etai largable textile

Bonjour à tous,

Comme certains d'entre vous, j'ai participé à plusieurs forums sur le problème de l'etai largable.

Mon problème est multiple : avoir un etai que l'on peut véritablement ranger(pour moi à l'heure actuelle il n'y a pas véritablement de solutions) , ne pas passer par un emmagasineur qui serait la meilleure solution mais aussi est de loin le plus chere, avoir un système facile où l'on peut préparer trinquette à l'avance, et l'envoyer rapidement (par exemple de nuit quand le vent force).

Avant de rencontrer des voiliers au salon nautique, j'aimerais savoir ce que vous pensez de la solution que j'aimerais montrer a ces professionnels.

Voilà mon principe :

Pourquoi ne pas faire un étai textile, qui serait tendu par une poulie mouflée avec un retour sur winch au pied du mat.
Ce système est le même que celui qui existe pour le principe des emmagasineurs, donc je pense que l'on peut avoir un étai correctement tendu avec ce principe.
À partir du moment où l'on a un étai textile, il est facilement démontable, et on peut le ranger dans sa soute à voile.
Bien sûr les mousquetons de la trinquette vont immédiatement user le textile. J'ai vu sur des bateaux de compétition les mousquetons remplacés par de la sangle. Mon but à moi n'est pas d'alléger au maximum le poids, mais il me semble que remplacer les mousquetons par des sangles devraient réduire de manière très importante le ragage.
Dans ce cas, ma trinquette serait rangé avec l'étai textile à poste (avec les mousquetons remplacés par des sangles), la mise en place se ferait en deux temps :
1) je tends mon étai textile avec le mouflage, la trinquette est à poste enveloppé dans son sac banane sur le pont.
2) le vent force : j'ouvre mon sac, j'envoie la trinquette, et je l'etarque avec sa drisse qui passe par un piano et donc avec un winch en bout de course.

Si ce système marche, il aurait beaucoup d'avantages :
1) économique car il n'oblige pas à retailler une voile et à acheter un appareillage qui de toute façon sera très cher.
2) pratique car on range sa voile avec l' etai textile, on a donc plus de problèmes pour ranger l'étai largable (comme pour ceux qui sont réalisés en acier), et la voile est immédiatement disponible, rangée proprement dans son sac sur le pont.

Je pensais faire un étai mouflé en kevlar, avec un enrobage autour de type polyamide, bref de prendre une drisse de type compétition.
Bien sûr, à la longue les sangles vont peut-être user le revêtement en polyamide, mais s'il faut changer cet étai disons tous les quatre ou cinq ans ce n'est peut-être pas la mer à boire...
Le budget pour un emmagasineur et de loin infiniment plus cher...

Peut-être certains parmi vous ont depuis longtemps un tel système?
Ou peut-être certains parmi vous ont expérimenté un système qui ressemble celui-ci avec plus ou moins de réussite, et je serai à l'heureux d'avoir vos retours d'expérience.
Peut-être aussi, malheureusement, ce système est utopique et ne pourra jamais marcher !

Bien sûr, si ce système peut marcher, je vous tiendrai au courant des différentes réponses que m'ont donné les voiliers et lors du salon nautique ainsi que des prix pratiqués.

Je serais heureux de savoir quel type d'etai il faudrait pour ce genre de montage : sur des bateaux j'ai vu des étai textile et des étais enrobés d'une espèce de caoutchouc noir qui devait à mon avis protéger du ragage et des UV.

Au plaisir de vous lire dans tous les cas.

Philou

L'équipage
29 nov. 2008
29 nov. 2008
0

Bien vu
Ton idée me plait bien

Super intéressant !

29 nov. 2008
0

pas d'accord
sur l'utilisation de sangle ce sera plus agressif que des mousquetons plastique voir même laiton.
d'un autre coté pourquoi pas une ralingue en cordage sérieux et étarquer directement dessus ???

29 nov. 2008
0

Etai dans la ralingue
Avoir l'étai dans la la ralingue de la voile de brise, pourquoi pas...
Ca se fait sur les petits bateaux.

Mais attention à la manoeuvre! L'envoi et l'affalage dans des conditions musclées, ça me semble une manoeuvre assez risquée voire dangereuse. Maitriser un bout de toile qui vole dans tous les sens...
Bref, ça ne me semble pas une bonne solution du tout.

Quand au sujet initial de l'étai larguable textile, je ne connais pas. Mais un étai larguable en câble ne m'a jamais dérangé. Si le système est bien conçu (y compris le stockage le long du mat), je ne vois pas ce qu'on peut reprocher au système! Il me semble plus simple d'améliorer un système existant, plutôt que de tout changer.

Leon.

29 nov. 2008
0

J'ai un étai textile....
depuis ce matin, donc expérience 0, mais sur ma voile de brise j'ai préféré garder des mousquetons métalliques.Les mousquetons textiles sont beaucoup plus longs a installer sur l'étai et il te faut les 2 mains pour les crocher.
Même si je doit changer mon étai tous les 5 ans cela me semble encore correct.

30 nov. 2008
0

autre solution
garder un étais métallique mais de la longueur du mat pour pouvoir le ranger le long et mettre un palan textile pour l'étarquer, c'est simple te ça prend pas de place, pour l'envoie une voile à mousqueton bien plié est assez simple à poser.

01 déc. 2008
0

une etoile solution a priori la plus simple et la plus economique
question est ce que l'anneau ou l'on croche le hala bas de tangon si oui yapluka installer une ferrure et un étai en tete de mat ?

01 déc. 2008
0

correction

je voulais dire dans "un mois" et non dans "n mois" , le projet est donc en route...

01 déc. 2008
0

je ne me souviens plus
ou était fixé l'étais, mais de toute façons il y a tours des anneau de libre en pieds de mats et l'était est fait sur mesure.

j'avais utilisé ce système sur un feeling 343 DI que nous avions loué, nous envisageons de reprendre le principe pour notre arpege, avec le palan munis d'un coinceur (type palan d'écoute de GV), cela nous évite d'avoir une clef à cliquet lourde et pas forcement utile; à mon sens l'étais largable n'a as besoin d'être si tendus.

enfin il nous reste un dernier problème c'est de trouver une place pour cette nouvelle drisse, en effet les drisses de GV et de GSE ont leur wichs sur le mat les winch sont donc pris et les drisses sont coincé après les winch sur un taquet. Il faudrait peut être mettre un taquet coinceur sur la drisse de GSE en amont du winch pour pouvoir libérer celui ci. on va le faire dans n mois donc d'ici là on aura peut être la solution.

30 nov. 2008
0

étai largable textile
L'idée est très intéressante : les textiles légers & résistants existent.

Ils se "stockent" comme des drisses.

le problème de l'usure par les mousquetons est un pb bien réel qui mérite des essais suivis dans la brise, en fassayant, etc.

Tout est en fait une question de taille de voilier.
Sur de petits bateau envoyer directement "en l'air" un petit foc ne pose pas de gros pbs (j'envoie mon tmt comme cela sur COKELUNDE) sur des unités plus importantes le pb est différent.

fait nous part de tes essais en utilisant une drisse de spi par exemple...

Bien cordialement

JP L

30 nov. 2008
0

etai larguable textile
le systeme que tu decris est en place sur le pogo 10.50 de serie . l etai est a poste sur le mat il est repris par un palan integre dans la baille a mouillage et revenant sur un winch du roof . il est indispensable d avoir des sangles pour endrailler la trinquette cette trinquette peut etre mise a poste en permanence dans un sac de pont il suffit de defaire deux fermetures eclaire et la trinquette est paree a etre hissee

01 déc. 2008
0

merci pour vos avis!
Je ne le savais pas, que le Pogo 10 50 avait ce système: je vais donc profiter du salon nautique pour aller voir ça à de visu.
Je n'ai pas fait d'essais, est malgré tout il me semble que la surface de friction d'une sangle sera moindre que celle d'un mousqueton au vu de la surface.
Je rappelle que le système de sangle que j'ai vue était déjà réalisé sur des bateaux de compétition, donc ce principe devrait marcher autour d'un etai textile.

Ce qui serait bien, ce serait d'avoir un utilisateur de Pogo pour nous expliquer ce qu'il en pense.
Le mouflage au niveau du pont et très pratique, je suis tout de même très étonné que l'on puisse tendre un étai avec ce système à partir du moment où il n'y a pas l'aide d'un winch.
Pourriez-vous me dire le type de palans qui existe sur ce montage?

Philou

01 déc. 2008
0

en vectran pur
c'est à dire uniquement l'âme, ça doit marcher car le toucher est lisse et doux. Donc des sangles à la place des mousquetons devraient coulisser sans trop de friction. par contre, je me pose des questions sur le raidissement de l'ensemble
Je suis avec intérêt cette possibilité...

01 déc. 2008
0

etai larguable textile
je suis proprietere d un pgo 10.50 visible dans le morbihan je suis a ta disposition pour voir le systeme le chantier structures sera present au salon mais n exposera pas de bateau gerard

01 déc. 2008
0

Merci GEGE
Pour ta sympathique proposition de pouvoir voir ton bateau dans le Morbihan, malheureusement mon bateau et sur la Manche et cela va être difficile !
Ce qui m'intéresse plus particulièrement sur le pogo c'est votre système raidissement de l'étai qui se trouve dans la baille à mouillage.
Si jamais vous aviez une photo cela serait formidable, sinon pourriez-vous me décrire sommairement votre système : combien de poulies, quel système de tension (winch, pallants ou autres).
Je n'arrive pas du tout à me faire une idée pour avoir un système de raidissement correct : quelle puissance faut-il pour un bateau de 11 m?

j'avais imaginé une poulie mouflée en tête de mat avec etarquage au winch entiers de mat, mais il est certain que cela va faire de nombreuses drisses le long du mât...

Au plaisir de vous lire.
Amicalement
philou

02 déc. 2008
0

Même idée
j'ai ça dans la tête depuis un moment, parceque les mousquetons textiles sont vraiment longs à gréer et encore plus long à dégréer.
Je verrais plus ce système pour mon génois, et ma future trinquette sera à la place du génois, sur l'enrouleur.
Résultat de longues réflexion sur "pourquoi va t'on se battre avecx des voiles dans le mauvais temps alors qu'il serait si simple de le faire dans les petites brises"
Du coup, j'ai prévu
1° solent sur enrouleur
2° génois en avant du solent sur guindant libre étarqué comme tu le proposes
3° étai largable reculé (actuellement il est juste derière le génois, pour le solent) pour recevoir le foc de tempête et le tourmentin si vraiment nécéssaire.
Option, possibilité d'envoyer un genak ou un code O à la place du génois.

Alex

02 déc. 2008
0

Etai largable
Question: quel est le taux d'utilisation de la trinquette ?

02 déc. 2008
0

Salut,
la réflexion d'Alex "à rebrousse poil" a l'air bien logique, si le plan de voilure est prévu pour.
Suggestion pour ce souci de "frottements" des sangles sur l'étai textile : utiliser des loops (erses) en dyneema , c'est hyper léger et zéro frottements , et aussi hyper costaud (j'en ai mis pour fixer les sous barbes du bout dehors , pas un poil d'allongement , pourtant ça tire ! )

Fou de Bassan, tiens nous au courant de tes essais , merci ! Eric.

02 déc. 2008
0

ça dépend
personnellement la trinquette va me servir pour le près et gros temps, mais je l'envisage surtout pour le près avoir une voile bien plate sera un vrai bonheur par rapport au GSE.
Donc j'utiliserais la trinquette environs 30% du temps.

02 déc. 2008
0

Voiles d'avant
Pour ceux qui disposent d'un gréement fractionné, l'autre solution est d'avoir un solent sur enrouleur, ce qui permet d'augmenter la plage d'utilisation et de répondre au besoin de tirer des bords. L'étai largable étant dédié, quant à lui, au foc IRC avec prise de ris et au tourmentin.

02 déc. 2008
0

Pareil,
la trinquette, que j'appelle solent vu sa coupe, sert au prés des 15 noeuds de vent réel, et jusqu'à 28 en apparent. Ca fait bien 30% du temps en Bretagne. Je rêve de pouvoir l'utiliser roulée d'un tiers pour prolonger la plage d'utilisation. Je vais discuter de ça avec "mon" voilier car j'ai peur d'avoir un sac et d'abimer la voile, même si sa coupe est plate.

Si pas possible, j'aurais mon foc de tempête au delà de 28 noeuds, et je règlerai la surface totale en renvoyant un ris si nécéssaire (et si trop de vent ou de mer pour dérouler le solent)

L'autre avantage est d'avoir à poste une voile facile pour tirer des bords, en quittant un mouillage par exemple.
Un autre avantage est d'avoir une voile qui, une fois roulée, pèse moins lourd et fait moins de fardage dans le gréement qu'un génois.
c'est aussi justifié par mon programme vers les pays froids.
Ca n'aurait pas de sens pour un bateau qui ne navigue qu'en été.

Alex

02 déc. 2008
0

Idée sûrement idiote
Bonjour,
Oups ! j'ai fait "enter" avant d'avoir ecrit le texte.

Pourqoui pas un system du style chaussette à spi avec étai dans la ralingue ?
Vu la surface de voile, la chaussette ne devrait pas être trop grosse.

02 déc. 2008
0

je crois
que ça vaut le coup pour un spi, mais pour un génois, facile à brasser, est ce nécessaire?
question de choix, et peut être de performance pour les puristes. Au portant, un gros boudin en tête de mat ne dérange pas, mais au prés, c'est surement moyen pour l'écoulement laminaire.
Réponse essentiellement esthétique peut être, mais c'est tellement beau, l'esthétique ;)

Alex

02 déc. 2008
0

en plus
vu la "rigidité" de la toile a voile utulisée pour les voiles de gros temps , je te souhaite bien du plaisir avec une chaussette !

04 déc. 2008
0

Gaine thermo-retractable
Un truc efficace contre le raguage sur ton étai textile c'est la gaine thermo-retractable que tu trouves chez tous les grossistes de matos électrique.
Bien sur il te faut de la patience et un bon "seche cheveux" ou mieux un décapeur thermique mais attention pas trop puissant sinon tu brules la gaine.
Je fais tout mes gréements textiles avec du dynema et cette gaine ... impeccable
Stéphane

04 déc. 2008
0

précision
Salut Stéphane,
veux tu dire que tu utilises des mousquetons métalliques sur tes étais protégés à la gaine thermo?
Question subsidiaire,
ton gréement dynema est il "trés fin enroulé autant de fois que nécéssaire" d'une cosse à l'autre ou juste de la drisse épissée?

Merci pour tes réponses,
Alex

12 jan. 2009
0

J'ai des renseignements
Suite à ma visite au salon nautique.

Faire un etai textile avec un mouflage pour le réduire ne pose absolument aucun problème. J'ai vu un certain nombre de voiliers qui m'ont dit que ce principe très utilisé en course devenait de plus en plus fréquents pour de la course croisière.

Pour les mousquetons j'ai deux sons de cloche : la grande majorité ne confirme qu'il faut bien mettre des mousquetons qui sont faits avec des sangles elles peuvent même être scratchable ou non... Il y avait un fabricant qui au contraire m'a affirmé que une fois que l'etai textile était bien un dîner par-dessus au contraire il fallait mieux des mousquetons en inox qui seraient moins abrasif que ceux fait en sangle.

De plus en arrivant il y avait un bateau exposé dehors de type Wor 80 il venait juste d'envoyer une trinquette pour faire joli ce matin sur...un etai textile, avec une nuance : celui-ci était permanent et non largable.
Là aussi les mousquetons étaient en sangles , ce qui m'a frappé c'était leur petite taille à peine 40 mm d'épaisseur !
Philou

04 déc. 2008
0

Re précision
Peu importe mousquetons metal ou autre.
j'utilise un bout principal épissé sur une cosse de voilier (pas une cosse coeur) ou sur un cap de mouton pour étarquer avec un ridoir textile lui aussi.
Mais les montages sont différents selon que j'installe un étai, un hauban, une bastaque .....
Stéphane

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (172)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021