Faut il laisser l'hélice tourner en navigation.

Bonjour les matelots
Je me pose le la question depuis pas mal de temps, j'ai essayé de mesurer la différence hélice embrayée ou débrayée en navigation, pas de différence notable sur la vitesse.
Que préconisez vous ? Avantages et inconvénients ?

Merci d'avance @+
Alain

L'équipage
06 mai 2010
06 mai 2010
0

ça dépend !
Trop de facteurs entrent en ligne de compte. Le pas de l'hélice, la surface des pales, les freins sur l'arbre (alternateur), la position à l'arrêt masquée par le voile d'étambot dans certains cas, la vitesse du bateau, etc ...

Selon ces facteurs, la traînée de l'hélice peut être plus faible bloquée ou plus faible libre.

06 mai 2010
0

bien sur
sinon tu n'avance pas.

06 mai 2010
0

Le grand débat.........
Salut
Tu lances un grand débat ! Sur la vitesse, un peu
Mais pourquoi laisser tourner ta ligne d'arbre pour rien ? Usure même minime, j'en conviens de la bague autolube et autre pièces en mouvement. J’ai lu un article la dessus, une hélice qui tourne à plus de frottement qu’a l’arrêt, lié à la surface !
Bon vent.
bateau.nanouk.over-blog.com

06 mai 2010
0

déjà eu un fil cependant
perso et amha je bloque en prise en AR, ce qui n'use pas du coup ma bague hydrolube.

06 mai 2010
0

bloquèe ou pas ?
après lecture de nombreux articles sur la question,et de mèmoire ,la lecture de plusieurs fils sur divers forums,il apparait qu'une hèlice bloquèe gènère une trainèe moins importante que laissèe libre.une chose est certaine,une hèlice qui tourne pendant des heures, lors des navigations, va entrainer une usure de toutes les pièces en mouvement.

06 mai 2010
0

et
sa ne fait pas de bruit

06 mai 2010
0

et l'inverseur ?
Dans la notice de mon inverseur (technodrive) il est noté en caractère gras qu'il faut laisser l'hélice en rotation libre.

06 mai 2010
0

oui, plein de discussions à rallonge sur le sujet...
certains l'acceptent, d'autres non (Volvo par exemple), de mémoire, une histoire d'inverseur.
Mais, c'est pas bien supportable, alors moi je bloque en marche arrière.
Tout ce que j'ai lu ici ne m'a pas permis de trancher définitivement.
Le souci pratique: ne presque plus avoir de vitesse sinon pas possible de repasser le point mort et débrayer pour démarrer.
Pas glop.
Vrai pour Volvo 2002 inverseur MS2B

07 mai 2010
0

que veux-tu dire .....
par : "Vrai pour Volvo 2002 inverseur MS2B" ??

faut laisser libre ou pas ??

:reflechi:

07 mai 2010
0

pour l'hélice tripale....
repliable Volvo, le constructeur recommande sous voile de mettre en marche arrière pour bloquer l'hélice

07 mai 2010
0

"vrai pour volvo2002 avec inverseur MS2B"
il est préconisé de ne pas bloquer l'hélice.
:-)

07 mai 2010
0

"sinon pas possible de repasser le point mort et débrayer pour démarrer."
Sur mon sun shine 36 (moteur 3GM 30) il se trouve que justement, à plusieurs reprises, lorsque qu'après une nav sous voiles avec l'hélice bloquée, je me remets au moteur, je n'arrive pas à enclencher la marche avant. Le moteur tourne et prend ses tours mais manifestement l'embrayage ne se fait pas. J'attribuais ça à un pb sur le cable des commandes et m'apprêtais à tout démonter pour une vérification. Est-il possible que mon problème vienne plutôt du seul fait d'avoir bloqué l'hélice ? J'ai ce bateau depuis peu. Je ne peux donc pas être affirmatif sur la corrélation éventuelle mais du coup je m'interroge à la lecture de ce fil... Quelqu'un peut-il éclairer ma lanterne à ce sujet ?

11 mai 2010
0

tout à fait
j'ai bloqué mon helice et après, plus moyen de passer au point mort sans démarrer embrayé.
Cela m'est arrivé de nombreuses fois, donc je laisse l'helice tourner.

06 mai 2010
0

il faut bloquer l'arbre
tout simplement parceque si vous passez par inadvertance sur un bout qui traine par là ( genre attaché a une bouée de casier ou autre) le fait que l'arbre tourne, le bout va s'enrouler dessus tout seul et au prochain démarrage moteur ...
:-(
c'est la raison principale de bloquer l'arbre.
pour ceux qui n'ont pas connu encore l'avarie, un bout qui se prends dans l'arbre peut arracher la chaise d'arbre, provoquer une grosse voie d'eau et faire couler votre bateau
c'est une des avarie les plus importante que peut subir un voilier

07 mai 2010
0

100% d'accord avec toi
sauf si l'alternateur est sur l'arbre…
un bout pris il y a peu sur l'arbre (marche avant moteur, casier avec flotteur transparent par 70m de fonds !), m'a abimé la bague hydrolube… résultat : sortir le bateau, et changer le bazar !
Au moins qu'à la voile on évite ce genre de connerie… en plus ça fait moins de bruit.

07 mai 2010
0

Et l'inverseur bis !
Sur quoi peut bien reposer l'injonction Volvo.
Risque de casse inverseur ?

07 mai 2010
0

c'est arrivé
une fois dans la garonne devant langoiran, l'hélice a attrapé un bout nylon qui flottait entre deux eaux, l'arbre a fait moulinet et quand le grappin qui etait au bout est arrivé il a sectionné net la chaise d'arbre. pas d'autre issue que d'aller s'échouer dans la vase devant la ville. un mecanicien agricole est venu souder la chaise. il m'a demandé de rester a l'interieur et de balancer de l'eau froide pour pas faire fondre le polyester a cet endroit. le canal du midi commencait bien mal et la reparation n'a jamais bougé.

07 mai 2010
0

Ca m'a l'air d'etre un argument tres important
L'hélice qui tourne est un aspirateur potentiel de bouts flottants entre deux eaux.
@+
Alain

07 mai 2010
0

voir
réponse solitaire 35

07 mai 2010
0

oui; mais qqn sait il sur quoi repose l´injonction Volvo
qui m´a toujours laissé perplexe car je ne vois pas en quoi des pièces mécaniques immobiles peuvent s´abîmer.

07 mai 2010
0

Faut il laisser l'hélice tourner en navigation ?
Il me semble que c'est un vieux sujet qui remonte régulièrement à la surface : il y a eu des dizaines de fils qui en parlent... ;-)

De mémoire, les conclusions n'ont jamais donné une solution sans appel :

  • La laisser en rotation ralenti le bateau... ?

  • La laisser bloquée ralenti le bateau... ?

  • En rotation libre ça use l'inverseur, surtout si c'est un modèle hydraulique où la lubrification ne serait plus assurée... ?

En ce qui me concerne, je laisse tourner pour deux raisons, l'hélice entraine un alternateur qui me fournit une énergie qui couvre tous les besoins du bateau, et ça me sert de loch audio hors quart depuis ma couchette : rien qu'au bruit je connais exactement la vitesse du bateau ! ;-)

_/)

07 mai 2010
0

c'est bien ce qui m'interpelle !
Que Tilikum n'est pas la réponse !
Je peux admettre que bloquer en avant, le moteur ait des velléités de démarrage mais en marche arrière - La pièce de l'inverseur faisant fonction non prévu de frein pourrait-elle être endommagée ?

07 mai 2010
0

rotation ou pas en navigation
bonjour,

j'ai retrouvé des résultats de mesures effectués par un constructeur de moteurs( mariniseur) et un fabriquant d'hélices.
Les conclusions sont les mêmes:
en navigation si on laisse tourner librement l'hélice on gagne un peu en performance.
sauf évidement quelques cas :les hélices 2 pales qu'on peut bloquer en position pour éviter les trainées, et d'autres rares cas.

Mais attention tous les inverseurs ne sont pas prévus pour ça: sur ce point il est préférable de faire du cas par cas.

Bonne journée

Jean

07 mai 2010
0

croyez moi ...
hormis des cas bien particuliers (Tilikum et son alternateur) la question se pose meme pas s'il faut gagner ou perdre 1 ou 2 noeuds, là je vous parle de perdre votre bateau tout simplement.
vous naviguez tranquille a la voile toute la journée avec l'arbre non bloquée, il va donc tourner toue la journée et enrouler tout ce qu'il a pu accrocher pendant ces heures de navigations "silencieuses" sans que vous vous doutez de quoi que ce soit ...
genre vous etes a plusieurs miles nautiques, il est tard, peu de vent, vous faites le choix de rentrer au moteur, et au moment de mettre le contact, meme pas quelques secondes vous entendez un bruit énorme ( a franchement faire froid ds le dos) comme si un truc a défonçé la coque.
en fait le couple du diesel est tellement énorme que ça a forçé sur la chaise d'arbre car l'hélice était bloqué
vous avez un trou énorme dans un endroit absolument inaccessible (compartiment moteur arrière)
evidemment, pas question de rentrer en catastrophe au moteur
donc, 2 solutions :
1 : appellez maman =} a la VHF ?
2 : se demerder pour pas perdre votre bateau et je vous garanti que l'eau monte vite quand on est seul a bord ...

07 mai 2010
0

expérience similaire en revenant des Scilly's
First 305 bisaf : A 4h du mat dans le Fromveur au moteur et mer d'huile (et oui, ça arrive !) ... bout nylon de 3cm de diam ... emberlificoté ... plongée en apnée avec opinel.. brr ...chaise cassée net au ras de la coque ... pas d'entrée d'eau mais peur de perdre l'arbre ... solution trouvée : marche avant au ralenti (même sous voiles) pour pousser l'arbre vers l'avant jusqu'à Bénodet... et moteur au ralenti car sinon la chaise se mettait à tourner avec l'ardre en tapant les fonds à chaque rotation ...
De bonnes heures de stress !
Breizhou
(sur le 36cc, l'arbre est dans un skeg)

Question : pourquoi avoir un coupe orins si on bloque l'arbre en nav ss voiles ?

Remarque : le chant de l'arbre = speedo très précis !

07 mai 2010
0

IL y a
une trentaine d'années cela nous est arrivé, le moteur un OM636 a calé mais de la à arracher quoi que ce soit de la coque !
(coque acier et helice en sortie de tube d'étambot )
Sur notre bateau actuel cela nous est aussi arrivé une fois : baisse de regime suivi d'un bain forcé pour retirer le bout en partie fondu autour de l'arbre .
Pour nous nos helices tournent en navigation ,mais comme il s'agit d'un bateau à moteur ...
IL est certain que lorsque nous naviguons à l'economie sur un seul moteur il serait preferable de bloquer l'arbre inutilisé pour reduire l'usure.

07 mai 2010
0

d'ou l'intérêt
du coupe orin monté entre la chaise d'arbre et l'hélice. Perso, sous voile, je laisse ma bi-pale tourner librement et pas de problème ( enfin pas encore)
Bonne nav à tous
André

07 mai 2010
0

Utilité du coupe orin moteur débrayé
Il me semble qu'il est très utile lorsque l'hélice tourne embrayée a régime soutenu.
Lorsque le moteur est débrayé son efficacité doit être bien moindre, le couple est beaucoup plus faible et je doute qu'il puisse couper un bout nylon qui s'emberlificote autour de l'arbre.
Votre avis ?
@+ les matelots
Alain

07 mai 2010
0

c'est vrai que l'efficacité n'est nullement prouvée ...
Entre le fil à pêche et le bout qui m'avait arraché la chaise d'arbre, il y a "un monde"

Par ailleurs, il est certain que "moteur en marche embrayé" on a plus de chance de couper un bout ... mais avec l'arbre arrêté, en revanche, on est sur de ne rien couper du tout ... alors on tente sa chance ?
Prions, mes frères ...!

07 mai 2010
0

le coupe orin est une invention de voileux
j'en ai jamais vu sur des bateaux à moteurs qui ont souvent 2 fois plus d'hélices que les voiliers et ces hélices tournent tout le temps en navigation

amicalement

07 mai 2010
0

Risque avec hélice bloquée
Ma philosophie était depuis 30 ans était hélice bloquée c'est mieux . Pour toutes les raisons largement développées sur ce fil. je viens de changer pour un bateau neuf ( nul n'est parfait !) doté d'un moteur Yanmar 40 CH et d'une hélice tripale . A cote du tableau de commande moteur il y a un panneau : Attention au dessus de 8 No l'hélice doit être libre ! J'en déduit que hélice bloquée = risque a grande vitesse .

07 mai 2010
0

Pourquoi ?
C'est la manie des directives techniques données par les constructeurs qui n'expliquent jamais pourquoi il faudrait faire ceci ou cela.

Quel risque à grande vitesse ?

Arracher l'arbre ? :heu:
Démarrer le moteur ? :lavache:
Casser l'inverseur ? :oups:
..... ?

07 mai 2010
0

A cause des roulements?
J'y connais rien en inverseur, mais les roulements ont une limite de charge statique inférieure à la limite de charge dynamique. Si ça peut être une piste.

07 mai 2010
0

En (re)lisant ?
"Les enfants du cap horn" vous pourrez lire (page 211)que lors d'une belle acceleration leur moteur tribord en prise a ete demarré ...par les helices !

07 mai 2010
0

oui
mais depart de Gibraltar decembre 1971 et retour Plymouth juillet 1973 via Sydney et le cap Horn.
"Heureux les innocents ..."

07 mai 2010
0

on ne peut
pas plaire à tout le monde !
Mais le parcours qu'ils ont fait, avec le bateau qu'ils avaient plus les enfants il fallait le faire !
Moi je n'aurrais même pas essayé...
C'est pourquoi j'ecrivais plus haut "heureux..."

07 mai 2010
0

"Les enfants du cap horn"
est-ce bien l'histoire de ce couple anglais avec 2 enfants en catamarans de croisière dans les années 1980 ?

07 mai 2010
0

Je les ai suivi
de quelques années sur une partie du parcours ... ils avaient laisser des souvenirs mitigés (très) aux personnes les ayant rencontrés ... :-) :-) :-)

07 mai 2010
0

mystère ....
Quand on bloque l'hélice en embrayant, on passe la marche arrière sinon la "roue libre" ne bloque pas l'hélice.

Et alors, un diesel peut-il démarrer en tournant à l'envers puisque l'on a embrayé en marche arrière ?

07 mai 2010
0

pas confiance dans le coupe orin
depuis que j'ai vu le bateau d'un ami, avec coupe orin, qui s'est pris un bout dans l'hélice. Bilan : orin intact mais chaise tordue.
Donc je me range dans le camp de ceux qui bloquent, mais il faut bien penser à ralentir avant de mettre au point mort, et aussi jeter un coup d'oeil derrière avant d'embrayer, ce que j'oublie de faire 1 fois sur 2 !

07 mai 2010
0

c'est quand même pas le coupe orin le responsable ?
Je veux bien que dans de nombreux cas de figure, il soit inefficace mais quant à le considérer comme facteur aggravant ? ? ? ?
on devrait commercialiser des coupe-orin en zinc auto-affûtant ... ils serviraient d'anode !

07 mai 2010
0

mais
Lors d'une navigation à la voile, en quoi le fait de bloquer l'hélice en enclenchant la marche arrière pourrait empêcher, lors de la remise en route du moteur, de ré-embrayer correctement en marche avant ?
Quelqu'un peut m'expliquer ?

07 mai 2010
0

helice bloquée ou non
Je ne comprends pas pourquoi il faut ralentir avant de remettre au point mort et de rembrayer en marche avant
Je bloque presque toujours en mettant en marche arrière, je remets en neutre sans ralentir la marche du bateau avant de démarrer sans problème
Y a t'il quelque chose que j'ai pas compris?

07 mai 2010
0

intéressant
comme débat... mais..
comment bloque-t-on l'hélice?
ou comment on la laisse libre?

le ridicule ne tue pas... ;-)

07 mai 2010
0

hélice libre ou bloqué ça dépend.
J'ai une tripale, bloquée je perds entre 0.2 et 0.4 noeud à la voile suivant la force du vent, valeur GPS à l'appui.
Hélas débloquée elle fait du bruit et l'amirauté me demande ce qui fait ce bruit et ces vibrations désagréables.
Donc tout ça dépend si je suis seul ou non sur le bateau.

La notice de l'inverseur indique qu'il est possible de laisser l'hélice débloquée sans problème.

07 mai 2010
0

frein d'hélice
www.hisse-et-oh.com[...]cle.php

voir ce lien avec mon frein maison.
Pour moi indispensable car inverseur hydraulique donc imbloquable.
Quand l'hélice tourne, ça fait du bruit dans la cabine arrière et madame n'aime pas et moi non plus.
Il est impératif de mettre un détrompeur ou un coupe circuit pour empêcher le démarrage du moteur frein serré.

07 mai 2010
0

sans fin...
Effectuer une recherche ici :
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php
avec en mots clés : helice bloque inverseur
choisir :sujet et réponses
bonne lecture !
:-)

Avec, notamment ce fil sympathique: www.hisse-et-oh.com[...]dex.php .
Une réponse de Roberto et de JP, Massale qui conclut bien ce fil, et surtout Michel, avec qui je n'avais jamais échangé, mais que j'aimais beaucoup lire.

Un autre, pour se perdre un peu plus : www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

07 mai 2010
0

j'ai tout lu attentivement
mais mon esprit demeure des plus embrumés sur la question...
:heu:

08 mai 2010
0

sur mon MD2D avec un Hurth
Je le cale en marche arrière...ok mais pour le démarrer j'ai du mal à embrayer quand il y a de la vitesse...comme je ne veux rien casser souvent je démarre donc embrayé en marche arrière au ralenti bien sûr...

Est ce bon pour l'embrayage docteur?

Philou

08 mai 2010
0

C'est qu'est ce que je dis !
A la fin, on est totalement embrouillé !
:-D
La raison qui l'emporte, c'est par exemple les interventions pratiques de "solitaire 35" ou "jpl".
Après, libre à chacun de faire comme il l'entend ( en fonction bien entendu de son inverseur).

Un jour, peut-être (si les années d'austérité sans qu'on en annonce le nom me le permettent), je passerai par exemple à la kiwiprop (on en parle peu de celle là), ma pale bipale me faisant serrer très fort les fesses chaque fois que je dois manœuvrer au milieu de tous au mois d'août !

Bon, ça n'a rien à voir avec ce qui nous occupe, mais orphelin comme beaucoup du groupe québecois "les colocs" que j'aimais beaucoup, je viens de découvrir ça : mononc'serge :


N'êtes pas obligé d'aimer, c'est très con. moi j'adore.
Allez, j'y retourne. :-p

08 mai 2010
0

Cas d'exception,
qui concerne les bateaux très rapides sous voile, en général les multicoques :

  • Cas rare et pas vérifié : que le moteur démarre entrainé par l'hélice... ça parait incroyable mais à mon avis pas impossible.

Cas moins rare et avéré réunissant les conditions suivantes :

  • Bateau rapide sous voile...
  • Hélice embrayée pour l'immobiliser...
  • Vanne d'arrivée d'eau de mer restée ouverte...

Que se passe-t-il ?

  • Le moteur entrainé par l'hélice tourne tout doucement et de manière quasiment invisible et sans le moindre bruit : peut-être un tour à l'heure...
  • (pour s'en convaincre il suffit de virer un moteur à la main : si c'est suffisamment lent on passe les compressions sans le moindre effort)
  • La pompe à eau de mer tourne à la même vitesse...

Après deux ou trois semaines à ce régime lors d'une transat le moteur est rempli d'eau de mer... et c'est trop tard ! Moteur direction la casse car complètement grippé...

_/)

08 mai 2010
0

le moteur qui démarre entrainé par l'hèlice??
pas impossible mais très difficile à croire

pour qu'un diesel démarre, il faut en absence de préchauffage qui n'est pas intempestif et involontaire, une vitesse de rotation assez rapide pour générer la t° de démarrage

lé démarreur est démultiplié et la puissance requise pour faire tourner le moteur au régime de démarrage n'est pas énorme, 1 t de démarreur faisant au mieux 1/20 de tour de moteur, voire beaucoup moins ( il faudrait calculer çà)

l'hélice est surmultipliée, c'est à dire qu'un tour d'hélice doit pouvoir faire faire au moins 2 tours au moteur et on sait qu'on est au départ en régime statique et non dynamique

c'est beaucoup plus difficile à réaliser

peut être avec un moteur à t° élevée, sur la bonne compression, avec une grosse hélice folle tournant à pleine vitesse qui serait embrayée d'un coup, une bonne dose de start pilote aidant, un lundi de Paques entre 14 h et 14h01, par 44 ,55,478 N et 3,72,458 W, en ayant un doigt dans la bouche, un pieds levé et une pression athmo de 1004 mb.......c'est jouable

en tout cas, c'est extrèmement facile à vérifier

quand vous êtes sous voile , vous embrayez le moteur en marche avant et vous verrez bien s'il est capable de passer la première compression

mais après la première, il faut passer au moins la seconde

amicalement

08 mai 2010
0

pas sur
les pb sont (entre autres )la différence entre l'état statique et l'état dynamique et la surmultiplication entrainée par l'inverseur

le démarrage à la main n'est possible que parce que la manivelle est toujours démultipliée sur un moteur marin et on sent bien que lancer le mouvement est plus dur que le maintenir ou l'amplifier

en entrainant avec l'hélice, chaque compression va freiner ou bloquer le mouvement, et il n'y aura pas l'accélération permettant d'atteindre le point d'auto-ignition

en outre la puissance instantanée de l'hélice va dépendre de sa vitesse de rotation et le fait que la vitesse chute ne va pas dans le bon sens

sur un essence c'est très différent
la compression est très faible et avec un bon allumage, il suffit de passer, même très lentement la première compression pour obtenir le démarrage

amicalement

08 mai 2010
0

J'ai essayé ça...
n'a même pas fait frémir le volant!! faut dire que le volant c'est qqchose!
j'ai peut être oublié le frein à main ;-) ;-)

A+

08 mai 2010
0

Une idée comme ça !
avec un vieux moteur encore équipé d'un gros volant
(Volvo 13 CV MD2).
Le bateau marchant à 5/6 nœuds, si moteur est décompressé tournera-t-il ? et dans ce cas en remettant la compression, peut-il partir ?
(par 44 ,55,478 N et 3,72,458 W bien sûr !)

08 mai 2010
0

reste ma question ...
Comme on passe la marche arrière pour bloquer l'hélice, il faudrait que le diesel démarre [b]dans le sens inverse de sa rotation normale[/b] sous l'effet de l'hélice :reflechi:

Hummm ?

08 mai 2010
0

Hum JP...
J'ai écrit [i]"Cas rare et [b]pas vérifié[/b]"[/i] et tu réponds [i]"pas impossible mais très difficile à croire"[/i]... donc tu penses comme moi que c'est probablement impossible mais que sait-on jamais ? ;-)

Ne pas oublier deux détails : le premier est que l'on parle de voiliers multicoques très rapides (plus de 30 nœuds) pour certains, et que parfois il y a une telle accumulation de détails aussi improbables les uns que les autres qu'on arrive a des situations surprenantes impossibles à démontrer sur le papier ! ;-)

Mais j'ai écrit cela juste pour l'anecdote, et la suite de ma contribution est bien réelle et dans le sujet : qu'un moteur entrainé par une hélice puisse passer ses compressions tout doucement, faisant tourner la pompe à eau de mer pour peut-être un verre d'eau par jour... et que sur la durée d'une transat on arrive très bien à remplir un moteur ! Il y a eu des cas certes rares mais avérés ! :langue2:

_/)

08 mai 2010
0

Moi cela me réconforte que le moteur démarre entrainé par l'hélice... ça parait incroyable
Car en cas de panne de batteries, on pourra enfin démarrer le moteur en poussant le bateau avec l'annexe ? à la nage ? cela va me rappeler ma 4L des années 70
L'idéal serait de "garer le bateau au sommet d'une côte" ?
Bon je vous laisse, je dois prendre mes louzous (= médicaments paour les non-bretons)
Breizhou

08 mai 2010
0

bonjour, peut être un début de réponse
Les voiliers sont faits pour naviguer à la voile et les bateaux à moteur(s)sont censés n'utiliser que ceux-ci et les constructeurs ne pensent qu'à eux en priorité et pour les voileux, celà doit rester occasionnel.

Mon ym30 ne permet pas de bloquer l'arbre donc, çà tourne sans arrêt, celà fait un peu de bruit mais comme dit plus haut, celà sert de speedo.

Autrefois, sur mon bd1 couach, il suffisait d'embrayer en effaçant la bipale dans l'épaisseur de l'étambot....une tripale, pas possible.

Autre hypotèse mais, on va me prendre pour un c..n. La pression de l'eau sur les pales bloquées peut engendrer une flexion qui à la longue pourrait être nuisible au métal d'autant que celà se passerai par accoups.
Les modélistes aviateurs le vérifient facilement lorsqu'ils mettent au point leurs moteurs et c'est pourquoi ils recherchent toujours les hélices les plus raides(en carbone et en bois)pour un meilleur rendement.

08 mai 2010
0

Personnellement, je bloque l'hélice en marche arrière.
Après un gros pépin, lorsque l'hélice étant restée libre j'avais attrapé un orin de casier, le bateau en pleine vitesse par forte tramontane.

J'étais arrivé à m'en débarrasser mais non sans mal et ça m'avait tordu la chaise d'hélice.

Depuis je bloque l'hélice en marche arrière.
Lorsqu'il faut redémarrer, je le fais au ralenti, toujours embrayé en marche arrière puis passe ensuite en marche avant, à la demande.

Je n'ai pas de problème avec ça.

08 mai 2010
0

re moi
un constat: les problèmes ne semblent survenir qu'à ceux qui sont pourvus d'une chaise. Cherchez l'erreur!

08 mai 201016 juin 2020
0

non koala
Je n'ai rien contre le sail-drive hormis le fait de mettre au sec pour changer l'huile.
Un bon tube d'étambot avec une belle cage pour l'hélice donc, un bateau à l'ancienne style quille longue ou une sortie protégée, je crois que l'on dit skeg enfin quelque chose comme çà ou dans le style du mien.

08 mai 2010
0

Re-moi bis
Que veux-tu dire ?
Remplacer la ligne d'arbre par un sail-drive ?

Sur Koala IV j'avais un sail-drive , mais je préfère la ligne d'arbre pour sa simplicité. Ce n'est qu'un avis personnel.

08 mai 2010
0

pourquoi
est-ce que tu redémarres en laissant embrayé en marche arrière ???

08 mai 2010
0

Procède de même
A l'approche d'un mouillage, poussé au cul par un bon vent, ayant constaté que la mise au point mort offrait une résistance importante; je démarre également en arrière.
A la lecture des fils, j'en tire la conclusion que l'inverseur n'a pas pour fonction de bloquer l'hélice, mais bon je culpabilise et le fait quand même au regard du bruit et du ramassage de bout.

08 mai 2010
0

et si vous redémarrez au point mort il se passe quoi ??
J'en perds mon latin !!! :-p

08 mai 2010
0

Idem, forte résistance de la commande
si je veux repasser au point mort moteur arrêté.

Comme je pense qu'il n'est jamais bon de forcer sur une manœuvre, je préfère démarrer tel quel. C'est toujours à petite vitesse, donc il y a peu de pression et torsion sur l'hélice.

Quant au skeg de nossi, c'est certainement une bonne solution, mais lorsqu'il n'y en a pas il faut bien s'en passer.

08 mai 2010
0

Avec ta technique,
non seulement le démarreur doit entraîner le moteur pour le faire démarrer, mais, en plus, il doit faire tourner l'hélice en marche arrière alors que le bateau avance.
C'est vraiment du "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!", avec charge supérieure sur le démarreur et sur la batterie.
Vraiment aucun intérêt. On fait démarrer le moteur au point mort.

En navigation, je mets en marche arrière pour bloquer l'hélice (saildrive Volvo pourtant déconseillé sur la notice). Dans mon cas, je ne perçois pas de différence au speedo et j'ai plutôt moins de turbulences sur le safran.De plus, si je me récupère un fil de pêche, il ne s'enroulera pas autour de l'hélice et, pire, aller détériorer le joint spi de l'arbre.

08 mai 2010
0

bloquage en position

Quel inverseur as-tu sur ton Midif ?

08 mai 2010
0

vovo 2002

il doit avoir un inverseur MS2
il est muni d'une rampe hélicoïale qui fait que sous l'effet du couple de l'arbre le cône male est poussé avec une force importante dans le cône femelle.
Le fait qu'il soit très difficile de dégager la commande pour passer au point mort , lorsque tu es sous voile est donc normal.

no stress!

Jean

08 mai 2010
0

Chacun son point de vue
Mais si on ne peut pas revenir au point mort sans forcer comme une brute, que faire ? Je n'ai pas envie de me trouver sans commande parce-que j'ai cassé quelque chose en forçant !

Cela dépend sans doute du type d'inverseur, je verrai cela avec le Midif cet été et te tiendrai au courant.
A+

08 mai 2010
0

Je ne sais pas...
...la re-motorisation est prévue le mois prochain. Quant au moteur actuel, c'est un Volvo 2002.

08 mai 2010
0

Thank you !
Je préfère ça !
On verra avec le Midif, inverseur Kanzaki TTMC 35 A2, semble-t-il.

08 mai 2010
0

je repose ma question...
Votre avis ?

Sur mon sun shine 36 (moteur 3GM 30) il se trouve que justement, à plusieurs reprises, lorsqu'après une nav sous voiles avec l'hélice bloquée, je me remets au moteur, je n'arrive pas à enclencher la marche avant. Le moteur tourne et prend ses tours mais manifestement l'embrayage ne se fait pas. J'attribuais ça à un pb sur le cable des commandes et m'apprêtais à tout démonter pour une vérification. Est-il possible que mon problème vienne plutôt du seul fait d'avoir bloqué l'hélice ? J'ai ce bateau depuis peu. Je ne peux donc pas être affirmatif sur la corrélation éventuelle mais du coup je m'interroge à la lecture de ce fil... Quelqu'un peut-il éclairer ma lanterne à ce sujet ?

08 mai 2010
0

un Hurth ?
Les inverseurs Hurth ont (paraît il) la manie d'embrayer de façon aléatoire quand les câbles de commande ne sont pas parfaitement réglés.

Le mien faisait pareil, le mécano a réglé les câbles (10 minutes) et ça va bien maintenant. La notice d'atelier indique précisément les angles du levier à respecter.

Paraît qu'un câble trop mal réglé peut détériorer à la longue les disques d'embrayage qui n'enclenchent pas de manière franche.

08 mai 2010
0

Selon inverseur ?
Equipé d'un volvo 2020 Inverseur N° 3583 385 MS10L A2 35.
Le 3GM30 est certainement équipé d'un inverseur qui réagit probablement différemment.
Sans vouloir plaider pour le démarrage arrière et avant de démonter; tu as essayé de faire arrière avant de faire avant avant?

08 mai 2010
0

non
je ne crois pas. D'où les questions qui surgissent !
Et je n'avais pas du tout formulé d'hypothèse en ce sens. Donc il faut que je creuse la question et que je procède de façon méthodique. Déjà trouver la marque de mon inverseur... Et recourir à un peu d'expérimentation !

08 mai 2010
0

Comment pratique- tu ?
Démarrage point mort ?
As-tu essayé un coup de marche arrière avant de passer avant?
Pour ma part, je n'ai certainement pas le même inverseur.• Inverseur N° 3583 385 MS10L A2 35 équipant VOLVO 2020

08 mai 2010
0

je coupe
le moteur lorsque je suis au point mort. Et je redémarre au point mort. Mais justement, avec ce nouveau bateau, j'ai parfois du mal à ré-enclencher ensuite. Sauf la marche arrière qui ne pose jamais de pb. Mais la marche avant est très aléatoire. Une fois qu'elle est partie, en revanche, plus de pb. Mais c'est pour l'enclencher que je ne pige pas tout.
A priori je pensais plutôt à un réglage des cables. Je ne crois pas qu'il puisse y avoir un pb sur le Damper ou sur la cloche car j'aurais sans doute un bruit important... Mais je ne suis pas un mécanicien très averti, loin de là !

08 mai 2010
0

J'ai posé la question a Volvo
et la raison de leur préconisation. Silence radio...
Je pense que cela doit être a cause de la charge statique exercée sur les roulements du renvoi d'angle. Si ca se trouve il y a un roulement conique qui encaisse la propulsion, et un billes simple en bout d'arbre.
Quelqu'un a t'il l'écorché du sail Drive 130 ?
@+
Alain

08 mai 2010
0

de toutes façons
helice bloquée= pas de bruit=moins d'usure.

08 mai 2010
0

Pas sûr
Justement est là le dilemme. En l'absence de frein d'arbre, l'inverseur fatigue certainement sous l'effort

08 mai 201016 juin 2020
0

Graphe trainée hélice
Bonjour,

Voici un graphe issu du livre que je vous recommande "Moteurs Diesel" de Jean-Luc Pallas Editions Loisir Nautiques.

C'est clair que si l'hélice tourne elle provoque moins de trainée.
C'est comme une vis qui rentre mieux dans le bois quand elle tourne plutôt que si on tente de l'enfoncer en tapant avec un marteau :-)
C'est cette image qui est juste et pas celle qu'on nous sert régulièrement du rotor d'hélico qui n'a de portance qu'en rotation.

Mais le choix de la freiner ou de la laisser tourner n'est pas uniquement lié à la vitesse.
Perso je la bloque, même si je perd en vitesse, car je préfère le silence que le petit ron-ron qu'elle fait en tournant.

Amicalement.
François-Xavier

08 mai 2010
0

"C'est cette image qui est juste..."
sauf que justement c'est pas certainement juste

je constate que l'échelle choisie est destinée à augmenter ce que prétend l'auteur et la méthode de mesure n'est pas expliquée et inconnue

la courbe s'inverse entre 7 et 9 noeuds pour une raison parfaitement inconnue et aussi inexpliquée

par contre, l'histoire du " rotor d'hélico qui n'a de portance qu'en rotation. " se vérifie chaque jour et plusieurs fois par jour

pour faire un graphe et prétendre qu'il est juste, c'est pas compliqué, il suffit d'une feuille de papier et d'un crayon

amicalement

08 mai 2010
0

en aéronautique, il est toujours dit et prescrit
dans les instructions de vol, qu'il faut mettre l'hélice en drapeau ou la bloquer sur les motoplaneurs à hélice fixe pour réduire la trainée

la mécanique des fluides est peu différente entre l'air et l'eau et en aéronautique on évite de faire sur des "on dit" de journalistes

amicalement

08 mai 2010
0

C'est pas faux
Bonjour JP,

Tu as raison, il y a bien une inflexion dans la plupart des 4 courbes entre 7 et 9 noeuds et ce n'est pas expliqué dans le texte du bouquin.
Vrai aussi que l'échelle favorise une certaine lecture et accentue la tendance.
Mais bon...
il n'en reste pas moins que les tendances sont nettementlà SI on se fie à ce graphe.
Sauf à dire qu'il s'agirait de courbes bidonnées par des fabricants d'hélices à mise en drapeau ou repliables, ce qui ne serait pas étonnant, mais pas prouvé.

Du coup j'ai un doute.
Je continuerai à naviguer hélice bloquée à cause du bruit, mais pour le fun je vais quand même essayer de mesurer sur mon rafiot l'effet réel.

Si je trouve un bord bien régulier, une journée sans rafale (ben,c'est pas aujourd'hui) je ferai mon propre test.
Comme ça courbes ou pas courbes, j'aurais ma propre idée.

Amicalement.
François-Xavier.

10 mai 2010
0

Aéronautique
Même pire que ça : sur certains avions transatlantiques à hélices (DC7) on pouvait vidanger le moteur et le remplir d'essence pour le gripper s'il était impossible de passer en drapeau car hélice en moulinet on risquait de ne pas arriver de l'autre côté de la mare aux harengs...

08 mai 2010
0

Merci Farnçois-Xavier
Voilà du concret. Donc dans nos gammes de vitesse, on perd environ 0,2 nœud entre les deux options.

Sauf bien sûr si l'on chope un cordage ou un plastique, qui hélas sont beaucoup plus fréquents que les poissons en Méditerranée ! C'est du moins ce que je constate, lorsque j'essaye de pêcher au cours d'une traversée.

08 mai 2010
0

c'est comme pour les tests d'ancre ...
D'un graphique parfaitement exact et honnête fait dans des conditions particulières (et inconnues ?) on ne peut pas tirer des conclusions générales :reflechi:

Dans les fils précédents sur la même question il y avait eu des références plus subtiles, montrant que cela dépendait de beaucoup de paramètres de l'hélice (notamment du pas, diamètre, surface projetée relative des pales, profil des pales).

La clé c'est de savoir si l'hélice est capable (ou pas) de tourner librement en créant sur ses pales un écoulement proche du laminaire.

  • Si la réponse est "oui", la trainée tend à être plus faible en rotation.

  • Si la réponse est "non" (à cause de la forme des pales, de leur surface, des éventuels frictions de l'arbre, etc ...) alors la traînée tend à être plus faible si elle est bloquée.

08 mai 2010
0

avions et bateaux
En aérodynamique, une hélice dessinée pour la propulsion ne peut pas tourner librement en créant un plus laminaire. C'est pour ça qu'on bloque l'hélice moteur à l'arrêt pour avoir moins de trainée, car en rotation libre son flux turbulent freine plus que l'hélice bloquée.

En hydrodynamique (grande viscosité) , c'est moins manichéen, car une hélice dessinée pour la propulsion peut garder un flux laminaire en rotation libre, spécialement si elle a un grand pas et une grande surface de pale et aucun frein sur l'arbre. Car dans ce cas, la vitesse de rotation laminaire reste faible à cause du grand pas. Mais ce n'est pas le cas pour n'importe quelle hélice, et il semble bien qu'on peut avoir les deux cas dans le cas de la motorisation des voiliers. Il faut donc voir cela cas par cas.

Désolé de faire dans la nuance, je sais, c'est moins sexy :heu:

08 mai 2010
0

Entièrement d'accord avec jp en ce qui concerne les avions.
Est-ce que dans l'eau, avec une densité de fluide entièrement différente et des vitesses faibles, l'écoulement reste laminaire lorsque l'hélice est bloquée et génère donc plus de trainée ?

Quoiqu'il en soit, je bloque !

08 mai 2010
0

Pourquoi être désolé ?
C'était justement ma question !

10 mai 2010
0

J'ai la réponse officielle
Salut les matelots,
Merci Volvo, ils m'ont répondu et je suis honteux, c'est sur la notice volvo des moteurs page 24 pour le D1-20

www.volvopenta.com[...]ch.aspx

On peut avec une hélice fixe laisser soit en rotation soit la bloquer en marche AR.
Sachant que marche silencieuse en MAR et moindre risque de se prendre un bout en nav.
Merci a tous pour vos conseils.
@+ merci les matelots
Alain

10 mai 2010
0

Malheureusement pas le cas pour le MD2020
Page 21 "si le bateau est équipé d'une hélice fixe, le levier de cde doit être au point mort pendant la navigation"

10 mai 2010
0

constat
Bonjour,
sur mon Jouet j'ai un MD11D avec inverseur incliné, dans la notice du bateau, il est conseillé de mettre la marche arrière sous voile, et comme certains au moment de remettre le moteur je ne peux mettre le point mort, encore moins mettre en avant.
donc même si la manette est en position pt mort, l'arbre ne tourne pas. j'ai donc deux possibilités:
la 1° comme tout le monde, je démarre le moteur et comme ma manette est au point mort cela libère l'arbre.
la 2°, manette toujours en position pt mort, je vais tourner l'arbre à la main et ça dégage l'inverseur instentanément , il faut donc faire attention aux doigts dès que l'arbre tourne.puis je démarre la bourique.
Sur mon ancien bateau équipé d'un YSM8, pas de soucis, embrayé en marche arrière et retour au point mort avant de démarrer.
Voila ma petite contrib.
au plaisir de vous lire
cdt

10 mai 2010
0

moi j'ai un
Yanmar 3GM30 avec inverseur KRW10D, mais sauf erreur de ma part, je ne vois rien de spécifié dans la notice technique concernant le fait de bloquer ou pas en navigation. Certains ont cette info sur ce modèle d'inverseur ?

10 mai 2010
0

Réponse à la question ?
Il me revient que certains inverseurs Volvo étaient de structure très particulière, obtenant l'inversion par des pignons coniques et crabotage, comme un sail drive et pas par des embrayages.
J'ai retrouvé cette fiche :
www.volvo.com[...]_en.pdf
Dans ce cas, si l'inverseur est en marche arrière, les pignons sont enclenchés et l'effort sur les dents doit empêcher le désaccouplement. Solutio que je n'ai vue que sur Volvo

10 mai 2010
0

j'ai toujours du mal à comprendre qu'on puisse affubler un
pur voilier d'une hélice fixe

les becs de canard ne sont pas toujours des horreurs plates comme j'en vois de temps à autres

en marche avant j'ai des perfs standard et en marche AR les problemes viennet du bateau pas de la BDC

10 mai 201016 juin 2020
0

photo
photo

11 mai 2010
0

comparez la photo de la martec
avec celle la en dessous, ça vaut de longs discours sur la réputation des BDC en france

www.marche.fr[...]33.html

10 mai 2010
0

on le fait parce que les avantages sont supérieurs
aux inconvénients

amicalement

10 mai 2010
0

question d'homogénéité ?
Avec une carène à bouchain, un safran et une dérive non profilés, des appendices un peu bruts de décoffrage, on ne voit pas trop l'intérêt de payer 5 fois le prix de l'hélice standard :heu:

Pour les bouts dans l'hélice, c'est pareil à partir du moment où on a le moteur en route ...

11 mai 2010
0

mais si l'hélice bec de canard était LA solution
tout le monde en aurait, ce qui est très loin d'être le cas

amicalement

11 mai 2010
0

5 fois plus cher.....
pour la plupart des gens et des chantiers, c'est un inconvénient rédhibitoire incontournable

amicalement

10 mai 2010
0

aussi
par manque de place. Dans mon cas, pas assez de recul avec le gouvernail. Du coup je suis obliger de garder mon hélice fixe

10 mai 2010
0

hum
je ne vois pas les désavantages de l'hélice martec BDC, 6 noeuds à fond sur eau plate, les fixes ne font pas mieux, en marche AR ça tire pareil. le bateau lui est tres ch ... en marche AR mais ça ne vient pas de l'hélice masi du couple

il faut le laisser prendre un peu de vitesse et il se controle tres bien

à part le moindre cout à l'achat, les perfs sous voile et la moindre probabilité d'attraper un bout me semblent des arguments suffisants

malheureusement les BDc qui ont été utilisées en france sont tellement nulles qu'elles ont donné une tres mauvaise image

les martec ne sont pas distribuées

11 mai 2010
0

Robert je parlais
de purs voiliers
;-) ;-)
non je blague

J'ai hérité de cette super et superbe hélice à l'achat du bateau, et je n'ai vu aucune raison de m'en plaindre

dans un comparo récent de VV il y avait des BDC bien dessinées pour une différence modeste par rapport à une bipale banale de chez banal

11 mai 2010
0

raisonnement pas l'absurde
ci joint une martec pour axe de + ou - 1 pouce
800 dollars

www.defender.com[...]uct.jsp

croyez vous qu'une bipale fixe, équivalente à trainer un seau sous le bateau - coute

160 dollars ....

11 mai 2010
0

je me répéte
les hélices BDC que je vois en france ne feraient meme pas monter des oeufs en neige !!

11 mai 2010
0

ce n'est absolument pas 5 foix plus cher
de tete dans le comaparo VV c'était 250 pour un bipale fixe et 400 pour une bdc, ce dont Robert parle ce sont les horriblement cheres maxprop etc à pas variable

11 mai 2010
0

je reçois suffisamment de MP pour penser
que je me fais encore des ennemis ..

je ne pesne en aucun cas que telle ou telel solution est forcément la meilleure, dans ce fil

j'affirme qu'un "pur voilier" naviguant dans des conditions habituelles, pres de nos cote ne se rend pas compte de ce qu'il perd avec son hélice fixe

Rien de plus, profitez bien de cet été !

10 mai 2010
0

la trainée
de l'hélice freine le voilier moins quand elle est débrayée mais quand la carene a ateint sa vitesse limite ça n'a plus d'importance .
perso sur le hood 38 il y a un alternateur d'arbre donc l'hélice tourne en permanence
et les désagrements sont largement compensés par
le manque de soucis energetiques (frigo,pilote,musique,eclairage )sans compter
quand on arrive au mouillage les batteries sont pleines et avec un petit pânneau solaire de 75W
on etale 48 à 72H sans apport energetique
alain

11 mai 2010
0

Quitte a avoir.........
......une bipale genre BDC, je pensais faire des repéres sur l'arbre de transmission pour l'aligner a la caréne et de la bloquer en position.

Je suppose que je suis pas le premier a avoir cette idée, mais qu'en pensez vous bien moins cher non ?

11 mai 2010
0

Repère
Dans ma jeunesse, nous avons eu un bateau avec une bipale fixe qu'on bloquait derrière la quille pour une trainée négligeable : un trou bien placé sur le tourteau et une goupille....

11 mai 2010
0

Fusible
Evidemment d'autant qu'il y a très peu de couple à reprendre (de mémoire une tige de plastique diamètre 6)

11 mai 2010
0

goupille ...
de préférence une goupille fusible qui permet la mise en route d'urgence du moteur :heu:

11 mai 2010
0

c'est fabuleux
117 posts pour essayer de gagner un poil de noeud hypothétique sous voile c'est à dire quand l'hélice est inutile

il serait beaucoup plus profitable pour la vitesse de:
avoir un bateau avec une carène et une hélice propre
de bonnes voiles bien établies et bien réglées
ne pas surcharger le bateau
tenir un cap de route pas trop zygzagodromique
ne pas laisser trainer des bouts, échelle de bain et pare bat dans l'eau

amicalement

11 mai 2010
0

Si ce n'était que la vitesse !
Effectivement, une bec de canard clôt avantageusement le débat pour le pinailleur de noeud.
Reste ceux qui comme moi ont les oreilles sensibles et sont confrontés à l'injonction Volvo pour certains inverseurs genre Hurth MS10 et qui impose le point mort sans explication !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (142)

un soleil gros comme ça

mars 2021