faut il resortir le sextant ?

www.gao.gov[...]09-670T
selon eux l'USA par manque d'envestisssement aurai des problemes avec la toile de satelites qui nous fourni ce precieux util.:-(
les problemes peuvent arriver en 2010. ou alors est ce que il faudra comencer a payer ce service?

salutations

L'équipage
20 mai 2009
20 mai 2009
0

@vidabela
Effectivement, ils annoncent que le niveau de garantie va baisser dès 2010. D'un autre coté et étant donné le nombre d'appareils qui dépendent directement d'un service de type GPS, je serai surpris qu'ils n'envoient pas une kirielle de satellites dans les mois à venir.

Ils ont bien renvoyé Coolapic pour remettre des lunettes à Hubble ...

21 mai 2009
0

mise en service de galiléo
dès 2010, 100% opérationnel en 2013...

21 mai 2009
0

Uniquement pour le plaisir, j'avais décidé
d'apprendre à faire le point astronomique lors de ma récente transat en solo. In situ, je m'étais rendu compte qu'il fallait un sacré coup de main pour faire un point précis, surtout avec un petit bateau et quand çà bouge. J'ai d'ailleurs encore beaucoup de progrès à faire quant à la précision.

Bien entendu, j'avais deux petits GPS portable. Un principal, et un en backup dans le container de sécurité.

Finalement, après trois nuits passées sous les orages dans le pot au noir, me remémorant certains récits de navigateurs qui avaient perdu absolument TOUTE leur électronique dans les orages, même l'électronique NON CONNECTEE, GPS portables inclus, je me suis dit que plaisir à part, c'était aussi une bonne sécurité d'avoir un sextant et les tables, quelques soit le nombre de GPS embarqués, et surtout de savoir bien l'utiliser.

Du moins: Pour un programme de navigation hauturière, et surtout via une zone bourrée de cumulo nimbus.

Donc j'aurai tendance à répondre: Oui, çà peut valoir le coup de ressortir le sextant, juste pour garder le coup de main au cas ou.

a+

21 mai 2009
0

Sans aller jusque là,
même si personnellement je suis un fervent adepte du point astro au sextant en partant du principe que la position des étoiles et des astres est moins sensible à un supposé dérèglement que les puces de nos merveilles électroniques, il y a une réalité incontournable :

Le plaisancier lambda moderne considère le sextant comme un objet décoratif d'un autre âge, il en aura peut-être un sur la cheminée de sa maison mais pas à bord...

Même les autorités ont semble-t-il retiré l'objet de l'armement obligatoire, ce qui relègue le sextant dans la catégorie "pièces de musée"... dommage, mais c'est ainsi.

Il y a par contre une règle de bon sens qui semble faire défaut à la majorité : [b]tenir une estime ![/b] On peut raisonnablement supposer qu'il reste à bord à par le GPS un loch, un compas, une montre et quelques cartes papier... et le minimum stocké dans le neurone du responsable pour les exploiter ?

Juste l'avis d'un dinosaure... ;-)

_/)

25 mai 2009
0

gloups normal qu'il ne t'en ai pas parler
le sextant ,a ma connaissance n'est pas dans le programme ,ni du côtier,ni du hauturier

21 mai 2009
0

très bien tilikum
Ne jamais oublier les "fondamentaux",
bienheureux seront ceux qui ne les oublient pas quand toute la quincaillerie électronique tombe en panne faute de courant électrique.

Néanmoins ces instruments électroniques rendent bien des services. Tant que ça marche bien pourquoi s'en priver.

On sait encore mettre un pied devant l'autre malgré l'utilisation intensive des moyens mécaniques de déplacement.

22 mai 2009
0

ou peut on apprendre a ce diriger
ou peut on apprendre a ce servir d un sexpan
je suis au grau du roi
mon auto ecole pour le cotiere m a jamais parler de ca .

merci d avance

22 mai 2009
0

oui
pas forcément simple le sextant, faut le coup de main,

concernant le système GPS américain ils avaient assurés la gratuité du service jusqu'en 1993 à l'époque et il y avait une dégradation volontaire de plus de 100 mètres,

depuis les avions se sont équipés , les bateaux se sont équipés, les randonneurs sans sont équipés, et chaque fois qu'il y un truc qui merde sur le gpps américain on ressort le système galiléo, qui n'est toujours pas opérationnel et loin d'y être et il faudra changer le matériel car ce n'est pas le même codage, je crains l'échec cuisant du système galiléo :-(

21 mai 2009
0

ça serait bien
les mouillages en corse non surchargés ,les blaeares desertes , et j'en passe comme dans les années 70 .
plein de batos bradés et de la place dans les ports .
en voila une idée qu'elle est bonne
alain

21 mai 2009
0

ben non
plus de GPS = + de bateaux qui restent au port et donc encore + d'engorgement.

On vit une époque formidable.......

22 mai 2009
0

yacaré
tout est dans le poignet , il faut bien balancer
et plus le bato est petit et plus il bouge
mais a 5mn près c'est tout bon et à l'atterrissage il y a les amers et les phares .
si ils arrentent le gps on va revoir des marins au large .
alain :-) :-) :-)

0

retour à la question
Non, pas nécessaire de le resortir, pour plusieurs raisons:
- un GPS de nos jours voit environ 8 à 9 satellites en permanence. Si il en manque deux à un moment donné, cela n'a pas d'incidence sur ton point. (c'est moins vrai en ville, car le nombre de satellites visibles est handicapé par les immeubles, et donc il est utile d'en avoir beaucoup)

  • Il suffit de trois satellites pour faire un point en mer, car l'altitude est connue de l'instrument et il prend la terre comme quatrième référence.

  • La précision et la fréquence du point est quand même fortement moins critique en mer que sur la route. Quelques centaines de mètres ne sont pas à priori un handicap, sauf pour un trrrrèèèès mauvais marin.

voili, voilà, le sextant peut rester sur la cheminée

22 mai 2009
0

bon
:tesur: il reste encore le radar, pour l approche

:jelaferme:

22 mai 2009
0

visibilité
Le sextant reste utile en dernier recours oui, mais n'oublions pas que la pluspart des naufrages dûs à une erreur de position se sont produits jadis lors de longues périodes de mauvais temps= point astro impossible et estime très difficile (notamment dans les coins ou il y a beaucoup de courant)...de ce point de vue le GPS est un progrès considérable, quand à la protection en cas d'orages, si l'on conserve un GPS portable non connecté dans une boîte métallique étanche il ne risque rien (cage de faraday) et dans un bateau métallique il n'y a même pas besoin de boîte métallique...

22 mai 2009
0

Vivement une pluie de météorites...
Qui mettre H.S les 24 satellites !
J'y vois 2 grands avantages :
- Les faiseurs de guerre seront obligés de se calmer, ils ne savent plus programmer une opération militaire sans ça,
- Et il ne restera plus, au delà de quelques centaines de NM que les vrais navigos, ceux d'antan qui n'étaient pas prisonniers de la technologie, c'est-à-dire pas grand monde.
A nous, les coins enfin redevenus tranquilles !

Quant au sextant, comme pour tout, ça s'apprend. Lors de ma première transat en solo, je ne savais pas m'en servir. Et le sat nav coûtait trop cher. Alors, je me suis dit : 'l'Amérique c'est grand, je ne peux pas la louper ! " :-)
Après 4 semaines de large, j'étais capable de faire un point honorable, et même de trafiquer l'équation du temps pour zapper les éphémérides.

22 mai 2009
0

ben si toi tu l'as fait,
Les autres y arriverons surement aussi.
Y aura juste un cours d'astro en plus au hauturier.
Stern-Veyrin l'a bien appris a ces gosses avec des petits chats...

Damned, y aura encore plus de navigos alors ?

:tesur:

25 mai 2009
0

Comme tu as raison Christian.
je crois qu'un retour à l'impondérable, l'incertitude, l'inconnu, en ferait flipper plus d'un, sur l'eau.

25 mai 2009
0

Il est vrai que,
c'est ce que l'on tend a penser. J'ai tout de même constaté un comportement différent sur l'eau. Tout d abord mon horizon nautique ne s'arrête pas aux parkings a bateaux, donc je n'inclus pas les campeurs. Je dirai que je suis surpris par la soif de culture nautique des plaisanciers et je pense que la carence vient plutôt des formateurs comme dit plus bas (est ce par ignorance ou par gout du mystère?). Il est évident qu'un tel événement dégrossirait les rends, mais parmi les anciens seulement car les nouvelles générations sont formatées pour apprendre, et quand on voit leur maitrise technologique c'est pas un sextant qui va les effrayer, ensuite parce que justement des aventuriers ont montrés les possibilités du voyages, l'aventure ce définie autrement que par la découverte de nouveaux horizons mais qlq chose de plus profonds. Les routes elles sont pour la majorité déjà tracée.
Il est vrai que l'optimisme de mon age joue en ma faveur pour ce type de raisonnement sans pour autant en retirer la poésie.
Par moment je suis plus impressionné par les risques que prennent bien des plaisanciers qui travers vers les antilles sans même savoir empanner ou tenir une estime (et il y a en un paquet) et me dit que devant une tel ignorance du risque ils ne s'arreterons pas la.

25 mai 2009
0

euh pour info,
Je n'ai eu un GPS que sur le tard (et j'en abuse bien heureusement à présent), je connais plutôt bien la nav. astro et de plus, pratiquement tous les gars de mon entourage, même s'ils ne pratiquent pas forcement, maitrise le sextant avec toutes les tables ou formules.
La je crois que vous faites du bien la messieurs.
Pour l'incertitude y a ce que l'on appel la navigation a l'estime, qui reste le mère de toutes les techniques.
Mais bon je suis daccord avec vous, ça pourrait faire un nettoyage pourquoi pas utile. Bien que je ne le souhaite vraiment pas. Pas de sat. pas de H&Heo.

"On ne devrait pas nier que la liberté de mouvement nous a toujours exaltés. Dans notre esprit, nous l'associons à la fuite devant l'histoire, l'oppression, la loi et les obligations irritantes, nous l'associons à la liberté absolue, et pour trouver celle-ci nous avons toujour pris le chemin de l'Ouest" Wallace Stenger.

23 mai 2009
0

Détrompe-toi !
Il y a bien longtemps de ça, dans un autre univers et une autre galaxie ;-) , j'avais pour voisin Marcel Bardiaux à Los Christianos. Un homme qui, rappelons-le pour les jeunots, fut en son temps aussi connu que Gerbault ou Moitessier, lequel le donnait d'ailleurs en exemple à ses débuts.

Los Christianos était alors un petit port sympa et gratuit, où se retrouvaient quelques aventuriers des mers en quête d'absolue liberté et d'une improbable reconnaissance, rien à voir avec l'infâme parking à bateaux qu'il est devenu.

L'astro partageait l'essentiel de nos conversations, avec les femmes ou plutôt leur rareté sur les pontons et leur abondance dans les clubs de vacances. :-)
Alors que pour la quasi-totalité des navigos, le grand départ était l'aboutissement d'un long processus de murissement personnel, souvent commencé par la construction de leur esquif, il était surprenant de constater que les 2/3 des bateaux restaient scotchés aux Canaries avant de remonter en Europe.
Quant aux autres, ils descendaient jusqu'à Dakar, mais pas plus loin. Seulement 1/10 se risquait à traverser. L'estime et la gonio les rassuraient mais au delà, le large leur faisait peur !

A l'époque, Marcel donnait des cours d'astro contre un bon repas, mais les nourritures spirituelles qu'il offrait, causaient des problèmes de digestion à ses "élèves" : Non point par bêtise ou par inculture car, disons-le tout clair, un niveau BEPC suffit pour utiliser les tables américaines. Mais parce qu'ils avaient peur de se tromper, peur d'eux même en quelque sorte, et pour les plus motivés une grande impatience qui les handicapait. L'art de balancer le soleil sur l'horizon semblait leur échapper, et au lieu de persévérer, ils se décourageaient en vainec colères contre eux même.
Je ne crois pas que, aujourd'hui, si les satellites étaient HS, les typologies humaines seraient radicalement différentes.

--
christian.navis.free.fr[...]/

25 mai 2009
0

Difficile à imaginer...
Morrigane, tu parles de ton jeune âge, si tu n'a pas connu le temps sans GPS, c'est difficile à imaginer.

Et ce n'est pas une aptitude des jeunes à apprendre que je mets en doute, mais plutôt la gestion de l'incertitude.

Sans GPS, pour peu que tu aies trois jours couverts sans point, ton estime devient vraiment une estime! Arrivée dans le brouillard, puis tu entends le ressac, une falaise ou des rochers pas loin, oui mais lesquels, la gestion des courants ...

Tout cela crée une tension, une angoisse, crée beaucoup de satisfaction à l'arrivée, mais doit se gérer. Et là, jeune ou vieux, cela n'a rien à voir. La gestion de l'incertitude est un don que tous le monde n'a pas. Avant il était nécessaire pour faire un skipper. C'était rare.

Maintenant, le doute est levé, le Gps, les fichiers Grib pour la météo, le coup de fil Iridium tous les midis pour rassurer... Bref, certains (la majorité??) osent maintenant une transat parce qu'il peuvent limiter les aléas. Ils vont des marinas en marinas comme indiqué dans leur guide nautique, arrivent aux Antilles et racontent dans leur blog les aventuriers qu'ils sont.

C'est évidemment un bien pour tous ces gens cette évolution, cela leur permet de connaître une traversée.

Mais c'est clair que cela change la population des naviguants.

Je suis aussi convaincus, comme Navis, que la disparition de ces aides satellitaires à la navigation, raréfierait à nouveau les navigateurs du grand large.

22 mai 2009
0

Et si le dieu des boussoles
décidait de mettre un terme au nord magnétique, on aurait plus que deux frères jumeaux en mer. Alors, ce serait à leur tour d'être tranquilles ! :-D

25 mai 2009
0

Pour le sortir à nouveau...
Bonsoir,

Pour le sortir à nouveau...celà suppose qu'il était remisé ? Et pourquoi mettre au rebut cette merveille magique ? Si l'on s'y intéresse, c'est une source de satisfactions persos qui ne coûtent pas cher une fois l'instrument acheté.

On peut s'entraîner avec une cuvette toute l'année n'importe où, on peut essayer toutes les tables dispo Dieumegard et Bataille, de Neuville, les Haversines, HO214 et HO249 gratuites sur NOAA ainsi que les éphémérides.

Le GPS c'est bien, c'est même très bien et je m'en sers presque tout le temps; mais ça n'a pas la magie du sextant, pour soi et pour les foules en délire qui attendent bouche bée le verdict du maître à bord.

De temps en temps, je coupe tout le bazar, dit sophistiqué, pour retourner à l'estime, aux amers et au sextant, qui même en côtière, rend de multîples services (sauf de faire le café bien sûr!).

25 mai 2009
0

le sextant est un art que j'aimerais apprendre
le sextant,les HO 249 et éphémérides j'ai.
la technique j'ai pas et si quelqu'un dans mon coin connais,je suis pret a apprendre
hélas dans mon entourage personne pour m'apprendre

25 mai 2009
0

ok je vais voir ça
peut-être jp,je crois qu'il fait aussi dans l'aviation,mais tu sais dans mon coin j'ai trouvé des anciens tdm comme par hazard ils on oubliés
merci de ton conseil,je pense que maintenant j'aurais plus de temps dès le moi prochain
;-)

25 mai 2009
0

Tu peux apprendre tout seul,
il y a pas mal de bouquins qui expliquent ça très bien, au moins pour les bases.

Perso j'ai appris tout seul pour exploiter le soleil, mais je n'y suis pas arrivé pour les étoiles...

Par chance j'ai rencontré tout comme d'autres plaisanciers de passage un officier de la marine Royale Marocaine à Casablanca qui travaillait à l'hydro et donnait des cours de voile aux mômes, qui nous a proposé de nous initier à la navigation astro, et avec qui j'ai enfin compris comment exploiter les étoiles ! :-)

Un passionné et excellent pédagogue qui nous a transmit gratuitement son savoir !

Parles en autour de toi, tu trouveras sans doute l'oiseau rare, genre ancien officier marmar à la retraite, formé "à l'ancienne" ? ;-)

_/)

25 mai 2009
0

J'ai appris
en mer il y a deux mois en lisant le livre d'Antoine (mettre les voiles) in-situ. Il explique bien. J'avais embarqué les HO-249, les éphémérides, une montre affichant les secondes, et bien sur le sextant.

Le plus difficile c'est d'être précis dans la visée... J'ai encore des progrès à faire. De voir quelqu'un faire doit bien aider.

25 mai 2009
0

Quelques bonnes bases sur :
navastro.free.fr[...]/

25 mai 2009
0

Attendons 2012 avec la mise en service
des satellites européens galiléo, et nous serons de nouveau autonomes .

25 mai 2009
0

Pas sûr.
Si c'est Européen :
Toute information relative au positionnement sera conditionné par la réunion d'une commission.

Selon le président en exercice, la structure de la commission sera variable et ses décisions ne seront pas nécessairement adoptées par la présidence suivante.

Tout positionnement sera donné par rapport à une référence européenne qui, pour ne pas être équivoque par rapport aux références nationales et/ou internationales, ser délivrée sous une forme multilingue malais/moldave en caractères cyrilliques, selon une division en gradients avec un zéro de référence situé à 47,58698 km au sud est de Strôngen (prusse moldavo suédoise orientale).

Dans un souci de transparence et dans le respect de la concurrence, un appel d'offre bi annuel sera lancé pour de nouveaux systèmes. La priorité sera donnée au mieux disant financier. L'application de chaque nouvelle désignation sera effective immédiatement.

La mise à jour des appareils reste à la charge des utilisateurs.

Ah...L'Europe...:mdr:

Dernière heure :
l'organisation du système sera confiée à l'italie, l'animation des interfaces et leurs fonctionnalités à l'Allemagne, la nourriture aux anglais et la fiabilité de la prestation nous reviendra.

Où ai-je donc rangé mon sextant ? devrais répondre aux M.èls publicitaires que je reçois pour qu'il puise à nouveau sextendre ?

Dur, dur...

26 mai 2009
0

l'Europe....
Dans les milieux du spectacle, on dit qu'une bonne production européenne c'est:

-une direction britannique,
-du matériel allemand,
-un financier suisse,
-la bouffe française,
-et les groupies italiennes...

Et la pire....
-une direction allemande
-du matériel français,
-de la bouffe anglaise
-un financier italien
-et les groupies suisses

25 mai 2009
0

Galliléo?
je comprends pas qu'on va encore dépenser des miliards pour quelque chose que l'on a déja. Autant payer les américains.

25 mai 2009
0

Ah, tu vois...toi aussi ça t'inquiète.
:-(

Goût suave du singe, goût suave du singe, qu'y disent.
Balepot, que dale, que pouic, nada, que nibe : c'est pô bon, épicétou.

Na.

25 mai 2009
0

Ben moi je trouve au contraire que ça tombe bien,
puisque les US disent qu'ils n'ont plus les moyens d'entretenir toute la constellation. Par ailleurs je crois que la compatibilité entre GPS et Galileo sera totale.

Maintenant, c'est sûr que si les anglais sont chargés de la nourriture, on est mal...

25 mai 2009
0

Je me permettrais d'être plus optimiste
Sur le plan décisionnaire, l'Europe, c'est un peu le capharnaüm.

mais coté application, on peut peut s'attendre à de la performance.

25 mai 2009
0

Tu es optimiste Lorenzo
ou alors est-ce moi qui suis amnésique sélectif : j'ai assez clairement le souvenir prévis de réalisations complexificatoires et alambiquées dont le seul effet est une sclérose plutot mais aucun de réalisations simplificatrices et dynamiques.

C'est dur de vieillir... :-(

25 mai 2009
0

je ne comprends pas ....
J'ai appris à naviguer bien avant que le GPS n'existe, et

  • sans moyen de localisation électronique (Loran-Decca)
  • même pas de gonio.
  • même pas de sextant !

Cela ne m'a jamais gêné, pour la simple raison que ma plus longue traversé n'a été que de 350 milles, 3-4 jours donc, et que tout se faisait à l'estime.

Le sextan ne prend son sens que pour des traversées transocéanique, et donc ne concernera de toute façon qu'une toute petite minorité de plaisanciers.

Et cette petite minorité prendra bien le temps d'apprendre à s'en servir s'il le faut car parmi tous les obstacles à franchir avant de partir en transocéanique, le sextan n'est pas le plus insurmontable (il me semble) :heu:

25 mai 2009
0

En pratique,
ça sert aussi à relever un angle entre deux amers, ou aussi à mesurer sa distance connaissant sa hauteur... un sextant n'est rien d'autre qu'un rapporteur d'angle de précision ! ;-)

Ceci dit, j'ai connu un gars qui a fait le tour du monde uniquement à l'estime et en demandant régulièrement sa position exacte aux cargos qu'il croisait... :tesur:

_/)

25 mai 2009
0

et alors ? ? ?

c'est ça la solidarité maritime, non ? ;-)

25 mai 2009
0

juste en passant,je devrait etre au boulot,dans le batiment on dit etre au chagrin
mon désir d'apprendre est uniquement pour le plaisir de savoir et de pouvoir reproduire ce que nos anciens faisaient
a ce soir
:-)

25 mai 2009
0

une etoile pour tilikum
A cette bonne odeur de la nav sur le pont. 200% daccord.

0

pratique courante
au début des années 80, quand la moitié des cargos n'avaient pas encore le magique "Transit".

On avait souvent un grec ou un philippin quji nous appelait en chemin pour "vérifier" sa position
:reflechi:

25 mai 2009
0

auboisrou
à fait sa premiere transat avec un horaire d'air france et il surveillati l'avion paris pointe à pitre pour connaitre à peu près sa latitude .
350 milles à l'estime si on ne vise pas une ile
c'est possible ,autrement si le vent et les conditions de mer changent pendant la traversée on peut se perdre facile .
de toulon au baleares après 24h de gros mistral
je me suis retrouvé à 30 miles dans l'est de minorque, j'avais l'algerie en face , mais une petite méridienne et le tour etait joué (1968)
hier
alain

26 mai 2009
0

Il a donc
fait la traversée en ligne droite depuis Paris, sans même aller chercher les alizés?

26 mai 2009
0

Effectivement, Pierre Auboiroux consultait régulièrement
l'horaire Air France, du temps où, taxi parisien, il se rendait à Orly charger des clients...
Par contre, pour le TDM de Néo-Vent, dès le départ de la Trinité/mer, il utilisait, avec plus ou moins de réussite car néophyte, un sextant. Ainsi il a été amené à vérifier sa position en interrogeant des cargos croisés sur sa route, et me semble-t-il, en consultant une seule fois l'horaire d'A.F.

26 mai 2009
0

On m'a parlé
aussi de l'astuce d'utiliser un poste de radio à la manière d'une gonio pour localiser la terre.

26 mai 2009
0

évidemment,
si l'estime est douteuse et qu'on en est à devoir "localiser la terre", ...

:-) :-) :-)

;-)

26 mai 2009
0

la gonio
c'est comme ça que ça s'appelle.
mais il y a aussi le VOR DME.
qui va bien
et au moins on s'ennuiera moins en mer sous pilote
alain

26 mai 2009
0

Le sextant
par lui-même et les tables ne m'ont pas trop posé de problèmes. En revanche, je sais c'est bète, ce sont les calculs d'horaires dans les quels je me plante tout le temps. Il y a aussi cette fichue interrogation : vers l'astre ou à l'opposé.
Sinon, j'ai eu un ami qui se servait du sextant pour mesurer la hauteur d'un point remarquable et faire son point par relévements. Mais il était très fort, que Dieu ait son âme !

26 mai 2009
0

Philosophiquement
Si tu doutes de ta position, refais tes calculs.
Si tu en es sur, refais les quand même

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

Souvenir d'été

  • 4.5 (113)

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

novembre 2021