encore un safran perdu

un 53 pieds à la dérive apres 24 heures de mer apres le depart de l'ARC

un JV 53 (made in germany ?)

le remorquage a été impossible, taquets arrachés, l'équipage a été ramené aux canaries tandis qu'un autre remorquage va etre tenté

www.latitude38.com[...]y.lasso

ARC Starts, One Boat Abandoned
November 25, 2009 – Atlantic Ocean

(Click on the photo to enlarge it.)
The Croatian yacht Mambo crossed the start line on Sunday with 208 other boats.
© 2009 Atlantic Rally for Cruisers

Two hundred and nine boats answered the starting gun last Sunday for the start of the 24th annual Atlantic Rally for Cruisers (ARC) from the Canary Islands to St. Lucia in the Lesser Antilles. The boats and crews hailed from a total of 32 countries. Conditions were light, with moderate winds expected in the early going.

Nonetheless, a day into the event, the German owned custom JV53 Auliana lost her rudder, apparently without striking anything. A Spanish tow boat was send out, but with the wind increasing to 20 to 28 knots, and the tow line repeatedly pulling the cleats off the racing boat, she was abandoned. The crew was returned to shore uninjured, and attempts to save the boat are ongoing.

Looking dejected but otherwise healthy, the crew of Auliana II were safe ashore after an unexplained rudder loss forced them to abandon ship.
© 2009 Atlantic Rally for Cruisers

Rudder failures are often deadly to boats that don't have a backup device, because jury-rigged rudders rarely work, and it can be very difficult to tow a rudderless boat. Be prepared with a backup — they're required on all TransPac, Pacific Cup and Singlehanded TransPac boats.

L'équipage
25 nov. 2009
25 nov. 2009
0

jean , tu nous le résume en français.......
pour les infirmes qui ne connaissent que bifsteak et tank iou dont je fais parti
merci ......

25 nov. 2009
0

c'est traduit déjà en 3 lignes !
man !

25 nov. 2009
0

en fait c'est une peu la meme chose
backup device c'est dans ce cas un safran de secours pret à etre monté sur le tableau AR, obligatoire pour les courses en solo sur la cote ouest us

jury rigged = bricolé avec ce qu'on a !

25 nov. 2009
0

Backup device
Bon j'ai trouvé Backup device qui est un dispositif de secours

Quant à " jury-rigged " je n'ai rien trouvé

25 nov. 2009
0

Les 2 dernières lignes au moins ?
Il y a deux termes figurant dans les deux dernières lignes dont j'aimerauis bien avoir la traduction :

backup-device
et
jury rigged

Ca m'intéresse.

25 nov. 2009
0

bonsoir,
en utilisant la traduction gogol c'est assez compréhensible.
un constat: plus c'est gros, plus çà casse!

25 nov. 2009
0

Ma traduction ( sommaire )
Deux cent neuf bateaux ont répondu au coup de canon de départ dimnche dernier pour le 24ème Rallye Atlantique pour croiseurs ( ARC) depuis les Canaries vers Sainte Lucie. Les navires et équipages venaient de 32 pays. Les conditions étaient bonnes avec des vents modérés excepté au début.

Cependant le JV53 allemand Aulania a perdu son safran apparement sans aucun choc. Un remorqueur espagnol a été envoyé mais avec le vent montant de 20 à 28 noeuds et la ligne de remorque arrachant les taquets d'amarrage , le bateau a été abandonné.L'équipage est retourné à terre sain et sauf et des tentatives pour sauver le bateau sont entreprises.

Semblant abattus mais en bonne santé l'équipage de Auliana etait sain et sauf à terre après qu'une rupture de safran inexpliquée l'ait contraint à abandonner le navire.

Les pertes de safran sont souvent fatals pour les bateaux qui n'ont pas de dispositif de secours parce que les safrans de fortune fonctionnent rarement et il peut être très difficile de remorquer un bateau sans safran . Préparez un dispositif de secours . Ils sont exigés pour toutes les courses TransPac , Pacific Cup et Transpac en solitaire.

26 nov. 2009
0

en réfléchissant un peu,
rupture de safran ne veut pas dire casse mais plus vraisemblablement rupture de la commande à partir de la barre trés certainement à roue.

pour avoir participé à la finition des safrans chez ben machin, je puis vous dire que les mèches, c'est du gros. 100mm en moyenne sur des 40/50 pieds. rien que pour un first30, çà doit faire 50.

26 nov. 2009
0

Perte
Le texte dit bien "lost her rudder" = a perdu son safran et ajoute sans avoir heurté un objet : il s'agit bien de la perte du safran et pas d'un problème de commande (en anglais on dirait "lost her steering").
J'ai entendu parler d'un cas où le quadrant s'étant desseré, le safran et sa mèche sont tombés au fond... Rien d'autre pour les retenir.

26 nov. 2009
0

"la ligne de remorque arrachant les taquets d'amarrage"
pas très solide tout ça! :-(

26 nov. 2009
0

40 mm seulement
sur un Sunshine 36...:-(

26 nov. 2009
0

oui mais sur un Sun Shine
Il y a un skeg avec un palier à mi hauteur du safran. Donc les efforts de cisaillement et de torsion sont moindres que sur un safran suspendu.

26 nov. 2009
0

en suivant
salutatous

c'est normal que les taquets se soient arrachés, ils ne sont pas fait pour remorquer le voilier

ne surtout pas attacher la remorque au pied du mât, non plus, sinon démâtage assuré

il faut, en fait, entouré le bateau de tout un sytème d'amarre rattaché à la remorque et aussi, ne pas mettre la remorque en direct du remorqueur vers le remorqué mais mettre le mouillage entre deux remorques pour amortir les coups de rappel brutaux de la remorque

un dessin est plus parlant, mais je vous invite à vous intéresser vivement à la technique de remorquage pour ne pas avoir de surprise

cordialités maritimes
larent le hareng

26 nov. 2009
0

ou bien ....
.... avoir un Caroff avec des bittes d'amarrage (et non des taquets) soudés au pont!

;-)

26 nov. 2009
0

souvenir ........
déssalage en "simplet" (tiens , un dériveur passé aux oubliettes ?)
deux acrobates à bord , plutot au jus ...... , (acrobates , et oui , j'avais 15 ans) les sauveteurs en service , à l'époque des CRS ! ont frappé un bout et le zod plein pot ,résultat : le mat pété direct !!!

alors que l'on déssalait et resallait dix fois par jours pour le plaisir!!!

26 nov. 2009
0

Signe des temps ?
Tout voilier digne de soi et voué à la croisière, un tant soit peu conséquente, devrait avoir des taquets avants capables de supporter un remorquage.

j'ai pratiqué deux fois en aout et mes taquets n'ont pas bronché un seul instant…

Un moyen d'éviter la casse au niveau de la direction, serait de choisir l'option bisafrans rétractables.

Ce sera le cas à bord, dans le futur.

26 nov. 2009
0

Laurent le Hareng...
Salut,
Tu peux développer stp... "Un système d'amarre qui entoure le bateau"... Une aussière qui passerait sous le bateau, derrière la quille, c'est ça ? Il faut quelqu'un à l'eau pour la passer ? Non ?
A+ Sergio

26 nov. 2009
0

là c un peu tout
et n'importe quoi...
entre micmarin qui a des taquets soudés et lorenzo qui embarquera que sur un bateau étiqueter taquet à tte épreuve et larent qui dir de ne pas crocher au mat etc....
ca dépend du bateau......bon sang!!! ;-) ;-) ;-)
un bon vieux bois avec son mat emplanté sur la quille, brother no problème
tous les plastocs, ontdes taquets qui ne correspondent pas forcément à ce travail, logiquement le point le plus sur c'est le guindeau en plus il est central :-D
rien n'empeche de faire une patte et de soulager aux taquets mitoyens :-D
encerclés le boat avec un out j'ai vu faire mais si il faut 2h de prépa, le tireur risque de se casser :-D
moralité, acheter des bateaux en acier :-D :-D :-D

26 nov. 200916 juin 2020
0

Entièrement de ton avis
Je me souviens d'un remorquage à 9 nds dans 50 nds de vent et la mer qui va avec en 2003.
remorqué par un canot snsm de Bretagne sud.
Les rappels nous déséquilibraient dans le bateau.
La remorque amarrée sur la bitte centrale soudée à la coque de mon canot : ça n'a pas bougé.

26 nov. 2009
0

Pas tout à fait d'accord…
les taquets d'amarrage avant, cela doit être blindés.

Cela devrait être la préoccupation première de tout constructeur de bateau.

C'est donc bien une question de mauvaise ou bonne construction.

26 nov. 2009
0

Idée ?
Une idée pour renforcé des taquets sur un tupperware ? ;-)

26 nov. 2009
0

mais lorenzo
déjà et le plus souvent tes taquets ne sont pas ds l'axe...
tu vois ;-)
alors pour se faire remorquer....

26 nov. 2009
0

pour remettre une couche
et désolé si le fil du post dévie mais il pourra revenir à son sujet initial ;-)
j'ai souvent vu des taquets arrachés ds les marinas, que je visite à défaut de les habiter :-car certains jours les contraintes sur les taquets dépourvus d'amortisseur peuvent etre pires qu'un remorquage...qui peut etre fait en douceur
ceci dit la solidité d'un taquet sur un bateau de série, me laisse perplexe, faut calculer, chacun son bateau ;-)
donc oui comment les fortifier???pas diff en mettant plus fort...et tout, écrous, plaque etc...mais bon, ce ne sont pas forcement des bateaux fait pour ca...

26 nov. 2009
0

Y a une norme iso sur les points d'amarrage.
Sur un bateau de 16m, ça aurait du resister à au moins 6,5 tonnes à l'arrachement.

Maintenant, s'il a été remorqué avec des amarres de porte containeur, à la vitesse d'un porte conteneur, c'est un peu normal que ça casse. C'est un cas pas envisagé.

Autre point aussi qui est prévu par certains reglements de course, mais pas par la norme. La norme prends plus ou moins en compte le poids maxi légal du bateau. Mais s'il est alourdi au delà parce qu'il a embarqué quelques mcube d'eau, c'est pas prévu non plus.

26 nov. 2009
0

taquets
Vu qu'ils servent aussi à reprendre la tension du mouillage il vaut mieux qu'ils soient solides.

Et il suffit de bricoler une patte d'oie pour que le mouillage ou la remorque tirent dans l'axe.

26 nov. 200916 juin 2020
0

Le système pour ceinturer le voilier
Voilà le système dont parle Laurent le Hareng ( je le soupçonne d'appartenir à une certaine école de croisière ! )

26 nov. 2009
0

système pour ceinturer ou patte d'oie
oui si tu as quelques heures devant toi.
mais le jour ou tu dois te faire remorquer d'urgence .... la il vaut mieux avoir un vrai bateau ... pas un pot de yaourt flottant ...
Ahhh mais non je plaisante :-D :-D

26 nov. 2009
0

Remorquage
Pour ceinturer la coque, Tabarlo conseillait d'utiliser une chaîne fourrée aux différents points de portage plutôt qu'une aussière qui a tendance à s'user rapidement.

Par ailleurs, un récent numéro de PBO décrit la façon d'établir un remorquage sur un voilier, selon les recommandations du RNLI (AMHA, photocop à garder à bord dans la doc de base).
Autant que je me souviennes, c'est une sorte de patte d'oie reprise en série sur les différents taquets et winchs de chaque bord.

Naturellement, cela ne résoud pas le pb du remorquage sans gouvernail, alors que ce n'est déjà pas facile avec.

26 nov. 2009
0

en suivant
saluatous

effectivement, le schéma ci-dessus présente bien le principre, les amarres sont accrochées à divers point du bateau, et elles frottent sur toute leur longueur sur la coque et celles ceinturant la coque ont le même rôle, répartir l'effort du remorquage, plus le mouillage qui est utilisé comme amortisseur, entre deux remorques, donc situé entre le remorqueur et le remorqué

le mouillage a pour fonction, tout en restant dans l'eau, d'amortir les coups brutaux du remorquage

un mât travaille en compression, et n'est pas fait pour travailler au cisaillement, même ceux qui sont encastrés

cordialités maritimes
larent le hareng

26 nov. 2009
0

il est sûr

que le simple bon sens ou le BABA de la conception des bateaux sont de moins en moins pris en compte par les concepteurs simplement du fait qu'ils prennent comme premier postula le nombre de sortiesen mer .

Pourquoi faire de vrai bateaux puisqu'ils sortent que 3 ou 4 jours par ans et par beau temps?

et s'est ainsi que les bittes de remorquage ont disparu , pareil pour les béquilles

josé

26 nov. 2009
0

en suivant
salutatous

tout à fait d'accord avec toi calypso

pour compléter le schéma de lapache, sur l'aussière violette, il faut attacher 2 aussières qui vont la maintenir et qui sont tendues par les winches de cockpit, les winches faisantt un autre point d'attache et reprise des efforts de la remorque

cordialités maritimes
larent le hareng

26 nov. 2009
0

Je me pose une question

Pourquoi vous mettez des plan de remorquage de bateau?
Ce n'est pas des plans de construction d'un safran de fortune qui serai le plus intéressant pour ce sujet?

26 nov. 2009
0

Pour contrer ce genre d'avaries possiblement catastrophiques
les administrateurs de la Class 40, par exemple, ont imposé des safrans rétractables.

26 nov. 2009
0

Aviron de fortune
Lors de notre fortune de mer, après que la cloison intérieure montée en safran de secours ait cédé, nous avions utilisé l'aviron vissé sur les ferrures du safran. Cela avait bien fonctionné quelques heures, le bateau réagissait lentement mais surement, bien qu'à force il se soit délaminé.

(Au fil du temps, on le voyait se décomposer...)

Sinon, je pense qu'il aurait pu tenir longtemps, vu qu'il n'y avait pas grande prise à l'eau.

J'en avait conclut que le vrai problème pour fabriquer un dispositif de fortune, c'est d'avoir les matériaux solides, qui tiennent dans le temps.

Vu comment l'aviron avait pu le faire, je m'étais dit que pleins de pièces à bord auraient pu servir, mais le problème c'était la résistance.

C'est pourquoi j'embarque maintenant plusieurs litres de résine et de fibre de verre, pour pouvoir solidifier n'importe quoi pour faire des pièces solides.

Dans le but de traverser un océan, car au coeur d'un océan, on a de l'eau à courir.

En cotier, c'est un autre problème.

Raphael

27 nov. 2009
0

pour le safran de fortune

il y a une solution ,fait par l'ancien propriétaire de Calypso qui faisait pas mal de longue nav .

la solution a été de prevoir une plaque du plancher aux dimensions du safran et de bonne épaisseur cp 20.Dejà ça fait un bon point de depart .

josé

28 nov. 200916 juin 2020
0

Safran
je crois me rappeler que Kersauson et son equipage ont fait un bon paquet de milles sans safran àrelire " fortune de mer".
Il ne suffit pas que le bateau soir metalique pour que les bites restent à leur place :
sur notre Damien nous avions couché une bite,il faut dire qu'elles étaient seulement fendues et enfilés sur un barrot,sans platine et sans renforts interieurs...comme quoi même les chantiers "reputés"...
Sur Oaristys nous avons concu suivant le trop for...etc voir photo

26 nov. 2009
0

le problème
Le plan de construction d'un safran de fortune depends très fort de ce qui va être utilisé à bord pour fabriquer ce safran.

Et un safran, c'est quand même assez complexe. Ce safran n'a pas cassé. Ses ferrures non plus : www.beneteau235.com[...]der.htm

26 nov. 2009
0

300% d'accord avec toi Yacare.
les efforts sur un safran sont très importants et s'il restent plusieurs jours de nav avant d'arriver à bon port, il y a intérêt d'avoir un matériel de fortune très résistant.

26 nov. 2009
0

en suivant
salutatous

car quand tu perds ton safran, y a 99 chances sur 100 pour que ça se finisse par un remorquage

la solution valable et qui marche à tous les coups, c'est d'avoir acheter un safran amovible qui a été calculé pour (ça nécessite de prévoir le berceau destiné à le recevoir sur la plage arrière)

les autres systèmes ne sont que du bricolage qui tiennent plus ou moins bien, qui sont plus ou moins efficaces (godille, utiliser le tourmentin alourdi du grappin et manoeuvrer avec des écoutes, etc etc ...)

si tu es en côtier, ça se finit en remorquage, si tu es en hauturier, vaut mieux avoir prévu plein de bouffe et d'eau en plus, car ça risque sacrément rallonger le voyage, voire finir en remorquage (pas évident du tout), voire finir en abandon pur et simple du bateau (qu'il faut couler pour ne pas qu'il devienne une épave flottante dangereuse)

cordialités maritimes
larent le hareng

26 nov. 2009
0

Je confirme
"Rudder failures are often deadly to boats that don't have a backup device, because jury-rigged rudders rarely work, and it can be very difficult to tow a rudderless boat. Be prepared with a backup — they're required on all TransPac, Pacific Cup and Singlehanded TransPac boats. "

*

Un remorquage sans safran dans une mer formée, c'est extrêmement douloureux, j'ai pu en faire l'expérience au large du Maroc Atlantique, plus jamais.

A mi-remorquage, j'avais par contre envoyé une ancre flottante sur l'arrière, et tout allait mieux après.

www.batothon.com[...]bmc.php

26 nov. 2009
0

Sans safran

Tout le blog de yacare sans safran, et quelques autres vidéo

www.batothon.com[...]tep.php

27 nov. 200916 juin 2020
0

Quelque chose comme ça ?
Par exemple

27 nov. 2009
0

j'ai donné mille fois
le lien des safrans de secours en inox made in californie

je suis en déplacement je ne m'en souviens pas

cete fortune de mer me confirme le mal que je pense des safrns supendus sans skeg et sans aileron ...

sinon 40 posts, gosh _

27 nov. 2009
0

exact
si je re traverse j'en aurai un

27 nov. 2009
0

remorquage
avons cassé la liason joues du safran/support des fémelots(mauvaises soudures)sur Miniou(glénans 5,70 m)devant la cote sauvage de belle ile.Vent4/5 et clapot qui va avec...Par sécu,bien que poursuivant notre route au portant,sous foc seul et en dirigeant le bateau avec le hors bord(jet de l'hélice orientable) nous avons signalé la situation àSNSM lesquels sont venus du Palais pour remorquage....
Nous avons frappé la remorque sur l'unique taquet avant,et "soulagé ce taquet"en tendant un bout entre lui et le pied de mat...ça à tenu 12 miles ( 1/2 tour de l'ile jusqu'au PALAIS) avec le hors bord en route lente à la fois pour "diriger" le bateau ,et en accélérant qqes fois,soulager les à coups...
Merci à eux qui ont tenu compte de la taille du bateau(et du petit taquet!)en nous remorquant au plus doux possible

27 nov. 2009
0

Bonjour,

lors de "l'emprunt" de mon sangria, le retour du plateau du four vers le Croisic s'était fait à couple de la SNSM, amarrage arrière / garde / pointe avant renvoyé au pied de mat avec le lot de pare battage adhoc.

Distance parcourue : env 15MN.
Pas de dégat sur les taquets.

Slts,
Guillaume

28 nov. 2009
0

appel sur "sailing anarchy"

Un remarquable site américain, assez typé régates, courses au large et AC

ils confirment ce que tout le monde avait pu remarquer, cette épidémie de safrans suspendus perdus et de bateaux abandonnés assez rapidement souvent

en ce qui concerne ce 53 pieds quasi neuf, abandon du bateau à 70 milles du départ, un skipper qui n'avait pas lu les glénans et qui utilise les taquets pour un remorquage alors qu'il devait surement y avoir des winches costauds à partir desquels fixer une bride

Étonnant aussi, perte du safran à 4 h 00, pan pan (mayday peut être) à 6 h 00 évacuation avant la fin de la journée
pas de tentative de naviguer sans safran avec système de fortune

SAiling anarchy, site de régatiers, ne remet pas du tout en cause les safrans suspendus mais la manière dont ils sont conçus et construits !

post of the week

Rudder, Rescue

From anarchist Estar...

"The ARC yacht Auliana II has been abandoned and the crew evacuated following the loss of the yacht’s rudder in the early hours of Monday morning.

At around 04:00 on Monday 23/11/2009 the yacht lost its rudder some 70 nautical miles southwest of Gran Canaria. The exact cause of the breakage is unknown, though the on-watch crew doesn’t think that the yacht struck any debris in the water.

Unable to make steerage back toward Gran Canaria, the skipper contacted MRCC Las Palmas at 0600 on Monday, requesting assistance with a tow. At around noon, a lifeboat from the Spanish Maritime Rescue Service (Salvamento Maritima) was on station and the tow was soon underway. However, owing to the increasing wind strength (between 20 and 28 knots) and direction of the swell, the towing line repeatedly pulled deck cleats off the lightweight racing yacht – Auliana II is a one-off JV53.

With the daylight fading, the entire crew was evacuated from the yacht as a safety measure, though attempts to tow the yacht continued. The salvage crew was unable to secure a line to the deck-stepped mast, and after several more frustrating attempts, the decision was made to abandon the yacht and return the crew ashore."

Lessons learned:
1. The industry has a systematic problem with rudders, from the cheap boats up to the custom ones - a good fraction of the serious 'safety incidents' are due to rudders. This is exactly the sort of fundamental safety/design/construction issue the special regs should address rather than requiring AIS where there is no compelling need. In the meantime, designer's and builders, it's not very hard nor very expensive and not even very heavy (and it is down low) to make a spade rudder that is EXTREMELY hard to break (if you need help ask DDW for instructions:). And as noted in the J120 thread, if/when it does break, the failure mode should be such that the boat should not need to be abandoned. This is a KNOWN problem, come on all you safety and design committees, let's get it addressed - I know there are political and implementation challenges but this is where you can add REAL value to the sport.

  1. Basic lesson 101 about towing offshore (in waves) - there can be quite high snatch loads - don't use light weight deck cleats and don't use the base of a deck stepped mast. This boat must have some whacking big winches and a mile of strong line - they should have been able to build a strong towing bridle using the winches as a base. Lesson 102 in towing offshore - it is really helpful to have a LONG line (200m) with a weight (spare tire or chain or something) suspended half way to reduce the snatch loads.

  2. I will include my standard disclaimer - 'I was not there - BUT they did not try very hard to sail the boat without the rudder. The rudder broke at 4am and they called for the tow at 6am and everyone had been choppered ashore by sunset. What's up with that? So plan A (the ARC) did not work out, can't they switch to another challenge - trying to sail the boat without the rudder. They were only 70 miles from shore so there was no real safety concern - can get a rescue anytime almost immediately - why not have some fun and give it at least a good two day attempt? Jump in the discussion.

11/26/09

28 nov. 2009
0

Il serait intéressant
de savoir d'abord quelles sont les causes principales des avaries de safrans.
Choc, tube de jaumière cassé, etc…


Comme c'est souvent le cas, il ne serait pas étonnant que, d'ici quelques temps, le monde de la croisière suivent celui de la course, à savoir l'adoption de safran sur tableau (où la mécanique se voit et est accessible) et rétractable (car à mon avis les ofnis sont et seront la cause de la plus part des avaries)


Très bien ce safran de secours en inox, mais à quel prix ?
Et il faut pouvoir loger l'ensemble.

28 nov. 2009
0

gary
merci de réagir, globalement je suis assez d'accord avec tes remarques

cela dit j'ai participé aux réunions de preparation des solitaires de la transpac à san francisco (attention le solo est le pârnet pauvre aux usa, les mecs sont suvent fauchés et il y a quelques viuex bateaux de 20 à 25 pieds )

ce que j'ai appris sur les safrans de secours c'est qu'une surface de 50 % inferieure était ok, le safran étant bcp plus à l'AR, sauf si c'est deja un safran sur tableau of course !)

sailing anarchy rappelle que les winches de genoa sont une bonne base pour attcher les amarres)
sinon 70 milles à 2 noeuds ça fait 35 heures

que 8 mecs se barrent comme cela me laisse pantois !

28 nov. 2009
0

Salut Jean,
Je rebondis sur tes commentaires :
- Tu soulèves le pb des points forts pour le remorquage d'un voilier en cas d'avarie. Quand tu parles de winch pour frapper une remorque... Quels winchs ? Ceux d'écoutes de génois ? Pourquoi pas effectivement, mais sans safran pour guider le bateau à la remorque... pas évident...
- Sur un 53' de course, quel safran de fortune ? Un tangon avec un bout de porte fixé sur le balcon arrière ?... Là aussi j'ai des doutes sur un voilier de cette taille...
A+ Sergio

28 nov. 2009
0

Les fois
ou nous avons eu à remorqué quelqu'un ( du speed boat de 1T au ferro du copain de 18t pendant 30 nm, ou une vedette Mochi de 19,5 pendant 40 nm)toujours fait une patte d'oie sur nos bittes arrieres et intercalé un bon gros pneu au milieu d'une longue remorque : aucun à coup et pourtant une Mocchi cela pese environ 35 t.
D'autre part la perte d'un safran justifie t elle un l'abandon du navire au large ?

28 nov. 2009
0

Le pneu,
je me demande s'il n'est, ou n'a pas été indiqué, sur le Livre des Glénans.

Toujours bon conseiller celui-là…


j'ai souvent pensé qu'un navire ne se quittait pas tant qu'il ne coulait pas.
Facile à dire. Et depuis quelques temps je temporise, et pas qu'un peu.
La réalité peut s'avérer le cadre d' une peur difficile à gérer.

Porter un jugement là-dessus est forcément présomptueux.

28 nov. 200916 juin 2020
0

Oui
c'est présomptueux,mais 8 bonhommes à bord,pas de voie d'eau,pas de blessé,de l'eau à courir jusqu'aux Antilles...A comparer à un Auboiroux faisant un tour du monde sur un bateau cherchant souvent à couler sous ses pieds.Un jour on nous facturera ce genre de sauvetage.
La Mocchi que nous avions remorqué était comparativement en moins bonne posture : pas de voiles( et pour cause!) à quelques heures de dérive d'une cote et pourtant il n'est absolument pas venus à l'idée de ses occupants de l'abandonner .
Pour le pneu il ne faut pas qu'il serve seulement de lest mais qu'il se trouve au milieu de la traction il amortit alors doublement .
Une petite bite laterale solide peut faire ce genre de dégat et rester en place...(photo ci contre)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (23)

novembre 2021