Fonctionnement Waterlock

Bonjour, je viens juste de changer mon Nanni et je voudrais connaitre le fonctionnement des waterlock. Est ce juste un réservoir pour récupérer l'eau qui n'a pas été évacuée ou y a t-il un système anti retour?

L'équipage
24 mar. 2010
25 mar. 2010
0

tu prends un verre avec de l'eau
tu mets une paille dedans et tu souffles dans la paille

tu viens de mettre en évidence le passage des gaz d'échappement dans le waterlock

mais comme on ajoute de l'eau en permanence et qu'elle ne peut pas déborder, l'excédent repart dans l'échappement vers la sortie

il n'y a pas d'anti retour, c'est juste un jeu de chicanes

le waterlock a 2 fonctions: détente de l'échappement et refroidissement

amicalement

25 mar. 2010
0

Regardes ici....
sur ce lien il y a un schéma et une explication qui permettent de tout comprendre...

viewer.zmags.com[...]95185ae

Tu peux cliquer sur une partie pour zoomer...cela permet de bien détailler et de lire plus confortablement !

@+

26 mar. 2010
0

Résister aux variations de temp. et empècher le retour d'eau au moteur
bonjour

La fonction anti-retour: à l'arrêt du moteur, l'eau déjà injectée dans l'échappement cherche à descendre au point le plus bas: le waterlock sert de réservoir dans cette phase pour que l'eau y reste sans remonter au moteur. D'où l'importance du volume du waterlock en fonction des sections et longueurs des canalisations.
Pour que ça fonctionne, il ne faut pas d'entrée supplémentaire à l'arrêt: importance du casse syphon, col de cygne etc

il doit résister à basse température (gel) et peu dans les cas extrêmes être soumis à 650 °C (qui va le détruire).
Aux basses températures il ne doit pas se casser ou se fendre.
Aux hautes températures, il ne doit pas brûler ni se percer: il va se ratatiner et fermer l'arriver des gaz donc étouffer tranquillement le moteur, sans couler le bateau, d'où l'importance du choix du matériaux fait par le constructeur.

Bonne journée

Jean

26 mar. 2010
0

je vois
pas ce qu'il y a hors chartes dans le message de Nora, une petite explication même en mp serait la bienvenue

26 mar. 2010
0

"Aux hautes températures
il ne doit pas brûler ni se percer: il va se ratatiner et fermer l'arriver des gaz donc étouffer tranquillement le moteur, sans couler le bateau, d'où l'importance du choix du matériaux fait par le constructeur. "

tu crois vraiment ce que tu écris??

si oui, c'est inquiétant.........

si le waterlock se "ratatinait", c'est qu'il serait devenu tout mou....et s'il devenait tout mou, la pression d'échappement s'opposerait au "ratatinage fermeur et étouffeur d'échappement"(tranquillement, bien sur).......... d'autant plus que cela voudrait dire que l'eau contenue au fond passerait en phase vapeur en bouillant et créerait une surpression qui ferait bien un passage vers l'extérieur quelque part

en fait, il deviendrait bien tout mou et prendrait une forme aléatoire en gonflant plus qu'en se rétractant, ce qui laisserait passer l'échappement suffisamment pour que le moteur ne s'étouffe pas tout seul ( sauf cas très hasardeux)

en outre il y a fort à parier que le tuyau se déboiterait bien avant que le waterlock soit une masse informe, le serrage du collier sur un tube tout mou n'étant plus assuré et la pression augmentant.

j'ai réellement vu et changé un waterlock Vetus ayant subi un fonctionnement sans eau de manière trop longue et ayant été détruit par cette opération

en fait il a fondu en entrée, un trou s'est fait par déformation de la pipe d'entrée et l'échappement s'est échappé dans la cale par ce trou sans que le moteur ne soit étouffé, tranquillement ou brutalement

je pense qu'il est inutile que je t'explique les histoires de température de transition vitreuse de température de fusion du plastic (probablement PE) utilisé pour la fabrication de ces waterlocks, données qui expliquent le choix du matériau

26 mar. 2010
0

question à JP
je devrais monter prochainement un 4236 dans mon voilier, quel type de waterlock me conseilles-tu?
Merci et bonne journée
Christophe

26 mar. 2010
0

waterlock "standard" ?

peut-être, peut-être pas: sans avoir une idée plus précise de l'ensemble du circuit d'échappement, il est quasi impossible de répondre avec autant de précision.
Pour le diamètre: il suffit de mesurer le diamètre d'enmanchement de la durite d'échappement sur le coude. Entre le premier 4236 sorti et le dernier, il y a eut tellement de modifications qu'il est risqué de donner une valeur demémoire.

Les pots mis en vente par Vétus par ex., permettent de répondre à tout un tas de contraintes de positionnement, en plus d'avoir des volumes plus ou moins important. Là aussi il est préférable de calculer.

Bonne soirée

Jean

27 mar. 2010
0

Mieux vaut ne pas improviser
Pour Jean, tu trouveras de l'époxy à charge métallique et résistant haute température. Les autos ont les mêmes soucis.

Pour les waterlocks, essayez de trouver les recommandations de montages du constructeur moteur.
La longueur et l'agencement de la tubulure d'échappement, la capacité du pot sont primordiaux. Déjà vu une légère remontée de la durite entre l'échappement et le pot un peu trop haut car modèle différent : mort du moteur par retour de flotte, due à une trop forte section du collecteur donc peu d'effet sur l'évacuation de la flotte et légère montée (idem si fort tangage et faible régime). Pensez qu'à chaque coupure du moteur, la pression des gaz chute et que de la flotte demande à trouver un chemin. Autant que ce soit celui du pot.
N'allez donc pas récupérer l'ancienne durite "Duchmol" qui fera bien l'affaire parce qu'elle est plus costaud ou plus longue que ce qui me faut.
Volume et pression sont dimensionnant.
Pour le calcul de la flotte dans une durite d'échappement, on peut prendre en première approximation 1/3 du volume de la colonne interne (mélange gaz/flotte). La hauteur de colonne entre l'échappement et le col de cygne donne alors une idée de la capacité mini du pot.

27 mar. 2010
0

très bonne raison??? à voir
l'inox n'est pas sans inconvénients:
plus bruyant
fragile aux soudures
lâche complétement et sans prévenir

Aloha avaient superbes 2 pots en inox au départ

un jour, grosse odeur et bruit changeant,
coupure immédiate du moteur et inspection

un des deux pots était complètement décalotté et l'échappement se faisait dans la cale

depuis j'ai 2 waterlocks Vétus en plastoc

"refaire une beauté " n'est pas non plus forcément une excellente idée, car c'est cacher le pipi du chat et ne jamais savoir comment ça évolue, avec le risque qu'un morceau à l'intérieur se détache et bouche, pour le coup, l'échappement

la probabilité est faible mais pas nulle et la probabilité que ça se passe en situation critique pour le bateau n'est pas nulle non plus

pour ta question sur l'inox et l'alu, je ne comprend pas bien ce que tu veux dire

amicalement

26 mar. 2010
0

la fin de vie d'un pot mélangeur

Complément d'informatrion sur du vécu:
Le pot n'étant plus refroidit monte en température et se déforme (au dessus de 100°C ? je ne suis pas prix nobel en plastique)

Il devient tout mou (facile à comprendre)

Les gaz d'échappement sortent mais ne vont plus sortir par l'arrière vu les fuites. Ces gaz sont donc aspirés à chaque admission du moteur. La combustion devient très mauvaise dedans ce moteur ce qui fait de la fumée épaisse sous le capot vu qu'il n'y a plus d'échappement par l'arrière. le filtre à air se colmate vite.
le moteur perd sa puissance etc . Il faudrait être sourd et ne pas surveiller son bateau pour ne pas s'en rendre compte etc
Quand on ouvre le capot tout est noir partout (si si) mais le bateau n'a pas coulé qu'il n'y avait plus d'arrivée d'eau ce qui a "brulé" le pot.
ça arrive de temps en temps. d'où l'intéret de mettre une sonde de température sur la sortie d'échappement.
Vétus annonce (à vérifier) qu'il n'y a pas de souci en dessous de 70°C.

Les pots qui sont vendu par ces grandes sont conformes aux normes ISO. Je viens de parcourir la liste des divers tests , je peux vous dire que ce n'est pas fait au pif par le premier mouleur de canards en plastoc du coin.

Bonne journée

il est temps en mettre les bateaux à l'eau !!

Jean

26 mar. 2010
0

le standard en 75 mm ( de mémoire)
si la ligne d'échappement est longue ( voir la longueur conseillée sur le catalogue vétus) passer au grand volume

pour le reste je constate un grand progrès car l'étouffement tranquille du moteur a disparu et les conditions ont bien changé en peu de temps

amicalement

06 nov. 2021
0

Vécu aussi une fois mou il brule avec les gaz accumulés ce rajoute les flammes et l'appel d'air quand tu ouvres la trappe bien plus. juste du au désamorçage aspi eau de mer.

26 mar. 2010
0

une tres bonen raison à moi que j'ai de conserver le pot en inox
d'origine et de colmater les trous avec de l'araldite haute temperature

au fait JP quelle température doit atteindre en usage normal le pot en inox ou alu - faudrait que je regarde mais ça ressemble à de l'inox -
j'aimerai lui refaire une beauté avec une couche de mastic epoxy + roving fin

mais l'epoxy fond à 80 degres sinon je garde l'araldite HT c'est en petit tube et cher ...

27 mar. 2010
0

Ne pas bricoler les échappements

Merci à Piep pour la bonne description.

Les résines utilisées sont normalement "autoextinguibles" aussi il ne faut pas conseiller d'utiliser un mastic x ou y sans en connaître les caractéristiques.

Les pots en inox, sont utilisés mais on l'inconvénient de s'oxyder rapidement et de se percer au niveau des soudures qui sont difficiles à traiter de l'intérieur du pot. Les pots en résines sont nettement plus durables.

Bonne journée

Jean

27 mar. 2010
1

percé
bonjour j'ai eu la triste expérience de voir le waterlock de chez Vétus avoir un beau trou de quelques centimètres de diamètre juste à l'arrivée des gaz d'échappement. Il n'y avait plus d'eau de refroidissement. Donc la matière plastique n'a pas résisté très longtemps....
J'ai pu revenir au port une fois que j'ai rétabli le circuit d'eau mais une bonne partie des gaz arrivait dans la cale moteur avec bien sur un peu d'eau aussi.
Le principal c'est d'avoir pu rentrer.

08 mai 201108 mai 2011
0

Bonjour à tous,
je profite de ce vieux fil sur les waterlocks
En effet, j'ai un problème avec le mien:

Il est très mal placé dans le bateau et, du coup, fuit parfois au niveau du coude orientable (coté entrée). C'est difficile à expliquer en fait...ça "force" au niveau de l'angle entre sortie "cale-moteur" et waterlock. ET pas de place pour modifier. J'ai à peu près essayé toutes les positions, mais rien à faire.... DE plus, l'endroit est évidemment difficile d’accès... Le waterlock est incliné, de surcroît!

Je suis en route pour Naxos, après avoir vidé la cale de 5 seaux d'eau de mer ( quand même!) là. J'espère y trouver demain un waterlock sans coude orientable et me démerder, mais:

si je ne trouve pas,
Puis-je sans inconvénient rallonger la ligne d'échappement ( le tuyau ) de façon à pouvoir mieux le placer? La rallonge sera compliquée car, il me faudra ployer la rallonge à plusieurs reprises à 90°... Punaise, j'ai du mal à expliquer, j'espère que c'est clair ( mais je ne crois pas)

Autre question : que se passe-t-il si je n'ai pas de waterlock? , sachant que le tuyau d'échappement descend en sortie de moteur (donc à l'arrêt, je pense que l'eau ne peut guère remonter dans le moteur, et que j'ai un col de cygne d'environ un mètre de haut ensuite ( le waterlock se situant entre les deux, évidemment!)

Thierry, sur Troll

PS: Bon courage pour me répondre avec des explications aussi nazes ( mais merci par avance quand même!)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (36)

novembre 2021