Erik LEROUGE, 50 ans de voile

L'architecte naval, Eric Lerouge nous parle de sa passion, son travail, ses bateaux et nous ouvre son album photo...

L'équipage
02 déc. 2010
02 déc. 2010
0

Beau parcours,
d'architecte au style très personnel et remarquable.

Moi d'emblée, j'aurais envie de voir cette fameuse voile épaisse Chapoutot en plus grand, si rare.

je vous donne une mention spéciale pour vos trimarans, fort réussis.

02 déc. 2010
0

Ou la vie passionnante d'un homme passionné...
Au risque d'apparaitre prétentieux, cela m'amuse de constater que nos rêves, nos routes, se sont souvent croisées...

Comme lui, à 15 ans, je rêvais de devenir pensionnaire à Cherbourg afin de naviguer dans la rade. Je rêvais devant les catamarans Exocet de Coutainville, les trimarans Piver (Nimble), j'ai cherché à construire une Yole OK avant de construire un mini trimaran ( en 1967 )

Peut être cela explique t-il que j'ai depuis toujours apprécié ses conceptions...

13 déc. 201016 juin 2020
0

Voile épaisse
Merci,

L'aventure de la voile épaisse était tout à fait passionnante.
C'était une brillante idée de l'ami Chapoutot pour donner du volume à une voile lattée. La photo jointe donnera une petite idée de sa fabrication. Des nervures articulées de chaque côté d'une voile lattée donnent l'épaisseur. On arrise et vire de bord comme avec une voile lattée.

La première dont j'ai disposé était un proto pour un Tornado. Je l'ai essayée sur mon croiseur de l'époque et bien qu'elle soit plus petite, je l'ai gardée car elle marchait aussi bien et était plus agréable dans la brise.
J'ai écrit un article sur ces essais dans Loisirs Nautiques 161.

La seconde était celle qui a courru la Route du Rhum avec Patrice Carpentier sur un Sun-Fizz. Increvable, elle allait come un gant sur Paladin. J'en fut trés satisfait car elle me donnait une vitesse de croisière dans la brise plus soutenue qu'avec une grand-voile conventionnelle et la possibilité de l'ouvrir sans qu'elle fasseye ou traine de trop réduisait le besoin de prendre un ris.

Encouragé par ces essais sur des mâts fixes, on tenta de les transformer avec des mâts rotatifs.
Ce fut l'avanture de Magie Noire que certains connaissent ici. Malheureusement, cet intéressant ULDB de 21m manquait cruellement d'argent ce qui n'a pas permis de faire toutes les mises au point voulues. Cependant les mâts non-haubannés construits en amateur en verre ont enduré plus de 100000 milles et 20 transats!

L'étape suivante fut sur mon Formule 28. La difficulté fut surtout de suivre un circuit de course Européen tout en développant la voile.
Laissé tombé par mon sponsor, j'ai du arrèter lorsque je n'ai plus eu les moyens de continuer.
J'en ai cependant tiré beaucoup d'enseignements:

-Avec les tissus de l'époque la voile était sensiblement plus lourde qu'une voile conventionnelle. Sur la gigantesque grand-voile d'un F28, celà augmentait le tangage.
-Il était un peu plus difficile de travailler le creux et la voile ayant à la base un profil Clark fin mais peu porteur manquait de puissance au portant.
-Dans le clapot, le bord d'attaque de l'aile décrochait. Le bateau à ainsi commençé à marcher lorsqu'on changeat l'option cat-boat en sloop pour alimenter l'aile.

Tout ceci me prouva que si le potentiel existait, il fallait beaucoup plus de moyens pour progresser et surtout ne pas avoir en plus la pression de la course. Je suis convaincu que la puissance au portant pouvait être résolu par des fentes pour creuser le bord de fuite et le tangage dans le clapot par un bec de bord d'attaque.
Bref combiner la facilité de réduction d'une voile Chgapoutot avec des profils style classe C!
Pas encore trouvé la solution!

Un dernier intéressant essai fut fait avec Ti'O 6,50. Un démonstrateur de gréement à balestron et voile épaisse. L'étroit foc solent sur le balestron était une réponse intéressante à l'alimentation de la grand-voile.

14 déc. 2010
0

Merci pour ces explications.
La photo jointe est très explicite.

Vous étiez clairement des précurseurs, toux ceux de cette époque qui ont tenté de promouvoir des profils épais.

J'ai l'impression que les ailes commencent à capter l'attention de manière plus significative.

Il faut du temps pour que certaines idées trop novatrices deviennent familières.

Si un héossien possède le LN n°161, il me ferait le plus grand plaisir en m'envoyant l'article scanné.

02 déc. 2010
0

Le style de loin
est déjà sympa et racé, puis j ai visité un des haka 180, un azuli, j' ai vu ( de trop loin ) le haka 152, ca inspire la navigation et le bon sens marin, et c' est d' ailleurs ce que chaque proprio faisaient. Chacun avaient deja une très bonne experience de la mer et du large, et n' y etaient pas venus par hasard.

Moi j' aimerai bien plus de details, voir photos sur certains bateaux comme le haka 115.
Ca ressemble de loin à un super serpentaire de B.Veys mais en forme et forcément en plus grand, j' aime bien le coté simple du bateau de ce bateau de voyage, tout comme le haka 133 bm.

Et la voile épaisse chapoutot citée plus haut, beaucoup ici attendent quelque chose de vous M Lerouge....

14 déc. 201016 juin 2020
0

Haka 115
Merci pour ces commentaires.
L'Azuli en question devait être Kito qui est rentré en France.
Le Haka 152 est maintenant en Nouvelle-Zélande.

L'ancètre du Haka 115 était mon Paladin. Il avait été construit sur mannequin, le moule femelle de coque de la première série réalisée par Amarine a été réalisé dessus.
Comme le chantier ne voulait pas investir dans un moule femelle, le pont devait être fait en contreplaqué. D'où cette forme à teugue qui permettait de caser mes 2m sans roof tout en donnant un bon espace visuel. Il faut dire que j'apprécie beaucoup le flush-deck pour la manoeuvre et le bouge important lié au frégatage était une garantie de redressement en cas de chavirage pour ce dériveur lesté.
A noter que c'était la première fois que je montais un sandwich sur une peau intérieure en contreplaqué de 4mm. Plutot facile lorsque l'on travaille seul. L'intérieur était prépeint entre les barrots lamellés. L'isolation trés correcte.
Voir www.lerouge-yachts.com[...]ont.htm
Le gros défaut est l'absence de vue vers l'extérieur et une aération insuffisante avec les capts de pont.
C'est pourquoi sur Brattahlid, j'ai retenu un roof à teugue qui offre les mêmes avantages structurels et d'aménagements avec la vue panoramique et des panneaux ouvrants sur les hiloires.

J'aimais bien aussi le cockpit avec sous grand bridge-deck bien protégé derrière la teugue avec les winchs au bon endroit. C'est repris sur Brattahlid.
Pour la descente, j'avais un de ces fameux capots coulissants GOIOT, trés lourds et impossible à étancher. Remplacé par un panneau de pont à 45°0.

Il y a plus de photos sur mon site à www.lerouge-yachts.com[...]_12.htm .
En voici une autre. Vous pouvais remarquer que déjà en 1984 je prèchais une certaine autonomie. Petit moteur, je vidais 2 nourrice par an!
Eolienne Ampair 100, un de mes meilleurs achats, fiable à 100% et faisait bien son boulot.

C'était un dériveur bi-safrans. J'ai abusé avec délectation des 85cm de tirant d'eau. Mais l'entretien était problématique avec la nécessité de gruter pour caréner la dérive.
Maintenant je préfère généralement le biquille, sans entretien ni place perdue à l'intérieur et plus raide à la toile.
Le dériveur se justifie dans certains cas particuliers mais pour le voyage il me semble indispensable de pouvoir retirer la dérive par ses propres moyens, et celà demande un puits encombrant.

Le gréement de cotre était super au long cours mais j'avais de trés belles voiles pour l'époque. Outre la fameuse GV épaisse, le yankee était en Mylar, plus la totale de spi symétrique, asymétrique et drifter.
Juste un regret avec les barres de flèches poussantes.

Il marchait trés bien, j'ai écoeuré pas mal de bateaux soit disant affutés, menés en équipage, en les passant au prés sous pilote sirotant un whisky allongé sur le bridge-deck...
Il faut dire que la carène évolua en Paladin 117 dont un exemplaire un peu boosté gagna l'OSTAR en Classe IV...

L'intérieur était assez ouvert avec une grande cabine arrière et un lit breton, sur le principe de vivre à 2, passer un week-end à 4, diner à 8 et prendre l'apéro à 16!

18 déc. 2010
0

Ils naviguent toujours!
J'ai souvent des news de mes premières réalisations. Paladin a été revendu plusieurs fois.

Red Magnum a toujours le même propriétaire qui l'a construit et mis à l'eau en 1979! Lorsqu'il a cessé de courrir, il a été transformé en biquille et se devait de rester rapide mais pouvoir échouer tous les jours. Celà m'a permis de valider mes premiers codes de VPP avec les moyens rudimentaires de l'époque, 1 semaine de calculs avec la Texas-Instruments pour valider le choix!
Il coule maintenant des jours heureux en croisière familiale.

Inoui a également toujours les mêmes propriétaires qui l'on construit en 1984! Il a subit un refit pour ses 25 ans et doit être à ce jour entre le Cap-Vert et les Antilles. Voir son blog cata-inoui.over-blog.com[...]/ . Dommage qu'il ne parle pas de ses prémières saisons ni de la construction.

Un point commun pour ces deux bateaux construits en polyester sans trop de moyens: Utilisation de l'Airex comme mousse qui fait ainsi preuve d'une étonnante longévité.

Et bien d'autres. J'ai perdu de vue mon cher Suppo. Je l'avais revu en Vendée il y a 15 ans repeint en blanc, affublé d'un roof immonde et rebaptisé le défi. Si celà dit quelque chose à quelqu'un?

Erik

20 déc. 2010
0

Noms
Parfois c'est moi qui nomme les bateaux, c'est généralement maintenant une inspiration Viking!
Parfois c'est le client qui m'a commandé l'étude à l'origine (Suppo ou Paladin) ou le chantier.

Suppo est bien plus ancien que Paladin, il a été dessiné en 1976. Ce fut mon premier ULDB. Le pont n'était pas à teugue mais un vrai flush-deck.
Ce devait être un petit bateau d'école de course au large. Plein de couchettes à l'intérieur à la Glénans dans un confort inexistant!
Malheureusement, la sinistre jauge IOR était en activité à l'époque et entre l'étude et la mise à l'eau, les déplacements légers ont été arbitrairement pénalisés de 10% ce qui a abruptement stoppé l'intérêt de cette formule en course.
Est resté un bateau avec des possibilités de vitesse au portant trés jouissives pour l'époque, ce petit 8m de guère plus d'une tonne à vide a du faire des ricochets à 18 noeuds, les speedos de l'époque ne s'arrètaient qu'à 12...
Il était aussi trés marin, je me souviens d'un retour de Cowes intéressaznt en Novembre... un peu un mini-transat avant l'heure.

Erik

14 déc. 2010
0

Qu'est devenu ...
votre ancien paladin.. et de manière générale avait vous des news de vos premières réalisations?

Cela doit toujours faire plaisir de savoir qu'une ancienne réalisation navigue toujours et donne du plaisir à son propriétaire.

A+ Diamba

20 déc. 201016 juin 2020
0

Drôle de NOM.
Mais ou allez vous chercher tout vos nom de bateau. Autant certain je peux comprendre comme votre projet Brattahlid (

), mais "paladin" ou "Suppo" .... c'est quoi la petite histoire ??

Votre Suppo, il était "atomique" comme votre paladin ?? C'est un paladin minitiature? En tout cas coque rouge et pont à teugue... moi j'adore !

A+ DIAMBA

02 déc. 2010
0

Enfin!
Le parcours sans faute d’un grand architecte, un pionnier dans le monde du cata et bien d’autres domaines. Je me souvient très bien des ses publications sur Loisirs Nautiques à propos de ses voiles de jonques.
Erik à quand un article de fond sur Hisse et Oh ? Les sujets sont multiples et les lecteurs avides.

15 déc. 2010
0

Articles
Merci Jean-Claude.

Pour les articles, j'y songe avec Tom. Peut-être du nouveau sous peu!
J'ai encore beaucoup à dire, saine occupation intellectuelle dans une future croisière!

Erik

02 déc. 2010
0

Nous avons
Nous avons construits deux monocoques sur ses plans à quelques années d'intervalles. Visites de nos chantiers à plusieurs reprises au cours de la construction et des réponses claires et précises à toutes les questions que nous pouvions lui poser (à l'image de ses interventions sur ce forum) et à la fin venir essayer les bateaux sur l'eau pour analyser et se rendre compte si le résultat correspondait à ses attentes. En plus de sa passion "nautique" un vrai intêret pour la construction amateur qui ne se dément pas malgré ses nombreuses autres sollicitations.
Ne pas oublier qu'Eric Lerouge est aussi passionné d'aviation et qu'il se construit actuellement un motoplaneur en plus de son projet de voilier personnel.
Et que l'on ne m'accuse pas de faire le panégyrique de cet architecte mais pour résumer je dirai que nous sommes très satisfait du dernier voilier qu'il nous a dessiné.
En attente de nouvelles interventions de sa part sur ce forum.

0

moi je le suis depuis que je suis petit dans loisirs nautique !
dommage qu'il ai mis de coté la conception des di (a part le shakti 8m60 qui est mon preféré)

19 déc. 2010
0

Dériveurs intégraux
Mais si Pierre, comme tu le sais j'en fais encore, le petit dernier étant le Valkiry 69!

Le problème avec les DI est qu'ils sont dans les petites tailles limités en catégorie de navigation CEE faute d'un STIX suffisant. Donc le marché s'est réduit dans certaines tailles.
Il faut au moins 9m pour être en B et 11m en A.
Dommage quand on pense que le Shakti 86 s'est baladé sans problème jusqu'à l'Océan Indien, sans parler du joli tour de Monde de Gilles Ruffet sur un Randonneur!

Donc, pour un petit voyageur visant d'être légal en A, je fais plutot un biquille qui offre plus de stabilité et moins d'encombrement à l'intérieur.

Si le budget l'avait permis, Brattahlid aurait peut-être été un DI de 12m!

Erik

04 déc. 2010
0

noeme
En vue de la tres technique construction de votre voilier et vos belles navs qui ont suivies, que pensez vous du composite mousse au niveau accoustique ... Etes vous satisfait du biquille . quelles performances ?

04 déc. 2010
0

intéressant mais ...
Approches intéressantes mais en général trop cher pour mon budget :-(

05 déc. 2010
0

Pour Roots
L'intérieur par vent fort, et la mer qui va avec, est étonnament silencieux. Lorque l'on sort on est surpris par le niveau sonore beaucoup plus intense qui règne sur le pont . Au port et au mouillage le bruit du clapot sur la coque est moins important que sur une coque alu.
Le biquille pour carénér est pratique. Une fois gruté pas besoin de ber pour le poser. Petit bémol : le nettoyage sous les ailettes n'est pas facile. Pour échouer à notre avis pas plus de problème que un DI, sauf un tirant d'eau un peu plus imporatnt ce qui n'est absolument pas rédhibitoire en grande croisière.
On arrive à remonter à 30°, peu gîtard, stable sous pilote, même par mer formée par le travers,ou mer de l"arrière avec de la houle. Une vitesse de croisière soutenue à partir d'un F4, 7,5/8 noeuds de moyenne avec le voilier chargé soit près de 200 milles /24 h.

06 déc. 2010
0

merci noeme
merci pour tes infos.
j'avais remarqué une " résonnance" sous un pont en airex qui m'avait ennuyé quand il pleuvait .
Je me souviens d'une averse de grélons qui était vraiment tres sonore sur ma planche à voile carbone mousse . A l'intérieur , pont métallique isolé, ce n'était pas vraiment genant .
Les winglets " semblent" etre suffisament grands pour se dé-échouer difficilement de la vase en cas d'erreur de nav . c'était l'ennui des quilles à ailettes qui provoquait un effet de succion dans la vase .
La dessus un copain regatier est super content de son biquille alu . c'est dire que ça marche bien cad un voilier qui reste nerveux malgre un TE réduit .

19 déc. 2010
0

plume
tu mets ma parole en doute ???
As tu un pont en airex époxy sous vide ??
ou t'es sourd ?? ou cherche la polémique ?
dans ce cas , pas de réponse .je ne suis pas batailleur sauf sur l'eau . desolé !

18 déc. 2010
0

Les intérieurs des bateau coque/pont sandwich sont silencieux.
Évidement un intérieur de voilier course tout carbonisé, c'est le contraire et c'est bien normal vu ce super transmetteur de sons qu'est le carbone.

20 déc. 2010
0

La respiration ventrale, rien de telle
pour se décontracter.

Je ne cherchais en aucun cas à chercher la polémique mais j'apporte mon point de vue d'après expérience de navigation personnelle sur des voiliers en sandwich.

Pas les même que les tiennes, mais y'a pas de quoi se nouer le plexus solaire.

05 déc. 2010
0

Que de beaux bateaux
Si je n'ai pas encore eu la chance de naviguer sur l'un deux, je l'ai souvent regardé de prés.

Je n'en ai jamais eu en ma possession, mais c'est souvent par manque d'argent au moment venu.
Pour le prochain, je verrais bien un Quasar31, mais je vais devoir bosser un peu plus (si c'est possible).

Je suis fan surtout les tris, et trouve le parcours sympathique. Un architecte (pas un cabinet) qui a autant de plans en mono, cata ou tri, il n'y en a pas d'autres à ma connaissance. CHAPEAU...

06 déc. 2010
0

oui
un Quasar 32 boosté pour moi :-)

16 déc. 2010
0

Apocalypse
Bonjour Thomas,

Bien sur que j'aime l'Apocalypse!
Mais comme j'approche les 400 plans différents de voiliers, on pouvait pas en parler de tous!
J'ai fait un premier tri en privilégiant les moins connus ou ceux qui étaient dans l'histoire.
Puis l'équipage a fait un second tri pour ne pas faire sauter le serveur de HeO!
Il y en a d'autres sympas qui ne sont pas cités.

A quand le prochain départ? Particulièrement apprécié les vues sous marines des dauphins.

Erik

17 déc. 2010
0

pardon
Je me laisse submerger par mes émotions, le vouvoiement est surement mieux adapter.

14 déc. 201016 juin 2020
0

Apocalypse 13 !!
Il manque l'Apocalypse 13 :

17 déc. 2010
0

Apocalypse
Bonjour Erik,

Alors tu as suivi mon périple et mon blog? Ça me touche beaucoup. Je suis vraiment content que tu es apprécié certaine vidéo. Flash m'apporte tellement de rêves et de bonheur que c'est pour moi exceptionnelle de pouvoir le faire partager, en particulier avec toi.

Flash est tellement beau, il n'as pas pris une ride pendant ce voyage. J'ai maintenant une grande confiance en lui et l'équiper pour repartir avec ce bateau me motive bien plus que n'importe qu'elle autre projet.

Je bosse en ce moment beaucoup pour refaire ma caisse ce qui me permettra d'être prêt pour un nouveau voyage dans deux ans. Je souhaite partir cette fois plus loin et plus longtemps. J'ai beaucoup d'idées pour Flash, notamment la pose d'une quille plus profonde. Mais j'ai d'autre impératif pour voyager la prochaine fois avec mademoiselle, qui, si je ne part pas avec elle, ne remettra plus jamais les pieds sur mon bateau. Je fais sécher le bateau l'année prochaine. J'ai commandé mon pilot in-board L&S avec calculateur SPX-30, je voudrai mettre un bout dehors avec un genak, une "petite" capote de roof, refaire les cabines, achat d'un AIS, d'un nouveau GPS, nouvelle trinquette… et plein d'autres idées.

D'ailleurs si je peux me permettre, j'aimerai te parler de la pose de ce pilote in board, pas facile avec le tube de jaumière à l'extérieur du bateau.

J'ai vu le site de Guillaume et je suis très impressionné par la réalisation de Spirit, bravo à tous les deux, ce bateau est superbe ! Le cockpit et la forme de carène de Spirit me rappel curieusement un bateau ! ;)

A bientôt Erik, au plaisir de te lire,

Thomas

14 déc. 201016 juin 2020
0

orion 46
bonsoir à tous les amoureux de ces bateaux
perso un ami est en train de restaurer cet orion 46 qui malheureusement voit son revêtement de pont très mal vieillir. En effet la première peau reste collée au teck mais pas à la strat ....
c'est la photo à sa jeunesse.
Il y en a d'autres sur le site E. c'est celui qui a un piano à l'intérieur !!!!

15 déc. 2010
0

A voir un arriere.........;;;
sur l'orion ,aussi ouvert , je me demande si c'est légal . En tout cas , ca me semble dangereux ...........

15 déc. 2010
0

et ça
permet d'évacuer très, très vite l'eau embarquée ...

15 déc. 2010
0

Aucune illégalité
De nombreux voiliers ne possèdent pas de tableau. Mais ils sont évidemment munis de filières.(que l'on aperçoit sur la photo)

Le fait que ce soit ouvert est plus une barrière psychologique.

15 déc. 2010
0

et le reste aussi
le couteau les verres les couverts les tasses le telephone meme les gosses et l'equipier

il en manque un!!!!
eric

17 déc. 2010
0

Cockpit ouvert
J'ai un excellent souvenir des essais de l'Orion 46 avec son premier propriétaire.
On s'est fait prendre par un copieux mistral au large de la Camargue.

Ce qui m'avait intéressé est que l'intérieur était le plus silencieux que j'ai connu dans ces conditions. Merci à la résine vinylester, l'Airex et le Kevlar.

Pour info, le cockpit ouvert est trés sur par gros temps. On a découvert celà pour gagner quelques kilos sur les protos de course dans les années 70.
Sur Suppo ou Red Magnum, j'ai pu en faire l'expérience dans les pires conditions du Raz Blanchard.
Au portant on n'embarque jamais par l'arrière sur un déplacement léger car il surfe et soulage à la vague. Voir aussi les commentaires de Thomas.
Son gros atout est lorsque l'on se fait capeler par une déferlante qui couvre le pont. Eh bien là le cockpit est immédiatement autovideur et on n'a pas à attendre les 5 minutes réglementaires que la tonne d'eau s'évacue par les dalots. Celà peut faire une sacrée différence dans ces conditions!
Evidemment, on ne fera pas un Joshua ainsi! Et tout de même certaines précautions sont obligatoires comme un surbau décent ou mieux un bridge-deck.
J'ai eu des cockpit ouvert sur tous mes monocoques persos, ce sera le cas également pour le prochain qui n'est pas spécialement conçu pour le beau temps.
Sinon, j'ai jamais perdu quoique ce soit par l'arrière. Les filières sont suffisantes mais l'accés facile à la jupe pour accéder au régulateur d'allure ou nettoyer le safran sont agréables.

Erik

15 déc. 2010
0

Il s'agirait peut être de recadrer.
Tout ceux - qui ont navigué sur une mer qui créé des vagues déferlantes au point de submerger l'arrière, à savoir, pour suivre l'échelle officiel, le force 10 minimum - vous diront qu'à ce niveau il est hors de question de pas être attaché quand on met le nez dehors.

Et de toute façon quand on en est arrivé à ce stade du gros temps, le mieux est souvent de rester sagement à l'intérieur et de laisser le voilier aux mains du pilote ou du régulateur, en fuite.

Mais qui a connu, ici sur ce forum, ce contexte ?

Dans ces années fin 70 puis 80, Il y a pour moi deux architectes qui se sont démarqués par leur choix osés et affirmés : Erik Lerouge et jean-Pierre Brouns.

15 déc. 2010
0

bien d'accord
avec Plumes
mais les bateaux ouverts derriere n'etaient pas .. quoique maintenant..des bateux de grande croisieres ou de "voyage"..
eric

15 déc. 2010
0

En fuite, sous régulateur!
Sous régulateur ou sous pilote, ceux qui ont subit force 9 et plus au large apprécieront.

Pour ma part, dans ces conditions, pour "rester sagement à l'intérieur" je préfère de beaucoup la cape courante. Mais cela est autre sujet qui a été développé sur un autre fil.

15 déc. 2010
0

Oui oui
je persiste et signe.

Nous ne serons absolument pas d'accord sur ce sujet, c'est évident, autant le quitter, car ce n'est en effet pas le lieu.

15 déc. 201016 juin 2020
0

Cockpit ouvert
Moi je trouve que c'est superbe. Je trouve les cockpit de Erik vraiment bien dessiné.

Ça facilite l'accès à la jupe, élément presque indispensable en traversée. pour la vaisselle à l'eau de mer, les douches ou le vidage de poisson.

Ça m'est arrivé plusieurs fois de remplir le cockpit sans pour autant avoir force 10, une crète de vague un peu haute qui se brise sur le flanc du bateau remplie facilement le cockpit.

L'inconvenient étant qu'il faut régulièrement ramener les écoute qui traines derrière le bateau quand les vagues sont passées ;)

15 déc. 2010
0

où puis-je signé aussi ???
:-) :-) :-)

15 déc. 2010
0

Un canote de course NZ..............
avec arriere ouvert à coulé because une déferlante à défoncé son panneau d'entrée .
je crois que son nom était " castaway fiji " pas sûr du nom ?????
c'est un concept sympa au mouillage .
En nav , c'est une question d'habitude mais je n'avais pas pensé au défaut des ficelles qui peuvent se prendre dans l'hélice ou safran si on ne fait pas gaffe.
je pensais plus aux pertes d'objets ou l'attention constante des enfants ou personnes non amarinées .
C'est un détail qui me préoccuperait en allant dans les 50emes .en fuite ou à la cape ........

15 déc. 2010
0

Il y aurait beaucoup de choses à dire.
j'ai juste l'impression que nous allons commencer à être un peu trop hors sujet.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Juin 2012, Minorque Est, Luc et son œil de posson

Souvenir d'été

  • 4.5 (2)

Juin 2012, Minorque Est, Luc et son œil de posson

novembre 2021