Formation professionnel, Capt. 200, STCW95 et cie

La vie étant ce qu'elle est, l'âge de la retraite reculant sans cesse, nos plans de carrière n'étant pas aussi figés que ceux de nos ainés, pour envisager une "fin de carrière sur l'eau" 5/10 ans avant la retraite, puis la retraite), je me dis qu'une reconvertion professionnelle "sur le tard", en ayant préparé celle ci bien avant (formation, certification etc...) serait un joli moyen de passer ses journées sur l'eau, soit comme formateur voile, promeneur de touristes, ou les 2... ou autre chose de semblable.

ça, c'est l'idée de base, il va de soit qu'aujourd'hui, il me reste quelques milliers de miles à parcourir, bien des stages à avaler et le reste, mais bon, j'avance, c'est le principal.

La question est que pour exercer une activité professionnelle comme celle que je vien de citer, il est indispensable d'avoir soit le cap.200 voile ou le STCW95... si je ne me trompe pas.

De ces 2 formations, Française et Anglaise, laquelle est accessible à un salarié, employé à temps complet et ne bénéficiant pas de mesure de reclassement (heureusement...), je parle principalement en terme de durée, souplesse... Le cap.200 a l'air très lourd, demande des mois de disponibilité consécutifs, contrairement au STCW95 qui a l'air de pouvoir se passer plus rapidement... mais les portes ouvertes sont-elle les mêmes ? (obligé d'avoir le cap.200 pour exercer en France avec un voilier Français, par exemple).

Merci pour vos avis éclairés :whaou:

L'équipage
21 nov. 2012
21 nov. 2012
0

Bonsoir,
Je suis actuellement dans la même expectative que toi.
J'envisage une reconversion, car je commence sérieusement à en avoir plein les bottes de ce que je fais depuis près de 40 ans (même si c'est passionnant) , l'age de la retraite est reculé en permence, aussi je regarde pour passer le capitaine 200 dont des cours sont donnés à Sète, dans l'Hérault.
Pour ma part je pense à le faire passer en DIF (droit individuel à la formation) c'est à dire payé en partie par l'employeur.
Tu peux toujours te renseigner pour voir si tu y as droit.
Phil

21 nov. 2012
0

Merci pour ta réponse.

Le DIF, je pense que ce serait faisable mais c'est 20h/an de crédit, limité à 6 ans ce qui fait 120h de formation, le capitaine 200 c'est 520 heures. :lavache: Et un DIf pour un diplôme estranger, j'ai un doute...

22 nov. 2012
0

petite correction : c200voile, presque 900h. :litjournal:

21 nov. 2012
0

Pour des formations longues, allez plutôt voir coté Fongecif, accessible aussi bien pour des CDI que pour des CDD. Voir google dans un premier temps, puis le fongecif de votre région ensuite. S'y prendre à l'avance, car il faut parfois deux ou trois ans pour voir son dossier aboutir. La formation est payée, on conserve l'essentiel de son salaire, et sa place dans l'entreprise pour retour. Pas mal de valider ce type de projet d'abord par un bilan de compétence (dispositif très court), ca arrange aussi pour l'obtention d'un Fongecif.

21 nov. 2012
0

j'ai trouvé ceci : www.hisse-et-oh.com[...]0-voile

Pour avoir deja beneficié il y a quelques années d'une formation de reclassement, je crains que le Fongecif, qui est l'organisme chargé de financer le Congé Individuel de Formation (cout de formation + maintient du salaire du stagiaire de mémoire) refuse de financer une formation capitaine 200 voile sachant que par la suite, je retourne dans mon entreprise où je suis bien, tout celà pour pouvoir larguer les amarres quand "je le sens".

...mais c'est la bonne piste, à priori pour le cap200 , merci ;-)

21 nov. 2012
0

...je complète : A contrario, le Yachtmaster Offshore peut se passer en candidat libre et coute moins de 200 livres..

www.rya.org.uk[...]re.aspx

L'intérêt du candidat libre, c'est de pouvoir étaler la formation dans le temps (les 2500 miles doivent être réalisés dans les 10 années précédant la présentation à l'examen). :reflechi:

...ça ne serait pas plus compliqué que ça ?

22 nov. 2012
0

Hello,
Tu peux aller voir du côté de TML,au Havre...je crois qu'ils proposent des formations...
Je me suis posé les mêmes questions que toi...bonne chance! :litjournal:

22 nov. 2012
0

je crois qu il y a une erreur dans l énoncé.
Le stw95 fait partie de la formation capitaine 200. du moins le module premier secours il faut également le certificat vhf.

pas de travail juste avec un module STCW 95.

personnellement ma compagne et mois avons un stcw 95 complet plus un yachtmaster commercial endorsed.

nous avons présentez toutes les épreuves en candidat libre.
prés requis de souvenir plus 3600 miles avec un poste a responsabilité a bord plus 2 ou 3 passages a plus de 350 miles d'un habrit et avoir effectué au moins la moitié dans des régions ou il y a une marée.

bon forcement cela se passe en anglais mais a la sortie on a de suite travaillé sur des yacht sans aucun pb. nous n'avons jamais chercher du travail plus de 15j et nous sommes toujours en poste

cordialement

22 nov. 2012
0

Oui, je m'en suis aperçu par la suite, ce n'est pas STCW95 mais Yachtmaster offshore que j'aurai du écrire.

Pour la formation anglaise : Outre le mileage et le CRR qui sont prérequis, il faut completer avec le STCW95 pour prétendre à être professionnel ? Le commercial endorsed est-il requis dans les hypothèses que je citais ? (transport de personnes à but commercial et/ou vente de prestations de formation à la croisière habitable). En France, avec un yachtmaster Offshore, peut-on s'établir professionnel ? Un monitorat fédéral Français est-il obligatoire pour prétendre dispenser des cours de croisière ?

Pour la formation Française : A la lecture du site de TML (www.tmlvoile.com[...]le.html ) il apparait que s'ils préparent au monitorat voile, il reste toujours le capitaine 200 à préparer, exclusivement dispensé dans les lycée maritime, sur 6 à 8 mois.

...j'ai du mal y voir clair... :oups:

22 nov. 2012
0

Si une formation existe dans un lycée, dans le cadre d'un fongecif, tu peux negocier avec le Greta dont relève le lycée, une formation par incorporation dans la classe préparant le diplome. J'ai monté quand je travaillais ce genre de scenarion pour une formation au CQP Amsin (agent de maintenance des industries nautiques). Voir aussi l'INB, qui fait pas mal de chose.

22 nov. 2012
0

Comme je pense pas mal de monde ici je me suis aussi parfois poser la question.

ma vision est que le cap 200 sert plus pour les bateaux a pavillons français pour faire du charter, skipper, convoyage souvent des "petites unités"

STC Yatchmaster etc te permet de naviguer sous Red Flag donc toutes les grosses unités sympa mais anglais indispensable pour bosser et il ne faut pas avoir peur de passer des heures le chiffon a la main pour lustrer l'inox (je caricature un peu mais c'est une réalité).

Il y a aussi le BE voile qui permet de donner des cours de voile sur son bateau ou celui des autres pour aider a une prise en main par exemple.

22 nov. 2012
0

Il ne faut pas tout mélanger !

Le STCW95 est la base de formation internationale crée par l'OMI. Le brevet de C200, voile ou pas, fait partie de cette base, au même titre que le C500, C3000 etc, ou encore le brevet de mécanicien 750 kw et la suite.

De plus il existe des modules de formation : incendie, sécurité, communication (CRO, CSO, CRO), survie et j'en passe encore.

Avec un diplôme de C200 tu peux exercer en tant que professionnel. Il faudra 360 jours d'embarquement pour être ensuite breveté.
L'avantage de la formation C200 apporte un mixte avec 4 modules, pont, machine, capacitaire, pêche, et certains modules obligatoires (incendie, CRO, survie, sécurité civile, etc.).
C'est une très bonne formation, très complète, et effectivement il est préférable d'avoir un certain niveau de navigation pour y accéder, déjà à la sélection.
Le PPV ou BPPV n'est plus reconnu, il faut passer le C200 ou la plupart des modules. Seul le module 5, voile, est donné par équivalence...mais à ceux qui sont C200...

22 nov. 2012
0

bon, c'est décidément pas clair, désolé, je reformule :

Quelle certification est indispensable pour être skipper rémunéré ( transport de personnes, prestation de formation), sur un voilier de moins de 15m sachant que si l'anglais n'est pas un problème insurmontable, libérer 6, 8 mois l'est beaucoup plus (j'ai mon boulot, je m'y plait, une absence aussi longue ne serait pas sans conséquence).

Merci de votre patience ! :-D

22 nov. 2012
0

Le Fongecif peut se faire en temps partiel, cad sans coupure longue avec l'entreprise. Prends en compte le coût des formations, ca peut refroidir si tu n'as pas de prise en charge.

22 nov. 2012
0

Oui, dans cet hypothèse là, ça deviendrait difficilement jouable ! Merci !

22 nov. 2012
0

La réponse est claire : pour être skipper sur un voilier il faut le C200 voile.

22 nov. 2012
0

Je précise pour ceux que j'entends déjà hurler...
Pour être skipper rémunérer sur un voilier il faut le C200 voile...qui plus est breveté. Il est néanmoins possible d'exercer sans brevet sur un bateau dont le pavillon n'est pas français...

22 nov. 2012
0

Oui, logiquement, le navire doit être équipé pour répondre aux normes professionnelles, visite annuelle, déclaration aux affaire maritime pour obtenir le siret et être capitaine de navire et d'entreprise dans les règles...

...quid de l'équivalence entre les certifications ? www.legifrance.gouv.fr[...]exte.do

Quelqu'un s'est déjà lancé dans cette démarche ?!

22 nov. 2012
0

Je pense que le mieux serait Yachtmaster Offshore. J'ai fait une semaine pour l'instant avec Blue Sailing www.bluesailing-school.com[...]/
La durée de la formation depend te ton niveau.
Cet examen sanctionne des connaissances et non des heures d'apprentissage.
Tu peux les appeler ils te donneront toutes les infos.

22 nov. 2012
0

Les décrets de chaque pays sont basés sur un texte original et/ou de base international.
Dans le cas de la marine marchande, l'OMI instaure des bases, des principes qui font autorité. Ensuite chaque état membre faisant parti de la liste blanche de l'OMI interprète, sous formes de lois ou décrets, ces mêmes bases. Il en va ainsi.
Tous les marins professionnels doivent être en conformité avec les lois de leur pays, qui découlent donc des exigences de L'OMI. C'est le cas pour la France.
Le C200 est un diplôme reconnu dans le monde entier, puisqu'il répond aux normes STCW95, mais la France a décidé d'obliger les capitaines (skipper) à justifier 360 jours d'embarquement ENIM pour prétendre au brevet, ce qui n'est pas le cas de tous les autres états. Donc pour prétendre à l'ensemble des prérogatives du C200 sur un bateau sous pavillon français, il faut passer par là.

Je suis désolé, mais il s'agit de la vérité vrai, même si elle n'arrange pas tout le monde, j'en conviens, mais aucun armateur du commerce, de la pêche ou de la plaisance n'embauchera un marin qui n'a aucune formation, c'est tout simplement interdit.

Si tu veux te reconvertir et exercer dans la plaisance en tant que skipper, tu devras suivre une formation correspondante, il n'y a pas le choix ; il s'agit d'un métier, d'une profession à part entière, il est donc assez logique que tu doives avoir les connaissances pour, et c'est heureux comme cela.
Pour illustrer mon propos, j'ai le médical III, et cela ne fait pas de moi un infirmier ou un médecin, même si j'aime cela !

Le temps des skippers qui exercent en douce est révolu, les risques sont trop importants, après il y a toujours des fraudeurs...temps que tout se passe bien...

22 nov. 201222 nov. 2012
0

En faites la question de presspuree que beaucoup de monde se pause est comment se former sans sacrifier sont travail actuel.

Cours du soir, quelques jour de vacances par ci par là etc ...
Il ne semble pas possible au regard des formations que l'on trouve sur le net de se former autrement que en arrêtant de bosser pendant presque 2 ans pour le cap200 par exemple et sa sans parler de la validation de 1 ans

Personne ne remet en cause le faites que pour être professionnel il faut être formée et avoir des diplômes reconnues.

22 nov. 2012
0

Tu as parfaitement compris ! :-)

22 nov. 2012
0

tu as bien compris velivole que je n'ai pas l'intention de frauder ou de faire n'importe quoi non plus, un métier ça s'apprend, bien sûr, j'essaie juste de trouver une réponse pertinente aux questions que je me pose.

Je ne critique pas la formation C200 qui est comme pour beaucoup de métiers, longue et conçue pour former de vrais professionnels, mais une absence de mon entreprise de plusieurs mois n'est pas réellement envisageable sans craindre d'incidence sur ma carrière.

Maintenant, tu peux comprendre qu'à la vue de la souplesse du yachtmaster, je sois tenté de poser la question ;-)

Merci en tout cas de prendre le temps de me répondre !

22 nov. 2012
0

faites comme tout les gens hors france passez un yachtmaster et travaillez sous tout les autres pavillons.

je connais bien l administration francais j ai un master de sport un yachtmaster commercial endorsed plus de 1000j de contrats en tant que skipper. j ai fait une demande d’équivalence pour voir la réponse. ben a part le stcw 95 et le crr il faut repasser tout le reste... il est vrai que je suis capitaine sur des bateaux de plus de 65 pieds depuis des années je ne dois pas avoir les compétences pour convoyer un 30 pieds d'un point A a un point B. humour je ne comptais pas travailler sous pavillons français dans tout les cas mais cela donne une idée de la flexibilité française. alors que partout ailleur dans le monde il n y a aucun soucis..

22 nov. 2012
0

Mon but n'est pas de lancer une querelle YM/C200, et je trouve extra d'avoir au moins 2 interlocuteurs aussi compétents pour me répondre :pouce:

...si je résume, du coup, le YM pour faire du convoyage, ça le fait, mais le YM pour exploiter mon propre bateau sous-entends un pavillon Britanique, donc relevant de l'équivalent des affaires maritimes anglaises, et donc, très logiquement, la création de la société qui exploite le navire tout aussi anglaise.... J'ai bon ? :reflechi:

22 nov. 2012
0

Et donc ton pavillon est Français ? YM commercial, le YM offshore ne suffit pas ?

22 nov. 201222 nov. 2012
0

par contre, si au UK les règles pour la navigation de plaisance non commerciale sont pratiquement inexistentes ou très très limitées, il ne faut pas sousestimer la réglementation UK pour les navires à usage commercial (charter, croisière, etc), soit en terme de "code" (règles techniques de construction et d'équipement) soit d'équipage minimum nécessaire.

Par exemple, "coder" un bateau pour utilisation "sans limites" de la côte n'est vraiment pas facile du tout, je dirais la presque totalité des bateaux sortis de chantier même homologuées RCD '"A" ont besoin de pas mal de modifications: cloisons étanches, preuves de stabilité, flottaison minimale avec bateau partiellement rempli d'eau, etc etc. Comme equipement par exemple il faut deux radeaux, chacun pour la totalité de l'équipage, et ainsi de suite...
Pour être skipper d'un bateau comme cela il faut avoir le YM Ocean commercial, et le second de bord doit être un YM Offshore commercial.
Il y a bien sûr des catégories de navigation UK moins contraignantes, c'était pour dire de bien se renseigner avant :-)

22 nov. 2012
0

tu peux enregistrer le bateau à titre personnel, ou bien avec des personnes juridiques d'un Pays européen, France par exemple EURL, srl etc etc.

Le fait de choisir entre personne physique/morale dépend essentiellement du type d'activité: acheter un bateaux énorme pour charter avec des financements etc c'est sûr qu'il vaut mieux une société; faire du simple convoyage sur des pavillons UK il est peut-être suffisant une assurance professionnelle sans trop de structures juridiques derrière (comme une profession libérale par exemple), la prestation sera payée à Monsieur Presspuree.

Je connais personellement des gens qui travaillent en nom propre et d'autres qui ont une société, de droit anglais ou de droit étranger local, tous sont dans la légalité; c'est peut-être cela que tu voulais savoir?

22 nov. 2012
0

"...la création de la société qui exploite le navire tout aussi anglaise.... J'ai bon ?"

non, le bateau ne doit pas nécessairement appartenir à une société, ni qu'elle soit anglaise si c'est le cas. Un citoyen européen/propriétaire peut l'inscrire au registre Part1 indépendamment de sa résidence, puis il faut le "coder" (visite technique).
C'est ce que je suis en train de faire avec mon bateau (YM commercial aussi). Il est parfaitement légal d'exercer son métier comme cela.

22 nov. 2012
0

désolé je me suis mal exprimé.
Mon bateau est sous pavillon français, je suis en train de le passer sous pavillon UK, ensuite je vais le "coder".
J'ai le YM Offshore (je vais le passer en Ocean cet hiver, mais passer de YM offhore à ym ocean n'est pas très difficile), pour avoir le "commercial endorsement" il faut d'abord passer l'examen Yachtmaster offshore, puis:
1. visite médicale des gens de mer (ils acceptent un certificat français)
2. participation à un cours de survie personnelle
3. petit cours RYA online sur les responsabilités legales (introduit cette année)

On envoie tout au RYA, ils rajoutent sur le certificat YM "vaut habilitation à l'utilisation commerciale des bateaux uk"

Sur le site rya.org.uk c'est assez bien expliqué.

22 nov. 201222 nov. 2012
0

Oui, j'avais trouvé le site rya bien expliqué et assez "décontracté" dans le genre.

donc si je résume, avec le YM commercial, je peux soit convoyer, soit proposer balades en mer tarifées sur un navire UK codé pour la zone de nav... ...mais dans la mesure où c'est une prestation commerciale, quelle est la forme et la nationalité de la société qui l'exploite ? (désolé, j'ai tendance à être lourd..) :oups:

22 nov. 2012
0

Oui, tout à fait ! Parce que se lancer sur un YM pour au final ne pas pouvoir l'exploiter sans changer de côté de Manche (j'ai pas dit retourner sa veste !), c'est nettement plus contraignant. Ta réponse me va bien :bravo:

22 nov. 2012
0

Sauf erreur de ma part, il n'est pas possible non plus d'obtenir une équivalence Yachtmaster Offshore chez nos amis britanniques.
A chaque pays ses petites normes et autres spécificités...

22 nov. 2012
0

Bonjour,
et je rajouterai que le YM, C200... ne permettent pas d'enseigner/former contre rémunération. Il faut un diplome d'état style BEES voile habitable.

STéphane

22 nov. 201222 nov. 2012
0

ha oui, merci de la précision, le monitorat fédéral semble plus simple à obtenir (j'ai pas dit plus facile, mais administrativement et cursus de formation plus facile à concilier avec une vie professionnelle)

22 nov. 2012
0

salutatous

quelques petites précisions sur les termes :
- capitaine 200 UMS : c'est le premier diplôme de la marine marchande pour commander un navire à moteur d'une capacité maxi de 200 UMS (norme internationale qui a remplacé les tonneaux)
- pour être capitaine d'un voilier, il faut avoir obtenu le capitaine 200 UMS puis réussir le module 5 (qui est le module voile) : tu es alors capitaine d'un voilier de 80 pieds maxi qui ne s'éloigne pas à plus de 60 M des côtes
- l'appelation STCW95 ne désigne pas un diplôme mais le fait que la formation suivi est reconnue internationalement
- autre exemple : pour être capitaine de^pêche, il faut avoir le caiptaine 200 et le module pêche

une fois tous ces beaux diplômes obtenus, on n'est que "diplômé" donc on n'a pas le droit de commander; il faut être enrôler ENIM pendant 365 jours pour être alors breveté et pouvoir prendre un commandement (moteur ou voile ou pêche ...); on peut aussi avoir fait ses 365 jours en totalité ou partiellement avant comme matelot et ça compte bien sûr

voilà une précision qui me semblait utile

cordialités maritimes
larent le hareng

22 nov. 2012
0

presspurée,

  • le monitorat fédéral te permet d'enseigner la voile mais pas d'être rémunéré (sauf 200h par an)
  • le BE voile est le seul diplôme qui te permet de faire de l'enseignement de la voile un métier,
  • l'autre filière (donc marine marchande capitaine 200 etc etc ...) c'est quand tu veux vendre des "prestations" en mer (convoyage, transport de passagers, transports de cocaïne, etc etc ...)

cordialités maritimes
larent le hareng

24 nov. 2012
0

Oui et les 200H/an doivent être sous la responsabilité d'un BEES1 pour être rémunéré . Si je ne m'abuse.

22 nov. 201222 nov. 2012
0

Pas facile de naviguer dans tout ça !!!

N'oublions pas que le Yacht Master n'est reconnu que dans les eaux UK...et sous pavillon UK... et en aucun cas par l'OMI.

J'ai compris que presspuree ne voulait pas faire du piratage, mais la formation C200 est de 5 mois ou 7 mois pour le C200 voile, et pas possible en candidat libre....l'autre possibilité est d'être armateur, là pas d'obligation de diplôme, mais tu dois avoir un marin à bord, et bien entendu embarqué ENIM.

Je te conseille de te renseigner auprès des aff mar pour les textes de loi...et de lire les posts sur les forums pour les idées "pratiques"...

22 nov. 2012
0

"N'oublions pas que le Yacht Master n'est reconnu que dans les eaux UK...et sous pavillon UK... et en aucun cas par l'OMI."

Ils est reconnu pour pavillons UK, mais il est valable partout.
Aucun problème pour être skipper commercial d'un bateau pavillon UK en France, par exemple.

cdlt

23 nov. 2012
0

pas du tout un yachmaster est reconnu partout dans le monde meme en eau francaise .
il est reconnu sous tout les pavillons hors pavillon francais pour faire plus simple.

donc nimporte quel bateau dans le monde hors pavillon francais peut avoir un capitaine a son bord diplomer yachtmaster meme dans les eaux francaise et faire du charter ou quoi que ce soit d autre.

il suffit d aller a cannes ou nice l'ete que des pavillons etranger que des capitaine yachmaster

22 nov. 2012
0

une précision, emporté par mon élan, le BE n'existe plus, on parle de BEES, mais c'est l'équivalent au BE

24 nov. 2012
0

De toute façon on passe progressivement au BPJEPS DEJEPS et DESJEPS dans toute les disciplines sportives. But harmoniser au niveau Européen les niveau de diplôme..

22 nov. 2012
0

Laurent le hareng, les aff mar t'offre 5 jours de validations !!!
Super non ? Il faut 360 jours et non 365 !
A savoir que selon les quartiers, il y a souvent une dérogation à partir de six mois...

22 nov. 2012
0

3,5 mois pour le capitaine 200 et 2,5 pour le module voile plus précisément
tu peux tout passer en candidat libre

22 nov. 2012
0

en voulant à tout prix être skipper d'un bateau français sans avoir les 365jours de validation, on peut aussi:

  1. Obtenir certificat YM, avec validation commerciale
  2. obtenir certificat YM shorebased (essentiellement un examen théorique)
  3. obtenir le CRO ou CGO
  4. module médical
  5. examen oral avec la MCA (assez pointu)

avec tout cela (il manque peut-être quelque chose mais le gros est là), la MCA (donc pas la RYA) délivre un certificat de Master of Yacht 200, qui est certificat OMI et qui donne titre à demander une reconnaissance par des autorités étrangères (entre autre France).

En pratique, le contenu des cinq points est très très similaire au Cap200 français, la période de pratique en mer est justifiée per le certificat YM offshore/ocean donc on a un titre de "commandement" immédiatement valable sans devoir justifier un embarquement remunéré de X jours.

23 nov. 2012
0

Pour préciser encore :
Pour valider le c200, il faut 365 jours de navigation effective sous enim (ou autre sur présentation de justifs ) et donc pas seulement 365 jours sous contrat enim . (Les congés ne comptent pas comme de la navigation, eh non !
Du coup, ça prend souvent deux ans plutôt qu' une année.

23 nov. 2012
0

...1 an d'embarquement ENIM, c'est une croix définitive sur la formation en CIF ça ! :lavache:

23 nov. 2012
0

salutatous
pourquoi dis tu ça presspurée ? si tu es embarqué un an, c'est comme matelot et tu es payé comme matelot, ça veut dire qu'à ce moment là, tu auras changé de profession
pourquoi parles tu de CIF ?
cordialités maritimes
larent le hareng

23 nov. 201223 nov. 2012
0

Comme je l'ai expliqué au début, mon but serait de préparer un changement professionnel en fin de carrière, une étape intermédiaire entre ma profession et une retraite que je souhaite passer sur un bateau, plus ou moins en voyage, tant que la santé me le permet.

Cette étape de "avant-pré-retraite" pourrait être de faire du charter ou de la formation... Enfin, d'être déjà dans le bain, voire même déjà en voyage, sans pour autant tout plaquer brutalement (droit à la retraite...).

La retraite pour moi c'est dans ....25 ans ?!

Je ne peux donc pas demander 2 an d'absence à mon employeur (formation + embarquement) sans que ça impacte sur mon métier (...imaginez un informaticien qui quitte son poste 2 ans, il part à l'époque du minitel, il revient avec 18Mo de SDSL, plus toutes les compétences sur l'entreprise obsolète... autant dire complètement largué !).

La question logique serait "pourquoi ne pas se lancer maintenant", la réponse serait que j'ai pas mal ramé pour avoir un boulot sympa, je m'y projetterai bien jusqu'à la retraite, mais la vie étant ce qu'elle est, il me semble intéressant de pouvoir décider de mettre les bout si j'en ai envie avant la retraite... bien avant.... mais pas maintenant ;-)

23 nov. 2012
0

Bonjour à tous un petit détail non négligeable pour ta future retraite:
Un C200 brevet Français te permet d'être inscrit à l'ENIM (Établissement National des Invalides de la Marine) cet organisme regroupe ta sécurité sociale et tes cotisations retraite, le tout calculé par rapport à ta catégorie d'embarquement.
Un YM ne te permet pas d'y prétendre, ce sera du freelance avec tout les avantages et les inconvénients que l'on peut imaginer.
Tu ne trouveras que peu d'embarquement sur le littoral français avec un YM, donc savoir si tu es prêt et si tu peux partir plusieurs mois à l’étranger.
Je pense qu'il faut d'abord se poser ces questions avant de choisir ta formation.
Un licenciement conventionnel te permettra de suivre une formation C200 prise en charge par un Conseil Général et Pôle Emploi pourra t'aider financièrement durant celle-ci.
Bon courage, au plaisir
Julien

23 nov. 201223 nov. 2012
0

...mais je veux garder mon boulot ! :heu:

En freelance, comme tu dis ou eun EURL, SARL, EI, il y a des caisses de retraite, et complémentaires ;-)

23 nov. 2012
0

...mais, je ne me fais pas d'illusion TDM, j'accepte la réalité et mes 42 ans en fait partie ! Le C200 ne semble pas du tout accessible au reclassement professionnel, comme par exemple, militaire à partir d'un certain âge.

Bon, je ne m'émeus pas plus que ça, je ne suis même pas surpris, finalement...

23 nov. 2012
0

excat je croyais passé les 50

23 nov. 2012
0

vu votre age , ça sera bien plus dur a trouver un embarquement que de passer le cap 200 , désolé mais c est la réalité

23 nov. 2012
0

ben pas d'accord avec TDM :non:
pas mal de potes de formation quadra ont trouvé un embarquement après leur C200.
mais je pense que TDM te pensait plus agé ...

23 nov. 201223 nov. 2012
0

41, mais plus que pour quelques jours :langue2:

23 nov. 2012
0

retraite ? quelle retraite... surtout dans 25 ans... deja que la caisse des cadres se pose la question pour 2017....

23 nov. 2012
0

...je suis cadre ! enfin, un petit hein, sans personnel à encadrer, cadrillon, on dira.. ou cadrillou, en fonction de la région ! :heu:

24 nov. 2012
0

ben si ton boulot te plaît et que tu veux pas le quitter je vois plus bien où tu veux en venir ...
tu te poseras la question de la formation quand tu auras envie de changer et voilà tout.
D'ici là les brevets et formations auront surement changé et tes envies peut être aussi.
En attendant , profites bien de la plaisance ;-)

24 nov. 2012
0

stcw95 c'est du passé,c'est stcw98 qui compte et pas tout de le passer,vous avez 5 ans pour le valider sinon faut repasser des modules je pense

24 nov. 2012
0

STCW 98 ca va devenir du passé, est sorti le STCW 2010, Manilla amendments, certains diplomes ne sont valides qu'avec le nouveau STCW, il y a bien sur une periode de transition.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (96)

mars 2021