Enrouleur, source à emmerdements sans fin.

à deux jours de la mise à l'eau, aprés un an de disette, j'avais décidé de consacrer cette journée à la mise en place de la garde rode de mon bateau adoré.
oh, rien d'extraordinaire, de vieilles voiles aux multiples réparation et taches, mais toujours de tenues acceptable et relativement cassantes au touché.
Pas de soucis pour la grand-voile à deux ris que je plie rapidement sur la bôme, ris lovés, non sans avoir contemplé amoureusement l'espace de quelques seconde son généreux rond de chute.

Sur mon petit nuage, l'esprit vagabondant à ce que je pourrais bientôt éprouver à la barre de mon petit catamaran, j'engage mon genois dans la gorge de mon enrouleur, je le hisse rapidement et l'etarque tres raisonnablement, le temps de jetter un oeil pour voir que tout va bien là haut, je tire sur la drosse d'eroulement...

C'est alors qu'une pluie de billes en plastique me tombe sur le crane et tout autour de moi, je savais le roulement supérieur de mon curseur endommagé mais là je comprend tout de suite... le roulement inférieur vient de lacher aussi, évidement le curseur d'enrouleur ne joue plus son rôle et irrémédiablement la drisse de foc suit le mouvement d'enroulement.
Obligé de derouler "manuellement" les quelques decimétres de mon genois qui avaient eu le temps d'être enroulés.
Me voila aprés tout ces efforts et cette trop longue attente avec un enrouleur inutilisable à une journée de ce qui devait-être le bonheur.

J'y avais deja pensé, ayant toujours le joli (mais ancien) solent latté et à ris d'origine du bateau,au risque de passer pour un vil rétrograde, je degage cette source à emmerdements sans fin qu'est un enrouleur et revient au bon vieil etai et voiles à mousquetons.

J'y gagnerais en cap ? probablement, en vitesse ? peut-être un peu, j'y perdrais en facilité d'usage ? c'est certain.
Mais plus important que tout, j'y gagnerais en tranquilité d'esprit.

A bord d'un voilier, il y a assez de sources potencielles d'emmerdes comme ça.
Je ne connais que des marins ennuyés par leur enrouleur, ceux qui ne le sont pas encore, le seront un jour (quel argument imparable !).

Un peu de quietude bordel ! :-)

L'équipage
18 mai 2009
18 mai 2009
0

et bien....
entierement daccord avec toi. J'avais pensé investir dans un enrouleur puis je me suis egalement dit que plus il y a de truc bidulles billes ect plus il y a d'emmerdes. Tant que ca marche ok mais quand ca casse ou ca bloque....

18 mai 2009
0

bien d'accord
J'ai installé mon enrouleur après avoir tordu un profil suite à la rupture de l'étai.
je me dis j'envoie le génois en t^te et je pars naviguer. mais non l'émerillon qui marchait bien avant ne fonctionne plus sous tension et du coup la drisse s'enroule sur l'étai.
et merde....
J'ai installé un écarteur de drisse et maintenant ça marche à nouveau.
jusqu'à quand?

18 mai 2009
0

Ce n'est tout de même pas le cas général...
J'ai navigué pendant plus de 20 ans comme CdB dans une association et nos 2 bateaux, au cours de toutes ces années parcouraient en moyenne 3 à 4000M par an.
Nous n'avons jamais eu de gros pépins avec ce matériel.
L'enrouleur de notre ami était déjà endommagé, alors???

18 mai 2009
0

imaginez
Deux bateaux en balade. Sur l'un en début d'après midi la gv bloqué dans l'enrouleur de mat (des plis se sont formé)en milieu du même après midi le Génois bloqué enroulé ( problème d roulement). Sur l'autre le mien en fin d'après midi la gv bloquée à mi-cheminn sur l'enrouleur de bôme (problème avec un taquet coinceur); Donc le sujet me parle et je me demande effectivement si à terme l’enrouleur de bôme va rester.

18 mai 2009
0

sans enouleur !!
Je pense qu'il ne faut pas hesiter .....
de deposer les enrouleurs !
:-)

Une petite explication, lorsque l'on au maxi 30 m² devant, je prefere avoir un bon pilote et des voiles sur mouusquetons. Des l'inter , je pose des ris, sur le solent pareil.

A propos de la fiabilité des enrouleurs, je pense que l'on ne peut pas les remettre en cause, en effet il y a pas mal d'exmple autour de nous, simplement pour avoir demonté les enrouleurs de mes voiliers achetés d'occasion certaines marques me semblent plus fiables que d'autres souvent en rapport avec le prix.

Ce n'est que mon avis, il risque de changer d'ici qqs années
;-)

18 mai 2009
0

C'était mieux avant ???? (CMA)
"(...) [i]je savais le roulement supérieur de mon curseur endommagé mais là je comprend tout de suite... le roulement inférieur vient de lacher [b]aussi[/b], "

C'est bien de pratiquer le CMA, mais il faut peut-être aussi savoir frapper sa coulpe.
Un minimum d'entretien permettrait peut-être d'éviter pas mal de problèmes...

C'est sur que ce qui est fragilisé et non entretenu a vocation à casser, un jour ou l'autre...
Est-ce pour autant la faute au "progrès" ?

18 mai 2009
0

Question de pointde vue...
Si j'en juge par ta fiche, ton bateau,"vogue à plat", dispose d'une large plage avant, horizontale et stable quelque soit le temps (si j'ai bien compris ce que disent les "pilotes" de cata on peut boire l'apéro par force 18 en péchant des sardines de 4 mètres sans qu'une goutte ne sorte du verre).

Je pense que le point de vue sur le rapport entre l'intérêt d'un enrouleur de génois et celui d'aller faire le guignol au pied de l'étai ne serait pas le même si tu naviguais en solo, sur un "vrai" navire qui gîte, qui mouille, qui bouge et sur lequel il est difficile de se déplacer avec un pilote autiste.

Tout le monde n'a pas l'avantage de disposer d'un gros cou surplombant de larges épaules sous un crâne épais (un sportif, quoi...) et la perte de quelques dixièmes de nœuds, compensée en partie par le temps perdu aux manœuvres, est sans importance en navigation de plaisance.

Ce sidi, un peu d'entretien...je relève que tu avais laissé ton génois à poste tout l'hiver (sinon les billes ne seraient pas tombé sur ta tête mais sur tes pieds...

18 mai 2009
0

Entretien
Quel est l'entretien régulier que vous pratiquez sur vos enrouleurs afin de prolonger leur durée de vie ??

18 mai 2009
0

Entretien
1°) Ne pas laisser le génois à poste lors des hivernages ou des immobilisations prolongées.

2°) Rinçage à l'eau claire des roulements, haut et bas, lors de la dépose du génois.

Ne jamais laisser une question sans réponse :
"Tiens, c'est plus dur que d'habitude" attend un : "C'est parce que..." puis un : "c'est réparé, c'est redevenu comme avant".

C'est peu, mais c'est déjà beaucoup plus que ce dont bénéficie nombre d'enrouleurs que je vois, au port, garnis d'un génois verdissant tout l'hiver.

18 mai 2009
0

Entretien
Quel est l'entretien régulier que vous pratiquez sur vos enrouleurs afin de prolonger leur durée de vie ??

18 mai 2009
0

comme tout dispositif mécanique
un enrouleur a une certaine durée de vie, et dans ce cas il semble qu'il aurait mieux fallu intervenir AVANT la casse ("je savais le roulement supérieur de mon curseur endommagé ...") .
Sans enrouleur? ok,les anciens naviguaient aussi comme ça, mais n'est-il pas souvent préférable de pouvoir naviguer avec la toile du temps, facilement ajustable même sur un grand bateau par une personne peu musclée ou/et âgée sans risquer sa peau à l'avant lorsque les conditions montent? Et sur un petit bateau dans le clapot, ce n'est pas moins dangereux à cause des mouvements désordonnés avec pour seule protection des filières de 40cm de haut voir pas du tout de filières et juste un harnais (si l'on a pas omis de le breller) pour vous relier au bateau en cas de chute (et souvent la quasi impossibilité de remonter à bord seul..)
Faut bien peser avantages et inconvénients...

18 mai 2009
0

emmerde sans fin ...
Si on devait supprimer sur un voilier tous les objets qui sont des sources d'emmerdes sans fin ... on supprimerait le voilier en entier :heu:

J'ai l'air hors sujet ... mais pas vraiment: ne pas opposer CMA et entretien soigneux du matériel moderne :oups:

18 mai 2009
0

un enrouleur de qualité
fonctionne des dizaines d'année sans entretien ou presque j'ai eu la chance d'heriter d'un harken de la taille plutot au dessus, tous les soucis que j'ai eu les premiers mois étaient 150 % de ma faute, ensuite, rien
Quel bonheur que l'enrouleur !

18 mai 2009
0

Alors quelques precisions
le genois n'est pas resté à poste non, je ne laisse jamais mes voiles à postes l'hiver, encore moins sur un bateau en refection totale depuis un an (au sec)...
je viens d'injecter quelque chose comme 7000 eur dans un bateau payé 9000 eur donc niveau remplacement des trucs usager j'ai donné pendant toute une année.
effectivement il aurait fallut remplacer le roulement superieur de cet emerillon dont les pieces détachées ne sont plus fabriquées (Ou l'enrouleur tout entier).
La caisse de bord aprés cette premiere phase de rénovation etant vide ou presque j'ai fait l'erreur de penser que ça pourrait attendre ce qui n'est certainement jamais la chose à faire à bord d'un voilier (hop une bonne leçon pour moi).

le roulement inferieur de l'emerillon etait en parfait etat, rien ne laisser présager qu'il lacherait de cette maniere, peut-être que l'etat du roulement inférieur à precipiter les choses mais ce n'est pas sur du tout.
Donc faute d'être devin même avec la meilleur volonté du monde, je ne l'aurais pas remplacé et aprés quoi c'est un roulement (probablement tous cuit au UV) dans le tambour qui aurait laché ?

j'ai ma part de responsabilité mais pas seulement.
Quand je vois comment est foutu un enrouleur ça ne peut-être qu'une source d'emmerdements à bord.
Ne serait que par la presence de roulements avec billes en teflon/polyéthylène (ou un truc du genre) sensible aux UV....
Maintenant effectivement je ne connais pas toute les marques d'enrouleur.

18 mai 2009
0

Enrouleur
Tout est source d'emm... sur un bateau.
Pour les enrouleur cela dépent des modèles.
Par construction sur beaucoup de roulements
les billes ne peuvent pas partir. La panne
est alors plutôt le blocage.
On peut toujours monter au affaler la voile
dans la gorge du profil.

18 mai 2009
0

je susi désolé pour toi
Moluva, sur les harken, en aucun cas elles ne peuvent quitter leur cage, elles ont protégées des uv et de toutes manieres dans un plastique super resistant (du torlon)

Les roulements de ton enrouleur avait du atteindre leur fin de vie. AU moins tu peux naviguer avec l'étai volant en attendant

Ca sera bien quand meme

18 mai 200916 juin 2020
0

Bonjour moluva
pas de panique,j'ai eu la même chose avec un émerillon de récup et je m'en suis sortit en remplaçant les billes en plastic par des billes en...verre.Le plus difficile, c'est d'en trouver et du bon calibre.Une chance pour moi, un neveu m'en a trouvé.Mises en place à la graisse de silicone et plus de problème.
Maintenant, il existe des enrouleurs sans roulements bien plus pratiques que ce que l'on voit couramment.Je n'ai pas le nom en tête mais,il s'agit d'un système avec un hook en tête du profilé et d'une poulie crantée en bas qui tourne sur un axe lisse.Et plus de tensions autres que celle de l'étarquage de la voile sur le profil.Une fois hissée, on récupère la drisse qui ne sert plus à rien jusqu'à la prochaine dépose de la voile.
voir photo pour le bas

18 mai 2009
0

et....
le profurl...est il aussi de bonne qualité?

18 mai 2009
0

profurl
fait plus de 15000 M en 6 ans avec le mien, aucun souci

conseils :
rinçage, veiller à un bon enroulement régulier, affaler en cas de non-utilisation prolongée, détendre la drisse en dehors des navs

19 mai 2009
0

la qualité des enrouleurs
apres avoir demonté , 2 plast... et 1 prof...
meme si il y a une difference de prix , ne pas hesiter prendre un PROFURL

n'oublier la qualité reste le prix s'oublie !

18 mai 2009
0

Petit truc
En cas de problème avec l'enrouleur ou avec le génois enrouleur, il y a moyen de gréer une voile à mousqueton sur un profil d'enrouleur.

Il suffit de prendre un bout de garcette d'une trentaine de centimètres (par mousqueton), un noeud de chaise à chaque extrémité, et ensuite il suffit de crocher le mousqueton dans les deux noeuds de chaise, la garcette faisant le tour du profil.

J'ai fait 5.000 NM ainsi (donc quelques coups de vent et une tempête). De temps en temps j'ai dû remplacer une garcette trop usée, mais au niveau navigation je n'ai pas eu de problème.

18 mai 2009
0

bof
J’ai remplacer l’enrouleur de genois il y a deux ans après plus de 80.000 miles de bons et loyaux services.
C’était un hood, j’ai prix un facnor.
Je viens même, vendredi passé, de d’en placer un deuxième pour le solent-autovireur car j’en avais marre de me faire chier a manipuler cette voile bien pratique… Sous le prétexte débile que je pouvait avoir besoin (peut-être) d’envoyer un tourmentin…
Qu’il suffit d’envoyer en libre le guindant étant bien entendu renforcé. :alavotre:

pfffzzzz

19 mai 2009
0

sans enrouleur ...
Je l ' ai dejà dit , mais pour moi c' est sans enrouleur .
Je trouve mes voiles d' avant tellement petites et simples à utiliser que l 'utilisation de l 'enrouleur est presque ridicule !

20 mai 2009
0

JE SAIS PLUS ...
est ce que je peux vendre les deux enrouleurs que j'ai le long de la cabane du jardin ou est ce qu'il faudra que je paye quelqu'un pour qu'on m'en débarrasse ... (humour)
de façon, mon bateau fait 7m et j'ai pas trops l'utilité d'y coller un enrouleur.
l'étais est facile à rejoindre à pied, et la surface de toile à brasser est minime, donc...
maintenant sur un plus gros, en croisière cotière, je dis pas. peut être, quoi que pas sur non plus. brasser de la toile ça entretiens la forme aussi, on a plus 20 ans non plus

20 mai 2009
0

Chacun y voit ses avantages
ou inconvenients.
J'ai un petit bateau, donc la manutention n'est pas compliquée, en revanche, l'enrouleur me permet de ne pas stocker une garde robe complete, et d'optimiser l'espace pour y ranger d'autres choses essentielles :-)

20 mai 2009
0

Enrouleur? non merci.
Je n'ai pas d'enrouleur et c'est un réel plaisir. je les est toujours déposés je ne peux m'y faire. J'ai cinq voiles d'avant plus deux spi, le génoa fait 42m² et les changements ne sont vraiment pas un problème et certainement pas longs.

Un enrouleur c'est 80% du temps pas la bonne toile.

C'est pour beaucoup l'étai largable dès 20nd de vent.

C'est la voile de petit temps pour ceux qui ne supportent pas que le gégèn ne porte pas, mais pour le pré c'est pas simple alors on roule et moteur.

L' enrouleur n'est pratique à mes yeux que pour sa facilité (stockage manoeuvre) mais bon.

Quel bonheur sans.

;-)

20 mai 2009
0

enrouleur ou pas
"Je n'ai pas d'enrouleur et c'est un réel plaisir"


C'est sûr que si l'on navigue toujours par petit temps au génois léger et avec un petit bateau c'est inutile...
Mais sur un gros bateau lourd (donc très voilé avec voiles de route robustes) et par fort vent et mer formée c'est une autre histoire...20 noeuds de vent c'est juste ce qu'il faut pour qu'un bateau lourd avance convenablement :-D

20 mai 2009
0

100% d'accord
Pour de la croisière coitière sur un bateau de taille modeste, c'est vraiment se faire ch... pour une utilisation valable que dans le petit temps.
Dommage, c'est également dans le petit temps qu'il est aisé de manipuler un génois....:-)

Franchement hisser ou affaler une voile sur mousquetons ne me parait pas réclamer un effort tel qu'il justifie un investissement et les ennuis qui vont avec...(remember le fil: la voile est elle un sport?)
Par contre, rien que la perspective d'un enrouleur coincé quand le vent monte suffit à me convaincre de m'en passer :-D.

20 mai 2009
0

Et ré-installer un yankee à mousqueton, vous en pensez quoi ?
Cela doit être dans l'air du temps.

Suis dans l'état d'esprit de remplacer mon génois à enrouleur par un yankee. Mon cotre aura l'air d'un vrai ... Cotre marconi et son près serré ne devrait pas en souffrir AMHA.

Quitte à m'équiper d'une voile de portant adaptée. Et à avoir une trinquette genre "tôle tous usages" (avec un ris) pour ne pas trop avoir à me balader sur le pont.

D'autres ont-ils fait ce choix ?

20 mai 2009
0

Bonne idée !
"pour ne pas trop avoir à me balader sur le pont."
Bonne idée. D'ailleurs, quand tu devras prendre le ris de ta trinquette, tu te baladeras beaucoup moins.

Bonne idée. :pouce:

L'idée meilleure consisterait à gréer un génois léger endraillé et une trinquette sur enrouleur :
désendrailler le génois se fera par petit temps, selon météo à suivre, on peut en profiter pour présenter au calme le tourmentin après avoir désendraillé le génois. La gestion de la voile d'avant se fait ensuite depuis le cockpit.

Un des problèmes sur les "petits" bateaux pour peu qu'ils soient un peu raides à la toile, c'est l'effet de la présence sur la plage avant.

Exemple sur mon bateau First25 :
Le génois léger endraillé tenait en place jusqu'à 18/20 noeuds de vent (a l'époque c'était vent réel, depuis que je suis passé en enrouleur c'est vent apparent).

La hauteur des vagues, le peu de franc bord...et mon poids font que l'avant enfourne lorsque je suis à l'avant.
Impossible donc de transporter la voile au travers du panneau avant à moins de remplir le bateau (:non:). Reste donc la traversé par les passavants ce qui, avec des filières à 45cm et une voile dans les bras est un peu "sportif".

L'enrouleur résout ce problème.
Il offre même l'avantage de sécuriser la plage avant en permettant de tendre la protection du génois lorsqu'il est nécessaire d'installer l'étai largable et la trinquette ou le tourmentin et de retourner gérer tout ce petit bordel depuis le cockpit.

J'étais contre l'enrouleur. Lors d'un changement de voile et sous la pression de ma moitié, j'ai cédé.

Maintenant, je ne regrette pas.

Quand aux fantasmes de blocage, un peu d'entretien et un peu de jugeotte permet de pallier au problème (dans le cas précis du génois déroulé qui ne s'enroule plus, j'ai résolu le problème sur un autre bateau, plus grand, en confectionnant une série d'anneaux en cordage autour de la base de l'enrouleur, reliés ensemble et hissés grâce à la drisse de spi. En montant, les anneaux embrassent le génois qui devient "calme").

En résumé : un enrouleur c'est moins "performant", mais c'est très nettement plus pratique et finalement plus efficace.
Amha.

20 mai 2009
0

Avis sans nuances ...
La majorité des avis "contre" sont sans aucune nuance, et omettent de préciser l'âge du capitaine, la taille et le genre du bateau, la météo maximale de sortie de longue durée, et la composition de l'équipage.

Toutes choses qui font qu'on ne peut pas être "contre" de façon générale, mais seulement dans certains cas particuliers assez bien définis :heu:

20 mai 2009
0

débat
c'est curieux il me semblait que ce débat datait plutot d'il y a une vingtaine d'années ...

pourquoi pas relancer un débat encore plus vieux : "le moteur sur un bateau : source d'ennuis".

Maintenant qu'il y ait des cas particuliers ou des esthètes ....

20 mai 2009
0

aussi...
on peut remplacer les "pompes " par un seau!

20 mai 2009
0

...
Au delà d'une certaine surface de voile l'enrouleur devient nécessaire mais jusqu'a cinquante mètre carré pour le génoa léger c'est quand même pas trop dur.
Le bassin de naviguation, pourquoi le limiter à la côtière sans enrouleur?

Nous naviguons en couple jusqu'en Irlande pendant les vacances sans enrouleur, sans problèmes.

L'enrouleur n'est pas obligatoire, ce doit être un choix donc pourquoi ne pas poser le débat 20ans après.

20 mai 2009
0

Et
sur quel type de bateau?

20 mai 2009
0

les enrouleurs s'en passer ?
Vraiment n'importe quoi ...

20 mai 2009
0

Une proposition....osée :
Et si chacun faisait comme il a envie ?
:-)

20 mai 2009
0

Faudrait peut-être traiter l'enrouleur avec plus de considération!!!!
Si le génois ne veut pas rentrer, c'est qu'il y a un problème, l'usage systématique du winch avec la manivelle n'est pas la solution! Faut pas s'étonner que les enrouleurs ne résistent pas! Pour ma part je n'utilise jamais la manivelle du winch ( Le winch mais sans manivelle.) et mon Profurl n'est pas de toute première jeunesse!
:reflechi:

20 mai 2009
0

Voilà typiquement la discussion qui tourne mal ...
Votre discussion est d'autant plus amusante que c'est précisemment la question que je me pose actuellement, sur un voilier de 12m gréé en côtre, avec un genois (actuellement sur enrouleur) assez grand pour que même plié sur un parking, il occupe encore pas mal de place.

Au lieu de vous battre pour "c'est bien - c'est mal", pourquoi ne pas tranformer le débat en "les pour(s)" et "les contre(s)". Au lieu de devoir prendre partie pour une église (ce qui frôle la bétise), cela permettrait à ceux qui découvriront plus tard votre fil de discussions de juger en fonction de leur envie, de ce qu'ils se sentent capables de faire, de leur pognon, etc.

Dans mon cas, enrouleur (à changer) de genois, étai fixe de trinquette endraillée. Il y a deux mois, je virais tous les enrouleurs et je ne mettais que de l'endraillé. Aujourd'hui, je vire l'étai de trinquette et je mets un enrouleur. Dans un mois, je ne changerai peut-être rien ? :)

Bref, arrêtez de vous pourrir la tête, pensez "taille de bateau" (le génois d'un 5,7 des Glénans n'est pas le même que le génois d'un 15m, les manoeuvres qui vont avec sur les ponts qui correspondent idem), pensez pognon, et annoncez ce qui vous semble être un avantage ou un inconvénient de la chose.

Dans mon cas, l'idée que d'affaler dépende du bon fonctionnement d'un matériel m'effraie. L'idée de claquer 2K pour un nouvel enrouleur m'effraie aussi. L'idée de réserver un mètre à l'avant de mon bateau pour mettre une garde-robe complète que je n'ai pas achetée m'effraie aussi.

Ainsi donc, les avis tranchés me paraissent particulièrement "de salon". Pour être poli.

20 mai 2009
0

déjà,
déplacer des voiles de cette taille et d'un grammage généralement solide, demande beaucoup d'énergie et avec l'age, celle ci déborde moins.

En plus le faire dans de la mer, dans une zone aux mouvements importants ne facilite pas plus les choses.

Quant au blocage d'enrouleur, cela n'arrive pas tous les jours; et lorsque ça arrive, on est rarement à 100m au vent de la cote!

21 mai 2009
0

pour dgeo
par exemple en équipage réduit je me vois mal aller prendre un ri sur l'avant voir étouffer une voile pareil pour en envoyer une autre, c'est possible avec un équipage aguérri,

et par exemple l'année dernière nous avon la têtire qui à laché et mon garçon la aussitôt vu, j'ai pri trois tours dans l'enrouleur et avons finit nous deux jours 1/2 de nav comme ça, sinon que faire, tout affaler, recoudre etc etc quand je vois la mer que nous avions je ne m'en vois pas capable

mais c'est mon point de vue, et surtout quand un mec comme moi va à la pointe avant sur la taille de mon bateau 8.25m à la flotaison, s'il y a un peut de mer c'est pas un bain de pied c'est la moitié du corps qui rentre dans l'eau à chaque houle,

pour cetains autres comme peeerbox qui ont appris sur des bateau qu'avec des jeux de voiles différent et endraillée je comprend qu'il est difficile de concevoir autrement, mais faut penser aussi qu'il faut consacré un cabine du bateau au stockage des voiles, alors on n'est plus dans un bateau de croisière où on a déjà du mal à tout caser

amha bien sur ;-)

21 mai 2009
0

C'est exactement mon point de vue ...
Tu résumes tout à fait ce que je pense Goud ...

De mon côté j'ai appris aux Glénans, alors chez moi, le problème se situe dans le réglage du pantalon sur la botte pour savoir si oui ou non, quand la flotte arrivera, elle remontera le long de la jambe ou non. D'un autre côté, je connais plein de personnes qui détestent se trouver à l'avant quand ca monte et ca descend, quand la flotte arrive par camion et qu'on n'a que deux trop petits bras pour se tenir d'abord, tenir la toile ensuite, se relever au bon moment, revenir avec le paquet de linge dans les bras et parvenir jusqu'au cockpit ...

Comme à chaque fois j'en suis persuadé, "choisir" en matière bateau, c'est désigner le bras qu'on accepte de se couper. Y'en a toujours un, pas possible d'y échapper, faut-il encore avoir le courage d'en désigner un avant que le sort ne s'en charge à notre place ...

21 mai 2009
0

et les emmagasineurs, type enrouleurs.
Sans vouloir se comparer a Mich Desj, j'aime assez bien les solutions que l'on trouve sur les voiliers de regates.
Par exemple , tu peux mettre en place un genois leger sur une emmagasineur -enrouleur ( type facnor) le genois est utilisé completement deroulé pas possibilité de reduire. Tu utilises dans un plage de vent de 5 a 14 nds reel.

Derriere tu mets un inter ou solent avec bandes de ris sur mousuqetons.
L'avantage les plus grandes voiles encombrantes tu les roules , les autres sont a dispo dans un sac "bannane" sur le pont.
Un copain qui fait plutot de la grande ballade, passe meme les solents inter , et tout le reste sur un emmagasineurs, les voiles sont reoulées sur le pont , ils les connectent au systeme suivant les conditions , devant il a un enrouleur ( Profurl y a pas mieux a son avis )

bonne recherhce

21 mai 2009
0

arrête le bateau immédiatement!!
c'est aussi une source d'emmerdements sans fin :
mal de mer
fatigue
froid
humidité
tangage, roulis
vent toujours dans la gueule
c'est cher, dès que tu casses quelque chose, bonjour la note
prix du port à l'année
assurance
prix dans les ports de passage et sur les coffres
révision du matériel de sécurité
tu risques de couler
etc....
j'arrête pour ne pas y passer le reste de ma soirée.

Bonne nav quand même!!!!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (88)

mars 2021