup commence avec la GV quand le moteur tourne tj, c'est parceque c'est elle qui te permet d'avancer à toutes les allures pas trop mal si elle est seule.
Du près avec un génois seul ne peut être bon et si besoin de virement de bord , c'est pas possible.
Pour un départ garanti au portant à la voile pourquoi pas et quand il y a de l'eau et de la place, un coup de lof et hissage de GV.
Si le portant n'est pas garanti à cause d'un problème x (tiens, un pare-bat à la mer!) tu fais comment sous génois seul pour le récupérer?
Donc par sécu dès que possible la GV en haut et alors toute manoeuvre est possible (faut juste assez de vent, de place et de rapidité aux écoutes).
Pour la prise de ris, pas besoin de moteur: l'idéal, au près, bon plein ou au petit largue voir à la cape si tout seul et sans pilote.

09 déc. 2007
0

Re.heureusement.
Merci pour ta réponse.

Ma question manquait de précisions peut-être.
Je ne parlais pas moteur arrêté, mais sans propulsion, en sortant je fais toutes mes mannoeuvres moteur en route au cas où (comme tu l'as justement souligné) et n'arrête le ronron du moteur que toutes voiles hissées...

Par contre, naviguant dans des zones à courant soutenu (Estuaire de la Gironde et Arcachon) j'ai remarqué que le bateau est plus stable -ou plus facile à maintenir- sur son cap quelque soit la direction du vent(lors des manneouvres c'est appréciable) sous génois que moteur seul.

Je suis d'accord avec toi que génois seul dans du petit temps à part le lof pour lof qui nécessite d'avoir la place, c'est pas évident.

Par contre je ne vois pas comment tu peux faire au portant pour prendre un ris. En effet, pour passer l'oeillet du point d'amure dans le croc de la bôme, reprendre les bosses de ris ou reprendre la bordure, cela ne me paraît pas évident avec une voile ou gonflée ou alors il faut le faire en forçant.
D'autant que la prise de ris au prés voile faseyante bôme légèrement desaxée sous le vent, me paraissait plus "sécu" avec des enfants à bord et un cokpit petit, et moins hard pour le matériel.
Seul point négatif, dans une mer très formée, c'est pas le top au près.

Bref, je suis preneur de tes conseils.

Pour la prise de ris à la cape, je n'ai jamais essayé, c'est à tenter ne serait-ce que pour voir comment cela se passe.

09 déc. 2007
0

peut être
qu'un petit stage de quelques heures pour acquerir les bonnes bases en solitaire ou en équipage te permettraient de partir d'un bon pied, après tu personnalise....
C'est mieux parce que des fois, il faut faire vite!

Christian ;-)

09 déc. 2007
0

Re. stage
Oui, je te remercie pour le conseil de faire un stage.

09 déc. 2007
0

ça dépend des bateaux...
...et de ceux qui les "conduisent".

Et de plus des idées préconçues que l'on se fait.

A partir du moment où, pour prendre un ris, la GV n'est plus propulsive, et qu'il vaut quand même mieux être au prés, on peut en déduire qu'un génois seul, ou un foc suivant le vent, fait avancer un voilier.

Et sur plusieurs bateaux de croisière, je ne parle pas des bateaux de régate ou de dériveurs de sport, j'ai pu constaté qu'un génois seul est bien meilleur qu'une GV seule, tout simplement parce qu'il est plus grand.

Faites l'essai, vous risquez d'être surpris, même pour virer de bord face au vent.

Raphanino est dans le vrai avec sa manière de faire, puisqu'elle marche !

;-)

09 déc. 2007
0

D'accord et pas daccord
Même si, comme beaucoup, je hisse d'abord la GV avant de dérouller le génois, je ne suis pas d'accord sur le fait que le génois seul ne permettrait pas de faire un bon près et rendrait impossible un virement.
Je navigue très souvent sous génois seul, parfois par paresse, par facilité en Zélande entre 2 écluses, surtout en solo et le compromis cap-vitesse est meilleur que sous GV seule. V&V (ou Voile Mag) a d'ailleurs fait des essais avec 2 voiliers identiques et le génois l'emportait pratiquement chaque fois sur la GV.
Quant à récupérer un pare-bat sous voile, faut pas rêver, sauf s'il y a une boucle dans le cordage qui permet de le crocher à la gaffe ou force 007 ou sur un 470.
Moi, j'ai perdu 2 fois un "dossier" plastique de filière (en solo). Rouler le génois , GV en drapeau, moteur en marche arrière et récup par la jupe le tout en moins de 5 minutes.

Mais comme toujours, chacun fait comme il veut.

09 déc. 2007
0

à la mode de chez moi
voila quelques principes que j'applique et qui ne demandent qu'à être transgressés en fonctions de tout un tas de paramètres (la curiosité par exemple, ...).

Je hisse la GV dès que je peux (dans l'avant port si la direction du vent le permet) car je suis déja tombé en panne ici et à ce moment là tu trouve que les digues sont vraiment proches !!
Donc un moyen de propulsion SVP.
Idem pour l'affalage de la GV, le plus tard possible en fonction des conditions et de l'équipage (et j'attache juste une garcette au cas ou il faille tout renvoyer.

Pour l'ordre, je hisse (déroule)le génois en dernier car la facilité qu'apporte l'enrouleur est trompeuse : faut hisser la GV proche du près et le génois ne sert à rien à ce moment là.

Quand GV haute, j'abat pour dérouler puis prise du cap.

La prise de ris si possible travers ou petit largue : la GV ne frotte pas sur les barres, les coulisseaux sont assez libres et t'es pas obligé de faire l'accrobate en dehors des filières pour cause de bôme débordée. Et c'est un peu plus confort que le près.

09 déc. 2007
0

Prise de ris
Tahina,
Je ne comprends pas bien "t'es pas obligé de faire l'acrobate en dehors des filières pour cause de bôme débordée."
La prise de ris se fait soit depuis le cockpit si le bateau est équipé de prises de ris "auto", soit du pied du mât et je ne vois pas en quoi la bôme débordée gêne.

09 déc. 2007
0

pas de remarques particulières.
Si le bateau évolue bien sous génois seul.

Il m'arrive de le faire aussi en surbordant le génois vers le bon plein travers.

Et pour une prise de ris calme quelquefois : 5 tours dans le génois, légèrement à contre, au travers, et barre sous le vent. Je me met la cape.

Pour hisser et étarquer, en finale, je me remet au bon plein et je sur-borde pour renvoyer les filets d'air dans la voile.

Je trouve que c'est plus agréable que d'être bout au vent et que sans propulsion au moteur le bateau reste bien dans son équilibre.

09 déc. 2007
0

personne ne l'a dit...
"bout au vent"

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

Souvenir d'été

  • 4.5 (50)

Mouillage en med, on se croiserai en Polynésie

novembre 2021