fifty/trawler et électricité

bonjour,
sur certain fifty et trawler on trouve un moteur de propulsion et un groupe électrogène.

est-il envisageable sur une coque de voilier de type déplacement mi-lourd à lourd :
a) d'utiliser un groupe électrogène avec un onduleur pour utiliser l'électro-ménager terrestre,
b) d'utiliser ce groupe pour la propulsion de la coque grace à une hélice électrique en tunnel ou en puit (un peu comme les système de propulseur d'étrave),
c) le refroidissement du moteur étant un tube fixé extérieurement à la coque allant de l'av à l'ar dans lequel circule en circuit fermé étanche le liquide de refroidissement.

en gros :
vitesse de coque 7/8 noeuds en vitesse économique,
longueur coque 11/12 m,
un gréement de portant.

L'équipage
14 juin 2004
14 juin 2004
0

pour essayer de répondre(peut etre)
a) à quoi peut bien servir un onduleur avec un groupe électrogène qui donne déjà de bon jus alternatif en 220 v, 50 périodes ? strictement à rien

b) la puissance du groupe est toujours insuffisante pour faire aussi la propulsion et le rendemant du passage du moteur à l'électricité pour ce faire est désastreux .

ceux qui proposent la propulsion diesel/électrique ( vetus p.e) ont des moteurs électriques de 2 à 3 kw ce qui est bien peu ( équivalent à un HB de 4 cv)

c) le refroidissement d'un moteur par tube de coque est très classique et est surtout recommandé dans les zones aux eaux chargées

autrement il n'y a pas d'avantage particulier à choisir cette méthode et meme quelques risques en cas de touch/touch avec des corps étrangers

amicalement

14 juin 2004
0

cela existe
une socité hollandaise propose cette motorisation pour les voilier sur une base Voith-Schneider(hydraulique). Les avantages sont:
- une grande souplesse
- une grande maneuvrabilité
- le fait de pouvoir rentrer l'appareil propulsif pour les longs transits.

les inconvénients:
- SAV limité
- rendement en vitesse pas terrible (Voith-Schneider)

Dans votre cas il serait plus rentable en rendement d'utiliser la pompe hydraulique pour entrainer un alternateur de quelques KVA.

15 juin 2004
0

avantage ?
je voyais comme avantage dans le refroidissement par tube :

utilisation d'un moteur terrestre issu de l'industrie, de l'agricole ou des travaux publics,
échappement aérien,
éventuellement un turbo diesel qui tourne le plus possible au régime de rendement maxi,
moins de pièces mécaniques spécifique marine.

dans le principe d'utilisation de l'hydraulique, on peut utiliser un guindeau pour le mouillage entrainé par de l'huile.
pour la propulsion peut-on envisager un moteur hydraulique orientable (comme un hb) entrainant un hélice placé au mieux sous la coque et installé dans un puit pour pouvoir le remonter ?

inconvénients:
la bâche d'huile est lourde et encombrante mais on pourrait utiliser un partie de la quille pour cela,
des pertes de rendement qui impose de prendre une puissance plus importante avec une consommation qui augmente.

15 juin 2004
0

le système hydraulique en hb existe depuis très longtemps
et c'est vraiment pas génial

je me souvient de mon copin qui avait un coche d'eau équipé d'un 4107 perkins et d'une embase hydraulique HPI

et aussi des joints d'embase qu'il fallait changer très souvent et aussi des 200 litres d'huile qui étaient dans une bache à coté du moteur, et aussi bien sur dse 30 à 40 % de perte de rendement

l'utilisation d'un moteur terrestre est bien sur possible, mais demande de régler un certain nombre de points importants:

refroidissement de l'huile

échappement sec et brulant en aérien?????

adaptation de la transmission

refroidissement de la pipe d'échappement

capacité de la pompe à eau d'origine a pulser le refroidissement dans le tube externe

régime de rotation trop rapide des moteurs modernes nécessitant une réduction importante

enfin tout un cinéma bien + couteux et moins fiable que l'installation d'un moteur marin d'occasion

amicalement

15 juin 2004
0

Bricoleur ingenieux...
MMm j'adore ce forum...J'ai un projet un peu fou sur les problèmes d'électricité à bord, mais je ne suis qu'un pauvre designer et je ne m'en sortirais pas tout seul...On a tous besoin d'électricité et d'un moteur d'annexe...L'idée c'est de n'utiliser qu'un seul moteur pour les deux (genre solex, en mieux...) Y'a t-il des ingénieurs ou mécaniciens compétants qui ont envie de rêver à un petit moteur autonome qui se brancherait alternativement sur un alternateur ou sur une hélice d'annexe???

15 juin 2004
0

chalutier
je pense avoir compris votre raisonnement due à votre expérience.

quelques précisions :
je pensais au montage genre chalutier pour l'échappement moteur avec un silencieux dans le compartiment moteur et une sortie au dessus de la timonerie. la tubulure étant à isoler impérativement.
vous l'aurez compris on est plus proche du trawler scandinave ou américain que du JI.
le programme étant du fluvio maritime-européen et méditerranéen.

pour la transmission j'aurais pris un équipement existant pour un marque connue dans le cas d'un montage classique par arbre ou par sail drive.

pour la pompe à eau, la différence de hauteur entre le moteur et le tube fixé à l'extérieur est faible (50 cm maxi je pense) et le principal frein que rencontre le flux de liquide de refroidissement est le calorstat. le diamêtre intérieur du tube étant de 30 mm minimun et son parcours sur la coque relativement à l'horizontale.

pour le groupe électrogéne le montage de principe serait le même pour le refroidissement et l'échappement.

je pensais que pour installer une machine à laver,
un micro onde, des plaques électriques de cuisson et un frigo un onduleur était nécessaire.

amicalement

15 juin 2004
0

tu pourras...
avoir plein d'idées en allant faire un tour chez un marchand de machines à vendanger, en effet elles sont tou-hydraulique avec dces rendements voisins d'une transmission classique, mais plus d'arbre juste deux tubes haute pression, une bac- he a huile et un refroidisseur d'huile, pour le moteur pas de pb un refroidissement classique de moteur marinisé. Tu as aussi une boite qui s'appele hydrokit du coté de cholet qui as de bons techniciens pour ce genre de problèmes, ils font des moteurs et pompes pour rendre moteurs des essieux de moiss bat.

15 juin 2004
0

l'onduleur transforme le 12 ou le 24 v continu en 220 alternatif
si le groupe délivre déjà le 220 alternatif, l'onduleur est strictement inutile

amicalement

16 juin 2004
0

pièges et erreurs
merci à tous

quelles sont les erreurs à ne pas faire si l'on désire utiliser de l'électro-ménager courant avec un groupe électrogène ?

un moteur diesel agricole ou tp tourne à vitesse stabilisée et à t° presque constante proche de 95°.
un moteur marinisé fonctionne avec une t° plus basse (70° je crois) à cause du sel qui se dépose.
avec le refroidissement par tube la t° serait, si tout est bien calculé à la t° idéale pour un diesel donc moins d'usure et plus de rendement.
exact ?

et pour le refroidissement de l'huile hydraulique,
un tube extérieur ?

effectivement il faudrait idéalement protéger ces tubes extérieurs.
si la coque est en métal pourquoi pas un tube ou un demi-tube soudé à la coque ?

16 juin 2004
0

pour l'utilisation d'électroménager avec un groupe
la principale erreur est le défaut ed calcul de puissance du groupe en effet un moteur électrique consomme au dmarrage une intensité bien + élevée qu'en service et il convient d'en tenir compte pour permetttre le démarrage des moteurs

pour le refroidissement, techniquement, bien sur que ça marche, mais c'est un choix technologique très personnel et culturel

amicalement

16 juin 2004
0

A quoi peut bien servir un onduleur
avec un groupe électrogène qui donne déjà du bon jus alternatif en 220 v, 50 périodes ?

Peut-être à alimenter sans faire tourner celui-ci la télé, l'informatique de bord, les chargeurs de téléphones mobiles et autres caméscopes, se faire un expresso à six heures du matin sans réveiller l'équipage, réchauffer un truc dans le micro-ondes, se servir de son rasoir électrique ou de sa brosse à dents électrique à n'importe quelle heure, laisser fonctionner le frigo 230 volts etc. etc. etc. etc. etc...

En effet, le petit chargeur du mobile consomme 10 watts, le café prend 5 minutes, ce serait bien dommage de faire tourner un groupe de X KVA pour si peu.

Simple choix de confort :-)

Amicalement,

Fred

16 juin 2004
0

c'est parfaitement exact
mais la question de biroulet est de savoir si on peux utiliser un onduleur ET un groupe alors que ce que tu dis correspond à l'utilisation de l'onduleur SANS le groupe ce qui est différent et bien normal

je pense donc que la réponse est bien qu'un onduleur ne sert à rien avec le groupe qui tourne

amicalement

16 juin 2004
0

Encore lu en diagonale ?
(je parle de la question de Biroulet...)

Amen

Fred

17 juin 2004
0

précisions
bonjour,

j'apporte quelques précisions :
- je ne souhaite pas laisser tourner le groupe électrogène en continu,
- je pense à une batterie dédiée pour le moteur de propulsion (pour le démarrage uniquement),
- je pense à un parc de batterie (2) pour le groupe électrogène,
- les escales seront dans des ports méditerrannéns et atlantique nord espagne, portugal et les canaux européens (donc du 220 volt),
- pour la production d'eau chaude (vaisselle et douche) un chauffe-eau électrique instantané qui se monte sur la tuyauterie,
- pour la cuisine un micro onde, 2 plaques électriques, un frigo (table-top classe A), une hotte,
- chauffage électrique céramique (mais quand on voit le prix des clims réversible aujourd'hui...),
- une machine à laver/sèche-linge (dans les ports uniquement vu la quantité d'eau nécessaire)
- éclairage par led.

je pense qu'avec ce type de montage le groupe devrait servir surtout au moment des repas en gérant les consommations.
le reste du temps les batteries feront le joint.

crédible et réalisable ?

17 juin 2004
0

en fait biroulet, c'est ni un onduleur ni un groupe
qu'il te faut mais une centrale edf

a+

17 juin 2004
0

je ne lis pas en diagonale mais en français et que lis-je?
est il envisageable d'utiliser un groupe ET un onduleur pour utiliser de l'électroménager terrestre?

la réponse est bien évidemment NON

si la question est; est il envisageable d'utiliser un groupe OU un onduleur pour utiliser l'électroménager terrestre?

lé réponse est bien évidemment OUI

a+

17 juin 2004
0

crédible
tout ça est possible avec un 10KVA mais pas tout en même temps. La plaque électrique est elle vraiment necessaire ?
Pour la propulsion, il faudra un groupe de 30Kva pour un petit 6 noeuds, rajouter 10 Kva pour l'usine à gaz.
Passé 6 noeuds sur ce type de bateau, les noeuds supplémentaire coutent chers.
Pour atteindre 8 noeuds en éco sur un fifty de 12m il faut au moins 150CV.

17 juin 2004
0

plaques

le choix des plaques est lié au tout électrique.
ainsi pas de gaz ou de pétrole pour la cuisine, mais 2 plaques (simples, vitro, alogène ou pas) plus facile à entretenir et avec moins de risque d'incendie.

la coque serait une coque de voilier plus fine en principe que la forme sabot des chalutiers qui doivent avoir un grande force de traction et une grande capacité de charge.

bien sur il reste le tirant d'air car la présence d'une timonerie est un frein à l'avancement.
pour les navigations envisagées les distances d'un point à un autre sont faibles, je me contenterais d'un 6 noeuds quelque soit le temps.
donc partir tôt et arriver tard !
mais à quai du confort fiable avec un maximun d'autonomie.

17 juin 2004
0

Groupe électrogène & onduleur
Le projet de Biroulet resemble beaucoup au bateau à moteur américain standard : il y a obligatoirement la clim, et les frigos, cuisinière, éclairage fonctionnent en 115 ou 230 volts.

L'américain moyen se sers de son bateau principalement en marina, donc branché sur le réseau terrestre. Lorsque le bateau se déplace, on passe sur le groupe. Le réseau 12 volts fait figure de système de secours...

Lorsque ces bateaux se retrouvent en Caraïbe, il y a beaucoup moins de marinas, et quinze jours dans les Grenadines avec le groupe tournant 24/24, n'est pas vraiment drôle. D'où le grand succès d'un onduleur avec sa batterie dédiée, qui alimentera les frigos, cuisine, éclairage. Le groupe tourne 12 heures par jour, (clim, chauffe eau, chargeurs et tout le reste, et la nuit on se sers de l'onduleur pour n'alimenter que les frigos, la cuisine, et l'éclairage.(en silence :-) )

Et lorsque le bateau fait route au moteur, cela permet de se passer du groupe.

Si un jour le groupe est en panne, l'onduleur sera le sauveur de la croisière (frigos).

A part ça, en effet, sur un bateau équipé 115 ou 230 volts, un onduleur ne sers à rien ;-)

Amicalement,

Fred

17 juin 2004
0

et bien
ya plus qu'a le faire

amitièes

17 juin 2004
0

américain

c'est comme cela que je vois la croisiére sur une longue durée.

indépendance et confort maison avec des mouillages forains lorsque le site et la météo le permettent, des petits ports de pêche, des berges de canaux ou des quais de rivières européennes.

effectivement il faut vraiment soigner l'isolation phonique des moteurs et prévoir des silencieux aux échappement sinon le confort ne sera pas au rdv.

amicalement

17 juin 2004
0

juste pour avoir une idée
quel est le budget pour un groupe de 40 kva avec un moteur de propulsion de 30 kva (refroidi à l'eau, bien sur)et les régulations associées?

merci de votre réponse

a+

17 juin 2004
0

Tarif matériel industriel :
Environ 20k€HT pour le groupe et autour de la tonne pour le poids (matériel non marinisé)
l'onduleur et les batteries qui vont bien pour la puissance de 40KvA (sauvegarde de 20mn à puissance nominale) toujours non marinisé: compter 15k€HT et 3000 A/h de capacité batterie soit une bonne tonne de plus
Avec le bateau qui va autour et la multiplication par deux des prix pour la plaisance (tant qu'à se faire plaisir) je pense que c'est un dossier à 450k€ tout compris . Pour 10% , je veux bien assurer la maîtrise d'oeuvre :-)

17 juin 2004
0

Propulsion & keelcooling
1- propulsion hydraulique : en dehors du rendement assez mauvais, les installations que j'ai pu observer sont très bruyantes, et semblent donner beaucoup de soucis.

2- propulsion électrique : on commence a en voir sur le marché, mais je trouve que l'on manque de recul pour pouvoir juger des performances et surtout de la fiabilité.

Un bon diesel avec une ligne d'arbre classique a l'avantage d'une technique maitrisée par la majorité des mécanos. Avec un rendement correct si tout est bien calculé.

Keelcooling : mon bateau est équipé d'origine de ce système qui existe en deux versions, tubes extérieurs ou réservoir (s) intégrés à la coque si métallique. J'ai un réservoir de 150 litres de liquide de refroidissement pour environ deux mètres carré de surface d'échange, le moteur est un 60 CV. L'échappement est sec, mais le collecteur d'échappement est refroidi a l'eau.

Lorsque j'ai installé mon groupe électrogène, je me suis dit que j'allais utiliser la même technique, et n'étant pas ingénieur, me suis procuré la doc technique sur le sujet, avec les abaques toutes faites pour déterminer la taille de l'échangeur en fonction de la puissance du moteur, de la température de l'eau de mer, et de la vitesse du bateau. Là, surprise : pour mon groupe dont le moteur développe 9 CV, l'échangeur doit être presque aussi grand que celui du moteur de propulsion ! Pourquoi ? simplement parce que le moteur de propulsion développe sa puissance bateau en route, donc avec un flux d'eau le long de l'échangeur, et que l'on se sers du groupe électrogène essentiellement à l'arrêt... Le bateau n'étant pas extensible, j'ai opté pour un refroidissement classique :-(.

Mais comme dit J.P. sauf si l'on a l'intention de naviguer dans la vase, ce n'est pas vraiment indispensable... moi j'ai navigué dans la vase guyanaise, et le système a trouvé là toute son utilité.

Amicalement

Fred

17 juin 2004
0

michel dupin, le moteur électrique de 30 kva est gratos?
a+

18 juin 2004
0

Moteur Electrique
Non mais Peuchère par rapport au reste (compter 3 à 4 k€HT tout de même pour un moteur asynchrone standart) .
Le problème est plutôt de le commander en vitesse variable au moyen d'un variateur de vitesse à flux vectoriel ce qui permettrait d'économiser le réducteur , le moteur serait en prise directe sur l'arbre.
La plage d'utilisation pour un moteur qui ne prend pas trop de couple à bas régime (cas de l'entrainement d'une hélice)irait de 1hz à 5hz cad de 30t/mn à 150t/mn pour un moteur 1500t/mn à 50hz
Evidemment on n'aurait pas la puissance nominale à bas régime mais le couple y serait bel et bien et même mieux, le contrôle de flux vectoriel permet d'outrepasser largement la caractéristique de couple du moteur
Le variateur ne coûte pas très cher (?)(1k€HT pour un 7.5kVA , je n'ai pas les prix pour un 30KVa)
De toutes façons avec un moteur électrique en variation de vitesse, la puissance du moteur est un faux problème , il faut définir:
- le régime maximal de l'arbre (150 à 300 t/mn Amha mais les loups de mer confirmeront)
- le couple à ce régime pris par l'ensemble arbre / hélice (les loups, ouh ,vont nous donner la valeur)
- prendre un moteur /variateur dont la caractéristique outrepasse cette valeur de 50%

On pourrait avoir la bonne surprise qu'un moteur électrique de 7 à 15Kw convienne parfaitement pour cette application (cas maintes fois constaté sur des véhicules terrestres)
Pourquoi ? la caractéristique de couple et la plage d'utilisation d'un moteur thermique est beaucoup trop étroite : d'ou la nécessité d'une boîte de vitesse , d'un embrayage et de surdimensionner le bouzingue en puissance pour avoir tout de même du couple à bas régime(à propos depuis sarko je ne vois plus grand monde rouler pied au plancher :-) )
C'est vrai que sur ce plan la propulsion électrique avec variateur électronique présente des avantages considérables. Elle pourrait s'avérer plus intéressante que l'hydraulique , moins gluante en tout cas :-D

Ce que j'en dis de toutes façons: un bateau pas gros donc pas cher et facile à manoeuvre avec de l'énergie musculaire et en équipage réduit, des voiles pour le fun (et pour le principe) , un moteur qsp la sécurité en cas de coup dur. Les gadget énergivores: le moins possible pour ne pas être emmerdé. Et on devrait aller loin et longtemps avec ça , et les laveries automatique , y en a dans tous les ports :-)

17 juin 2004
0

Non, je ne crois pas ...
que la propulsion électrique soit aussi chère que le dit Michel Dupin ...

Un ami (très sérieux) a fait cela sur son voilier (carène Méta), à partir de matériel industriel standard de grosse robotique. Son dossier est disponible je crois. Si mon souvenir est exact, il dépasse de 10 ou 20% le budget d'un moteur classique, mais il a tout fait lui même évidemment ! Et la motorisation (classique) sur un bateau de 40 pieds de chez Méta n'est que 5 à 10% du total (100 kF sur 1 à 2 Mf) ... alors le surcoût électrique n'est pas pharamineux, quelques % de la facture totale.

Evidemment, ce sont des bateaux de classe élevée à tout point de vue !

Evidemment il n'est pas question de mettre des accus et un onduleur capables de prendre la relève du groupe pour propuslser le bateau, ne serait-ce qu'une seule minute. Le reste de l'installation électrique est "normal", mais avec un confort incomparable en cas de besoin vu la puissance du groupe.

Cela reste expérimental, et le sera encore longtemps, peut-être pour toujours en France, simplement parce-qu'il n'y a pas de marché pour cela, donc pas de SAV non plus.

Robert.

18 juin 2004
0

ça marche..
un bon diesel, des grosses batteries, c'est le systeme des sous-marins (non nucleaires): propulsion mixte selon qu'ils sont en surface ou en plongée

sérieusement, la base de comparaison de prix, c'est celle d'un montage basé sur du materiel dedié et pro disponible: je ne connais que Vétus, avec des puissances assez faibles il est vrai, mais un systeme entier et coherent:

groupe diesel marine
variateur electronique
moteur electrique
ligne d'arbre

la puissance est peut etre un faux probleme: si on fait les canaux on est limité a 5km/h (3 nds!)et en mer avec un voilier, on peut quand même mettre la voile de temps en temps, non?

a part pour les manoeuvres de port musclées, ou pour remonter le rhone en hiver, ou passer bear contre le clapot, les puissances necessaires en route sont du tiers de celle équipant les voiliers "modernes" : un 15cv avec un regime et helice optimisé permet de faire marcher un 7T à 5nds sans problemes. au dela c'est la "marge de securité" toujours difficile a definir (et peut etre le besoin d'en avoir plus que le voisin (:&gt)

18 juin 2004
0

... et le bruit????
pardonnez la question d'un béotien en moteur, mais n'est-ce pas un peu bruyant et sale le yoting à moteur?

18 juin 2004
0

Tout à fait
Quel soulagement quand on arrête le moteur :-)

18 juin 2004
0

bruyant, ça dépend
de l'isolation du moteur

sale? pourquoi?

en général, les conditions d'hygiène sont meilleures sur un bateau à moteur que sur un voilier équivalent, car il y a + de place et + d'emport

par exemple, j'emporte 1.200 l d'eau ce qui permet de se doucher sans trop d'angoisse quand à l'autonomie

en +, le bateau étant peu sensible à la charge, j'emporte aussi une savonnette ET du gel douche ce qui fait que je suis paré en cas de panne de l'un ou de l'autre...... :-D :-D :-D :-D :-D

a+

ps j'ai aussi du sopalin bien arrimé :-D

19 juin 2004
0

ni sale ni bruyant ????
- pour "sale", je ne voulais pas parler de l'hygiène de l'équipage, mais du gras du gas-oil, de l'huile etc. (sur le pont, dans la cale)

  • pour "bruyant", il suffirait d'avoir une bonne isolation? j'ai cru lire qq part que le sail drive était mieux sur ce point. Mais est ce aussi sympa que la voile?
19 juin 2004
0

il n'y a pas + de gazole et d'huile
sur le pont d'un bateau à moteur que de voile dans la cale moteur d'un voilier..

le sail drive n'est jamais utilisé en bateau à moteur

l'isolation du moteur d'un motor boat est bien meilleure que celle d'un voilier car il est admis que le service est beaucoup plus long, et si le moteur est un accessoire du voilier, c'est le principal d'un bateau à moteur

pour un "motoriste" le bateau à moteur est bien + sympa que la voile

pour ma part j'ai commencé par 10 ans de moteur environ, puis continué par 18 ans de voile environs et ensuite retour au moteur et à la petite voile cotière

j'ai pas de préférence, amis je peux affirmer que le bateau à moteur n'est pas + facile que le voilier

amicalement

19 juin 2004
0

merci de ton avis jp!
... et si tu pouvais conseiller un gars qui ne connaît pas le motonautisme, mais assez bien la voile (côtière + transats), et qui voudrait bien connaître : commencer par louer un trawler? un day boat? ... j'ai déjà pêché sur des bateaux de pêche au gros (7 m) au large : ça roule quand même pas mal, et j'ai trouvé ça plutôt bruyant. Les bateaux de plaisance sont mieux?

cordialement
Pascal

19 juin 2004
0

un bateau de peche au gros
est prévu pour la peche donc pour aller vite sur les lieux de peche

ce n'est pas un bateau de croisière et la réduction du bruit n'est pas une priorité

de plus 7 m ,c'est pas gros en motonautisme

sur le flying bridge d'aloha dont la photo est dans le dossier, le bruit est équivalent à celui d'un frigo qui tourne

dans le carré que j'utilise pratiquement jamais, le bruit est équivalent à une cabine de camion; mais je suis en train de mettre les moteurs sous cocon

c'est vrai qu'uun bateau à moteur roule + qu'un voilier, mais il ne gite pas et il y a autant de gens qui détestent la gite que d'autres qui détestent le roulis

de + un bateau lent au moteur c'est quand meme 10 noeuds de moyenne au cap direct, donc un temps de route divisé par 2 au moins par rapport à un voilier

mais se demander si le voilier est mieux que le moteur et vice versa, c'est se demander si le calvados ( l'alcool de pomme) est meilleur que la tarte aux fraises

a+

20 juin 2004
0

merci de ta contribution jp
... et peut être à bientôt pour déguster une tarte aux fraises!
ciao

20 juin 2004
0

exelente idee
exellente idee
et je la trouve tres logique
il faud encore creuser
amitiees

07 juil. 2004
0

frigo a compression terrestre alimenté par convertisseur
je rencontre un problème similaire à "biroulet" sur mon installation electrique.

J'ai alimenté mon frigo modèle à compression de type terrestre) avec un convertisseur 12V/22V à signal non sinusoïdal; resultat le convertisseur dijoncte au bout de quelques secondes sans arriver à mettre en route le frigo.
L'essai a été réalisé sur d'autres frigos avec le même résultat.
Je précise que le convertisseur par ailleurs marche bien avec une perceuse ou un gros halogène.
J'ai esssayé la même opération avec un petit groupe electrogène; même résultat, il dijoncte.
Je suppose que ce groupe est équipé d'un alternateur générant du 12V suivi d'un convertisseur lui aussi non sinusoïdal.

Je suis prêt à investir dans un convertisseur à signal sinusoïdal en espérant que le problème vient de là.
Est-ce la bonne solution?
Merci d'avance pour vos réponses

07 juil. 2004
0

Frigo & convertisseur
Pour faire fonctionner un frigo de taille moyenne, environ 150 à 200 litres, equipé d'un compresseur standard de 100 watts, la puissance minimum de convertisseur devra être de 800 watts. Ceci à cause de l'intensité au démarrage.

Un convertisseur non sinusoidal aura pour effet de faire un peu "grogner" le moteur du compresseur, sans danger pour celui-ci, mais avec un rendement un peu moins bon, sans plus...

En outre, il y a les convertisseurs à découpage, légers et bon marché, mais supportant mal les sur intensités. Les "bons" convertisseurs ayant un transfo bien lourd et forcément plus chers, supportent généralement 3 fois l'intensité nominale au démarrage...

Si c'est l'économie d'énergie qui est recherchée, il est préferable de remplacer le compresseur 230 volts d'origine par un compresseur CC du type Danfoss.

Amicalement,

Fred

08 juil. 2004
0

re
Bonjour,
L'idée de la propulsion électrique me trote dans la tête depuis un moment. Actuellement comme tu as pu le constater ce n'est pas très répendu.
La propulsion electrique:
propulsion sur batterie : poids des batterie, cout,... beaucoup trop élevé par rapport au rendement

propulsion diesel electrique est à mon avis la seule viable actuellement (en attendant la propulsion mixte qui se développe comme sur les voitures)
C'est à dire génératrice diesel 220 ou 380 1500tr/min, variateur de vitesse à fréquence (suffisant à mon avis, par besoin de vectorielle), moteur alternatif, refroidi si possible pas eau.
Le gros problème c'est qu'aujourd'hui on ne trouve pratiquement personne capable d'intégrer la solution sur un bateau.
Avantage trouvé : couple élevé à bas régime, positionnement des éléments aux endroits les plus judicieux. Energie disponible pour utiliser du matériel terrestre.
Inconvénient : surplus de poids, fiabilité de l'ensemble en atmosphere marine, complexité de l'ensemble.
L'ancien navire météo qui est au musée de la Rochelle avait ce type de propulsion.

STéphane

sinon une petite page que j'ai commencé
petrel.chez.tiscali.fr[...]que.htm

08 juil. 2004
0

Stephane, tu oublies aussi
rendement très mauvais,

couple à bas régime parfaitement inutile en propulsion de bateau

complexité de l'ensemble

cout très élevé

amicalement

08 juil. 2004
0

Stephane, tu oublies aussi
rendement très mauvais,

couple à bas régime parfaitement inutile en propulsion de bateau

complexité de l'ensemble

cout très élevé

amicalement

08 juil. 2004
0

Oui mais
le rendement d'une propulsion diesel n'est pas très bonne non plus à moins de tourner tjs à 1500tr, le rendement de l'inverseur est là aussi.
de plus le moteur sert souvent à recharger les batteries et là le rendement s'effondre et la génératrice prends de l'avance.
C'es vrai que la chaine de propulsion est plus complexe mais très courante dans l'industrie donc des solutions éprouvées et fiables existent (quoique j'ai travaillé un mois quand j'était jeune dans une boite qui utilisait des moteurs et les variateurs tombaient en rade toutes les semaines :-) )

Couple à faibles tours permet de dimensionner l'hélice de façon à la rendre plus performante

STéphane

08 juil. 2004
0

sauf que tu ajoutes
le mauvais rendement du diesel a celui de l'électricité....

et si l'hélice est calculée pour les bas régimes, elle ne pourra pas prendre ses tours et adieu la vitesse maxi qui peut sauver le bateau dans certains cas, meme si on ne l'utilise pas souvent...

enfin, le courant, électrique ou non, n'est pas souvent l'ami du marin, meme s'il est bien utile...(le risque électrique en ambiance marine n'est pas négligeable directement au dessus de 48 v et indirectement au dessous et il ets difficile de passer la puissance avec des tensions de sécurité))

amicalement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (148)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021