First 29 DL bi-safrans

bonjour,

un propriétaire de First 29 DL bi-safrans pourrait-il faire part de son expérience avec son bateau, ses points forts, ses lacunes éventuelles ?

Question plus précise : en cas d'échouage répêté, les safrans sont-ils étudiés (renforcés) pour supporter la manoeuvre ?

merci

L'équipage
28 avr. 2012
0

il y a un essai de la revue bateau tres complet du 29 bisaff ,mal
heuresement j'ai deja envoyé mon exemplaire a un héonaute !fait un appel au peuple ,l'essai date de 1985! :-)

28 avr. 2012
0

Le First 29DL fait parti du groupe des dériveurs performants.
Les membres n'y sont guère nombreux…

28 avr. 2012
0

j'ai eu un 285 bi-safrans, pas très différent
pas eu de pb d'échouage, sauf si 1 safran porte dans un trou de vase !

le bord d'attaque qui porte au sol s'abime assez vite dans les graviers, coquillages, etc ...

0

sur mon 29 bisaff les safrans etaient protégés par une sorte de sabot !

28 avr. 2012
0

idem sur le 285

28 avr. 2012
0

Bonjour
Il y a quelques années, j'en ai eu un pendant quelques années.

Points faibles, de mémoire :
- Le système de dérive est fragile : ne pas oublier de la remonter (c'est long, la vis sans fin porte bien sons nom).
- La dérive prend rapidement du jeu avec le temps et tape dans son support, même relevée : le bateau devient un clocher au mouillage. Le rattrapage de jeu est compliqué (patins noyés dans la carène, faut casser).
- Contrepartie du bi-safran: manœuvrabilité au moteur à basse vitesse catastrophique en avant (pas de coup de fouet) et bien pire en arrière. C'est vraiment un point à prendre en compte en cas de place de port peu accessible, surtout en solo (ça va mieux avec un équipage sachant jouer de la gaffe et des pare-battages et sourire aux voisins de ponton).
- Aime rouler au mouillage dès le moindre clapot un peu de travers.

Points forts : tout le reste :heu:

0

tient bizarre comme les avis peuvent diverger :c'est le bateau le moins rouleur que j'ai connu ,bien sur derive descendu ,quand au systeme de derive, il est tres simple d'ailleurs je l'avais refait moi meme en faisant juste usiner la noix en bronze chez un tourneur ,normalement les vis de calage lateral sont accessible en creusant la mousse poliurethane qui masque la tete !manoeuvre au moteur c'est vrai que c'est rock and roll ,c'est une habitude a prendre par contre sous voile un delice de douçeur !

29 avr. 2012
0

Mais non, Pierre, nos avis ne divergent pas tant que ça (d'ailleurs tu n'as pas donné d'avis dans ton premier message, tu as juste signalé qu'il y a eu des essais dans des revues).

  • "c'est le bateau le moins rouleur que j'ai connu" : je n'ai pas dit qu'il n'y a pas pire ! et puis mouillant souvent dans des coins de courants forts, je reste rarement dans l'axe du vent et me retrouve en travers de la houle, donc c'est un point très sensible pour moi.

  • "bien sur derive descendu" : gling, glong... ça berce

  • ",quand au systeme de derive, il est tres simple d'ailleurs je l'avais refait moi meme en faisant juste usiner la noix en bronze chez un tourneur" : tu confirmes donc qu'il est fragile, puisqu'il t'a fallu le refaire, et moi j'ajoute qu'il y a des systèmes bien plus simples à base de palans que l'on peut réparer sans faire refaire des pièces sur mesure, voire même les bricoler en mer.

  • "les vis de calage lateral sont accessible en creusant la mousse poliurethane qui masque la tete" : sur le mien les vis étaient noyées dans la résine sous le gelcoat, bien poncé (merci), sans marque visible ni bruit différent en tapotant, il a fallu percer un peu au hasard pour les trouver, et comme les patins étaient complètement détruits il a fallu trouver un artisan qui les refasse... et ça n'a pas tenu bien longtemps (je répète : ce n'est pas un choix mais je mouille rarement dans l'axe de la houle).

  • "manoeuvre au moteur c'est vrai que c'est rock and roll" : ah non, pas du tout d'accord !!! le rock and roll est une musique structurée et prévisible ! rien à voir à une manœuvre de first 29 au moteur !

  • "par contre sous voile un delice de douçeur" : oh oui, oh oui
    :bravo:

et j'ajouterai qu'il marche très bien pour sa taille, qu'il est facile à manœuvrer seul à la voile, que l'intérieur en bois est joli et que les aménagements sont confortables (manque un peu de hauteur sous barots, mais ça dépend de ta taille).

0

c'est sur qu'un deriveur demande toujours plus d'entretien!je l'ai revendu juste a cause du manque de hsb!ah quand j'ai refait le mecanisme de derive mon bateau avait deja 15 ans ,c'est vrai aussi qu'un palan est plus simple !

29 avr. 2012
0

Bonjour,

vu vos commentaires, il s'agirait d'une vis sans fin comme sur les class 8 ou les 210 ?. Mais sur ces bateaux c'est la quille (donc le lest) qu'on doit remonter. Si sur le 29 c'est juste une dérive, un palan n'aurait pas fait l'affaire ?

0

non car cette derive fait 200 kg !

29 avr. 2012
0

ok. Donc non seulement elle fait office de plan anti-dérive, mais elle participe aussi au couple de redressement en plus du saumon sous le bateau.

0

c'est pas lourd la derive du kelt 850 fait 360kg

30 avr. 2012
0

quel est le sytème de relevage sur le Kelt 8,50 ?

0

kelt 8m50 un palan !

30 avr. 2012
0

J'en ai un depuis 3 ans, c'est mon premier bateau à moi donc je n'ai pas beaucoup d'éléments de comparaison.
- à la voile c'est un vrai bonheur, bon marcheur, barre très douce et précise, très bon près, facile à manœuvrer seul ou à 2, et suffisamment logeable pour vivre à bord à 4.
- au moteur j'ai un peu galéré au début mais en fait grâce à l'importante surface mouillée des 2 safrans il manœuvre bien à condition de garder un minimum de vitesse, que ce soit en avant ou en arrière il vaut mieux donner un bon coup de gaz pour prendre un peu de vitesse puis manœuvrer sur l'erre au point mort pour éviter les effets de couple.
- je n'ai pas eu beaucoup l'occasion d'échouer mais je n'y ai pas rencontré de difficulté particulière, la semelle des 2 safrans est solidement renforcée, il ne faudrait pas évidemment qu'un des 2 safrans se pose en porte-à-faux sur un caillou qui dépasse...
- concernant la dérive, pas de problème de calage latéral, elle ne cogne pas ; en revanche cet hiver on a constaté la rupture d'un côté de la pièce inox en U inversé qui relie la vis sans fin à la dérive, il a fallu la faire refabriquer. Son principal inconvénient est le côté fastidieux de la manœuvre : 126 tours de manivelle à chaque fois...
- au mouillage, s'il faut relever la dérive parce qu'on va échouer à marée basse, c'est vrai qu'il est plus rouleur si on a la malchance d'avoir la houle de travers, il faut reprendre un bout sur la chaine de mouillage ramené au taquet arrière pour mettre la bateau face à la houle, c'est plus confortable !
- les autres soucis que j'ai eus avec :
* le circuit de refroidissement du moteur bien encrassé
* l'été dernier, rupture de la chaise d'arbre
* suintement d'eau par une des mèches de safrans, dépose du safran pour remplacement des joints toriques.

30 avr. 2012
0

merci Orphée pour tous ces renseignements

02 mai 2012
1

Bonjour,

J’avais il y a 2 ans un first 29 BS que j’ai changé ( il navigue maintenant en Bretagne nord) pour un Feeling 346 DI.
A l’utilisation, je n’ai pas de PB à signaler, sauf quelques inconvénients liés aux dériveurs et plus particulièrement aux bi-safrans.
En marche arrière peu manœuvrant si la vitesse est faible, + le pas de l’hélice à gauche entraîne l’arrière sur la gauche. Pas de ''coup de fouet’’ par brusque accélération en avant ou en arrière.( était équipé d’un Volvo 2002 18 CV )
Point à vérifier, le jeu latéral de la dérive car s’il est trop important il y des cognements sourds au puits de dérive en fonction de l’allure et de l’état de la mer. Réglage par des patins en téflons dans le saumon de la dérive.
Vérifier le point de liaison entre le haut de la dérive et la tige de la vis sans fin du système de relevage. Ce point d’encrage est faible d’origine et a probablement été modifié par l’ancien propriétaire, si non a surveiller.
Petit reproche, le mat est court ce qui donne un bateau pas très toilé. (il y une série spéciale de 29 S bs avec mat long + 50 cm et 2 étages de barre de flèche)
Avantage pas de réduction à – de force 5. Réduire à partir de 15 Nd.
Pour ce qui est de l’échouage, il est important d’avoir une idée précise de l’état du fond. Eviter la vase trop molle car elle remonte dans le puits de dérive. Choisir un fond plat (sable, vase dure, cailloux, cale de carénage), le bateau doit resté stable, risque qu’un safran s’enfonce d’un coté et le bateau risque de se coucher.
Si non les mèches sont relativement bien proportionnées, je n’ai jamais rencontré de PB avec ce système.
Petite chose à vérifier, c’est l’alignement des 2 safrans par rapport à l’axe du bateau, les miens étaient trop sérés. Réglage par les ridoirs entre l’axe de la barre et les mèches de safran. ( Accès par la trappe du coffre ou celle de la cabine AR.) Vérifier également l’état de corrosion des éléments constituant le système de liaison mèche de barre et mèches de safrans, ainsi que les joints de tête de mèche.
L’échouage sur fonds dur doit être surveiller car en cas de houle cela tape fort sur le saumon et les safrans. ( au moment de l’échouage la barre doit être au centre )
Lors de l’entretien, les patins de bouts de safran sont à vérifier, voir à changer en cas de doutes.
Si non c’est un très bon bateau que j’ai promené de La Rochelle à Concarneau en passant par les îles, les petits ports de la côte et la remonté des rivières. ( A voir, la rivière l’Aven ''superbe bien mieux que l’odet'' avec escale à pont-aven. Pose le long du quai sur bâbord en arrivant, le fond a été traité et est parfait pour poser, a basse mer l’on traverse la rivière à pieds.)

02 mai 2012
0

Bonjour

et merci Alizy. Voilà un compte-rendu fort détaillé. :pouce:

PS La rivière de Pont-Aven est en effet superbe ;-)

05 oct. 2012
0

j'ai eu un first 29 DL bisafran ,Greement S , pour moi aussi mefiance pour une bonne stabilitée a l'echouage , la vase a chaque marée a la posée peu bloquer la derive ,je confirme , les meches de safran comme les 2 patins sont bien dimensionnés , pas de soucis , par contre les 2 safrans doivent etre bien reglés , passage par la cabine arriere tribd. le plu facile , probleme recurant sur le 29 pour le hublot fixe devant le mat,fuite frequentes (j'ai pas eu ), belle carene Finot , pres tres corect ,portant facile avec le bi safran , comme tjrs avec une voilure equilibrée , manoeuvres de port le point faible ,marche arriere , c'est l'aventure! avec un bisafran , avoir tjrs un minimum d'ere , hsb 1.85 , table a carte un peu petite, j'avais un yanmar 9cv , a eviter , le 18 cv est mieux pour 3T ! meme bien regle , barre tjrs un peu "lourde" j'en garde un bon souvenir , vendu il ya 4ans ...en 24h sur le ponton , une belle epoque ...

04 déc. 201916 juin 2020
0

Je vous joins le reportage de la revue bateaux d'avril 1985 sur le First 29 DL


06 avr. 202016 juin 2020
0

1 ère page du reportage BATEAU


06 avr. 2020
0

Merci bien

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer