Essences bois pour pièces maitresses

Quelles sont les essences de bois préconisées dans une contruction cp époxy pour les pièces maitresses comme : étrave, contre étrave, lisses (éventuellement),allonge de quille, bauqière etc...

L'équipage
27 jan. 2003
27 jan. 2003
0

essences bois
bonjour,
je construis une jonque en bois moulé, et la quille, étrave, étambot, remplis de varangues sont en padouck. J'aurai pu les faire en iroko ou même en tranché d'acajou.
bon courage

27 jan. 2003
0

Et les essences locales...
Rien n'oblige à utiliser des essences tropicales (je ne les dénigre pas, j'en utilise aussi).
Dans mon cas, la bauquière sera et les barrots de pont seront en douglas (en lamellé collé, l'importance des noeuds diminue...). Et j'ai déjà utilisé du chêne pour une pièce d'étrave...
L'avantage des essences locales, c'est leur prix (parfois on en trouve dans la famille, on sait dans quelle conditions on les fait sècher...).

27 jan. 2003
0

duree dans le temps
Les essences europennes et les résineux c'est bien joli mais faut savoir ce qu'on cherche : sans protection chimique ( anti-moisissures, anti-bestioles) et/ou mécanique (barriere d'étacheité ) elles ne durerons pas longtemps. Les galions de la Compagnie des Indes faisaient un seul et unique voyage, meme protégés au goudron et a la créosote.
Le chene est le meilleur mais il tres dur , difficile a travailler (fil), fendif, et ses tanins imposent tout le cloutage et visserie inox (dans les "anciens" bateaux avec chevillage acier ou bronze, on percait un trou; dans ce trou on forcait une cheville en acacia; dans la cheville en acacia on plantait le clou !)
Les bois rouges (africains ou asiatiques) en général sont beaucoup plus imputrescibles naturellement (plus ils sont rouges meilleur c'est, ce sont les tanins qui agissent). Ils sont souvent faciles a travailler (pas de contre-fil), souples, non fendifs, avec un tres bon rapport densité/solidité.
Mais aussi souvent pas tres durs. C'est pourquoi les pieces comme les varangues sont souvent faites en Iroko. Il est tres dur, solide mais cassant au choc (donc a ne pas employer pour des lisses devant absorber en souplesse). Les outils s'usent vite parce que les cellules sont remplies de silice (c'est en partie pour ca que les bestioles ne l'aiment pas) et il faut abondamment degraisser (trichlo) juste avant collage. Dans le passé, l'iroko servait a fabriquer des cuves de fabrication d'acide sulfurique ...

28 jan. 2003
0

D'accord mais...
Tout à fait d'accord avec Patrick, mais... depuis le goudron et la créosote, il y a l'époxy et la fibre de verre.
Il est clair que construire en bois moulé avec du douglas serait une folie, à cause des problèmes évoqués par Patrick et des noeuds.
Par contre, il est tout à fait utilisable dans le cadre d'une construction en CP époxy, et surtout en lamellé-collé et imprégné à l'éopxy.
Le chêne, si on enlève le coeur, et si on fait des pré-trous, ne pose pas de problème point de vue fentes ou éclatement (quand aux vers, ils ne raffolent pas du chêne, et si en plus on le protège...). C'est vrai qu'il est sans doute plus facile à utiliser quand il n'y a pas de vis.
Je n'utiliserai de l'acajou ou des bois exotiques que pour boulonner la quille (encore que le robinier...) et mettre en dessous des mâts.
Mais c'est peut-être aussi parce que j'ai envie de garder une couleur locale à la bête...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bandol en vue, août 2008 sur Colo

Souvenir d'été

  • 4.5 (138)

Bandol en vue, août 2008 sur Colo

novembre 2021