encore de l'électricité

salut à tous,
je viens de me faire la presque totalité des articles sur le sujet, je vous propose une approche différente du problème;
Nous sommes tous d'accord pour dire qu'on doit estimer ses besoins et en déterminer la taille des générateurs et du parc batteries.
Hors ceci a un coût, que notre gentille société de consommation favorise à la hausse.

N'est il pas temps de poser le problème inversement, soit; j'ai le budget pour d'installer X batteries, je dispose de ou peut installer X générateurs (solaires, thermiques, attelés ou autres). Cela me donne une ressource disponible de X watts, donc je ne peux m'équiper que du matériel correspondant.
Cela induirait une approche plus sélective de nos équipements, voire l'élimination d'équipements dont on s'apercevrait vite qu'ils ne sont pas indispensables...

Constatant le désarroi de nombreux plaisanciers, qui oublient parfois le fonctionnement de leurs appareils d'une année à l'autre, j'ai pensé que le sujet méritait d'être abordé.
Qu'en pensez vous?

Alex

L'équipage
10 sept. 2010
10 sept. 2010
0

tout à fait d'accord
Par contre, il faudrait faire l'inverse pour l'achat du bateau.
C'est à dire non pas partir du budget dont on dispose (J'ai xxx kilos d'euros en poche, voyons, voyons quel est le plus gros boat que je peux me payer avec ça...)
Mais plutôt partir de l'utilisation réelle que l'on est capable de faire de son jouet (voyons, voyons,je vais me faire 3 lorient/Groix dans l'année plus une virée à Belle Ile, est ce que j'ai vraiment besoin d'un yacht de 15m..)
:-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D
Du coup il y aurait plus de place dans les ports puisque les petits bateaux sont...plus petits ;-)

Heol

13 sept. 2010
0

bien analysé heol, mais
tu oublies l'égo de certains qui se traduit directement par l'importance du boat quelle que soit son utilisation.N'as-tu pas remarqué que les constructeurs équipent les bateaux de 2 barres à roue dès 36 pieds. C'est effectivement très important pour rouler des mécaniques.
Il faudrait réinventer "l'homme", tout un programme!

10 sept. 2010
0

pourquoi dissocier les réflexions
Et pourquoi ne pas aborder le problème dans sa globalité, c'est à dire choisir l'équipement et dimensionner l'énergie en même temps, en accord avec le programme de navigation. C'est à dire faire systématiquement un bilan énergétique et un budget financier.

Sinon, on se retrouve toujours avec des bateaux tout droit sortis du papier glacé, suréquipés en matériel électrique mais avec juste un alternateur et un chargeur de quai, qui au mouillage doivent faire une heure de moteur 2 fois par jour pour faire marcher le frigo, la télé, le micro-ondes, l'éclairage, l'eau sous pression, l'eau chaude... Et naviguer à la voile avec le moteur débrayé pour faire marcher le pilote, le radar et le reste de l'électronique.

Si on fait des navigations de quelques heures et on passe 2 nuits par an au mouillage le frigo et l'eau chaude en solaire ou éolien ça revient très très cher...

Si on passe beaucoup de temps en navigation ou au mouillage, c'est indispensable d'avoir une autonomie sans moteur, et là il faut vraiment faire des choix : certains équipements vont coûter plus que leur propre prix pour l'autonomie énergétique...

10 sept. 2010
0

Gérer ses prioritées/ philosophie
Bonjour,
Si l'on veut vivre en bateau comme à la maison, il faut en effet des moyens de recharge, de stockage et donc financiers important ou une rallonge très très longue.
Par contre pour ma part je considère 2 cas:
Si mes batteries sont pleines, usage large de la fée électricité (DVD le soir, éclairage des cabines...)
Si non, je n'utilise que les indispensables: Sécurité en navigation(pilote, radar, gps, VHF..) en fonction des conditions et de la sensibilité de chacun.
Au mouillage (frigo)
De plus en croisière estivalle il est rare de rester au même endroit plus de 3-4 jours donc l'alternateur redonne un coup de boost au parc batterie.
Je ne me vois pas faire tourner un groupe électrogène pour regarder la TV.
Bien súre la zone de navigation est importante, les conditions météo imposent leurs choix d'équipement.
Bien sur si votre voilier est équipé tout électrique les priorités seront différentes en terme de sécurité.
Amha
A+
Jean-Charles

10 sept. 2010
0

Variables
Type de navigation
Enfants à bord ou pas
Niveau de confort souhaité
Type d'alimentation embarquée, (hyophilisé, boites, frais à conserver)
Ravitaillement possible (eau ou déssal) taille du bateau capacité de stockage

amha chaque cas est unique, mais consommé moins doit être possible .

10 sept. 2010
0

tout à fait d'accord
mais il faut quand même reconnaître que les informations sur la conso des appareils n'est pas toujours facilement dispo et quand elle l'est, l'info n'est pas toujours fiable.
Mais le problème est le même pour faire le bilan de manière plus classique.

10 sept. 2010
0

Ce que je me demande,
c’est ou est le problème...
Si vous aimez vous amuser avec des gadgets inutiles, il suffit de prévoir leurs approvisionnements en énergie.

Ce qui ne représente aucune difficulté, juste un cout

Si vous préférez vivre en janséniste, rien ne l’empêche et c'est très bien aussi

pfffzzzz

10 sept. 2010
0

pas de problème Cobra
c'est juste que j'ai remarqué que cette manière d'aborder le sujet de l'électricité n'est jamais cité.

Du coup, le visiteur du salon, neuf ou occasion, futur acheteur, finit par trouver normal le suréquipement actuellement proposé. Ce qui est normal effectivement puisque aucun vendeur ne signale l'asservissement lié à l'équipement.
Je ne crois pas que les gens aiment s'amuser avec des gadgets inutiles, parce que les vendeurs leur expliquent à quel point ces gadgets sont indispensables. Donc ils ne s'amusent pas avec, et ils flippent lorsqu'ils ne savent plus s'en servir.

Je voulais juste essayer de formuler une idée qui rende les plaisanciers plus marins, moins dépendants, allez, j'ose, "plus libres"

Alex

10 sept. 2010
0

Ne vous inquiétez pas cher Aroc,

J’ai très bien compris le propos.
Et au vu des questions (et des explications) redondantes sur tous les forums vous ne devez pas être éloigné d’une certaine vérité...

Cela dit, lorsqu’on gratte un peu la surface des questions et des réponses, on se demande effectivement si les gens ne cherchent pas exprès les emmerdes en poursuivant des solutions aberrantes alors que les réponses simples sont à portée de main

Attention, simple ne signifie pas de ce priver de quelque chose, cela veut juste dire d’appliquer la bonne solution plutôt que de bricoler des conneries... :alavotre:

pfffzzzz

10 sept. 2010
0

Entièrement d'accord
Avec la façon de voir d'Alex.

Et ce qui est vrai avec l'électricité l'est aussi pour le reste de l'équipement.

Plus on ajoute de "perfectionnements" plus on multiplie le risque de pannes.

10 sept. 2010
0

la mer serait paraît-il un dernier espace de liberté ?
c'est même vrai pour la notion d'indispensable ou de superflu, qui doit rester un espace de liberté également :langue2:

D'ailleurs, un bateau de plaisance est en soi un objet superflu dans sa totalité :reflechi:

"Provoc" ? Oui, mais en partie seulement. Car derrière ces notions de superflu ou d'indispensable, sur les forum se cache souvent l'envie d'imposer aux autres sa norme personnelle.

Je dirais donc, si on "croit savoir", il vaut mieux se contenter d'expliquer de la technique plutôt que de classifier les choix de vie des autres ... donc de classifier leurs indispensables à eux.

10 sept. 2010
0

C'est vrai.
Mais je mettrai "priorités" à la place de norme personnelle ou choix de vie.

10 sept. 2010
0

Evidement.
Mais...

(histoire de chercher la petite bête)

Certains excès sont tout de même pitoyables (dans le sens premier du terme : qui inspire de la pitié) : j'ai discuté cet été avec un propriétaire de bateau qui se plaignait d'être immobilisé à La Rochelle en attendant un réparateur pour son chauffe eau.

Et il faisait du port à port cotier.

10 sept. 2010
0

A un détail prèt :
A moins de stokker les eaux grises dans une cuve spèciale , les ports refusent l'utilisation des douches , éviers etc.

Ils demandent que cela soit fait à terre et mettent des infrastructures à la disposition des plaisanciers.

D'autre part , vivre à bord sans eau chaude à La Rochelle en attendant le réparateur ou vivre à bord sans eau chaude dans un autre port lors d'une croisière , ça ne me semble pas très différent.

10 sept. 2010
0

des douches à bord.
evidement.

10 sept. 2010
0

Je vais de ce pas me procurer
"vivre en société pour les nuls".

:-D

13 sept. 2010
0

Non
Libenter.

Ce qui signifie "avec plaisir".

Et les jésuites n'ont pas réussi à m'inspirer de compassion pour l'espèce humaine.

Donc je doute que ce forum le puisse.

13 sept. 2010
0

Merci
De me rappeller pourquoi j'ai détesté ma scolarité.

Et les profs.

10 sept. 2010
0

vocabulaire ...
On peut mettre les mots qu'on veut, "priorités", "indispensable" etc ... ce sont toujours des décisions qui découlent, donc qui représentent, un choix de vie.

Un gars peut bien préférer avoir une télé à bord plutôt qu'un navtex ou un PC ou un pilote auto. Je prend cet exemple emblématique, car chaque fois qu'un gars demande un tuyau technique pour installer une TV à bord, il y a les "purs" qui n'ont rien à apporter à la question technique et se contentent d'incendier le pauvre questionneur :langue2:

C'est pour ça qu'en pratique, j'essaie de ne jamais discuter le bien fondé d'un choix, mais seulement donner des renseignements techniques ...

10 sept. 2010
0

c'est un très bon exemple libenter ...
En l'interrogeant, il aurait peut-être expliqué que le chauffe eau était une des conditions incontournable pour que son épouse, ou sa fille ado l'accompagne en navigation. Son choix de vie était peut-être de préférer être bloqué au port avec sa famille plutôt que seul en mer (c'est un choix que j'ai souvent fait :langue2: ).

10 sept. 2010
0

libenter ou ?????
A moins de stokker les eaux grises dans une cuve spèciale , les ports refusent l'utilisation des douches , éviers etc

jamais vu ça

10 sept. 2010
0

? ...
jamais vu un port refuser l'utilisation des douches et éviers ...

Le fond, c'est qu'il faut simplement admettre que le voisin peut faire des choix que nous ne comprenons pas. Je sais, c'est difficile d'admettre cela ... :heu:

11 sept. 2010
0

oh la linberter
ton voilier s appelle , sainteté

13 sept. 2010
0

le bon mot ...
Dans le contexte du "plaisancier à chauffe-eau", le mot le plus juste ne me semble pas être compassion, mais plutôt empathie :langue2:


Wiki : L'empathie (du grec ancien ??, dans, à l'intérieur et ???o?, souffrance, ce qu'on éprouve) est une notion complexe désignant le mécanisme par lequel un individu (un animal dans le domaine de l'éthologie) peut « comprendre » les sentiments et les émotions d'une autre personne voire, dans un sens plus général, ses états mentaux non-émotionnels comme ses croyances (on parle alors plus spécifiquement d'empathie cognitive).
Dans l'étude des relations interindividuelles, on distingue l'empathie de la sympathie, de la compassion ou de la contagion émotionnelle. (La notion d'empathie n'impliquant pas en elle-même l'idée du partage des mêmes sentiments et émotions, ni d'une position particulière vis-à-vis de ces derniers).

10 sept. 2010
0

équipement d'origine et autonomie
Que proposent les constructeurs ?

Sans bien connaître le marché (je n'ai pas besoin d'un second bateau) j'ai l'impression que l'immense majorité des bateaux sortis d'usine sont faits pour passer leur vie au ponton et faire quelques ronds dans l'eau (ce qui est souvent le cas), ne disposant pas d'autonomie énergétique (sans moteur) en navigation.
Est-ce une option courante proposée par les constructeurs ou faut-il en faire expressément la demande, ou encore (j'en ai bien l'impression vu le nombre de discussions sur le forum) devoir refaire l'électricité soi-même ? Cela inclut les emplacements prévus ou non pour les panneaux solaires, éoliennes et autres...

En clair, se sont-ils mis à la mode et au confort des énergies renouvelables ?

11 sept. 2010
0

chaque fois qu'il est proposé d'inverser une démarche
largement usuelle et éprouvée, c'est le plus souvent un flop

ce qui est proposé dans ce fil c'est en quelque sorte:
"je navigue avec mon épouse et un enfant, donc mon choix doit se limiter aux bateaux avec 3 couchettes"

ça marche rarement comme çà

amicalement

13 sept. 2010
0

à ton avis, Aroc
quels sont les instruments (ou équipements électriques) que l'on peut estimer indispensables à bord?
Évitons la réponse absolue : aucun.

Le marketing des constructeurs et revendeurs pousse au sur-équipement qui génère de l'entretien donc des prestations de services lucratives.
Au vu des interventions des "pros" et de la facturation qui en découlent, je fais de plus en plus d'entretien, réparations ou modifications moi-même ou avec l'aide de navigateurs qui ont des compétences à partager.
Et les bonnes volontés ne manquent pas sur les forums.

13 sept. 2010
0

question de choix
Justement, je propose de poser la question à l'envers. Si l'on a aucun générateur d'électricité (cas extrême mais pourquoi pas? ), on peut se contenter d'un jeu de feux de route à piles, d'une sonde à main et d'un compas de relèvement et d'un récepteur Blu (sur piles)
On peut pousser plus au large avec un sextant et les HO ou autres tables, et une pétromax comme feu de nuit au large. Je l'ai fait, c'était il y a 30 ans.
Poursuivons, si on a un moteur donc un alternateur donc peut être deux batteries, on peut sophistiquer en adoptant un sondeur, un GPS, et des feux de route et même un traceur ou un ordi avec cartes pour les atterrissages. Puis une VHF ensuite, pour la sécu, de soi-même et des autres qui peuvent un jour appeler au secours dans mes parages de navigation.

Ensuite, si on veut du guindeau, pas de soucis si moteur puisqu'il suffit de le lancer pour compenser sa consommation. Si pas de moteur, ça existe en manuel, il y a des modèles à manivelle formidables que j'adopterai le jour ou le mien rendra l'âme.

Si on a des batteries, il me semble qu'une grosse pompe de cale n'est pas superflue, à condition de la tester régulièrement.

Remarquez que je ne parle pas d'éclairage intérieur, les leds rendant le sujet négligeable.

Viennent ensuite deux vrais gourmands, le pilote et le frigo.
Le pilote peut être remplacé par un régulateur(mais c'est pénible en absence de vent) et le frigo par des habitudes alimentaires différentes.

Tout le reste est superflu, même si très agréable comme l'est en général le superflu.

Ma question semble donc présenter un petit intérêt, celui de pousser à calculer, en numéraire et en prise de tête, la valeur de nos installations. Si trop chères et trop "prise de tête", peut être faut il repenser l'ensemble.
Loin des ports, le superflu se découvre très vite; on ne s'en sert pas ou il rend dépendant.

J'ajoute que j'ai beaucoup de superflu à bord et que je crains le jour où les pannes commenceront à survenir. Ca ne sera pas facile de m'en passer.

Alex

13 sept. 2010
0

C'est exactement cela
Pour ma part, lorsque j'ai acheté mon bateau; la question s'est posée… il avait été armé pour la régate, donc tout superflu retiré… j'ai donc dû remettre certains équipements, et en retirer d'autres, ou les modifier. En ce qui concerne l'énergie, pas de feux de position, ils sont à pile (sauf feu de tête de mât), pas de frigo (glacière d'origine du Sun Fizz, refroidissement en moins)… pour le moment je ne l'ai pas encore installé, et je ne suis pas sûr d'en avoir besoin… Feu de mouillage solaire. J'ai juste rajouté un pilote, que je n'utilise que sur de courtes distances… le reste, c'est la radio, vhf, l'éclairage intérieur et loch-sondeur-gps. Au final, j'ai 2 batteries, une de service, une autre pour le moteur… je voulais pouvoir être autonome sur plusieurs jours, sans faire tourner le moteur, donc, j'ai opté pour un panneau solaire 65w… et basta… au final, même à 6 sur des navs inter-îles, je suis autonome. Seule l'idée du frigo me ferait revoir l'installation… mais personne ne s'est plaint côté famille… donc wait & see. Le guindeau, lui, est relié à l'alternateur via une petite batterie tampon… elle-même rechargée uniquement par l'alternateur… ce qui suffit amplement et que je retirerai bien,tant elle ne sert à rien.

14 sept. 2010
0

Aroc écrit :
"Si l'on a aucun générateur d'électricité (cas extrême mais pourquoi pas? ), on peut se contenter d'un jeu de feux de route à piles, d'une sonde à main et d'un compas de relèvement et d'un récepteur Blu (sur piles)"

Ce cas n'est pas utopique, il arrivera bien un jour ou le circuit électrique peut être HS et toute la quincaillerie électrique ou électronique sera en panne. La configuration redeviendra celle des années 70 voire début 80.

L'intégration de tous les éléments de nav sur un seul outil d'affichage est à mon avis un risque majeur.

A ce minimum que certains n'ont jamais connu, il semble prudent d'ajouter une VHF et un GPS portables à piles sans oublier les cartes sur papier.

14 sept. 2010
0

Guindeau à manivelle!!!
En voila une idée qu'elle est bonne!!!
et qu'en plus je ne connaissais pas ou as tu vu ou peut ^tre même trouvé ce guindeau Aroc?
Peux tu m'en dire un peu plus ?
Marque , poids, prix etc
Pour mon petit bateau , mes vielles habitudes d'écolo économe mais qui se bousille le dos a chaque fois que je remonte manuellement mon ancre de 10 kgs et mes 20 ou 30 m de chaine je rève parfois des bonheurs d'un guindeau!!!
Alors si pas trop lourd, pas trop cher et avec une manivelle pourquoi pas !!!.
je vais allé de ce pas boire un blanche bien fraiche au bistrot du port j'ai de froid a bord , ni de chaud d'ailleurs .
Kenavo à tous

13 sept. 2010
0

MON PÔVRE !!
Tu demandes un renseignement , ok mais ensuite défile un tas de com hors sujet, (douche pas douche, sympa pas sympa).
Après nous allons dire que ce sont les femmes qui ne parlent que pour rien dire !!! :-p :-D
As-tu lu ce que tu voulais lire mon cher Aroc ?
Amitié
Frank

13 sept. 2010
0

pas de peine
je n'attendais rien de spécial, j'ai lu des avis qui prouvent que la question ne se pose pas pour tout le monde, on s'en doutait.

N'empêche que le fil évitera peut être à un pôv gars de se faire grignoter par la système.

Alex

14 sept. 2010
0

Intéressant mais difficile
Je trouve ton idée très bonne mais difficile à appliquer. Pour mon exemple personnel, sur mon ancien voilier, j'avais appliqué ta méthode et d'ailleurs tout était parfait (pas de guindeau, feux à lampe, gps à pile, petit pilote sur barre franche, pas de frigo, quelques lampes, feux de mouillage solaire).
Sur mon dernier voilier, il y a l'eau et l'électricité à tous les étages, je l'ai acheté comme ça, je l'ai amélioré pour qu'il reste comme ça, autonome mais confortable, et maintenant, j'aurais du mal à m'en passer !!!
Encore que, cet été mes feux de positions voulaient plus fonctionner et impossible de trouver la panne (en plus avec la houle, c'est le genre de bricolage pénible ...). Je suis donc revenu aux feux de position à piles et c'était vraiment très confortable. L'essayer c'est l'adopter ! Maintenant je réfléchi à un système de feux de route autonome.

Bref, on passe sa vie en aller-retour ! enfin, je passe ... Je sais plus pourquoi je disais tout ça :-D

Olivier

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Cargèse, l'heure bleue, août 2003

Souvenir d'été

  • 4.5 (163)

Cargèse, l'heure bleue, août 2003

novembre 2021