guindeau + étai largable : vous verriez ça comment ?

Je rêve à ce qui pourrait se faire. J'aimerais un étai largable (emplacement facile à trouver, en avant de la baille à mouillage) et un guindeau mécanique (sans doute celui que j'ai, un Goiot très ancien - voir le fil où je demandais des infos dessus).
Là, ça se gâte, parce que le guindeau, je ne vois pas bien où le mettre. A l'arrière de la baille ? A l'intérieur ?
Et pour tout ça faut renforcer le pont... pour l'étai, on m'a déjà conseillé un tirant allant jusqu'à l'étrave ; pour le guindeau, j'imagine qu'il faut une contre-plaque (en contre-plaqué ?) habillée de quelques couches de mat et autre et de résine ?
Si vous avez des avis, idées, conseils, je suis preneur. Pour l'avenir !

L'équipage
06 déc. 2011
06 déc. 201116 juin 2020
0

hello
nous avons sur notre challenger adopté la solutions suivante :
l étai largable se prends soit sur le bas étai, soir sur une chaine qui viens de la baille de mouillage, laquelle est fixée a un fil inox qui passe a travers l étrave ; a l exterieur j ai utilise les boulons du fil pour capeler un tirant de bout dehors..
dur sans faire un croquis...
j ai mis le guindeau sur un morceau de cp stratifie, décale a gauche de sorte que la chaine arrive dans la baille et que l étais passe
j ai boulonne le cp sur les listons , donc a l éxterieur du pont
je vais fouiller si j ai une photo du canot, sinon je te ferai un dessin
a plus

06 déc. 2011
0

Bonjour Hélène, depuis quelques semaines je réfléchis à un étai largable et j'ai participé à plusieurs fils intéressants sur le sujet :
www.hisse-et-oh.com[...]rguable
www.hisse-et-oh.com[...]ng-rope
www.hisse-et-oh.com[...]valable
www.hisse-et-oh.com[...]argable
www.hisse-et-oh.com[...]demater

nous n'avons pas (plus... :oups:) la même configuration de proue, mais tout ça peut s'adapter.

Pour le guindeau, je pense qu'il y a des photos sur le site de l'APA.

06 déc. 2011
0

Sur un Arpège que je connais bien ici, l'étai larguable est en avant de la baille à mouillage, avec renfort adéquat et reprise sur ferrure d'étrave par en dessous, (testé moult fois par gros temps) et le guindeau est en arrière de la baille, à l'extérieur. Prochain chantier, le transformer ou le remplacer en électrique.
Il n'y a pas de problèmes particuliers sur l'Arpège pour installer ces 2 équipements.

06 déc. 2011
0

Merci ! Ce fil rejoint ma collection .pdf.
C'est bien, H&O; comme il dit, ton avatar, gwennili...

02 jan. 2012
0

Pour avoir vérifié sur un Arpège ami, le guindeau (un Goïot manuel pour chaine de 10) est posé en arrière de la baille à mouillage, il y a 4 boulons dont les deux premiers serrent un peu la pièce de charpente au dessus de la cloison de la baille. Les deux boulons arrière n'ont même pas de contreplaque, juste de gros boulons. Je vais me renseigner pour savoir si ils ont mis un insert dans le sandwich du pont.

03 jan. 2012
0

En y réfléchissant... sûr que pour l'étai largable on a besoin de renfort, reprise sur l'étrave, etc...
Mais sûr aussi les efforts sur le guindeau sont bien moins importants. Cela dit, un petit bout de contreplaqué ne peut pas faire de mal, et ça me rassurerait.

03 jan. 2012
0

moi, je pense qu'un étai largable est inutile et qu'un guideau manuel l'est aussi.

un foc comme le mien est parfait, en 240 gr et nul n'est besoin de 30 mètres de chaîne de 10 pour retenir un Arpège..

Hélène, simplifie pour naviguer cool!

04 jan. 2012
0

Loïc, tu m'as déjà dit ça il y a quelques mois.
Mais voilà : je n'ai pas pu aller voir Carthage depuis la Toussaint, et d'ici mars-avril ça risque de ne pas le faire. Alors je m'informe et je rêve.
L'étai largable, pour tout dire, il y en aura sûrement un... quand je serai capable de partir en solo (je veux dire loin). C'est pas pour demain la veille, mais faut bien penser à aller loin pour avancer !
C'est comme le régulateur.
Et de toutes manières actuellement je n'ai pas l'argent.
Parce que les projets immédiats, pas très drôles et relativement documentés (grâce à H&O en grande partie) sont l'électricité (à refaire entièrement), le gréement dormant, à relativement court terme les voiles (j'aimerais bien trouver les dimensions des voiles d'origine), voir si le sondeur et le loch marchent et sinon les remplacer ; et bricoler un siège de barreur pour fesses sensibles !
Ensuite faudra essayer de régler le problème du réservoir (j'ai toujours le réservoir d'origine, mais mis hors service et remplacé par un bidon plastique de 20 l). Et puis, le pont délaminé...
J'ai à peu près fait le tour, depuis un an que j'ai le bateau. Il y a déjà eu pas mal de travail fait, il en reste comme tu le vois.

J'ai un anémomètre tacktick (girouette montée, le branchement se fera avec le reste de l'électricité), un pilote (à monter) et un guindeau (peut-être à monter - mes bras sont de plus en plus petits, me semble-t-il).
Et j'ai une VHF et un GPS portables.

Qu'est-ce que tu crois que je peux simplifier ?

Par contre, je rêve d'aller aux Açores... et d'avoir pour ça un étai largable et un régulateur. Peut-être même que ce jour-là je penserai à un radar ou autre système pour y voir quand on n'y voit pas.

04 jan. 2012
0

J'ai mis un guindeau manuel (Lofran's) vertical en arrière de la baille à mouillage sans pb avec de la chaine de 10 et du câblot. Mon humble avis sur un Arpège pas besoin d'un étai largable.
A+

04 jan. 2012
0

Le "désir" d'étai largable est dû au fait que je suis très froussarde. Alors, d'une part, ça permet de mettre une toute petite voile quand il fait mauvais ; et d'autre part, le jour où ton GSE te joue des tours, tu es peut-être content d'avoir une solution de secours ?
C'est sûr que c'est pas pour tout de suite : actuellement, je n'en ai ni le besoin, ni les moyens ! (voir ma réponse à Manhasset, et mes petits projets pour larguer les euros "inutiles").

23 mai 201223 mai 2012
0

@ouatapan : C'est drôle j'allais dire exactement l'inverse, pas de Guindeau mais étais largable ;)

Comme quoi en fonction de son programme et de ses habitudes de navigations tout peut vraiment changer :)

23 mai 2012
0

En solo lorsqu'il y a pas de vent ou de courant en effet, mais à deux je n'ai jamais eu de soucis. Le plus costaud à l'avant ( moi en générale) et l'autre à la barre (ma copine le plus souvent).

Mais comme je le soulignais dans mon commentaire chaque programme, usage ou habitude entraîne des choix d'équipement qui lui sont propre.

Pour moi l'étais largable est essentiel car j'utilise très peu le moteur (avec son hélice bec de canard il ne me sert que pour les manœuvres de port) et j'ai besoin de pouvoir remonter au vent quelque soit les conditions.

Sur les trois personnes qui utilise régulièrement le bateau, l'un est très souvent en solitaire et ne voit pas l'intérêt du guindeau car il trouve ça lent et encombrant, les deux autres navigues en couple.

23 mai 2012
0

Eh oui, chacun vois midi à sa porte...
A+

23 mai 2012
0

le déplacement d'un bateau tel que l'Arpège est déjà conséquent. Un guindeau (surtout en équipage réduit ou pire, en solo) s'avère un plus fort utile.

23 mai 2012
0

pour ma part, je n'ai ni étai largable ni guindeau sur mon arpège;
je navigue très majoritairement en solo et j'avoue parfois lorgner sur ces 2 choses:
- quand ça piaule, le génois roulé au près, c'est souvent très innefficace et une petite trinquette mignonette me siérait assez bien.
- le guindeau même en solo à sortir d'un mouillage rouleur et brassé à souhait dans la brise qui monte, je m'en suis toujours passé (jusqu'à maintenant ) mais le petit lumbago récemment accusé dans la douleur, et ses prémices avant-coureurs, le tout m'ayant fait raccourcir la perspective d'un joli week end prolongé dans la belle Bretagne Sud, me font penser à cette chose pas totalement infondée, de temps en temps, que peut-être un guindeau, même manuel.
...quand on n'a plus tout à fait vingt ans autrement que dans sa tête, ya des compromis à trouver ...

04 jan. 201204 jan. 2012
0

Faut pas étre froussard pour désirer un étai largable :non: , faut soit;
- s'étre fait bastonner avec un GSE
- aimer pouvoir regler des voiles propres, car ça sert pas uniquement pour un TMT (mais a remplis l'espace entre la fin du GSE avant que ça devienne une mer... enroulée et le TMT ce qui laisse pas mal de place), dans ce deuxiéme cas le désir de bout dehors se fait sentir trés rapidement en suivant......:heu:

04 jan. 2012
0

très juste !

04 jan. 201204 jan. 2012
0

BONJOUR ?
qu'esce que tu vas parler de boutdehors à carthage ,c'est un truc de mec ...
quand à larguer l'etai pour quoi pas,moi je l'ai fait je n'en ai plus de grement non plus d'ailleurs .
par contre le truc electrique qui remonte la pioche alors la oui oui oui
le manuel nononon
quand on y a gouté on ne peut plus s'en passer .
alain
:reflechi:

04 jan. 2012
0

le truc électrique implique trop de consommation, et trop de modifications de mon circuit.
Et puis... une 'tite sécurité, oui ; un bateau presse-boutons, non.
Sans compter que l'Arpège n'est pas fait pour ça, et n'en a pas besoin.

04 jan. 2012
0

le but d'un étai largable est effectivement de pallier à des problèmes d'enrouleur. point n'est besoin d'être "froussard", mais seulement ... marin! dès lors, le mieux est en effet de le prendre en arrière de l'étrave. pour au moins 2 raisons : 1- l'étai ainsi installé, et les mousquetons du foc (tourmentin ?) ne frotteront pas sur le génois enroulé. et 2- on recule et on abaisse le centre de voilure avant, l'idéal, par gros temps, mais vous le savez tous ... c'est le gréement de côtre.
quant à dire que le bout dehors ... c'est un truc de mec ..., çà, c'est plutôt un truc de macho... plutôt ? non ?

04 jan. 2012
0

Mât froid... pardon, ma foi... je ne savais pas qu'il y avait des mâts chauds et des mâts froids, moi !
Signé : Léonard
:jelaferme: :acheval:

04 jan. 2012
0

Ceux qui ont la gentillesse de me répondre depuis mes débuts (un an) auront peut-être remarqué que le bout dehors (ou boute-hors, pour parler comme Merrien) est une question que je n'ai jamais soulevée !
Ce qui ne veut pas dire que je ne me la suis pas posée.
C'est évidemment très tentant, pour ceux qui font du hauturier (ce qui sera sûrement mon cas quand je serai jeune).
Mais je doute que ce soit vraiment adapté à l'Arpège, qui me semble remarquablement équilibré tel qu'il est. J'imagine (sans preuve) que pour garder le même équilibre avec un bout-dehors, il ne serait pas inutile d'avoir un mât un peu plus haut.
Je vérifierai sur le voyage d'Iona s'il en avait un ; sachant que de toutes manières ce mât prolongé avait été conseillé par M. Dufour pour le projet d'Y. Leroux.
Je ne m'en sens pas de modifier mon Arpège à ce point... et pour l'instant en tous cas, mes activités ne le justifient pas !

04 jan. 2012
0

Vérification faite ; Iona n'avait pas de bout-dehors, semble-t-il, mais un double étai (et un mât rallongé) ; donc probablement pas non plus de GSE, mais un vrai gréement de cotre.
Et Iona avait un guindeau.
J'ai mis le lien sur le fil "au fil des lectures".

04 jan. 2012
0

Merci !!!
Et ouf, y'en a un qui est d'accord : M. Dufour en savait plus que nous sur son bateau. Or, quand il a réfléchi aux modifications souhaitables pour transformer l'Arpège en bateau de grand voyage, il a conseillé d'installer un double étai (à endrailler), pas un bout dehors. J'imagine que l'utilité de ce double étai, c'est la même que l'étai largable (permettre de gréer une voile à l'abri d'une autre), mais aussi permettre de naviguer en cotre et non en sloop. Même si ça exploite d'autres possibilités du bateau, ça ne change pas ses points d'équilibre, me semble-t-il.
J'aimerais bien savoir s'il y a des Arpège équipés de bout dehors ?

04 jan. 2012
0

Peut-être ; mais il y a sûrement quelque chose à en tirer. Deux GSE, par exemple ? Sur bateau plus grand, ça s'est vu.
Le TMT sur génois enroulé, j'ai vu des descriptions de marchands, est-ce que ça marche bien et facilement ? Tu as acheté un truc tout fait, ou tu as fait faire ? Ca se présente comment ? C'est facile à installer quand ça bouge un peu ?
Tu crois vraiment que c'est plus facile à mettre en place que l'étai largable ? Fixé correctement, il ne ballote pas, et le poids dans les hauts est-il vraiment conséquent ? Quand il ne sert pas, c'est quand même pas des kilos !

05 jan. 2012
0

"double gorge de l'enrouleur harken", kèksèksa, je cours me renseigner, ça a l'air bien intéressant !
J'ai regardé des vidéos publicitaires de mise en place et affalage du TMT sur génois roulé... pas convaincue du tout.
L'étai largable, je l'ai utilisé (en stage) sur Dufour 40, ça m'a paru bien.
Mais sur l'enrouleur, j'ai lu pas mal d'avis. Regarde en particulier ce qu'en disent L&L Pardey : que du mal ! (eux sont totalement partisans de l'endraillage et du bout dehors mais leur bateau a été conçu pour dès l'origine). D'où mon désir, non de me passer de GSE (trop paresseuse et froussarde pour ça), mais d'avoir une sécurité sous forme d'étai largable !

05 jan. 2012
0

Ceci
www.landlpardey.com[...]11.html
est très intéressant ; en particulier ce qu'ils disent de la diminution du nombre des voyageurs (50%), et des conséquences.

Je n'ai jamais tant regretté d'avoir découvert la voile si tard que lorsque j'ai découvert les Pardey ! Ca, c'est vraiment quelque chose !

05 jan. 2012
0

j'ai eu la chance d'avoir un bateau sur équipé à l'américaine, d'avant la crise ... de moi même je n'aurai jamais mis un enrouleur harken de dimension pour 35 pieds et à double gorge et avec tambour démontable aussi cher

remarque il marche parfaitement depuis le premier jour

04 jan. 2012
0

Bonjour à tous, ex-co-arpégistes. Ce que je pense, malgré que je ne navigue plus dessus (mais je l'aime toujours) est que l'Arpège est un sloop qui a été construit par Mister Dufour pour naviguer avec une GV, un génois à grand recouvrement et un spi symétrique à l'occasion, épicétou.
Par vent plus fort, le génois était remplacé par des voiles d'avant de plus en plus petites, d'où le poste avant qui ne contient pas de couchette mais qui servait à stocker ces voiles.
Dans un autre fil il était question de "ne pas dénaturer les Arpèges". Je pense qu'y gréer un bout-dehors serait le cas.
Je vois moins d'inconvénient à réfléchir à un étai largable, surtout après avoir encaissé un petit 6 Bft avec Gégène enroulé au tiers qui avait vraiment du mal à suivre. Je pense de plus qu'un petit foc de brise sur étai largable est surtout une sécurité plutôt qu'une recherche de performance.
Mais chacun fait comme il veut bien entendu :heu:

Bises, Hélène ! Je n'oublie pas ta vaisselle !

04 jan. 2012
0

à mon avis le double étai est une solution du passé, disons avant les enrouleurs, car si tu veux envoyer un solent, il faudra d'abord affaler le grand genoa et le ficeler sur la plage avant ou le rentrer tout mouillé dans le bateau ce qu'on faisait dans les années 70 !!

pour ma part j'ai un TMT qui se fixe sur le genoa enroulé, je me demande même pourquoi je ne ferai pas transformer le FOC 1 que j'ai de la même manière

j'aime bien les solutions simples sur un bateau de 30 pieds, l'idée de cet étai qui sert 5 % du temps peut être même pas(enfin ici), qui ballote qui fait du poids dans les hauts ...

04 jan. 2012
0

j'ai essayé 2 génois sur la double gorge de l'enrouleur harken, ça tire vraiment très bien et c'est plus facile que le spi mais faut ensuite replier un genoa a moins d'enrouler les 2 tiens une idée ??
pour le TMT je l'ai envoyé chez ATN en Floride mais j'habitais aux états unis.
je ne l'ai jamais installé , je veux essayer depuis 18 mois mais il n'y a jamais eu assez de vent
l'étai larguable non pour mon programme mais je ne veux pas en dégouter les autres !

05 jan. 2012
0

j'admire les pardeys et j'ai eu le privilege de les rencontrer mais la c'est un autre monde !!
bateau bois, pas d'électricité, pas de moteur etc
passage du horn etc
des gens tout à fait hors du commun
www.landlpardey.com[...]/
48north.com[...]eys.htm

05 jan. 201205 jan. 2012
0

double gorge : très intéressant et horriblement cher.
Quand je changerai mon génois, qui sait ?
Mais quand même un étai largable pour sécurité !!!

04 jan. 2012
0

Mais que tu dis Carthage ?
C'est pas une question d'équilibre ou de bateau.
Il faut porter la voile du temps et de préférence des voiles performantes, bon.
Si on part sur des voiles a endrailler on va dire qu'il en faudrait 5 ou 6 a l'avant donc budget impossible a assumer pour la plupart d'entre nous(environ 12000€) et stockage a bord impossible le volume devient délirant.(méme en dacron leger)
Donc un enrouleur qui fait environ l'équivalent de 3/4 voiles, si il est bien taillé et dans une matiére qui le fait bien..
Reste a gérer les valeurs de vent en amont et en aval des capacités de surface (avec un profil fonctionnel) du GSE et avec des grammages en cohérence (valeur de vent ++++ ou -----).
Donc la necessité d'un bout dehors et d'un étai largable.
Cela, sans compter la necessité d'avoir des coupes de voiles cohérente avec le régime de vent arriére.
Tout ça n'a que peu de rapport avec étre macho ou pas ou des histoire de coque et d'équilibre ou encore de panne d'enrouleur. C'est un compromis entre budget aménagement du bateau (volume de stockage) performance.
Ce qui permet de garder un bateau a plat, manoeuvrable et serein sans paniquer tout le monde a bord avec un bateau couché qui se déplace en crabe (en plus tu vas plus vite)
Et ceux qui disent que naviguer avec enrouleur induit une baisse de perfo sont amha a coté de la plaque puisque ils ne pourront jamais avoir a bord le stock de voiles qui leur permettrait de s'approcher de la bonne voile a porter (c'est un paradoxe mais c'est ainsi)..............
La priorité a mon avis sur un bateau a voile ...........c'est les voiles......

04 jan. 2012
0

Avant de se prendre la téte avec ce genre de prb, faut avant tout se préocuper de garder le bateau performant sous voiles, et la il est question de surface, de coupe des voiles (point de tire, profil...etc...), de grammage...........

Par exemple si tu veux faire du prés dans du tout petit temps, cela implique;
- un trés faible grammage, mais tu peux pas imposé a ton bateau un trés faible grammage en permanence pour cause de GSE.
- une grande surface mais si tu as un GSE a 180% tu ne pourras plus réduire conséquement (avec un profil sérieux) suffisemment
En conclusion il te faudra un bout dehors

Tu peux faire le méme raisonnement si temps forcit........(enfin a l'envers le raissonnemùent)

04 jan. 2012
0

Je ne comprends pas comment, en déplaçant le guindant de ta voile vers l'avant (sur ton bout dehors), tu ne modifies pas le centre machin (vélique ?), donc l'équilibre de ton bateau (à surface de voile égale) ! Peut-être le mot "équilibre" n'est-il pas le plus adapté ; mais en modifiant les dimensions (ça revient à ça), tu modifies forcément le comportement du bateau, non ?

04 jan. 201204 jan. 2012
0

contrairement à ce que l'on pense le guindeau electrique ou le cabestan ne consomme rien .
par exemple un 1000w en plein effort consomme 80A ceci pendant 3minutes environ la vitesse de remontée etant de 20m/mn pour remonter 60m de mouillage soit 1/20eme d'heures cest a dire qu'il emprunte 4AH à la batterie moteur qui elle est alimentée pendant les manoeuvres par l'alternateur du moteur.
et comme il ne fournit pratiquement jamais sa puissance maxi qui est de 650kgs de traction sa conso est negligeable .
et quelle sécurité ,j'ai le souvenir de remonter mon mouillage assis sur la plage avant avec le voilier qui fait des bonds bien rincé à l'eau de mer à chaque fois qu'il plonge
de retourner à toute vitesse au risque de se casser la figure dans le cokpit pour prendre la barre et tout ça sur un sylphe de 6.54m .
que maintenant pour moi c'est indispensable .
alain :topla:

04 jan. 2012
0

en ce qui concerne le bout dehors on peut en faire un petit amovible si on a un génaker ou un spi assymetrique sans pour cela dénaturer le navire un morceau de tube alu de 1m
avec une fixation sur l'étrave dont 50cm dépassent devant n'a rien d'inestétique .et permet de mieux tenir la voile et surtout facilite l'empannage .
alain

04 jan. 201216 juin 2020
0

Pour Pircarre
Si je peux me permettre, tu dis;
-"Je pense de plus qu'un petit foc de brise sur étai largable est surtout une sécurité plutôt qu'une recherche de performance."
Si un petit foc sur étai est un élément de sécurité c'est que gréée ainsi cette voile est performante !!!
La performance du bateau et du matériel n'est a mettre en opposition au contraire.
:non:
Pour le bout dehors et la voile qui va bien dessus chaque plaisancier est libre de s'équiper ou non pour retarder le moment ou tu allumes le moteur...................
:blabla:

04 jan. 2012
0

D'accord d'accord, Rachid. Je ne me suis pas bien exprimé, mais je me comprends.

04 jan. 2012
0

je suis complètement bluffé par la capacité d'Hélène à emmagasiner les subtilités de notre domaine à nous les "hommes" .......après un an , elle pose des questions pour lesquelles les cadors du site proposent des réponses opposées !!!
les sabots d'Hélène ne sont pas crottés .......

LN , te souhaite des grandes nav pour les années à venir , sur ton "danseur " !
bises
Alain

05 jan. 201205 jan. 2012
0

Tu sais, Alain, tout le monde admire la capacité des perroquets à répéter avec conviction de longues phrases auxquelles ils ne comprennent rien !
:blabla:
Merci pour tes souhaits, pour moi et mon gigolo.
Quant aux réponses contradictoires... c'est là que ça devient intéressant !

05 jan. 2012
0

Je précise : la comparaison avec le perroquet, c'est de l'auto-critique et rien d'autre. J'ai beaucoup lu, un peu retenu, et je ressors des bribes de lecture par-ci par-là. La culture, c'est comme la confiture ! Faut bien que j'étale !
Parce que, pour ce qui est d'étaler du mauvais temps... c'est une autre affaire...
On étale ce qu'on peut, quoi ; et quand je dis "on", c'est encore de moi que je parle !

05 jan. 201205 jan. 2012
0

"Quant aux réponses contradictoires... c'est là que ça devient intéressant !"
CARTHAGE dixit.....
Depuis des années je lis qqs livres, toujours les mémes, de façons réguliére (pas QUE des livres de bateaux) ben d'années en années je trouve qu'y a pas écrit la méme chose dans le livre...........
:reflechi:

05 jan. 2012
0

???
C'est le livre qui change, ou c'est toi qui ne lis pas de la même façon ?
Comprends pas !
:lavache:

05 jan. 201205 jan. 2012
0

Ben t'as compris, puisque tu as la bonne question .........
:langue2:
Cela dit, si tes bouquins changent quand ils sont rangés dans ta bibliothéque c'est inquiétant.......
:-D

05 jan. 2012
0

Quand ils sont rangés dans ma bibliothèque, il arrive à certains de disparaître.
Angoissant : fugue, ou abandon ? Jusqu'ici, plutôt fugue, mais je porte quand même le deuil de quelques-uns depuis de longues années.
Conclusion : si on ne m'avait jamais appris à lire, j'aurais bien moins d'ennuis !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un éléphant ça trombe

Après la pluie...

  • 4.5 (15)

un éléphant ça trombe

mars 2021