Graisse pour protection des fonds d'un bateau acier

Bonjour,

Mon bateau est un dériveur intégral en acier.

Pour accéder aux fonds, je suis d'une part obligé de démonter une partie de l'aménagement, d'autre part, enlever le lest...

Je l'ai fait une fois pour assécher les fonds... Mais je je me voit mal être obligé de le refaire à chaque fois que le besoin s'en fera sentir !

J'envisage donc la possibilité de protéger ces fonds en les noyant, ainsi que le lest dans de la graisse, de manière à constituer ce que les chantiers Méta nomment une protection grasse. Les parties sujettes à l'oxydation seraient ainsi neutralisées.

Il existerait une sorte de graisse dont la surface durcirait au contact de l'air. Cette graisse serait employée dans les cargos, me dit-on.

Je n'arrive pas à trouver le contact qui me permettrait de me la procurer.

Quelqu'un connaîtrait-il cette graisse, et le moyen de se la procurer ?

Merci,

Jean-François,

L'équipage
27 sept. 2004
27 sept. 2004
0

Beurk !
suis pas sûr que se soit une bonne idée... pour garder un bateau propre...

Nous sommes quand même en 2004, et il existe des recettes un peu plus... performantes !

J'ai pu observer des ******* qui remplissent leurs puits de dérive d'huile de vidange, ce n'est pas vraiment écolo...

28 sept. 2004
0

Des infos sur ce site
pory.est-ici.org[...]/

click ensuite sur l'onglet correspondant au mois de septembre 2003. Le gars qui construit son bateau a noyé son lest intérieur avec un produit se nommant le Metaxalte.
Bonnes recherches.

28 sept. 2004
0

Merci mille fois pour le tuyau Macène.
Merci mille fois pour le tuyau Macène.

Le site du gars mériterait vraiment à être connu. Je me renseigne tout de suite pour trouver ce produit, et en connaître les caractéristiques.

28 sept. 2004
0

rouille et fonds humides

Bonjour.
Sur le forum de ce site à la "ligne" ROUILLE regardez les contributions à ce sujet

Le Lien sur les produits JOTUN utilisés par les grands chantiers pour pétroliers et autres est intéressant , c'est une bonne synthése de tous les produits que l'on trouvent sur le marché!!
En milieu humide on utilise souvent des " brais polyuréthane" (non pas époxy!)chargé en Zinc ou de phosphate de Zinc, ce brais polymérise à l'humidité.

Cela marche à 90% pour les quilles en fonte qui contient toujours un peu d'humidité incluse dans la porosité du métal.

Nota: le site est en Anglais , mais pour qui veut sillonner le monde cela ne doit pas présenter un
obstacle!

Mais n'oubliez pas une chose , si un jour vous avez une voie d'eau même legere (les wc par exemple!) Votre graisse remontera flotter à la surface de votre innondation et viendra souiller tout le bas de vos amménagements!!!
Mais mon cher thierry cela ne nous regarde pas , chacun fait comme il veut (peut)!!
Amicalement.

28 sept. 2004
0

les péniches...
les chantiers qui convertissaient des tjalk et autres luxemotors hollandais en habitations recouvraient le fond de graisse avant de lester avec des pavés. Peut être le font ils encore.
C'est très efficace pour des zones inaccessibles mais on doit pouvoir faire beaucoup mieux aujourd'hui avec les produits cités plus haut.

28 sept. 2004
0

le coup de la graisse, ça me plait bien
regardez les baleines et les phoques:
c'est plein de graisse, dans l'eau de mer en permanence pendant des années, et j'ai jamais entendu dire qu'un seul fuyait par le fond.... :-D :-D

amicalement

28 sept. 2004
0

-=oOo=-
Les produits cités plus haut sont sans doute efficaces, mais ils n'empêcheront pas l'eau d'aller dans les fond un jour ou l'autre (presse étoupe, mauvais temps, bouteille qui se renverse, etc.).

Et vu la configuration de mon bateau, si l'eau pénètre dans les fond, elle y reste indéfiniment... Ce que je veux c'est empêcher que l'eau aille dans les fonds. Il y a bien sur le risque de corrosion à long terme, bien sur, et ce quelque soit le produit, mais il y a aussi l'odeur de l'eau cramoisie qui n'est pas non plus très agréable...

Avec une grosse quantité de graisse, ou avec le produit que m'a indiqué Macène, je peux éviter cela…

28 sept. 2004
0

Merci pour tes conseils Christian
Merci pour tes conseils Christian.

Je n'avais pas lu ton intervention.

28 sept. 2004
0

j'ai pas l'expérience de la chose donc j'ai bien le droit de dire une connerie
mais pourquoi pas noyer le lest dans par exemple du bitume ou un produit qui est à la fois antirouille et remplissant?

a+

28 sept. 2004
0

Dans mes souvenirs
Il me semble que l'industrie automobile utilise des cires ou des parafines pour boucher certains corps creux et éviter l'oxydation. C'est peut être une piste à creuser.

Une question que je pose c'est le danger que ces produits combustibles, graisse, cire etc.. peuvent présenter du point de vue incendie.

MichelR

28 sept. 2004
0

j' suis pas sur...
pour l'odeur.en tout cas , moi les graisses que j'utilise elle sentent pas bon :-( alors en grande quantité dans un espace clos? :-( :-(

28 sept. 2004
0

Le problème des graisses
ou de l'huile, c'est qu'en présence d'eau, ça flotte...

Pour JP qui aime la graisse... normal pour un mécano ! (aïe... non JP, pas sur la tête !):-D

28 sept. 2004
0

Plus sérieusement :
le lest de mon bateau est scellé dans la quille (longue) par du ciment !

Cela a été fait il y a 38 ans, à ce jour rien a bougé... (pourvu que ça dure...)

Avantage : parfaitement étanche. (j'espère...)

Inconvéniant : on ne peut pas manipuler le lest.

C'est une construction hollandaise...

29 sept. 2004
0

l'inconvnient du ciment
c'est qu'il n'y a pas adhérence avec la tole donc possibilité d'infiltration d'eau entre les deux

les produits bitumeux adhèrent fortement sur la tole, sont antirouilles de ce fait, durcissent à froid pour devenir semi pateux/semi solides et sont très facilement isolés avec du brai époxy + de l'époxy + fibre de verre pour eviter les odeurs etles vapeurs

toutes le peniches sont goudronnées à l'extérieur et sans pb

le seul pb est en cas de réparation à faire mais ce sera aussi un pb avec la graisse

en tant que meccano (très amateur), j'utilise très peu la graisse car il y a des produits un peu + moderne et beaucoup d'éléments mécaniques sont maintenant lubrifiés à vie

amicalement

29 sept. 2004
0

Adhérence du ciment...
Le réservoir d'eau douce d'origine de mon bateau, intégré à la coque est enduit de "lait de ciment", directement sur la tôle.

Comme c'est d'origine, (38 ans) ça me fait penser que ce n'est pas si mauvais que cela, pour l'adhérence... :-)

Ensuite, nous avons toutes les techniques du béton armé, mais on sort du sujet...

Amicalement

29 sept. 2004
0

Génial
Génial ta solution JP.

Je vais faire cela. Je vais mettre un produit bitumeux qui adhérera à la tôle et la protégera, puis je noierai mon lest dans du brai époxi ou plutôt dans le produit indiqué par Macène, le "Métaxalte". Puis je recouvrirai le tout d'époxi et de fibre de verre pour éviter les émanations toxiques.

Je pense vraiment que c'est ma solution.

Mille fois merci les amis. Si vous passez du côté de Paris à l'époque du salon nautique, il m'arrive d'avoir quelques invitations pour la nuit d'inauguration. Faites-moi signe si cela vous intéresse.

Jean-François

29 sept. 2004
0

il est bien probable que le lait de ciment
en couche mince adhère mieux que le ciment en bloc car il a certainement une légère élasticité suffisante alors que le bloc sera décollé à la première déformation de la coque

et il me semble bien que les coffrages actuels sont métalliques et qu'ils ne sont pas à usage unique :-D

mais pour le lest, pourquoi utiliser le METAXALTE qui ne doit pas etre donné alors que le bitume coulé à chaud fera pareil pour "à vraiment pas cher"?

mais je ne prétend pas du tout etre un spécialiste de la construction acier et donc je me gourre peut etre

amicalement

29 sept. 2004
0

les coffrages,
on les graisse pour éviter l'adhérance...

J'ai passé quinze ans dans les travaux publics, à entretenir entre autres des centrales à béton...

Alors, le ciment sur la feraille, j'ai donné ! :-D

29 sept. 2004
0

re par pour en rajouter une couche mais pour etre sur que:
en fait il est possible qu'il y ait un volume a boucher assez conséquent ( les vides entre les élements de lest) et qu'avec du ciment, la prise de poids ne soit pas négligeable alors qu'avec du goudron, ce sera moins critique

amicalement

29 sept. 2004
0

Bloc compact
Il me semble avoir lu que le métaxalte durcissait en refroidissant, tout en conservant une certaine élasticité. Ce qui aurait pour effet de créer un bloc compact.

Car, en fait, j'avais aussi un problème au niveau de la fixation d'origine du lest qui ne m'inspirait pas vraiment confiance.

Avec un lest coulé dans un bloc compact, ce problème aurait lui aussi été résolu. Mais effectivement, peut-être que le bitume coulé à chaud produirait le même effet. Il faudra que je me renseigne là-dessus.

Au niveau du poids, cela n'est pas un problème, il me suffira d'enlever quelques gueuses de plomb.

Amicalement

Jean-François,

29 sept. 2004
0

Juste un petit détail vécu :
le bitume, lorsqu'il se réchauffe, fond...

Vécu sur un bateau au carennage par 40° à l'ombre...

Mais tout le monde ne va pas sous les tropiques... :-)

29 sept. 2004
0

SVP... Plus de précisions...
Donne plus de précision Tilikum, SVP...

Il était positionné où ton bitume ? A l'intérieur, dans les fonds ?

Et ce phénomène a-t-il été de la durée du carénage, une fois le bateau remis à l'eau, le bitume a t-il repris sa consistance initiale ?

Plus de précision, SVP...

0

jf diné
d'abord j'aime bien tes deux livre et je te vois presqu'a chaque salon ;c'est quoi exactement ton boat et il est ou ,?
pour ton lest tu pourrai le noyer dans la torrolite ,c'est une resine a l'eau que l'on coule dans les fonds ,on faisait ca dans les années 80 a plus

29 sept. 2004
0

Merci Pierre
Merci Pierre.

En fait, c'est un Voyage 11,50, un plan Joubert en acier. Dériveur intégral. C'est une construction semi-amateur qui a été menée presque à son terme, mais que le propriétaire m'a vendu suite à son divorce. Je ne dirais pas que c'est une chance pour moi, car on ne bâti pas sa chance sur le malheur des autres, mais c'était exactement un bateau comme cela que je cherchais. Je devais partir pour les Canaries au printemps dernier, mais il y a eu quelques petits problèmes techniques que j'ai du résoudre. En fait, le bateau est actuellement à Camoel, sur la Vilaine, dans un port à sec.

Je pense naviguer 6 mois par ans, de mars à septembre, et de septembre à mars, je reviendrai en France pour scolariser mes enfants et vendre mes bouquins sur les salons de Southampton, Paris, Düsseldorf, Amsterdam, etc. C'est pour cela que tu risques donc de me voir faire le camelot durant quelques années encore... Grâce à mes bouquins j'ai pu me payer mon bateau et ma maison...

Merci pour le tuyau de la Torrolite, c'est peut-être aussi une solution, après avoir bien enduit les fonds de bitume.

A+

Jean-François

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (40)

Piégeage des gouttes

mars 2021