guerre des prix ? Mon oeil !

on entend parler beaucoup de guerre des prix entre fabricants de bateaux et de démocratisation de la voile ...
Extrait d'un article consacré au First 30 :
"La version de base avec GV, Génois, et tourmentin, était vendue 120657 F, soit 18420 € de l'époque, ce qui correspond à 64 000 € actuels ..."

L'équipage
10 mai 2011
10 mai 2011
0

D'abord je ne partage pas tes chiffres, mais il manque des infos, 120657 francs de 1976 ?, équivalent à 71309 euros actuels (www.insee.fr[...]eur.asp ).
Le smic 1976 était de 8,94 francs de l'heures soit 13496 heures de travail
le smic 2011 est de 9 euros soit 7923 heures de travail.
Pour moi la conclusion est simple une baisse de 42%.

10 mai 2011
0

Non.

En 1976, un débutant bac+5 en CDI à 3 * smic : aucun problème.

En 2011, un débutant bac+5 en CDI à 3 * smic : j'aimerais savoir dans quelle branche.

10 mai 2011
0

Question: ont -il à niveau +5 les mêmes compétences?
Pour moi pour et les niveaux inférieurs la réponse est non.
1976: 30% obtenaient le BAC
Aujourd'hui 80%, et vu qu'en cours on en demande de moins en moins j'affirme que le niveau baisse.

10 mai 2011
0

Entièrement d'accord

avec l'approche d'Aica. En plus il faut y ajouter le phénomène d'industrialisation qui conduit à la production de série. Cela participe aussi à la réduction des coûts. En 1976
les bateaux étaient construits à l'unité. Par exemple le mien construit de 1975 à 1980 la série fait 100 unités. De l'artisanat comparé à la production actuelle.
Navicalement
André

10 mai 2011
0

Comparaison incertaine et difficile
Je trouve que la comparaison avec le pouvoir d'achat du Smic n'a pas grand sens, le Smic a bénéficié de hausses supérieures à celles du salaire moyen et quel Smicart va épargner 7923 heures de travail pour s'acheter un bateau de plaisance?. Il vaut mieux retenir le salaire moyen pour mieux cerner l'évolution réelle du pouvoir d'achat de la catégorie d'acheteurs susceptible de se payer un tel jouet.

En valeur courante entre 1976 et 2008 (INSEE 2008 dernière année disponible) le salaire net moyen a été multiplié par 4.67. (5205€/24320€). Par décile la structure de la pyramide des salaires est stable sur la période (excepté le décile correspondant au Smic qui a plus progressé.

Donc 18420€ en 1976 convertis en euros de 2008 font 18420€ x 4.67 = 86000€ à pouvoir d'achat constant pour un salaire moyen de 2008.

Quel est alors le prix de vente actuel d'un bateau équivalent au First 30 de l'époque ? moins de 86.000 € hum? Le prix des bateaux a sans doute diminué; mais cette baisse n'est pas dans la proportion suggérée au dessus.

Pour être complet il faudrait intégrer les évolutions de la fiscalité, des transferts sociaux, du passage au 35 heures pour mieux apprécier l'évolution de la rémunération nette réelle de la catégorie d'acheteurs de ce type de bateaux et enfin des effets prix des améliorations technologiques intégrées dans les bateaux d'aujourd'hui et les coûts de détention en euros constants. Je pense par exemple aux places de ports.

Autre élément comparatif le pouvoir d'achat moyen (en euros constants) du salaire net moyen de 1976 à 2008 selon l'INSEE a progressé de 21%.

10 mai 2011
0

... et il faudrait aussi intégrer ce qu'il y a en plus sur les bateaux actuels et qu'il n'y avait pas à l'époque. Aujourd'hui quasi tous les bateaux ont un kit minimum d'électronique, je crois aussi que l'actuel First 30 a un frigo au lieu d'une glacière... et l'eau sous pression, et... Le gréement courant standard m'a l'air aussi plus fourni. Quant aux cabinets de toilettes, y pas photos...

Enfin et surtout, au niveau du volume global, le modèle actuel doit avoir une coque au moins 50 % plus volumineuse que le modèle d'il y a 30 ans. Or, le volume, c'est surtout cela qui coûte et pas uniquement la longueur.

Chacun pense ce qui veut du modèle actuel ou de celui d'il y a 30 ans mais ce sont deux bateaux qui n'ont en commun que le nom et le constructeur. Donc les comparaisons sont beaucoup plus complexe à faire.

10 mai 2011
0

A début des années 60, lorsque j'ai commencé à baver d'envie devant les bateaux, le Corsaire coûtait ~5000 FF,(détaxé mer) soit le prix d'une 2 CV Citroën.

Le tarif du Corsaire aujourd'hui est de plus de 20000 euros, soit plus du double du prix d'une petite voiture correspondante à la Deuche.

Comparatif possible ?

10 mai 2011
0

a cette époque je pense que pour s'acheté une 2cv il fallait avoir un trés trés bon salaire, beaucoup de gens prenais le bus ou marchai a pied :heu:

10 mai 2011
0

Voui mais à une époque on disait :
Faut construire solide, la qualité prime !!!

Ensuite nous avons eu droit à :
Le meilleur rapport qualité/prix

Et maintenant c'est plutôt :
Le prix avant tout !!! Et surtout le maximum de marge !!!

Alors comparer 1976 à 2011 ça n'a pas vraiment de sens.

10 mai 2011
0

En '75 l'Arpège (je m'en souviens car j'en rêvais déjà), coûtait l'équivalent de 20.000 €, soit +/- 40 mois de salaire d'un jeune employé.

Actuellement, un 30' plus confortable, mieux équipé, mais peut-être moins solide et durable coûte 75.000 € soit +/- 60 mois de salaire d'un jeune employé...

10 mai 2011
0

un parametre à prendre en compte pour cette hausse de prix

en 76, les bateaux payaient des salaires y compris celui des cadres et boss
actuellement, on rémunère aussi les actionnaires :heu:

10 mai 2011
0

Ah bon !
En 1976 il n'y avait pas d'actionnaires ?
Les actions Bénéteau rapportent deux fois moins qu'un livret A .
L'année dernière les actionnaires ont touché 0 €uros et les salaires ont été payés .

10 mai 201110 mai 2011
0

j'ai un peu la flemme d'aller sur le net chercher des donnéés sur les "résultats"de Beneteau/jeanneau(par ex)Mais j'ai rapidement vu que le résultat opérationnel Benetau étais en hausse de 22% pour le secteur bateau et de 20,8pour le secteur batiment...bref,en y passant du temps,on doit trouver plus précis et détaillé....
Quoiqu'il en soit et toutes choses étant égales par ailleurs,si une entreprise a des actionnaires ils sont rémunérés...et trés souvent beaucoup plus que les salariés.La valeur ajoutéé estcapteé (en moyenne )8 à 10 points de plus par actionaires et patrons que il y a 15/20 ans.Cette rémunération excessive des actionaires serait mieux utiliséé en consacrant plus à recherche et dévelopement/abaissement des couts/et AUGMENTATION des salaires... et,je reprend,la rémunération des actionaires est en grande partie un surcout pour le consommateur/acheteur....conséquences:trés certainement les bateaux pouraient etre "moins chers"....

13 mai 201113 mai 2011
0

Oui Mais...javascript:void(0);

L'actionnariat était moins répandu à l'époque, et on avait affaire à de réels entrepreneurs qui demandaient des retours sur investissement décents en cohérence avec le développement de la boite.
Aujourd'hui les chiffres demandés non rien à voir ni avec la croissance ni même avec l'activité réelle de l'entreprise (sauf exception...) et de conséquence rien a voir avec les niveaux de 76....javascript:void(0);

10 mai 201110 mai 2011
0

Je crois que tu devrais parler des marges aux ex salariés de Wauquiez, Delher, Etap, ... La construction nautique de plaisance n'est vraiment pas le meilleur business pour se faire beaucoup d'argent. Les risques sont très élevés.

0

bonjour
un autre facteur à prendre en compte : un Arpège était un gros bateau correspondant bien au statut d'un cadre supérieur.
Maintenant, le gros bateau c'est plutôt 12 à 13 mètres et les cadres supérieurs qui peuvent se l'offrir sont moins nombreux ou plus vieux.
Le jeune cadre ne va pas avoir autant envie de se payer un 9 mètres qui est maintenant un petit bateau et ne correspond pas à son rêve ...
C'est en partie pour cela que l'âge moyen monte sur les pontons, le prix du rêve n'est plus autant à la portée du cadre jeune et dynamique qui cherchera d'autres supports pour "tenir son rang".
Pour la voile, il se contentera de la location.

cordialement

Hubert, de Cherbourg

10 mai 2011
0

C'est quand même pas rose tout ça ! Nous vivons dans un drôle de monde et nous n'avons pas fini d'en baver !

10 mai 201110 mai 2011
0

Pour construire un 30 pieds en France en 1977 il fallait beaucoup plus de salariés que maintenant (industrialisation, etc ...)
Donc beaucoup plus de salaires, non ?
A l'époque, le salaire moyen était de 5741 € (n'allons pas comparer avec le Smic ...) il fallait donc un peu plus de trois ans de salaires pour se payer un First 30.
Maintenant, il faut plus de 4 ans de salaire moyen.
Que le bateau soit plus confortable que maintenant, on s'en fiche, les deux bateaux correspondent aux critères de confort de leur époque.
Avant on achetait un bateau en payant un entrepreneur et des salariés, Normal.
Maintenant on paye des actionnaires qui ne savent même pas dans quelle industrie est placé l'argent qu'ils ont épargné.

11 mai 2011
0

Attention le salaire moyen entre 76 et 77 passe de 5200€ à 5741€ (inflation très forte à l'époque); si l'on se réfère à 1976 l'achat d'un First 30 représentait 3.5 années. En 2011 avec un salaire moyen de 25.000€ x 3.5 cela donne 88.500€, avec cette somme on se paye un bateau ++ par rapport au First 30 de l'époque.
Je ne suis pas d'accord pour faire abstraction des progrès techniques qui améliorent l'usage d'un bateau (sécurité confort) et qui pour ceux qui existaient déjà en 75 coutaient une fortune : radar, positionnement DECCA ou Lorenz versus GPS etc. sinon , on vendrait encore... des diligences! Normalement ces progrès devraient être réavalués eux aussi cela augmenterait encore le différentiel .

10 mai 201110 mai 2011
0

Arrétez de dire n'importe quoi :
Groupe Beneteau
Dividende 2010 (payé en 01/2011) : 0,12 € par action
Cours aujourd'hui 14,57 €
soit rentabilité 0,82 %...
Si vous croyez toutes les sornettes que racontent les politiciens, tant pis pour vous..

11 mai 2011
0

OK, ne t'énerve pas et ne les croyons pas ...
essayons de rester dans le débat et l'explication et non dans la polémique.
Alors ?
Pourquoi un bateau coûte-t-il plus cher aujourd'hui, sachant que :
- on nous dit le contraire
- il coûte moins cher à produire (Hausse des matières largement compensée par la rationnalisation de la production, moins de main d'oeuvre)
- ce ne sont pas les actionnaires qui se gâvent
- ce ne sont pas les salariés qui se gâvent
- ce n'est pas l'état qui se gâve (TVA quasi identique, baisse des charges il paraît)
- ce n'est pas le patron qui se gâve, car même avec un très gros salaire, ce n'est pas ce seul gros salaire qui fait augmenter le prix des bateaux de tant que ça.

11 mai 2011
0

Polémiquons encore.
Ce n'est pas le prix des bateaux qui augmente, mais le niveau de vie des classes qui pouvaient à l'époque s'acheter des bateaux qui baisse. Par contre le niveau de vie des salaires les plus bas lui augmente (attention pas de beaucoup).
Il faut mettre en évidence aussi le problème des loyers qui fait chuter tout cela.
Un nivellement par le bas des salaires, et donc une population des propriétaires de bateau qui change.

11 mai 2011
0

Deux petits points que les politiciens "oublient" toujours :
- dans les statistiques, quand on parle de rémunération du capital, ce poste inclue les dividendes, mais aussi tous les intérêts et agios versés aux banques. Comme la France est caractérisée par des entreprises sans capital, la part frais bancaires est très élevée, contrairement à d'autres pays : il est notamment nécessaire d'emprunter pour fabriquer les bateaux qui seront vendus plus tard...
- la nature de l'industrie a changé : là ou il y a soixante ans un chantier fabriquait presque tout en interne à partir d'un tas de bois et d'un peu de quincaillerie, ce qui faisait que les salaires représentaient une part importante du chiffre d'affaires, maintenant une grande partie des composants est achetée (par exemple chez Beneteau, non seulement les mâts, moteurs mais aussi tous les emménagements...) ce qui réduit fortement la part des salaires dans le chiffre d'affaires. On oublie ainsi que ces salaires se retrouvent ailleurs, chez les fournisseurs et sous-traitants... A l'extrême des bateaux sont totalement sous-traités (ex bas de gamme moteur Jeanneau en Pologne) : dans ce cas, on ne trouve en France que les salaires du marketing et des magasiniers qui chargent et déchargent les camions.
La baisse de la part salaires dans la valeur ajoutée indique surtout que nous avons transféré une part importante du travail dans d'autres pays : ce n'est pas les salaires qui ont baissé, ils auraient même progressé pour les plus bas, c'est la quantité totale de travail salarié qui a diminué : il y a quarante ans il n'y avait quasiment pas de chômeurs contre probablement 20 % aujourd'hui et trois fois moins de fonctionnaires, qui ne perçoivent donc pas de salaires, mais des allocations ou rémunérations prélevées sur les salaires des actifs, ce qui réduit encore la part "salaires" de l'économie...

11 mai 2011
0

d'après toi, donc, ce sont les composants du prix de revient qui auraient changé : avant, le poste "lourd" c'était les salaires, maintenant ce poste à largement diminué mais l'économie réalisée est "mangée" par les frais financiers.
Ca semble crédible.
D'autant plus qu'effectivement, par rapport à 1977, les petits salaires ont progressé plus que le salaire moyen, et on se doute bien que les ouvriers des chantiers ont des "petits" salaires.
Bref, on ne doit pas tirer sur le patron, ni sur les ouvriers, ni sur les intermédiaires, mais bien sur les banquiers et les politiciens.

11 mai 2011
0

1968! j'entre dans la vie active. Salaire mensuel = 530 F (SMIG). Je m'installe dans un meublé : Loyer 145 F mensuel. 10 mois après je m'achète ma première voiture (5000 F). Comme elle est d'occasion et que je prends un crédit, je dois donner 20% de la somme au comptant et le reste sur un crédit maximum de 9 (neuf) mois (encadré par la loi sur le crédit à la consommation).
2011! mon fils entre dans la vie active. Salaire mensuel = 1300 €. Il s'installe dans un appartement (loin de la maison familiale): Loyer 470 €. Il doit s'acheter une voiture: Stop! Pas de crédit, son loyer lui mange le 1/3 de son salaire.
Allô papa bobo!

C'est vrai qu'à l’époque, il n'y avait ni de TVA, ni de CDC, ni de Conseil régional et ni de députés européens.

11 mai 2011
0

Euh ... la TVA : "C'est un impôt récent, institué en France par une loi du 10 avril 1954" ... Plus sérieusement, c'était les 30 glorieuse avec une croissance de 5 à 6 % par an, de l'inflation tant qu'on voulait ... les 2/3 de l'humanité se trouvaient hors-jeux du commerce et de la concurrence entre les nations ... Bref, un autre monde :-(

12 mai 201112 mai 2011
0

Je m'étonne que dans ce fil, personne n'ait parlé recyclage des dechets fabrication, pollution, sécurité et conditions de travail, garanties/certifications/responsabilité. Et quelles évolutions entre 1976 et 2011.

Tout ça a un cout que le client final devra supporter.

J'ai vu les photos de la mise à l'eau récente d'un petit yacht 27 mètres 80 tonnes en acier, construit dans un chantier d'asie:
Le bateau sur la remorque d'un porte char rescapé de la 2ieme guerre mondiale. et en marche arrière dans une cale creusée au bulldozer dans un fleuve à proximité. Les ouvriers en teeshirt, short et tong à coté.

Et je pense qu'a une époque, les chantier en france bossaient comme en asie actuellement.

13 mai 2011
0

Juste pour le fun quelques souvenirs des bateaux aux salons du siècle dernier:

[u]Prix salon 1962[/u]
Corsaire : 833 €
Primaat : 1833 €
Triton : 5984 €

A l'époque une Peugeot 403 valait ~ 1500 €

[u]Prix salon 1967[/u]
Corsaire : 1037 €
Sylphe : 3084 €
Primaat : 2159 €
Régent : 6007 €
Arpège : 6699 €

[u]Prix salon 1977 (avec TVA)[/u]
Corsaire : 3150 €
Edel V : 1880 €
Kelt 620 : 5818 €
Love-Love: 5681 €
Daïmio: 5181 €
Brin de Folie: 15454 €
Mélody: 29924 €
Gin Fizz: 39378 €

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (130)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021