erreurs de navigation(s)

le fil initié par RG07 aller en Corse...risqué...audacieux.....a été l'occasion d'avis différents sur la dangerosité des cotes Corse...ecceuils/hauts fonds/rochesisoléés et de citer quelques "erreurs de nav".....je propose dans ce fil de définir ce que sont les erreurs de nav...d'en donner des exemples,d'en décrire les risques et conséquences.....
je lance quelques pistes
1/erreurs de calcul de maréé:on croit pouvoir passer "sur un seuil"sur un haut fond...on talonne...on s'échoue...on brise le contre moule.....?......
2/erreur pour rentrer les coordonnéés d'un WPT et" suivi" de ce WPT sans vérifier la vraisemblance du cap...de la distance
3/courbe du chien au GPS
3/s'engager dans le suivi d'un alignement,surtout si c'est un alignement "trouvé maison",non cartografié,avec le soleil rasant dans les yeux
4/avoir loch et sondeur non étalonnés,entrainant ,si cela s'averait nécéssaire,une estime fausséé
5/avoir un compas "faux ou faussé par la présence de masses métalliques ou autres....
6/ne pas tenir compte des "distorsions"(datum/corrections/décalages entre relevés anciens donc "faux" des cartes...et précision des GPS différentiels terrestres ou Waas egnos....
7/ne pas examiner attentivement l'approche d'un mouillage ou d'un port,avant d'attaquer l'étape...ou n'examiner ces approches qu'au dernier moment...
8/dans les zones à courants:"construire ses vecteurs courants à subir/route surface/route fond....sans vérifier sur quoi passe la route fond
a vous.....

L'équipage
01 oct. 2014
01 oct. 2014
0

9) mauvaise appréciation de la distance d'un danger.
.
Je précise : dans des passes caillouteuses et resserrées où il faut parfois se tenir à mi distance entre deux dangers (tourelle, piquet, etc.), parfois se rapprocher plus de l'une que de l'autre.
Il est souvent difficile de savoir si on est à 50 m ou moitié moins d'un piquet.
J'ai talonné sévèrement pour cette raison cet été.

01 oct. 2014
1

les erreurs severe que j'ai faites avec ou pas de talonnage mais au minimum en passant la ou il ne fallait pas , c'etait toujours parce que j'etais omnulilé par un autre probleme ( manoeuvre de voilure , choix d'un passage ou d'un mouillage, la radio qui raconte des conneries a ce moment la, enfin n'importe quelle "distraction", generalement a l'approche d'un mouillage ou lors d'un atterrissage apres une traversée..
du coup comme un con j'oublie ce recif isolé et je passe en plein dessus

01 oct. 2014
2

Après plus de 40 ans de nav. j'a i tapé un haut fond que je connaissais car je communiquait au tel. si le mobile est dangereux en voiture je pense qu'il vaut mieux faire gaffe en bateau

01 oct. 2014
0

l'habitude.
Une fois approche à Groix (où je dois être rentré plusieurs dizaines de fois), pilote et moteur, je prépare tranquillement les pare battages, les amarres, etc, tout à coup je vois le mur du quai défiler à six noeuds à presque toucher la coque sur tribord... quelques mètres à droite et c'était l'avant fracassé contre le quai.

01 oct. 2014
0

merci de définir : "la courbe du chien au GPS"
La courbe du chien … pas de souci … mais "la courbe du chien au GPS" … je ne vois pas !

0

Cela se produit en utilisant un waypoint, le GPS indique la route directe à faire mais ne donne pas un CP compensant le courant.

02 oct. 2014
1

Ben... les GPS montrent clairement la route vraie, qui est forcément en décalage par rapport à la route compas (directe), sauf ci on a tenu compte du courant... Le GPS évite justement la courbe du chien... (normalement...)

01 oct. 2014
0

Merci ;-)

01 oct. 2014
0

la courbe du chien"au GPS"?j'ai employé cette formulation imagéé mais pas très technique!!
je suis incapable de faire un "dessin" sur ordi....si d'autres peuvent illustrer?autre possibilité:supplément V et V olivier Chapuis(je ne suis pas chez moi pour vérif)naviguer avec le GPS ou un titre approchant.
autre
il est très intéréssant de" poser judicieusement" des WPTS et les utiliser en définissant des relèvements de garde,tout à fait comme des secteurs des feux...des feux à secteurs....
tout comme il est judicieux,si on navigue cartes papier,de colorier ces secteurs....et aussi de colorier en ROUGE,les roches isoléés ou autres cochonneries....

01 oct. 2014
3

Lorsqu'on s'obstine à faire route sur un WP pour faire une route fond rectiligne dans une zone à courants, la route sur l'eau décrit une belle courbe et on peut se retrouver devoir ramer face au courant en fin de parcours.
C'est l'histoire du chien qui poursuit quelque gibier. Comme il ne sait pas anticiper le chemin qui sera parcouru par le chat, il cherche la route droite à vue. Sa route à lui décrira donc une jolie courbe et il est possible qu'il ne rattrape jamais le chat car il aura parcouru plus de route!
Si on veut rejoindre un WP dans une zone à courant, on doit anticiper la dérive due au courant et corriger d'autant le cap compas.
Dans le secteur des anglos, iln'est pas rare d'avoir 40° de dérive. A la sortie du Blanchard par exemple, vers Cherbourg, on fait un cap compas de 120° pour une route fond de 80°.
Je reprends l'exemple d'une traversée Cherbourg/Poole mainte fois évoquée, cas d'école bien connu. On aura alternativement une dérive vers l'ouest et vers l'est, sensiblement de même valeur puisque la traversée se fera dans un cycle de marée. On suivra donc un cap compas constant pour faire une route sur l'eau la plus courte possible, la seule qui vaille. La route fond décrira une belle sinusoïde; Celui qui se sera obstiné à faire la route fond la plus courte arrivera après la fermeture du Lord Nelson alors que son collègue aura eu le temps de siffler quelques pintes, de diner et faire un petit câlin avant l'arrivée de l'obstiné de la route fond!

01 oct. 2014
0

C'est le cas sur un trajet St Peter/Jaudy. Sur ces 45 milles, le courant fait pratiquement le tour de la rose. Il porte sur les Roches Douvres dans les heures où on passe à l'ouest de celles ci. Il faut donc passer plus large pour compenser cette dérive supplémentaire. Autrement, on se retrouve au milieu!

02 oct. 2014
1

En suivant une route fond rectiligne, c'est ta route sur l'eau qui fera une courbe, quel que soit l'animal de référence, aboyeur ou avec de longues oreilles. L'important c'est la route sur l'eau la plus courte possible.
Sur un trajet Cherbourg/Needles, la différence de temps peut atteindre trois heures.
C'est une erreur majeure que de vouloir faire la route fond rectiligne et la plus courte possible.

02 oct. 2014
1

Alors avec un courant traversier constant ( SANS RENVERSE ), montre nous comment tu fais pour ne pas faire une route fond rectiligne et ne pas te retrouver face au courant à la fin.

02 oct. 2014
2

Non non, avec un courant traversier constant la route fond sera directe mais le cap vrai sera différent de la direction de cette route...

02 oct. 2014
0

un crobard vaut mieux qu'un long discours :pouce:

06 oct. 201416 juin 2020
2

euuuuh... cas d'école, certes, tout comme le crobar lui aussi cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire en matière de pédagogie (le prends pas mal).
Un petit texte pour les réfractaires au papiers millimétré bardé de flèches de couleur noire qui indique que c'est bien quand c'est bleu, mais attention pas dans le cas 3 car il est l'inverse du moment indiqué par le trait rouge, dans l'exemple 1 (qui est en noir aussi).


06 oct. 201406 oct. 2014
0

@ Guy,
Ok pour ton exemple et ok pour que le GPS, utilisé avec sa fonction waypoint, te crée une "courbe du chien" en ré-initialisant la route en permanence, mais hélas un truc cloche dans ton exemple.
Une telle erreur vient non pas du GPS, mais de sa mauvaise utilisation. En l’occurrence, un type rentre le waypoint et de suite après calcul, le GPS indique la route "fond" à suivre, mais le type n'en tiens pas compte et prends la direction "surface" (cap vrai +- variation = cap compas +- dérive = route surface) des coordonnées de l' Arrivée.
C'est là que le bas blesse, que ce situe l’erreur humaine: IL rentre un waypoint pour avoir XTE, mais IL n'en tiens pas compte, et ensuite il lui faut rattraper la courbe du chien. Par contre si dés le départ IL tient compte de l'XTE (grosso modo cap au 20/30°) il fera un bac et arrivera au point A sans encombre.

La phrase qui fausse le raisonnement est:

si notre navigateur se dit"pas de problème le GPS m 'indiquera en permanence le CV vers A et je n'aurais qu'à suivre ses indications

car ce n'est pas le CV qu'indique le GPS, mais la route fond.
.
C'est en cela que je dénonce le fait que certaines utilisation de ces petites machines "tuent" le sens marin de la nav (les waypoint et le plotter, je suis ok pour tout le reste). Dans l'exemple d'une utilisation par waypoint, aucune question à se poser, mais un : "veuillez suivre les indications" (une phrase que me répète souvent mon GPS de voiture). Le faire "sans réfléchir" devient alors une possibilité.
.
Sinon, d'un ordre plus généraliste, puisque ton post ne porte pas que sur le GPS/courbe du chien, je serais tenté de dire que j'y ai rarement fait d'erreur (en nav) car toute la nav est une succession d'erreurs qu'il faut sans cesse corriger. Par essence la nav est incertaine et la pratiquer consiste à en gérer au mieux les paramètres.
Tendre à recroiser toutes les informations pour ne sélectionner que les amers les plus "sûr" afin de s'appuyer dessus (en pas seulement ceux qui sont devant la route).
Tout "l'ART" de la navigation (manuelle) est là, le reste ne sont que des techniques facilement assimilables et reproductibles (3points/ relèvements de sécu/arcs capables/ transfert de sonde etc...).
Ces techniques, si on les met en oeuvre sur des amers qui ne correspondent pas entre le paysage et la carte, elles peuvent êtres réalisées de mains de maitre, la nav sera de toute façon fausse.
Tous les récits "je me suis perdu dans la brume"," j'ai perdu le fil de l'estime"," je ne voyais pas le phare de xx", "la couleur ne correspondait pas" etc... tourne toujours autour du même point, de la même source d'erreur immuable: la liaison paysage / carte.

06 oct. 201406 oct. 2014
0

euh....pour contrer le courant de mon exemple,courant qui porte au 90°,ne faut il pas faire un CV de, grosso modo, 335° ?

Autant pour moi, tu as entièrement raison.
.
Pour "Cv" Vs. "Zv" c'est bizarre de sa part. Normalement, tout ce qui concerne le "vrai" est en référence au Nord Vrai (celui de la carte). Le terme exact devrait être "Z fond" (il est impossible pour ton GPS de calculer le "vrai" en partant de la donnée "fond").

.

je "comprend" ton souci de liaisoncarte/paysage....mais si on perd de vue plus ou moins la cote...ou si celle ci ne comporte pratiquement pas d'amers (officiels ou maison....ou pas de "reliefs notables,repérables...)

Les "familles" de navigation (manuelle toujours) sont très "arrêtées". Si tu est en nav avec amers, c'est de la cotière (ou du pilotage suivant la proximité du fond/dangers) avec leurs techniques respectives.
Si tu n'as plus d'amers ni de sondes, tu est "au large" avec les méthodes qui conviennent et qui débutent toutes par "le dernier point connu".
Attention, par "amers" je dépasse largement le cadre du balisage, antennes, églises, châteaux d'eau etc...
Un simple cailloux, un tombant (même pas vertical), un mont, une vallée, un sommet d'une montagne sont aussi des amers exploitables, même si ils ne sont pas "officiels". A ce sujet (petite digression) je ne peux pas comprendre ces cartes marines électroniques (certaines) qui n'apportent aucune information de relevés terrestre (topographique)
Dans le cas "visibilité réduite" (brume) tu utilises d'autres méthodes si tu as des sondes, ou alors tu est en nav "au large" si le fond (donc les dangers) est trop important pour être exploité en navigation.

06 oct. 2014
0

nemo1
exact!mon "texte"quoique sommaire reste un ...texte....
mais ce n'est pas un choix de ma part,je ne sais pas transférer un crobard sur l'ordi......!!

06 oct. 2014
0

nemo1
soit...ceci dit, ta remarque aurait concérné ma contribution,je n'en aurais pas pris ombrage....on peut (et on doit!) débattre...pour
éviter ce genre de confusion...tu aurais pu(du?)commencer ainsi
@Oliv44
soit dit en passant la contribution d'Oliv44 est précise et intéréssante...et d'après moi,assez loin du "pensum"anti pédagogique,étant entendu que nous ne sommes plus,des enfants de CM2/6éme/5éme/....?

09 oct. 2014
0

c'est l'hopital qui se fout de la charité...

06 oct. 2014
0

H et Oh est un trésor de compétences ! :bravo:
v'là qu'on parle pédagogie, maintenant !
Et moi qui venait là pour me détendre ... :-(

01 oct. 2014
0

d'accord avec écumeur++. sur le trajet Cherbourg Poole, exempt de dangers effectivement on anticipe le courant sur l'ensemble de la traversée.
Mais attention dans les zones plus "caillouteuses" à ce que la sinusoïde décrite sur le fond ne fasse pas passer sur un caillou. d'où la nécessité de tracer une 1ere route (la plus courte sur l'eau), et d'affiner ensuite par tronçons pour parer les dangers sur lesquels cette première estimation ferait passer. parce que ça, c'est aussi une erreur classique.

01 oct. 2014
2

La courbe du chien, c'est lorsque l'on fait route sur un WP ou un amer sans tenir compte du courant.
Dans ce cas, c'est la route fond qui fait une courbe, et à la fin on peut se retrouver face au courant.
En suivant une route fond rectiligne, on ne fait pas la courbe du chien, tout au plus si le courant s'inverse, on peut mettre plus de temps.

02 oct. 2014
1

et oui et vouloir faire la route la plus courte possible rectiligne dans le fond dans les zones à courants traversiers elle est en faite plus longue sur l'eau ,voir bien plus longue en traversant la Manche

02 oct. 2014
1

Par construction géomatrique (ou trigo mais c'est bien plus pénible), tu prends un cap qui tient compte de la dérive du courant.
www.reussir-permis-bateau.fr[...]nts.htm

02 oct. 2014
2

Avec un courant traversier constant (hypothèse purement d'école!), tu traces tes vecteurs de courant pour définir ton cap compas constant afin d'arriver à bon port où t’amènera le courant. Ce faisant, tu fera une route rectiligne sur l'eau, mais une jolie courbe sur le fond. J'ai du mal à comprendre que ces notions élémentaires de navigation (traditionnelle en fait!) puissent encore faire débat!

02 oct. 201416 juin 2020
0

Un petit crobard bien dégueux mais explicite.
courbes rouges : routes surface
courbes noires : routes fond
flèches rouges sur courbes rouges : cap compas
flèches noires sur les courbes noires : cap compas
.
Analyse :
.
Courant constant non anticipé : cap compas et azimut au point A variables, route fond qui peut faire passer sur des cailloux, route plus longue que la trajectoire anticipée.
.
Courant anticipé : cap et azimut constants, routes fond et surface rectilignes (cas d'école), route plus rapide.

06 oct. 2014
0

oui Oliv"
ce que j'appelle,au lancement du fil",courbe du chien au GPS"( faute de mieux)c est un "navigateur"(!),par ex,dans le cas (théorique et simplifié)suivant qui:

rentre dans le GPS coordonnéés départ D et arrivéé A
DA=25m
CV/ZV sur A=360°
V du bateau=5n
courant traversier (régulier!!)=2n portant(tout le temps de la nav!)pile au 90°(!)
si notre navigateur se dit"pas de problème le GPS m 'indiquera en permanence le CV vers A et je n'aurais qu'à suivre ses indications
la 1ère heure le CV/ZV de A sera 353°(et pas....360°...)
la 2ème heure344°
la 3ème heure 328°
la 4èmeheure 308°
la 5ème heure 275°....
dépalé de quelques 10m sur tribord de la route...il devra faire ces 10m face au courant(qui continue de porter plein EST à 2n!)
dans ce cas carricatural le "navigateur" n'a tenu aucun compte de l'écart de route(XTE)...ou des changements réguliers des caps ,ou des relèvements(BRG)du WPT d arrivéé A.....en espérant qu'il n y ait pas de cailloux du coté de l écart de route.....

06 oct. 2014
0

oui!me suis mal exprimé ce n'est effectivement pas le "CV" mais le "ZV"/relèvement vrai du WPT actif....sur mon (ancien mais toujours là) MLR FX 412,le ZV du WPT actif s'appèlle... "CAP"....."route" étant le CV suivi par le bateau.....sur d autres GPS....
est on OK là?erreur de vocabulaire de ma part....
euh....pour contrer le courant de mon exemple,courant qui porte au 90°,ne faut il pas faire un CV de, grosso modo, 335° ?
évidemment comme tu le dis" l'erreur ne vient pas du GPS mais de sa mauvaise utilisation"mauvaise utilisation que j ai tenté de "carricaturer" à l extrème.....il ne surveille pas les" variations" du ZV du WPTd'arrivéé...ni XTE....
je "comprend" ton souci de liaisoncarte/paysage....mais si on perd de vue plus ou moins la cote...ou si celle ci ne comporte pratiquement pas d'amers (officiels ou maison....ou pas de "reliefs notables,repérables...)

0

C'est peut être pas ce qu'il ne faut pas faire en terme de pédagogie (ce qu'il est convenu de ...) mais, au moins, c'est clair.

Ton petit texte, en revanche, est un peu longuet et faire longuet, c'est ausi ce qu'il ne faut pas faire en matière de pédagogie :mdr:

Ce n'est qu'un avis de formateur.
:litjournal:

0

Je faisais référence au pensum de Oliv44.

0

Tu aurais aussi pu/du regarder l'indentation qui t'aurais permis de découvrir que je lui répondais... :mdr:

09 oct. 2014
0

Comment ça, "nous ne sommes plus,des enfants" ?
Parles pour toi !
J'ai su rester jeune, moi ... :-D

0

Ca va mieux? :mdr:

06 oct. 2014
0

pas mal

06 oct. 2014
1

je ne connaissais cette courbe du chien concernant le courant .

Mais je remarque que dans l'histoire du chien qui traverse la riviere ,le maitre n'est pas plus intelligent que son fidele chien . Un bon marin se serait deplacé sur la rive vers le courant au sur et mesure que son chien nageait

02 oct. 2014
0

houla! il y a quelques fondamentaux à revoir, là.

01 oct. 2014
0

9) même erreur que Guillemot, dans le golfe du Morbihian. Il fallait serrer à droite et je suis passé trop au milieu où il n'y avait pas assez d'eau. Alors que le passage n'était pas balisé, comme Motutunga, j'ai été distrait (par le beauté du paysage :oups:), bref un relanchement de la concentration pendant moins de 5min.
Pas de gros dégats mais beaucoup de honte car il n'y avait pas de difficulté et avec un mimium de présence d'esprit, je ne serai pas venu poster ici . :-(

02 oct. 201402 oct. 2014
0

cher Cambuse , je comprends que tu puisses avoir été distrait par la beautè du paysage , surtout si le-dit paysage possédait de belles courbes .
je me serais laissé distraire aussi . :aurevoirdame:

01 oct. 2014
2

les courants: il y a quelques années (c'était avant l'invention du GPS), en escale au Havre, un voisin de ponton me demande de comparer nos compas.. ils indiquent la même chose.
le voisin en question me dit alors: "c'est bizarre! je pars du Havre et je mets le cap sur Honfleur... et je me retrouve devant Deauville!"
Moi: "et vous tenez compte du courant?"
Lui: "ben non.. on m'a dit qu'en baie de Seine, le courant est soit dans le nez, soit dans le dos"

0

Au temps du decca : en mer dIrlande la chaîne irlandaise déconnait, aussi je bloque le decca sur la chaîne écossaise et on monte en Écosse.
En redescendant, du côté de Fishgard, je me donne un alignement visuel sécurité en plus du decca pour passer une pointe rocheuse.
Au bout d'un moment de nav au decca, je vérifie machinalement l'alignement : on était près des rochers.
J'avais oublié de remettre le decca en auto et il utilisait toujours la chaîne écossaise maintenant trop loin.

01 oct. 2014
0

Ne pas avoir les yeux rivés sur le sondeur et faire confiance dans la cartographie, erronée...

Résultat : un talonnage dans ce qui devait être 3 mètres d'eau pour un tirant d'eau de 1,35 m...

Mais c'est bien le capitaine qui a, lui aussi, fait une erreur...

01 oct. 2014
0

Hello,

Désolé, je ne peux pas participer à ce fil car je ne fais jamais d'erreurs!

...

bon, je déconne bien sur! ;-) :mdr:

Alors, souvent quand je fais une connerie, c'est soit par distraction (cf le post de Motu) soit par excès de confiance parce que je connais un coin et donc je néglige de regarder la carte, soit les deux.

Une fois, j'ai faillit me mettre dans les cailloux au cap corse parce que j'ai voulu prendre un "raccourci", puis je me suis repris en me disant "faut quand même jeter un coup d’œil rapide à la carte" ... et j'étais en train de passer sur un haut fond ou même mes 90cm de TE (à l'époque) ne passait pas ! :lavache: c'était moins une!

y'en à d'autres, mais ça serait trop long à raconter (il y avait eu un fil marrant ou tout le monde racontais des anecdotes sur ces erreurs ...)

01 oct. 2014
0

moi 2 talonnages :
1- pret des moutons (les Glénan). Erreur de débutant (je débutais), au prêt je dérivais légèrement et je n'ai pas fait mon alignement arriere. Je me focalisais sur la cardianal est devant moi. Boom dans un rocher.
--> raison : alignement arriere

2- a l'arrivée à Port Tudy devant le port en nocturne. plusieurs gamins a bords et 2 amis n'ayant jamais navigué, j'ai tout fait, mise des parebattage, préparation amarre avant de rentrer au port et je n'ai pas fait attention au rocher juste a l'est de l'entrée du port avec la nuit. Boom
---> ne pas tout faire sois même et faire participer meme des débutants

01 oct. 201401 oct. 2014
0

Autre erreur : suivre un alignement scrupuleusement, le né levé vers les amers, sans avoir attentivement consulté la carte et observé l'alignement d'un bout à l'autre.
.
Il arrive que des alignements fassent passer au ras d'un caillou et il est clairement visible sur la carte (et indiqué sur les instructions) que malgré l'alignement, il faut les contourner...
.
Voir celui-ci, qui assure un beau plantage si on n'est pas à marée haute.
Y'en a plein d'autres comme ça dans ce coin.
L'image ne passe pas, j'ai des soucis de connexion (c'était Darrynane en Irlande)

01 oct. 201401 oct. 2014
1

La fatigue peut aussi être cause d’erreurs.

Pour illustrer, je recopie une histoire que j'avais raconté dans le "p'tit bêtisier de la plaisance" (le fil dont je parlais plus haut)

Le fil est la (certaines anecdotes valent le détour):

www.hisse-et-oh.com[...]aisance

... Retour de croisière, au petit matin, on rentre dans la rade de Toulon. Après environ 40 heures de mer, je suis un peut crevé et tout le monde dors à bord, le temps est calme.

En approche du port, j'enclenche le pilote, et a demi endormis, je fais le tour sur le pont pour mettre les parres bat. Ca me prends un certain temps, et je suis la tête dans le bout emmellé d'un parre bat, quand je sens une forte odeur de gasoil. étonné, je lève la tête ... je suis sur le point d'aborder une frégate de la marine nationale (amarrée au port militaire) :lavache: réveille rapide garanti !

Je cours à l'arrière pour constater que le pilote n'était pas enclenché, j'avais appuyé sur le mauvais bouton ! un peu plus et j'avais les compliments des commandos de garde ;-p

comme quoi, faut être attentif jusqu'au bout...

01 oct. 2014
0

Lors d'une nav il pleut si fort que la pluie se vaporise sur la mer en créant une sorte de brume , ce qui fait qu'il est impossible de repérer des amers , je me dirige au compas , compas qui se trouve sous l'entrée de la descente , à un moment donné la pluie faiblit , je cherche à me repérer et la cote qui aurait du se trouver sur tribord , se retrouve sur babord !
Du fait du mauvais temps , mon équipier se tient dans le carré , appuyé contre la descente , mes vieilles jumelles autour du cou et de ce fait contre le compas , elles doivent être en fer car le compas a fait un 180°.

01 oct. 2014
0

ha oui Hungry bird elle est bien celle la.
J'ai eu la meme chose sur le bateau d'un ami. Il voulait a tout prix nous amener au mont st michel et ca ne passait pas. Donc direction en nocturne sur Granville. Fatigue (et pas que ca), je fais le point sur la carte, je remonte apres 1 heure de "sieste" et je vois des lumière droit devant alors qu'on est sur le bon cap. Ils avaient le laptop avec maxsea juste devant le descente avec le compas. Je l'enlève et miracle on n'avait pas le bon cap.

01 oct. 2014
0

POur ceux qui connaissent le coin, un talonnage à 12N fond sur la Pierre au Vraic, au SW d'Aurigny.
Bateau d'association. Nous quittons Aurigny deux heures plus tard que d'habitude car je voulais faire escale à Beaucette et limiter le temps d'attente. Nous descendons le Singe. A la sortie, je jette un coup d’œil sur la carte, tout est clair et je donne au barreur le cap direct pour le Petit Russel.
Un quart d'heure plus tard, un grand boum!
La carte était fort usée et le caillou, tout petit, dans un pli donc non visible!
Heureusement c'était un Mélody. Seul dégât, les 2/3 du safran sont restés sur place. La quille seulement éraflée!

01 oct. 2014
4

Circonstances: Mini fastnet, donc en double sur un 6.50, GPS ou tout autre moyen électronique de positionnement strictement interdits à cette époque là. Compas, Loch, sondeur, gonio, cartes papier, cartes de courants de la Manche, ....estime!

Première partie:(pas d'erreur)Départ canon de l'Aber-Wrac'h, on sort en tête, ça c'est fait. Puis la pétole et le brouillard nous tombent dessus. Presque 3 jours pour arriver au fastnet et surtout le trouver! Bref, un "point cargo" pour se recaler un peu, puis au petit matin, dans la pétole, apparait dans la brume un pêchou irlandais à la dérive. On s'approche, l'aborde, toc toc sur la coque. Un gars hirsute sort, on lui demande sa position, on remercie et repart. On se regarde, en fait aucun de nous deux n'a rien compris à son patois. Pas question de faire demi tour, il a déjà disparu dans la purée de pois. Quelques heures plus tard le soleil finit par percer, et apparait enfin le rocher visé. Contact VHF avec le bateau pointeur, il semble qu'on soit premiers! Ca c'est fait, yapuka redescendre.
Deuxième partie: (A donf!) Mais le temps va très vite se dégrader, le vent monte sévère, la mer grossit, la pluie tombe à l'horizontale. 2 ris+inter tangonné, on redescend à 12 noeuds. En pleine nuit une grosse pyramide m'attrape par le côté sur l'arrière, je me retrouve dans la flotte, accroché à la fifière. En regardant en l'air je pense avoir dématé mais non, le mat est juste dans l'eau, on est complétement couchés. Je me hisse dans le cockpit, récupère la barre. On se redresse, mon collègue ahuri sort la tête de la descente pour voir si je suis toujours là, et la grande cavalcade redémarre.
Troisième partie: ( l'atterrissage, ou l'erreur qui aurait pu très mal finir.)
On se dit qu'à ce train là, va falloir commencer à penser à l'atterrissage. Le parcours prévoit Ouessant à Babord, arrivée Douarnenez. OK, guettons Créac'h, ce phare est puissant, on le verra de loin.
Tout à coup, vers 4 heures du mat, l'éclat attendu est là, un peu sous le vent. Parfait! Mais la mer est grosse, il pleut toujours des cordes, imposible de compter les éclats sans se retrouver dans un creux de vague pendant la séquence. Mais de toute façon, qu'est-ce que ça pourrait être d'autre d'aussi puissant? (grave erreur! vous avez trouvé?)
Mon collègue me donne le nouveau cap, et me demande de guetter une cardinale ouest dans xx miles. OK. Quelques heures plus tard, pile dans le timing, une cardinale ouest apparait dans la bruine. Put... qu'est-ce qu'on est forts! Bon, on n'a pas vu la jument mais avec ce temps pourri ... on est passé loin de toute façon. (ça c'est sûr, qu'on est passés loin!) Le vent s'est calmé. Par contre, pas la mer, et étrangement on dirait même qu'elle est plus grosse ici. Bizarre ...
Nouveau cap, relais, je sors la gonio et cherche le radiophare des moines pour controler notre progression vers le cap de la Chèvre. Mais le signal est très faible, impossible de viser avec moins de 30 degrés d'amplitude ce signal trop furtif. C'est sûrement la bruine.(Pas que!)
Quatrième partie: (Heureusement que ce jour là on a eu notre bonne étoile!)
Mon pote m'appelle; "un phare!!!" Merde! qu'est-ce qu'il fait là, ce phare??? On commence à flipper. Sondeur? Où on est??? On abat en grand pour s'approcher. On commence à déchiffrer les lettres noires: A...R... M... AR MEN! On est allègrement passés sur la chaussée de Sein! Pas étonnant maintenant que la mer était bizarre! Heureusement le jus nous porte au nord! On sortira rapidement de ce cimetière.
Epilogue: (la honte!) Evidemment, arrivée bon dernier à Douarnenez où l'orga commence à se demander où on est passés.

Alors, ces erreurs? Evidemment que ce n'était pas Créac'h, mais une bouée de séparation de trafic des rails d'Ouessant. Minuscule sur la carte, mais portant quand même à plus de 20 miles. Et la cardinale Ouest? Chaussée de Sein au lieu de ?

Moralité: toujours douter, se dire: et si ce n'était pas ...?

01 oct. 2014
6

Oui, en matière de nav, il faut avoir confiance dans ses doutes et se méfier de ses certitudes ...
:scie:

03 oct. 2014
0

"Je suis plus sage que cet homme. Il peut bien se faire que ni lui ni moi ne sachions rien de fort merveilleux ; Mais il y a cette différence que lui, il croit savoir, quoiqu'il ne sache rien. Et que moi, si je ne sais rien, je ne crois pas non plus savoir." (Socrate)
:mdr:

01 oct. 2014
0

jolie formule!

03 oct. 201403 oct. 2014
0

"Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien" (Socrate)
:tesur:

02 oct. 2014
0

initiateur de ce fil,j'allais oublier d'exposer ma connerie Norvégienne
en Norvège donc(zone entre Haugesund et Bergen...je n'ai pas les cartes sous la main pour préciser les lieux exacts..
1/nous voulons aller à "Suskhedenam"(nom fictif mais pas les cartes...)un coup d'œil sur la carte:ok aucun cailloux sur la route
2/par précaution (visi se dégradant...par confort....)je me dit:"posons un WPT devant Suskh......"
3/mais à 2/3 miles à l'ouest il y a un autre mini port "Sorkvhedenam" dont le nom proche entraine ma confusion et j entre "son WPT"
4/mais le GOTO ,sur le port mal choisi fait passer sur des cailloux!
5/heureusement une longue perche a attiré notre atention!Sinon...
donc
a/non vérification du CV avec règle sur carte papier!j'aurais tout de suite "vu" la différence entre CV carte et GOTO GPS
b/confusion de 2 noms,certes assez proches,mais .....différents
soit 2 belles conneries

02 oct. 2014
0

une erreur : ne pas lire attentivement les IN

  • Il faisait beau , c'est l'été ,marée basse debut du montant .

  • On attends devant le port du Pouliguen que la marée monte pour rentré dans le port , les enfants nagent autour du bateau la plage n'étant pas loin ....

  • On avait repéré le ponton visiteur : on rentre tranquillement avec la marée et on est pris dans un courant violent , surtout tres surpris . on longe le ponton à vitesse grand V , en travers nous un ponton nous barre la route ...

bref on a frolé la castastrophe on s'en ait tiré sans degat par miracle ...

Alors que les IN signale bien le courant on a surtout été surpris ,comme des imbeciles il faut bien le dire car le port est dans une riviere donc il y a toujours du courant dans ces cas ...

Donc lire bien les IN , c'est la m^me chose avec les bancs de sable qui se deplacent , ça ma valu de resté quelques heures sur le blanc des Pourceaux en face de Dinard

03 oct. 201403 oct. 2014
0

Oui, flemme et inattention vont souvent de paire...
Voilà l'histoire de mon naufrage, il y a 12 ans :
www.hisse-et-oh.com[...]-lerins
:-(

03 oct. 2014
0

le lien ne s'ouvre pas...??

03 oct. 2014
0

Ben, moi je l'ouvre... Il est dans "mes articles HEO".

05 oct. 2014
0

Tout à fait 0491 ! Lorsque ce naufrage m'est arrivé, le lendemain au bar du port, un mec s'est foutu de ma gueule, et dans un sens, il n'avait pas tort et j'étais d'accord avec lui... mais deux mois plus tard, il s'est échoué sur les plages de la croisette...

06 oct. 2014
0

Mouais... si ça peut aider à faire passer la pillule...

04 oct. 2014
0

merci Parebat....c'est OK
@ben mon Baboujoli,j'ai lu......tu n'as pas eu de chance ,de pouvoir te faire "tirer de là"....
n'oublions pas:c est valable pour nous tous!
en mer quand une connerie est possible,elle a déjà été faite
quand elle est impossible,elle se fera!

06 oct. 2014
1

oui...mais s'échouer à la croisette ça a tout de meme une autre gueule que ta pointe minable!!
et puis tu peux commander un champagne au Martinez pour feter ça

03 oct. 201403 oct. 2014
0

Autre erreur aux conséquences qui peuvent être graves.
Le mal de mer, même peu intense, impacte très fortement les capacités d'analyse et d'action du skipper.
.
Le sentant parfaitement, ce dernier peut chercher au plus vite l'abri de la cote, pour calmer son mal, ce qui décuple le danger.
Il faudrait avoir le courage de virer vers le large et de mettre en panne, ou en vitesse lente le bateau le plus confortablement possible, le temps d'avoir les idées plus claires.
.
J'avoue y avoir pensé mais n'avoir jamais eu le courage de le faire, me mettant dans une situation hyper dangereuse.
Je suis rentré par force 8 plein vent arrière et à l'aveugle (visie de 150 m) dans une baie caillouteuse du Connemara, avec des vagues de 4 mètres qui me poussaient au cul.
Il n'y avait pas de GPS traceur à l'époque. Je me sentais incapable d'aller reporter un point GPS sur la carte, ce qui vu mon allure plein vent arrière m'aurait d'abord obligé à repartir au bon plein ...

03 oct. 2014
0

Oui, pour réduire, par exemple, il faut le faire dès que le besoin s'en fait sentir, au lieu d'attendre, se vautrer, et se mettre dans la galère... Et c'est vrai que le mal de mer pour ça, n'aide pas...

03 oct. 2014
0

Ma plus grosse connerie: ne pas avoir écouté ma femme alors qu'elle avait raison.
Dans le port d'Arecife (Lanzarote), réputé pour la mauvaise tenue du fond et passablement encombré, j'ai voulu emprunter le chenal à dinghy pour aller mouiller sur les fonds sableux. En théorie, avec mes 0.90m de tirant d'eau, dérive relevée, ça ne posait pas de problème. Depuis le début de la manœuvre, ma femme me disait : "je l'sens pas, tu devrais pas, c'est casse-gueule, fais d'mi-tour..." Eh bien elle avait raison! En pratique, avec 20 nds de vent de NE, donc par le travers, j'ai trop dérivé et mon safran babord a tapé un caillou, mèche tordue, pelle venant bloquer contre le bouchain, impossible de tourner à droite... Je vous laisse imaginer les suites conjugales... ;-)

03 oct. 2014
05 oct. 2014
0

une grosse erreur.... inverser les heures de PM et de BM en les reportant du calendrier des marée à mon bloc note sur lequel je prépare mes nav.

du coup, en arrivant à la Patache (entrée du fier d'Ars) à mi marrée, je trouvais que les estivants étaient fous d'aller pêcher sur le banc du Bucheron à marrée montante, et c'est quand je me suis échoué juste après cette réflexion que je me suis aperçu que ça descendait!!! j'avais même pas vu que le courant était sortant!!! à ma décharge, le coef était faible et un bon vent soutenu me faisait bien avancer

pas de dégât, mais mon amour propre en a pris un coup (j’étais pas seul à bord :heu:)

05 oct. 2014
0

je garde cette règle souvent, pour ne pas dire tout le temps: si l'un ne veut pas, on stoppe tout et on reprend la discussion.

05 oct. 2014
0

Baboujoli ton récit me parle, et tu sais pourquoi.

06 oct. 2014
08 oct. 2014
0

en guise de conclusion(provisoire?)...concernant le phénomène(qui peut etre dangereux)de la "courbe du chien"
allez P.574 cours des glénans /7éme édition/couverture rouge
soit
1/une rivière =40m de large+courant constant=0,2 n
sur la meme rive 1 chien....et une fiancéé (du gars qui attend en face...et son chien..et sa fiancéé
2/chien et fiancéé traversent à la nage
a)le chien maintient son cap vers le maitre=il va parcourir 50m sur l'eau/44m sur le fond/en 97 secondes
b)la fiancéé,plus maline "vise" un peu plus vers l'amont,de plus elle utilise un alignement sur la rive d'en face(2 arbres)pour etre sure d'avancer sur une route fond rectiligne=elle va parcourir 44m sur l'eau/40m sur le fond/en 85 secondes
je confirme que naviguer au GPS sans surveiller le XTE et le "corriger" fait suivre la courbe du chien

08 oct. 2014
0

Il manque des données pour faire ce calcul : les vitesses à laquelle le chien et la fiancée nagent.
La Fiancée, maligne, nage perpendiculairement au courant puis remonte le long de la rive en marchant... (c'est beau l'amour)

08 oct. 2014
0

@jehenne
humhum....,non la fiancéé ne nage pas perpendiculairement au courant.....le chien oui.....de plus la fiancéé peut tout à fait arriver pile/poil "aux pieds" de son fiancé.....

09 oct. 2014
0

sauf erreur de ma part.......non...ma fiancéé outre qu'elle est bien plus belle(!!) que la tienne...sait faire un bac...
imagine que le fiancé se trouve sur la rive opposéé plein Nord,la fiancéé démarre de la rive plein Sud.Son "cap" sa route surface va etre grosso modo (on pourrait le calculer..j ai la flemme)=20° étant entendu que l'amont est à sa droite,et donc que le courant s'écoule de l'est vers l ouest....elle nage en crabe ,l'axe longitudinal de son (splendide)corps étant orienté de 20° vers l amont...
Sa route fond est ,elle perpendiculaire au courant...cette route fond est "plein nord"
effectivement comme le signale Baboujoli,ce n'est qu'au début que le chien nage "perpendiculairement au courant"...entrainé vers l 'aval il nage de plus en plus vers l amont,de plus en plus "contre le courant"

09 oct. 2014
0

Bien vu, Guillaume. Sauf que rapporté à la navigation, un bateau sur terre se déplace moins vite que sur l'eau (Enfin, je crois. Peut être... Sans doute...)

0

C'est d'autant plus vrai que la vitesse surface de l'annexe est proche de la vitesse du courant.
Et s'il y a un courant de trois noeuds , pour traverser avec une annexe qui va à deux nœuds il faut traverser perpendiculaire au courant pour aller chercher l'abri le plus vite possible, mais on n'est plus dans l'hypothèse initiale d'un courant constant.

Pour résumer : je suis un nageur qui n'aime pas l'eau froide, je vais nager perpendiculairement au courant, minimisant mon temps dans l'eau mais j'arrive loin en aval' mais ce n'est pas grave, un peu de marche à pied va me réchauffer !

Maintenant, pour occuper les longues soirées d'hiver on peut chercher à calculer le temps minimum pour rejoindre un point juste en face sur l'autre rive en combinant natation et marche à pied, il faut connaître la vitesse du courant, du nageur et du marcheur.

09 oct. 2014
0

c'est dit plus haut 44m sur l'eau et 40m sur le fond....
cela dit je crois comprendre ce que tu dis ma fiancéé peut faire encore plus vite=
elle nage en se laissant entrainer vers l aval plus que la tienne...à son arrivéé l'attend une moto tout terrain,moteur en route...qui l'amène à fond vers son fiancé en amont...ne fut ce que pour quelques mètres....
tu a raison remonter le courant le long de la rive peut etre payant....sauf si la rive en question est à l'extérieur d'une éventuelle courbe du fleuve....dans ce cas ma fiancéé,qui en a aussi dans la tete,courrais le long de la rive en tractant l'axe...et suffisamment remontéé vers l'amont elle traverserais....
bon le problème n'est pas là....sachant qu'un voilier ne peut faire une partie du trajet sur l eau et une autre sur ...la terre ferme...

08 oct. 2014
0

@jehenne
tout à fait exact...je répare l oubli
chien et fiancéé nagent à la meme vitesse=1n

08 oct. 2014
0

Enfin... "le chien nage perpendiculairement au courant...", mais seulement la première seconde. Après il commence à remonter, et de plus en plus !

09 oct. 2014
0

La fiancée de 0491472506 ne nage pas perpendiculairement au courant, la mienne si... c'est elle qui arrivera la première...

09 oct. 2014
0

Sauf erreur... hé bien ta jolie fiancée (certainement très belle) va faire à la nage une route surface de plus de 40m puisqu'elle va traverser en biais avec un angle de 20° - sa distance de nage sera l'hypoténuse d'un triangle rectangle de 40m de base et de (40*tangente 20°) de hauteur...
La mienne, (peut être moins belle mais plus maligne) nagera 40m, se retrouvera sur la rive nord quelques mètres en aval et remontera à pied... comme elle marche plus vite qu'elle nage elle arrivera avant.

(moi aussi j'ai la flemme de calculer, surtout avec une distance en mètres et des vitesse en noeuds...) L'angle optimal de nage n'est pas exactement perpendiculaire au courant mais doit combiner le différentiel de vitesse dans les 2 milieux (nage dans l'eau, marche dans l'air). Souvenirs de cours de physique (optique)...

09 oct. 2014
2

Habitué à ramer dans la caisse en plastoc qui me sert d'annexe pour rejoindre mon bateau mouillé dans un chenal où il y a du courant, je peux affirmer que l'on a tout intérêt à remonter le courant le long de la rive (là où il est moins fort) et de traverser en ramant perpendiculairement jusqu'à la "hauteur du bateau" et de n'infléchir sa trajectoire qu'au dernier moment, quand on est sur de chopper le bateau.
Pour débarquer c'est plus simple, on rame perpendiculairement jusqu'à la côte et ensuite on la longe...

08 oct. 201408 oct. 2014
0

Oui, mais seulement si on ne tient compte que du cap direct donné par le gps. Mais, la plupart des gps montrent à l'écran la route fond qui, si on l'aligne sur le Waypoint, nous oblige à faire un cap qui anticipe le courant, la dérive due au vent... etc. Voire un habile mix de tout ça, si ils sont contraires ou opposés, et variables !
:mdr:

09 oct. 2014
0

ma pire connerie... mouillage qui tient pas la ou j ai deja mouillé des dizaine de fois....
moi crevé, je mouille au milieu d autres bateau, et m'allonge derriere, madame et la petite disent preparer le repas....
a moitiée assoupi, j entrouve un oeil, Reflexion " on est pas mal de monde aujourd hui vais mettre mes pares battages au cas ou on se rapproche d'un autre..."
quelques minutes plus tard... moitie assoupi toujours, nouvelle reflexion " tient il est sympa le gars a coté il a raccourci son mouillage pour pas qu on se touche..."
encore quelques minutes assoupie ... nouvelles reflexion " tient ils sont tous sympa ils raccourcissent tous leur mouillage" ...quelques instant longs/courts.... plus tard ... plus assoupi du tout , branle bas de combat " putain je deccroche c est moi le con.. le soucis pas les autres qui sont sympas " ....

ma chance, j ai derapé de telle sorte que je suis sortis du mouillage sans toucher personne, merci Mektoum, je demmare le moteur remonte mon mouilage et part faire un rond dans l'eau pour me relacer....

Ma petite demande ma femme " il fait quoi il a pas l air content? ", moi " putain vous pouvez pas me dire qu on derappe??.....
Les filles etaient dans leur monde...... papotaient etc.... et suite a ma gueulante elles repondent " tu geres toujours tout d habitube on s ait dit que tu laissais le bateau expres aller en arriere pour pas etre pres des autres....

Resultat... ne jamais relacher son attention, sur le boat c est moi le chef ...apres madame la petite et le chien :) donc a moi d'assumer....

0

Quand on apprend, on fait des erreurs ...
Cela risque d'être plus douloureux avec un 48 pieds.
Mais la difficulté est essentiellement dans les manœuvre de port.
Pour ne pas faire d'erreur dramatique, quelques jours d'apprentissage accompagné devraient suffire.

09 oct. 2014
0

Je ne sais plus qui a dit sur hisse et oh "on ne lutte jamais contre un courant"
j'essaie d'appliquer depuis ce jour ce principe No 1

09 oct. 2014
0

je préfère "on ne discute pas avec les brouettes, on les pousse" :acheval:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le beau temps !

Après la pluie...

  • 4.5 (1)

Le beau temps !

mars 2021