En marge de la chaine d'ancre

donc on doit mettre du cablot textile, de préférence nylon, lequel choisir ?

supposons d'avoir calculé une tension statique de 650kg (60nd de vent bateau 12m), on peut approximer la tension dynamique d'une ligne mixte (par excès) à 2000kg, trois fois autant.

  1. dimensionner selon la charge de rupture: une chaine de 10 a une charge de rupture de 5000kg, il parait raisonnable de l'utiliser avec un facteur de sécurité min de 2.5 sur la tension maximale; pour le cablot, on doit considérer l'usure pour l'utilisation répétée+rechauffement de la ligne et la perte de resistance dans l'eau, on peut rajouter 30%, on arrive à 6700kg, environ la charge de rupture d'un 18mm

ou bien

  1. dimensionner selon l'allongement: si j'ai bien compris, la fonction principale du cablot est d' amortir l'augmentation de tension entre les 650kg de tension statique et les 2000kg qui éloignent de l'effet "fin de course" de la catenaire. Dans le cas ci dessus, 650kg représentent 10% de la charge de rupture, 2000kg représentent 30%. Les allongements corréspondants lus sur un tableau charge/allongement seraient de 9% et 14%, donc 5% d'allongement pour absorber l'augmentation de charge

La courbe d'allongement du 3 ou 8 torons nylon n'est pas linéaire: en gros, l'application du premier 20% de la charge de rupture cause un allongement de 12.5%; en passant de 20% à 40% de la charge de rupture l'allongement passe de 12.5% à 17.5% environ, juste 5% d'allongement pour la meme augmentation de charge, c'est à dire le cablot devient bcp moins élastique.
Vu qu'il s'agit de maximiser l'amortissement dynamique, on aurait donc intéret à garder le cablot à l'intérieur du 20% de la charge de rupture pour profiter de la plus grande élasticité du cablot dans cette zone là, donc il serait mieux de choisir un cablot avec une charge de rupture 5x la tension max, donc 10000kg, donc en gros un 22mm.
Dans ce cas, avec les 650--&gt2000kg on passerait du 6.5% au 20% de la charge de rupture, l'allongement corréspondant serait de 3% et 13%: il y a donc 10% d'allongement "d'absorption" contre les 5% du cablot de 18

(sans compter les coéffs de sécurité statique plus élévés)

alors vaut il mieux choisir le cablot de 22 ?

L'équipage
10 jan. 2005
10 jan. 2005
0

Excel :-)
A. Fraysse a mis en ligne une petite feuille excel pour faire ton calcul.

Mais tu as oublié un pamarètre qui facilite les choses, c'est qu'on peut ajuster aussi la longueur du cablot :

Quand le bateau recule après avoir détendu la ligne de mouillage, l'énergie à dissiper (E=1/2 mV²)est égale au carré de sa vitesse de recul fois sa masse/2.

La longueur (L) sur laquelle il faut amortir est égale à 2 fois cette energie divisée par la force maxi (F) admissible L=mV²/F

Par exemple, pour un bateau de 10.000 kg, reculant à 1 m/s, et avec un pic de force admissible de 2000 kg, cela fera une longueur d'amortissement de 5 mètres.

Si donc on prend le cablot de 18mm (le plus rationnel en terme de limite à la rupture) il faut mettre une longeur telle qu'il y aura 5m d'allongement du cablot sous 2000 kg avec 20% de déformation (sa limite élastique intéressante) , soit donc 25m de cablot de 18 mm.

Donc 25 de cablot (au moins) et une longueur de chaine variable en fonction de la hauteur d'eau pour un bateau de 12m et 10 tonnes reculant à 1 m/s soit 2 noeuds.

Cela répond-il à la question ?

10 jan. 2005
0

Correctif ...
j'ai lu trop vite tes chiffres:

2000 kg pour un cablot de 18 mm représente 30% de la charge de rupture, donc 15% de déformation.

Pour allonger de 5m avec 15% de déformation il faut un cablot de 33 mètres.

LE fait que le cablot est plus "raide" entre 10% et 15% de déformation n'est pas gênant puisqu'on a dimensionné lalongueur_ du cablot pour arriver à la bonne distance d'amortissement.

Robert.

10 jan. 2005
0

En clair ça voudrait-y dire
que plus court on mouille,plus gros le cablot?
(aie, non,pas la tête! ;-))

10 jan. 2005
0

mais Robert, je suis sérieux!
pour poser ma question autrement, une comparaison:
soit un slip kangourou classique de taille "x"; si tu lui mets (en tout bien tout honneur)un élastique de forte résistance, il pourra convenir à un ventre de boudh;si tu lui mets (...)un élastique de même longueur MAIS de faible résistance, il atteindra plus tôt sa limite de rupture et pètera (l'élastique)si le même boudha l'enfile (le slip)...
j'ai bon? :-)

10 jan. 2005
0

j'ai déjà donné ...
... :-)

10 jan. 2005
0

oui
j'ai utilisé la feuille du site de A.Fraysse pour faire des simulations, je n'ai peut etre pas tout compris

donc: supposons une longueur d'amortissement de 5m.

Si j'ai bien compris telle longueur est indifférente du diamètre du cablot, non ? elle depend du déplacement, vitesse, force maximale, c'est tout.

si j'ai donc besoin de 5m pour amortir de 650kg à 2000kg, deux cas (j'utilise les chiffres d'en haut):
1.cablot de 18: à 650kg il sera dèjà tendu à 10% de sa charge de rupture donc allongé à 9%, pour arriver à 2000kg il faudra l'allonger jusqu'à 14%, donc j'ai ce 5% de différence qui doit faire 5m, cela donne un cablot de 100m..

2.cablot de 22: à 650kg il est à 6% de sa charge de rupture et donc allongé de 3%; pour arriver à 2000kg il faudra l'allonger de 13%--&gt on a donc 10% de différence qui doit etre égal à nos 5 mètres donc le cablot peut faire seulement 50m

bref la longueur du cablot de 22 peut etre moitié de celle du cablot de 18 (car dans un cas on utilise 10% d'allongement et dans l'autre 5%)

j'ai l'impression de tourner en rond, ce n'est pas comme ça ?

10 jan. 2005
0

Plus simple ...
je pense que tu ne fais pas le calcul comme il faut ... Commence par négliger la chaine, comme si elle était rigide (son allongement caténaire ne fera que améliorer encore les choses, puisque chaîne et cablot sont en "série" l'un derrière l'autre). Suppose que le cablot fournira seul tout l'allongement, ce qui est très sévère comme hypothèse.

Il faut juste prendre l'allongement maxi (5m) et la charge à laquelle tu veux qu'il soit atteint (2000 kg).

Or les tables des cablots te disent que à 2000 kg , le cablot de 18mm est allongé de 15%.

Or l'allongement (x) en % est égal à X=100(L-Lo)/Lo , Lo étant la longueur initiale du cablot, et L sa longueur finale, L-Lo étant l'allongement maxi (5m)

La longueur initiale vaut donc Lo=100(L-Lo)/X

Soit dans notre cas Lo= 100(5m)/15 = 33 mètres.

La preuve que ton calcul est incorrect est que tu trouve une longueur plus courte pour un cablot plus gros ... c'est le contraire ! Plus le cablot est gros, plus il faudra une grande longeur pour amortir ...

Bon courage :-) Robert.

P.S.1. Cette longueur de 30 m est une valeur assez usuelle, car si le bateau est plus gros ou plus petit, si on change le diamètre du cablot en conséquence tout les paramètres vont varier en proportion et on retrouvera toujours la même longueur approximative.

P.S.2. Tout ceci est "à la louche", donc 25m iront bien, 40 mètres aussi.

P.S.3. ce qui est important, c'est de prendre un cablot très étirable (torsadé) et surtout pas une écoute de voile ni une drisse, qui sont par définition très peu étirables et très rigides !

10 jan. 2005
0

2 remarques
sans répondre directement à la question je veux faire deux remarques:
une façon de doubler l'effet d'amortissement est de doubler la longueur du cablot puis que les n% d'allongement se feront sur une longueur double.

la question est donc peut être à poser en termes de compromis épaisseur/longueur.

D'autre part si la tension statique, en supossant un vent constant sans vague, est de 650 kg, lors des mouvements de rappel la tension va être par moment supérieure mais aussi par moments inférieure.

C'est en particulier le cas lorsque le bateau aura pris de la vitesse en rappel ou dans le creux de la vague.

L'amortissement est donc à considérer entre des valeurs de part et d'autre de la tension statique.

MichelR

10 jan. 2005
0

je vais encore pas etre dans la tendance, mais
je préfère largement un amortisseur de mouillage
qui permet de ne pas allonger la ligne principale, donc de la maintenir toujours au nominal de résistance et qui permet en outre d'avoir un amortissement constant et parfaitement connu, et qui en outre marche pareil sur la chaine que sur le cablôt, ce qui évite d'avoir à mettre le PC en route pour calculer la longueur à mouiller en fonction d'un amortissement théorique souhaitable.

j'ai un système élastique HG et ça me parait + rationnel que compter sur une variable aléatoire constituée par l'extension de la ligne textile après plusieurs cycles d'allongement/rétractation

amicalement

10 jan. 2005
0

à la louche ...
si tu parles des amortisseurs à ressort boudin ou caoutchouc, ça marche bien au port , mais pas sur une ligne de mouillage, car les distances d'amortissement nécessaires sont 10 à 100 fois plus grandes. LA raison est simple: au port la vitesse atteinte par le bateau ammarré est 10 fois plus faible, donc l'énergie 100 fois plus petite.

Pas besoin de calculette ou de PC: on montre facilement que la longueur de 20 à 40 m de cablot marche pour toute taille de bateau si le diamètre du cablot est cohérent avec la taille du bateau (typiquement la valeur imposée par notre ex-règlementation).

Evidemment, on parle de cas vraiment graves (au delà de 40 ou 50 noeuds de vent, faibles hauteur d'eau)

Par beau temps, tout marche, même le tout chaine :-)

10 jan. 2005
0

non je ne parle pas d'amortisseur d'amarrage mais bien d'amortisseur de mouillage
qui n'est pas en caoutchouc avec l'amarre autour, ni en ressort métallique

c'est un vrai amortisseur de mouillage qui marche tout le temps

amicalement

0

donc, si je comprends bien
l'amortisseur est en marche,
en marge de la chaine d'ancre
:-D

et si les amortisseurs avaient des jambes, les p'tits bateaux marcheraient?

10 jan. 2005
0

Je ne connais pas ...
ces amortisseurs de mouillage, ça m'intéresse.

Sachant qu'il faut plusieurs mètres de parcours pour amortir les pics de tension, je me demande comment ils sont faits ?

10 jan. 2005
0

peut etre ..........
sur le principe des amortisseur d'apontage des avoins sur les portes avions.......

la chaine passe en va et viens de part et d'autre d'un verin hydrolique qui se compresse a l'etirement,grace à une vanne de laminage controlée............
gg.

10 jan. 2005
0

vanne de laminage controlée
t'as pas un crobard de ta tite vanne,mmhhh? :-D

10 jan. 2005
0

c'est logique
mais je me vois pas trop trimbaler et gréer ce truc,alors que laisser filer un mouillage mixte,finalement...

10 jan. 2005
0

imagine Hervé...
un truc genre hale bas rigide.....tu remplace le bout de tension pa du cable,et tu relie cela à ta chaine d'ancre........
si tu gere bien le ressort,tu as ton amortisseur .

pour un ship plus gros,tu renforce le tout,et tu remplace le ressort par un verin,avec une vanne de laminage reglable se deversant dans un cecipient sous pression,qui renvoi la sauce,une bricole quoi............

avec une demultiplication par 6 ou 7 brins,pour 1 metre de verin,6 ,à 7 m d'amortissement......

c'est un simple exemple......

gg.

10 jan. 2005
0

Roberto,
je t'ai répondu sous ta contribution :-)

10 jan. 2005
0

l'amortisseur HG est constitué d'un bout de 20 mm de diametre
et de 2 m environ à frapper sur un taquet

d'un "anneau" fait d'un enroulement de gros sandows d'une force adaptée à la taille du bateau

d'un autre bout de 20 mm de 1m environ et d'un crochet au bout

le crochet est frappé dans un maillon de la chaine qui est détendue suffisament entre els 2 points, et l'autre bout est frappé sur un taquet

en cas d'allongement excessif ou de rupture, la chaine assure le mouillage

la longeure totale est de 4 m environ et l'allongement de 2 m environ

sur du cablot, c'est pareil sauf qu'on fait une boucle de traction sur le cablot avec une anse libre

la force de l'ensemble est importante et il faut le système correspondant soit au poids du bateau soit à son fardage

le gros avantage est de transferer la fonction amortissement sur un engin adapté et de force exactement connue

sur la chaine, c'est excellent

sur le cablot, ça réduit la fatigue du cablot

je vais au bateau la semaine prochaine et je vous ferai une photo du zimbreck

amicalement

10 jan. 2005
0

ça m'a l'air ...
très bien ton truc, j'avais jamais vu !

ça conforte bien l'ordre de grandeur de l'allongement de plusieurs mètres nécessaire pour bien amortir un mouillage. Le fait que l'exemple que j'ai donné indique 5m d'allongement n'est pas à prendre au pied de la lettre, c'est juste un ordre de grandeur que ton système confirme bien avec son allongement de 2 mètres.

C'est cher ?

0

j'ai deja
fait un essai par mistral avec plusieurs boucles de sandow ca n'a tenu la nuit ! je reconnais que c"etais du travail d'amateur mais bon un sandow se fatigue tres vite :pierre chercheur en mouillage appliqué (comme alain lol)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (101)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021