Formation Navigation - Course au Large

Salut à tous !

Ingénieur dans la vie courante , cela fait maintenant quelques temps que je réfléchi à comment mener à bien ce projet perso… et le moment venu de me lancer ! Je souhaiterai avoir votre avis sur la question :

Je souhaiterai me former de manière sérieuse à la navigation -> mon projet à moyen terme :

  • Etre en mesure d’intervenir en tant que skipper qualifié sur des longues navigations (au départ avec des skippers expérimentés puis moi-même en tant que skipper…) ;

  • Intervenir en tant que saisonnier (j’habites Marseille) plutôt sur des formats courses/régates… ;

  • Acquérir suffisamment de maitrise pratique et théorique pour naviguer en solitaire et participer à des régates (type transatlantique… objectif ambitieux mais il faut bien une carotte pour avancer !!) ;

Je précise qu’il ne s’agit en aucun cas d’une reconversion professionnelle totale, mais plutôt d’un emploi saisonnier voir d’une** passion sérieuse **pour laquelle je suis prêt à y consacrer du temps et des moyens ; je ne compte pas vivre de cette passion !

J’ai la possibilité pour me former de planifier des périodes de congés en continue soit, d’obtenir 1 année sabbatique avec perte de rémunération.

Mon profil actuel :

  • Stage aux Glénans (Niv 1/2) ;
  • Traversées Bourse aux équipiers (Type Marseille -> Grèce ; Nav Canaux Patagonies…) ; Avec ce type d’expérience, mon ressenti personnel est que cela reste trop « superficiel » sur l’approche, difficile de développer une réelle maitrise et la confiance nécessaire pour passer au stade « je suis capable de prendre en main un voilier pour une Nav, même courte type à la journée avec météo non capricieuse» ; Pas à la hauteur des envies et finalement assez frustrant ;

En lien avec le projet décrit ci-dessus, je souhaitais connaitre votre avis sur les certifications « conventionnelles » :

Concernant le Capitaine 200 :

  • Serait-il utile d’envisager de suivre cette certification (planifier le passage de ces 5 modules en continue) ? Est-ce une certification nécessaire pour mener mon projet ou finalement, si je ne souhaite pas faire du convoyage/charter en tant que skipper ce n’est pas indispensable ?
  • Par exemple, les skippers sur la route du rhum ont-ils obligatoirement cette certification ?

Pour être clair -> s’agit-il d’un « passeport » obligatoire pour les professionnels du milieu ou une réelle montée en compétence vers l’autonomie est possible en passant par cette formation ?

BJEPS Voile Croisière :

  • Seulement utile pour intervenir en tant que formateur ?
  • Probablement intéressant pour intervenir en tant que bénévole aux côtés de skippers expérimentés ?

Stages Glénan / Macif :

  • Gadget ou réellement sérieux ? Si volonté d’aller au bout des choses, le capitaine 200 n’est-il pas préférable ?

J’écourte volontairement l’énumération au risque de rendre ce pavé plus indigeste qu’il ne l’est déjà : )

Bien sûr, la question reste ouverte… n’hésitez pas à partager votre expérience…

Merci par avance pour vos retours et bonne journée à vous.
Cdlt,

Clément

L'équipage
21 juil. 2020
21 juil. 2020
0

Les skippers sur la route du rhum n'ont pas spécialement de diplômes.

Ce sujet a été traité de nombreuses fois de manière exhaustive.

21 juil. 2020
0

Bonjour,

Merci pour la rapidité de ce retour et ce premier élément de réponse

-> j'ai fais une plusieurs recherches par topic avant de poster cette demande, malheureusement sans succès ; Mais peut-être suis-je passé à côté de la pépite ?

-> Pourrais-tu me rediriger ?
-> A défaut, partager ton expérience ?

21 juil. 202021 juil. 2020
2

Un fil parmi de nombreux autres
www.hisse-et-oh.com[...]e-200-2

Le mieux est de passer par google pour effectuer des recherches.

En 2020, de nombreux concurrents de course au large ont peu d'expérience et certains n'ont pas le niveau.

En habitant Marseille, il est simple de trouver des embarquements en régate. Garder à l'esprit que le problème des propriétaires est de trouver des équipiers REGULIERS.

Quand à devenir un skipper qualifié sur des longues navigations. La réponse est naviguer, naviguer et encore naviguer. De préférence ailleurs que sur la grande mare.

karibario.blogspot.com[...]ai.html

21 juil. 2020
0

Merci pour ces premiers éléments de réponse ;

Malgré le fait d'habiter Marseille, je n'ai malheureusement pas trouvé à ce jour un équipage régulier pour évoluer en régates…. j'y travailles : )

Si je comprends bien , tu n'encourage pas forcément à suivre :

  • des formations type Glénan/MACIF…
  • obtenir certification type BPJEPS/Captain…
21 juil. 2020
3

Bonjour

J’ai un peu le même profil que toi.

Des renseignements que j’ai eu le meilleur parcours pour apprendre la croisière c’estle RYA...

De mon expérience à moi
Je dirai qu’il faut naviguer naviguer naviguer sur plusieurs supports différents

Moi je navigue beaucoup sur dart16 dans un club. Ça permet de faire du solo encadré ou d’être le chef du binôme et ça m’a bien plus appris que les stages à l’ucpa

Sinon je fais de la croisière côtière avec un ami et c’est très formateur aussi

Chef de bord personne te l’apprendra. Ce n’est pas l’école et à un moment on se sent apte ou pas (il n’y a pas d’absolu d’ailleurs il faut être humble face aux conditions) et à chaque sortie on apprend

Cela ne veut pas dire que l’ucpa c’est pas bien mais je ne crois pas qu’une suite de compétences cochées fasse un capitaine

21 juil. 2020
0

J’ajoute qu’à Marseille il y’a plein de clubs
J’ai navigue avec la snim c’était bien chouette et le bassin est superbe
Mais il y a d’autres écoles de croisière régate et un gros club de cata à pointe rouge

Naviguer à Marseille c’est quand même possible

21 juil. 2020
1

Le bpjeps n'a (le cpt 200 ?) d'interet que si de l'argent intervient.
Les glenan n'ont pas bonne presse ici, il semblerait que la macif ait plus la cote.

Etre proche d'un centre d'entrainement 6.50, trouver un Pogo 2, le refitter, naviguer, naviguer, naviguer ?

21 juil. 2020
1

Stages Glénan / Macif :
Gadget ou réellement sérieux ? Si volonté d’aller au bout des choses, le capitaine 200 n’est-il pas

préférable ?_
La réponse est comme la roue de la fortune, selon le formateur et l'équipage..
Mais après une bonne vingtaine de stages aux Glénans, École de voile Dieppe, Macif, FVL et des stages aussi au RYA, je constate avec le recul que les stages en France sont utiles pour les débutants mais perdent beaucoup de leur intérêt dès que l'on commence à devenir Chef de Bord. La filière la plus sérieuse et fiable est celle du RYA ou, comparativement avec les BPJEPS que j'ai pratiqué, la compétence des instructeurs RYA est quasi assurée car on est plus dans le même monde.
Bien sur malgré tout, on continue toujours à apprendre car cela ne s’arrête jamais, mais il faut bien reconnaître que l'enseignement devient de moins en moins efficace. Il m'a fallu attendre plus de 20 stages pour qu'un "moniteur" me sorte une explication logique et cohérente sur la bonne utilisation de la navigation rase cailloux par alignements de sécurité et celle côtière par alignements et relèvements pour positionnement.

De plus, les progrès venants, on commence aussi à constater les "manques" ou "faiblesses" des formateurs, sauf au RYA ou tu es toujours bluffé du scope de connaissance.
Enfin bref, amha et d'après mon expérience, passé le 3 voiles il vaut mieux naviguer autrement que par des stages pour continuer à progresser.

La participation régulière aux régates semblent être une bonne voie si on a la chance de pouvoir y trouver une place, ou en co-navigation si on a les bons contacts avec des plaisanciers skipper confirmés.
L'étape absolument nécessaire sera de se lancer sur un petit voilier avec un équipier confirmé et de se former en autodidacte, c'est ainsi que "Little Bigorneau" a fini en Polynésie sur Baluchon.

21 juil. 2020
0

Merci pour cette mine d'information !

Ce que j'en retiens :

-> Même si la formation théorique a ses limites (notamment à partir d'une maitrise type "chef de bord" ) le cursus RYA semble à privilégier.

-> Le mieux reste par le suite de pratiquer sur son propre support ( exemple Pogo2 ou équivalent..) ;
@BMayer : pourquoi avoir spécifiquement mentionné le Pogo2 ? Lorsque tu précises centre d'entrainement 6.50, tu parles d'un club de voile ayant à dispo des supports de voile type "classe mini" ?

-> @Tiktak : Je n'avais bêtement jamais sérieusement considéré la navigation sur cata légé ( type dart ou hobbie cat ) comme moyen de progresser en navigation type course au large… pour progresser techniquement est-ce même plus exigeant qu'une support type Pogo ?

Je vous remercie pour vos retours !
Bonne journée.

Clément

21 juil. 2020
0

Un bateau c’est un bateau

Le réglage des voile et le même et seul sur un cata ou un laser tu seras seul maître à bord... et en voile légère cela arrive bien plus vite qu’en école de croisière

Après la course au large et la croisière sont des choses différentes qui nécessite des connaissances différentes

Apprendre la course au large je ne sais pas mais en voile légère tu apprendras à regater

Et une marque de parcours c’est une marque de parcours...

Je pense que c’est plus accessible de faire le cursus FFV école de sport que d’intégrer un pôle course au large... c’est au moins un début

21 juil. 2020
0

Pour trouver un embarquement en régate ça ne devrait pas être difficile, il faut aller dans les clubs et aborder les propriétaires des bateaux qui courent. La majorité sont en recherche d'équipiers.
Après comme dit plus haut il faut naviguer un max et apprendre tout ce que tu peux.
Pour aborder la course au large en tant que skipper les filières d'entrainement ne s'ouvrent qu'à des coureurs ayant engrangé des résultats.
Il faudra casser ta tirelire pour acheter le support qui va te faire monter sur les podiums...ou pas.
Personne ne confie de bateau de course à un skipper qui n'a pas un gros palmarès.
Les Glénans et autres c'est du commerce et les diplômes divers s'ils sont complémentaires à la formation ne te serviront pas si ton objectif est la course au large.
Et côté financier ce n'est un métier que pour quelques coureurs reconnus et les prix pour les autres qui gagnent ce sont des coupes ou des breloques.
En 2 mots c'est une passion qui coûte cher mais qui rapporte beaucoup de plaisir.
Bonne chance.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie en Patagonie

Après la pluie...

  • 4.5 (159)

Après la pluie en Patagonie

mars 2021