Florence Arthaud, les HEOnautes et moi et moi et moi...

Ce titre m’honore mais n’est pas un signe de prétention et ce qui va suivre exprimera
sincérité, humilité et honte rétrospective.

Le fil sur l’accident de F.A. m’a stupéfié !
Je navigue depuis 50 ans, depuis l’âge de 22 ans, j’ai voilé plus de 100000 milles et je me sens irresponsable, criminel envers les miens et les sauveteurs éventuels.

Les premières années sur dériveurs m’ont vu m’équiper de gilet et en location, c’était obligatoire. Ensuite, j’ai possédé des bateaux de 7, 8, 9, 10 mètres.

Sur mon Super Mistral, je mettais un gilet rarement, que ce soit en Atlantique, embouchure Gironde ou passes d’Arcachon, ou en Méditerranée. Il me souvient que lors d’un Arcachon – St Jean de Luz Socoa, j’avais dit à ma compagne pour la rassurer : « si malgré cette bonne météo (années 60 ) on ne peut plus continuer par démâtage, on mettra les gilets et sans grand danger on se récupérera avec le bateau sur la plage » !!!

Avec mon Ecume et mon Arpège, j’ai toujours privilégié, quasi exclusivement, le harnais, mis en cas de changement de toile dans le mauvais temps, surtout en solo.

Mais c’est avec mon navire amiral, le Gladiateur, que j’ai sombré dans une totale insouciance, voire inconscience…
10 m, 5 tonnes lège, T.E. 1.95 m, lest plomb de 2.2tonnes placés dans le dernier mètre de la quille, 6 tonnes en charge. 35 ans de mariage et 60 à 70000 milles.
Je n’ai qu’un seul souvenir d’avoir enfilé un gilet, en 1979, pour l’entrée à Anzio. F 5/6 seulement mais une houle de SW sérieuse. Bébé était enfermé dans le bateau clos et lors du virage à gauche à l’entrée, une petite déferlante nous a survolés… Depuis lors, le mât n’a jamais salué aussi bas !
En 1986, je filais sous l’île de Vieques Porto-Rico quand les coast guards sont venus inspecter sans me demander de stopper malgré la vitesse du vent, du bateau et de la gîte.
Après avoir ouvert tous les équipets et coffres de l’intérieur, le contrôleur s’est installé dans le cockpit pour rédiger sont rapport. Il ne m’a posé qu’une question sur ma navigation : « Savez-vous où sont vos gilets ? » Heu ! oui, oui, au fond de la penderie. « Exact, vous devriez les porter. »
J’ai régaté souvent dans mon club, parfois avec des vents qui décimaient la flotte, très souvent en solo (personne n’a jamais osé porter réclamation contre moi) et je n’ai jamais mis un gilet, même pour spier.

Depuis quelques années, je regarde une photo que je vais présenter ici, et qui, je l’avoue, me fait honte : en 1980, mon fils a 5 ans, sans gilet ni harnais et nous naviguons à quelques dizaines de milles à l’Est de Gibraltar. Bonne brise, bonne mer… Bien sûr, pour prendre la photo, je suis en chemisette.
Je pense qu’à la vue de ce cliché, la bronca va me tomber dessus. N’insistez pas, je sais que c’était une belle connerie !

Je tente d’analyser le pourquoi de ma négligence alors que je ne m’en reproche aucune vis-à-vis de l’entretien de ma barque. Pour quelles raisons, alors que je suis considéré comme étant très rationnel, pragmatique et structuré, ai-je agi avec si peu de discernement dans ce domaine de la sécurité?
C’est quelques mois après mes crapahuts dans le Djurjura que j’ai découvert l’Océan et ses dangers qui me paraissaient bien doux à côté de ceux que j’avais approchés.

Je me suis toujours senti très à l’aise en mer malgré les inquiétudes qui s’invitaient parfois lors d’atterrissages douteux ou/et de dégradations météo.
.

J’ai commencé à naviguer à une époque où la culture de la sécurité en tous lieux et en toutes activités, n’imprégnait pas autant que maintenant la pratique du sport en général.
Le fait aussi que j’ai toujours pratiqué la voile en free-lance, sauf en régate, ne m’a pas incité à suivre l’exemple de plaisanciers plus responsables.

Mon Gladiateur (pas à vendre avant 10 ans…) procure un sentiment de sécurité incroyable, même s’il pourrait être trompeur à la longue. Cockpit profond, hiloires hautes mais surtout une absence de difficulté à le contrôler quand ça devient brutalement méchant.
J’ai l’impression que les bateaux plus récents, plus légers et moins « tenus » en dessous, plus virevoltants, ne me permettraient pas une telle décontraction.

Voilà les quatre explications qui m’autorisent à plaider mon innocence (mot bien choisi pour le coup…).
J’aurais pu intituler mon message : « Ce qu’il ne faut pas faire ».

PS. Si un jour vous apprenez qu’un Gladiateur a été retrouvé vide, ça ne sera que la perte sans importance d’un vieil homme inconscient… libre.

CERIGO 8 Novembre 2011

L'équipage
08 nov. 2011
08 nov. 2011
0

Au suivant !

0

bonsoir
je n'ai pas de commentaire à faire sinon que je vous ai lu avec beaucoup d'attention et d'intérêt. Comme on dit "cela m'interpelle quelque part" !
merci
Hubert, de Cherbourg

0

tu es pas le seul!il a fallut des fils de héo pour m'apercevoir qu'il fallait mettre le gilet (46 ans de nav )je croyais que personne les mettait a part les anglais !et la meilleure chose que j'ai fait pour mes filles c'est de leur apprendre a nager tres top (4 ANS°)

08 nov. 201108 nov. 2011
0

tu n'es pas le seul, sur d'autres types de bateau, mêmes habitudes voire pire!......

08 nov. 2011
0

Pas mieux que vous les gars , pas du tout le reflexe gilet ; harnais quand ça piaule trop et pour les quarts seul de nuit , mais gilet franchement jamais .... Peut etre comme CERIGO a cause du sentiment de securité qu'inspire mon boat Walkabout , un VULCAIN 5 particulierement impertubable ... :alavotre: :alavotre:

08 nov. 2011
0

Homme libre, toujours tu chériras la mer! ...

A+,
Now.

09 nov. 201109 nov. 2011
0

Et la mer, qu'est ce qu'elle en pense? Vaut mieux sortir couvert (d'un harnais) dans les amours à sens unique. :heu:

08 nov. 2011
0

Ben ... ça alors !!! Je ne suis pas tout seul ... :doc: :doc: :doc: :-p :-p :-p

08 nov. 2011
0

:-( :non: :policier: :acheval: :doc: :policier: :langue2: :litjournal:
je vais quand même pas en rajouter ...

08 nov. 2011
0

no coupable: 3 fois en 20 ans le gilet, no coupable nos cervelle

08 nov. 2011
0

C'est vrai qu'il y a aussi la société qui évolue : dans ces temps "reculés" on ne mettait pas souvent des ceintures de sécurité en voiture non plus...

08 nov. 2011
0

Mouai... c'est bien écrit, et ce que tu pourrais ajouter c'est, dès que ton bateau sera retrouvé vide tu auras sûrement un très bon ami qui pourra comme moi aujourd'hui diffuser sur un forum le récit de ta disparition...

www.nicematin.com[...]se-noie

C'est certain aujourd'hui il est encore plus libre que ce que tu ne peux l'être ! Et moi je m'attache ! car nous étions très "attachés"...
(je n'ai bien entendu de conseils à donner à personne et respecte tous les avis).
La souffrance est là c'est tout.

08 nov. 2011
0

Pareil, mais je triche. Comme chez moi il fait froid, je mets ma veste de quart,...flottante (50Newtons)!!! symbolique mais bon..

08 nov. 2011
0

dés la première prise de ris :
gilet non , harnais oui ...........

08 nov. 2011
0

Rien de plus normal, dirait un sociologue: Des millions de français roulaient après un repas de famille bien arrosé, doublaient en haut des côtes, sans ceinture... 10 000 morts / an...
Il y a fallu beaucoup d'efforts pour réduire ce nombre...
Quant à moi, je fume toujours car les grands frères de mes potes ramenaient des cartouches de Troupes gratuites d'Algérie...
Mais je porte toujours un gilet et je m'attache souvent... Normal, je suis venu à la voile sur le tard, quand le discours sur la sécurité était déjà bien établi...
Nous sommes simplement des êtres sociaux, et reflétons le 'milieu' dans lequel nous avons commencé une activité...

08 nov. 2011
0

pendant des années je ne mettais pas de gilet, mais le harnais lorsque la situation l exigeait; aujourd hui avec les nouveaux gilets qui ont le harnais integré , je le porte la nuit et je l exige de l equipage .ma hantise a toujours été de perdre quelqu un en mer

08 nov. 2011
0

Qu'ajouter de plus, la mer, c'est un espace de liberté.

Je fais tout l'opposé, j'ai peur de la mer et ne suis jamais en confiance.

J'ai connu trop de mouillages idylliques type Tahiti qui peuvent se transformer en enfer en moins de 15 mn. (pour ceux qui connaissent la petite presqu'ile au sud du cap Mélas où j'y ai laissé un mât dans les bourrasques).

Quand je vais me coucher, le bateau est tjs super rangé, la vaisselle faite et toutes les maneuvres prêtes pour un départ précipité (en général vers 2/3heures du mat. Le moindre bruit me réveille.)

Habitude de la course-croisière où c'est de plus en plus demandé par les Comités de course, gilet gonflable avec harnais incorporé et, en solo, balise dans la poche.

RV

09 nov. 2011
0

Bien d'accord, pas besoin de faire le cap Horn pour se faire branler. Quand j'étais toulonnais, Escampobariou m'a bien fait murir.
La difficulté n'est pas proportionnelle à l'éloignement et la mise en confiance peut jouer bien des tours.

08 nov. 2011
0

ma équipiére à la ville comme à la mer
commence a avoir la pétoche quand je décide de capeler les gilets !
quand à ma petite fille (12 ans ) , quand elle godille autour du bateau en annexe je lui promet une dérouillée si elle va au jus et déclenche le gonflage (au prix des cartouches de gaz ) !!!!

08 nov. 2011
0

15 ans de nav en Manche sans beaucoup de souvenirs de gilets portés mais qui étaient bien rangés dans les placards puisqu'il fallait en avoir à bord.
Mais c'était voici fort longtemps (plus de 20 ans de là), au siècle dernier, quand la sécurité (ou l'inconscience) autorisait tellement de possibles !!!
A tempora, o mores...

08 nov. 2011
0

"L'expérience et une lumière qui éclaire derrière nous"

08 nov. 2011
0

superbement écrit !
pour le reste : l'assurance est souvent source de danger... combien de pilotes automobile ? combien de marins confirmés ? ... j'en passe... c'est humain de se sentir surhumain...

09 nov. 2011
0

Je faisais partie des inconscients, jusqu'à ce que je rentre à la SNSM...
Ce que j'ai vu m'incite maintenant à la prudence.

09 nov. 2011
0

C'est très bien écrit,
mais moi, je reste "attaché" à mon bateau...

09 nov. 2011
0

ni gilet ni casque en velo.

09 nov. 2011
0

Bonjour,

Merci d'avoir pris le temps/la peine d'exprimer ce que beaucoup ont vécu/vivent semble-t-il. J'en fais partie aussi.
Je retiens ce passage qui explique bien des choses. J'aurais pu écrire la même chose de l'Endurance35 avec lequel j'ai fait le plus de milles (à deux) :
"Mon Gladiateur... procure un sentiment de sécurité incroyable, même s’il pourrait être trompeur à la longue. Cockpit profond, hiloires hautes mais surtout une absence de difficulté à le contrôler quand ça devient brutalement méchant."

Je crois que je n'ai jamais mis de brassière, sauf au temps des Glénans où c'était obligatoire. En revanche, il m'arrive de mettre un harnais attaché serré. Mais je dois avouer aussi que ce n'est généralement pas moi qui manoeuvre dans la brafougne... Si je dois le faire, je mets le harnais.

Dernièrement, à Port-Leucate, j'ai vu arriver avec étonnement un couple que je ne connais bien, (lui 65 ans, elle 40) : alors que le temps était beau, ils portaient tous les deux un de ces gilets modernes gonflables avec harnais incorporé, qui semble ne pas gêner du tout les mouvements. Ce sont des gens qui ont beaucoup navigué jusqu'en NZélande sur un SunKiss 47 et qui savent donc ce qu'est le mauvais et le beau temps. Je n'ai fait aucun commentaire, j'ai pris leurs amarres, en me disant qu'ils étaient sûrement dans le vrai ! Je crois que je vais m'acheter un de ces gilets. :pouce:

09 nov. 201109 nov. 2011
0

:pouce: C'est ça la vrai "liberté" : décider soi même sans y être contraint.
Maintenant, l'idée de ne rien porter pour être plus "libre", humm... faudrait demander à Florence si elle se sentait plus libre une fois à la patouille en pleine nuit en attendant les secours...

09 nov. 2011
0

Témoignage à faire afficher dans toutes les bonnes Capitaineries !!!

09 nov. 2011
0

Gilet au premier ris, attaché au second et au troisieme....
de nuit gilet et attaché aussi...quelle que soit la météo...
c'est différent sur un cata de croisiere par rapport à un surprise.

Par contre Cerigo en régate si le comité hisse le pavillon Y c'est gilet obligatoire que tu le veuilles ou non...en régate c'est le comité ( et accessoirement le président du club et son bureau ) qui sont responsable en cas de MOB... alors si tu le fais pas pour toi, fais le pour eux ! :heu:

PS: les gilets actuels on arrive à les oublier tellement ils sont "pratique" !

09 nov. 2011
1

C'est honteux de donner un tel exemple à notre belle jeunesse !
Pas étonnant qu'en banalisant une telle insouciance on voit tant d'enfants, et même de parents, qui gambadent sans gilet ni harnais lors de leur navigation annuelle au salon nautique. Je serais pas étonné qu'ils ne capèlent même pas leur harnais avec leur navigateur internet, c'est vraiment effrayant.

09 nov. 2011
0

La dernière fois que je suis arrivée en solo dans un port après une navigation tranquille j'ai décidé à la dernière minute d'ajouter une amarre à l'avant du bateau (un Hallberg rassy qui "procure un sentiment de sécurité...").

Etant déjà abritée par la digue je n'ai pas jugé utile de remettre le gilet/harnais que je venais d'enlever mais c'était une erreur : au moment précis où j'avais besoin de mes deux mains pour fixer l'amarre sur le taquet une vague courte mais brutale venue de je ne sais où m'a déséquilibrée. Si j'avais été debout à ce moment-là (et non au ras du pont comme d'habitude) je serais peut-être tombée à l'eau.

Un équipier est tombé à l'eau alors qu'il était près du mât, attendant que je remonte au vent pour affaler la GV à proximité du port. Impossible alors de lâcher la barre pour lui lancer la bouée sans risquer de le heurter ou d'empanner, et s'il avait perdu conscience à la suite d'un choc il aurait pu couler avant que je revienne à sa hauteur.

C'est comme en voiture: les accidents arrivent souvent quand on est près de l'arrivée..

09 nov. 2011
0

« La mer est un espace de rigueur et de liberté » Victor Hugo.
Si on oublie la rigueur, on perd la liberté !

09 nov. 2011
0

Pour ma part c'est gilet auto et balise Sarsat-Copas individuelle. Si je passe à l'eau et que je meure, il est fort probable que l'on retrouve mon corps et que mes héritiers ne soient pas dans la m...e.
La recette miracle n'existe pas. Voilà huit ans, à Pâques, mon meilleur copain est tombé dans le port en allant voir si tout était ok dans son bateau, il est mort d'hydrocution. Dans son cas la solution aurait été la combinaison étanche, mais restons sérieux car je ne nous imagine pas tous sur les pontons, les promeneurs aussi sécurité oblige, avec une combinaison.
Une chose encore: mon copain avait arrêté de fumer 3 semaines avant!

09 nov. 2011
0

J'ai jamais mis de gilet et n'ai jamais envisagé de le faire. Toutefois, ils sont accessibles, au cas où le bateau coulerait à proximité des côtes.
Lors d'un crépuscule mouvementé, à 200 nautiques de Brisbane, par 45 kt et mer formée le "skipper" du bateau sur lequel j'avais eu la folie d'embarquer pour rendre service est passé par dessus bord parcequ'il faisait le con sur le pont. L'image de sa glissade ne s'effacera JAMAIS de ma mémoire. Il est là et tout un coup il disparaît. Précisons que ce "génie" de la mer avait éteint le GPS et toute l'électronique pour "économiser" les batteries.
La nuit tombait rapidement et de toute façon, on n'y voyait rien à cause du temps pourri. Un ciel gris, une mer gris acier panachée de blanc furieux. L'ayant vu tomber, je me suis rassurée en me disant que j'allais le retrouver de suite, que c'était rien. Car faut comprendre l'affolement à juguler, le traumatisme de voir un homme disparaître brutalement derrière un liston, bref, disons les mots, un homme mourir. Je sais que j'ai perdu conscience pendant quelques secondes, comme un circuit électrique qui disjoncte car la charge émotive est insoutenable. Mais j'ai réagi très vite et.... je ne l'ai pas vu ! Une mer désespérément vide, hostile, que je tentais de quadriller avec mon trouillaumètre qui montait dans les tours au fur et à mesure que le temps passait. Pas plus de quelques minutes mais les plus longues de ma vie !
J'ai eu la chance inouie de le retrouver et de le sauver. Je dis JE car sinon, bonjour la conscience, on se reproche toujours de ne pas avoir fait ce qu'il fallait. Alors que c'est lui qui faisait le con. Ca faut pas l'oublier : quand on fait le singe avec du monde à bord, c'est aussi la vie des autres qu'on met en danger (les manoeuvres de récupération ont mis le bateau en danger et donc ses occupants sans parler de la conscience).
Sa combi lui a permis de flotter jusqu'au sauvetage mais le mieux était qu'il ne tombe pas. Alors ce que j'ai retenu : pas de manoeuvres inutiles sur le pont et harnai serré. Pour le gilet, OK si on est très près des côtes mais faut pas se leurrer, dire j'ai mon gilet alors rien ne peut m'arriver.
J'ai vu un homme tomber à la mer et je continue à ne mettre ni gilets ni harnai (sauf le harnai si ça piaule). Peut être que je n'ai pas compris la leçon. Peut être que je suis folle, inconsciente. Ma politique (antédiluvienne dans notre monde de "sécurité") c'est qu'en bateau on doit faire le max pour se démerder seuls et sans mettre en danger la vie de quiconque.
Je ne parle pas de liberté car la liberté c'est pas de plomber la conscience des autres. Je parle d'efficacité, d'adéquation au milieu dans lequel on évolue. Et je trouve que dans notre monde asseptisé, l'adéquation au milieu est une valeur qui se perd de plus en plus.
Le libre arbitre éclairé. J'ai toujours eu une trouille bleue de la mer car sa puissance est incontestable, autant que la fragilité de nos esquifs. La réponse à ses questions est dans l'instinct si tant est que nous puissions encore y accéder.
Je continue à naviguer sans gilets mais ce blog m'interpelle. Pour les autres. Dois je imposer le port du gilet sur mon bateau ? Il est vrai que si quelqu'un s'assome en tombant à la mer, il mourra s'il n'en porte pas. Je vous avoue ma perplexité car je ne me
vois pas porter ce vêtement.

09 nov. 2011
0

Les gilets modernes sont confortables, alors mettez les au lieu de raconter des c...ries au nom de la liberté.

09 nov. 2011
0

humm.....5-10 kst de vent, 25°, on ne voit pas grand monde avec les harnais capelés, prendre l'apéro dans le cockpit, pas beaucoup de bronzages avec la marque du harnais..... :heu:

09 nov. 2011
0

deux ** pour CERIGO
pour ma part naviguant surtout en solo je mets toujours le harnais quand la mer se lève un peu!
NB: ayant croisé la route de Florence Arthaud , qui je pense rentrait de Corse lundi 11 nov.au large du cap Sicié : vent d'est force 5 mer formée . foc tangoné , il me semble sans harnais......son bateau marchait fort. sacré bonne femme !!!
amicalement Michel

09 nov. 2011
0

Depuis les gilets gonflables, il est tout de même plus facile de les capeler. Je le fais systématiquement en solo ou de nuit. Sinon, tout l'équipage dès que la mer se forme (surtout quand la qualité de l'équipage me fait douter de ma capacité à récupérer l'homme ou la femme à la mer).

09 nov. 2011
0

Il y a quand même d'autre choix que "jamais de gilets, je ne veux pas m'emmerder" et "un gilet harnais dès que je sors de la voiture".

Toutes les positions sont respectables dès lors qu'elles concernent un adulte. Il y a aussi le cas des enfants. Il y a aussi le cas, courant, où le chef de bord est le seul capable de ramener le bateau. S'il tombe à la mer, non seulement il est mort, mais il condamne aussi son équipage.

C'est vrai que les gilets harnais gonflables sont pratiques à enfiler et gènent trés peu.

En avoir prés de la descente est une bonne solution.

J'avais, à une période, une veste de quart avec harnais intégré. C'était aussi une trés bonne idée. Dés qu'il faisait mauvais, je mettais la veste pour ne pas avoir froid. J'avais la longe dans la poche, et toujours un point d'ancrage pas loin et c'était fait.

Franchement, je n'ai pas envie de mourrir en mer. Il restera toujours des impondérables, mais autant éviter ce qui est facilement évitable.

Jacques

09 nov. 2011
0

je navigue habituellement sur mon petit canot, avec gilet autogonflant et j'oblige les enfants à porter leur gilet. C'est obligatoire dès qu'on pose me pied à bord.
Mais l'année passée, je suis allé naviguer sur un 44 pieds appartenant au CE de ma boite. Weekend "tapas" à Llansa au départ de Saint Cyprien. A bord nous sommes 5 ou 6, sous la responsabilité d'un skipper. Personne ne porte de gilet, le temps est beau. Je n'ai même pas pris mon gilet, ne voulant pas me "démarquer". Le second jour (retour depuis Llansa), le vent est sympa, le skipper sort le SPI et on se régale. Le vent monte et il faut affaler. On me demande de me mettre sous le vent, au niveau du maitre bau, et d'attraper le SPI quand il descendra ... la manoeuvre est lancée ... je ne sais pas ce qui a m...é, mais on se prend un énorme coup de gîte et je me retrouve avec de l'eau jusqu'à la taille, pieds en appui sur le rail de fargue et cramponné à une main courante sur le roof ! 10s après, le SPI s'est déchiré au niveau de la tétière et tout est rentré dans l'ordre.

Depuis, je me suis juré de me déplacer toujours avec mon gilet perso, et de le mettre ! Qu'importe ce qui se dira ou pensera autour de moi ! (bon, pour traverser en Corse avec le ferry et la voiture, peut être pas quand même).

09 nov. 2011
0

vu les statistiques de mortalité et risques de blessures sur la planète, en bateau, il faut impérativement:
interdire alcool, tabac, drogues, armes à feu, armes blanches, substances inflammables,les conserves, les produits frais, les animaux, les médicaments, les pieds nus et les chaussures, le gaz et les appareils qui l'utilisent, l'électricité > 48 v, les gaz d'échappement des moteurs, les chauffages, les matelas, la montée dans la mature, la consommation des produits de la pêche, la rencontre avec une partie de la population terrestre, la navigation maritime.....et la liste n'est pas exhaustive

rendre obligatoire la présence d'un abris anti-atomique, d'un bloc opératoire avec médecin et équipe chirurgicale prèt à intervenir et quelques autres fonctionnalités bien utiles pour renforcer la sécurité

sur l'histoire de Florence, j'ai pas d'avis ni d'émotion particulière vu que ce qui fait le buzz, c'est uniquement sa personnalité et non l'absence d'un gilet ou d'une longe dans ces conditions de navigation

autrement dit, n'importe quel inconnu aurait été dans cette situation, personne n'en parlerait

09 nov. 201109 nov. 2011
0

Comme quoi on ne voit pas la mer du même oeil d'un bateau à moteur ou à voiles.

RV

09 nov. 2011
0

Voileu, je partage en partie l'avis de Perkins.
Le meilleur moyen de ne pas mourir en mer: le jardinage!

09 nov. 2011
0

ge.phe excellente idée mais ne pas oublier les risques de tétanos!

09 nov. 2011
0

Ce qui a sauvé l ex fiancé de l atlantique , c est plus la lampe et le phone waterprof et de savoir ou se trouve les touches pour entrer le pin moins de trois fois sans lunettes de vue ( je suppose qu elle doit en porter maintenant) que le gillet seul.. qui lui , lui aurait donner certes qqs heures de plus avant l hypodermie fatale durand la nuit ( elle aurait fait moins defffort pour flotter) mais bien sur qui lui aurait permis de flotter un peu plus haut sur l eau pour son appel... .
le gillet aide si on peux visuellement te repecher vite qqs soit la raison de la chutte.
sinon c est le harnais..seul qui empeche de passer a ce cas... et la on touche vraiment a la liberte surtout par petit temps de jour....

le gillet n est qu une etape de transition qui permet de se croire en securite dans qqs cas particulier surtout en croisiere loin des cotes (je ne parle pas des engins de plage).
la nuit + deplacement sur le bateau pars vents necessitant la reduction de toile... seul le harnais apporte le max de securite, le reste c est de la bonne contience, meme les detecteurs MOB et autres systemes couteux a vocation marketing jouant sur la peur ... c est mon avis

09 nov. 2011
0

Une petite piqure de rappel...

C'était il y a 10 ans et cela faisait une 20aine d'années que je naviguais, essentiellement seul ou solitaire accompagné.
J'avais une belle pratique de la voile en école (école renommée portant le nom d'un archipel de sud Bretagne...), en tant que chef de bord : là où on vous apprend et encourage à être un ayatollah de la sécurité (harnais + brassière tout le temps, y compris dans l'annexe...).

Il y a 10 ans donc, je naviguais seul comme d'hab et très décontracté, comme d'hab, c'est à dire à 10M de la côte sauvage (ouest) de Majorque, à poil et sous régulateur d'allure.

Un petit bout pendouillait de la bôme et m'agaçait en se balançant.
Je me suis donc mis debout sur le banc de cockpit, appuyé à la bôme pour attacher l'importun.
C'est à ce moment que l'écoute de GV (probablement mal engagée dans le coinceur), s'est mise à filer en grand...

Plouff...

Pas complètement : j'avais toujours 1 pied qui me retenait à la filière, me cisaillant en même temps le coup de pied.
Je ne sais pas exactement comment j'ai fait pour remonter à bord, plein d’égratignures et de bleus.

Depuis, je porte une brassière auto-gonflable, exige de mes équipiers qu'il en fassent autant quand les conditions forcissent, et JE M'ATTACHE !

Si je devais retourner enseigner en école de voile, je me comporterais alors probablement comme mes profs d'il y a 30 ans : comme un emmerdeur au niveau sécurité...

09 nov. 201109 nov. 2011
0

Le probleme c'est pas qu'il ne faut pas mourir .. parceque on y est tous destines d'une maniere ou d'une autre. Le probleme c'est a ce moment de n'engager personne.
Donc je suis plus de l'avis qu'il faudrait porter les gilets pour toutes personnes montant a bord, et du coup pour le skipper aussi, mais comme dit, le principal est de ne pas tomber donc harnais, d'autant que le gilet est encombrant et lorsque des manoeuvres necessitent vitesse et precision des gestes le gilet peut etre franchement contre productif.
Perso je navigue essentiellement seul, ne mets jamais l'unique gilet du bord, par contre je m'attache quand ca commence a brasser, notion qui varie suivant si je suis amarine ou pas.
Mais comme dit plus haut, faut pas tomber dans le tout securite, de toute maniere on va claquer du bec un jour ou l'autre ... et puis la mer est un espace de responsabilite, donc a chacun de prendre les siennes. Tomber a l'eau en solo, ca sent le sapin c'est certain, et avec ou sans gilet; la balise, oui c'est peut etre pas mal, mais combien de temps on resiste a une hypothermie ? Est ce que la cavalerie va arriver en temps ? J'en doute fortement... Quand a retrouver le corps pour mes heritiers ... pas sur que ca les arrange sachant qu'a part des dettes j'ai paas grand chose a leur leguer :)

09 nov. 2011
0

@mig pour continuer à sourire : si on retrouve pas ton corps, y a pas de succession possible, tu es déclaré disparu mais on peut pas hériter... enfin à confirmer par un notaire ? :coucou:

09 nov. 201109 nov. 2011
0

Heureusement la succession se fait... après un jugement déclarant le décès du disparu. Ca prend du temps, et la situation intermédiaire n'est pas simple, mais des aménagements sont prévus...

C'est la grosse difficulté quand un couple disparait ensemble en laissant des héritiers : qui est mort le 1er ? C'est la théorie des "comourants", qui permet(tait ? je ne sais pas si elle est toujours en vigueur) de déterminer l'ordre successoral pour que le patrimoine puisse être transms dans les règles.

Les seuls cas où une succession reste bloquée, c'est pas quand on ne retrouve pas le mort, c'est quand on ne trouve pas les héritiers (mais l'Etat est là pour tout rafler au bout d'un certain temps !), ou qu'ils se disputent.

09 nov. 2011
0

Il faut attendre 10 ans pour toucher dans ce cas.

09 nov. 2011
0

Un skipper de la mini m'avait raconté qu'un des coureur de la 1ere édition était tombé à l'eau et miracle , son muscadetà commencé à tourner en rond ; ce qui lui a permis d'embarquer. A l'arrivée , à antigua, il avait les traces blanche du harnais qu'il n'a jamais quitté apres cette chute .
En cotiere , on peut espérer etre secouru mais en solo au large , vaut mieux avoir une capsule de cyanure autour du cou .
Soit dit en passant , je n'ai jamais réussit à en avoir .
l'idée , d'etre bouffé doucement par les bestioles du large ne me fait pas vraiment envie ..
La noyade , c'est OK , on ne fait que commencer à mourir mais les morsures avec un gilet : jamais .

09 nov. 2011
0

Pour rester positifs un bon truc que j'ai parfois employé en solitaire: attacher le harnais á une drisse, c'est pas plus incommode que la ligne de vie et ça a l'avantage que l'on est attaché très court; je suppose qu'á deux ça doit être encore plus sûr dans la mesure ou l'autre peut maintenir la drisse en tension á la demande. (Si le copain tombe il est prêt á wincher).
Sinon je suis un peu comme tout le monde, je m'attache ou pas, pas toujours quand il fait mauvais (je crains plus une distraction qu'un coup de mer). Le gilet seul, une fois au large, je n'y crois pas si l'on est seul, a moins de l'accompagner d'une balise personnelle, de cyalume etc... Ces élément, comme aussi le portable étanche de FH font que l'on va avoir des ressources pour se battre. Mon fils a repèché par miracle un collègue á la minitransat: le gars n'attendait rien ni personne, alors il avait préféré enlever son gilet pour en finir plus vite.

09 nov. 2011
0

Dans la dernière transquadra, on a retrouvé le bateau vide d'un de mes copains...

RV

09 nov. 2011
0

à propos de gilet
jusqu'à ce jour, j'avais et j'ai encore des gilets estampillés CE (au fond d'un coffre :heu:)
j'apprends qu'en 2012, ils ne seront plus valables

question: avant 2012, j'avais donc le droit de me noyer d'une façon homologuée? :tesur:

question corolaire, si on dit ...."oui mais avant les mecs qui avaient le droit d'homologuer se sont trompés"..... alors, qu'est ce qui prouve que ce qui ont homologué les nouveaux ne se trompent pas non plus maintenant ? :-D

11 nov. 2011
0

pas de reponse à mon questionnement ???

dommage :heu:

10 nov. 201110 nov. 2011
0

Et bien bianca , tu m'en bouches un coin !
Jamais je n'aurais imaginé qu'au large on puisse etre récupéré " par hasard ! ou par chance !
Encore un autre miraculé !

10 nov. 2011
0

Si je raconte l'histoire personne ne me croira. La classe mini a passé un voile pudique dessus, ils n'ont pas besoin de drame.
C'est arrivé en 2005, au large du Brésil.

10 nov. 2011
0

Au moins avec le gilet on a une chance que la famille retrouve le corps...

10 nov. 2011
0

A la fin le rêve, avec les nouvelles technologies le gilet intègrera la fonction défibrilateur, le détecteur de requins et le paratonnerre. J'éspère seulement qu'il saura se faire oublier car ce n'est pas encore le cas...

06 mar. 2012
0

REMERCIEMENTS.

Merci à tous pour vos interventions: les bienveillantes comme les critiques.

Je comprends l'ire de Iacoula tout en lui précisant que naviguant le plus souvent en solo loin des côtes, le gilet me paraît de peu d'utilité.

Ficelle m'apprend que le gilet est maintenant obligatoire en régate dans certaines conditions météo : je n'ai pas régaté depuis 2 décennies.

Margouya8, je regrette de t'avoir rappelé un si affreux souvenir. Il y a 2 ans, j'ai fait naviguer pendant 15 jours un de mes 3 meilleurs amis de mon existence qui se trouvait en rémission (1 paquet/jour) pour quelques mois et donc je vois bien ce que tu ressens. Avec toute ma sympathie.

Je veux rassurer Galou, car, par tous les dieux, je ne me suis jamais senti surhumain mais sans doute trop conscient de mes capacités physiques en mer. Rassurer également Captainhervé: ayant un petit voilier, l'ordre sur et sous le pont est encore plus vital que sur une unité plus grande. Même au port, la vaisselle est toujours faites avant l'extinction des feux.

Quant à Tamea, il est très aimable par ses 2 étoiles mais peut être de parti-pris et cachottier: j'ai régaté pendant 20 ans dans son club!

Suite à mon coming out et vos conseils dont j'ai tenu le plus grand compte, j'ai pris les 2 mesures suivantes:
Mon harnais est placé systématiquement sur le pont, à l'abri de la capote, prêt à être ajusté.
J'ai acheté une balise individuelle Kannad LinkSolo qui est toujours à portée de main et empochée quand je vais sur le pont, même par petit temps.

C'est ma femme qui est contente d'avoir vérifié tout cela en janvier!

Comme quoi je ne suis sans doute pas un imbécile intégral puisque, mieux vaut tard (bientôt 74) que jamais, j'ai changé...

Merci à tous.

06 mar. 2012
0

Je relis ce fil avec beaucoup de plaisir, merci de l'avoir lancé, et j'en profite pour faire mon auto critique. J'ai regardé comment je me comportais en équipage.
Alors qu'en solo, même par force 0, et ici, il fait 30 degrés à l'ombre, je mets mon harnais avant de larguer les amarres, et bien en équipage, j'ai un comportement complètement différent :
Je commence par faire porter un gilet de façon systématique dès qu'ils montent sur le bateau aux enfants de moins de 10 ans, et, en mer, quand la météo se dégrade ou la nuit, je l'impose aux ados et aux femmes, puis à mes équipiers homme et, en dernier, à moi- même alors que c'est moi qui vais faire les maneuvres un peu exposées à l'avant.

Donc, honte à moi, il est urgent que ça change.

RV

07 mar. 2012
0

bonsoir

je lis ce fil et j'avoue que ma surprise est grande! Nombre d'entre vous ne porte ni gilet ni harnais ... Certes j'avoue que ma petite expérience (vraiment petite..)ne se prête pas a la discution mais oui je suis d'accord mon passé de marin est quasi nul, ce qui ne veut pas dire que je ne connais rien a la mer, loin de la, mais pas a votre niveau, mon passé de surfeur, windsurfeur et kitesurfeur m'on appris la prudence. Le premier achat apres mon voilier a été un gilet auto gonflant avec un harnais intégrer et la longe qui va avec, cela me paraissait le minimum...Les nombreuses fois ou je me suis blessé dans le passé,c'etait a chaque fois sur des choses que je maîtrisait, des moves fait des centaines de fois, et la paf tu ne fait plus gaffe, l'habitude et hop ca fait mal ...

La grande différence est que la sur un bateau nous sommes souvent seul et loin de tout, donc il ne faut compter que sur nous memes, en se disant bien que nous ne sommes pas a l'abris d'une casse materiel et qu'il n'y a pas que nos maladresse qui peuvent nous faire mal, voir plus...

pour avoir vu un reportage sur l'accident de florence arthaud, ma femme m'a regarder et la question est venu : Elle ne portait pas de gilet ou de harnais ?? Stupeur comme quoi ...

Ok la liberté je veut bien mais je suppose que beaucoup sont comme moi, lisent avec assiduité tous les fils de ce forum qui est une mine d'information pour tous, et apprennent des tonnes de choses... Et j'avoue que cela me dérange un peu de voir que beaucoup des navigateurs confirmer que vous êtes écrivent noir sur blanc qu'ils naviguent sans respecter ce que je considère comme le ba-ba de la sécurité...Par la meme vous ne respectés pas vos proches,en prenant des risques inutiles..

N'y voyer aucune attaque envers vous mais surtout faites vous violence et posé vous les vrais questions!

Cela n'arrive pas qu'au autres, la preuve (encore une fois...)

cordialement

07 mar. 2012
0

Je plaide aussi coupable...
Depuis quelques années, je me donne bonne conscience en portant un ciré avec de la flottaison mais je ne le porte évidemment pas tous le temps. Pourtant, je connais 14 de mes relations qui sont mortes en tombant à l'eau en mer!

Parmi mes relations, et j’appelle relation quelqu’un avec qui, si je n’ai pas navigué avec lui, j’ai bu au minimum deux ou trois bières, j’en connais treize perdus en mer, un miraculé contre deux amis morts de la route.

JP M …, 1970, perdu corps et bien sur un Mousquetaire entre Barfleur et Cherbourg en 1970
Michèle G , 1976 , écrasée entre son Clipper MC démâté et un cargo du coté d’Ouessant.
Didier Bestel, 1980 qui est tombé à l’eau alors qu’il barrait, appuyé contre la filière qui s’est rompue, sur son trimaran au large des Bermudes. (une rue porte maintenant son nom à Lorient)
C.R passé à l’eau lors d’un changement de foc sur son Gib Sea 33 au nord de l’Ile Vierge.
Pierre L disparu en planche en voile dans la baie de Quiberon.
Robert James, passé à travers du filet de son trimaran devant Dartmouth.
Olivier Moussy, qui a glissé sur l’avant de son flotteur bâbord au sud-ouest de Irlande.
Cl sur un Méridien de retour des Antilles, disparu alors que ses équipiers étaient à l’intérieur en quittant les Açores.
C L… tombé à la mer, sous les yeux de sa famille, incapable de le récupérer à proximité du Cap Fréhel.
M.Denis, décédé d’une crise cardiaque sur son Flush Poker en arrivant de nuit au louvoyage dans le Ferlas à Bréhat.
Eric Tabarly 1998, dans les circonstances que l’on connaît tous.
F.M tombé en 2002 d’un trimaran lors d’un mouillage en catastrophe aux Buharats prrès de St Malo.
F Le R tombé à la mer au large des Héaux de Bréhat.
M.F disparu sur son Bongo dans le golfe de Gascogne.
Bruno…retrouvé noyé à proximité de son Aphrodite au port des Bas Sablons à St Malo.

Quand à André …. alors qu’il barrait un half tonner, il s’est retrouvé à l’eau par force 8 quasiment devant chez lui ! C'est-à-dire en face de Trébeurden. Grâce à sa veste flottante, non réglementaire, ses copains l’ont récupéré en quelques minutes !

HOMME A LA MER depuis l'année 2000 ( il y en a beaucoup d'autres): 19

17 février 2005 : Homme à la mer - Est Irlande - 1 rescapé, 1 disparu - Gibsea 30 « Rondo » - 9 m - vent de nord-ouest - Assistance R.N.L.I.

29 décembre 2005 : Homme à la mer - 1 disparu - Ouistreham - «voilier « Digadao » vent d'Est 11 noeuds (20 Km/h), belle mer et visibilité 8 Nq (13 Km) Intervention hélicoptère et S.N.S.M.

13 avril 2006: Homme à la mer - 1 disparu - Cap Béar - «voilier 11 m- vent force 6 - Intervention hélicoptère.

14 Juillet 2006 : homme à la mer - 1 disparu - circonstances inconnues - voilier Silence - Jersey - Intervention hélicoptères et R.N.L.I.

20 mai 2006 : Blessures graves - 2 blessés - Solent - IMX 38 « Roaring meg of Cowes » - Force 5/6 -

Juillet 2006 : Chavirage ou homme à la mer - 1 disparu - circonstances inconnues –

25 juin 2007 : homme à la mer - 1 disparu - Voilier « Entropy 3 »- Le Havre - Vent de sud-ouest 30 nœuds (54 km/h) avec rafales atteignant 40 nœuds - Mer agitée à forte -Intervention d’un hélicoptère -

14 septembre 2008 - Homme à la mer - 1 décès - Irlande - Bray Head, Co. Wicklow - voilier "Alana" -

24 juin 2010 : Homme à la mer - 1 disparu - Golfe de Gascogne - First 28 de 8.m « Avel Mor » Intervention hélicoptère et vedette des Douanes.

Juillet 2010 : Homme à la mer - 1 décès- voilier de 7 m "Pti Bonheur", - Roscoff - Intervention d’un hélicoptère - Sauvetage de la S.N.S.M

25 septembre 2010 : Homme à la mer - 1 disparu - Monaco –

17 Juin 2011 : Homme à la mer - 1 mort - Manche au sud-est de l’ile de Wight- Reflex 38 « LION » - vent de force 7 -- EN COURSE-

17 juillet 2011: Homme à la mer - 1 disparu - voilier « Maclaw » - assistance RNLI -

03 août 2011 : Homme à la mer - Noirmoutier - 1 décès - voilier 6.20-m «Torr-e-Benn» - ? m - Météo sur zone : vent: 30 km/h - mer: 3 - visibilité: 5 km - Intervention d’un hélicoptère - Assistance de la S.N.S.M

28 aout 2011 : Femme à la mer et chavirage - 1 décès, 1 rescapé - Estuaire de la Gironde - First 30 « Giovann » 9 m - Houle 2.5 m à 4 m - Sauvetage par un hélicoptère - Assistance de la S.N.S.M.

12 septembre 2011 : Homme à la mer - Golfe de Gascogne - 1 décès - Pogo 2 - 8.50 m «Karantez VI» - ? m - vent sud-est pour 4 noeuds (7 km/h) Forte Houle de 3,5 à 5 m. - Intervention d’un hélicoptère –

30 octobre 2011: Femme à la mer - Cap Corse - 1 rescapé - voilier « » 10 m – vent modéré, mer belle - Sauvetage par hélicoptère -

2 octobre 2011 : Homme à la mer - Le Croisic 44 - 1 décès -« Gwalarn » - ? m - vent d'est 11 noeuds, belle mer et visibilité 8 milles- Intervention d’un hélicoptère - Assistance de la S.N.S.M -

5 février 2012 : Homme à la mer - Concarneau - 1 rescapé - BONGO « » 8.6 m - vent faible, mer belle - Intervention d’un hélicoptère - Assistance de la S.N.S.M et sauvetage par les pompiers -

08 mar. 201208 mar. 2012
0

à Viking35.

On ne peut qu'être très impressionné par cette liste macabre.
Mais je vais te répondre car un détail m'a interpellé.
Le 2 mars dernier, il y a donc une semaine, je naviguais entre Antigua et la Guadeloupe 45 Mn.
Vent d'Est 5 à 6 beaucoup plus sous les grains nombreux et violents.
Houle de travers minimum 3 m.
Je me fais surprendre par un grain que je n'avais pas vu venir ayant le dos tourné au vent pour ne pas trop m'en prendre plein la figure.
J'ai été obligé en catastrophe de rouler encore plus de genoa, manoeuvre pendant laquelle mon écoute en battant a cassé net ma filière sous le vent au niveau du balcon avant (rouille)!!!
Frisson rétrospectif et inutile de te dire que je vais faire changer toutes mes filières.
C'est un peu comme pour le grément dormant, il faut songer à un remplacement régulier de ce materiel de sécurité.

09 mar. 201209 mar. 2012
0

très juste à propos des filières, et personne n'en parle jamais,
et on s'y appuie tous sans jamais y prendre garde

09 mar. 201209 mar. 2012
0

très juste, et personne n'en parle jamais,
et on s'y appuie tous sans jamais y prendre garde

09 mar. 201209 mar. 2012
0

Pour savoir quand porter le harnais, ça commence par faire des manœuvres de récupération d'homme à la mer.
Ainsi tenter une manœuvre de récupération d'homme à la mer par exemple en jetant une défense(usagée, HS de préférence!) disons par F6 avec la mer formée et sous voile ? C'est presque impossible de la récupérer sauf sacré coup de chance car on la perd de vue même avec une personne qui la suit des yeux dès qu'elle est jetée par dessus bord.
Ou encore de faire faire cette manœuvre sous voile par l'équipage sans intervention du skipper même par temps maniable ? (dès que l'on part pour une traversée un peu conséquente il faut faire faire cette manœuvre jusqu'à qu'elle soit réussie et comprise).
Quand on a essayé (à plusieurs reprises)ça permet de reprendre contact avec la réalité et de ne pas se surestimer, de fait on attache (skipper et équipage) le gilet+harnais beaucoup plus souvent et avec plus de marge de sécurité par rapport aux conditions de vent de mer et au niveau de compétences de l'équipage.

07 mar. 2012
0

Je crois que la comparaison avec la ceinture en bagnole, évoquée des dizaines de fois sur ce forum est excellente.
Sauf que la ceinture est obligatoire.
Ce n'est pas le seul facteur, mais les morts ont diminué alors que le trafic a augmenté.
Il y a toujours beaucoup de gens qui s'en sortent alors qu'ils n'avaient pas de ceinture et encore plus qui s'en sortent parce qu'ils l'avaient.
A l'époque tout le monde criait à l'entrave à la liberté (pas moi, je portait la ceinture avant la loi) et au danger de rester coincé en cas d'incendie, prétexte ridicule si on est assommé, on crame aussi.

Faut-il avoir un proche qui se noie pour mettre son gilet ?

Une bonne méthode aussi souvent citée sur Héo : on le met toujours sauf quand le Chef de bord décide qu'il est raisonnable que ceux qui savent nager l'enlèvent.

13 mar. 201213 mar. 2012
0

Filières

Suite au post de Viking35, plusieurs messages ont disparu dont le mien qui
apportait une précision à l'annonce de la disparition d'un barreur projeté à la mer pour rupture de filière.

Il y a deux semaines environ, je naviguais entre Antigua et la Guadeloupe 45 Mn.
Vent d'Est 5 à 6 beaucoup plus sous les grains nombreux et violents.
Houle de travers minimum 3 m.
Je me fais surprendre par un grain que je n'avais pas vu venir ayant le dos tourné au vent pour ne pas trop m'en prendre plein la figure.
J'ai été obligé en catastrophe de rouler encore plus de genoa, manoeuvre pendant laquelle mon écoute en battant a cassé net ma filière sous le vent au niveau du balcon avant (rouille)!!!
Frisson rétrospectif et inutile de dire que je vais faire changer toutes mes filières.
C'est un peu comme pour le grément dormant, il faut songer à un remplacement régulier...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (5)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021