et pourquoi pas une copropriété ?

Devant le nombre de personnes attirées par les trimarans, et surtout devant le prix exorbitant de ces petites bêtes je lance ce sujet.

Je dispose d'une place à Vannes (dans le vieux port, bien à l'abri et à 15min à pieds de la gare) et souhaite donc un tri repliable offrant un minimum d'habitabilité style Challenge 30, Drop 26 ou Dragonfly 920.

La copropriété serait gérée par un contrat, histoire de réduire les risques et le temps de navigation à répartir suivant le nombre de parts.

Qu'en dites-vous

L'équipage
22 fév. 2010
22 fév. 2010
0

bien compliqué
d'une part, il faut avoir les mêmes critères de choix, ce qui n'a pas l'air d'être le cas.

Ensuite, les 3 que je connais habitent au bord de la mer, dans un port, où ils comptent bien avoir leur bateau pour l'utiliser bien souvent..... :-)

22 fév. 2010
0

je pense que cela peut intéresser certains
il suffit que ce sujet soit creuser et attendre les propositions et exigences des intéréssés

22 fév. 2010
0

ça
résoudrait les problèmes de certains du fil d'à coté!

22 fév. 2010
0

j'en connais qui on des bateaux en copropriété
il suffit que certaines critère soit bien défini.
1) a savoir un très bon contrat
2)une parfaite entente

par contre dans le cas contraire cela peut aussi s'avérer comme une chose très désagréable

22 fév. 2010
0

C'est sur que c'est pas simple
et qu'il faut borner les choses, mais bon la copro c'est :
- un bateau plus grand pour le même budget,
- des frais de fonctionnement partagés,
- une possibilité de parcourir plus de miles (un copro à l'aller, un au retour)
- un bateau qui navigue au lieu de dormir dans une place de port

et trouver un tri en location c'est pas chez le loueur lambda !!!

22 fév. 2010
0

il se passe parfois
qu'avec le temps les motivations de certains ne rejoignent plus les motivations des autres et a ce moment l'intelligence de tous est necessaire pour faire évoluer la copropriété sans heurts... l'association ou la location sont aussi une voie..

23 fév. 2010
0

expérience malheureuse
mais pas catastrophique il y a quelques années.

Ce n'était pas une copropriété avec contrat de time-sharing, mais un achat à 3. Cela s'est arrêté après les études du bateau, un grand cata, les envies / besoins de chacun divergeant alors.

il faut donc que les choses soient très claires dès le début (qui, quoi, quand, comment) et les sous bloqués avant de passer commande.

23 fév. 2010
0

dans mon esprit
il s'agit plus d'acheter un type de tri déjà existant voir même d'occasion (pourquoi pas un DF 920 extrême) avec un programme de croisière côtière au départ de la Bretagne (donc pas ou peu de régate).

Bien sur la rédaction d'un bon contrat qui fixe les règles du jeu est indispensable à une copropriété sereine et durable :
-achat
-gestion du bateau et des éventuelles fortunes de mer
-planning
-sortie de la copropriété
-fin de la copropriété

La base de tout étant bien entendu de partager la même envie au départ et de bien s'entendre.

23 fév. 2010
0

il y a vraiment
peu d'exemple de copropriété qui ait resisté longtemps avec le temps .Il suffit que l'un ait des projets ou des obligations divergeante pour que le bateau ce retrouve en vente assez rapidement.

Par contre le syteme associatif semble mieux tenir .

Le bateau appartient à l'asso et n'est pas copropriété .Chacun verse une somme à l'asso qui elle achete le bateau ..s'il y a desistement de l'un des membres et bien il attend qu'un nouvel adherent se presente pour recuperer son fond.

tous les ans chacun verse la m^me somme à l'asso pour l'entretien du bateau .Et les travaux sont fait par une entreprise ou par l'un des membres qui est alors retribué ..ainsi plus de chicanes...

et les sorties sont payante ainsi celui qui sort le plus paie plus ..donc les autres n'ont plus rien à dire...

josé

23 fév. 2010
0

et souvent
les gros bateaux que l'on voit sont tres souvent des associations avec membres propriétaires et membres "ami du bateau" .

josé

23 fév. 2010
0

déjà
il faudrait vivre dans le même port :-)

23 fév. 2010
0

J'ai eu
trois bons copains qui ont acheté successivement 3 bateaux en copropriété. Cela a duré plus de 20 ans. Ils étaient tous trois chauffeurs de taxi à Paris, donc ils n'étaient pas très riches, mais la voile était une passion.

Leur premier bateau n'était pas trop gros, 8 mètres, ils sont ensuite passés à la taille au-dessus, 9 mètres, puis 10, tous basés en Manche Nord.

Le divorce de l'un des trois a cassé cette copro, mais ils ont ensuite continué à deux en rachetant les parts du troisième.

Donc, tout est possible, AMHA.

RV

23 fév. 2010
0

j'ai un copain qui est en copropriété depuis des années
deux couples ,ils font 450 km pour venir a leur bateaux ,ils partent en vacances et on changé de bateau il y a environ 2 ans et tout ce passe bien .
Donc cela existe bien .
Sur mon ponton ,je les connais peu ,ils sont là depuis environ 2 ans ils sont en copropriétés et vendent leur bateaux pour plus grand .
Je pense en effet que la clef d'une réussite passe par un bon contrat et une parfaite entente,donc avant apprendre a ce connaitre .

24 fév. 2010
0

Copropriété = opération GAGNANT/GAGNANT
C'est curieux, je n'ai pas l'exemple de copropriétés négatives!

Pourtant, j'en ai connu une dizaine. Pour des voiliers de régates il est vrai. Ceci existe peut être cela.

Il m'est arrivé de skipper plusieurs fois des voiliers en copropriété dont les co-propriétaires étaient équipiers. Et cela c'est toujours parfaitement passé.

Peut être est ce plus simple quand l'objectif commun est de faire avancer le bateau dans la bonne humeur.

Actuellement encore, dans le club ou je navigue, la majorité des voiliers qui courent régulièrement sont en association ou en copropriété. Sans problèmes.

En croisière, il m'est arrivé plusieurs fois de naviguer sur des bateaux dont les propriétaires éloignés me confient la charge de la surveillance et de l'entretien courant. Ce sont des opérations gagnant/gagnant. En effet, le propriétaire ne perd pas un week end à caréner, sa première journée de vacances à armer son bateau, la dernière ou un week end à désarmer et son voilier est à l'abri des mauvaises surprises et toujours prêt à naviguer.

Dans deux cas, je naviguais beaucoup plus que son propriétaire qui était toutefois satisfait de savoir que son voilier était en Angleterre ou avait fait une place honorable dans telle ou telle course!

C'est pour cette raison que je n'ai pas éprouvé le besoin d'être propriétaire. Mais tout le monde n'a pas le privilège d'habiter au bord de l'eau..

En tout cas, du fait de ces expériences positives, aujourd'hui, plutôt que de posséder un seul voilier, je serais ouvert à l'idée d'une copropriété sur un voilier en Méditerranée, l'autre en Bretagne et un troisième pour régater...

23 fév. 2010
0

Copro
Quand on voit l'état d'esprit des copropriétaires immobiliers, ça laisse augurer des problèmes d'entente.

Ceci dit je suis en copropriété 50/50 pour mon boat et ça se passe plutôt bien.
Oui, mais c'est avec ma femme... :-D

23 fév. 2010
0

quand même
quelques exemple de copropriétés on catastrophiques.
Je doit dire que cela se pratique beaucoup dans le milieu aéronautique sans pour autant finir en quenouille à chaque fois. Question de culture.

24 fév. 2010
0

Solution type celle de la Calypso
Erendil est la propriété d'une association.

Elle n'a plus qu'un membre actif.

Elle en a eu jusqu'à une bonne demi douzaine.

Pour que cela marche, il faut que les membres répondent la même chose à la question "si on avait un bateau, qu'est ce que l'on en ferait".

Le financement du bateau doit être résolu rapidement (c'est à dire en 5/7 ans). Une copro avec un prêt sur 20 ans me semble illusoire, tant il est certain que, sur une telle période, les intérêts divergeront.

Dans notre cas, l'entrée dans l'association était conditionné à un genre d'agréement des autres et au payement d'un droit d'entrée qui correspondait à une période d'utilisation (des weeks end hors saison et des jours en saison, genre 3 week end et quinze jours d'été).

Nous nous retrouvions deux ou trois week end en début de saison pour les travaux du bord.

Erendil était loué, ce qui couvrait son coût et le remboursement du financement (il avait été payé par les droits d'entrée et un prêt).

Nous avons refusé des demandes d'adhésion quelques années plus tard, parce que l'on pensait que l'on était bien entre nous et que le droit d'entrée devenait peu motivant, le bateau étant financé. Personne n'avait envie de partir à ce moment là.

Effectivement au fil des ans et de la vie de chacun (les 3 fondateurs avaient 25 ans, les autres en avaient moins de 40) les routes se sont écartées.

Les sorties n'ont pas posé de problème sauf une. Généralement les gars étaient bien content de ce que nous avions vécu ensemble, et considéraient que la mise de départ (qu'ils perdaient donc en quittant l'assoc) avait été largement amortie.

Il a fallu discuter un peu plus avec l'un d'eux.

Précision : nous n'avions pas écrit une ligne de réglement ou de contrat.

Jacques

24 fév. 2010
0

Mouais
je l'aurais bien fait pour PDM, mais on tombe facilement sur des gens qui veulent profiter d'une aubaine (bateau déjà payé!...) sans l'intention réelle d'y apporter quelque chose.

24 fév. 2010
0

ensuite
Il faut trouver des gens dont la compétence est adaptée à l'engin.

24 fév. 2010
0

Tu as raison
C'est pour cela que l'on avait refusé les valeureux de la dernière heure. Au départ, il y avait un pari, et donc un risque. A la fin, le risque était quasi virtuel...

Jacques

27 fév. 2010
0

Réference...
Bonjour,

Voici des références en matière d'écrit:
www.ddbd.com[...]te.html
www.ddbd.com[...]te.html

Coté organisation financière, il semble qu'un compte commun alimenté par virement automatique par les copro sur lequel vient prendre une LOA et les frais divers (port, entretien, assurance, etc.) soit la norme. Quelqu'un confirme ??

Pour la LOA la situation de chaque copro est visée par la banque (c'est une garantie de plus). Reste que la charge doit être raisonnable pour chacun, histoire que l'enjeu financier ne soit pas source de tension !!

Une hypothèse parmi d'autre : un bateau à 170k€ à 3 sur 7 ans avec un apport de 20K€ chacun on devrait tourner autour de 700€/mois tout compris par copropriétaire.

Reste qu'au delà de ces aspects administratifs et financiers c'est bien de rapports humains dont il est question... avec toute sa complexité mais également avec toute sa richesse.

01 mar. 2010
0

Copro vécue
En 95 ou 96, nous avons monté une copropriété à 6 familles pour acheter un catamaran de type DIABOLO (8m50 x 5m).
Cette copro a fonctionné parfaitement jusqu'à la revente du cata.
En gros, à 6, le sentiment de "propriété" n'a pas été trés violent chez chacun de nous. Nous avons plutôt considéré ce cata comme un gros jouet que nous nous sommes partagé sans états d'âme. Avec les enfants de chacun, nous étions près de 30 utilisateurs ...
Nous l'avions inscrit dès le départ chez un brooker (Multisailing) à un prix déraisonnablement élevé. C'est comme ça que quelques années plus tard, nous l'avons vu partir en Italie le coeur serré mais le portefeuille plein (vendu plus cher qu'acheté).
Je pense qu'une copro fonctionne d'autant mieux que le budget par personne est raisonnable (j'ai eu par la suite une expérience douloureuse avec un budget à deux de 400 K€)

24 fév. 2010
0

Pour ma part
ce qui me semble plus simple, c'est une copropriété à 2 ou 3 pour l'achat d'un bateau neuf ou d'occasion (il y a plein de Dragonfly 920 extrême d'occasion à des prix à peu près raisonnable en ce moment) où chaque copro apporte son propre financement.

28 fév. 2010
0

Des expériences concrètes ???

Qui participe à une copropriété ?

Quel retour en faites vous ?

01 mar. 2010
0

5 ans
A 2 sur un jouet 760
pas de contrat et tout c'est bien passé jusqu'au jour où mon copro a eu un accident avec le bateau et nous a laissé tomber moi et le bateau (ou ce qui en restait sur un terre plein des Sables)
Il n'empêche que je suis toujours partant, mais cette fois-ci avec des règles définies avant l'achat.

01 mar. 2010
0

C'est une très bonne idée...
bien sur il y a les exemples de copropriété qui ne se sont pas bien passées et chacun a un voisin de ponton qui vit mal le fait de "devoir vivre et utiliser ensemble". On en entend parler par les mécontents...mais heureusement il y a aussi toutes celles dont on n'entend jamais parler et qui se déroulent sans encombre.

On peut comparer la copro à un couple...certains restent amoureux pour la vie, d'autres s'aiment un temps puis se séparent en bonne intelligence tandis que d'autres se séparent avec fracas...

Les conseils donnés sont bons...il faut un contrat de mariage clair et sans ambiguité prévoyant tout (planning des sorties, rotation des périodes de vacances, entretien, accident ou avarie (qui paie quoi et dans quel cas ?), etc...

et puis surtout on ne se marie pas avec des gens qu'on ne connait pas un minimum sinon le risque est grand de courir à la déception

Bonne réflexion

02 mar. 2010
0

Intéressé
Je viens de vous envoyer un message direct

24 mar. 2010
0

attention si LOA
Dans ce cas, c'est l'organisme de financement qui est propriétaire, une copropriété n'a donc aucun sens entre colocataires.

il est possible de créer une « société de fait » qui gère l'indivision. Ca ne coûte rien car il n'y a pas d'enregistrement ni d'autres formalités obligatoires.

Il faut rédiger des statuts qui feront la loi entre associés, sans violer les règles de l'indivision (dispositions d'ordre public) ; il est possible de prendre en compte la future propriété lorsque/si l'option d'achat est levée.

Mon avocat va rédiger quelque chose pour une affaire en cours, je pourrai faire copie à ceux qui sont intéressés.

25 mar. 2010
0

Juste une question
qui n'a pas vraiment à voir mais qui me chiffonne : comment peut-on dire "je dispose d'une place à Vannes" alors que toute place de port est attribuée à un bateau précis et à un (ou des) propriétaire(s) identifiés ? Le trimaran est-il déjà acheté ? Lorsqu'un nouveau bateau avec un/des nouveau(x) propriétaire(s) arrive il doit se mettre sur la liste d'attente, non ?
JCLB ex-partenaire d'une copropriété heureuse dans le vieux port de Vannes (à petit budget il est vrai).

05 mai 2010
0

C'est aussi mon idée,
Je possède un Kennex 38 cata de 11,5m x 6 qui est fixé en Sardaigne et souhaite en vendre la moitié car je ne vis plus a bord mais veux en profiter un ou deux mois a l'année.
Si vous connaissez un amateur.
L'important me semble t'il est de trouver quelqu'un de responsable !
Cordiales salutations a tous,
roger

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Calme Norvège

Souvenir d'été

  • 4.5 (166)

Calme Norvège

novembre 2021