Etalonnage anémométre

Bonjour,
Comment faites vous pour étalonner votre anémomètre?
La méthode est connue pour le speedo et le sondeur, mais pour l'anémo le pifométre semble très utilisé, avec de fortes différences dans les résultats si j'en crois mes voisins de mouillage ou de navigation.
Les relevés des sémaphores des bulletins météo côtiers donnent bien la vitesse du vent à une heure précise, mais les différences de lieu et de hauteur de l'aérien rendent l'interprétation impossible. En plus les sémaphores donnent des vents moyens calculés sur plusieurs minutes alors que nos anémos n'ont pas le même amortissement.
Il doit bien exister une solution, mais je ne sais pas faire.
JM.

L'équipage
25 août 2007
25 août 2007
0

difficile
tu peux faire non pas un vrai étalonnage, mais au moins une vérification approximative un jour de calme plat, avec un GPS tu prends la vitesse au GPS sur deux trajet en ligne droite en "aller-retour".

La moyenne des 2 vitesses vent entre l'aller et le retour doit être égale à la moyenne des 2 vitesse GPS.

Evidemment la mesure se fera autour de 5 à 6 neuds, et à 0.2 à 0.5 noeuds près, ce qui n'est guère mieux que 5 à 10%. Et ce n'est que le bas de l'échelle de l'anémo. Donc c'est plus une vérification qu'un étalonnage.

Par contre , important, vérifier déjà que l'anémo tourne bien avec 0.1 à 0.2 noeuds de vents. Un nombre considérable d'anémos ne tourne qu'à partir de 1 à 2 noeuds de vent car leurs roulements à bille sont en mauvais état. Et dans ce cas tu es certain qu'il est faux.

25 août 2007
0

C'est encore plus compliqué
que je ne l'avais imaginé, car tu poses 2 bonnes questions.
1) quelle précision peut-on attendre de l'appareil lui-même: 2%, 5%, 10%, 20%?
2) Il faudrait faire un étalonnage avec des vents faibles, moyens et forts, ce qui n'arrange pas mes affaires!
JM.

25 août 2007
0

simplement
en demandant a mes voisins de panne,avec des forces de vent differente de m'annoncer l'affichage de leurs cadrans en comparant au mien.
l'ayant fait dans plusieurs port,j'en ai deduit que mon anemo etait dans la moyenne des autres.
par contre ce qui est tres variable, c'est le temps de temporisation entre une rafale et l'indication du cadran mais cela doit se regler,(en lisant la notice)

Maurice.

25 août 2007
0

une idée en passant
L'anémo te donne un indication, peu importe sa précision !
Un exemple tu sens le besoin de prendre un ris à 12 kt, la réalité c'est 10 ou 14, peut importe c'est la réaction de ton bateau qui t'impose le ris, après lorsque tu approchera des 12 l'aide à la décision qu'est ton anémo te fera prendre un ris

25 août 2007
0

En Automobile
Bonjour ,
A une époque , j'en ai fabriqué un et pour l'étalonner ; mon épouse conduisait la voiture , le capteur est passé par la vitre et il suffit de se caler au compteur
problème ; c'est à faire anémo démonté et avoir une voiture à proximité
pour l'électricité pas de problème 12v dans l'auto
et se constituer une fiche de conversion Km/ Nds
Bon amusement
pour le ridicule de la situation choisir une route peu fréquentée

25 août 2007
0

Une connerie,quoique...
...Faut voir.
Tu rapatries la sonde et l'afficheur pour les installer en montage gitan sur la bagnole.Pas de vent et si vent,appliquer le principe de la moyenne de Robert.
Entre 50 et 110km/h,ils sont assez précis...Les 10% de tolérance des hommes en bleu a fortement été revu à la baisse....
Tu règles sur le champ,donc doc,tournevis idoine.

Ce qu'il faut déterminer, c'est plus la plage d'utilisation précise souhaitée que les extrèmes....Pas de vent:pani problème;aiguille dans le coin:oulàlà.Je dis çà mais j'ai jamais fait...

25 août 2007
0

Précision
Rebonjour ,

Pour la précision ; de plus en plus de voitures sont équipées de GPS
mais jusqu'où transformer la voiture en laboratoire ?
Salutations

25 août 2007
0

constante et linéarité
La plupart des anémomètres à coupelles sont en fait des compte tour .

On compte le nombre de tour de la roue .
On suppose dans la plupart des cas que la vitesse de la roue est directement proportionnelle à la vitesse du vent ce qui n'est vraiment pas certain .

Avec une voiture, il faudrait le monter sur une perche de quelques mètres pour mesurer en dehors de la zone perturbée par l'auto .

Le seul moyen c'est de comparer avec un anémomètre étalonné
:-) :-)

Où ça se trouve ça ?
:-( :-(

Fastoche : un vieil article des années 60 de Scientifique Américan donne la réponse .

Un fil de nylon, une balle de ping pong, un rapporteur et la table fournie dans l'article .
L'appareil est parfaitement reproductible et a été étalonné en soufflerie .

Helas, la copie que j'en ai gardé ne se trouve pas à l'endroit où je suis . Dès que je rentre, je mettrai l'article en ligne qqpart à moins que qqun soit capable de le trouver .

25 août 2007
0

quel intérêt
d'avoir une précision de 5 à 10% quand le vent varie lui-mëme de 20% en quelques secondes et que ton afficheur va "polir" ces cr^tes ?

Si tu compares seulement avec les anémos de 3 ou 4 voisins et tu auras à peu près le même dégré d'erreur.

25 août 2007
0

intérêt ...
Avoir un anémo très exact ne sert en effet pas à grand chose.

Mais à mon avis le lissage ne supprime pas les erreur, et la valeur "lissée" aura la même erreur que la valeurs instantannée.

Le peu d'intérêt d'une grande précision c'est plutôt que l'on ne navigue pas aux instruments comme dans un avion en IFR ;-)

25 août 2007
0

vache ...
ça veut dire le pilote et l'afficheur ne se contentent pas d'afficher ce qu'ils reçoivent (du NMEA ?)

  • soit ils font aussi un lissage en cours de route et c'est normal que le résultat ne soit pas le même, chacun ayant son équation de lissage personnelle.

  • soit ils n'affichent pas chaque train de donnée qui arrive, mais seulement quelques-uns d'entre eux à intervalle régulier, et évidemment le choix du train affiché n'est pas le même pour les deux afficheurs qui ne sont pas synchrone.

25 août 2007
0

je viens de m'amuser à faire quelques mesures
qui démontrent que la sonde elle-même n'est pas la seule génératrice d'erreur.
J'ai un capteur ultrasonic étalonné en soufflerie à moins de 5% (LCJ capteur). Aucune raison de douter de la véracité de cet étalonnage.

J'envoie l'info sur un pilote raythéon qui affiche la donnée et la transmet à un afficheur ST50 Autohelm par le bus seatalk qui affiche lui aussi la donnée. Ils sont à 20cms l'un de l'autre et je les vois donc tous les deux sans aucun effort ou décalage.

En trois minutes voilà les relevés que j'ai fait :
PA : 27,6 ST50 : 24 (il n'affiche pas les dixièmes au delà de 10 noeuds car seulement 2 digits)
PA : 21,8 ST50 : 23
PA : 31,4 ST50 : 27
PA : 28,4 ST50 : 29
PA : 22,3 ST50 : 25
PA : 19,8 ST50 : 17

Bien sur, il y a plein de lectures (la moitié environ) où à l'arrondi près on est bon.
Ca veut quand même dire qu'on peut avoir jusqu'à 4 noeuds d'écart soit environ 7% uniquement dans la transmission et l'interprétation des données. Je pense que le st50 recalcule comme si c'était sa sonde d'origine qui envoyait les données mais je ne suis pas certain.

Alors s'enquiquiner à étalonner ça sur une voiture avec un GPS précis à 90% c'est un peu le genre emplâtre sur une jambe de bois ;-). Ceci bien sûr pour le côté utile... pour le côté agréable de la chose, je ne dis pas que je ne vais pas démonter mon tintouin pour amuser les locaux :-D .

25 août 2007
0

comment ça se passe en théorie
le capteur ultrasonic envoie des infos NMEA ( 1 phrase vent chaque seconde + phrase temp et des phrases propriétaires pour la conversation entre le capteur et la boite noire).

Le pilote auto affiche toutes les secondes les infos reçues (je pense que ce sont les plus précises car non transformées , l'afficheur du PA ne jouant qu'un rôle d'afficheur dans ce cas). Il convertit ensuite ces phrases vent en phrases seatalk et les balance sur le bus seatalk (je ne connais pas la fréquence mais il n'est pas réputé pour être rapide !).

L'afficheur ST50 reçoit la phrase seatalk en provenance du PA et c'est là que j'ignore exactement ce qu'il se passe (merci autohelm/raytheon :-( ).
Soit il recalcule et lisse à partir des infos seatalk (il est même foutu de les renvoyer au PA ce con), soit il affiche purement et simplement ce qu'il recoit du PA qui lui a uniquement convertit. Toujours est-il que la fréquence de rafraichissement de l'info sur l'afficheur ST50 semble aussi rapide que celle du PA.

Intuitivement je balancerais pour ta deuxième solution (je crois me rapeller que le mec de LCJ pensait aussi que cette hypothèse était la plus probable) : train de données affichés différents.
Ca laisse aussi supposer que le PA convertit toutes les données mais n'affiche que certaines selon une "pondération" raythéon ???

25 août 2007
0

l'intérêt
c'est au bistro .
Ca donne plus de poids aux récits .

25 août 2007
0

L'intérêt ???
Il y a des tas de choses qui manquent sur mon bateau et dont je l'équiperai peut-être un jour. Mais un anémomètre, l'idée ne m'en est jamais venue ...

A la limite, un anémomètre à main pour aller au bout de la jetée se faire une idée objective avant de sortir, pourquoi pas ? Mais sur le bateau, les yeux, les oreilles et un peu de bon sens me semblent suffire largement en croisière.

Alors, étalonner l'anémo !...

Peut-être qu'un jour Plastimoche réussira à nous vendre des altimètres et des varios pour connaître la marée et l'état de la mer.

25 août 2007
0

L'intérêt :
Sur un monocoque, amha pas vraiment indispensable en effet, perso je n'en ai jamais eu... par contre, dur un multicoque, il me semble que ce serait imprudent de ne pas en avoir, toujours amha ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

25 août 2007
0

ton utilisation
confirme bien que l'étalonnage à +- 10% est largement suffisant... surtout quand tu suis une bordure anticyclonique (je l'aime bien celle-là ;-) ).

Pour le passage de dépression, il est plus sur de ce fier au baro et à la rotation des vents plutôt qu'à leur force :-D .
Et je ne dirais rien quand aux réductions de voilures car il semble qu'effectivement ça devient l'objet de décision (et non plus une simple info de confirmation) pour une majorité de voileux.

Par contre l'utilité que j'y vois (l'anémo hein pas l'étalonnage à l'enluq) c'est au portant sur bateau rapide. La notion de vent réel devient alors très difficile à évaluer avec .... disons...+ de 50% d'erreur :-) . Sur un cata, on a tendance à ne plus réduire mais seulement accélérer jusqu'à.... trop&lt tard. Là effectivement c'est un objet de sécurité en plus de confort (réellement apréciable ;-) ).
Pour la régate, évidemment tout est très important et si tu n'as pas interfacé tes polaires avec le sondeur c'est évident que ta carte météo sera purement et simplement hors du champ du radar. C'est le merdier et tu ne sais plus si tu dois réduire avant l'adonnante ou au contraire faire un refus devant l'obstacle...

Bon sur ce, je vous laisse, on commence à dépasser les 55 noeuds établis et mon alarme ne se déclenche toujours pas... je vais voir ce qui merde :-)

27 août 2007
0

evidemment, le lapin est encore resté coincé sur
une seule partie de la question : l'étalonnage précis de l'anémomètre.
Evidemment que c'est utile "pour recentrer le débat", mais j'espère que ce ne pas pour autant l'info maitresse de la décision, ce serait plutôt celle réconfortante du "pas de panique on a que ça ". Je suis ébahi d'entendre les nouveaux proprios de lagoon - pour ne pas les citer - qui t'affirment avec une assurance incommensurable : "je prends le 1 ris à 22 noeuds... c'est écrit dans le manuel ! " .
Perso je le prends entre plus ou moins 20 et 25 noeuds selon l'état de la mer, l'ampleur des rafales, la longueur de l'étape, le feeling ... et franchement, je regarde l'anémo pour seulement avoir une confirmation qu'il est raisonnable de le faire vu que ça a encore monté depuis 10 minutes (oui, oui, il manque la fonction "tendance" qui me semble indispensable comme sur les baros)... à part ça...???

D'un autre côté, si l'on considère l'aspect girouette, c'est pas loin d'être un très grand confort coincé derrière la cloison du cockpit... mais si tu lèves la tête ;-).
Pourtant, dans le pacifique, il nous est arrivé de barrer 48 heures aux oreilles (de lapin) - et surtout à la houle -, la ST50 (décidemment pas de pot avec ce modèle) nous ayant laissé tombé dès le mexique et le régulateur d'allure - pourtant le meilleur du marché (sailomat) - ayant quelques difficultés dans la mer très formée de l'arrière avec 30 à 35 noeuds établis.
Pour les fesses.... ça marche aussi ;-) .
Jusqu'à aujourd'hui, sur Even Keel, en med, je n'ai fonctionné qu'aux penons vu que la ST50... ne me donnait que l'anémo :-( .

Alors, tu me connais assez pour savoir que je suis loin d'être un forcené de "à l'ancienne" et que j'adore mon petit confort et suis même prêt à en payer les conséquences, mais il faut réellement relativiser ces éléments de confort. Avoir une idée d'où vient le vent et à quelle force il souffle OK, un appareil est moins subjectif mais quelle est la valeur de cette information ? Il est indispensable de savoir la replacer dans son contexte et de ne pas y apporter plus d'importance qu'elle ne mérite.
Pour gérer un commerce, il faut connaître aussi bien le prix d'achat, le prix de revient et le prix de vente qu'on peut espérer en tirer avant de décider si prend le risque de commercialiser le produit. Les trois ont leur importance, sont nécessaires mais aucun n'est suffisant. Et tu ne prendras le risque pour seulement 3% de marge ! alors l'étalonnage... ça ne m'inquiète vraiment pas plus que ça :-)

27 août 2007
0

T'es fou
moi je répare l'anémo sinon comment on sait dans quel sens installer le barbeq :-D

25 août 2007
0

L'intérêt
C'est est vrai qu'il est parfaitement possible de naviguer sans loch, ni sondeur, et encore plus sans anémo. Mais, si l'on exclu la régate (ou c'est indispensable)c'est un atout très utile en stratégie météo. Cela permet de suivre une bordure d'anticyclone en évitant d'aller s'encalminer au centre, de confirmer ou non la prévision lors d'un passage dépressionnaire et plein d'autres choses que je ne sais pas faire. Cela permet aussi de programmer des alarmes qui réveillent au-delà d'un certain seuil (par exemple au mouillage) ou de donner des consignes précises aux équipiers. La nuit cela rend les décisions de réduction, ou de renvoi moins subjectives.
On est d'accord, c'est pas indispensable.
Mais à partir du moment où en en possède un, autant qu'il parle la même langue que celle des cartes de prévisions et des bulletins météo.
L'idée de la balle de ping-pong et du fil de nylon d'Alien est excellente. Merci pour l'article américain si tu peux le retrouver.
JM

26 août 2007
0

l'intérêt
effectivement pratiquement nul en dehors des conversations de bistro . (à moins que ... si on cherche l'oeuil du cyclone ...)
Mais, on trouve rarement de girouette sans anémomètre .
Et une girouette est souvent bien utile sans être indispensable .
Mais quand on a les deux plus un speedomètre il est encore plus intéressant de leur adjoindre un calculateur de VMG qui est aussi bien utile sans être indispensable .
Mais, au fond qu'est qu'y est vraiment indispensable .
Pour naviguer suffit de Virtual Skipper .
:-) :-)

26 août 2007
0

Utilité ?
L'utilité des instruments dépend aussi de la taille du bateau et du programme de navigation.

Sur un bateau assez grand, et de comportement sécurisant (bien au chaud dedans et le pilote auto en marche) , quand on est un peu fatigué, la nuit, ou en d'autres circonstances où le neurone n'est pas à son apogée, hé bien par mauvais temps un anémomètre est bien utile pour recentrer le débat sur ce qu'il convient de faire.

Le gusse qui me dit que 24h/24h il barre aux oreilles et aux sensations dans les fesses sur son siège ... je ne le crois pas ;-)

Et puis, sur un bateau largement au delà d'une dizaine de mètre, le gars qui dit qu'il ne fait que barrer aux pennons et le nez au ciel pour voir la girouette pendant plus que quelques heures , je ne le crois pas non plus ;-)

27 août 2007
0

à choisir ...
s'il y a deux pannes simultanées à bord, l'une d'eau chaude et l'autre d'anémo .. heuu ... voyons qu'est-ce que je répare en premier ?

L'eau chaude bien sûr, car naviguer sans anémo je sais comme toi le faire, mais me doucher avec de l'eau à 12°C en octobre, je sais pas faire !

27 août 2007
0

j'ai tout suivis
je ne suis pas contre l'étalonnage d'un instrument, comme l'anémomètre quitte à en avoir un autant qu'il soit juste (ou le plus possible)

par contre c'est le speedomère que certain devrait étalonner, ou alors préciser si c'est gps (fond) ou speedo

car l'ancien proprio (j'espère qu'il ne lit pas) m'a parlé de pointe à 8kts , à la voile comme au moteur, j'ai jamais pu, bon il vendait, et j'ai écouter distraitement

bon je suis un peu une burne mais, mais quand même un kt d'écart sur 7 , ça commence à faire,

mais pour l'étalonnage, monter en tête de mat avec un anémomètre à main ,

par contre 10% d'erreur me semble beaucoup à accepter, pour moi....

27 août 2007
0

Hivernage ?
Bonjour,

A propos d'anénomètre, pour l'hivernage, vous le redescendez à chaque fois ?

Parce que grimper là-haut (14 m.), dévisser/démonter le fourbi sans rien abimer pour finalement le remonter 4 mois après, j'hésite un peu...
D'un autre côté, les piafs sont parfois si cons qu'ils se cognent dedans, m'a-t-on dit...

Alors, démontage ou pas ?

28 août 2007
0

pas besoin de le descendre

je l'immobilise avec une garcette.
josé

28 août 2007
0

hivernage ...
Il y a deux prédateurs pour un anémo: les UV qui détruisent le plastoque, et le vent qui détruit les roulements.

En immobilisant la rotation on ne supprime qu'un seul prédateur ;-)

27 août 2007
0

hivernage
pour moi pas de demontage mais une fois en panne
pas de réparation
on peu naviguer sans
yves

28 août 2007
0

Une autre alternative ?
Vu sur plusieurs voiliers : l'anémomètre installé à l'arrière du bateau sur le portique des panneaux solaires, supportant aussi le radôme du radar et servant de bossoirs pour l'annexe... tout est à portée de mains sans faire l'acrobate ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

28 août 2007
0

Un article dans v et v
J'ai le souvenir d'un comparatif sur les ensembles girouette-anémo des grands constructeurs avec des mesures effectuées en soufflerie (c'était il y aq uelques mois). De mémoire la précision était globalement bonne et les plus précis n'était pas celui auquel on peut penser, c'était le st40 avec rotavecta....Pour ceux que ca intéresse je dois pouvoir retrouver l'article...A+

30 août 2007
0

calibrage anémomètre ST50
Mon anémomètre ST50 indique bien plus que le vent réel à vu de nez. Sans demander un calibrage précis je souhaiterais tout de même le faire approcher de la réalité.
La notice en ma possession ne donne que le réglage de la girouette.
Quelqu'un peut-il me donner la méthode de calibrage.
Merci.

30 août 2007
0

Quand j'ai changé
de centrale, j'ai étalonné, plus par jeu que par nécessité, mon wind 3100 tout neuf avec ma voiture et un GPS portable qui donnait la vitesse en knts. L'aérien était vissé sur un liteau de 2 m. fixé à la galerie qui le mettait à l'aplomb du capot avant, donc je pense bien en avant des turbulences. Eh bien ce bel anémo tout neuf, "étalonné avec précision en usine" selon la notice, me donnait (entre 15 et 40 knts par pas de 5 knts) une vitesse vent supérieure d'à peu près 1/3 au GPS. Je l'ai donc ramené à un affichage plus réaliste... et quand je compare avec les bateaux autour de moi, je suis toujours bien en dessous de leurs relevés ! Donc, moi je prends mon premier ris bien avant 20 knts, selon l'état de la mer, mais souvent après des bateaux qui sont censés tenir plus de 20 knts avant leur 1er ris! Cependant, mon anémo me donne des infos qui semblent correspondre plus ou moins aux observations diffusées par le sémaphore...

30 août 2007
0

Une alternative intéressante
www.lcjcapteurs.com[...]/

Inconvénient principal: ne fonctionne que de 0 à 40°

Je croyais que les capteurs étaient étalonnés à l'usine ?

05 mar. 2009
0

améliorations!
Bonjour,
La gamme de température de fonctionnement et de -10°C à +50°C pour les girouette anémomètre à ultrasons LCJ Capteurs vendus depuis juillet 2006! (environ 4000 naviguent...)

22 sept. 2011
0

Quelqu'un connait-il la méthode pour recalibrer l'anémo ST 50 ? No pb pour l'angle (on appuie 2 sec sur la touche de gauche du répétiteur puis on passe les divers réglages en revue jusqu'à CO et on intervient sur la touche de droite pour corriger à bâbord ou à tribord du nombre de degrés voulu). Merci.

22 sept. 201122 sept. 2011
0

C'est amusant de pouvoir étalonner un anémomètre. Autant un loch est sensible à son emplacement sous l'eau, d'où nécessité de l'étalonner, autant l'anémomètre, qu'il soit à 10 m ou 20 m, reçoit le même vent. Ca voudrait dire que les coupelles ont été moulées à la louche par le balayeur de l'usine, ou récupérées à bon prix d'un surplus américain, puis montées sur vulgaire compte tours, et reste plus à l'acheteur qu'à faire l'étalonnage. Ceux qui fabriquent les anémomètres se sont quand même donnés la peine de calculer la surface des coupelles et de faire des essais en soufflerie. C'est comme si on devait étalonner nos compteurs de voiture.

Néanmoins, comme j'en ai deux, (j'ai remonté l'ancien Plastimo autonome dont les roulements étaient grippés, après les avoir huilé). J’ai constaté que l’anémo Navman 100 était inférieur d’environ 5 N. Comme mon autonome ne peut pas être suspecté de bluffer vu l’état de ses roulements, j’ai conclu que le Navman 100 sous estimait de 5 N.

22 sept. 2011
0

Bonsoir,
Pas d'étalonnage possible pour un anémo. L'étalonnage est fait en usine et c'est tout.
Très important : Ne jamais couper le fil d'un anémo car l'étalonnage est fait en fonction de sa longueur. Si vous changez la longueur du fil entre capteur et écran l'étalonnage ne sera plus bon.

23 sept. 2011
0

margouya, le capteur Raymarine Rotavecta est livré avec 20 m de câble, on est donc bien obligé de le rallonger pour arriver au cockpit : est-ce que cela change les valeurs affichées?

22 sept. 2011
0

Il n'y a pas de calibration en force de vent, uniquement la possibilité de lisser l'information pour un affichage plus temporisé. La calibration ne concerne que la direction. C'est logique : la vitesse est prise par conception des godets et un compte-tours. Si l'anémo affiche des données incohérentes, il est usé, ou mauvais contact, ou mal placé. Il n'y a pas lieu de pallier à une usure des roulements. Pour être sûr que toutes les impulsions parviennent bien à la centrale, vérifier l'état du câblage.

22 sept. 2011
0

non non. Le Navaman 100 est étalonable en vitesse (indépendant du lissage à 3 niveaux). C'est bizarre, mais c'est faisable

23 sept. 2011
0

Ah OK, je pensais Raymarine. A mon sens, trop de précision tue la précision. L'étalonnage ne peut s'effectuer qu'en soufflerie. Il est illusoire de vouloir cmparer un anémo, surtout en tête de mât, avec n'importe quelle autre référence, aussi précise soit-elle. Donc, un bon anémo, par construction, donnera 1 à 2% d'erreur, mais sera fiable dans le temps. Il faut de la qualité dans le procédé de fabrication. Un mauvais, donnera l'impression de pouvoir calibrer quelque chose, mais c'est reporter l'incertitude de mesure sur l'opérateur.

22 sept. 2011
0

moi, j'veux bien faire l'étalon ... :acheval:

22 sept. 201122 sept. 2011
0

une source d'erreur supplementaire pour les anémometres a coupelle (par vent faible): la houle; bateau à l'arret, les mouvements en tète de mat de l'anémometre vous donneront sans probleme 1 neud de vent....

23 sept. 201116 juin 2020
0

Un exemple de soufflerie....la notre!
Tout nos capteurs y sont testés à 19Nds.
Régulièrement un capteur, sortie de production, est testé à 4, 15, 30, 80Nds

23 sept. 2011
0

A quoi ça sert d'avoir un anémomètre qui donne la mesure exacte du vent?
Un anémomètre c'est d'abord un mécanisme manuel qui est sujet à des frictions et dont la précision se dégrade dans le temps.
C'est comme si on demanandait à un loch de donner la vitesse exacte, on constate avec l'arrivée des GPS que c'est loin d'être le cas et moi je ne m'en sers plus
Il y a des personnes, de moins en moins qui naviguent sans anémomètre et qui sentent le vent et donc savent à quel moment réduire la toile
Cela me fait penser à mon voisin de quai, il a un bateau un peu pourri dont le moteur démarre quand il veut, mais il s'est acheté un superbe GPS traceur, couleur etc... pour faire des ronds dans l'eau
Mais bon, chacun fait ce qu'il veut hein?

23 sept. 2011
0
  • parce que c'est un bon indicateur pour la prise de ris, en tous cas sur un cata ou un gros mono,
  • pour les fans de polaires,
  • pour les alarmes mouillage,
  • pour le fun et parce que l'instrument est à bord, donc il doit fonctionner.
  • accessoirement, pour les assurances.

Il doit bien y avoir du sens marin chez ceux qui sont capables de dire que leur anémo déconne.

On ne peut pas comparer un anémo dont les dégradations de performances ne sont pas significatives sur un an, avec une hélice de speedo qu'il faut gratter tous les mois. Et pourtant, le speedo, c'est bien utile, même si certains puristes utilisent encore la planchette et la corde à noeuds.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (58)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021