Fusibles ou Disjoncteurs ?

Je souhaite changer le tableau électrique. J'hésite entre remettre un tableau avec fusibles en façade (car le constructeur de mon bateau a eu la très bonne idée d'en mettre un où il faut démonter tout le panneau de table à carte pour changer un malheureux fusible!!!) et un tableau avec des disjoncteurs. Quelle technologie choisir?

L'équipage
26 août 2007
26 août 2007
0

la reponse
est dans la question c'est un pb de finance les dijoncteurs plus chers mais tellement plus pratiques

26 août 2007
0

Simplicité...
C'est pas aussi simple que ça.

Disjoncteur veut dire contact mécanique et ça risque de s'oxydere en univer marin.

26 août 2007
0

Un fusible,
tout comme un interrupteur provoque toujours une légère chute de tension, alors il est peut être préférable de n'avoir qu'un disjoncteur plutôt qu'un interrupteur ET un fusible...

[color=blue]_/)[/color]

26 août 2007
0

Fusible...
Je suis pas très chaud pour les disjoncteurs et pourtant je les paies pas...

26 août 2007
0

personnellement
je préfère utiliser des disjoncteurs ' type " breackers" à pousser)

ça simplifie le câblage, de plus je les utilise comme interrupteur donc sont manipulés régulièrement

alors que des fusibles (donc dans porte fusible) on est toujours avec des risques de faux contacts à leurs bornes

mais ce n'est pas le même prix :-(

27 août 2007
0

et que
l'électricien qui ne la jamais fait (momentanément off course) pour se dépanner

me jette la première pince à dénuder ;-)

mais t'as raison est très valable... bien sur

27 août 2007
0

Un fil
de fil souple pour 7 ampères, ta pas fait ça non plus, j'espère ;-) ;-) :-D

26 août 2007
0

Fusibles
je n'en installe qu'uniquement sur les circuits qui n'ont pas besoin d'être interrompus... car dans le cas contraire il faut un interrupteur, non ?

Alors autant installer un disjoncteur ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

26 août 2007
0

J'ai une autre raison
purement professionnelle qui me fais éviter les fusibles : le jour où un de mes clients grille un fusible de 2 ampères sur une ligne de 1 mm² et remplace celui-ci par un fusible de 25 ampères alors que le court-circuit est toujours là, ça m'évite d'appeler mon assureur ! ;-)

Et que les électriciens qui n'ont jamais trouvé un fusible entouré de papier alu pour "dépanner" lèvent la main ! ;-) ;-)

[color=blue]_/)[/color]

27 août 2007
0

La question étant
quel papier d'emballage de clopes est le plus efficace : Gauloises ou Marlboro ? :jelaferme:

[color=blue]_/)[/color]

27 août 2007
0

juste une remarque
se servir d'un disjoncteur comme interrupteur, oui, mais la résistance mécanique de l'accrochage est de plus en plus faible et je trouve que maintenant cela limite quand même le nombre de manoeuvres.
La qualité se perd !!

27 août 2007
0

Moi ?
Ah ben non alors ! :non: ... :oups: ... :acheval:

[color=blue]_/)[/color]

27 août 2007
0

Fusible ou disjoncteur
Salut à tous,
Bsr Fanch63,

Fusibles: mauvaise lisibilité du défaut, obligation de changer le fusible,ne peut pas servir d'interrupteur, risques de mauvaise utilisation (volontaire ou pas)
Disjoncteur: lisibilité immédiate, réarmement immèdiat, peut servir d'interrupteur, pas de risque d'une mauvaise utilisation
Le choix est vite fait si on ne tient pas compte du prix.
Comme le suggére Tilikum, fusible accépté pour des appareils branchés en permanence avec des interrupteurs autonomes(radio, sondeur,etc...)
Amicalement
Daniel

27 août 2007
0

Que la lumière soit...
...Dans le carré.
AMHA(dont je viens d'apprendre le sens! pour les comme-moi:A Mon Humble Avis.. ;-)).
Ce sera disjoncteurs.Devant refaire l'elec d'un pote,j'envisage carrément des produits batiments.
On touche aujourd'hui des disjoncts. à moins de 10 roro.
Certains objecteront la taille,l'épaisseur..Pas sur...Avec les peignes dessus, on a un "bus" + et un "bus" - nickel,en lieu et place de dominos et/ou paquet de nouilles,des cosses à souder ou à sertir....
Un boat n'etant pas une centrale thermique,le nombre de modules est assez limité...
Mon doute est plutôt sur le comportement de ce matos en milieu marin.

C'est là que j'attends vos retours d'expérience.
Si les potes antillais ont testés...SI çà tiend là bas, çà tiendra partout....
Suffit de traiter la face avant pour l'esthétisme de la boite...Plastoc batiment pas obligé...
A+.

27 août 2007
0

Comme ce n'est pas très beau,
j'en installe surtout sur les bateaux de servitude et de pêche...

Ceux de mon bateau perso sont en service depuis vingt ans, dont dix huit aux Antilles.

C'est aussi utilisé par Nauticat et Swan, qui sont loin de produire des bateaux bas de gamme ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

27 août 2007
0

Pile poil...
..la réponse souhaitée,Tili.
Yfoquon et yaplusqu'a.
Pour l'esthétique, je lui peindrais le plastoc en faux bois,façon voiture ricaine...Pareil que dans la Mustang ou une Camarro ...
;-)
Pour qu'il soit pas faché et continue à faire le beau, j'écrirai Swan dessus,comme d'autres mettent Miele sur un lave vaissele Emmaus de récup....
Tili, sont tropicalisés tes bazards ,ou ils sont neufs de chez Legrand made in France?

-En apparté ds ce fil: j'ai suivi sur un autre post ton vécu de "Dean".Et notemment la façon dont les médias traitaient le truc.Vu de la métropole, y'a plus une banane pendue à son arbre.L'est où,la vérité?
@ vous.

27 août 2007
0

Peu importe la marque,
l'avantage du matériel industriel c'est que c'est standard : j'ai du Legrand et du Merlin Gerin, utilisé indifféremment pour le 230 volts alternatif et le 24 volts continu.

On trouve les mêmes modules en uni et bipolaire.

[color=blue]_/)[/color]

P.S. Les bananiers ne sont pas des arbres mais des herbes géantes... et il est exact que 99% des plantations sont par terre... :-(

27 août 2007
0

Le disjoncteur magnéto thermique
fonctionne lors de surcharges ou de court circuits, dans les deux cas c'est l'intensité qui fait déclenché l'appareil.
La tension notée sur l'appareil est une tension maximum d'utilisation (au dessus il y a "risque" d'amorçage des cntacts)
Le choix se fera donc en fonction de l'intensité (dans le cas du bateau)

27 août 2007
0

Précisions :
"Magnéto thermique" signifie qu'un tel disjoncteur de par exemple 10 A va couper le circuit si l'intensité nominale est dépassée d'un certain temps, corrigé par la température ambiante. (un disjoncteur de 10 A va ainsi couper vers 8 A par 50°C de température ambiante) C'est la partie "thermique".

La partie "magnétique" va couper le circuit instantanément en cas de court-circuit franc.

Tous ces détails sont bien précisés sur les notices techniques des disjoncteurs, que l'ont doit choisir pour chaque usage.

Tout comme pour les fusibles d'ailleurs... ;-)

[color=blue]_/)[/color]

27 août 2007
0

pas d'accord avec toi
alien,

dans le bâtiment, l'utilisation du disjoncteur comme interrupteur est autorisé et possible s'il est prévu pour

je n'ai pas le courage d'aller rechercher les symbole normalisés,

mais il y a l'appellation "disjoncteur" banalisée qui regroupe pas mal de modèle

comme le pouvoir de coupure , si tu prend un déclic premier, t'aura un icc plus faible qu'un normalisé bâtiment public ( où la gamme déclic est interdite)

je ne veux pas t'être désagréable mais mieux vaut corriger et surtout éviter d'induire en erreur un lecteur

après pour le pouvoir de coupure d'un disjoncteur, on peut monter à plusieurs ka donc il y a de la place...

mais c'est une question de prix, entre autre et surtout du choix du modèle

amicalement

27 août 2007
0

NON
:tesur: Pas ABB : c est de la merde !!!:lavache:

L ancienne société pétercem , racheté par ABB !:oups:

27 août 2007
0

Disjoncteurs DC& AC...
Je ne suis pas un spécialiste de ses disjoncteurs mais je trouve étonnant d'utiliser un système domestique conçu pour répondre à un courant alternatif sur un réseau à courant continu.

Un tel disjoncteur fonctionne t il pour toutes les intensités?

27 août 2007
0

Complément
Chez les fabricants on retrouve toutes les intensités
exemple chez un grand français
1,2,3,6,10,16,20,25,32,40,50,63...

27 août 2007
0

bémol
effectivement Legrand, MG, ABB, ... proposent dans les circuits professionnels des produits normalisés avec des caractéristiques garanties : courbes, courant de court-circuit, qualité des contacts,
Pas sur qu'on puisse en dire autant des sous-marques de supermarché .

En CC, il y a sans doute un risque plus important d'arc et de soudure des contacts .
Un fusible au moins n'est sans doute pas inutile .

Les normes bâtiment interdisent d'utiliser les disjoncteurs comme interrupteurs .(mais c'est bien commode quand même)

27 août 2007
0

Je n'y résiste pas :
Voici la bonne définition vue par Cetecry :

Le sectionneur :

Son nom est connu depuis l’antiquité. Le sectionneur fut consacré par les Romains, qui en firent un vocable utilisé pour scinder leurs troupes en de multiples groupes, appelés manipules et composés d’environ 150 à 200 légionnaires. Les manipules disparurent, mais le terme de sectionneur a été repris par certains scientifiques, vers les années 1850, qui après avoir compris les phénomènes électriques, ont été obligés de donner un nom aux différents appareils utilisés. Le nom de sectionneur fut retenu, car il englobait la totalité de la fonction d’empêcher le passage du courant électrique, sans avoir la fonction noble et valorisante d’analyse et de décision de coupure sous tension dévolue au disjoncteur. Malgré de nombreuses tentatives et initiatives, toutes vouées à l’échec, jamais il ne put supplanter le disjoncteur qui par les connaissances et capacités acquises lors de multiples sessions de contrôle et du fait de ses nombreuses relations hautement placées, dites « bureaux techniques », se permet de servir à deux fonctions essentielles, à savoir la fonction de surveillance magnétique ainsi que celle thermique. C’est donc comme simple auxiliaire de coupure que le sectionneur et toute sa famille (sectionneur- général, sectionneur à pré-coupure, sectionneur simple etc.) coule des jours heureux, nourri continuellement d’un flux constant et régulé d’électrons actifs et est également, privilège rare, logé en tête dans une armoire électrique, bien à l’abri des courants d’air, des poussières et de l’humidité.

Le relais thermique :

Le relais thermique est une espèce rare, dont le biotope est essentiellement localisé dans un environnement métallique, appelé armoire. Sa distance de rayonnement à la recherche de nourriture est nulle. Il ne se déplace pratiquement jamais, sauf très exceptionnellement, du haut vers le bas. On dit qu’il tombe…Il développe des nervures cuivrées qui lui apportent l’énergie sans laquelle il ne peut vaquer à sa fonction principale qui est de contrôler et de régir le fonctionnement d’un appareil consommant de l’énergie électrique. Sa patience est légendaire et il est capable de fermer un œil sur une consommation temporairement plus élevé que celle prescrite. Il est capable de surveiller en même temps, deux ou trois sources d’alimentation et d’analyser l’égalité des quantités de nourriture consommée. Ceci lui confère un statut supérieur et lui vaut une attention toute particulière de son tuteur, lequel lui voue une reconnaissance quasi affective. Il arrive que par suite d’une trop grande charge de travail, il s’échauffe. Il délaisse alors momentanément ses fonctions pour prendre du repos. Très souvent il est lâchement dénoncé par un surveillant nommé « le voyant ». Le regard perçant de l’homme lui permet de déceler une anomalie sous sa petite jupe de plastique transparente et c’est avec des gestes doux et précis, qu’il manipule sa petite rondelle bleue, afin de lui redonner goût à la vie et de reprendre du service. Cette rondelle étant réglable, il est à noter que certains maniaques dont je tairais par pudeur le nom, y passent de longs moments, une petite calculette à la main, sous le fallacieux prétexte de régler au plus juste la dite rondelle.

Le disjoncteur :

Depuis l’antiquité, les hommes ont cherché à canaliser l’énergie électrique naturelle, sans y réussir. Bien avant qu’apparaissent les Phéniciens il y a 35 siècles environ, quelques rares civilisations, particulièrement abouties, avaient su mettre en place un système de captage de l’énergie, par des piquets en bois plantés dans le sol. Entourée de troncs d’arbres, la foudre permettait d’embraser le bûcher improvisé et de fabriquer de façon empirique du charbon de bois. Les vestiges laissés par ces peuplades, ont permis aux Sumériens d’étudier l’énigme suite aux dégâts divers causés par la grande intensité développée. Les Assyriens n’ayant pas mieux résolu le problème, les Grecs reprirent le flambeau. Mais n’ayant su matérialiser, ils passèrent le relais aux Romains. Ceux-ci, ordonnés et méthodiques, commencèrent à nommer la chose : DISJUNGERE.
Ensuite, les théoriciens se mirent à l’œuvre pour réaliser l’objet. Malheureusement, la décadence s’installa rapidement avec l’arrivée des femmes au pouvoir, comme dans toutes les civilisations précédentes et mêmes suivantes comme nous le démontre l’histoire, et rien ne fut concrétisé. Au moyen Age, quelques tentatives ont été observées, mais vite réduites à néant grâce aux efforts obstinés de quelques esprits très éclairés, soutenus par une organisation ; l’inquisition. Il se murmure que les croisades n’ont eu pour but que la recherche du secret de fabrication du disjoncteur. La peste, le choléra, la variole et le rhume, rien n’arrêta la science dans sa quête de la domestication de l’énergie électrique.
La volonté de Louis XIV, dit le roi soleil, celle de Napoléon lui-même, enfin l’acharnement d’Erasme Jules TOUCHEMOLIN, obscur chandelier de l’empereur, fondateur de la confrérie des lampistes, n’y suffit pas.
Vers l’année 1831, un physicien, FARADAY posa les jalons d’un système d’appareil qui permit d’interrompre le flux d’énergie. Cet objet fut appelé disjoncteur par égard pour l’inventeur. Ensuite, après de longues recherches, il a été amélioré et la famille s’est agrandie. Est venu au monde le disjoncteur différentiel, le disjoncteur magnéto-thermique, etc.… Les différentes familles s’étant multipliées, leur nombre est assez conséquent. Ont particulièrement prospéré les familles HAGER, MERLIN-GERIN, LEGRAND. Elles sont parmi les plus connues et réputées pour leur efficacité. Il est à noter que le disjoncteur différentiel, comme son nom l’indique et contrairement aux autres disjoncteurs classiques, détecte un défaut de phase ou une simple fuite de courant, ce qui le qualifie pour être élu parmi l’élite des disjoncteurs. Bon prince, il protège contre les courts-circuits, les surcharges et les courants de fuite. Ceci 24 /24, les jours ouvrables ainsi que les jours fériés et ce, sans supplément ou indemnité compensatrice, ce qui est remarquable de nos jours. Par cousinage, il existe sous la forme élaborée de disjoncteur différentiel de 500 à 10 mA. Le modèle 30 mA est intéressant, car il est capable sans faillir, de surveiller les locaux humides et notamment les salles de bains, sans même être présent sur les lieux. De nos jours, il est devenu indispensable et presque tout à chacun possède, sans le savoir, cet instrument. Certains, visiblement d’avant-garde, en portent en collier, en sautoir, en boucles d’oreilles. On les appelle des disjonctés. Il en existe d’autres, qui les ayant seulement touchés, disjonctent sans arrêt. J’invite, celles et ceux, qui comme moi, aspirent à connaître les bienfaits de la fée électricité, à se munir de ces gri-gri, sans lesquels rien de sérieux ne peut se faire dans ce bas monde…Et comme dit le dicton : avec un disjoncteur chez soi, tout est possible, même l’impossible.

[color=blue]_/)[/color]

27 août 2007
0

Ha ha ha...
T'as retrouvé ce truc !!!
J'y pensais plus...
Ah ! souvenirs, souvenirs

Le Môssieur le Professeur voulait une description succinte des trois appareils.J'en ai faite une assez courte. Trop à son goût et il m'a demandé d'en dire plus. Voilà, il a été servi !!!

M'a plus jamais demandé quoi que ce soit...

27 août 2007
0

Ce "truc", comme tu dis,
je l'ai précieusement archivé et en savoure le texte régulièrement ! :-)

[color=blue]_/)[/color]

28 août 2007
0

Cours d'électricité...
Oups ! admirable...
Si on enseignait l'électricité comme cela, j'en connais beaucoup qui regarderaient leurs montages d'une autre facon!
En tous cas, moi, j'adore !
Félicitations du jury
Amicalement
Daniel

28 août 200716 juin 2020
0

comme je te comprends Fred,
et bravo à Michel pour ce texte, j'aurais aimé être là pour voir la tête du prof:-D

Pour en revenir au sujet principal, j'ai mis moi aussi des disjonteurs du batiment et depuis 14 mois aucun problème à déplorer.
Et pour te rassurer, quand la pompe du groupe d'eau à cramé jeudi dernier, le disjoncteur à rempli son office. C'est comme ça qu'on s'est aperçu du problème, et quand on le remettait sur "on", il ne tenait qu'une seconde.

amicalement Jacky

ci-joint 2 photos pour te faire voir mon montage
(mes disjoncteurs snt des HAGER)

28 août 2007
0

2 ème photo
aspect presque fini:-)

28 août 2007
0

c'est
beaucoup plus net fini

:jelaferme:

;-)

28 août 200716 juin 2020
0

Ahhggrrr!!!
quelle l'est où la photo??:-(

je recommence

28 août 2007
0

bin voilà
:pouce:

28 août 2007
0

ah! Philippe, tu porte bien ton nom:
trop rapide pour moi:-D

j'ai merdu : j'ai merdu :-)

bon, y a peut-être mieux comme tableau élec, mais à ce prix là, moi, ça me va.

c'est sûr que ceux que me proposait Amiot: 12 ou 16 disjonteurs bipolaire avec une belle façade faisaient plus chic, mais le prix était en rapport: 1400€ environ:-(

en plus, comme je ne les payais pas, j'ai emmené avec moi de quoi remplacer les disjonteurs qui auraient le mal de mer :-D

Jacky

28 août 2007
0

je pense
sincèrement que tes disjoncteurs tiendrons le temps nécessaire

quand je vois dans les labos ceux montés depuis si longtemps dans l'ambiance qu'il travaille, humidité chaleur etc etc

en partant du principe que la qualité d'aujourd'hui vaut celle de l'époque , ce qui est moins sur au vu des rebus sur les plus récent

mais à la différence de prix.... tu t'y retrouve et même si tu dois en changer un de temps en temps

l'idéal serait une fois par an de les tester, un résistance pour le I nominal à chaque valeur et le test, mais si tu le fais tous les 3 ans se sera bien.....

28 août 2007
0

Fouchtra....
...Il est beau son tableau, à Boulal...
Vu le nombre de disjoncteurs installés, en suivant la norme NFC 15-100, il fait plus de 100 m² le bazar,avec un salon d'au moins 45 m² :-D
Sans dec, t'as plus de protections que beaucoup de maisons....Tu as tout séparé?
Quant au fini,ton résultat me satisfait.C'est clean.C'est blanc chez toi;ce sera acajou pour moi,boat oblige....
Avec des étiquettes en laiton poli, çe sr'ait pas mal.
Je note aussi l'idée de la goulotte..Et ton montage en vertical..A l'usage, c'est une bonne idée?Le cablage est facilité, ou c'est pareil?
-La rangée du haut(horizontale), c'est pour le 220 du quai ou des secours?
@+

28 août 2007
0

Ce qui est surtout bien,
c'est l'usage de disjoncteurs bipolaires : en cas de fuite sur un circuit, quel gain de temps ! :-)

[color=blue]_/)[/color]

28 août 2007
0

question de beotien:
comment fait on le conversion d'ampérage, car j'imagine que ce n'est pas le même amperage en 12 ou 220. Les indications portées sur les disjoncteurs du batiment sont pour du 220. Si je dis une connerie, soyez indulgent. Cordialement

28 août 2007
0

tilikum
plus court = plus rapide

:pouce:

m'a grillé si j'ose dire ;-)

28 août 2007
0

Pas de conversion :
10 A en 230 volts restent 10 A en 12 volts. ;-)

Par contre, la puissance en watts n'est pas la même...

[color=blue]_/)[/color]

28 août 2007
0

un peu plus haut
ça été dit,

mais je vais répété,

que ce soit 12v continue ou 220 v alternatif 1A c'est 1A

la tension est là pour signaler la tension maximum d'utilisation du disjoncteur

car c'est la valeur de la tension qui détermine la valeur d'écartement de deux pièces pour avoir un arc électrique, et ensuite l' ampérage qui fait la destruction

donc ton disjoncteur 220 fonctionnera en 12v et s'il est calibré pour 1A il disjonctera à 1A (enfin 1A maxi, il y a une tolérance basse )

par contre à l'inverse n'est pas possible sans abimer le matériel

la réponse est schématique...

30 août 2007
0

interessant ce fil
interessant ce fil...

cela permet de lever certains doutes qui me hantent de temps à autre...

merci tili et goudspide !

jacques

30 août 2007
0

LE HASARD...
...de notre site favori!
En effet,sur mon ANTIOCHE je vais,cet hiver revoir entièrement mon tableau z'électrique et en bon BOETIEN,je commençais à m'exciter mon unique neurone autour de CETTE QUESTION.
"EST-IL POSSIBLE D'EMPLOYER LES DISJONCTEURS DU BATIMENT ???"
Merci les Copains spécialistes de vos explications.
Par contre,me reste deux questions: 1) Qu'est-ce qu'un disjoncteur BI-POLAIRE?
2)Dans le cas de "regroupement sur une même ligne de plusieurs z'appareils - exemple:VHF + GPS + NAVTEX - quelle intensité doit prédominer pour le choix du disjoncteur?
...probablement la plus faible mais quel en est les inconvénients?
PS:Félicitations pour les écrits TECHNIQUES de CETECRY.

30 août 200716 juin 2020
0

bin
le disjoncteur bipolaire , il coupe les deux pôles

c'est a dire que ton plus et ton moins passent par le disjoncteur

sur le disjoncteur mono polaire seul passe le fil + ou phase par le disjoncteur et il te faut une barrette pour avoir tous les moins ensemble

comme toujours les conseilleur ne sont pas les payeurs,

alimenter plusieurs appareils avec différentes intensités par un même disjoncteur, moi j'aime pas,
et même plusieurs appareils de même intensité sur le même disjoncteur j'aime pas non plus

ma politique, sur le bateau ou dans le boulot, c'est un disjonteur = une ligne = une utilisation

en cas de pépin sur un matériel , un câble ou autre , on peut couper que le circuit concerné sans se passer du reste, seul les éclaraige de confort peuvent être sur le même, ça fait un peu de matériel mais plus souple à l'utilisation et en maintenance

c'est comme j'ai fait

----------------------&gt

30 août 200716 juin 2020
0

avec les cercles de couleurs
enfin normalement

30 août 2007
0

t'es sûr Philippe?
le modèle de gauche est-il bien bipolaire?
en tout cas, on ne voit un symbole de protection que sur une ligne ( le petit carré et le demi-rond en dessous)
je te mets une photo des miens (laisse moi 1/4h)

jacky

30 août 200716 juin 2020
0

pour illustrer
sur du matériel type bâtiment

sur la gauche un module bipolaire, dans le cercle rouge on aperçoit bien le symbole des 2 lignes

sur la droite un mono polaire, dans le cercle vert on voit le symbole d'une seule ligne

nota, seul celui de gauche est un disjoncteur, celui de droite est un interrupteur, mais comme les deux sont côte à côte je n'ai qu'une photo à faire, c'est pour illustrer mono et bipolaire :-)

30 août 2007
0

Dans l'absolue
tu a raison boulal, la photo c'est un unipolaire +neutre, dans ce cas le courant dans le neutre n'est pas surveiller, dans un bipolaire le schéma est le même sur les deux conducteurs, mais je pense que pour les non électriciens et pour simplifier un peu le fait de dire qu'un unipolaire + neutre est un bipolaire,n'est pas grave en soit (surtout si c'est pour mettre sur du courant continu)

30 août 2007
0

ben oui,
c'est ce que je voulais dire, il n'y a qu'une ligne de protégée mais ce n'est pas grave sur du continu.
j'ai mis le + sur phase et le - sur neutre et voilà!

pour sezjean, c'est sçur qu'il y en a beaucoup, mais je préfère en avoir en trop que de tout refaire pour en rajouter:-)

et aussi un disjonteur par ligne car j'ai souvent lu sur cet exellent forum que pour trouver l'origine d'une fuite de courant, il fallait tout fermer et rouvrir ligne par ligne pour trouver d'où vient le problème

quand au montage vertical, il permet d'avoir les étiquettes dans le bon sens de lecture (on se demande pourquoi "ils" ne font pas pareil dans le batiment)
les bornes, elles, servent à redistribuer en 16² au deux lignes de disjoncteurs + quelques une de libre

jacky

30 août 200716 juin 2020
0

encore oublié la photo
mais bon, après ces explications, elle ne sert plus a grand chose........quoique

30 août 2007
0

je suis d'accord
j'ai entendu et compris bipolaire dans le sens de la coupure

ton modèle est effectivement le bipolaire total, les deux conducteurs sont surveillés ...

tout a été dit...

30 août 200716 juin 2020
0

effectivement
voilà

c'est mieux comme ça ??
;-)

30 août 2007
0

ben non
sur la photo c'est le même que le tien

30 août 2007
0

Elémentaireee.
...mon cher Boulal...
Le truc des étiquettes à l'horizontale: Bien vu! ;-)
Par contre, je serai moins formel sur le groupage de consommateurs ,ou pas.
Dans mon cas perso que j'ai, il y a Une ligne "Radiossss", partant du principe que ce matos a Son inter, Son fusible..En cas de pb, on éteint les radios jusqu'a trouver le coupable...En général, çà se voit ou çà sent bizarre...
Restant sur cet exemple et pour répondre à une question posée,il suffit d'additioner les ampères consommés si toute la ligne tourne, et de calibrer au double; Par ex 10 pour 5 A consommés.
Mais c'est la seule.Le reste est à usage unique;
Deux zones "lumières",pompes séparées..
Espérant avoir été clair pour tout le monde
@+

30 août 2007
0

Je ne comprend pas le multiple
un exemple :une pompe absorbe 5 A normalement, si tu la protège avec un 10A ( en cas de court circuit pas de problème cela disjoncte)en cas de surcharge le disjoncteur ne la détectera pas et là tu grille la pompe.
Tout dépend dans ta réflexion initiale si tu as l'intention de protéger ta ligne (d'alimentation)prévue par exemple pour supporter 10A et là tu peux mettre un 10A ou si tu as l'intention de protéger le matériel au bout de la ligne et là tu met le bon calibre en fonction du matériel,deux façons de voir en somme et bien sur deux coûts différents.

30 août 2007
0

MON NEURONE...
...sans doute protégé par un "bi-polaire" a TOUT parfaitement compris.
Merci les spécialistes en électrac!

30 août 2007
0

Question subsidiaire
Les rails de montage pour l'appareillage modulaire de bâtiment sont en acier cadmié ou zingué, ce n'est pas "top" sur un bateau; en existe-il en inox ou en plastique, et où en trouver ?

30 août 2007
0

en plastique
oui
chez les vendeurs de matériel bâtiment

01 sept. 2007
0

Le multiple d' Aica...
......Peux se voir ainsi...
Restons sur le principe de la pompe,donc un bidule à moteur électrique.
Soit le moteur a cramé..et le disjonct coupe pour protéger le reste.
Soit le moteur peine, parce que,par exemple,un truc trop dur à avaler ou une obstruction....Dans ces cas de blocage,la consommation grimpe vachement.Un disjonct bien calibré la détectera et coupera...C'est le principe utilisé sur certains portails automatiques pour la sécurité et les fins de courses.
Philippe,il faudrait que ceusses qui ont essayé depuis des mois ns renseignent.Certes un boat peut etre humide, mais il y a plein d'endroit comme çà à terre...Et çà tiens..
Quant aux rails, j'ai vu plastoque mais c'était moulé ds le fond d'un coffret tout fait..
Au pire, les changer ne sera pas un pb.Cà peux se faire sans décabler....
@+

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le grain s'éloigne.

Après la pluie...

  • 4.5 (109)

Après la pluie, le grain s'éloigne.

mars 2021