Est-il obligatoire de conserver un balcon à l'avant ?

Lors d'une navigation récente avec un bateau ami, j'ai pu, enfin, avoir des photos de mon bolide en mer.

C'est bô.

Abîmé dans la contemplation de ces merveilles, je réalise que, à partir du bon plein et jusqu'au portant, le balcon avant et le dernier mètre de filière viennent dégrader le profil parfait de mon propulseur vélique (note du trad.: ça fout la merde sur la bordure du génois) dans des proportions plus importante que ce que j'avais perçu depuis le bord.

Si je supprime le balcon avant et si je raboute la filière sur ce qui en était le pied, en revanche, l'interférence disparaîtrait.

Quelqu'un sait-il ce que dit le législateur sur l'obligation d'avoir un balcon avant ?

Merci.

L'équipage
01 juil. 2009
01 juil. 2009
0

en méditerranée
certains coupe un morceau de balcon pour être dans la catégorie au dessous(pour le port)

01 juil. 2009
0

obligatoire ?
Au-delà de l'obligation, on peut se poser la question de l'utilité du balcon avant, non ?

Je me vois mal sans balcon à l'avant, même au mouillage pour oeuvrer dans la baille à mouillage en toute quiétude. Sans parler du mauvais temps si par malheur il faut aller à l'avant.

01 juil. 2009
0

Hmmmm
Il faudrait farfouiller pour trouver une règlementation sur le sujet, ce qui n'est pas simple.

Mais une réponse pragmatique existe : dans nos port, il y a beaucoup de bateaux sans balcon, certains ont leur filière sur chandelier jusqu'au dernier mètre, où elle est fixée sur le pont à l'étrave.

Maintenant, je rejoins Robert : ça sert à quoi un balcon ? Comme disait l'autre : mieux vaut flotter (naviguer ici) sans grâce que couler en beauté.
Depuis qu'un balcon avant m'a sauvé la vie, il ne me vient plus à l'idée de lui dire qu'il salope la bordure d'un génois !! :-)

01 juil. 2009
0

Pas sûr que l'idée soit bonne...
le balcon sert à pas mal de choses. Entre autres : permettre au quidam qui passe sur le ponton de t'empêcher d'emplâtrer icelui, faire pipi au vent si tu n'as peur de rien, sous le vent si tu respectes ta salopette, amortir le choc contre un quai et éviter d'arracher le davier, se relever après avoir ranger le mouillage dans la baille et s'être fait un tour de reins...

Pourquoi ne pas faire que du près serré, point d'amure rentré ?

01 juil. 2009
0

point d'écoute rentré...
vous aurez corrigé tous seuls...

01 juil. 2009
0

C'était obligatoire dans la 224
et en prime, un balcon d'un seul tenant, les 2 demi-balcons ouverts en leur milieu n'étaient pas réglementaires.

RV

01 juil. 2009
0

Il me semble...
... que c'est la réglementation en vigueur lors de la mise sur le marché de ton yacht qui continue de s'appliquer aujourd'hui.

L'ancienne Division 224, dans son article 224-2.08, n'exigeait pas l'installation de balcons avant ou arrière. Mais il y avait obligation d'avoir des filières d'une hauteur minimale de 60 cm pour les navires dont la L&gt8m et de 45cm pour les autres. Ces filières et leurs fixations devaient résister à une traction de 1 100 daN.
Et cela pour les navires armés en 4ème, 3ème , 2ème et 1ère catégorie.

Si tu supprime ton balcon avant et que tu fixes ta filière sur le rail en arrière de l'étrave, tu n'auras plus de "protection continue et efficace contre la chute à la mer des personnes embarquées".

Si ton yacht est un modèle qui a été construit en série par un chantier, ce modèle a été approuvé Marine Marchande et devrait faire l'objet d'une nouvelle demande d'approbation individuelle en cas de modification (Divison 224-1.08).

Je crains que ton génois ne continue longtemps à préférer le près serré au petit largue...

01 juil. 2009
0

j'ai le même soucis sur mon aquila
et je pensais, non pas supprimer le balcon avant car c'est franchement utile, mais

détacher la filière supérieure de son point haut pour le mettre au niveau de la filière inférieure.

J'ai vu ça sur un autre aquila et ça m'a paru pas mal. A tester donc.

Mais du coup, il y a un vide en partie supérieure. Assez moyen pour les manoeuvres à l'avant.... surtout en solo.

Sinon, dans la réglementation, il y a bien une obligation de balcon et filières tant sur la présence que sur la hauteur, tout cela en fonction de la catégorie de conception.

Dans la même préoccupation, les points de tire des écoutes de voile d'avant : bien que les avale tout soient montés sur chariot, les écoutes passent au niveau des filières et selon les allures c'est pas très bon car ça appuie durement sur les dites-filières.

Si vous avez le même souci, comment avez-vous résolu le pb ?

merci.

François

01 juil. 2009
0

Pour l'obligation
je ne sais pas, mais je n'ai pas de balcon et pas d'enrouleur pour 12,5 m de pont. Ce qu'il faut concevoir c'est un point d'ancrage central pour te capeler de manière à ce que si tu perds l'équilibre ton buste ne puisse passer par dessus bord, éventuellement les jambes mais pas le tronc. et bien sur s'y attacher.
Mais je ne pourrai te le conseiller, il faut pour le faire naviguer solo ou en couple pas plus ou interdire l'accès au pont à toute personne ne faisant pas partie de ton équipage habituelle.Je situerai plutôt ici le problème de l'absence de balcon car même pour un changement de voile son absence n'est pas un problème.
Concernant le mouillage l'absence de celui ci facilite plutôt les choses mais je ne suis pas encombré par l'enrouleur.
Attention je ne suis ni pour ni contre je ne veux convaincre personne et ne polémiquerai pas sur le sujet. :-p

01 juil. 2009
0

Sur mon ex.............
.......plusieurs années sans balcon et filiéres, que je n'avais pas remonté aprés la refection du pont (en teck) c'est vrai que c'est plus mieux joli, mais tu t'aperçois a l'usage que des fois ça aide bien.......puis ce fut remonté sur l'insistance de madame.......par contre personne m'a jamais rien dit........

01 juil. 2009
0

Le texte
Huitième section – Sécurité des personnes Article

240-2.56 Prévention des chutes à l'eau

I.Tout navire est conçu de manière à minimiser les risques de chute par dessus bord et àfaciliter la remontée à bord, en fonction de sa catégorie de conception. Les ponts ou lesaménagements intérieurs assurent l'accès aisé aux postes de conduite, y compris lorsque labarre de secours est mise en oeuvre, aux zones où se situent les fixations pour lignes de vieet harnais, aux zones de manoeuvre et de réglage des voiles, et aux locaux de machines.

II.Les mains courantes, lignes de vie et point d’ancrage des harnais sont disposés aussi procheque possible des descentes, et de chaque bord dans les cockpits.

III.A l’exception des navires propulsés exclusivement par l’énergie humaine, les navires decatégorie de conception C amenés à pratiquer une navigation nocturne comportent au moinsl’un des deux dispositifs suivants :? une protection matérielle continue contre la chute à l'eau des personnesembarquées, qui peut être une combinaison de balcons, pavois, filières etchandeliers;? un ensemble de fixation pour des lignes de vie et des harnais;

IV.Les navires de catégorie de conception A, B comportent les deux dispositifs ci-dessus, ainsique des cale-pieds situés soit le plus proche possible du livet de pont, soit aux endroits dupont où l’équipage est amené à se déplacer lors des manœuvres. La hauteur de ces cale-piedatteint au moins 25 mm à bord des navires non-voiliers, et 30 mm à bord des voiliers. Uneinterruption linéaire dans un cale-pied n’excède pas 100 mm.

V.Les voiliers dont la configuration des voiles d’avant ne permet pas la continuité desprotections contre les chutes à l'eau sont équipés d’un balcon ouvert, dont la largeur dechaque partie ouverte n’excède pas 360 mm. Cette disposition n’est pas applicable auxvoiliers équipés d’un mât de beaupré ou d’un bout-dehors.

Article 240-2.57 Surfaces des ponts La surface des ponts extérieurs est antidérapante. Les parties vitrées des panneaux et desécoutilles à plat pont situées dans des zones de manœuvre sont également équipées de dispositifsantidérapants, de manière à ce que la plus grande longueur mesurée entre deux surfacesantidérapante n’excède jamais 250 mm.Article

240-2.58 Caractéristiques des pavois, filières, chandeliers et balcons

I.La hauteur de ces protections au-dessus du pont n’est pas inférieure à 600 mm pour lesnavires de longueur égale ou supérieure à 8 mètres, et 450 mm pour les autres navires.Lorsque la hauteur des protections dépasse 450 mm, la hauteur entre deux filières ou entre lepont et la première filière ne dépasse pas 300 mm.

II.Les filières et les lisses de pavois, ainsi que leurs fixations résistent, sans rupture niarrachement, à une traction longitudinale de 1300 daN pour les navires de catégorie deconception A, et 900 daN pour les navires de catégorie de conception B et C.

III.Les chandeliers ou points de support des filières ne sont pas espacés de plus de 2200 mm, etrésistent à un effort transversal de 280 daN sans déformation permanente, et de 560 daN sansrupture.IV.Un cockpit dont la partie arrière est ouverte est équipé de rambardes ou de filières demanière à ce qu’aucun espace d’une largeur supérieure à 500 mm ne soit dépourvu deprotection.Article

240-2.59 Fixation des lignes de vie et harnais

I.Les voiliers de catégories de conception A et B sont munis, de chaque bord, d'un dispositifapproprié permettant l'accrochage sans outillage d'une ligne de vie, ou de harnais de sécurité.Ce dispositif permet à une personne de circuler harnachée depuis le cockpit jusqu’auxextrémités du navire. Il supporte sans rupture une force de 2000 daN appliquée dans ladirection d'une droite reliant deux points d’ancrage, et jusqu'à un angle quelconque de 30°par rapport à cette droite.

II.Les navires non-voiliers d'une longueur inférieure à 8 mètres qui, en raison de la dispositionspéciale de leurs superstructures, ne peuvent satisfaire aux dispositions du paragrapheprécédent, peuvent ne comporter que des main-courante le long de l'hiloire de chaquecockpit, et sur le rouf. Ce dispositif assure la continuité du passage des personnesembarquées entre la ou les plages avant et le ou les cockpits.Articl

04 juil. 2009
0

Vista
Sans commentaires...

01 juil. 2009
0

sans balcon !!!!!!
Point de discours possible :jelaferme:

01 juil. 2009
0

La division 240 est-elle applicable ?
CHAPITRE 240-1
DISPOSITIONS GÉNÉRALES
Article 240-1.01
Champ d’application
I . La présente division définit les dispositions en matière de sécurité et de prévention de la pollution applicables aux navires de plaisance à usage personnel ou de formation d’une longueur de coque inférieure à 24 m, à partir de leur mise en service.

"A partir de leur mise en service"... !

De quand date la mise en service du navire en question ?

That is the question !

04 juil. 2009
0

Un grand merci.
Un peu tardif, mon PC ayant été victime de la canicule. :-( (je confirme, vista est une daube...je suis contraint d'utiliser cette sou merde sur mon nouveau PC et j'ai perdu nombre de fonctionnalités)

Donc pas de problème : la filière n'est obligatoire qu'au niveau du cockpit.

01 juil. 200916 juin 2020
0

Ayant eu le même problème
J'ai fixé mes filières directement sur le liston avec une petite pièce en inox et plus de problèmes
Amitiés
Joël

01 juil. 200916 juin 2020
0

Pour les ceusses !
Interessés par la pièce en inox : la voici
J.

01 juil. 200916 juin 2020
0

Que voici !
Amitiés
Joël

01 juil. 200916 juin 2020
0

Sur l'autre face
Vous remarquez un petit anneau ! c'est pour le renvoi de l'emmagasineur
J.

02 juil. 2009
0

Sur mon ARPEGE
c'est comme décrit par Joël, d'origine. Faire gaffe quand on va à l'avant..
A+

01 juil. 2009
0

Moi j'aime bien le balcon
surtout quand il y a du monde.... :-D

Bref, et en dehors de ce qui a déjà été dit fort à propos, je trouve que c'est sympa de s'y asseoir pour contempler la vague d'étrave. Perso, j'y passe de longs moments.

01 juil. 200916 juin 2020
0

Si tu veux pas chiffonner ton gg
change de bateau, sur celui là ya rien qui gene !!
A vendre !

04 juil. 2009
0

autre solution
Garder le balcon et remonter la voile d'avant.
On réduit à peine plus tôt et on a une vue améliorée sur l'avant.

04 juil. 2009
0

Ou marcher au moteur...
C'est encore plus simple :mdr:

04 juil. 2009
0

Rationnel.
Quand je suis trop loin du piano, c'est le tabouret que je rapproche, pas le piano.

04 juil. 2009
0

ou bien encore....
La problématique bordure de génois-balcon-esthétique-visibilité.
Satisfaction immédiate:
images.google.fr[...]/images

04 juil. 2009
0

tu va enlever le balcon et avoir une jolie voile
et le jour où quelqu'un tombera à l'eau, tu risques de moins apprécier le voile noir de la veuve...

à tes risques et périls, comme d'hab......

cordialement

04 juil. 2009
0

RAB
Je suis toujours seul.
Et si je suis mort, le voile noir de la veuve : RAB. :-)

04 juil. 2009
0

Bof
Quand je serai mort...je pense que toutes ces contingences seront secondaires.

En cas de mort "marine" je devrais être plus concerné par l'hygiène buccale de la faune locale que par la peine de mes coreligionnaires.

04 juil. 2009
0

Ce qui me fait sourire :
c'est que, à la question "a-t-on le droit réglementairement", j'ai des réponses qui évoquent les risques.

Aujourd'hui, ma pov'dame, personne ne prend plus de risque...
Rendez vous compte risquer une vizumène...!

Je crois être assez grand pour savoir, seul :
si c'est prudent ou non
si c'est pratiquement faisable ou non
si un risque existe et si je peux le prendre

En revanche, je ne savais pas si le neurone d'un pandore doit ou ne doit pas être éveillé par l'absence de balcon.

Maintenant, je sais.
Le reste n'est qu'une question de responsabilité individuelle, que j'assume.

04 juil. 2009
0

C'est un choix individuel.
Il va dépendre de sa culture, de ses traditions, de son expérience, de ses croyances, de...

le tout c'est d'être conscient que c'est un choix et d'assumer ce choix ensuite.

Amha.

Je crains que ce genre de langage, antérieur au cataclysme culturel des années 80, soit incompatible avec la purée déresponsabilisée dans laquelle nous baignons actuellement.

Pour finir de passer pour un vieux con :

Je suis le seul responsable de tout ce qui m'arrive.
Mon assurance ne sert pas à me couvrir, mais à indemniser mes éventuelles victimes.
Je prend moi même les dispositions apte à me garantir la sécurité que je juge utile, je ne compte jamais sur les mesures qui devraient avoir été prises par les autres.

04 juil. 2009
0

C'est un peu
de la découpe quadri-capillaire, ça... (et je m'y connais !)

04 juil. 2009
0

Je suis conscient
que je suis, comme tout le monde, égocentrique.

04 juil. 2009
0

Tu pourrais penser à nous !!!
:-)

04 juil. 2009
0

Ne fais pas le matamore !
si tu ne veux pas que ladite faune marine ne fasse pas le mate à mort !

Et n'oublie pas que quand on meurt, le plus difficile c'est avant de mourir, pas après !

04 juil. 2009
0

Tout à fait d'accord !
pour la même raison (j'assume ma trouille de crever noyé)je n'envisage pas une seconde de me défaire de mon balcon avant, sauf s'il coule avec moi !

04 juil. 2009
0

Entièrement d'accord
Copie d'un post (je suis paresseux le we) que j'ai écrit sur STW sur un fil qui sous-enetendait que le port des gilets de sauvetages devrait être obligatoire:

Je me cite :-D :

Savoir nager, se trouver dans une calanque avec de l'eau à 28° et faire un tour en annexe pour voir l'autre côté de celle-ci ne nécessite pas le port d'un gilet.

On peut mourir en descendant de son bateau au port; en tombant de la passerelle avec un gilet en hiver et de l'eau à 5° par choc thermique.

Alors on n'approche plus de l'élément liquide ?

Les accidents DOMESTIQUES font 15000 morts par an en France dont 95% sont des chutes. Il faudra admettre un jour dans nos pays qu'un pourcentage négligeable des 1 milliards d'occidentaux n'atteindront pas 80 ans. C'est comme ça. Tabarly savait ce qu'il faisait, et je pense qu'il acceptait l'idée de mourir en mer et pas grabataire dans une maison spécialisée. Ce sont les autres qui n'acceptent pas.

Ce qu'il faut réglementer, c'est la possibilité de faire du mal à autrui (alcool au volant, comportement dangereux en jet par exemple). Mais ma vie m'appartient, et le fait que je désire ou pas porter de gilet quand les conditions sont bonnes ne mettent absolument pas en cause la vie du personnel de la SNSM. Le port obligatoire de gilet dans son travail est normal puisque l'employeur ne doit pas mettre en danger la vie de ses salariés.

Une bonne information sur les dangers (réels) de la mer, parfait. Un carcan administratif de plus, non. La dernière réglementation en matière d'équipement du bateau va plutôt dans le bon sens. On étouffe dans nos société et seule une bouffée d'air marin permet de respirer.

04 juil. 2009
0

nuances Pym ...
Il y a une grande nuance entre quelqu'un qui te répond hors sujet :

"J'AI peur du risque que JE prendrais sans balcon avant" (HS)

et un autre qui dit:

"TU prends des risques inconsidérés sans balcon avant" (HS aussi)

Le premier te parle de lui (ce qui peut présenter un intérêt si tu n'es pas trop égocentrique), le second veut te confiner dans des obligations :heu:

04 juil. 2009
0

Il est
effectivement. :-)

04 juil. 2009
0

en fait pym
tu ne cherche pas virer le balcon mais à faire en sorte que l'ensemble balcon+filière ne gêne pas ton gênequoi,

c'est là dessus qu'il faut voir il y a pas mal de solution sur les bateaux dans mon secteurs on y regardera ensemble si tu veux, et prévoir les modifications pour l'automne ;-)

par contre je ne suis pas surpris que tu ai trouvé meilleur photographe que moi pour ton bateau sous voile, :pouce:
;-)

04 juil. 200916 juin 2020
0

Non, non pas trouvé mieux.
Le bon : c'était toi :pouce:

04 juil. 2009
0

Et joli
génois !

04 juil. 2009
0

Eh oui, bien sûr...
souffrance partagée :-)

04 juil. 2009
0

en fait
...

04 juil. 2009
0

C'est le positionnement du génois ...
...qui fait ça.
Il est, volontairement, très bas, au ras du pont (le précédent disposait d'une jupe avec un petit retour pour étancher la bordure avec le pont).
De la même façon, et pour la même raison, l'enrouleur est au plus bas.

04 juil. 2009
0

d'ailleurs....
je pense que mon prochain génois sera un poil plus court pour éviter ce problème qui justement n'arrange pas la voile à ce niveau.

Et je ne suis pas sûr que je verrai la différence au "compteur".

04 juil. 2009
0

Tu le veux.
:-)

04 juil. 2009
0

En dix cas : pan.
Bof, non.

Va bien...le blanc je m'en bat un peu les balustines (peu m'en chaut)...mais, c'est pas bô et puis ça fait un vilain pli.

En gourde, le balcon avant me gonfle :
- pour aller et venir au ponton,
- pour passer l'amarre
- pour jeter l'ancre
- ça fait déjà deux fois que je le retrouve plié au ponton (grrr sans laisser d'adresse...)
- il est branlant (ça peut être plaisant en navigation solitaire, mais avec le pilote j'ai toujours une main de libre alors...)

Sinon, c'est en effet secondaire.

04 juil. 2009
0

Bon photographe et
joli balcon... :jelaferme:

04 juil. 200916 juin 2020
0

moins beau sur l'autre face :
...

04 juil. 2009
0

En fait
c'est plus ou moins marqué selon les bateaux mais sur le tien c'est assez impressionnant.

04 juil. 2009
0

la photo
ça déconne....

04 juil. 200916 juin 2020
0

....
...

04 juil. 2009
0

je sais
que le guindant de notre génois est plus courte que ce qu'il pourrait avoir, mais il passe au dessus des filières perdant ainsi 40 ou 60 cm dans les bas de génois vis à vis du pont zone qui doit être importante pour le rendement et la performance de cette voile,

mais on ne peut tout avoir,

mais il est vrai que je suis toujours triste de voire des génois aussi maltraité et souvent sur des unités ou leur voile d'avant coute mon bateau tout entier...

04 juil. 2009
0

Est-ce que c'est vraiment handicapant ?
ou n'est-ce qu'un souci esthétique ? J'ai (comme tout le monde je pense, à part les mule-types) le même défaut, et la seule chose qui me gène c'est les taches grises que l'inox fait sur le blanc vespéral du génois...

04 juil. 2009
0

souvenirs
et hors sujet :-(

cette journée on s'est fais de bon moment de manœuvres sous voiles l'un comme l'autre à quelques mètres des fois,

mais qui a encore prouvé que ton first 25 est une fusée par rapport à mon culbuto :mdr:

quel plaisir, et belle journée,

:pouce:

04 juil. 2009
0

Remontée
Le seul inconvéniant à remonter le génois est que cela fait remonter le centre vélique.
Sinon il n'y a que des avantages pratiques.
La voile a une meilleure forme et est libre
des éléments parasites.
En voile bateau on est très loin de l'aviation
où on a essayé toutes les formules de raccords
aile fuselage. A l'extrémité d'une aile il y a obligatoirement la fusion d'une surpression
d'extrados et une dépression d'intrados. Il faudrait rendre solidaire la voile du pont de façon étanche, soigner le mode de raccordement et supprimer tous les éléments parasites.

04 juil. 2009
0

Correction
Corriger: dépression d'extrados et surpression
d'intrados, c'est évident.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Piégeage des gouttes

Après la pluie...

  • 4.5 (48)

Piégeage des gouttes

mars 2021