GV prete ou pas prete

:reflechi:

Bonjour à tous

Ce week end un petit problème m'a fait poser des questions.
J'ai voulu sortir samedi de Portbail (pour ceux qui connaissent), le vent était plus soutenu que prévu, et la mer assez dure (comme parfois à la sortie du chenal), le bateau montait se faisiait secouer (comme nous) n'etant pas assez dégagés du chenal, les voiles n'étaient pas encore en place, (comme d'habitude, la GV n'était pas ferlée, au cas ou le moteur tombre en panne, on gagne du temps pour l'envoyer). Avec le vent est les vagues qui nous secoués, deux chariot de la GV sont sortie de la gorge du mat (J'ai une GV lattée, et les chariots sont normalement difficiles à mettre en place même au calme).
Voyant que nous la situation n'était pas la meilleur, surtout que l(on est en Février, nous avons décider de faire demi tour, pour mieux e profiter dimanche.
Mais la question qui se pose, vaut il mieux avoir la GV ferlée ou prete à partir ?

L'équipage
07 fév. 2005
07 fév. 2005
0

pour moi

je prends toujours comme principe qu'a tout moment le moteur peut deconner alors je ne lui accorde qu'une confiance limitée .Donc j'ai toujours ma GV hissée dés le depart et jusqu'à l'arrivée et mon ancre à poste prete à etre mouillée.
josé

07 fév. 2005
0

"Tout appareil .....
connait un état stationnaire appelé état de panne. Parfois il connait un état très instable et généralement de courte durée appelé fonctionnement". Principe d'Antoine :-)

Dans mon opinion également, on doit être en mesure de lancer immédiatement la toile dès que les aussières ne sont plus accrochées au ponton.

Mais c'est plus facile à dire pour moi, vu que j'ai une GV sur enrouleur. On tire un bout et pouf, la toile est dehors :-D

Mais dans ton cas, il doit bien y avoir un moyen d'éviter que les chariots ne prennent leur indépendance ?

07 fév. 2005
0

hissée
dès que possible: si on sort du port vent de face on la hisse tout de suite, si on sort vent arrière -donc pas de vagues- on attend d'avoir un peu de place pour faire le demi tour et se mettre face au vent

généralement la gv est hissée à paine quitté le ponton, affalée juste avant de s'y amarrer au retour :-)

07 fév. 2005
0

j'avais des coulisseaux
je ne sais comment est exactement ta voile mais j'ai eu une voile avec des coulisseaux pour eviter qu'ils ne sortent du rail j'avais percé le rail pour pouvoir enfiler une goupille en travers et les coulisseaux restaient donc dans le rail la voile affalée.bien sur la goupille était tenu par une petite garcette .
josé

07 fév. 2005
0

votre technique de hisser dès le ponton quitté
est super bonne

sauf qu'il faut d'abord essayer à port camargue avec un peu de tramontane avant de le conseiller à tout le monde ;-)

mais d'une manière générale, il est bien rare que le vent soit nul dans le port et très fort en mer, donc il doit etre possible de préparer un peu à l'avance, partant du principe qu'il sera toujours + facile d'enlever un ris que de le prendre

amicalement

07 fév. 2005
0

je rejoins jp
pour ce qu'il dit de port camargue !
en fait , il arrive régulièrement meme, qu'il y ait plus de vent au fond du port qu'en mer, ceci doit etre du à la proximité des immeubles (nombreux) et à l'orientation des pannes.

sortir de saplace avec la gv haute, c'est très rare de pouvoir le faire sans risque ici !

les mauvaises langues diront qu'en med, on a tous des bons moteurs ;-)

07 fév. 2005
0

je rejoins jp
pour ce qu'il dit de port camargue !
en fait , il arrive régulièrement meme, qu'il y ait plus de vent au fond du port qu'en mer, ceci doit etre du à la proximité des immeubles (nombreux) et à l'orientation des pannes.

sortir de saplace avec la gv haute, c'est très rare de pouvoir le faire sans risque ici !

les mauvaises langues diront qu'en med, on a tous des bons moteurs ;-)

07 fév. 2005
0

bien sur
je me suis mal exprimé quand je disais hisser dès que possible

si le vent bvient du large: on sort du ponton, dès qu'on est fil au vent on hisse et on continue vers la sortie

si le vent vient de terre, on s'éloigne du ponton sans rien et dès que la place le permet on fait demi tour pour se mettre fil au vent en hisser, plus ou moins de toile selon la force du vent, puis continuer vers la sortie; le vent sera de toute façon arrière donc le bateau a bcp plus de chances de rester manoeuvrant; si accident, on aura déjà un peu de toile pour continuer vers le large ou à la limite ce qui est suffisant pour faire demi tour, rentrer et faire un peu de près vers le ponton le plus proche

par expérience, j'essaye de ne plus me faire prendre sans aucun morceau de toile
si on est sans toile quand on est encore près du ponton et des autres bateaux, le pire qui peut se passer est de devoir sortir le contrat d'assurance :-D

:-)

07 fév. 2005
0

Je prepare tout dans le port,
quitte à tourner en rond un moment, et que ça claque un peu, c'est toujours plus facile que dehors !

Mais faites gaffe quand même avec le mauvais temps d'hiver, ça s'est passé hier en Med:

"Pyrénées-orientales: deux morts dans un naufrage à l'entrée d'un port

Deux personnes sont mortes et deux autres ont été blessées dimanche en début
d'après-midi à la suite du naufrage de leur bateau à l'entrée du port de
Canet-en-Roussillon (Pyrénées-orientales), a-t-on appris auprès des pompiers
du département. Les quatre personnes, des hommes de 35 à 50 ans selon les
secours, formaient l'équipage d'un catamaran de 6 mètres. Ils étaient sortis
pour assister à une régate, très rapidement arrêtée en raison du mauvais
temps, a-t-on appris auprès du directeur de cabinet du préfet, Stéphane
Calviac. Le temps s'est encore dégradé et la houle très forte a empêché ce
bateau non muni de moteur d'accéder à la passe d'entrée du port de Canet.
Repoussé au nord de la passe, le bateau a été retourné par une vague et
précipité contre les enrochements de la digue nord, a-t-on appris de même
source. Selon le capitaine des pompiers Jean-Louis Ferres, responsable des
secours, les quatre hommes étaient équipés de combinaisons de plongée et de
gilets de sauvetage mais les deux tués semblent avoir été victimes de la
violence des chocs contre les rochers. Les quatre personnes ont été
récupérées sur le rivage, échelonnées sur une centaine de mètres. Les deux
survivants ont été transportés vers l'hôpital de Perpignan, en hypothermie,
et victimes de contusions, mais leurs jours ne seraient pas en danger"

07 fév. 2005
0

Moteur en panne
Il me semble peu probable que moteur en panne on puisse maintenir assez longtemps le bateau bout au vent sur son erre pour hisser la G.V. Surtout si il y a du vent et des vagues.

On est donc obligé de prévoir de manoeuvrer avec le gênois (ou le foc)

Dans ce cas
-soit le vent permet de sortir du port et on va trouver au large la place pour hisser tout à son aise et la question ferlée/non ferlée me paraît secondaire
-soit le vent interdit de sortir du port et le problème est d'attraper, en s'appuyant avec la voile d'avant éventuellement réduite, la première place accessible ( à couple en bout de ponton par exemple) le temps d'éclaircir la situation. Là aussi ferlée/nonferlée me paraît secondaire.

AMHA cela veut dire aussi que la sécurité c'est pendant la manoeuvre au moteur rester sur une route qui permette de se dégager au large ou de rentrer au port sur voile d'avant, ou au pire de mouiller une ancre.

Moyennant quoi dans mon cas (en solo) je sors avec la G.V. maintenue sur la bôme avec des rabans. Ils se larguent quasi instantanément, d'une simple traction et dans un jour de panique je les sacrifierai sans trop de regret. (j'ai quelques mètres de sangle de rechange à bord) Une fois les rabans largués la voile est prise dans les lazyjacks (balancine à filet d'après un article récent du Chasse Marée)

MichelR

07 fév. 2005
0

Pas la même situation
gébé les cas que tu cites sont essentiellement des entrées de port et on peut penser que tes pb de moteur se sont manifestés assez souvent à l'écart du port.

je répondais à une question posée par quelqu'un, qui comme 99% des plaisanciers, sort du port G.V. affalée.

La question était valait-il mieux dans ce cas sortir G.V. ferlée ou non ferlée ?

Ma réponse était de dire qu'en cas de panne inopinée de moteur on n'aurait, surtout dans un chenal étroit, surtout pour un équipage réduit, pas le temps de hisser la GV avant que le voilier abatte, et que donc le pb était largement un faux problème.

Maintenant si en solo on est capable, ce n'est pas mon cas, de hisser la G.V. entre les pontons pourquoi se priver ?

pour prendre des ports que je connais en Atlantique, ce doit ête assez facile à Kernevel (Lorient) mais pas évident depuis le ponton visiteur de Pornichet.

MichelR

07 fév. 2005
0

pour eviter le pb
de voir des coulisseaux ou charriot de lattes retomber une fois passé dans le rail ou de la gorge deux astuces possible :

une goupille fine passé dans un petit trou percé à l'horizontale en face à face sur les cotés de la gorge

un petit sandow faisant le tour du mat et rappeler sur un point fixe du mat, à la drisse,.. à voir exactement l'attache en fonction du mat et du gréement courant

et pour empecher la voile de monter un sandow encerclant le long du mat les coulisseaux et chariots... , plus un sandow en milieu de bome pour maintenir la voile pour l'empecher de battre.

le tout s'enleve en 5 secondes, et permet de hisser en cata..

et s'il y a pas mal de vent, evidement les ris pris en bout de bome....

ceci dit, on a beau etre plus ou moins pret pour une panne de moteur, tant qu'on l'a pas répété n fois, peu de chances d'etre au max d'efficacité...
et comme s'amuser à cette manoeuvre est dangereux en espace reduit, chenal d'entree, ou entre les pontons et les bateaux amarrés, reste les simulations au large, plus la visualisation mentale sur les lieux (surtout pour coordonner l'equipage)

ca m'est arrivé réellement qu'une fois, panne de moteur pour l'entree dans le port...
c'est à port joinville en venant d'hendaye, et bien entendu c'est à ce moment que la malle est partie .. bref ca a fait un début d'entree, un beau 360, puis laisser passer, puis repartir vers le ponton visiteur... le tout à la voile (mais pas jusqu'au bout, le zod du port s'est vite mis à couple.. puis à remorquer) ... si ca c'est bien passé c'est aussi qu'on avait pris un bon quart d'heure à repeter la manoeuvre depuis le moment ou on avait viré la pointe nord de l'ile...
depuis j'essaye de temps en temps de prendre mon coffre à la voile, et pas toujours au moteur...

07 fév. 2005
0

Plus de détails
Oui, nous étions en équipage réduit, (deux, dont ma femme peu expérimentée).
La GV est difficle à envoyée (GV lattée sur mat aile) elle s'envoie quasiement en intégralité au winch.
Je ne mets pas la goupille dans le mat pour les chariots, car ces derniers doivent être retirés pour prendre des ris, et ils sont normalement assez difficiles à retirer, et jusqu'à présent cela ne posé pas de problème.
Oui, j'aurais du prendre un ris avant de partir, mais la météo n'annoncé pas ce vent, et quand je suis allé voir la mer avant partir, il ne semblait pas qu'il est autant de vent (vent prévu 3-4 bft vent réel 5-6 bft)
Le chenal est assez étroit 50-100 mètres avec des bancs de sable, et samedi le chenal était déventé par les dunes.
Mais à la suite de vos contributions, je vais peut être essayer d'envoyer ma voile plus tot.

07 fév. 2005
0

mais ta goupille
tu peux pas l'enlever facilement quand il faut prendre un ris ... car je suppose que ce n'est qu'une latte (ou deux maxi ) qu'il te faut enlever.;
de mémoire la mienne coulisse assez facilement en la tirant...juste ce qu'il faut pour tenir, mais etant loin du boat je peux plus te dire comment elle est mise exactement..

sinon bonne sortie en profitant du vent... finalement c'est peut etre mieux que de ne pas en avoir.. parce la , en panne moteur, c'est pas triste contre les petits courants...

07 fév. 2005
0

pour eviter le pb
de voir des coulisseaux ou charriot de lattes retomber une fois passé dans le rail ou de la gorge deux astuces possible :

une goupille fine passé dans un petit trou percé à l'horizontale en face à face sur les cotés de la gorge

un petit sandow faisant le tour du mat et rappeler sur un point fixe du mat, à la drisse,.. à voir exactement l'attache en fonction du mat et du gréement courant

et pour empecher la voile de monter un sandow encerclant le long du mat les coulisseaux et chariots... , plus un sandow en milieu de bome pour maintenir la voile pour l'empecher de battre.

le tout s'enleve en 5 secondes, et permet de hisser en cata..

et s'il y a pas mal de vent, evidement les ris pris en bout de bome....

ceci dit, on a beau etre plus ou moins pret pour une panne de moteur, tant qu'on l'a pas répété n fois, peu de chances d'etre au max d'efficacité...
et comme s'amuser à cette manoeuvre est dangereux en espace reduit, chenal d'entree, ou entre les pontons et les bateaux amarrés, reste les simulations au large, plus la visualisation mentale sur les lieux (surtout pour coordonner l'equipage)

ca m'est arrivé réellement qu'une fois, panne de moteur pour l'entree dans le port...
c'est à port joinville en venant d'hendaye, et bien entendu c'est à ce moment que la malle est partie .. bref ca a fait un début d'entree, un beau 360, puis laisser passer, puis repartir vers le ponton visiteur... le tout à la voile (mais pas jusqu'au bout, le zod du port s'est vite mis à couple.. puis à remorquer) ... si ca c'est bien passé c'est aussi qu'on avait pris un bon quart d'heure à repeter la manoeuvre depuis le moment ou on avait viré la pointe nord de l'ile...
depuis j'essaye de temps en temps de prendre mon coffre à la voile, et pas toujours au moteur...

07 fév. 2005
0

sortie de portbail
connaissant assez bien Port-bail, je peux t'affirmer que tu ne sortira pas du port sur un montant, GV haute, autrement qu'au portant ou largue (bonjour pour monter la GV), surtout avec un Cata, alors oublies la GV, laisse la ferlée et déroule un peu de Génois pour faire demi-tour et garder un peu de maneouvrabilité et ne pas louper l'entrée.
Ton cata est depuis quand à Port-bail ?

08 fév. 2005
0

Depuis peu
:-)
On avait l'edel cat 26, jusque début 2004, l'aquilon 800 est à Portbail depuis Septembre 2004.
Avec l'Edel, nous sommes tombés une fois en panne de moteur en plein milieu du chenal, mais la grand voile n'était pas trop dure à envoyer, on en a envoyé les deux tiers, on s'est dégager, et continuer l'envoie, tout ca aec un vent léger d'ouest. Aprés recherche de la panne, le tuyau du reservoire floter à la surface, il ne rester pas au fond !!!

07 fév. 200516 juin 2020
0

mais ou est le probleme ?
je naviguais seul,j'avais un bon petit pilote auto,un bon diesel,et j'avait tout reglé sur mon Alisé ( quelle merveille) pour ne pas sortir de l'arriere du bateau pour toutes les manoeuvres,exepté l'amarage et les manoeuvres de spi....

je preparais mon ship selon le port,le courant,le vent ,le monde,et mon plaisir....

et une fois tout analyser,c'est trés simple dans des conditions de navigation normales.....

en fait il y a des bases ,mais pas vraiment de regles,et puis le vent n'est pas toujours dans le nez ou au fesses........

je n'ai jamais eu de blemes ,des anecdotes, oui,genre :godasse à la mer.......mais des blemes,pour l'instant,jamais.....

et pourtant,je demontais mes par batages,meme pour une petite sortie,c'est pour moi ,le moins que l'on doive à son bateau.

alors je trouve surtout difficile le fait de reter au port,partir,c'est quand meme plus simple.....

gg.

08 fév. 2005
0

une fois..
problème de moteur dans une sortie de port, voiles non envoyées... la solution de secour c'est le mouillage mais pour ça, il doit pouvoir être mis à l'eau immédiatement! ce qui est toujours le cas sur mon Hachélème...et crocher vite ...ce qui est le cas avec ma damfort ;-)

08 fév. 2005
0

GV prète ou pas prète
De nombreux bateaux, dont le mien - un first 32 de 81, marchent très bien sous génois seul, y compris au près. Avec un enrouleur la problème de la grand-voile prète ou pas prète ne se pose donc pas dans ce cas.

08 fév. 2005
0

Je suis d'accord avec JYP
Il m'est arrivé plusieurs fois dêtre en panne sévère de moteur et sauf au près très serré, mon canote (rêve d'Antilles) fonctionne très bien sous gênois seul, à telle enseigne que sauf quand il est indispensable de faire du près serré, ma GV reste le plus souvent rabantée. Je me sers d'ailleurs de la bôme (avec la GV ferlée dessus) comme tangon de gênois avec un margouillet brelé sur son extrémité arrière.
En plus, avec l'enrouleur, il est facile de ne dérouler que le juste nécessaire.

08 fév. 2005
0

je vous propose de lirece petit texte....
en colant ça:

hisse-et-oh.com[...]cle.php

c'est ecrit comme cela ,sans pretention,moi ,je m'y revoi...........c'est tout...

il va sans dire que c'est ma vue de ma voile....

si vous y trouvez plaisir,tant mieux,si vous trouver ça balot,tant pis. nous sommes tous differents,et ,tous autant que nous sommes , nous avons des techniques et des bateaux uniques...car les notres...........

mais là,vraiment,c'etait le pied.............

gg.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

la Bisquine La Cancalaise, en 2008

Souvenir d'été

  • 4.5 (28)

la Bisquine La Cancalaise, en 2008

novembre 2021