Empanner un spi symétrique dans la brise

Comment régler le spi pour ne pas partir au lof/à l'abattée, au moment de l'empannage lorsqu'on est en équipage, sous symétrique, dans la brise ? Faut-il surborder le spi et naviguer débrasser juste avant d'envoyer la manoeuvre ? Eclairez-moi, je suis dans le brouillard !!

L'équipage
26 mar. 2013
26 mar. 2013
0

Moi je me mettrais grand largue, enfin le plus proche possible du vent arriere (a toi de trouver compromis stabilité angle du vent) brasser le spi "carré" (soit un peu trop brassé) et hop empannage ! En revanche ne pas sur border le spi et bien bien border le barber (surtout celui de l'écoute).

Si tu as la possibilité tu doubles les ecoutes et bras de spi et la ca devient un vrai bonheur de porter le spi dans la brise !

26 mar. 2013
1

Non ne pas surbrasser dans la brise, tu vas partir à l'abattée et ça fait mal; au contraire, débrasses un peu plus que dans le livre.

Penses à travailler double bras et double écoute, ça facilite.

Et trouves une organisation pour ne pas mettre de monde sur l'avant, le poids devant facilite les départs incontrôlés.

La manoeuvre est alors de venir vent AR sans pour autant aller sur la panne, tous barbers pris, le barreur s'applique à garder pépin gonflé sans embarder.
En même temps mettre en tension ce qui sera la nouvelle écoute en vérifiant qu'elle appelle de dessus le tangon et pas de dessous (sinon le moment venu ça tombera pas le tangon).
Alors mollir en grand sur le bras actuel dont le rôle est maintenant tenu par l'écoute à venir ; puis décrocher tangon du mât et décrocher bras actuel inactif (il est actuellement mou donc facile) puis crocher prochain bras (il est actuellement mou donc facile) au tangon et crocher tangon au mât.Border sur nouveau bras en choquant ancienne écoute, passer GV , règler nouvelle écoute de spi.
Tout ça avec un seul tangon ça envoie quand même le n°1 à l'avant (donc poids pas souhaité comme dit plus haut) ; pour éviter ça, deux tangons (en carbone si t'es riche!) et roules ma poule.
Cdlt
JM

26 mar. 2013
0

Pensez a relâcher du hall bas pour réduire la puissance de la GV, et bien se synchro avec les vagues.

26 mar. 2013
0

Merci tomcauwe et alexthecoolman !
Je complique la chose : s'il n'y a pas de vagues et que le bateau ne part jamais au surf. Donc il y a toujours la pleine puissance dans le spi. Vous gardez la même méthode ou bien vous pensez qu'il est préférable de débrasser un peu et de surborder l'écoute ?

26 mar. 2013
0

et puis bien entendu travailler sur le hale bas et balancine de tangon pour que l'equipier à l'avent puisse manoeuvrer aisément le tangon

26 mar. 2013
0

Pour moi (mais tout dépent de la vitesse du vent apparent) des qu'il y a de la brise et pour faciliter l'empannage il vaut etre le plus bas possible dans l'axe du vent (et donc ne pas surborder) pour que le spi reste bien gonflé des lors que le tangon ne permet plus de le garder au vent (cad des qu'il est décroché du mat).

26 mar. 2013
0

le N°1 ne pourra enlever le tangon que si il n'y a plus de compression. Tu seras alors vent arrière donc en principe tu as a peu prêt la même longueur d'écoute / bras de chaque coté au 2 embraque de bien surveiller le spi et au barreur de faire gaffe.

En général même si on geule toujours sur le N°1 ;) les erreurs vienne du barreur qui part fausse panne et torche le spi sur l'était. Du piano qui ne relâche pas un peu de hall-bas du coup au passage de la GV elle ne vrille pas et est pleine puissance ou du régleur de GV qui s'endort et ne choque pas asser vite.

26 mar. 2013
0

Précision : le bateau est en double bras/écoutes donc le n°1 ne manipule pas le tangon à l'empannage.
Je résume : avant de lancer l'empannage, naviguer bien vent arrière et spi régler normalement pour cette allure, donc bien "étalé". En aucun cas il ne faut être réglé comme pour du grand largue (voir même moins) alors qu'on navigue plein vent arrière. C'est bien cela ?
Quel risque y aurait-il dans cette configuration au moment de l'empannage ?

26 mar. 2013
0

dans la brise je dirais que le bateau aura tendance à partir au lof dans cette configuration et/ou à torcher le spi sur l'etai car spi non reglé par rapport a l'allure et des lors que le tangon décroche, il va se balader

26 mar. 2013
0

Merci beaucoup tomcauwe. Et bonne chance pour le Spi OF ce week-end !

26 mar. 2013
0

Merci tu nous feras un retour sur tes essais ?

Autre conseil pour double bras/spi, avant de larguer le tangon l'écoute libre (coté bras) et pret bordée, lors de l'empanage se sont bien les 2 ecoutes qui tiennent le spi !

Bon vent

Thomas

26 mar. 201326 mar. 2013
1

Dans la brise, pour aider à la manoeuvre, les barbers prennent un rôle important. En mettant tes 2 barbers à mi-hauteur pendant l'empannage, ton spi sera bien stabilisé et ne se baladera pas d'un côté à l'autre, ce qui arrive souvent dans la brise et qui finit par emmener le bateau au lof ou pire à l'abattée. Dans le cas (qui n'est apparement pas le tien) ou il y a un tangon à manoeuvrer, il faut être synchro entre le N°1 et l'embraque pour que le bras soit légérement repris au moment ou le tangon est décroché pour compenser la perte de pression et empêcher le spi de partir sous le vent. En même temps, penser à reprendre du barber de bras car une fois le tangon en place c'est mission impossible. Pendant le changement de bord, les embraques doivent bien suivre le N°1 et filer juste assez du nouveau bras pour qu'il puisse crocher facilement son tangon. Dès que le tangon est établi la GV peut passer, le barber sous le vent peut rester légèrement pris pour stabiliser la bulle et le N°1 revient à sa place en arrière.

Un peu de lecture avant de commencer les régates de la saison, c'est une méthode pour Surprise, mais ça peut facilement s'adapter à d'autres bateaux.

www.cer-ge.ch[...]ses.pdf

26 mar. 201326 mar. 2013
1

un autre bon lien pour ces réglages et la conduite au portant sous spi (même école du surprise) :

voilehabitable.org[...]dex.php

on y rappelle les réglages d'équilibre de route, Eviter le départ à l’abattée dans la brise, Eviter le départ au lof dans la brise, bref que du bon, fait à partir du raisonnement grand-surprise donc s'applique à plein de canots ;)

26 mar. 2013
2

En solo, jusqu'à 25kts de vent, on brasse à fond, on choque un peu de barber au tangon et barber sous le vent à fond, empannage GV, on choque ce qui va être le nouveau bras, on choque un peu de hale bas de tangon, mon pote le pilote est là, et je vais décrocher le tangon de l'anneau, je l'accroche sur le nouveau bras puis décroche de l'ancien bras donc nouvelle ecoute, puis on pousse vers l'avant et on croche au mat.
Pour plus de simplicité j'attends un surf du bateau pour crocheter le tangon car moins de vent apparent.
L'idéal est de faire 170° du vent, si bon pilote ou mer correcte sinon 160-165°.

26 mar. 2013
0

SailorToun, Jean-Mi, excellent !

27 mar. 2013
0

Excuser mon incompetence moi sous spi j ai : un bras, une ecoute. Un hala bas de tangon,une balancine de tangon, point barre... Késkesé que les barbers, merci

27 mar. 2013
0

Les barbers sont supers importants, ils sont en général juste derrière les haut bancs, c est pour maintenir le spi, du coup, il se balade moins.
La règle, coté bras repris à fond, et coté écoute repris plus ou moins au portant et surtout complètement choqué quand tu serres le vent.
Avec les barbers, tu arriveras à avoir tes 2 points (bras et écoute) à la même hauteur, sans les barbers ton spi montera ou sera diforme.

28 mar. 2013
0

boudiou, les "haut bancs" ? donc plutôt en avant du cokpit là où les bancs sont hauts ? après le "hall bas " et le "hala bas" ....
Heu... suis pas particulièrement snob mais avec votre orthographe, je doute que les novices s'y retrouvent.

27 mar. 2013
2

mon truc : deventé le spi en empannant d'abord la GV ,ainsi plus d'effort dans le spi , le tango s'enleve facilement etc et tout ce passe sans effort

27 mar. 2013
0

Excusez encore mon incompetence mais ça fait 40 ans que je fais du spi sans barber... Suis je le seul?

28 mar. 2013
0

non bien evidemment, le barber est un plus, il n'est pas obligatoire.

En régate il permet d'affiner le reglage et de sécuriser le spi dans le vent fort.

On peut donc tout a fait sans passer surtout en croisiere

28 mar. 2013
0

Absolument.
Idem pour les écoutes de foc/génois. C'est qusi indispensable pour contrôler la chute et le vrillage de la voile d'avant. Mais comme le dit Tom, en croisière avec la ligne à maqueraux et le génois roulé pour pas aller trop vite, c'est plus indispensable.

27 mar. 2013
0

Tout dépend de la taille du spi, avec plus de 100M2 j'utilise une chaussette et quand il faut empanner par vent fort je préfère ne pas prendre de risque malgré les barbers surtout que je suis seul à manoeuvrer, j'étouffe le spi dans sa chaussette et je peux tranquillement préparer l'envoi sur l'autre bord après avoir empanné la GV.

28 mar. 2013
0

barber a fond pour diminuer le roulis et double écoute si possible,et ca passe bien,maintenant c'est une histoire d'équipage,jl'ai souvenht fait en solo avec de la brise et double bastaques a gérer,mais ca c'était avant en 6,50 mini

24 août 2016
0

Je suis tombé par hasard sur cette vid ou à 4 mn il y a un empannage en douceur mais qui me surprend car les gars prennent tranquillement le temps avant de changer le tangon de coté..


8ème min, afflage du spi par l’écoute en restant dans le cockpit, plutôt propre..
Et d'un autre coté, j'en connais des moniteurs qui te font des chronologies à la con comme étant des règles absolues ... :non:
J'ai parfois l'envie d'aller apprendre à faire de la voile ailleurs en Europe..

24 août 2016
0

Le vent apparemment serait de 12 à 15 nds maniable et le plan d'eau est très plat; donc l'empannage n'est pas un problème même en solo il faut que le bateau reste dans sa ligne. Il est possible de tester un moment dans cet état. C'est la mer qui commande
Pour l'affalage, à ma connaissance il est conforme aux manuels non? ou alors éclaire moi. Il est vrai qu'en solo sur mon petit bateau je ne procède pas comme cela ce qui déconcerte les moniteurs mais est plus facile et plus prudent, je descents par le bras dans le génois.
J'ai aimé cette vidéo, les manoeuvres sont rapides et efficaces.

24 août 2016
0

Pour l'affalage, les instructeurs envoient souvent un équipier à l'avant et il est fait à la mano sous la bordure de génois, le sac est entre les jambes de l'équipier avec une garcette de sécu.. Bien sur ça le fait mais je trouve que c'est plus sécurisé en restant dans le cockpit.. J'ai vu également une manœuvre d'affalage en passant le spi entre la bôme et la bordure libre de la GV , si si ! L’intérêt étant que l'équipier se contente de tirer, l’étouffage est fait par le passage dans la "fente" ..

En fait ce qui m’énerve un peu c'est de voir des moniteurs qui recopient une manière unique de façon biblique (adaptée pour la nav en équipage) et puis de constater ailleurs qu'il est possible de faire autrement, proprement et plus sécu..
Oui les gars ont l'air à l'aise, le plan d'eau n'est pas chahuté mais d'un autre coté le spi est plutôt une voile de petite brise..

24 août 2016
2

bonjour , sur la vidéo, on voit l'équipier en rouge, qui est systématiquement trop lent au virement de bord, et le n° 1 doit aller passer la bordure du génois ,( accrochée au chandelier), à chaque virement !!!!! d'autre part , le barreur cherche à caper , avant que le bateau ait retrouvé sa vitesse.....etc..

24 août 201624 août 2016
0

L'empannage de cette deuxième vidéo n'est vraiment pas un exemple à suivre... Ils régularisent la situation après un empannage involontaire. Heureusement que la mer est plate et le vent modéré.

L'affalage est correct, même si la drisse a du mal à filer, mais c'est classique. En course, à cette allure, sans abattre, il y a moyen de faire plus rapide en laissant filer la drisse et en gardant le bras bordé...
relire la deuxième intervention de ce fil. J Minet a tout dit.

24 août 2016
1

Bonjour,
vidéo très instructive!
Pour ma part, je procédais comme eux pour l' affalage, mais en solo ou équipage réduit, c' était parfois un peu chaud dans la brise.
L' année dernière, un équipier plus expérimenté que moi(recruté par la bourse des équipiers d' hisséo pour une croisière en Irlande) ma initié à une technique beaucoup plus sûre et simple en équipage réduit: au lieu de prendre l' écoute de spi derrière la chutte du génois, la prendre par dessous la bordure. Cà va tout seul, le spi étant automatiquement déventé par le génois et ne risquant pas de s' accrocher dans les barres de flèche ou autres manilles sous la bôme.
Gorlann

24 août 201624 août 2016
0

"etc" quoi exactement ? Le virement super synchro à tous les coups, on ne me fera pas croire que vous le faites tout le temps :+))... Idem pour le barreur, la relance est aussi en fonction du bateau, celui-là (un maxi999 si j'ai bien vu), à l'air d'être de repartir assez facilement, voir à 10mn... OK c'est juste une vidéo, pour juger il aurait fallu être dedans.
Ce que je constate :
1/ c'est que les gars sont plutôt safe et calme sur leur boat

2/ quand on empanne la GV sans changer le tangon de suite, miracle il n'y a pas de catastrophe, et même que ce décroche facilement car le spi est dégonflé, Viking relit le com de Calypso..

Autre point, j'ai pas eu l'impression c'était un empannage involontaire..
3/ oui il haut pas hesiter à laisser filer la moitié de la drisse, le spi se met en drapeaux horizontal, mais pas toute la drisse d'un seul coup... Pourquoi faut laisser le bras bordé, pour éviter qu'il parte à l'eau ?

24 août 2016
1

Point 2: ce serait bien la première fois que je vois commencer un empannage en passant la bôme en premier...
Point 3: nous sommes d'accord. Mais à trois pour le récupérer (110 m2) parfois nous n'hésitons pas à tout laisser partir s'il y a suffisamment de vent.
Drisse choquée, le bras bordé permet de laisser le spi flotter au vent à l'horizontale. Seulement au largue bien sûr.

24 août 2016
0

Viking35 :
- point 2 : J'ai cru comprendre que c'était une technique assez courante en Figaro, en solo, empanner la GV en premier... Sans certitude.

24 août 2016
0

Bm... Effectivement, mais pas en équipage. Ils sont obligés de décomposer la manoeuvre du fait qu'il n'y a que deux bras. Et surtout parce que les Figaro ont une stabilité de route exceptionnelle.

24 août 201624 août 2016
0

Les trois méthodes sont utilisées, gv d’abord, gv après, ou gv dans l’axe s’il y a peu de vent. En fait ça dépend de la composition de l’équipage. En solo on se démerde comme on peut selon le comportement du bateau, l’existence ou non d’un pilote performant, de l’état de la mer et de la force du vent. L’essentiel c’est que ça fonctionne. Perso tant qu’il n’y a pas trop de vent, c’est gv dans l'axe.

24 août 2016
0

Oui si le boat reste sous contrôle de la barre, sur mon petit first 25, dès que je borde la GV, il loffe et pas moyen de le garder sous contrôle avec mes bi-safran.. Peut-être moi qui me démerde mal, peut-être que je suis pas assez VA, peut être que je le fait sous trop de vent..
En fait je cherche toujours les méthodes les plus simples en solo ou équipage réduit, alors le principe de décomposer l'empannage en 2 parties ça semble intéressant..

24 août 2016
0

Effectivement, les Figaro sont très stables !!!

16 déc. 2016

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

🎶Always the Sun 🎶

Après la pluie...

  • 4.5 (1)

🎶Always the Sun 🎶

mars 2021