essai Outremer 49

clarivoile me suggère de faire un compte rendu de ma sortie de quelques jours en outremer 49 entre Lisbonne et las palmas donc je m'y colle !

il s'agit de la version propriétaire avec, suivez le guide, à bâbord lit 140 à l'arrière, coursive au niveau de la descente, avec placard à cirés et logement pour le lave linge (ben oui on est pas dans le même monde). a l'avant salle d'eau avec lavabo, wc et cabine de douche puis crash box (une grosse planche à voile y rentre)
a tribord de l'arrière vers l'avant cabine double, wc, coursive, douche et cabine avec deux couchettes superposées, et crash box. de multiples rangements un partout.
la nacelle comprend une table pour 8 au moins, un coin navigation (prenez un tableau de bord de Boeing c'est a peu près çà), cuisine avec tout plein de rangements, réfrigérateur et congélateur.
hauteur sous barrots partout bien sur (plus de deux mètres je pense dans les coques). accès à l’intérieur par une baie vitrée comme à la maison (çà fait bizarre).
à l’extérieur poste de barre surélevé à tribord la tête dépassant à peine du rouf.
cockpit immense avec table pour 8 ou 10, bimini partout, semi rigide sur potence et planche de surf (!)
top du top : un siège baquet de chaque coté avec barre carbone.
en navigation : petite précision : d'un ponton normal on ne peut monter que des arrières. en effet les coques sont inaccessibles car trop haute sauf des deux petites marches taillées dans les tableaux arrières. résultat : tous les accostages se font en marche arrière. le barreur met une des coques contre le ponton. on amarre l'arrière et on fait pivoter le paquet pour amarrer le morceau au ponton.
au près grand voile à corne haute et solent jusqu’à 20 nds apparents, puis des ris jusqu'à ....je sais pas on a pas dépassé 30 nds. les dérives ne sont descendues qu'au près et uniquement celle au vent notamment dans la mer formée comme çà en cas de survente on peut imaginer que la dérive au vent soulage et que l'absence de dérive sous le vent permette au bateau de déraper.
au largue pareil puisqu'avec la vitesse on est au près (en apparent) vitesse 12/15 (pour 20 apparent)
un code 0 (15/20 nds possibles)et un asy.
à ces allures gros bruit de lessiveuse par les remous à l'arrière. à la fin c'est tellement fatiguant qu'on prenait les quarts à l’intérieur pour avoir un peu de silence (excellente isolation phonique).
au grand large et au vent arrière c'est l'autobus absolu. je ne peux en parler puisqu'on à fait que du près et maxi 120° du vent.
en sensation je suis un peu partagé. a la barre pas grand choses c'est un peu camion (en 8 jours on a du barrer une dizaine d'heures) le bateau est très puissant. non seulement çà tangue et çà roule comme tout bateau mais en plus çà accélère et çà freine dans chaque train de vague. couché il n’était pas rare de me retrouver la tête compressée contre la tête de lit par suite des mouvements du bateau.
à l'avant dans la mer formée (ce qu'on a eu tout le temps) obligé de s’accrocher à deux mains à la cuvette des wc... le collègue qui couchait à l'avant tribord me disait être parfois en apesanteur lors des descentes de vagues.....
en plus je n’étais jamais monté sur un cata et j'avoue que les mouvements du bateau désordonnés où chaque coque vit sa vie propre sur des vagues différentes m'a un peu déstabilisé. moi qui ne suis jamais malade j'ai été un peu vaseux les deux premiers jours.
ceci dit faut relativiser, quel que soit le temps ou la mer les verres et bouteilles étaient posés à plat sur la table et jamais d'accident !!!
je pense que ce genre de bateau est top pour les alizés vent portant, 10/15 nds tranquille avec bière au frigo et esquimaux dans le congélateur. les copains y sont en ce moment snif !!!!!!
pour nous c’était pas mal non plus. les quarts à l’intérieur au chaud à jouer au tarot en jetant un oeil à l’extérieur pour s’écarter des cargos d'une pichenette sur le PA.

bref super expérience sur un super bateau !!!!

sur le voyage en lui même, Cascais très belle station balnéaire très (trop?) propre, port pas cher, Lisbonne à 30 mn en train, cette dernière belle mais sale, Funchal très beau propre port hors de prix, las palmas, cailloux pelé pas terrible.
pour ceux qui vont un jour descendre, arrêtez vous aux Islas Desertas. il faut %demander l'autorisation à Funchal (ou tout autre port portugais) qui vous donne un numero sur un bout de post it et quand vous arrivez vous tombez sur un caillou avec deux gardiens qui passent un mois seuls sur ce bout de terre un poil lugubre. l'un des deux vous fais faire le tour de l’île à pied (2 heures) et à la fin vous fait remplir dans leur cabane une fiche de satisfaction !!!!!! surréaliste !

L'équipage
31 jan. 2012
01 fév. 201201 fév. 2012
0

merci. C'est un super bateau en effet. Pour le confort au près, il faut prendre en compte la vitesse, et on comprend mieux.

Belle balade et merci encore.

Des photos?

01 fév. 2012
0

c'est sur que c'est un des moyens les plus rapides pour aller d'un bistrot à un autre dans un confort absolu. finalement la gite m'a manqué !

01 fév. 201216 juin 2020
0

à cascais

01 fév. 201216 juin 2020
0

Islas Desertas. la chiure de mouche c'est la cabane où les deux gardiens passent leur mois...

01 fév. 2012
0

en plus il est joliment peint.

Il fait parti de mes favoris.....mais pas dans mon créneau!

01 fév. 2012
0

si tu veux parler d'argent (!) je viens de découvrir qu'il est là à vendre :
www.yachtworld.fr[...]/France .
il m'a manqué quelques malheureux euros pour faire affaire......
en plus les photos sont chouettes. c'est le n°1 donc le chantier a du soigner la prise de vue.

01 fév. 2012
0

oui, je le suis depuis quelque temps déjà.

01 fév. 2012
0

faudra courir vite, direction FDF puis Panama et enfin Nouméa.

01 fév. 201201 fév. 2012
0

"Non seulement çà tangue et çà roule comme tout bateau mais en plus çà accélère et çà freine dans chaque train de vague. couché il n’était pas rare de me retrouver la tête compressée contre la tête de lit par suite des mouvements du bateau."

Hihi, ce commentaire m'a amusé. La seule fois où j'ai navigué sur un cata habitable (aussi dans les 50 pieds, très léger et sportif), ce qui m'avait le plus surpris, ce sont ces mouvements avant-arrière incessants.

01 fév. 2012
0

je n'ai donc pas rêvé, et le plus drôle c'est que cette sensation je ne l'avais que couché. debout rien. Je sentais parfaitement l’accélération brusque du bateau et le coup de frein d'après. je ne pensais pas que 10 tonnes pouvait bouger comme un cata de sport !

02 fév. 2012
0

En fait ces accélérations-freinages horizontales on les a également sur les monocoques… Seulement c’est beaucoup moins sensible, sauf sur les ULDB et les déplacements légers de compétitions… Quand vous chargez vos fonds avec du matos lourd, regardez comme quelques temps plus tard on retrouve tout cela bien tassé contre le couple ou la membrure avant, sans même forcement s’être pris une raclée au près dans une mer courte…
@+
Alain

02 fév. 2012
0

Ben j'ai un ULDB, et je n'ai pas ressenti ce genre de mouvements. Probablement que ces mouvements sont masqués par les autres.
:reflechi:

02 fév. 2012
1

êtes vous surpris d'apprendre que plus on va vite sur un terrain bosselé, moins c'est confortable? :lavache:

03 fév. 2012
0

Là n'est pas la question. Je ne m'attendais pas à ce style de mouvements. J'ai été surpris. Probablement que je ne me suis pas assez intéressé aux fils sur les multicoques sur HeO!
:oups:

19 fév. 2012
0

une fois que tu y auras gouter tu te feras construire un Brazapi par Trésor. Préviens moi, ce jour là :coucou:

02 fév. 2012
0

et paradoxalement c'est moins éprouvant...

17 fév. 2012
0

Salut JCL,
je suis très intéressé par une nav sur ce bateau et ecore plus suite à ton histoire. sais tu si ce bateau fait du charter. embarque t il des clients sur des navs comme celle là ?
certaines compagnies de loc proposent de participer à des convoyages.

Merci de ta réponse
Patrick

18 fév. 2012
0

salut job
et non le bateau ne fait pas de charter il va retrouver son proprio à Nouméa qui n'avait pas le temps de l'emmener et qui va habiter dessus.a l'heure qu'il est il quitte les Roques j'ai mis le pied à bord par le copain d'un copain qui connaissait....un peu le hasard quoi. je sais qu'il y a des boites de loc qui emmène leur bateau par la mer par des convoyeurs lesquels aprecient je pense d'avoir de la compagnie. finalement je pense que c'est assez facile. il suffit de le faire une fois ou de le faire savoir et bien sur d'accepter de partir un peu à l'arrache au fin fond de l'hiver. c'est bizarre en janvier y a pas grand monde chaud pour faire cherbourg/lisbonne va savoir !!!

18 fév. 2012
0

slt Jcl..
ou tu as vu que Lisboa était sale!!!...non mais!c'est une ville aux vieux quartiers plein de charme mais sale , pas d'accord!..j'y vis!
sans rancune.. ;))

18 fév. 2012
0

superbe bateau, venu mouillé devant le quai nul ici à Concarneau l'an dernier.
Facile à reconnaitre avec sa peinture personnalisée mais ça reste quand même un très (trop) grand bateau.

18 fév. 2012
0

tropique64 t'as raison. a la reflexion lisbonne n'est pas sale. c'est la faune qui surprend. le crack la cocke que proposent les dealers surprend, mais c'est le lot des capitales europeennes sans doute. sortant de mon trou çà m'a surpris, mais faut dire que moins je vais à la vile mieux je me porte ! et puis tous les travaux en cours en bas le long du tage çà fait un peu bordel mais pas plus qu'ailleurs ; mea culpa
moluva j'ai trouvé effectivement sa trace sur le pc du bord. il est venu dans le coin l'été dernier.

18 fév. 2012
0

En fait, pour répondre à Clarivoile et Numawan, c’est une histoire de ressentie et tout dépends du terrain de jeu, piste en tôle ondulé ou terrain de motocross ou dune de sable et de la puissance et l’inertie mise en jeu…
Dans une mer courte avec une certaine vitesse et un ULDB (ratio DL < 100) avec de la puissance (tout dessus), on va planer et taper et les accélérations et freinages horizontales existeront mais seront faiblement ressentie car nombreuse mais faible en puissance et courte en durée, et masquer par les accélérations et freinages verticales… Style a fond sur la tôle ondulé pour ceux qui connaissent…
Par contre si on ne plane pas ou plus, alors les accélérations et freinages horizontales prédomineront a nouveau sur un déplacement léger par son manque d’inertie…
Planter des pieux, activité connu en Med………………… :langue2:…
Et si on a un déplacement très lourd, (par ex avec un ratio DL > 300) les sensations d’accélérations et freinages seront de nouveau amoindries par la puissance et l’inertie découlant dudit déplacement lourd…
La longueur et la période des vagues, ainsi que la longueur de flottaison vont aussi avoir leur influence.
Les accélérations et freinages existent toujours, les ressentir ou non dépends des facteurs citer précédemment…
Et pour son confort, l’être humain apprécie que les accélérations et freinages soient faiblement ressenties, que cela soit horizontal, comme citer précédemment, ou vertical comme un bateau qui tape, ou tangue ou roule. C’est plus la vitesse, de ces accélérations et freinages, que l’amplitude, qui les rend inconfortable.
La structure du bateau apprécie également, j’ai vue des bateau acier dont les soudures des lisses lâchaient dans les chocs et vibrations dans le gros temps, ou des bateaux (voilier et trawler) polyester dont les varangues et les cloisons avaient lâché uniquement dans un gros baston...
@+
Alain

10 mar. 2015
0

Je relance ce fil sur l'outremer 49 afin de savoir pourquoi Outremer a arrêté si vite la production de ce bateau pourtant élu en 2010 European Yacht of the Year. Si j'ai bien compris, au moins une 40enne ont été construit.

Pourquoi l'avoir si vite remplacer par le 51? Il est souvent précisé dans les annonces de vente des derniers 49 qu'ils ont bénéficié du retour d'expérience des premiers proprios de 49. Quels ont été les changements?
Merci pour vos retours.
Plutôt que de poser la question au chantier directement je profite de HeO n'étant probablement pas le seule à me poser ce type de questions. Si j’ai pas de réponse sur HeO je contacterai le chantier pour vous faire partager ensuite la réponse officielle.

10 mar. 2015
0

A Madère j'ai croisé un outremer neuf ,ces personnes qui font le tour du monde en faisant des portraits de personnes qui font des plats cuisinés régionaux et accord de vin ,venaient de Gibraltar ,et comme nous ont ramassés un sale temps (55 noeuds pour eux )le bateau était en réparation à Madère ,un trou dans 1 coque ,conclusion du chantier qui est venu de France pour réparer ,choc mou ,ça nous a tous fait rire .C'était en Novembre 2014 à la marina Quinta de Lorde à Madère .Petit rectificatif la marina de Cascais au Portugal n'est pas donné .

10 mar. 2015
0

j'ai oublié de dire que ce bateau n'avait rien heurté d'après les propriétaires

10 mar. 2015
0

Merci pour l'info, il me semble que c'est un outremer 45N si c'est bien eux dont tu parles.
www.ventsdanges.org[...]/blog/

Du coup cet événement n’informe pas trop su l'abandon de la production du 49, a moins qu'ils soient aussi sensibles aux "chocs mous"

10 mar. 2015
0

oui c'est bien celui ci j'ai reconnu les personnes que l'on a rencontré à Madère ,suffit de leur poser la""question ""sur ce choc mou ?????

10 mar. 2015
0

Ben moi, même si je ne suis pas fan de ce genre d'engin, ça m'aurait bien plu comme essai ; histoire de voir.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (96)

mars 2021