Gîte maximale...

Existe-t-il une règle pour la gîte maximale ?

En d'autres mots, quelles sont les limites (de gîte) à ne pas dépasser pour éviter de chavirer.

Et comment le savoir (ou l'estimer) sur un bâteau qu'on ne connaît pas ? (et tant qu'on a pas chaviré, on ne connaît pas les limites de son croiseur ? ;) )

A priori, j'ai l'impression que dès que l'eau rentre sur le pont, c'est le maximum. Mais j'imagine que ça dépend aussi du franc-bord ..

mm..

L'équipage
30 août 2004
30 août 2004
0

A priori
La gite seule ne peut pas faire chavirer un croiseur. Il faut une combinaison vent plus mer, assez exceptionnelle sous nos lattitude.

Par contre, j'aurais tendence à penser que la gite maximum est le moment où giter plus (donc continuer à porter) ne t'apporte aucune vitesse supplémentaire, voire même souvent ralentit la vitesse du bateau.

Tout cela est très variable en fonction de chaque bateau.

J'ai souvent constaté avec mon bateau que réduire au lieu de s'entêter donnait non seulement plus de confort mais améliorait beaucoup le cap (c'est compréhensible) et la vitesse (là, je comprends moins pourquoi, mais bon).

30 août 2004
0

idem..
pour sylphe, il n'apprécie pas la gite plus que ça. je confirme qu'en principe une réduction de voilure apporte moins de gite mais plus de confort, de cap et de vitesse.

Alain

30 août 2004
0

Le ralentissement est souvent du
à une réduction de la résultante de poussée. Il faut en effet raisonner en 3D. Toutes une partie de l'énergie sert à essayer de faire "décoler" le bateau et ne sert plus à le propulser sur un plan (d'eau en l'occurence ;-) ) . Certains parlent aussi de composante de gite dans ce cas, bien que ce soit réservé en général à autre chose.

Un deuxième point est que sur les bateau à Jupe, tu arrives à allonger la longueur à la flottaison avec 10 à 20 ° et ensuite, tu l'as réduit. Mais je pense surtout que c'est la première raison qui influe plus.

30 août 2004
0

freja
une voilure trop gitée perd de sa propultion au fur et a mesure qu'elle se raproche de l'horizontale d'ou la justfication des cata .
les mono cherchent le compromis maximum de toile minimum de gite
bon vent

30 août 2004
0

réponse à freja
trop de gite augmente la surface "mouillée" de ta coque et par la meme te ralentit, donc le fait de réduire la voilure diminue la gite et redonne de la vitesse, d'ou l'expression : porter la toile du temps.

30 août 2004
0

c'est tout le problème de la stabilité
Il n'est pas évident de cerner la courbe de stabilité d'un bateau sauf en théorie.

Pour répondre à la question posée, la gîte maximum à ne pas dépasser, c'est juste avant que le centre de gravité du bateau de passe du côté de la gîte par rapport au centre de carène. Ceci se produit généralement vers 150° de gîte pour un monocoque et beaucoup moins (100° pour un catamaran).

Normalement, les monocoques de croisière sont étudiés pour pouvoir se redresser quille en l'air, mais on a vu il y a quelques années des 60pieds open rester aussi stables à l'envers qu'à l'endroit quand le centre de carène (mobile par définition) se situe à l'extérieur du centre de gravité (fixe) côté gite à cause de leur grande largeur (impasse volontaire des concepteurs pour améliorer les performances jusqu'au point de non retour.

En appliquant ce qui est dit plus haut sur la bonne marche du bateau, seules des conditions exceptionnelles (déferlante pris de travers) enverront le bateau au tapis.

En sus de la surface mouillée, il faut aussi avoir à l'esprit que plus un bateau gîte sous voile, plus il devient ardent et peut aller jusqu'à passer sur sa barre (cas typique de l'aulofée sous spi) à cause du couple horizontal qui se crée entre le centre de voilure et le centre de dérive.

Razvag

0

Théorie, quand tu nous tiens...
Dis moi Razvag, si je comprends bien, tu dis à Choc qu'il peut naviguer jusqu'à 110° à 150° sans danger...

heu, je sais pas si c'est vraiment pratique, je pense pour faire la cuisine et la vaisselle par exemple ;-) je préfère de loin la théorie de la voile du temps.

Quand à dire que tous les croiseurs se redressent quille en l'air, justement pas! selon leur courbe de stabilité, ils resteront stable à l'envers, et devront être ramenés par une vague à la position 110° à 150° pour être redressés. Par exemple, il faudra pas mal d'énergie et de chance pour redresser un Sun Odyssey ou un Feeling DI chaviré.

30 août 2004
0

autrement
la gite maxi c'est quand l'équipière à coté se met à te traiter de tous les noms et qu'elle est en train de changer de couleur ...

30 août 200416 juin 2020
0

yep razvag
et je remets mon petit schema histoire que je me fusse pas fait chier a l'faire!

31 août 2004
0

Merci ....
... pour ce beau shéma !

J'ai vraiment appris quelque chose.

Je n'ai plus qu'à comprendre comment on peut considérer qu'un bâteau est en stabilité positive à 115 d° (soit le mat dans l'eau à priori ;) ) et j'aurai supprimé bon nombre de mes craintes..

0

Le schema de benoit
illustre un des avantages de limiter la gite, à savoir plus le bateau gîte, plus il est ardent.

Par contre, Benoit a oublier de raccourcir les vecteurs véliques à la gite, car la surface projetée au vent est plus faible, deuxième motif d'éviter la gite, ça cause une perte de puissance.

30 août 2004
0

.
Quand le mat est dans l'eau, fallait reduire plus tot ;-)

30 août 2004
0

amha
un bateau qui gite est un bateau qui est freiné
mieux vaut choquer un peu quitte a s'ecarter du vent. On arrive plus vite et de manière plus confortable.
dan

30 août 2004
0

vais essayer de retrouver ma liste
pour faire les calculs d'après plusieurs facteurs pour savoir que supporte le bateau, pour nous un 9m c'était je crois force 8 et vague de 4m...ils ne disent pas combien de toile est mise ? ?
ce qui compte pour la gite c'est aussi une nouvelle voile, les creux c'est pas bon, on sent la difference cette année avec voile neuve, et avec un high aspect ou 'inter' on avance aussi vite que ceux qui ont un genois

30 août 2004
0

une régle...
Salut "choc" pour moi sur mon shipp,mais ceci est valable pour tous(à part les navires de régatte)c'est l'angle de barre qui commande,au-delàs de 15 degrés,c'est réduction obligatoire.
Certain tirent plus dessus ce qui entraine un hydro-freinage par le safran,et une composante de gitte suplémentaire(tu as l'impression de vitesse avec les liston dans l'eau,mais en fait,tu n'avance pas aussi vite que réduit et de plus tu dérives)Autre référence,quand ta canette posée sur la banquette au vent tombe tu es trop loin!!!!!
Donc,pour conclure,quand le vent monte,tu applatis la toile et si ça monte encore tu réduits.
Jacquot

30 août 2004
0

Les calculs
Les logiciels donnent des valeurs a peux près semblables à quelques degrés près bien que cela dépande de la forme de la carène et du poids de lest et des profondeurs de ceux ci. Pour un bateau de plaisance la stabilité maxi est autour de 40°/45° et la stabilité est positives jusqu'à 100/115°. Cela veut dire que gité à 45° un bateau est a sa position de redressement maximum. S'il continu a giter jusqu'a l'horizontale c'est à dire le mat dans l'eau il est encore en positif puisqu'il est à 90° alors que sa stabiité disparait autour de 110°. Le moment inclinant dans du temps maniable disparait puisqu'il n'y a plus de voile soumise à la pression du vent.Donc le bateau se redresse( s'il n'a pas embarqué d'eau par ses capots ouverts, modifiant les données de stabilité). Si la mer est grosse il y a les inerties des masses qui se superposent aux efforts et un bateau qui par à la gite rapidement va donc s'incliner avec plus d'angle a cause de la mise ne mouvement de sa masse s'ajoutant à la pression du vent dans la voilure.Donc en réduisant au bon moment on ne peut se trouver en difficulté du fait de la gite.
Donc effectivement la canette posée est un bon instrument de mesure, si elle tombe pas de bière il faut donc surveiller cette canette avec attention.

30 août 2004
0

gite
pour résumer et concrètement, la gite maxi c'est quand le safran n'est plus dans l'eau où lorsqu' on ne tient plus dans la baignoire. Juste avant c'est quand on ne plus plus reprendre le génois parce que le winch est dans l'eau. Avant de retourner un voilier, il faut y mettre de la mauvaise volonté....ou avoir un mauvais voilier.

30 août 2004
0

gite et apero
la gite maxi c'est aussi quand tu n'arrive plus à boire l'apéro tranquillement et que les olives roulent partout dans le cockpit...

30 août 2004
0

Heureusement que la gite n'est pas dangeureuse...
ça fait bien longtemps qu'on serait mort ...
tous les voiliers monocoques peuvent chavirer... ils sont en quelques sorte conçut pour. la gite maxi est obtenue quand le safran sort de l'eau et que le bateau lof (pour les bateaux ardents) rien de dangeureux c'est seulement inconfortable et pas forcement plus rapide...

le chavirage lui est du à une grosse raffale ou une deferlente qui emporte le bateau. La quille est sortie de l'eau et les barres de flèches sont imergées. à priori c'est pas trop grave pour le bateau par contre pour l'équipage il vaut mieux s'acrocher...

un bon départ au tas... rien de tel pour avoir un bon coup de fouet ;-)

31 août 2004
0

statique mais surtout dynamique !!
faut voir ces deux cas !
en statique, idéalement, le couple est effectivement maxi vers 30 à 45 °; vers en dynamique, avec l'élan et l'energie qu'une vague va faire prendre qu ship, ben tout peut arriver, et le bateau lutte jusque vers 120 voir 150 ° pour les couloirs léstés.
Et puis après, à l'envers, y'a le fardage du mat dans l'eau (s'il a résisté ;-)) qui géne...
La vérité est dans la dynamique :-D :-D :-D

02 sept. 2004
0

et pour un deriveur integral ?
c'est mon cas.Et comme la bete ne se retourne pas comme les quillards...quelqu'un à-il une idee de cet angle ?

02 sept. 2004
0

OUI
l'architecte a un idée très précise sur tout ces angles ;-)

02 sept. 2004
0

OUI
l'architecte a un idée très précise sur tout ces angles ;-)

02 sept. 2004
0

La limite
c'est quand la carte ne tient plus sur la table à carte,
quand la vaisselle ne tient plus dans l'évier,
quand le plancher est jonché d'objets hétéroclites,
quand on demande "ça va ?" a l'équipier(e) qui sort de la cabine,
quand je pisse dans le seau au fond de la cabine.
Il y a plusieurs petits détails annonciateurs même sans grand sens marin :-D

La limite pour l'équipage est en deça de la limite du bateau.

02 sept. 2004
0

gite maxi
la gite maxi, c'est quand on ne peut plus rejoindre son bord sans passer à la baille.
Fallait réduire plus tôt
(moins d'eau dans le pastis...)

02 sept. 2004
0

Pointtrop n'en faut....
On admet généralement qu'une gîte de 15° environ est le maximum pour naviguer dans de bonnes conditions. u delà, la forme de carène n'est plus satisfaisante, le safran freine le bateau.
Le critère en fait est quand la barre devient dure.Il est alors temps, d'abord de déborder le chariot de grand voile pour aplatir celle-ci (on n'en trouve pratiquement plus maintenant sur les bateaux de moins de 10m!), puis de prendre un puis deux ris.
On constate alors que la barre redevient agréable, le bateau gîte moins et va plus vite (il suffit de regarder le speedo pour les incrédules!).
Quand le liston est dans l'eau, c'est vraiment que l'on est allé trop loin!

02 sept. 2004
0

et quand...
on a mis 2 ris, et diminué l'avant et que ça gite encore...? 20°

02 sept. 2004
0

ça dépend
Fait réaliser une troisième bande de ris.....non plus sérieuesement si tu n'as que deux ris et que la gite est encore excessive, affales ta gv et gardes seulement la voile d'avant (tu élimines le couple de lof) Dans l'idéal un foc de route ou si vraiement ca souffle un tourmentin (le genois roulé...c'est pas terrible car trop creux roulé et en plus tu risques de le défoncer definitivement).
A plus

02 sept. 2004
0

beau schéma Benoit
Sauf que si le point d'application du centre antidérive est correctement placé quand le bateau est à plat, il monte au vent (dérive ou voile de quille) c'est à dire à gauche de ton crobard quand le bateau est gîté, ce qui augmente encore le bras de levier horizontal.

Razvag

03 sept. 2004
0

C'est simple !!!
la gîte maxi c'est quand l'équipière a la barre est bleue schtrompchf et dit: JE FAIT QUOI LAAAA !!!
ou quand on entend un grand bruit dans la cambuse et que l'on voit atterrir une assiette de spaghettis aux oignons a 30 cm des pieds pendant que l'on est a la barre, le sourire aux lèvres, en disant: scuse mon coeur! j'avais pas vu que ça gîtait tant !

03 sept. 200416 juin 2020
0

indicateur de gite.......
j'ai deja raconté cette histoire mais,j'en refais un tour,si ça peut aider.....

sur mon sirocco (quelle merveille)j'avais installé,prés du centre du ship,une cloche en laiton sur potence, à 100 balles.......vous voyez le model ?...

bon en principe,c'etait pour faire joli,et sonner l'appero......trés utile donc.

fortuitement je me suis apperçu que les doux tintements se produisaient quand,quel que sois le bord,le ship commençait à forcer,leger,et tintait bien quand c'etait limite inconfort........

l'idée de m'en faire un avertisseur et de respecter cette regle a tout de suite ete adopté,et je n'en ai jamais deroger....et grand bien m'en a fait....

ex:

sur une mer quelle qu'elle soit,aux premiers tintements et selon analyse des diferents parametres du momment.....reglage des vrillages de voiles,(ce que j'apel ouvrir les soupapes)
en general il y a une accalmie,si cela s'arrete là .....retour progressif à la normale.....

si la situation persiste ou empire:tintements plus nets,prise de ris et enroulement du genois .....
avec les prises de ris avec retour au cockpit rien de plus facile,et sans changer de cap en plus,le pied,moins d'une minute sans effort...

donc depuis cette decouverte,pas de perte de vitesse ,meme en regate et pas d'inconfort......

à tester donc.........

gg.qui voudrait bien y etre encore...........

04 sept. 2004
0

stabilités je dirais autrement

Lorsque le bateau gite 2 modifications se produisent:-le Centre de gravité du poids du bateau se decale : C'est la STABILITE DE POIDS
-le Centre de carene se decale également (à l'opposé du poids) c'est la STABILITE De FORME
C'est deux stabilités forment la STABILITE GLOBALE .
L'importance de ces stabilités dependeras du type de bateau mais seule la stabilité globale assureras la securité

04 sept. 2004
0

Gite=augmentation de la resistance

Je viens de tomber sur un tablau qui donne l'augmentation de la resistance du à la gite

5° +1%
10° + 2%
15° + 4%
20° + 7%
25° + 13%
30° + 25%

04 sept. 2004
0

il mesemble.......
que sur les ancienes carenes à voute,la gite (normale )permettait l'allongement de la flotaison,donc un possible accroissement de vitesse,qui compensait la degradation des ecoulements........

est ce vrai ?

gg.chercheur en gite meilleur...................

05 sept. 2004
0

ah longe ment ?
Il me semble que l'augmentation dela surface en contact avec l'eau est à considérer.
plus de surface =&gt plus de frottement
plus de frottement =&gt perte d'énergie
perte d'énergie =&gt perte de force de déplacement
perte de force de déplacement =&gt perte de vitesse
Aussi me semble t il la gite optimale dépend de la forme du ship ( and elle ?,,,,)
Franck qui vient de péter un fusible ....

05 sept. 2004
0

ok. avec toi guy.......
mais ,comme Choc ,(non inscrit) ne se manifeste pas,on ne sait si il est satisfait de la reponse,c'est souvent le cas avec les non inscrits qui posent des questions interessantes (ou pas) et ne reaparaissent jamais,on ne peut meme pas savoir si ils on lu les reponses et si celles ci les satisfait,donc le sujet derive souvent sur une de ses facettes interessantes et nous permet d'en affiner les details... en etant trés clair pour des lecteurs,de passage ou pas , ceci en fait un article technique de trés bonne qualité.....merci les gars: GB etc...

en l'occurence et pour tanter le coup,je me permet de faire un copier coller de la question initiale de Choc,et de lui demander si il est satisfait de la reponse........

""Gîte maximale...

Existe-t-il une règle pour la gîte maximale ?

En d'autres mots, quelles sont les limites (de gîte) à ne pas dépasser pour éviter de chavirer.

Et comment le savoir (ou l'estimer) sur un bâteau qu'on ne connaît pas ? (et tant qu'on a pas chaviré, on ne connaît pas les limites de son croiseur ? ;) )

A priori, j'ai l'impression que dès que l'eau rentre sur le pont, c'est le maximum. Mais j'imagine que ça dépend aussi du franc-bord ..

mm.. ""

si c'est le cas et que le sujet debatut implique encore des commentaires il serait peut etre bon d'ouvrir un nouveau fil precis sur ce sujet trés interessant ,et important qui pourrait etre plus facilement trouvé par un lecteur en recherche de renseignements precis......

gg.mal au doigt..................

06 sept. 2004
0

satisfait ?
Eh bien oui, bien sûr que je suis satisfait !

De tous les messages et en particulier du message comportant un petit schéma qui mettait en parallèle la gîte et l'effet girouette. Un nouveau monde de contingences s'est ouvert au marin (plutôt débutant) que je suis.

Pour ma part, j'ai considérablement réduit la gîte en naviguant. je crois que ça marche effectivement mieux et surtout, ma compagne adore ! En plus, je suis rassuré quant au danger (assez relatif) de la gîte ce qui fait que j'ai encore plus de plaisir avec le bâteau.

Donc gérard, malgré cette étrange remarque (avec un fifrelin de condescendance) sur les utilisateurs inscrits et non-insdcrits (je ne vois pas où est le problèmeme), sois également remercié de tes bons posts !

J'en profite pour dire tout le bien que je pense de ce merveilleux site où il est exceptionnel de ne pas recevoir une première réponse moins de 5 minutes après un post. Un rêve dans le genre !

Je m'en vais d'ailleurs de ce pas poster un message en vue de la construction d'une bâche sur le cockpit...

05 sept. 2004
1

ça me rappelle un annecdote
lors d'une sortie par un bont vent qui faisait giter pas mal le bateau, ma fille m'avait une fois demandé :
papa c'est quoi la limite de gite, quand est ce que ça devient dangeureux ?

bêtement, je lui répond :
c'est quand l'eau commence à entrer dans le cockpit.

là dessus une vague me prend par le travers, couche la bateau et le cockpit est innondée ...

... elle n'a plus dit un mot le reste du trajet !

07 sept. 200416 juin 2020
0

quand t'est rendu
comme ça il est temps de choqué un peu...

02 nov. 2004
0

gite et petit DL
j'ai un jidzo (petit DL de 6m bas sur l'eau) qui m'a l'air pas très stable (les vagues le font méchamment giter: 0,7m mal pris -&gt 15° de gite). Y a til un moyen d'évaluer sur l'eau pour ce bateau l'angle de gite positive maximale sans le retourner?
(sachant que je n'arrive pas à mettre la main sur les plans pour faire un calcul ou sur une donnée quelconque d'ailleurs, architecte François Sergent)

Merci d'avance si quel qu'un peu m'aider...

0

de toutes façons,
je ne crois pas que tu doives te faire de soucis pour 15°
à priori, il est autoredressant jusqu'à plat, et après, sur ce genre de ship, c'est plus les rentrées d'eau qui seront un problème.

02 nov. 2004
0

angle
avec la quille, le minimum doit être autour de 100°, la moyenne étant de 120°.
Sur un Dl, quille rentrée le couple est beaucoup moins élévé mais ça pas besoin d'avoir faire Math pour le comprendre.
15° c'est rien. A partir de 45 ça devient inconfortable, à 70° la vaisselle se casse la gueule, à 90° c'est au tour des équipiers.
Lorsque le safran ne porte plus, il est temps de faire quelque chose ;-)

03 nov. 2004
0

merci, me voilà rassuré...
je vais juste m'équiper d'une pompe de calle... et d'une pelle pour ramasser la vaiselle!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (26)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021